AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Ocean's ... Alone

avatar
Joe Gillian

♦ Localisation : South Blue
♦ Équipage : Pirates de la Main Morte

Feuille de personnage
Dorikis: 2440
Popularité: -105
Intégrité: -78

Ven 27 Sep 2013 - 11:46

Spoiler:
 

Recherché. Oui il était désormais recherché. Pas par la Marine ou le Gouvernement, mais par quelque chose de pire ou du moins quelqu'un de plus dangereux et de plus mortel. Et malgré cela, Cobra gardait toujours son petit sourire sur son visage, il gardait toujours cette petite joie qui le remplissait dans sa vie de tous les jours. Intrépide? Téméraire? Inconscient? Peut-être, surement. Joe avait vu la mort en face, il était même mort deux fois si on pouvait dire et malgré les épreuves malgré la douleur, malgré la tristesse, malgré la rancœur et les regrets, il se relevait toujours, il se relevait encore. Il avait promis de vivre, il avait survécut, il s'était reconstruit. De Marine à mercenaire, il était maintenant un voleur, un homme qui voulait les riches pour d'autres riches, il ne faut pas croire que Joe allait dépouillé un ouvrier de sa paye si durement gagné, ah si il lui piquait peut être une pomme qui trainait par la, mais c'était pas la faim du monde. Plus la mission était dur, plus le vol était compliqué et dangereux, plus il aimait cela. Il se sentait bien, il se sentait vivant, il était confiant en lui. La peur d'être pris, l'envie de se faire prendre et de casser des nez en retour, tout cela lui plaisait, tout cela lui faisait arrêter de penser au passé, de penser à Erina et au reste. Il était devenu Cobra le cambrioleur, Joe Gillian le malfrat.

Alors qui pouvait en vouloir à Joe, ou du moins à Cobra. Et bien, c'était un autre malfrat, un véritable criminel lui. Don Caramana, l'ennemi de son principal employeur Don Carmona, c'était lui qui voulait la peau de Cobra. Et pourquoi? Tout simplement car il avait marre que le blondinet lui vole des choses. Comment savait-il que c'était Cobra qui le volait? Car Joe laissait toujours sa signature, il écrivait son nom au marqueur à l'emplacement des objets subtilisés ou encore le laissait s'échapper de sa bouche lorsqu'il cognait contre un garde ou un vigile. Besoin de notoriété? Besoin de se faire un nom en plus? Surement, cela flattait son égo en plus donc pas besoin de schéma.

Comme à son habitude, Joe se rendait au Lucky Dog, le bar qui lui servait de liaison avec Don Carmona. Il habitait huit rue plus haut, à la limite du quartier nord. Il avait fait la moitié du chemin lorsqu'on l'interpella par son nom de scène.

_ Cobrwa!

Spoiler:
 

Un grand type se dressait devant lui, une quarantaine d'année, une grosse barbe rousse, un accent taillé au couteau montrant qu'il devait surement venir d'une île bien au nord de North Blue à l'origine. Un bon deux mètres vingt pour un bon cent soixante kilos au minimum. La photo même de l'exemple de barbare venant vendre ses services de fouteur de bourre-pifs. En l’occurrence c'était sur Joe qu'il voulait se défouler. Le mec fit un pas en avant en grognant.

_ C'est pour? Un autographe? Tu t'appelles comment mon grand?
_ Halderik Björg! Mais c'est ton corwps sans fie que moi feux!
_ Oula mon grand bucheron, jamais au premier rendez-vous voyons.
_ Toi te taire et toi fenir avec moi.
_ Tu voulais pas me tuer avant? Mais bon... Comptes sur ça et bois de l'eau Barbiche Rouquine!
_ Moi veux bièrweee! Toi mourwir sous forwce de muscles de Halderik!

Effectivement le grand roux était costaud, costaud comme un taureau, un vrai macho man. Des bras encore plus gros que les cuisses de Joe, un torse bombé comme un gorille... Punaise c'était un petit morceau de viande lui. Le rouquin des bois s'élança, malgré sa taille et son poids, il était assez vif, poing en avant, il l'écrasa sur le sol alors que Cobra s'était reculé pour se protéger, l'homme marqua le sol, explosant les dalles en dizaines de morceaux. Joe tendit la jambe gauche pour tenter de lui fouetter l'épaule mais le bougre avait soulevait un morceau de pavé et le pied de Cobra l'explosa à la place. Le poing de Halderik arriva au niveau de sa trogne et Joe ne put faire qu'encaisser le violent coup qui l'envoya s'écraser contre un mur qu'il traversa, atterrissant dans le salon d'une famille qui était entrain de jouer au petit chevaux.

_ Bonjour belle journée n'est-ce pas?

Essuyant sa bouche et le sang qui coulait de sa lèvre ouverte, il se releva et repassa par le trou qu'il avait causé sans se soucier plus de la pauvre famille qui ne bougeait plus d'effroi. S'élançant il sauta les deux pieds en avant pour les foutre dans la tronche du barbare qui lui aussi alla détruire le mur de la maison d'en face. Le saligaud eut de la chance car c'est la salle de bain qu'il éclata avec la madame en prime sous la douche.

_ Jolie petits nichons m'dame!

Le belle petit brune avec des seins en forme de poire hurlait comme un hamster se faisant écraser par un cartable d'un gosse de sixième. Halderik se releva et se repointa dans la rue sans vraiment se rincer l'oeil, pauvre de lui. Joe se disait qu'il irait peut être réparer le mur par la suite si la donzelle voulait bien lui ouvrir son lit et ce qui va avec. Halderik, prit sa masse accrochée à sa ceinture et la fit tournoyer au dessus de sa tête, il tenta de frapper Joe mais l'homme en rouge esquiva le coup, mais le mur derrière lui n'esquiva pas et c'est la pièce et le toit qui se trouvait au dessus qui s'écroulèrent. Le rouquin frappait, frappait et re-frappait, créant des fenêtres et des terrasses à tout va dans les maisons de la rue. Tout ce bordel commençait à attirer les curieux et à faire sortir les familles des baraques. Il fallait stopper cela. Il roula au sol pour éviter le fléau, du moins le boulet à piques qui encore une fois péta un mur. Joe arma son poing droit et frappa le genou gauche de Halderik et pointa son bras gauche en direction de sa face.

_ Dis bonjour aux étoiles!

La prothèse de Joe se détacha et fusa tel une rocket vers la gueule du barbu qui fut projeté plusieurs mètres en arrière en crachant ses dents. Joe se releva tranquillement, les curieux murmuraient entre eux . Le blondinet alla rechercher sa prothèse d'un pas tranquille tout en s'allumant un nouveau cigare. Il allait remettre en place son faux bras lorsqu'il entendit un cri. Halderik s'était relevé en prenant une femme en otage, couteau sous la gorge.

_ Toi venirw ou moi tuer petite pépée!

Belle erreur que celle-la, il aurait pu rester en vie le rouquin mais prendre une innocente en otage c'était pas du jeu. Joe fit un quart de tour sur lui même et tendit son Deltagun vers le barbare. Une déflagration et un petit flash lumineux! L'homme s'écroula à terre, mort! Un pruneau entre les deux yeux. Des personnes hurlèrent de peur.

_ P'tain fais chier!

Joe remboita son membre sur son canon et partit en courant, il savait que la Marine n'allait pas tarder. Crotte de crotte!


Dernière édition par Joe Gillian le Ven 4 Oct 2013 - 9:25, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t9243-joe-gillianhttp://www.onepiece-requiem.net/t9289-fiche-de-joe-gillian#11550
avatar
Joe Gillian

♦ Localisation : South Blue
♦ Équipage : Pirates de la Main Morte

Feuille de personnage
Dorikis: 2440
Popularité: -105
Intégrité: -78

Jeu 3 Oct 2013 - 10:51


C'est à vive allure que Joe rentra dans le Lucky Dog, l'un des bars servant de façades aux activités de Don Carmona. Claquant la porte en l'ouvrant, la refermant en la rejetant violement, il fila droit vers la réserve devant le regard étonné de Jack Portevent le barman. ce dernier n'avait jamais vu Cobra ainsi, lui d'habitude si sur de lui, lui roulant des mécaniques et des épaules lorsqu'il faisait son entrée dans la taverne, venait de perdre un peu de son style. Heureusement il y avait peu de client à cette heure, et Jack put aller voir le blondinet tout essoufflé.

_ Ola l'ami, il t'arrive quoi?
_ Un sale coup... On me chercher... J'ai du le descendre en public, la Marine va pas tarder.
_ T'inquiètes l'ami, on va te cacher tu nous connais.


Une armoire bascula, cachant une ouverture dans un mur avec un escalier. De ce trou un homme corpulent, imposant même en sortit. Chauve avec une barbichette, des grosses lunettes sur le nez et de nombreuses bagues en or, l'homme n'était autre que Don Carmona, le plus gros commanditaire de Cobra. Carmona, l'orgueilleux bouledogue, dans une chemise de soie turquoise et dans un pantalon de costume taillé sur mesure se dressait maintenant dans la réserve de son établissement.

_ Je m'occupe de la Marine mon brave Joe, soit tranquille. Vas donc te reposer dans la cale, je venais d'ouvrir un petit vin de 1598, une très bonne année. On aura à parler après.
_ Merci beaucoup Don Carmona.
_ Ce n'est rien, je te dois bien cela Cobra.


C'est ainsi que Joe descendit dans la cale. La cale, un nom pour designer le bureau et le salon privé de Don Carmona se situant au sous-sol du Lucky Dog. Arrivé dans le salon, il s'assit sur l'un des fauteuils en cuir noir et prit un verre de vin tout en s'allumant un cigare posé dans un écrin posé à coté du plateau avec la bouteille et les verres. C'était sur que le vin et le cigare c'était pas du low cost, des purs produits de luxe. Au dessus comme Joe l'avait si justement deviné, un officier de la Marine se présenta. Le Sergent Dokkins. Dans la rue, un groupe d'une dizaine de soldats attendait.

_ Bien le bonjour. Je recherche un homme avec des bouclettes blondes habillé d'une combinaison rouge. D'après des témoignages, il serait rentré ici.
_ Désolé mais personne ne répondant à ce descriptif n'est rentré ici Sergent.
_ Il serait dommage de me mentir Barman, je vais être obligé de fouiller votre établissement.
_ Et si vous preniez un petit verre Sergent Dokkins?
_ Euh... Non. Je suis en service.
_ Alors n'oubliez pas nos petits arrangements Sergent, il serait regrettable pour votre honneur et pour votre famille que cet accord change non?
_ Oui... En effet... Les témoins ont du se tromper d'établissement...


Si le sergent avait fait du zèle avec Jack, il avait vite blêmi en voyant arriver Don Carmona. Comme de nombreux engagés ou responsables administratifs de l'île, Dokkins était un vendu, un corrompu. C'était terrible de voir combien de regards peuvent facilement se détourner ou des papiers tomber dans une sacoche si la liasse de billets était assez belle à contempler. Don Carmona en bon chef mafieux s'était fait un petit cercle de connaissance rémunérée et il tenait son marché grâce à cela. Inutile de dire que son cousin germain don Caramana faisait de même et même parfois avec les mêmes personnes. Maintenant que l'embrouille avec la Marine s'était écarté pour un moment, le boss des Bulldogs fit signe au barman qu'il se rendait voir Cobra dans la cale.

_ Je vois que tu apprécie mon petit vin. Bon c'est réglé avec la Marine mais je pense qu'il faudra que tu joue la discrétion les prochaines semaines, voir même quitter l'île et te mettre un peu au frais. Je pense que tes dernières paies peuvent te le permettre.
_ En effet, votre générosité me le permet Don Carmona.
_ Je voulais te voir pour un nouveau contrat à l'origine mais quelque chose vient de changer la donne. Joe je t'aime bien petit et tu dois t'en rendre compte. C'est pour cela que j'avais mis une paire d'yeux sur la seule famille qu'il te reste. Mais je en sais pas comment l'autre a fait, il a découvert ton véritable nom et l'existence de Monica.
_ Monica!? Que lui est-il arrivé? De...
_ Ne t'inquiètes pas pour elle. Elle est en sécurité dans mon appartement de Suna Island. Mais j'ai le regret de te dire qu'elle est désormais orpheline... Joe je sais que tout est de ma faute, tu bossais pour moi et cela a attiré l'attention de cet Enfoiré de Caramana. Joe partd donc la chercher, elle a besoin de toi. Je lui ai parlé de toi déjà tu sais.
_ Il ne fallait pas... Je ne suis rien pour elle, je ne suis qu'un inconnu... Mais Don, je vous jure que cet enflure paiera pour son père. J'ai un très gransd service à vous demander, pouvez-vous vous en occuper?
_ Elle sera comme ma fille sois en sur.
_ Votre dernier contrat, c'était encore contre lui? J'accepte de lui coller un poing dans les couilles encore une fois.
_ Si c'est ce que tu veux. Je t'expose l'affaire alors.


C'est ainsi que Don Cormona donna une nouvelle mission à Cobra, Cobra plus remonté que jamais pour l’exécuter.


http://www.onepiece-requiem.net/t9243-joe-gillianhttp://www.onepiece-requiem.net/t9289-fiche-de-joe-gillian#11550
avatar
Joe Gillian

♦ Localisation : South Blue
♦ Équipage : Pirates de la Main Morte

Feuille de personnage
Dorikis: 2440
Popularité: -105
Intégrité: -78

Jeu 3 Oct 2013 - 15:08



Joe était arrivé la veille sur l'île de Rosendz. Rosendz était à trois jours de voile de Ralcol Island en direction de l'est.  Rosendz avait un climat un peu plus tempéré que celui de Ralcol, un peu moins chaud, un petit peu plus pluvieux mais toujours un climat plaisant. L'île était plus petite mais possédait plusieurs ville. Le port principal de Rosendz se trouvait à Rémilon. La cible de Cobra se trouvait dans la plus grande ville de Rosendz, Racala. Sa cible? Le manoir de Don Caramana. Et pourquoi? Pour y voler le dernier objet voulu par Don Carmona. Dernier dans le souhait mais aussi surement le dernier par la volonté. Joe savait qu'à force d'aller picorer dans les collections de Caramana pour le compte de Carmona il allait attisait encore plus sa colère, le fait qu'il ait fait une enquête sur lui et qu'il ait voulu faire du mal à sa demi-sœur le montrait bien. L'enflure avait tué le père de cette dernière et avait tenté de la kidnappé, heureusement que Don Carmona l'avait placé sous surveillance. Joe se dit que Carmona l'avait fait aussi pour avoir une monnaie d'échange au cas où il ne reviennent pas avec la petite commande du chef des Bulldogs en l'aillant vendu à un autre. Il était temps pour Joe de quitter cette zone des blues, à trop trainer avec la mafia cela en devenait dangereux. Il espérait que Carmona tiendra bien sa promesse, il le croyait, il le savait homme d'honneur pas comme Caramana.

C'était le milieu de l'après-midi, Cobra arrivait devant l'énorme bâtisse de Don Caramana, chef du gang des Buzzards. La propriété était sublime, un énorme jardin subtilement fleuri, entretenu par des maîtres jardiniers. Une bâtisse grande comme un château qui reflétait la démesure de l'esprit du propriétaire. Monté sur 3 étages, il comportait d'après les plans fournit par Don Carmona, trente quatre pièce. La pièce qui intéressait Joe était accolé au bureau du chef mafieux et se situait dans l'aile est au deuxième étage. Comment Carmona savait tout cela? Il avait un infiltré bien sur, un infiltré dans ce manoir justement. Oh qui se douterait que Pedro l'homme à tout faire de la maison depuis trois ans était en fait un homme à la solde de don Carmona? Pedro si gentil et si niais, toujours heureux de réparer, entretenir le manoir... Justement aujourd'hui c'était mardi et c'était le jour de congé hebdomadaire de Pedro. Tout était calculé au juste poil. Quel était le plan de Joe? Passait par une porte de derrière, laissé ouverte le matin par le brave Pedro? Attendre la nuit et fracturer une fenêtre? Ou s'introduire par les combles comme pour l'immeuble de Mira Liabella, la soeur de Caramana? En fait rien de tout cela. L'ancien gars de la Marine, l'ancien membre du commando Salamandar était en colère, il avait un vieux sentiment qui avait refait surface en lui, l'envie du sang, l'envie d'être violent et de se battre. Cobra allait foncer droit dans le tas. Et s'il pouvait tuer le chef des Buzzards au passage, il ne s'en passerait pas.

D'après Pedro, le manoir était protégé par à peine une vingtaine d'hommes, la crème de la garde de Caramana. Le plan de Joe, allait sonner à la porte et défoncer tous les obstacles qui le séparerait de son but. Pour le moment, il devait traverser le jardin. Il y avait que trois gardes. Joe alla se cacher dans un buisson, puis en sortit pour aller dans un autre, le jardin était parfait pour faire du cache-cache avec ses haies taillés, ses arbres et autre ilot de plante. Sortant son couteau, il attendit que le premier passe près de lui et il le tira à lui en lui passa sa main de robot sur la bouche et lui trancha la gorge. Pif-paf-paf, buisson-haie-arbre, il brisa la nuque du deuxième en lui entourant le cou de ses bras. Youplabadaboum, se cachant à nouveau, il frappa à la tête le troisième, le laissant se vider de son sang à terre. Enfin il arriva à la porte et sonna. Un garde ouvrit la porte et reçu le poing gauche de Joe en plein pif et l'envoya valser plusieurs mètres en arrière. Il passa la porte et atterrit dans un grand hall. Un enorme escalier au fond et sur cette escalier un homme et trois femmes. L'homme un modèle de virilité à la peau mate, ricana.

_ On t'attendait Cobra.
Spoiler:
 

Les Bony Helm, une bande d'assassin de réputation, voila ce qu'était les quatre personnes devant Joe. Mama Backer, Rivers Babilon, Daddie Scoul était le nom des trois jeunes femmes. Rhaz Poutine était celui de l'homme, le leader, le plus dangereux.

_ T'es tombé dans le piège de Caramana. Tu vas regretter de nous avoir en face de toi le blondinet, héhé.

http://www.onepiece-requiem.net/t9243-joe-gillianhttp://www.onepiece-requiem.net/t9289-fiche-de-joe-gillian#11550
avatar
Joe Gillian

♦ Localisation : South Blue
♦ Équipage : Pirates de la Main Morte

Feuille de personnage
Dorikis: 2440
Popularité: -105
Intégrité: -78

Ven 4 Oct 2013 - 11:30

C'est l'oeil étonné que Joe regardait les quatre personnes en face de lui. Cigare en bouche, il tira dessus comme si de rien n'était mais pourtant au fond de lui il s’interrogeait sur le fait de comment Caramana savait qu'il allait venir le voir. Nul doute que si Carmona avait une taupe chez Caramana, Caramana devait lui aussi avoir une taupe chez Carmona. Le bouledogue et le vautour avaient un tique accroché à leurs chairs, si Pedro était celui du vautour, qui était celui du bouledogue? Il n'avait pas le temps de penser plus, les quatre venait de descendre une marche chacun. C'est avec toute sa délicatesse et son ironie habituelles que Cobra ouvrit la bouche.

_ Vous êtes qui? Vous êtes le spectacle d'accueil pour ma venue. Faudra remercier votre patron pour ça, il est trop gentil avec moi.

Nouvelle bouffée de cigare, l'homme de la bande se crispa et rétorqua.

_ Nous sommes les Bony Helm! Fervents défenseurs du Disco. Nous te ferrons danser jusqu'à la mort Cobra!
_ Mouep... Désolé mais je connais pas... Vous êtes des artistes?
_ Tu ferez mieux de te taire Gillian, car ils prendront ta vie sale petit voleur.


Venant d'un haut, la voix était celle de Don Caramana qui les regardait depuis le deuxième étage, les deux mains sur la rambarde de marbre. Son ton hautain et sa voix à la limite du nazillard correspondait parfaitement au personnage, une véritable pourriture. Il fit un signe au leader des Bony Helm, celui de trancher la gorge de Joe puis il partit tout en ricanant.

_ Le discooo c'est la viiiiie! Et toi! Tu n'es pas discooooo!

Les trois filles commencèrent à claquer des doigts tout en faisant les choeurs dans ce qu'il fallait bien reconnaitre ressemblait à une jolie musique. Se dandinant sur le rythme de la musique, Joe regardait les trois femmes. Une furtive idée d'aller danser avec celle de droite et de lui foutre la main au cul lui passa par la tête. Il se secoua le crane pour chasser cette image et il entendit Rhaz Poutine se mettre à rire.

_ Ne cherches pas à combattre tu as déjà été pris dans les filets du pouvoir du discooo!

Spoiler:
 

Rhaz commença alors à danser d'une drôle de façon et Joe ne put s’empêcher de recopier ses mouvements. Des grands arcs de cercle avec les bras, des cabrioles, des grandes enjambées, Joe était possédait par le démon du disco.

_ C'est quoi ce bordel! Tu m'as fait quoi l'afro poilu?
_ Hahaha! La fièvre du disco va t'emporter Joey! Qu'est-ce que t'en penses, Daddy Cool? Hahahaaa!


La danse folle battait son plein, les mouvements était de plus en plus vifs, de plus en plus violents. Joe saurait à grosses gouttes et son corps commençait à le brulait de forcer autant, ses muscles lui faisait mal. Il devait arriver à reprendre le contrôle, il devait reprendre le contrôle. Ralentir le rythme, il devait ralentir le rythme... Changer le rythme, oui c'était ça. Cobra se concentra sur une chanson à un rythme plus lent... Pandi Panda, petit ourson de chine... Non cela ne marchait pas... On ira où tu voudras, quand tu voudras. Et on s'aimera encore, lorsque l'amour sera mort. Toute la vie sera pareille à ce matin...

_ Au couleur de l'été inddiieennn!!

Il arrivait à prendre le contrôle, à le reprendre plutôt. Dirigeant son bras gauche vers les chanteuses, il déclencha l'expulsion de sa prothèse qui fusa droit vers la tête de celle du milieu. Cela cassa toute la magie du disco et Joe fut alors totalement libéré. Tombant à terre, il roula sur le coté et s'étendit sur le foutre pour tirer deux fois avec le deltagun. Ne voulant pas tuer les deux autres femmes, il visa l'épaule droite des deux et fit mouche. Rhaz se mit à hurler devant cela et arracha sa chemise, révélant à Joe une pilosité dorsale énorme!
Spoiler:
 
_ Tu vas me payer ça Cobraaa! Discooo Pilosittttyyyy!!

Les poils du torse de Rhaz s'allongèrent et foncèrent droit sur Joe qui roula pour les éviter. Cobra se releva et sortit son couteau de l'étui qui était à l'arrière de sa ceinture.

_ Allez vient donc le cousin machin, je vais te faire une petite coupe d'été.

Les poils s’emmêlèrent les unes aux autres, s'entourant sur elles-mêmes pour former un espèce de pique de cinq mètres de long. Rhaz joua alors à l'escrimeur et Joe contenait les offensives ennemies avec sa petite lame. Quelques echanges, et Joe bondit par dessus la tige de poils et prit appui dessus pour balancer son pied droit dans la gueule de l'afro. Rhaz se mangea la semelle de Joe qui lui éclata la bouche au passage. Gillian atterrit derrière le fou de disco et lui planta alors sa lame dans le dos. Mais il en fallait plus pour vaincre Rhaz Poutine. Il se retourna foutre foutre un coup de boule discographique au blondinet qui fut projeter contre un mur et s’enfonça dedans. La jolie fresque représentant un homme courant nu derrière une biche, n'était plus. Rhaz plonge sur Joe et lui enfonça son afro dans le bide, sous le choc de l'impact, Joe défonça complétement le mur ainsi que le prochain qui était derrière lui, il en perdit son cigare. Il s'écroula au sol. Discoman s'avança, traversa les trous dans le mur pour retrouver Joe. Ce dernier se mit à rire.

_ Pourquoi ris-tu petit homme?
_ Car t'as perdu Monkeyman!

Joe se releva, choppa un débris de mur au sol et l'enfourna dans le col du canon du Deltagun. En trois pas, il se trouva devant Rhaz et pointa son canon juste devant sa gueule avec le debris dans le canon. Détonation! La pierre fut éjecter dans la face du danseur disco et il recula de plusieurs mètres dans un arc de cercle très disco. Atterrissant au sol, la face en sang, sang s'écoulant à terre, le combat était fini. Joe repassa ensuite dans le hall et retrouva sa prothèse qu'il ne remboita pas. Il décida de chercher l'escalier de service et alla s'enfoncer dans l'aile droite du rez de chaussée.
http://www.onepiece-requiem.net/t9243-joe-gillianhttp://www.onepiece-requiem.net/t9289-fiche-de-joe-gillian#11550
avatar
Joe Gillian

♦ Localisation : South Blue
♦ Équipage : Pirates de la Main Morte

Feuille de personnage
Dorikis: 2440
Popularité: -105
Intégrité: -78

Dim 6 Oct 2013 - 11:31

C'était donc cela la fièvre du disco. Joe avait le corps en feu, ses muscles le tiraillaient à chaque pas comme s'il avait couru un marathon en ayant quarante de fièvre. Chaque geste était souffrance, chaque respiration était un feu dans ses bronches. Suant à grosses gouttes, Cobra était arrivé en haut de l'escalier de service. Il était au deuxième étage à queques pas du bureau de cet ordure de Don Caramana. Parlant de ce sale vautour, il le croisa. Il était à l'autre bout du couloir. Le boss des buzzards dégaina un pistolet et tira sur Joe qui trop fatigué par le disco en lui ne put éviter de se prendre le pruneau envoyé par Caramana. La balle passa le long de son épaule gauche, lacéra sa chair et bruant sa peau dans une vif douleur brulante.

_ Haha! Tu m'auras pas Cobra! Tu es fichu! Fichu!

Le mafieux portait une valise en cuir et un grand sac en peau de, de truc inconnu.Il se mit à rire et partit en direction du couloir inverse à celui où se trouvait Joe. Deux solutions s'offrait alors à Joe, le poursuivre et tenter de le descendre ou remplir sa mission et voler ce que voulait Don Carmona en espérant que l'autre ne l'avait pas pris dans ce qu'il venait de prendre. Il parla plus pour lui même que pour le vautour qui ne devait pas l'entendre.

_ Je te ferais la peau un jour, crois-moi. Je te ferais bouffer du plomb.

Il se dirigea vers le bureau du criminel et y entra. C'était une pièce aux couleurs sombres avec de nombreuses boiseries. Il y avait des rideaux d'un rouge foncé avec des brodures dorées. Joe remarqua sur le bureau deux objets intéressant pour lui. Un coupe papier en argent finement ciselé qui devait valoir son petit prix et un oeuf Vagerbé (image)qu'il revendra à Don Carmona pour avoir un petit bonus à sa mission. Mettant les deux objets dans sa sacoche, il passa à la sale suivante, celle où Caramana devait exposer sa collection. Macabre. Oui Macabre était le mot. Sur l'un des murs, il y avait plusieurs étagèrent avec sur chaque étagèrent une dizaine de chat empaillé, c'était même morbide. Joe pouffa de rire en voyant cela. Son rire lui vrilla de douleur l'épaule blessé. Il remarqua que l'effet de la fièvre du disco commençait à s'estomper. Il commença à observer les toiles, effectivement il en manquait, le mafieux en avait pris avec lui ainsi que quelques objets. Heureusement pour Cobra, celle que voulait Carmona était encore la. Naufrage sur Briscol Island (image), c'était cette peinture du peintre Filipeti que voulait le boss des Bulldogs. Sortant son couteau de son étui, il découpa a toile des bords de son encadrement et l'enroula sur elle-même. Il pouvait maintenant partir.

_ Et si je te laissais un petit cadeau...

Cobra s'approcha des rideaux du bureau de Caramana et y mit le feu avec son briquet. Regardant l'incendie prendre, il s’alluma un cigare avec les flammes des rideaux. Il ricana et prit un mouchoir qu'il trouva sur l'un des fauteuils du mafieux. Il entoura sa blessure avec et descendit au rez de chaussée. Les Bony Helm étaient encore inconscient. Il les traina alors un à un sur le perron. L'un des choristes s'était éveilée.

_ N'oubliez jamais ce que j'ai fait pour vous.

Il passa ensuite de l'autre coté de la maison et alla dans l'écurie pour y voler un cheval et rentrer pus vite au port. De la il repartira sur Ralcol Island pour se faire payer par Don Carmona.
http://www.onepiece-requiem.net/t9243-joe-gillianhttp://www.onepiece-requiem.net/t9289-fiche-de-joe-gillian#11550
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet