AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -17%
TOSHIBA 43UA3A63DG TV 4K UHD – 43″
Voir le deal
305.99 €

[1608] Les grandes aventures de mini Joe et mini Galo : La Confiserie

Joseph Patchett
Joseph Patchett
Crack Joe

♦ Localisation : Jotunheim
♦ Équipage : Saigneurs du Crack

Feuille de personnage
Dorikis: 5670
Popularité: -617
Intégrité: -428

Jeu 19 Sep 2013 - 12:47

Ce qui s'est passé avant...

Le soleil brillait haut dans le ciel de l'île de Dawn. Les habitants du Royaume de Goa vacquaient paisiblement à leurs occupations. Les nobles de High Town regardaient de haut le bas peuple, les riches marchands de Town Central menaient leurs affaires, les miséreux d'Edge Town tâchaient de trouver du travail pour la journée et les déchets du Grey T fouillaient parmi les immondices à la recherche d'un trésor.

Rien de particulier à signaler donc, sauf peut être la présence de ces deux jeunes garçons qui se dirigeaient d'un bon pas vers le secteur des docks avec des sacs trois fois plus gros qu'eux sur leurs dos. Le plus vieux des deux, un infâme petit rat blond répondant au nom de Joseph, ne cessait de parler. Il avait une anecdote, le mettant en valeur, pour chacune des rues que lui et son compagnon empruntaient. Il tenait à lui en mettre plein la vue et il valait mieux qu'il y parvienne.

Car Joseph avait menti au jeune Veau. Il avait prétendu avoir un plan infaillible pour dévaliser la confiserie, que tout ce qu'il y aurait à faire ce serait de maîtriser un vieux gardien et son chat rachitique mais en vérité, il n'avait aucune idée de ce qu'ils trouveraient à l'intérieur. Peut être devait il avouer à son complice qu'il n'avait entendu parler de la confiserie qu'en se cachant de membres de la milice. Naaaaan, il ne ferait jamais un truc pareil. Ce serait un coup à perdre tout son respect ! Et puis s'il avait réussi à mentir au vieux Bill, il n'y avait pas de raison que Veau ne gobe pas toute l'histoire. Pis ils étaient équipés là, sac, cordes et autres p'tits trucs utiles. Y pouvait rien leur arriver. De toutes façons, une fois qu'ils auraient les poches remplies de friandises, il n'aurait plus rien à y redire. Son plan était parfait. D'ailleurs il était temps d'entrer en scène, ils étaient arrivés en vue de la Confiserie.

"Et v'là l'endroit ! Pas mal hein ? Comment ça y'a pas marqué Confiserie dessus ? Non mais oh, t'es bête ou quoi ? Qu'est ce que tu crois qu'y se passerait si touuut le monde savait qu'il y avait une fabrique de bonbecs ici hein ? J'te le donne en mille, tous les gosses de Goa viendraient faire la queue d'vant en permanence pour récupérer des bonbecs. C'est pour ça qu'ils la jouent discret, tu voudrais quand même pas qu'y foutent une sucette sur l'bâtiment pour nous aider !"

Son jeune acolyte, quoique très impressionnable, semblait à tout le moins dubitatif. Originaire d'Edge Town, il avait sans doute déjà entendu parler de la légendaire Confiserie de Goa, mais de là à l'imaginer dans ce hangar anonyme des docks... D'ailleurs, ce n'étaient pas deux gardes en armes qui montaient la garde devant par hasard ?

"Ha ha ha ! Je vois que t'as r'péré les gardes Veau, c'est bien, t'as l'oeil. Maintenant va falloir qu'on se la joue discret si t'veux pouvoir t'empifrer. Allez suis moi, j'connais un moyen d'entrer."

Le "cerveau" du groupe fit signe à son compagnon de lui suivre et l'entraîna dans une ruelle attenante à la Confiserie. Au bout de quelques instants, il s'arrêta et scruta les fenêtres d'un regard attentif. Au bout d'une très longue minute, il laissa échapper un juron.

"Chiasse ! Ils ont réparé le trou ! Bon... On fait comment du coup, t'as une idée ?"


Dernière édition par Joseph Patchett le Lun 8 Sep 2014 - 9:24, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t6519-joseph-patchett-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t6586-crack-crack#80645
Galowyr Dyrian
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6910
Popularité: -462
Intégrité: -278

Mer 13 Nov 2013 - 1:20

Le ptit Galo avait beau se creuser les méninges aucun plan concret pour pénétrer dans le bâtiment ne lui venait. Le môme de l’Edge Town se sentait ridicule. Lui qui se vantait de connaitre le quartier par cœur. Des toits aux égouts, et des grandes allées aux ruelles étroites. Les environs étaient un terrain de jeu dans lequel il baignait depuis qu’il savait marcher. Aucun souvenir, pas même la moindre odeur ou sensation n’avait d’autre origine que les quartiers pauvres de Goa. Si Joe pouvait se targuer d’être le roi de Grey Terminal, Edge Town était son territoire. Et voilà qu’il se retrouvait bloqué face à trois pauvres briques bouchant la fissure d’un mur.  

Un gamin des rues ça n’a bien souvent que son ingéniosité et sa fierté à revendre. La première faisant défaut, la seconde en prenait un sérieux coup. Il n’était quand même pas à ce point si minable. Il avait surmonté des obstacles bien pires que ça. Comme le coup où il s’était planqué dans un tonneau pour être embarqué sur un navire. Tout ça pour chourer le chapeau du capitaine et gagner un pari.

Non il n’allait pas se laisser faire. Il finirait bien par trouver une idée. C’était une confiserie. Qui rentre dans une confiserie ? Surement pas les mômes. Les grands ils n’aiment pas avoir des mômes dans les pattes, encore moins dans une réserve de bonbec. Ne faudrait pas qu’ils viennent tout bouffer les braillards. Mais oui c’était ça !
Aucune chance qu’une grande personne aime les bonbons. Tout gosse avec un cerveau sait qu’elles préfèrent le pinard et les clopes.  Du coup, il pouvait bien les laisser rentrer dans une confiserie. Pour rentrer, il n’y avait pas trente-six possibilités. Fallait se faire passer pour des vieux.

Il expliqua rapidement le plan à son camarade. Ce dernier le jugea à son gout et après une rapide réunion stratégique ils mirent en place une stratégie qui paraissait à leurs yeux d’enfants absolument parfaite.

Ils firent alors ce pourquoi, ils étaient les plus doués. Détrousser les gens plus riches qu’eux. Il ne fallut pas longtemps à nos ptits Robin des bois pour prendre ce dont il avait besoin.

Un somptueux manteau du bel effet. D’un rouge flamboyant, avec des motifs tissés au fil d’or. Une vrai petite fortune. Quel idée de s’aventurer sur les quais habillé comme un pingouin aussi. Enfin il allait les chercher longtemps les deux mômes qui lui avait volé son beau vêtement.

Cachés dans une petite ruelle adjacente à l’entrepôt les deux mômes eurent dès lors un débat des plus intéressant pour savoir lequel des deux monterait sur les épaules de l’autre.

C’est moi au-dessus c’est mon idée !

Chuis le plus grand, c'est moi qui décide !

Non c’est moi qui décide !

Non c'est moi !

Non moi !

Et ça dura un bout de temps avant qu’à court d’argument les deux moments se décident à utiliser le seul et véritable moyen de trancher un débat. Une méthode ancienne se transmettant de gosses des rues à gosses des rues. Le pierre-feuille-ciseau.

Pierre !
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
Joseph Patchett
Joseph Patchett
Crack Joe

♦ Localisation : Jotunheim
♦ Équipage : Saigneurs du Crack

Feuille de personnage
Dorikis: 5670
Popularité: -617
Intégrité: -428

Lun 8 Sep 2014 - 10:40

C'est que le Vicomte avait des bonnes idées à revendre. Se faire passer pour un vieux et entrer dans la confiserie au nez et à la barbe des gardes, c'était carrément une bonne idée. Ne restait plus qu'un épineux problème, qui allait être au dessus ? Mini Joe avait de l'expérience à revendre en matière de Janken, notamment sur comment tricher au Janken.

"Pierre !"

"Ciseaux !"

Incrédule, le blondinet regarda sa main puis celle de Veau. Le gosse lui souriait de toutes ses dents de lait. Il l'avait bien eu, à la déloyale, comme ça se pratiquait entre gosses des rues. Rien à redire. Et en avant pour l'opération Deux-en-Un ! Avec Joseph en dessous et Mini Galo au dessus, ils faisaient bien un mètre 90 de fourrure, de chapeau à froufrou et de maladresse. Nan franchement, vous croyez que c'est facile de marcher sans voir où on va ? Clairement pas. Heureusement, faire des trous pour les yeux s'avéra facile. Ils n'avaient désormais "que" l'air d'un ahuri totalement ivre, une histoire de démarche sans doute, aux membres extrêmement courts. Mais pour les deux gosses, leur déguisement était hautement convaincant. Après quelques minutes d'entrainement passées à déambuler dans la ruelle, les deux gamins s'estimaient fin prêt à tenter leur chance face aux gardes.

Les gardes en question étaient deux. Ils appartenaient à cette catégorie d'individu naturellement fait pour la station immobile. La situation de garde présentait de nombreux avantages, on n'avait pas se déplacer beaucoup, on était payé correctement et on ne risquait en général pas grand chose surtout quand, comme eux, on gardait un entrepôt secret. Bref, le métier de garde attirait principalement des individus aux capacités mentales limitées, plus attirés par un bol de soupe chaude que par l'aventure. Bref, ce n'étaient clairement pas le type de gars à aller au devant des ennuis. Cela dit, un bon gars savait les flairer, les ennuis, afin de pouvoir non pas s'y frotter mais bien s'en éloigner à toutes jambes quand cela devenait nécessaire. Et là, le plus vieux des deux gardes avait le nez qui le démangeait. Il allait se passer un truc pas net, il le sentait jusque dans ses muqueuses nasales et ce bien avant de voir quoique ce soit.

Son instinct ne l'avait pas trompé. Un poivrot au visage poupin habillé de rouge et d'or avec supplément froufrous déboula soudain d'une ruelle pour se diriger droit vers eux. Il était désormais temps pour le vieux garde de montrer à son jeune collègue comment le boulot devait être fait.

"Zone interdite M'sieu. Merci d'faire d'mi tour."

Et le tout avec un zeste de politesse, on était à Goa après tout, mieux valait éviter d'insulter un noble même totalement torché. Il serait fichu de s'en souvenir après avoir décuvé.

"Euuuuh, l'a l'air un peu bizarre vous trouvez pas ?"

Et voilà que le jeunot pensait pouvoir la ramener. Le vieux laissa échapper un soupir mais ne se donna pas la peine de répondre, à quoi bon gaspiller sa salive. Leur visiteur allait tourner les talons et... Bah merde, pourquoi il continuait à avancer vers eux en tanguant ce con là ?

"C'est bien ici la Confiserie de Goa ? J'suis erm... Je suis ici sur ordre de Lord Edmure alors ouvrez la porte et plus vite que cela ou je vous fais tous jeter aux galères ! Tas de... de... de marauds ! "

En dessous Joseph exultait. Veau avait sacrément bien joué le coup, la voix grave, le ton méprisant, le nom du prince Edmure histoire de faire flipper les gardes et même la menace des galères. Tip top, cent pour cent pur noble ce personnage. Si avec ça on les laissait pas entrer aussitôt, c'était un coup à rendre fou toute l'industrie du déguisement Deux-en-Un.

Le vieux garde souleva un sourcil circonspect puis un rictus malsain apparut fugitivement sur son visage. Il voulait entrer hein ? Oh mais c'est qu'il allait pouvoir rentrer. En ressortir ce serait plus compliqué pour lui, pour sûr. Un garde expérimenté savait laisser les emmerdes à d'autres que lui. En l'occurrence, le service de sécurité de la Confiserie s'en chargerait infiniment mieux que lui. C'est qu'il avait du nez l'ancêtre, on la lui faisait pas à l'envers, pas à lui. Le vieux poussa la grande porte pour l'ouvrir tout en adressant un sourire au pseudo noble. Elle n'était pas fermée, en même temps à quoi bon la fermer s'il y a des gardes devant pas vrai ?

"Si Monsieur veut bien se donner la peine d'entrer."

Sans demander son reste, le Galo-Joseph franchit le seuil, les deux gosses bouffi de fierté, surtout celui du dessus, car leur plan avait fonctionné. Derrière eux, la lourde porte se refermait lentement, laissant entendre la voix du jeune garde.

"Mais la consigne dit qu'il faut laisser rentrer personne. Et il nous a même pas montrer d'ordre signé ni rien."

"T'inquiètes donc pas. D'aut' que nous s'en occuperont. On est pas assez payé pour ces co..."

Et la porte se referma enfin. Sous les yeux ébahis des deux gosses se trouvait la plus grande fabrique d'armes de tous East Blue. Fusils, canons, munitions de tous types et de toutes tailles, tout pouvait être fabriqué ici. Mais tout ce que les gosses voyaient présentement c'était des allées emplies de machines bizarres dans tous les coins, pas de bonbons en vue mais à leurs pieds, enfin à ceux de Joseph, se trouvaient deux gros chiens, les plus gros molosses qu'ils aient jamais vu. Des chiens amicaux ? Que nenni ! Leurs babines retroussés étaient un indice très clair. Le vieil homme debout derrière eux qui riait en était un autre.

"Bienvenue à la Confiserie de Goa. Je vois que les gardes n'ont encore pas fait leur travail... Alalala, ces jeunes de nos jours. Faut toujours que ce soit moi qui m'y colle. Pas faute de leur avoir dit que c'était interdit aux visiteurs pourtant... Enfin... Je vous présente Médor et Pluto. Ils sont là pour arrêter les intrus, c'est à dire vous. Prochaine étape, les galères !"

Un double gloups se fit entendre et avant que le vieux n'ordonne à ses chiens d'attaquer, Joseph réagit le premier et jaillit hors du manteau tel un diable hors de sa boîte.

"On se tireeeeeeeee !"
http://www.onepiece-requiem.net/t6519-joseph-patchett-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t6586-crack-crack#80645
Galowyr Dyrian
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6910
Popularité: -462
Intégrité: -278

Mar 2 Déc 2014 - 12:30

Et c’est reparti pour une course poursuite. Comme la veille voilà que les deux mômes devaient échapper à des poursuivants peu amicaux. Sauf que deux dogues baveux avaient remplacé les miliciens ventripotents qui gardaient le marché. Pas sûr que les deux enfants aient gagné au change. D’autant plus qu’il n’y avait pas la moindre trace des bonbons dans les environs. Sans doute une fourberie d’adultes de plus.

Les chiens c’est ce qu’il y a de pire pour un voleur. Encore plus pour un voleur court sur pattes. C’est quasi inépuisable, ça court bien trop vite et ça a un odorat super développé. Autrement dit va échapper à ça quand tu dépasses à peine le mètre quarante. Tout le monde y va de sa petite technique pour échapper à un chien de garde à sa poursuite. Cela va de l’os à moelle, à la saucisse en passant par la bonne escalope bien saignante. Seule soucis, c’est que va trouver une boucherie-charcuterie dans une confiserie qui n’en est pas une. On est d’accord, un vrai casse-tête.

Comme le disait le poète, quand on n’a pas de têtes on a des jambes. Des jambes qui ne demandent qu’à être croquées par les vilains molosses qui courent derrière. Sans savoir où aller les deux mioches à court d’idées, courraient donc comme des dératés.

Après une petite chasse à courre et commençant à fatigué, le petit Galo, se rappela soudainement du contenu de ses poches. Notre gosse des rues était un véritable petit farceur. Un petit farceur qui appréciait particulièrement, un objet fort puéril certes mais au combien amusant. Les boules puantes.  Il en avait toujours quelques-unes sur lui.

Bouche-toi le nez Joe, ça va puer.

Saisissant donc l’une des petites ampoules qui trainaient dans sa poche, il l’éclata au sol. Une odeur d’œuf pourri ne tarda à s’en échapper. C’est là où un odorat sur développé ça joue contre toi. Les chiens émirent un couinement plaintif et eurent un mouvement de recul.

Sans perdre de temps, Galo attrapa Joe par le bras et les deux mioches n’en demandèrent pas plus pour se tirer de là. Et par tirer de là comprenez se faufiler dans le premier conduit d’aération poisseux à leur porter avant que les chiens ne reprennent la chasse.

Les deux morveux restèrent un moment silencieux le temps de reprendre leur souffle et leur esprit. Le moins que l’on puisse dire, c’était que ils avaient eu chaud. Un peu plus et ils finissaient littéralement en pâté pour chien. Pourtant, la première réaction que mini Joe et mini Galo eurent c’est d’éclater de rire. Ils congratulèrent un moment de la façon brillante dont ils avaient pénétrés dans le bâtiment et de  la manière encore plus fantastique avec laquelle ils avaient faussé compagnie aux molosses.

Mais ils sont où les bonbons Joe ? T’avait dit qu’y en avait des montagnes, mais là c’est que des trucs dégueu et tout gris  … Sont cachés où ?

T’inquiète Vau, ils les ont justes cachés pour pas qu’le premier venu les chope s’non ils feraient faillite directe. En plus les grands ils adorent planquer des trucs j’chais où ils sont. Suis-moi.

Il n’était pas du genre à discuter les ordres après tout. Enfin si mais pas ceux de Joe, ceux de Joe ils étaient toujours brillants. C’est ce qu’il croyait en tout cas le pauvre naïf.

Nos deux joyeux petits compères s’élancèrent donc dans ce conduit exigu et sale en quête des montagnes friandises qui sans nul doute se cachaient quelques part dans ce repère de machines infernales et bruyantes.
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1