AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Devenir marin

avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Lun 1 Juil 2013 - 5:18

Demande de quête ici / Infos sur les PNJs ici
Spoiler:
 

Année 1624,
Troop Erdu.

Voilà, je suis prêt. J'ai mon sac à dos, rempli de quelques plantes, ma détermination, mon destin en main. Il ne me reste plus qu'à rentrer au QG. Pour prendre la mer, je dois retrouver un bateau. Et je vais sûrement trouver un bateau sur le lac, à l'intérieur de l'île. Mais pour y arriver, je dois passer par le Bled. Une façon de dire au revoir une dernière fois. Je suis tellement pressé que je me mets à courir. Mes jambes me semblent légères, et j'accélère le pas. Le village est en vue. Mais … c'est curieux. On dirait qu'il y a le feu … Pas un feu de joie comme ils en font parfois. Non, là on dirait … que c'est leur maison qui brûlent … Un peu d'agitation visiblement. Boarf, puisque de toute façon je dois passer par là, autant aller jeter un coup d’œil. Qu'est-ce qu'il peut bien m'arriver de toute façon ? Je continue d'avancer, mais je ralentis la cadence jusqu'à finir par marcher afin de faire le moins de bruit possible. Je suis désormais à moins de cent mètres. J'entends des éclats de rires. Et un détail attire mon regard.

Au beau milieu de la rangée de cabane se dresse, sur une sorte de mat, un drapeau. Mais pas n'importe quel drapeau. Une tête de mort blanche sur fond noir. Une seule explication, des pirates sont dans les environs. Même s'ils sont faibles, les villageois le sont encore plus, ils n'ont donc aucune chance s'il essayent de résister. Je ne peux pas simplement passer mon chemin et laisser ainsi des innocents en danger maintenant que je fais parti de la marine. Je dois intervenir. Oui, mais je ne peux pas le faire comme ça. Il me faut un plan, des armes, une tactique, éviter de blesser les habitants …


Tiens donc … un rat se cache … Lèves toi doucement, la poule mouillée.

Et merde … Le sabre sous ma gorge m'oblige un peu à obéir. Le pirate me fait me diriger vers le feu. Les habitants sont regroupés, ficelés comme des cochons. Trois autres pirates les tiennent en joug avec leurs épées. Ils n'ont pas l'air d'être si fort que ça. Leur apparence est commune à la mienne. Les deux autres que je vois sont différents. L'un semble plus mort que vivant. Quand j'arrive, ils me regarde tout en discutant entre eux. Aucun doute, ce sont bel et bien des pirates.

Spoiler:
 

Spoiler:
 

« (Brutus) Tiens, mais qui avons nous là … Un brave villageois qui pensait pouvoir aider ses amis et qui se retrouve finalement lui aussi capturé …
(Igor) Mettez le avec les autres et commencez à les faire rôtir. Ce soir, on mange de la viande les gars. »

Les pirates se mettent à crier de joie. Ainsi, ils veulent nous faire rôtir hein ... Désolé les gars, mais va falloir changer vos plans. J'ai pas l'intention de me laisser cuisiner par des vulgaires pirates. Je dois devenir un amiral en chef de la marine, alors pas de temps à perdre avec vous. Ils se mettent à rire et baissent leurs épées par inadvertance en se tenant le ventre tellement ils sont pliés de rire. Sauf qu'ils ne rigolent pas longtemps. Celui qui me conduisait près des villageois se mange un coup de pied dans la cheville droite, un coup de boule dans sa tête. Il recule et titube. Les autres reprennent leurs armes et les pointent vers les villageois, devenus désormais des otages. J'empoigne le pirate, lui colle un crochet du droit. Il tombe dans les vapes. Je prends son arme et la pointe vers lui.

« (Brutus) Poses tes armes gamins, où ils vont morfler les vieux.
Et alors …?
(Igor) Alors, puisque ça ne te gênes pas, on va les tuer.
Vas-y, ne te gênes pas. Appuis sur la gâchette. Vous pouvez bien tous les tuer, je m'en fou. Moi ce que je veux, c'est vos têtes.
(Brutus) mais il est taré ou quoi ? Il nous connaît pas, c'est pas possible …
(Igor) impossible … on dirait que la vie est otages t'importes peu gamin …
Je ne suis pas un gamin !!! »

Je prends le bras du pirate que j'ai assommé, donne un coup d'épée. Ce dernier se réveille et se met à crier de douleur en gesticulant comme un tordu. Je suis en train de lui couper le bras droit avec son arme. Quand on entend un violent 'CRAC', les cris montent d'un cran, le sang gicle et m'éclabousse, tandis qu'il lâche toute résistance. Le pirate est au sol, gémissant, hurlant, son bras droit dans ma main gauche. Les trois soldats se mettent à courir vers moi. Leurs regards sont remplis de haine, de colère et de rage. « Quoi ? Vous êtes fâchés ? Vous pensiez vraiment être les seuls à pouvoir vous amuser ? Si personne ne vous l'a encore fait, c'est qu'ils étaient trop faible pour le supporter. Mais j'suis pas comme eux moi. Tuer, mutiler, ça me gêne pas vraiment, tant que c'est sur des gens qui le méritent. Et vu ce que vous aviez prévu de faire aux habitants de ce bled, je pense que c'est le cas. Et, vous deux », dis en m'adressant aux deux mecs portants des costumes ridicules, « j'espère que vous aimez le salami. »

Les trois pirates sont presque sur moi désormais, brandissant leurs épées. Une fois à portée, je tourne rapidement un tour sur moi même, prends appuis sur mon pied droit, donnant l'impression que je vais sauter. Sauf qu'au lieu de cela, je fais simplement une roulade avant. Oui, une simple roulade avant. Je ne suis pas très agile, donc on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a. Les ennemis sont surpris. Le temps qu'ils baissent leur épées, j'ai déjà asséné mon attaque, étant directement à portée de mon objectif. Je donne un violent coup de droite à gauche. Ce coup passe au niveau des rotules des pirates. Ils se mettent à crier, et du sang gicle sur mon visage. Je me recule rapidement après plusieurs bonds. J'essuie les traînées de sang sur mon visage, notamment sur mes yeux afin de récupérer ma visibilité.

« Alors, le spectacle vous plaît-t-il ? Je peux continuer très longtemps ainsi, mais je doute que vos hommes le puissent, eux.
(Brutus) Enflure !
(Igor) Raclure !
(Thor) Arrêtez, bande d'abrutis congénitaux. »


Dernière édition par Clotho le Ven 29 Nov 2013 - 6:47, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Lun 1 Juil 2013 - 5:25

Une voix vient de parler. Mais je n'ai vu personne d'autre. Un homme sort alors de l'ombre provoquée par une des cabanes. Lui aussi porte un costume ridicule. J'en déduis d'après le ton employé qu'il doit s'agir du capitaine. Il tient deux pistolets dans ses mains, chacune pointée vers les deux hommes restants debout.

Spoiler:
 

« Vous ne voyez pas que ce type vous provoque ? Il vous est supérieur, il le sait, et il en profite. Attaquez, et vous mourrez.
(Brutus) mais … capitaine, il a mutilé nos hommes.
Et alors ? Vous ne l'avez jamais fait peut-être ?
(Igor) on les laissait de façon à ce qu'ils puissent se réparer. Mais là, lui a un bras en moins, eux ont du mal à bouger …
Et qu'est-ce qu'on fait dans ce cas là ? », dit-il avec une voix menaçante.
(Igor) mais … ils nous sont fidèles capitaine. On ne peut pas …
(Brutus) les tuer. Les gens ne s'enfuyant pas en vous voyant sont rares à trouver. Mais ils sont idéaux pour naviguer.
Celui-là ne s'est pas enfui … »

Il me regarde fixement. J'ai l'impression d'être passé au microscope, et franchement, je déteste cette sensation. Qu'est-ce que ça peut être désagréable … Il s'avance et passe entre les deux. Je recule d'autant qu'il avance. Il sait que désormais, ils ont l'avantage sur moi. « Je parie qu'il ne me connaît même pas …   Tout en parlant, il continue de s'avancer vers moi. Il atteint ses hommes qui le supplie de les aider. Il prend le premier dans ses bras. Attends deux minutes. Un pirate qui a des émotions ?! C'est de l'inédit ça je crois … D'un seul coup, il fait un mouvement avec ses bras. On entend un 'CRAC', puis le corps du pirate tombe sur le sol, inanimé.

« D'habitude, j'aurais utilisé une balle pour ça. Mais vu ce qu'elles coûtent désormais, on va revenir aux bonnes vieilles manières.
Tu es un monstre … Tuer tes propres hommes ...
Quand la viande n'est plus bonne, on la jette. L'homme, c'est pareil. Les trucs inutiles et faibles n'ont pas leur place dans ce monde. C'est un monde pour les forts et les puissants. Tu n'es ni l'un, ni l'autre.
C'est vrai que je ne suis pas un puissant et riche membre du monde. Et oui, je ne suis pas très fort. Mais moi au moins, je ne tue pas sans raison.

Fin de la discussion. Ses propos, sa façon de faire, le fait qu'il tue un de ses hommes alors qu'il aurait pu survivre avec de l'aide et redevenir utile … Tout ça … Ça me … Ça me mets hors de moi. Je n'ai aucun problème avec le fait de tuer quelqu'un, mais tuer quelqu'un inutilement, ça je ne supporte pas. J'ai tranché le bras de quelqu'un, donc oui allait mourir sous peu. Mais c'était un pirate. Une raclure de pirate qui allait torturer des gens innocents. Ça lui aurait appris la leçon s'il avait vécu, j'en suis sur. Une mesure extrême pour une situation exemplaire. Donc c'était justifié. Mais ce qu'il lui a fait, rien au monde ne le justifie. Je laisse tomber l'épée au sol afin d'utiliser l'arme la plus puissante dont je dispose, mes poings. Je les serre fermement, et m'avance vers le capitaine pirate pendant qu'il finit de briser les nuques de ses anciens équipiers. Pendant que j'avance, les deux restants courent vers leur capitaine afin de m'intercepter. Trois contre un. Ok, ça va être costaud, mais pas impossible.

Première étape, évaluer la différence de force. Comme mon corps n'est pas extrêmement résistant, je ne peux pas me permettre de prendre de coup sans avoir d'abord évaluer leur puissance. Ce qui signifie que je doit les frapper avant qu'ils ne me frappent. Donc, je dois prendre l'initiative. Ça y est, les deux lascars sont devant leur capitaine, le protégeant avec leurs corps. Mes poings sont serrés, armés et prêt à frapper. Le premier saute, puis se laisse glisser le sol tandis que la distance qui nous sépare n'est que de deux mètres. Le second continue de courir comme si de rien n'était. Par lequel je commence ? Celui en bas peut m'empêcher d'avoir des enfants, et celui d'en haut m'empêcher de penser. J'arrête donc de marcher et les laisse venir à moi. 1 mètre nous sépare. 90 centimètres. Puis 80 centimètres. 70. 60. 50. Paf, je déclenche. Je me laisse tomber sur mes deux jambes, rassemble mes deux mains comme si j'allais prier. Celui au dessus de moi, du coup, doit réajuster son poing qui part trop haut, tandis que celui du bas voit son poing être dévié par mon coude qui lui tombe en plein dessus. Son bras prend donc une trajectoire descendante.

Mais je ne reste pas inactif. Je fais un violent mouvement, toujours gardant les mains jointes, afin de les envoyer dans le menton du pirate couché sur le sol. Le choc le fait remonter et percuter son acolyte. Je me recule un peu. Je tente de garder le capitaine en ligne de mire. Mais hélas, il est déjà devant moi, juste à portée. Son poing touche mon nez et m'envoie valser de quelques mètres. Je me retrouve donc sur le sol, étalé comme une merde. Je me relève rapidement pendant que les deux autres font de même. Putain, c'est qu'il est balèze ce type quand même … Pour m'envoyer valdinguer comme il l'a fait, il doit être puissant. Même si je me suis jamais battu contre quelqu'un, je ne pense pas être une sous merde quand même. Je pense que je dois me débrouiller … Mais bien sur, c'est difficile d'évaluer ça sans personne à qui se confronter. Donc ce combat est un excellent moyen de savoir où je me situe sur l'échelle de la puissance. Mon nez saigne et me fait mal. Je vais peut-être devoir revoir mon échelle de puissance ...


« (Brutus) Tu viens de faire la connaissance de Punchy, le poing droit du capitaine Ecta Thor, des pirates aux flingues. Moi je suis Brutus, son second.
(Igor) Je suis Igor, le lieutenant. Ya pas plus puissant sur les mers.
Pas plus puissant ? Tu veux rire ou quoi … Sur les mers, tu trouvent les amiraux de la marine, les grands corsaires, les empereurs des mers, sans compter toutes les personnes sous leurs ordres. Vous n'êtes rien.
Tu penses être quelque chose, toi peut-être ?
Ô non. Mais contrairement à vous, je sais que je ne vaux rien. C'est pourquoi je vais m'améliorer jusqu'à être en mesure de réaliser mon rêve de devenir amiral en chef de la marine.
Et tu penses que quelqu'un comme toi va y arriver ? Laisses moi rire … Les amiraux sont parmi les meilleurs combattants. Ils sont choisi en raison de leur puissance, de leur obéissance, leur succès … Non. Ils sont choisis parce qu'ils connaissent des gens haut placés et sont eux même bien placés de par le monde. Ce qui n'est pas ton cas. Alors abandonne ce rêve stupide.»


Dernière édition par Clotho le Ven 29 Nov 2013 - 7:07, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Lun 1 Juil 2013 - 5:39

J'y crois pas … Un pirate qui me parle. Et pourquoi il ouvre sa gueule ? Pour me dire que je ne pourrais jamais réaliser mes rêves. Alors là, je suis en rogne. Qu'on me descende, j'ai l'habitude. Qu'on me renie, je survie. Qu'on se moque de moi, je passe. Mais qu'on se moque de mes rêves, alors là, ça ne passe pas du tout. Et le vieux pépé le voit bien. Je baisse la tête, je serre encore plus mes poings. Quand je relève ma tête, mon regard a changé. Il n'a plus rien à envier aux pirates. Il est chargé de colère et de rage. Mind lost se met en marche. Le fait qu'il se moque de mes rêves combiné au fait que je voie mon sang couler de mon nez pour tomber sur le sol me met dans une sorte de transe. Je fais un pas en avant. Puis un second. J'en fait jusqu'à réduire la distance entre les pirates et moi de moitié. Alors je me mets à courir. Les deux abrutis font de même. Leur capitaine ne bouge pas, préférant sûrement observer.

* Ils me chargent sans connaître ma puissance. Si on part du principe que le capitaine est le plus puissant, qu'on doit avoir la même force à quelques détails près, ceux là ne sont que du menu fretin. Je peux donc prendre leur coup. Mais est-ce que ça en vaut vraiment la peine ? *

La suite se passe extrêmement rapidement. Je n'ai pas envie de perdre du temps. Celui de droite, Igor, le sous disant lieutenant, m'envoie un coup de poing dans le ventre. Celui de droite, Brutus, fait la même chose. Pendant ce temps, mon poing droit est déjà contre le ventre d'Igor, ma cible. Ce dernier se voit propulsé de deux mètres en arrière. Brutus recule rapidement, surpris, et se précipite vers son compagnon. Mon estomac me fait souffrir. Le côté gauche plus que le droit. Brutus est donc plus fort qu'Igor. Pas assez fort pour me battre, mais assez pour m'abîmer et que leur capitaine n'ait plus qu'à me finir. Une telle chose est hors de question. Le troisième homme de l'équipage semble hors d'état de nuire, étant inconscient. L'autre se relève et me regarde méchamment.

« (Brutus) tu n'aurais jamais du faire ça, jamais !
Amènes toi que je te démontes le portrait à toi aussi. Tu verras, tu seras bien plus joli après, car là, c'est dur de faire pire … Combien de fois ta mère t'a fait tombé au fait ? Cinquante ? Cent ? »

Fou de rage, il ignore les conseils de son capitaine et me charge. A ma droite se trouvent les corps des trois pirates que le capitaine a tué, à ma gauche se trouve le cadavre encore chaud de celui que j'ai abîmé. Brutus sort son épée et l'agite dans les airs, comme s'il ne savait pas quoi en fait. Quel idiot … Quand on a une arme, on ne l'agite pas comme ça, c'est bon qu'à se la faire piquer. Je ramasse une des épées traînant sur le sol et affronte le fer par le fer. Il frappe, frappe et frappe encore, toujours plus puissamment. Je tiens mon épée dans la main gauche, ce qui me permet de serrer le poing droit et de lui envoyer en pleine tête. PRENDS CA ESPÈCE DE SALE MACHIN DE MERDE ! La réaction ne se fait pas attendre. Il ouvre la bouche, et lâche un cri pendant qu'il entame sa descente vers le sol. Je sens trois de ses dents bouger suite à mon coup. Je lui assène un autre coup tout aussi puissant afin de l'encastrer dans le sol. Quand il touche ce dernier, un petit cratère se forme sous son corps. Je me place au dessus de lui. Tu m'as fais chier connard, tu vas voir.Je mets ma main dans sa bouche, attrape une dent, et tire dessus violemment. Je fais de même avec les deux autres qui bougent. Il a du sang plein la bouche et est en train de s'étouffer avec. Je le fais rouler sur le côté. Ce gros porc m'a fais chier et a critiqué mes rêves. Une telle chose ne peut rester impunie. C'est hors de question. Je viens de battre le second et le lieutenant de son équipage. Malgré tout, mon nez et mon ventre me font un peu mal. Il est vrai que ma capacité me permet d'augmenter ma force et réduit la douleur, mais plus je la garde longtemps active, plus je perd mes esprits. Que va faire le capitaine à présent ?

« Tu me plais gamin … T'as du cran pour m'affronter et de la puissance pour battre mes hommes aussi facilement …
Quatre trucs et deux machins inutiles, t'es bien mal parti mon pauvre si c'est ça ton équipage.
C'est bon, t'es chaud ? Fait parti de mon équipage. Deviens mon second.
T'as oublié ce que je t'ai dit tout à l'heure ? Je deviendrai amiral de la marine, pas pirate. Donc ton offre, tu peux te la mettre bien profond. D'ailleurs, je peux t'aider même si tu veux.
Jeune insolent ...
Si tu avais des hommes qui valaient la peine, peut-être qu'on te prendrait plus au sérieux. Mais là, avec les deux guignols, il n'y a AUCUNE CHANCE. »

Il me fonce dessus, sans prévenir. Je n'ai que le temps de mettre le sabre devant moi afin de le freiner dans sa course. Mais non, il ne s'arrête pas pour autant. Au contraire, j'ai même l'impression qu'il ne fait qu'accélérer. Il se stoppe au dernier moment. Je ne sais pas comment il fait, car d'habitude, la force d'inertie oblige un objet à décélérer afin de pouvoir s'arrêter. Mais non, lui il s'arrête comme si de rien n'était. Ce qui implique que son organisme doit en prendre un coup à chaque fois. Du coup, il me prend de court. Je ne sais pas trop ce que je dois faire. Il présente son poing droit à mon flanc gauche. N'étant pas assez rapide pour stopper le coup, je riposte en lui assénant un crochet du droit en pleine tête aussi rapidement que mon corps me le permet.

On recule tous les deux, jaugeant l'adversaire. Il n'est pas si mauvais que ça finalement. Puis on repart au corps à corps, n'ayant visiblement ni l'un ni l'autre des attaques à distance. On s'échange une série de coups assez puissants. On a presque le même niveau, donc nos coups ont relativement la même puissance. Ce qui m'indique que pour ma part, je ne vais pas pouvoir tenir très longtemps. Il esquive un de mes coups, se baisse légèrement, et tente de me décrocher un uppercut. Je recule aussitôt ma tête, et on éloigne nos corps l'un de l'autre. Une fois séparé par cinq mètres, il sort deux pistolets qu'il portait à la taille, et les dirige sur moi. Je me précipite derrière une cabane. Il tire. Son shoot me touche, mais seulement au niveau du bras gauche, en l'effleurant. Je suis à présent derrière l'abri. S'il veut me tuer, il a trois options : aller à droite, aller à gauche, passer par dessus. La position qui avantage le plus est bien évidemment celle en hauteur. Je grimpe donc rapidement sur la fenêtre, les tronçons de bois qui dépassent, et en moins de dix secondes, je suis en haut. On remercie les arbres pour ça et mon père pour m'avoir appris à grimper pour la chasse.

Mais je vois que mon adversaire a eut la même idée que moi. Sauf qu'il ne semble pas habitué à grimper. Je le laisse monter. Une fois que sa tête dépassé du toit, je lui donne un bon coup de pied en pleine face. Résultat, il tombe par terre, lâche ses armes et se met à crier. Je lui saute dessus, brandissant mon poing, prêt à en terminé avec ce pirate. Je rassemble toutes mes forces tandis que je tombe vers ma cible. Mes yeux se font plus sombre, la veine sur mon front apparait au gré des battements de mon cœur. Il se ressaisit, fait une roulade arrière, et esquive mon attaque. Quand mon poing touche le sol, un petit cratère se forme. A cet instant, il comprend qu'il a bien fait d'esquiver au lieu de parer. Ma puissance alliée à la gravité est capable de faire des dégâts. Il arrête dès lors de me prendre à la légère, comprenant que je suis sérieux. Il ne me suffirait que d'un coup, je n'ai besoin de le toucher qu'une fois à pleine puissance pour le battre. Et ça, il le sait. Je récupère les deux armes qu'il a lâché. Je pointe celle de droite vers son lieutenant, la gauche vers son second.


« Rends toi, ou je les tue.
Tu crois vraiment qu'une tactique de ce genre va fonctionner contre moi ?
Tu dis ça parce que tu as tué tes hommes de sang froid je suppose … Mais dis moi, qu'est-ce qu'un capitaine sans équipage ?
Même sans équipage, je reste un pirate qui vaut 3 000 000 de Berrys !!!
3 millions pour toi ? Et bah … La marine est tombée bien bas on dirait … 3 000 000 de berrys pour toi, c'est une blague ...
La seule chose que tu vas aller rejoindre, ce sont tes ancêtres.
Et toi, tu vas m'accompagner au QG de West Blue. J'espère que tu aimes les fruits … » Je cours vers lui « Parce que d'ici peu, tu vas être dans les pommes !» Il a une prime de 3 millions de berrys sur sa face … Voilà de quoi me motiver. Ça me donne plus de trois millions de raisons de le battre et l'emmener à la marine. Je charge mon poing de toutes mes forces. Il fait de même. A cet instant, je ne pense plus vraiment à grand chose, je vis l'instant présent et profite du combat, la rage m'emportant petit à petit.

Le sang commence à sécher sur mes vêtements et mon visage. La fin du combat va se décider en un coup, celui qui frappe le plus fort et le plus tôt. Je pourrais frapper sa tête, puisque c'est la première chose qui va entrer dans mon périmètre de frappe, mais c'est trop prévisible. Le torse serait plus adapté, mais trop loin. Je n'ai donc pas trente-six solutions. Arrivé presque à portée de ses coups, je me laisse glisser instinctivement sur le sol. Le temps qu'il comprenne et réagisse, il est trop tard. Mon poing lui atteint la cheville droite. CRAC. Un violent bruit se fait entendre, et un autre bien plus tard. Pour le premier, il s'agit de la cheville qui craque quand mon poing vient à sa rencontre. Pour le second, c'est le cri de douleur du capitaine des pirates. Il s'effondre sur le sol, et j’abats mon poing sans tarder sur sa tête. Il tombe dans les vapes. Je m'effondre à côté, épuisé.


Dernière édition par Clotho le Ven 29 Nov 2013 - 7:07, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Lun 1 Juil 2013 - 5:53

« Bravo. Bien joué gamin.
Je suis pas un gamin putain ! Ta gueule papy ou je t'éclates la tronche comme je viens de le faire avec ses trois guignols.
Mais … Tu viens de nous sauver ...
Et alors ? Si tu m'appelles encore une fois gamin, je t'arrache la jambe droite et je te la fais bouffer, compris ?!
Tu nous détaches ?
P'tain, mais vas crever ! »

Le plus vieux des otage commence à me les briser sévère. Il me prend pour un gamin alors que j'ai 23ans, que je viens de rétamer un pirate valant trois millions de berrys. Il a rien suivit le bigleux ou quoi ? J'vais ptet devenir un marin renommé mais pas question d'être une lavette. Je serais pas comme ces tapettes qui plient la queue devant plus grand qu'eux. Je serais amiral en chef, je dois donc être sans faille. Mais pas nécessairement irréprochable. Je suis toujours sur le sol. Les otages sont incapables de se libérer et sont choqués par mes propos. Il est vrai que Mind Lost ne se désactive pas en deux secondes, mais peut prendre jusqu'à plusieurs minutes selon mon état émotionnel. Comme je viens tout juste de la désactiver, il va me falloir un peu de temps. Surtout que la douleur me revient d'un seul coup, me forçant à lâcher un cri. Je me lève tout en boitant finalement après quelques minutes et part libérer les villageois. J'en profite pour jeter un regard noir au vieux qui m'a parlé, et le gifle. Maintenant, il sait qu'il ne doit plus me parler ainsi. J'avale des antalgiques et des anti-douleur que j'ai encore dans mon sac à dos. Je leur dit de soigner rapidement les boulets afin que je puisse les emmener au QG de la marine rapidement. Un villageois me propose de venir dormir chez lui. Je ne me fais pas prier. Et je m'endors comme un gros bébé après avoir souffert pendant plusieurs heures. Normal, après ce que je viens de fournir comme effort …

Je me réveille, mais étrangement, je suis serré. Je tente de bouger, mais mon corps refuse. J'ouvre les yeux, et je vois trois villageois autour de moi, tandis que je semble attaché dans le lit.


« Bravo les gars … Profiter d'un mec endormis … Félicitations ...
Ta gueule ! Tu as frappé un âgé. Même si tu es membre de la marine, ça n'excuse rien. Un membre de la marine est un membre honorable, droit, qui respecte les autres.
Il avait qu'à pas me chercher l'autre abruti.
Il n'a rien dit de mal.
Il m'a traité de gamin !!! Et heu … dîtes moi. Si vous me surveillez, qui surveilles les pirates ?
D'autres villageois.
Et comment vous faîtes s'ils se réveillent ? »

Bah oui … Ces abrutis n'ont même pas pensé à ça … Ils pensaient peut-être que les pirates allaient être inconscient pendant des jours … J'ai ptet plus de force qu'eux, mais j'suis pas encore un dieu vivant … Je les ai bien sonné, mais c'est tout. Ils ne devraient pas tarder à se réveiller … Alors les crétins décident de me libérer. Je vais voir dans l'autre cabane. Tout semble sous contrôle. Je prends Ecta Thor sur mes épaules tandis que les villageois prennent les deux autres. Je m'aperçois en même temps que mes vêtements sont presque propres. Je leur demande, et ils me répondent qu'ils les ont lavés. Ils me disent que c'est pour me remercier de les avoir sauvé. Bon, bah j'aurais pas tout perdu. On sort de la cabane, et je marche. En fait, je courrais si mes blessures étaient soignées. Mais ces enfoirés m'ont fait mal quand même. Je devrai faire plus attention la prochaine fois, sinon ça pourrait mal se finir.

On arrive au lac, comme prévu. Il y a le petit bateau que les pirate ont amenés à leur arrivée. Une sorte de … caravelle ? Je sais pas, je m'y connais pas en bateau moi … J'suis pas navigateur, mais bagarreur … Je balance le capitaine par dessus la rambarde pour le faire monter. Les villageois préfèrent faire monter les autres manuellement. Je les prends et les trimbale comme des sacs de viande. Je m'excuse auprès des villageois pour mon comportement d'hier, mais quand je suis soumis à pression lorsque je combat ou que je suis épuisé, je perds mon calme et devient violent, surtout avec ma capacité. Ça ne m'arrive pas souvent, mais bon … C'est ptet parce ce que je suis schyzo, qui sait … Il fait beau temps, j'ai de la chance. Les trois pirates se réveillent en même temps, et se rendent compte de ce que j'essaie de faire.


« (Igor) Hey ! T'as pas le droit de voler notre bateau ! C'est notre bateau à nous.
(Brutus) on a te yefaiy le poytyait. [Note de l'auteur : essayer donc de parler correctement avec trois dents arrachées ^^]
Tu nous emmènes au QG de West Blue ...
Oui. Il est temps que je rentre chez moi. Donc, là, on part. Si vous tentez de vous échapper, de m’assommer ou je ne sais quoi, je vous tranche un bras chacun. Vous deux, j'en ai rien à faire que vous creviez. Le seul qui m'intéresse, c'est toi, dis-je en pointant Thor du doigt. Restez assis bien tranquille, et personne ne sera blessé, okay ?

Ils décident de coopérer, n'ayant pas vraiment le choix. Je sors le bateau du port comme je peux, après quelques accrochages. Direction le QG de la marine ! Le voyage se passe sans encombre. J'arrive le lendemain midi.  Malheureusement, j'ai oublié un détail. Je vogue sur un bateau pirate, avec un drapeau adéquat. Le QG va nous faire couler avant même qu'on soit assez proche pour que je puisse m'expliquer. Je cherche donc un Den Den Mushi.

« Hey les gars. Vous voulez pas être sympa et me dire où j'peux trouver un Den Den?
Pour faire quoi ? Tu préviens tes copines que tu rentres plus tôt ?
J'aimerais autant que possible rester en vie. Mais je suis presque sur que si on essaie de rentrer dans le QG avec votre bateau, votre pavillon à tête de mort et vos sales gueules, on a aucune chance de réussir, et 100% de chance de finir au fond de l'océan à coup de canons. Donc si vous n'avez pas envie de finir troués, bougez-vous le cul et aidez moi à trouver une saloperie de Den Den, okay ?

Étant dans un bon jour, je reste poli avec eux. Igor m'indique qu'il y en a un dans le mat du bateau, caché par une fausse planche de bois. Une fois l'objet trouvé, je contacte le QQ aussitôt, car on va bientôt arriver à portée. D'ailleurs, je peux voir d'ici les canons qui commencent à suivre notre position.

Le QG de West Blue, ici le matelot seconde classe Clotho Tas'Natak. Je suis à bord du bateau pirate qui sera bientôt à portée de la base. Ne tirez pas, la situation est sous contrôle. Je répète, ne tirez-pas. Les pirates sont neutralisés.
Ici le QG de West Blue au bateau pirate. Cessez toute manœuvre, et jetez l'ancre. Dans le cas où vous continuez à avancer, nous coulerons votre bateau aussitôt. Si vous tentez de prendre la fuite, vous coulons le bateau aussitôt. Est-ce clair ?
Affirmatif QG.
Nous allons envoyer des hommes vérifier vos dires. Si c'est un piège, nous tirerons à vue sans avertissement.
Compris QG. En attente.
Arrêtez d'avancer ou nous serons obligé de vous détruire. »

Ha merde. Pendant que je parle, le bateau continue d'avancer. J'essaie de descendre la grande voile, sans succès. Les pirates se foutent de moi. Je vais vers eux d'un pas déterminé, leur donne un grand coup sur la tête, puis les détache. Écoutez les abrutis. On a moins d'une minute pour stopper ce bateau, sinon on va couler. Ça vous tente de recevoir un boulet dans la gueule ? Non, alors bougez vous le derch et aidez moi à arrêter le navire ! Chacun part à son poste. Je vois Thor lâcher l'ancre. Bien sûr, l'ancre ! Pourquoi je n'y ai pas pensé … ça arrête le bateau presque instantanément … Les deux abrutis déplient les voiles, mais le temps qu'ils terminent, les tirs de deux canons se font entendre. On jette tous un œil en l'air en espérant qu'il s'agisse d'un coup d'avertissement, mais les deux objets foncent sur nous. Deux boulets de canon se dirigent droit sur le bateau. S'ils le touchent, ce dernier explosera, et nous avec sûrement. On doit donc soit les faire exploser avant qu'ils ne nous touchent, soit leur faire dévier leur course. Je prends les deux pistolets de Thor que je lui ai confisqué plus tôt, vise le premier boulet. J'attends qu'il soit à portée, puis je tire.

Je n'ai pas visé le boulet directement, mais plutôt sa trajectoire rectiligne. J'ai fait en sorte que les deux tirs se touchent juste avant le boulet. Car soyons honnête, si j'avais tiré sur le boulet, ce dernier n'aurait eut aucun dommage à cause de sa vitesse. Mais puisque j'ai visé et créé une explosion juste devant, ce dernier a vu sa trajectoire déviée. Pas grand chose, mais suffisamment pour qu'au lieu de toucher le mat il passe au dessus de nous et tombe dans l'eau derrière le bateau. Premier boulet ok. Je tente le second, mais les armes sont vides. Je lance donc les deux pistolets sur l'objet qui fonce en plein sur le bateau. Aucun résultat. Bon, au grands maux les grands remèdes. J'arme mon poing autant que possible, saute en l'air sur la trajectoire du boulet et frappe dedans aussi fort que possible. Je le frappe sur ma droite, ce qui le dévie assez pour le faire partir à gauche. Il explose un peu plus loin. Je retombe sur le navire comme si de rien n'était. Si on met de côté mon poing recouvert de sang, ça aurait pu être pire. Je crois que je me suis brisé des os en frappant le boulet, puisque ma main droite me fait souffrir. Le bateau est arrêté, il ne reste plus qu'à attendre que la marine arrive pour vérifier mes dires. Je vois les trois pirates s'avancer vers moi avec quelque chose dans les yeux. Je les remets à leur place de suite.


« Je vous déconseille de m'attaquer les gars. C'est pas parce que je perds un peu de sang que je perds ma force. Je suis toujours capable de vous expédier six pieds sous mer. Alors je vous conseille de faire gaffe bande d'abrutis. Tout en parlant, je ramène ma main droite devant eux et la serre, afin de leur montrer que je peux encore m'en servir. Ce qu'ils ne savent pas, c'est que je suis à la limite de m'évanouir tellement la douleur est forte. Une barque avec quelques soldats arrive et monte rapidement à bord. Ils vérifient que je suis bien qui je prétends avec une série de question du style 'où se trouve la salle machin ?' ,'combien de lits par dortoir ?' … Après être sur que je suis bien un marine, il nous escorte jusqu'à la base.

Une fois à l'intérieur de l'enceinte du QG, un des sergents reconnaît Thor et me dit qu'il est primé à 3 000 000 de Berrys. Ainsi donc, c'est vrai. J'ai battu un type qui vaut trois millions … Et bah, franchement, on craint pas grand chose, parce qu'avec sa puissance, la plupart des types de la marine peuvent le battre. Je veux dire, voilà, moi je ne suis que simple matelot deuxième classe, le plus bas quoi dans la hiérarchie. Les sergents chefs qui vivent ici sont largement plus fort que moi, sans parler des lieutenants, des colonels … Donc on a rien à craindre. Je me relâche un peu. Mais c'était sans compter sur la douleur, et donc je tombe dans les pommes à cause de la douleur.


Dernière édition par Clotho le Ven 29 Nov 2013 - 7:07, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Mar 9 Juil 2013 - 9:25

[Suite aux conseils de Sören, je rajoute ce post, mais le topic est toujours en Flash Back ^^]

Je me réveille quelques heures plus tard. Je suis dans un lit. Mais pas le mie vu la texture. J'ouvre les yeux. Blanc. Tout est blanc, c'est la première chose que je remarque. Est-ce que je suis mort ? Arg. Vu le mal de me font mes blessures, non, il n'y a que peu de chance. En regardant un peu mieux, je constate que je suis à l'infirmerie. Une infirmière se tient prêt de moi.

"Tu es enfin réveillé ?
Qu'est-ce qu'il s'est passé ?
Tes blessures ont été un peu trop dures à supporter. Ta main a bien souffert. Tu as frappé quoi pour qu'elle soit dans cet état ?
Un boulet de canon.
Quoi ? Mais t'es cinglé ! Tu aurais pu y rester, tu le sais ça ! C'est dangereux, il ne faut jamais refaire ça, compris ?
Je suis encore en vie, non ? Alors tout va bien.
Oui, mais tu risques d'avoir mal pendant plusieurs semaines.
5 jours.
Pardon ?
Dans cinq jours je serais remis.
Mais ... c'est impossible.
Rien n'est impossible tant qu'on y croit."

Elle ne trouve rien à répondre à ça, car elle voit dans mes yeux ma détermination. Je vais aller mieux, et d'ici cinq jours, je serais de nouveau opérationnel à cent pour cent de mes capacités. Il n'en sera pas autrement ! Je connais mon corps mieux que personne, je sais que je vais y résister. Une fois le plus gros des dégâts soigné, on me mets un plâtre. J'ai pas l'air d'un con avec ça à me trimballer dans les couloirs ...  L'infirmière me dit également que je devrais d'aller en rééducation plusieurs fois par semaine. Comme si j'allais perdre mon temps à triturer une balle pendant des heures. Quand tu tombes, le meilleur moyen de ne plus tomber, c'est de ressayer jusqu'à ce que tu réussisses. Alors je me lève et quitte l'infirmerie comme si de rien n'était. A peine suis-je descendu que l'infirmière m'appelle pour me dire que les instances veulent me voir dans leur bureau. Et merde ... Qu'est-ce que j'ai fait encore ... Est-ce parce que j'ai fait entrer un bateau pirate dans le QG, parce que j'ai réussis à repousser un boulet de canon à mains nues, quitte à perdre l'usage temporaire de mon bras, parce que je n'ai pas vraiment été sympatique avec les civils ... Qu'est-ce qui va encore me tomber sur la gueule ... Pour moi et ma chance légendaire ...

Je me dirige donc sans trop tarder dans le bureau du colonel. Je frappe à la porte, avec mon bras droit, par réflexe. Malgré le plâtre, je ne peux m'empêcher de pousser un petit cri. Abruti ! C'est pas assez voyant un plâtre peut-être ? Toi, le bras droit, t'es en congé pendant 5 jours. Alors reposes toi, car après, on repart, okay ? Une voix grave me dit d'entrer. Je m'imagine déjà en train de me faire sermonner, de devoir quitter la marine ... C'est donc avec une énorme appréhension que je pousse la porte. Plusieurs personnes sont présentes. Je reconnais le sergent Brad, celui dont je n'ai jamais connu le nom et qui nous a formé dès le premier jour, ainsi que d'autres personnes que je ne connais pas. J'essaie de saluer du bras droit en évitant de frapper ma tête avec le gros pansement pour ne pas tomber dans les pommes. Le colonel me demande d'être au repos, ce que je fais sans tarder.


Une affaire vient d'être portée à mon attention. Ça y est, je suis mort. Il semblerait que durant votre permission pour vous rendre sur votre île, Troop Erdu, vous ayez rencontré des pirates attaquant un village. Il est au courant, c'est obligé. Il sait que je me suis un peu lâcher. Et merde. Je peux dire adieu à ma carrière. Avec un courage exemplaire et un sens du devoir irréprochable, vous vous êtes interposé, matelot. Vous avez risqué votre vie afin de sauver celles des habitants de l'île. Ils viennent de le contacter par escargophone. Les enfoirés ! Je pensais qu'on était en bon terme ! Ils m'ont tout raconté. La façon dont vous vous êtes bravement battu, le fait que vous ayez essayer de les remettre dans le droit chemin avant d'avoir recourt à la force. Hein ? Quoi ?! Attends, j'ai mal entendu, c'est pas possible. Ils ont fumé les papys ou quoi ? Vous avez sauvé des personnes innocentes qui auraient été des victimes de pirates. Vous avez ramené le calme et l'ordre sur cette île. Et vous avez même réussis à arrêter un pirate primé à trois millions de berrys. Lorsqu'un marine arrête un criminel primé, il obtient un tiers de la récompense, que ce dernier soit mort ou vif. Vous avez donc le droit à un million de berrys. Vous comprenez qu'on ne peut pas décemment vous les donner sous forme d'argent liquide. Ils seront donc transféré directement sur votre compte, dans la journée. Mais ce n'est pas tout. Pour l'arrête d'un criminel primé, la marine vus décore de la médaille Alakys. Ceci est le signe que vous avez réussit à arrêter un dangereux individu, et la première étape dans les échelons de la marine. Continuez ainsi mon garçon. Vous pouvez partir.

Je remercie le colonel. En partant, je croise le regarde de Brad qui semble fier de moi. On s'est un peu perdu de vue depuis quelques semaines. mais bon, c'est la vie je suppose. J'ai pas tout compris à ce qui s'est passé. Les villageois ont menti au colonel afin que je ne sois pas considéré comme une menace. Ils ont passé sous silence ce que j'ai fait. Ils sont visiblement plus intelligents que je ne le pensais ... Mais surtout, la nouvelle qui me met sur le cul : apparemment, pour la capture d'un criminel primé, on a droit à un tiers de sa prime. Ça, je ne le savais pas, mais franchement, ça je fais pas de mal du tout. Je crois que je vais chasser plus de pirates désormais ... Je quitte le bâtiment, ravi. Les recrues viennent me voir pour avoir des détails, savoir si c'est vrai ... Mais j'ai pas envie de parler. Là, je suis juste au anges. Un million de berrys ...

Ouais !!!!!!!!

Ma première étape dans ce monde est faite. Désormais, je sais que j'en suis capable. Oui, je peux réaliser mes rêves. Et rien ne m'est impossible. Je conquerrais le monde, les mers et le ciel. Je vais y arriver. Oui, JE LE FERAI !
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1