AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Good Morning Marijoa

Invité
Invité


Sam 15 Juin 2013 - 23:27


Marijoa. La ville qui ne dort jamais, le plus grand port du monde, le siège du Gouvernement Mondial, la perle du Monde. Le bloc urbain qui accumule le plus de qualificatifs accolés aux adjectifs grand, puissant et autres termes valorisants qui tendent à montrer qu'ici est bien le centre du monde et que tout le reste n'est que province à bouseux.

Marijoa...


Red n'est pas passé dans le coin depuis au moins quatre ans. 1621, un bref arrêt aux bureaux pour une évaluation en retard qui l'avait embarqué dans une mission merdique, le genre avec menace d'éjection et plus si affinités à la clé, et le tout avec dans les pattes un troufion de base bicolore et une apprentie Cipher Pol plus portée sur la mode que sur les opérations secrètes. Pas vraiment le bon temps...


Red marche dans les rues du port, il est en civil, incognito, sans sa couleur rouge habituelle, anonyme et discret, a nouveau plongé dans les vieilles habitudes apprises au Cipher Pol. N’être rien ni personne, juste une partie du décor, se rendre aussi invisible que toutes ces choses qu'on voit tellement souvent qu'on n'y prête aucune attention. Il y a un moment que Red n'a plus rien à craindre des requins qui rodent dans le quartier, mais il ne tient pas à faire de vagues. Pas alors que trop de gens ont le regard braqué dans sa direction et dans celle des Sea Wolfs.

Le coin n'a guère changé depuis quatre ans dans le vieux quartier du port, le coin le plus typique des guides touristiques du coin, le quartier des marins par excellence. Un monde de ruelles sombres et mal famés blottie au pied de la gigantesque Citadelle de la Marine. Un quartier aussi animé le jour que la nuit et qui possède la plus grosse concentration de bars de toute la capitale. Un quartier que Red connait presque comme sa poche pour y avoir passé l'essentiel de son temps a chaque passage ici...

Tellement qu'a l'époque de ses premiéres payes il y a même subventionné un petit commerce qu'une gestion désastreuse conduisait droit à la faillite...

Une ruelle, une autre. Marins avinés en goguettes, entraineuses avec pignon sur rue attirant le chaland dans les nombreux bars et maisons de passes du coin, détrousseurs, racoleurs, voleurs à la tire, officiers en quéte d'amusement... Red passe comme une ombre au milieu de la faune locale, sans même qu'on l'aperçoive ou qu'on se retourne sur son passage. Jusqu'a la Taverne de la Dernière Erreur ou il se glisse sans encombre jusqu'au bar, puis derriére. Dans les salons privés qui sont l'un des coins de détente favori des agents du Cipher Pol en permission...

-Salut Gilles. Alors, ça farte ?


-Salut Red. A moins que tu ne préfères Amiral Red ?
-J'ai pas encore vraiment décidé. Tu payes ton coup ?  
-C'est une blague ? C'est toi le patron ici non ? Alors tu offres...


Dernière édition par Red le Mer 17 Juil 2013 - 13:54, édité 1 fois
Invité
Invité


Dim 16 Juin 2013 - 11:59


-Tu as les infos que je t'ai demandés ?
-Évidemment, tu as le pognon ?
-Cinq Millions tout rond, j’espère que pour ce prix la j'ai tout.
-Ce prix la ? Tu te fous de moi ? Tu viens d'en jeter cent cinquante pour ta petite copine officier. Alors c'est pas le moment de mégoter sur ma commission hein. Toutes les professionnelles de la ville en sont encore a se demander ce qu'elle te fait pour ce prix la...
-Mouais. T'as jeté un oeil ?
-Comme n'importe quel crétin peut s'en douter, le gros du dossier est basé sur la mort de Greed, tuer un corsaire ça fait désordre pour un gradé de la marine. A coté de ça le reste est assez mineur, le CP8 s'est contenté d'aligner toutes les sorties de routes de ton ex patron, méthode barbare, corruption, vol, meurtres, y'en a des pages et des pages. Rien qui ne soit compensé par l'efficacité de ses actions évidemment, mais vu comme c'est parti l'amirauté a décidé de jouer l'exemple. Et pour le coup il y a largement de quoi lui préparer un enterrement de premiére classe...
-Et pour la troupe ?
-Toi et Rachel en premier je suppose ? Héhé. Tranquille. Vous êtes arrivés assez tardivement pour pas trop être éclaboussés. Les seuls endroits ou vous êtes mentionnés dans le dossier c'est pour le foin sur Kikai et Myriapolis. Au pire ça vous vaudra une tape sur la joue et un appel à la modération pendant vos perms. Vous êtes peinard. Et tous confortablement couverts par le devoir d'obéissance au supérieur. ça donnerait presque envie de rentrer dans la marine...
-La vie en uniforme te plairait pas.T'es bien mieux dans ta toile.
-D'ailleurs, je cracherais pas sur l'appui d'un jeune vice amiral pour certains trucs en suspens...
-On verra. Je dois passer voir Kenpachi sous peu. Je suppose qu'il va me dire si je change vraiment de manteau ou si je suis discrètement mis au placard... Tiens, j'ai besoin d'un autre truc avant.
-Toujours prêt à servir la Marine officier...
-Faut que je voie le vieux Pai.
-Raoul ? T'es sur de vouloir ? Il est devenu encore plus teigneux et irascible qu'avant ces derniers temps. Et t'étais pas vraiment son élève favori. Alors je connais des manières plus sympa de se suicider si tu veux....
-Sur, faut vraiment que je lui cause. Je sais qu'il est cloisonné au sous sol et j'aimerais bien y accéder sans devoir brandir mon grade.
-Y aller c'est facile. Le plus dur ce sera de ressortir de la bas en un seul morceau. Je t'aurais prévenu, même les types chargés de lui amener son journal flippent à mort. L'autre jour on a oublié de renouveler son abonnement a Kungfu et tradition, et il a liquéfié un des gardiens, le mec est encore a l’hôpital, aussi mou que du cartilage et incapable de faire quoi que ce soit...
-Je ferais gaffe...


Dernière édition par Red le Mer 17 Juil 2013 - 13:53, édité 1 fois
Invité
Invité


Dim 16 Juin 2013 - 14:04



La citadelle de Marijoa est une forteresse aussi vieille que le Gouvernement Mondial. Et qui a grandi avec lui au fur et a mesure qu'elle accueillait de plus en plus de choses, l'amirauté, les bureaux du Ciphe Pol, et un labyrinthe d'administration de toutes sortes, de labos, de bureaux et une infinité de départements dont plus personne ne doit avoir une liste complète à jour.
Et dans les sous sols, c'est pire. Parce que c'est naturellement la qu'on enfouit les trucs qu'on ne veut pas voir remonter, archives top secrètes, prisonniers encombrants, labos plus secrets que les autres...

Et des couloirs, des kilomètres de couloirs...


Celui qu'arpente Red n'est pas vraiment différent des autres, il est gris, moche, mal éclairé et visiblement entretenu de façon assez minimale. Sur le mur droit, la ou se trouve normalement les lignes de couleurs qui permettent de se retrouver dans les souterrains, il n'y a rien. Juste de temps en temps une tête ricanante de mort qui signale au touriste qu'il s'est visiblement perdu.
Au bout du couloir une porte, métallique, blindé, plus proche du coffre fort que d'autre chose, un bloc de métal manœuvré par un volant, un bloc de métal avec d'étranges déformations, le genre d'empreintes que provoqueraient des coups de poing venus de l'intérieur, des coups de poing capable de tordre quinze centimètres de métal...

Red jette un oeil par le Judas. Une salle spartiate façon cellule ou appartement de moine, et face à la porte un fauteuil à bascule. Un fauteuil à bascule et un type qui lit le cri du Marijoa. Petit, chauve, charentaises et marcel blanc sale. Raoul Pai Me. Le formateur de rokushili le plus puissant du Cipher Pol. Pas vraiment impressionnant, et pourtant... Y'a des signes qui ne trompent pas, comme la serrure placé à l'intérieur par exemple, ou la porte...

Red clôt le judas et s'attaque au volant, le tournant jusqu'au clic qui lui permet d'ouvrir la porte pour se glisser à l'intérieur...

-Maitre ? C'est Red. Rossignol... Vous vous souvenez ?

Les charentaises et le journal sont toujours la, mais le fauteuil est vide... Mince, c'est pas bon...

-Shikaaan !


-Stop !

Mantra, pas Mantra, contre Raoul ça revient au même. Et comme la derniére fois que Red l'a croisé, il n'a rien vu venir. Juste ce poing qui lui arrive soudain dans la gueule. Et le noir...


Dernière édition par Red le Mer 17 Juil 2013 - 13:52, édité 1 fois
Invité
Invité


Dim 16 Juin 2013 - 15:45


-Putain, ça fait super mal. Et j'avais rien fait !
-C'était pour la derniére fois...
-C'était y'a dix ans, y'a prescription !
-Passé et présent ne font qu'un pour ceux qui ont l'esprit clair...
-Ben voyons, un mec avec l'esprit clair n'agresse pas les gens qui passent dire bonjour.
-C'est pour ça que tu es la ? Dire bonjour ?
-Presque. Vous lisez les journaux non ?
-Oui. Et je constate que tu as peut être fini par retrouver la voie que j'ai longtemps tenté de t'enseigner.
-Peut être ? Je maitrise la Paume du Roi démon et la frappe des cinq doigts qui fait exploser le cœur ! Je suis sur qu'il n'y a pas un seul de vos élèves qui soit arrivé aussi loin dans le sixième style.
-Et alors ?
-Et alors ? Alors ça ne suffit pas. J'ai mis du temps à me souvenir de vos cours, mais j'ai l'esprit clair. Et je me souviens très bien de celui ou vous avez parlé de la boxe du Poing Suprême. Celui ou vous avez massacré ce type du CP9 qui prétendait maitrisé totalement le Rokushiki. Vous l'avez étendu d'un seul coup, et vous nous avez parlé du Haki de l'Empathie et de l'Armement dont était tirés les techniques du Rokushiki. La fierté du Cipher Pol, les techniques de combat les plus dévastatrices du monde connue. Juste des brides dérivés d'un style bien plus ancien et bien plus puissant pratiqué uniquement par des maitres du Haki...
-Hahaha ! C'est pour ça que tu reviens ? Tu as appris à maitriser le sixième style et tu te crois capable d'aller plus loin ? Tu connais le Haki ? Quelle technique maitrises tu hein ?
-L’Empathie
-Ah tiens ? Curieux... Et pas vraiment au point vu l'efficacité de ta parade...
-Facile venant de vous. En attendant je prends n'importe lequel des pratiquants du coin en face à face. N'importe lequel. Sortez moi un de ces faux cul du CP9 qui suivait plus que moi et je le démonte...
-Ah oui ? C'est d'autant plus amusant que j'ai justement un autre de mes élèves qui est venu me faire la même demande que toi...
-Nox ?
-Non... Oko ? Que penses tu de ce que vient de dire le Contre Amiral Red ?



Dernière édition par Red le Mer 17 Juil 2013 - 13:51, édité 1 fois
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Dim 16 Juin 2013 - 19:28

Et répondant à la dernière réplique de Maître Raoul, une silhouette restée dans l’ombre de la pièce se détache de mur où elle était adossée. Deux yeux desquels émane une lueur inhumaine illuminent la pénombre alors que le Colonel d’Élite Oko Tamaka s’approche de toi et Pai Me.


La peau basanée, la démarche légèrement mécanique, un chapeau de cowboy aux emblèmes de la Marine, l’homme de bonne stature progresse jusqu’à vous et s’arrête à votre hauteur. Il ne porte pas de manteau de la Marine lui aussi, il n’a revêtu qu’un débardeur de cuir sur une chemise au tissu usé. Des jeans et des bottes lourdes terminent son accoutrement. D’une voix qui se veut plus ou moins avenante, il t’adresse la parole.

-Heureux de vous rencontrer, Contre-amiral Rossignol Édouard Désiré.

Tu sens la pique qu’il te lance indirectement en prononçant ton nom au complet. Faisant fi des dires du Colonel, votre maître à tout les deux reprend la parole.

-Vous avez tout les deux atteints un haut niveau de rokushiki, j’aimerais donc être témoin de votre avancement. Histoire de voir si vous répondez complètement aux critères de maîtrise des arcanes ultimes du sixième style. Vous êtes d’accord?

Le Basilic acquiesce. Un doute plus ou moins justifiable nait dans ton esprit, l’homme est un colonel, certes, mais est-il aussi fort que toi? L’aura de puissance qui émane du cyborg te décourage de jouer au Teawase avec lui, même que son calme meurtrier t’indique presque très clairement la huitaine de milliers de dorikis qu’il possède.

-Allez allez! En place les jeunes! Vous lance le vieux Pai Me en retournant à son journal et sa chaise.
Vous prenez tout deux place au centre de la pièce, probablement le seul endroit qui puisse vous dissuader de complètement détruire le bâtiment. Et dans un signal de Raoul qui pousse un petit cri, vous vous mettez en action…

…ou plutôt, Oko Tamaka se met en action. D’un geppou qu’il veut puissant, il se propulse dans les airs… mais réalise un peu tard que le plafond du sous-sol ne lui permet pas de réellement prendre les airs. Il se retrouve donc la tête bien enfoncée jusqu’au coup dans le solide ciment du plafond. S’extirpant tant bien que mal de sa désagréable posture, il recrache quelques gravelles en gardant sa mine patibulaire. À le regarder, rien ne s’est passé.

-Même pas mal, dit-il pour cacher l’humiliation qu’a provoquée chez lui sa maladresse.
Tu comprends rapidement que le personnage possède de drôle de défaut, mais que ceux-ci semblent néanmoins ne pas faire ombrage à sa puissance de colonel d’élite.

Finalement laissant tomber la pratique maladroite de déplacement éclair comme le geppou ou le soru, le cyborg te laisse plutôt le soin de bouger. Ton mantra te prévient instinctivement lorsque tu vois une lueur étrange reluire dans les yeux d’Oko. Même qu’il te hurle de bouger lorsqu’une violente énergie faisant grésiller l’air autour du cyborg s’accumule dans ses yeux. Et alors que le bras gauche du Basilic change de forme pour soudainement devenir un gros calibre métallisé, tu sais que tu cours un grave danger. Les yeux du colonel brillent de mille-feux lorsque son bras-arme projette un fumigène.

La suite? Tu la connais nan? Le hide des capacités du Basilic et son surnom ne te laisse pas à la surprise de son assaut prochain…
Invité
Invité


Dim 16 Juin 2013 - 20:05


Oko ? Oko Tamaka? La tête d'affiche de la marine d'élite, le commandant de la flotte la plus décoré de Grand Line, le Cyborg au regard de braise... Et qui en plus vient se payer le luxe d’être un des élèves modèles du vieux Raoul. Pas étonnant qu'il ait une telle réputation de terreur.

Enfin, mieux vaut lui que le maitre en personne...

-On est entre nous, appelle moi Red.

Duel de regard, poignée de main musclée qui fait grincer des dents au contre amiral et lui donne de quoi se faire une idée du vrai niveau de la bête. Fort, très fort. C'est la premiére fois que Red côtoie un Colonel d'élite d'assez prés pour lui mettre des beignes, et il faut bien reconnaitre que si celui ci est un modèle courant, les histoires qui courent à leur sujet doivent avoir un fond de vérité plus large que prévue...

Raoul donne le coup d'envoi et Oko attaque, Cyborg 1, mur 0. Bizarre. Est ce que c'est une feinte ou est ce qu'il est vraiment si fort qu'il ne s’intéresse même pas à tous ses facteurs que Red à pris l'habitude de toujours peser longuement avant de s'engager ? Une pensée pour Toji qui a le même travers. Aie...

Fumée, yeux rougeoyants, Red a essuyé un rayon laser quelques jours plus tôt et sait parfaitement reconnaitre les signes avants coureurs de ce genre de calcination sauvage, autant pour le duel amical de Roku... Oko a l'air de vouloir autant que Red les deniers secrets du vieux maitre. Et s'il en est la c'est qu'il maitrise au moins un des haki. Lequel ?

Les deux rayons de feu rouge trouent la fumée et vont tracer une longue brèche noire et fumante dans le mur du fond, mais Red a bougé, prévenu par le Mantra il glisse littéralement sous la coupe au laser et frappe d'un coup de talon derriére lui, prenant appui sur un mur imaginaire aussi dur que le vrai il se propulse à l'horizontale sur l'adversaire. Une attaque simple, directe, prévisible, trop, beaucoup trop, alors il feinte. Son bras durcit par le Tekkai s'enfonce dans le sol, lui offrant un axe de rotation solide qui lui permet d'expédier d'un coup de pied dans les jambes du colonel une lame d'air circulaire au moins aussi coupante que son laser. Et dans la foulée il se relève sur les mains en continuant à tourner comme une toupie, jumelant la premiére frappe avec une série d'autres qui partent valser dans toute la pièce en découpant tout ce qu'elles touchent...

Une seule lame serait si facile à éviter que ce serait du gâchis...


Dernière édition par Red le Mer 17 Juil 2013 - 13:50, édité 2 fois
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Dim 16 Juin 2013 - 20:41

Tekkaï!

Les premières lames d’air projetées pourrissent les fringues du Colonel qui ne bronche aucunement sous les assauts éoliens. Néanmoins, jouer les débutants, ce n’est pas dans les cordes du Basilic, et tout comme toi, il sort le grand jeu…

Tu es surpris en toupillant lorsque tes lames d’air sont littéralement désintégrées à la source par une violente vague invisible qui te déstabilise momentanément. Chacune de tes attaques coupantes s’effritent à moins d’un mètre d’Oko qui, genoux fléchis, paumes posées sur ses cuisses, semble profondément concentré…

-All Black Basilisk! Scande-t-il d’une voix forte. Et comme si ces simples mots avaient donné un rythme inaudible à une quelconque mélopée, le colonel se met à danser d’une chorégraphie dont tu ne connais rien.

-Hakahaka Haaaaaa! HA! Hakahaka Haaaaaaa! HA!

Rapidement, la peau déjà basanée du Colonel se recouvre d’un cuir ténébreux semblant absorber la faible lumière de l’endroit. Lorsque ses mains qui suivaient la danse tribale de l’homme se reposent vigoureusement sur ses cuisses, Tamaka est recouvert d’une armure de Haki qui semble plus solide qu’une forteresse. La seconde d’après, des jointures hakisées s’écrasent avec une violence inouïe sur ton nez...

-Righteous Strike!

Ta rencontre avec le sol creuse un léger renfoncement duquel s’échappe un large nuage de poussière. Les cailloux pleuvent alors que le Colonel se frotte le poing en s’approchant, toujours recouvert de son armure « All Black ».

-J’ai une idée Red. Le premier capable de se saisir du chapeau de l’autre a gagné. Relèves-tu le défi?

Le Haki de l’armement, ouaip, et il semble savoir comment il fonctionne, lui…
Invité
Invité


Dim 16 Juin 2013 - 22:32


Et voila, ça c'était sur, la couleur de l'Armement...

La protection totale dont le Tekkai et le Shikan ne sont que des versions pour les nuls. Ce bouclier que Toji possède aussi et dont la couche noire n'est que la partie la plus visible et la plus commune. Faire des trous la dedans risque d'étre dur. Sauf si...

Sauf si Oko propose lui même de jouer l'affrontement sur des critères qui ne l'avantagent pas. Décidément ce type est bizarre. Mais après tout, c'est son choix.

-Un peu ouais. Prépare toi a manger le tien.

D'abord phase de test, après tout, on ne paye pas les coups, alors on frappe, fort, beaucoup, jusqu'a ce que quelque chose casse d'un coté ou de l'autre. Et Red frappe, déversant un déluge de coups sur le Colonel qui s'approche. Un déluge fait de poings d'airs plus rapides et plus brutaux que les plus gros boulets des canons géant de la citadelle, des poings qui vont frapper comme des météores l'armure noire d'Oko avant d'aller enfoncer un peu plus le mur du fond avec encore assez de forces pour secouer les fondations jusqu'au sol de la citadelle...

Et alors que la progression du Colonel se fait plus difficile, les bras de Red se couvre de la même noirceur mat et profonde que celle de son adversaire, lui laissant présager une série d'attaques autrement plus dévastatrices que celle qu'il vient d'encaisser. Le Haki de l'Armement ? Non. Juste un leurre, un leurre offert par les ténèbres de Red et tout à fait opportun pour tromper l'adversaire sur ses vrais capacités...  Mantra ? Armement ? Les deux ?

-Roku Oni No Shigan !

Une premiére, les deux paumes de Red frappent l'air de concert si fort qu'il craint pendant un instant s’être pété les deux bras, un double onde de choc en forme de mains gigantesque file à la rencontre du Colonel, trop hautes pour la salle elle démolissent au passage sol et plafond, explosant les dalles et creusant la terre, noyant la salle de poussiére et de débris. Et Red en profite. Espérant que l'Armement qu'il n'a pas a bien conduit le cyborg a tout concentrer sur une défense totale contre cette attaque il se décale de deux Soru que son Mantra synchronise parfaitement avec la destruction de la salle, n’apparaissant que brièvement à droite du colonel pour dépasser l'onde de choc, puis juste dans son dos au moment ou il l'encaisse. Pour frapper la nuque, d'une série de Shikan moins puissant mais parfaitement ciblé sur les centres nerveux du colonel.

C'est bien la premiére fois que Red se retrouve du mauvais coté de sa frappe.

Pourvu qu'Oko tienne le coup...


Dernière édition par Red le Mer 17 Juil 2013 - 13:48, édité 1 fois
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mar 18 Juin 2013 - 22:28

Il semble surpris de découvrir que tu possèdes le même haki que lui. Il doute peut-être un instant, mais ça ne s'affiche, il assimile simplement que tu as peut-être une longueur d'avance sur lui.

-Ah Red, je vois que tu as de la suite dans les idées.

Cette réplique, Oko la prononce avec l'émotion d'un rocher. Il n'a pas l'air impressionné, mais c'est un cyborg, après tout. Néanmoins, il tire un léger sourire lorsque s'approche de lui tes deux immenses paumes aériennes détruisent tout sur leur passage. Lui aussi connait le rokushiki, et à ta plus grande surprise, il semble avoir connaissance de chose qu'il ne devrait nullement maîtriser.

-Roku Oni No Shigan !!

Deux immenses mains venteuses sont expulsées par le Basilic qui préfèrent contrer ainsi ton propre assaut à défaut de l'encaisser. À la rencontre des deux masses d'airs, une violente déflagration retentit. Poussière et caillasses sont comme aspirées vers le centre d'un combat entre les deux typhons sifflants dans leur lutte acharnée. La première technique à rendre l'âme est celle d'Oko, moins violente que la tienne. Mais certes, le cyborg semble avoir prévu sa défaite et son bras a déjà gagné sa forme de lance grenades. Lance grenades qui bombarde aussitôt ton Roku Oni No Shigan, terminant de réduire à néant la technique venteuse en dispersant l'air grâce aux explosions.

Quand tu surgis derrière lui, il ne semble pas le remarquer, il sait seulement que tu n'es plus là, que tu risques de le prendre à revers. Et comme s'il avait prévu que tu apparaîtrais derrière lui, le Colonel se propulse vers l'arrière d'un geppou.

Un geppou aussi puissant que celui de tout à l'heure, assez brusque et formidable pour s'enfoncer à nouveau dans le mur le plus proche… Avec en plus une bonne dose d'armement le recouvrant.
Invité
Invité


Mar 18 Juin 2013 - 23:14


C'est injuste.

Tout ce chemin pour en arriver la et se retrouver face aux mêmes techniques et en plus une option mécanique de pointe enrobée dans un haki de compet... Ou deux ?
Parade impeccable et contre attaque destructrice, réactions rapides et appropriée, a croire qu'Oko se paye en plus le luxe d'avoir appris l'empathie en premier. Ce qui ne serait pas bon, pas bon du tout.

Heureusement que Red commence à voir clair dans son jeu. Enfin clair, moins flou. Avec le mantra qui lui souffle les actions de l'adversaire comme s'il les avait déjà faites, Oko anticipe, Red aussi. Et pour un type véritablement inhumain comme Raoul, le duo semble soudain figé, chacun jouant prévoir a l'avance les réactions de l'autre en cherchant la faille, jouant à celui qui voit le plus loin dans le jeu de l'autre...

Red gagne.

Et quand le bloc incroyablement dur et massif qu'est le cyborg all black s'encastre dans le mur en y creusant un trou de deux bons mètres de profondeur, Red n'est pas écrasé derriére façon fer mou entre le marteau et l'enclume. Il est encore dehors, de peu.

Et il change de technique. Faut se rendre à l'évidence, Oko est le plus dur des deux, mais pas le plus rapide, et peut être pas le plus fort. Peut être pas.
Profitant de l'instant ou le cyborg est entre le fond de son trou et le retour en lice, Red vise et attaque à nouveau. A distance, d'une série de Shikan chirurgicaux aussi précis que ses applications d'aiguilles, il vise un circuit complexe de points vitaux que même un type comme Oko devrait encore avoir, une bonne quinzaine de points qui, convenablement frappés vont déclencher chez la cible une sorte de KamiE forcé. KamiE, l'autre technique de défense du Cipher Pol, antithèse parfaite du Tekkai, celle qui rend souple et agile au point de pouvoir éviter facilement la majeure partie des attaques. Et qui rend tellement mou qu'il est tout a fait illusoire de vouloir attaquer en la maintenant...

Se fiant à l'empathie, Red se sent tout à fait sur de pouvoir malgré tout toucher le colonel. Et si ça peut l’empécher d'attaquer efficacement...


Dernière édition par Red le Mer 17 Juil 2013 - 13:48, édité 1 fois
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mer 19 Juin 2013 - 16:40

-Hmm… Tu te débrouilles…

Entends-tu le Colonel te dire du fond de son trou dans la cloison, dans un grondement Ishiiesque. Grondement qui est accompagné par un bruit de cicruit électrique disjoncté. Bruit de circuit disjoncté accueillant à son tour une désagréable lueur rouge perçant la noirceur du large trou fumant ayant la forme de Tamaka. La lueur rouge, tu comprends rapidement ce qu'elle est. Tu le comprends encore plus lorsque tu te jettes sur le côté en esquivant in-extremis un laser pacifista filant droit jusqu'au dessus du crâne quasi-chauve de Raoul qui ne bronche aucunement.

Le colonel s'extirpe tant bien que mal du trou… en rampant comme un ver. Visiblement, ton attaque l'a bien touché, mais il n'a pas dit son dernier mot.

-Red, annule ce shikan chirurgical maintenant.

Qu'il t'ordonne d'une voix d'homme habitué à se faire écouter. Le tout en se relevant difficilement et en ayant autant de stabilité qu'une anguille sur deux pattes pourrait en avoir. Naturellement, qui accepterait de favoriser son adversaire en plein combat? Personne. Et le Basilic s'en doute probablement, car avant même que tu lui répondes, son bras gauche n'a plus de bras que le nom. Le lance-grenades refait surface, tandis que Oko durcit son corps nimbé de noir dans la limite de ce que ses muscles déstabilisés lui permettent de faire.

-Bon, ça t'apprendra, dit-il d'une ton qui se veux laconique.

Et ouaip, peut-être que ça t'apprendra. Parce que pour donner raison à ses dires, Le Basilic entre dans une danse qui t'est des plus désagréable… Une tout autre danse que le rituel tribal accomplit un peu plus tôt. En tournoyant et en voltigeant sur place, le colonel se met à décocher des dizaines de rankyakus qui fendent l'air pour se diriger partout dans la salle. Son amre à feu n'est pas en reste et balance des tas d'explosifs partout autour de lui, ça fait un vrai boucan, et en plus c'est meurtrier.
Utilisant la flexibilité inusitée de son corps, il se déplace ainsi à une vitesse que tu lui reconnais bien. Le tout comme une dangereuse tornade coupante et explosive… qui n'hésite pas à user de ses yeux du basilic de temps en temps, lorsque tu passe un peu trop dans sa ligne de mire…
Invité
Invité


Mer 19 Juin 2013 - 19:50


Enfin, l'avantage c'est que Red est maintenant sur qu'on peut faire des trous dans l'armure et que le cyborg n'est pas complétement insensible. L'inconvénient c'est qu'au bilan c'était vraiment une idée à la con.

Parce qu'entre ses armes implantés et ses frappes à distance, le colonel n'est pas devenu moins dangereux pour un sou, ce serait même plutôt pire. C'est pire...
Et malgré son Tekkai censément parfait même en mouvement et son empathie qui le prévient a chaque fois qu'il va manger un coup, Red douille sévère. Les frappes d'Oko s'impriment de plus en plus profondément dans sa chair et le nombre indécent de coups qui lui tombe dessus lui interdit de riposter efficacement et de s'en tirer en évitant toutes les beignes.

Red est plus martelé qu'un steak tartare coincé sous une selle et commence a prendre la couleur bleu de la viande crue, un comble pour un type qui aime le rouge au point d'en porter tout le temps. Seul échappatoire, sortir le joker qui semble être le seul que le cyborg ne possède pas.

Ténèbres !

Red laisse le coup de pied suivant le catapulter dans un coin de la pièce, traversée contrôlée avec renversement sur le chemin pour atterrir pieds sur le mur et le plafond comme une vilaine araignée. Et il explose, presque littéralement, libérant une marée de noirceur qui jaillit de sa position comme s'il venait soudain d'y ouvrir un barrage. La lumière vacille pendant que la pièce plonge dans la pénombre. Le faisceau laser qui y plonge perd soudain en luminosité comme s'il traversait un épais brouillard avant de se dissoudre complétement dans le noir.

Du coin sombre de Red surgissent une série de boules noires et luisantes qui traversent l'espace à toute vitesse et d'ou s'échappent par saccades de minces filaments noirs qui happent et absorbent instantanément tout ce qui passe à leur portée. Et dans le sillage de cette vague de protection Red repart à l'assaut. Ressentant chaque zone de ténèbres comme si ce n'était qu'une extension de son propre corps il ressent chaque partie de la pièce et sait exactement ou se trouve ceux qui l'occupent.

Et déja sa main se tend vers le chapeau pendant qu'il murmure a voix basse sa formule magique.

-Black Hole !


Dernière édition par Red le Mer 17 Juil 2013 - 13:46, édité 1 fois
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mar 25 Juin 2013 - 22:37


Complètement déstabilisé par tes multiples trous noirs, mais aussi par ta technique chirurgicale dont il se remet peu à peu, Oko ne peut rien faire lorsque son chapeau quitte sa tête pour disparaître dans les limbes ténébreuses de ton fruit. C'est au moment où son chapeau laisse découvrir sa tête que tu réalises quelque chose de bien spécial.

L'espace d'un instant, un dernier éclat de lumière factice fait reluire la peau nimbée de haki du Colonel… La peau d'un crâne luisant et dégarni de toute pilosité! Le Basilic est chauve! Mais ce n'est pas tout, tu appréhendes beaucoup plus que ça en observant sa tête exempte de poil. Le haut de son crâne basané est pointu, très pointu. En fait, on dirait même que la tête d'Oko Tamaka est faite pour être la queue d'une toupie. Oui, le crâne du Colonel est conique!

Humilié, il tente de reprendre contenance en se couvrant la tête d'une main, puis te dit d'une voix forte, impérieuse:

-Tas rien vu Red!

Il cesse du même fait sa danse meurtrière et prend un léger recul d'une propulsion arrière. Il semble que tu as gagné.

Du moins, si ce n'était pas que Tamaka est un sacré mauvais perdant. Raoul n'a même pas le temps de quitter sa chaise pour que le Basilic te fonce dessus d'un Soru à la puissance incalculable… probablement au-delà des huit-milles, comme ils disent. Son crâne perforant surmonté de haki te percute en plein ventre et te font valser vers l'arrière.

Tu sembles avoir découvert un secret qui n'aurait jamais dût être révélé. Un secret pire que n'importe quel secret, pire que le nombre de membres d'équipage de Lloyd, pire que la couleur de la culotte de Lilou, pire que… pire que tes probables sentiments pour Rachel! Un secret qui semble devoir te coûter de sales beignes à la vue du Colonel dégageant une aura meurtrière en courant vers toi. Sa main n'ayant pas la forme d'une  arme à feu se braque vers toi… et est projeté à distance vers ton chapeau!

Reliée par une chaîne au poignet du cyborg, elle se dirige à toute vitesse pour se saisir de ton mythique couvre-chef pour tenter de révéler un nouveau secret quant à ta propre intégrité capillaire.

La main engage sa course… mais est soudainement envoyée sur le côté par une vague d'air puissante qui creuse un violent sillon dans le sol. C'est Raoul qui met fin au combat.
Tu as gagné face à Oko qui fulmine en couvrant son crâne du mieux possible.

-Beau jeu les jeunes, beau jeu…
Invité
Invité


Lun 1 Juil 2013 - 22:38


Ne pas rire.

Surtout ne pas rire.

D'abord parce que ça fait un peu mal au niveau des cotes. Et ensuite parce qu'a tout les coups y'a un grand Black qui risque de le prendre mal, déjà qu'il a l'air assez furax pour être prêt à en remettre une couche dés que le vieux va tourner la tête. Alors s'il a l'impression qu'on se fout de sa gueule...

Ne reste qu'une chose a faire pour détendre l’atmosphère et revenir à la saine rivalité entre adversaires occasionnels. Rendre la pareille ?

Red se redresse, quittant sa posture de garde vigilante pour s'étirer un peu, s'étirer et porter une main au chapeau que comme le Colonel, il n’enlève jamais en public. Raoul reste aussi impassible et blasé que d'habitude, Oko hausse un sourcil interrogatif, méditant probablement sur ce que cache le rouge. Une calvitie plus si précoce que ça ? Une horrible cicatrice ? Un tatouage de jeunesse complétement ridicule ? Et Red enlève à son tour son chapeau. Révélant lui aussi ce qu'il cache dessous pour remettre les comptes à jour avec le cyborg.

Un foulard noué à la pirate. Rouge.

Sous le chapeau de Red, il y a d'abord un autre chapeau.


Raoul secoue la tête avec consternation avant de hausser les épaules et de partir chercher sa tatane abandonnée. Oko serre les dents, cherchant à déceler la moquerie chez son adversaire, puis éclate de rire avant de coller une grande claque métallique dans l'épaule de Red. Une claque sans le haki.

-Hahaha ! D'accord Red, j'ai rien vu non plus...


Dernière édition par Red le Mer 17 Juil 2013 - 13:45, édité 1 fois
Invité
Invité


Mar 16 Juil 2013 - 22:02


-Belle démonstration. Mais insuffisant. Pour tous les deux.

Raoul chausse sa tatane et retourne s'asseoir sur la chaise longue miraculeusement épargné par le déchainement de violence qui a dévasté la pièce.

-Vous êtes venus pour la même raison. Mais même si vous n’êtes pas mauvais, vous n'avez pas les compétences requises pour accéder au niveau de maitrise que vous cherchez. Rossignol l'a dit tout à l'heure. La boxe du poing suprême est l'art martial le plus puissant qui ait jamais été pratiqué par l'homme. Et seuls ceux qui maitrisent les couleurs de l'Armement et de l'Observation peuvent prétendre en maitriser les techniques.

L'Armement et l'Observation. Les deux. Et l'un comme l'autre vous ne possédez qu'un seul de ces pouvoirs.


-Apprends nous Maitre !

-Vous apprendre ? Je vous ai déjà appris. Souvenez vous. Savoir utiliser le Rokushiki c'est déjà se servir du Haki. Le Shikan et le Tekkai, c'est l'armement. Le Kami, c'est l'Empathie. Vous n'avez besoin de rien d'autre.

-L'idée, c'est qu'on les maitrise déjà ?

-Tout le monde possède le Haki. Le marin en mer qui sent venir les tempêtes, le forain qui tord de l'acier et brise des chaines, le fakir qui marche sur les braises et se couche sur des clous, le vieil homme que ses rhumatismes avertissent du mauvais temps. Tout est Haki. Quand tu ressens cette impression fugace d'avoir déjà vu quelque chose, c'est le Haki. Quand tu sens venir un danger juste avant qu'il ne se produise, c'est le Haki. Quand tu ressors étrangement indemne d'une chute ou d'un accident, c'est le Haki !

Ce qui importe c'est la compréhension. En maitrisant le Rokushiki on s’élève au dessus du commun des mortels, on apprend a se servir du Haki comme d'une arme, une arme figée dans quelques techniques formatés. Vous devez franchir un niveau suplémentaire de conscience. Comprendre que le Haki est multiple et que le sixième style n'en est qu'un version appauvrie. Comme la marche a genoux par rapport à la course.


-Un niveau suplémentaire de conscience ?

-Attaquez moi...

-Euh...

Et pendant que Red s'interroge sur le bien fondé de s'attaquer a un type qui l'a mouché il y a moins d'une heure, Oko lui, attaque. Sa frappe va pulvériser pliant, journal et verre de lait, mais évidemment loupe complétement Raoul qui n'est déjà plus la. Et qui frappe.

-KamiE !

Saisissant le bras du Cyborg il utilise sa vitesse pour le déséquilibrer et le propulser vers le mur, non sans lui coller au passage une demi douzaine de coups mortel qu'il n’arrête qu'au contact de son adversaire.

-KamiE !

Soudain léger comme une feuille Oko ne fait que frôler le mur au lieu de s'y écraser et se retourne immédiatement vers Raoul qui lui tombe dessus sans même donner l'impression d'avoir fait un seul pas dans sa direction. Et Oko esquive, presque tout...

-Le KamiE fait appel au Mantra de façon inconsciente. Dépasse le ! Ce qu'il t'apporte tu peux le ressentir de façon consciente, aussi bien en attaque qu'en défense ! Ce que ton esprit sait, tu le sais !

Un pied chaussé d'une tatane vient s'écraser sur le pied ganté du Cyborg, une main lui enserre le poignet et d'un geste qui semble aussi facile que de jeter un journal Raoul bazarde Oko a travers la pièce, droit vers Red.

-Tekkai !

-Tu as appris à bouger avec le Tekkai ! Tu sais rendre ta peau plus dure que l'acier, résister aux balles, aux lames. Percer du métal comme du papier ! Oublie les limitations que tu crois connaitre. Ce que tu peux appliquer sur toi tu peux l'appliquer sur n'importe quoi !

Et ramassant le journal par terre Raoul en expédie une a une des feuilles que son Haki rend plus dures et tranchantes que les lames du plus exigeant des ninja... Feuilles qui viennent se planter dans le Tekkai de Red comme s'il n'était pas la...

-Attaquez !

Et agissant de concert, Red comme Oko se jettent tous les deux sur le vieux maitre...


Dernière édition par Red le Mer 17 Juil 2013 - 13:45, édité 1 fois
Invité
Invité


Mar 16 Juil 2013 - 22:27


Une paire d'heures plus tard, dans les couloirs de la Citadelle...

-GAAAARDE A VOUS !

Et dans un synchronisme impeccable toute la rangée de gardes du couloir présente les armes. Il faut dire qu'avec le nombre de gradés au mètre carré de la Citadelle, présenter les armes et saluer est l'activité principale de la plupart des plantons en uniforme. ça et savoir rester imperturbable en toutes circonstance. Presque toutes.

Parce qu'il faut avouer que si croiser un Colonel d'élite couvert de médailles accompagné d'un Contre Amiral est plutôt banal. En croiser deux qui semblent se soutenir mutuellement et qui ont l'air d'avoir été sévèrement passé à tabac, c'est carrément rare.

C'est même tellement surprenant que le lieutenant de garde ne peut s’empêcher de quitter la réserve de rigueur dans sa fonction pour s'enquérir du probléme.

-Messieurs ? Hum... Quelque chose ne va pas ?
-Euh non non. Tout baigne. Hein Oko? Aie... Que tout Baigne ?
-Ah oui oui, a merveille, tout va bien, repos soldat...

-Mais...
-Écoutez, si on vous dit que ça va, c'est que ça va non ?
-Mais. Vous êtes blessés monsieur.

Red porte la main a son nez quasiment pété et sur le sang qui en coule goutte à goutte sur le sol. Puis suivant le regard du lieutenant il passe aussi deux doigts dans le trou de sa veste, jusqu'a la balafre que lui a laissé Raoul. A coté de lui Oko remet en place d'un coup de sec deux de ses doigts cassés et rabat son chapeau sur une énorme bosse qui lui orne le front.

-Ah ça ? Juste une égratignure. Je... Je suis tombé dans l'escalier.
-Oui c'est ça, tombé dans l'escalier, moi pareil...

-Euh l'escalier ? Et je ne peux rien faire pour vous aider alors ?

-Non merci Soldat. ça va le faire...

L'un soutenant l'autre, les deux gradés s'éloignent clopin clopant vers la sécurité des appartements du Colonel et l'infirmerie adjacente. Et dans le couloir le lieutenant hausse les épaules et d'un signe ramène ses hommes dans une position de repos avant de reprendre sa faction contre le mur. Décidément, les nuits de la Citadelle sont toujours des plus curieuses.

Qu'est ce que ça va faire marrer au mess...
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1