AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


For A Few Berrys More

avatar
Munster Fonduslip

♦ Équipage : L.I.O.N

Feuille de personnage
Dorikis: 1710
Popularité: -120
Intégrité: -113

Ven 2 Aoû 2013 - 20:19


La porte dispose de nombreuses fonctions. Si son ancêtre ne fut inventée que dans le but de prémunir les habitations dont elle délimite le seuil contre le froid de l'hiver tout en offrant la possibilité d'en sortir sans avoir à tailler une ouverture au burin dans le mur à chaque fois qu'on veut sortir faire des courses, les hommes lui découvrirent au fil de l'histoire une pléthores d'autres fonctions. Lorceque certains théoriciens de l'humour mirent au point la blague "toc toc", la porte se présenta alors comme un support privilégié, offrant à la farce une saveur avec laquelle aucune combinaison de fenêtre, soupirail, vélux ou trappe ne saurait rivaliser. Enfin, lorsque la civilisation accoucha de ces merveilleux progrès que sont le colportage et la vente à domicile, l'humanité découvrit que rien au monde ne procurait autant de plaisir que de leur claquer la porte au nez. Mais aucune de ces fonctions n'eut autant d'impact dans l'histoire de la porte que l'utilisation qu'en firent de nombreux naufragés en guise de radeau de fortune. Aussi salvateur soit-il, cet usage non-conventionnel (puisque horizontal) de la porte peut poser quelques soucis à l'usager non avertit. D'abord, il lui est conseillé de se munir de la clef afin d'éviter qu'une vague ne se tente à une blague "toc toc" pouvant aboutir à une situation aussi tragique qu'humide. Ensuite, il est à noter que la porte est un moyen de survie monoplace, aussi est-il vivement déconseillé d'y inviter un amis, encore moins six, ne serait-ce que pour une question de confort. Enfin, et surtout : La porte est comme une fonction du premier degré. Il est donc facile de la faire dériver.


Munster n'était pas dupe. En s'associant aux six énergumène qu'il avait rencontré à Games Wonderland, il s'embarquait dans une aventure sur laquelle il n'avait aucun contrôle. Et si cette idée lui procurait, contre toute attente, une certaine forme de sécurité, ce n'était que parce qu'il avait le sentiment que l'histoire, lesté de ces six hurluberlus tous plus gratinés les uns que les autres, allait forcément perdre le contrôle à son tour. Les héros sont autant de planètes (Munster tirant clairement dans le registre des "Grosses Gazeuses") gravitant toutes autours du soleil qu'est leur histoire. Lorsque plusieurs d'entre eux s'agglutinent, ils s’assujettissent à leurs gravitations respectives et finissent immanquablement par désaxer de leur orbite solaire. Bien sur, circuler en roue libre dans l'immensité du vide galactique ne permet finalement que de troquer la nécessité de la narration contre une autre : celle de se perdre.



En mer, la disette est une expérience éprouvante. Elle vous pousse à des extrémités telles que, par exemple, manger du poisson.


"Dites, vous vous z'y connaissez en pêche ?" Avait fini par demander un Munster après deux jours d'une diète compensant sa carence en vitamines par une abondance en semelles. Là dessus, Rockfor lâcha un sourire goguenard que l'on devinait de sous le chapeau qu'il s'était étalé sur le visage dans la plus pure tradition du "cow-boy-qui-fait-la-sieste"
"J'suis pas spécialiste mais y me semble que ça consiste à attraper des poissons avec une canne à pêche ou bout de laqu...."
"Faut forcément qu'ça soit une canne à pêche ? J'veux dire ... Ca pourrait être un canard à pêche ?"
 L'interompit un Brih incrédule
"L'ô va don' tenter deu'd'la d'creuser du trou dans la gadoue 'vec une fourche." Lui répondit le Canard d'un air clairement désapprobateur.
"De toutes façons, y fait bien plus soif que faim."
"J'VOUS AVAIS BIEN DIT QU'ON AURAIT DU PRENDRE PLUS DE BIERE POUR LE TRAJET !"
"On est déjà six sur une porte. Tu l'aurait mise où la bière ?"
"BAH DANS MON VENTRE, TIENS !"


Munster se rappela alors que les questions rhétoriques n'avaient aucune prise sur un bonhomme aussi lisse d'esprit que son capitaine.
"Ouais. J'suis plutôt d'accord. On a jamais trop de bière dans le ventre !"
"Va dire ça à Rhyne, Hinhinhin..."
"QUEQUOI ?!"


La scène de ménage qui suivit fut alors interrompu par l'auto-proclamé pâpounet-d'amour qui, sans crier gare! ni piper mot, se déculotta devant sa portée.
"Ne vous inquiétez pas mes petits bichons. Si vous craignez la déshydratation et que vous n'avez que de l'eau salée sous la main, faites comme moi."

Et là dessus, devant six paires d'yeux horrifiés, Robb Lochon se mit en position accroupi au bord du frêle esquif et s'immergea les fesses sans lâcher un iota de son sourire. Il resta ainsi à se barboter l'arrière train en le remontant de temps à autre pour le replonger aussitôt, comme autant de génuflexions cauchemardesques, et ponctuant chaque mouvement d'un "Hop Hop" enthousiaste.

"Vous voyez ? Hop Hop ! De cette manière, vous vous réhydratez car l'eau remonte par le ..."
"Boudiou ! Y'en a l'taureau qu'est 'fin prêt pou' les saillies, dis voir !"
"M'étonnerait que ça passe à la relecture en maison d'édition un truc pareil."
"Et vous voyez, le sel est filtré quelque part au niveau du..."
"Au moins il m'a fait passer l'envie de boire"
"A moi aussi"
"Hop hop"
"Nan, j'veux dire, pour toujours."
"EH BAH MOI J'AI TOUJOURS SOIF !"
"Et en plus, c'est une agréable façon de passer le temps."
"Le temps passe plus chez moi. Il est en mode "pause" depuis une dizaine de secondes"
"Et c'est rigolo, non ? Hop Hop"
"Une demi-blague toc toc à peine, selon moi."
"AH J'LA CONNAIS CELLE-LA ! QUI EST LA ?!"


Munster est un individu doté de bons reflexes. Voila pourquoi il eut le temps d'imprimer à ses traits une expression d'horreur sourde juste avant que Ging n'ouvre la porte en envoyant valser tous ses occupants à la mer dans le processus. Les blagues que le capitaine comprenait devaient surement se compter sur les doigts de la main. Toc toc était de celle là. En revanche, les subtilités de sa déclinaison maritime devaient lui échapper.

Munster n'avait jamais apprit à nager. D'abord parceque qu'il n'avait très rarement mit les pieds dans des plans d'eaux suffisamment profonds pour que le besoin s'en fasse ressentir. Ensuite parce que, de toutes manière, il se savait trop mal taillé pour cette activité. Son poids et sa forme en faisait un très bon concurrent pour la plongée marine toute en lui interdisant n'importe quelle autre discipline qui ne consistait pas à "tomber", sous quelque déclinaison que ce soit. Après quelques secondes de brassage maladroit en surface, le bonhomme sentit la gravité reprendre son dû, l'écrasant vers le fond comme une colossale tapette à mouche de pesanteur. Maudissant l'histoire, son absence, son auteur et les blagues toc toc par dessus le marché, Munster finit par tomber dans l'inconscience.



Il y a de pires morts que celle là après tout.
Mais très peu d'aussi ridicules.


__________________________________________________




    "Mouii, c'est à ce moment là que j'ai poliment mais fermement intimé à ce triste énergumène qu... *Pwet* Ho bah merde, ça faisait un moment qu'il était coincé, celui là. J'commençais à me demander si .. *PWOOOONK ♪* ... FLATULENHENHENHENHENT ! Dites, j'vous parie qu'ils l'ont entendu en cuisine. FLATULENHENT !! Donc, comme je vous le signalais à l'instant, j'ai du me résoudre à le congédier. Un individu doté d'un tel manque de savoir-vivre ne pouvait qu'entacher la réputation de ... *PWOOOoooAak ♫* Ah, j'crois bien qu'il était humide celui-là ... Entacher, disais-je donc, la réputation de la guilde."
     


Et le silence retomba dans la salle de conférence. Les interventions d'Albert O. Phage s'épiloguaient généralement de la sorte. Malgré ses vingt-et-un ans d'ancienneté au sein de la Guilde, Albert continuait de dérouter ses collègues comme au premier jour. Le bonhomme semblait osciller constamment entre sa nature de gros lard pétomane et son obsession à tenir une image une gentilhomme bien-élevé. Et comme aucune de ces deux tendances ne semblait pouvoir prendre le pas sur l'autre, Albert s'était naturellement contenté de les superposer. C'était le genre de bonhomme à ponctuer des discussions mondaines sur l'un ou l'autres des sujets en vogues dans la haute sociétés par une pléthore de pets qu'il avait, du reste, prit l'habitude de commenter après coup. Et quoiqu'il ne fasse aucun doute qu'Albert n'ait jamais eu la moindre éducation, il disposait surement du vocabulaire le plus riche au monde dans le registre de l'aérophagie, au grand dam de ses collègues qu'une liste de synonyme puérils ne suffisait pas à impressionner. Et si les membres de la Guilde des Bonimenteurs supportaient le comportement de cet hurluberlu c'était avant tout parce qu’il était d'une efficacité redoutable dans son travail, compensant sa personalité gratiné par des prouesses martiales riches en fibre.


"Hum ... Albert ?"
lacha timidement le Phl'in Ozas Babinou Von Slurp.
"SIR Albert, boss."
"Sir Albert ... Et la mission ?"
"La mission ?"
"Sir Albert, nous vous avons envoyé sur l'île de Massru afin de mettre un terme aux actions des païens qui réclamaient le démantèlement de la secte Kol'Gaet."
"Ah. Eh bien, je puis vous assurer que la... *PWiiiiiiit* FLATULENHENT !! Il était timide celui là ... Que la mission, disais-je, a été un franc succès. Je leur ai démonté la courge."


A cette nouvelle, Babinou ne pu retenir un sourire qu'Albert s'empressa d’interpréter de travers comme une marque d'appréciation de ses mouvements de boyaux. Après avoir baissé quelques secondes son regard vers un papier trônant devant lui, le Ph'lin Ozas porta à nouveau son regard sur son sous-fifre malodorant qu'il gratifia d'un :
"Félicitations Sir Albert. J'ai là un dossier sur le Cuisinomancien Saucier. Ça vous dit quelque chose ?"
Le sourire carnassier qu'afficha le mercenaire pétomane lui indiqua que oui.
"Ce gros lourdaud ?
balança le bonhomme sans même un regard vers son propre tour de taille.
Si vous me donnez un nom d'île je vous le... *PWAOONN ♪* ...Ouh, j'crois qu'il va être stagnant celui là. Si vous me donnez un nom d'île, disais-je donc, je vous le ramène, pardonnez moi l'expression, illico presto."
"Bien, cela fait bien trop longtemps que nous le laissons en roue libre. Si on ne le secoue pas, il ne nous payerai jamais ces foutu 50 berrys de cotisations. Il aurait été aperçu sur le Chapiteau Flottant. Ramenez le en un seul morceau si possible. Deux moitiés de bonhomme, ça ne rapporte pas bien cher."





http://www.onepiece-requiem.net/t4386-munster-un-gars-qu-il-est-de-vache-ment-fictifhttp://www.onepiece-requiem.net/t4747-fiche-de-munster
Page 1 sur 1