AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


FB Solo, 17 ans, A la recherche du trésor

avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Dim 29 Sep 2013 - 6:45

17 ans, sur North Blue, Aoko allait rendre visite à ses parents après de nombreuses journées d'entraînement pour devenir Officier. En effet, depuis cette année, elle passait au rang d'adjudante et devait s'occuper de nouvelles recrues qui étaient arrivées depuis. Ce n'était pas toujours facile et il y avait pas mal de paperasse à remplir. C'était bien une chose que celle-ci détestait faire. Durant son temps libre, elle se permettait des visites de temps à autre dans le village de l'île et aujourd'hui semblait être une bonne occasion. Le voyage, comme d'habitude fut des plus simples. Les petits oiseaux chantaient et le soleil brillait. Pour North Blue, ce n'était pas une grande première, mais ça semblait assez rare.

Elle souriait, toute contente de faire une pause. Celle-ci allait devoir retourner rapidement par après pour reprendre son service. Ça ne prenait qu'une trentaine de minutes pour arriver au village, alors elle allait seulement retourner dans une ou deux, voir trois heures. Le temps passé avec ses parents était toujours très important pour la petite demoiselle qui devenait une femme...
Elle passait pas mal de temps dans le jardin à jouer avec son chaton panthère. C'était vraiment très intéressant de voir comment il développait de telles griffes, surtout la manière dont celui-ci les utilisait partout. Dans la base, ça devenait assez embêtant parce qu'il avait même touché au bureau du commandant. Le jour ou c'était arrivé, Aoko avait dû mettre sa petite panthère de côté pendant un moment pour que des dresseurs s'en occupe le temps d'en faire un exemple dans la marine. Ce qui ne fut pas facile et elle en était toujours à l'entraînement.

Après sa visite chez ses parents, elle retourna à son bureau où l'attendait un message de la part du Commandant. C'était enfin des vacances, plus précisément elle pourrait se faire plaisir pendant deux semaines entières à aller où elle voulait. Celle-ci se rappela la chose importante qu'elle devait encore faire. Elle s'assit devant son bureau et prit la peine d'ouvrir son tiroir où se trouva son petit papier, un peu délabré par le temps, qu'elle avait trouvé à ses douze ans. Ce fut donc le temps de prendre la décision de foncer tête baissée dans le Royaume de Luvnell pour récupérer la suite... Peu-être qu'il y avait un trésor la-bas.
En tout cas, le restant de la journée se passa sans grand problème. Plusieurs dossiers de nouvelle recrues arrivèrent au fur et à mesure, mais rien de vraiment embêtant. Elle se demandait déjà ce qu'elle pouvait faire d'autre pendant sa visite sur l'île du Royaume de Luvnell. Celle-ci regarda la carte pour voir où se trouvait exactement l'île et la pointa sans trop de problèmes. Moins de deux jours de voyage, quel plaisir. Elle avait tout le temps de chercher son trésor et de faire différents achats avec ainsi que son salaire perçu depuis ses 12 ans, mais tenu par ses parents avec l'approbation du commandant.

Aoko regarda par la fenêtre. Elle vit pas mal de gens s'entraîner dehors et fit un sourire. Celle-ci se reconnaissait par-ci par là quand elle devait courir partout autour du terrain ou bien faire des pompes etc. C'était bien amusant. Maintenant, elle s'occupait de paperasse, mais avait encore un peu de temps pour s'entraîner durant la soirée avant d'aller dormir. Après un bref moment, elle s'écarta de la fenêtre pour finir ses papiers. Puis, en se levant de son bureau, quelque chose tomba à terre. Celle-ci leva un sourcil puis regarda ce que ça pouvait être.

Un guide pour prendre de bonnes vacances, mais qui avait pu bien laisser ça là. Elle fit une tête bizarre en lisant le bouquin, il était bien intéressant et notait des endroits qui pouvaient être superbe à visiter. Cette jeune demoiselle n'en vue pas l'utilité pour le moment alors elle le mit de côté en attendant d'autres vacances. Pour le moment, elle sortit de son bureau, son bout de papier dans une poche, pour se diriger vers sa chambre personnelle. Oui, en tant qu'Adjudante, elle l'avait finalement qui se trouvait dans un bâtiment séparé des marines de base. Bien sûr, les autres de sous-officier et officier se trouvaient ici aussi, mais au moins ça se différencier de dormir avec plein d'autres gars dans une grande salle.

En passant dans les couloirs, elle croisa plusieurs marines et comme d'habitude dut les saluer. Trop sérieuse était le mot que l'on pouvait entendre ici et là à propos d'elle. Ce n'était pas vraiment chouette à entendre dans ses oreilles, surtout que des fois elle se mettait à pleurer dans un coin ou personne ne pouvait la voir. Celle-ci s'était promise de ne plus pleurer, mais des fois c'était trop fort. En arrivant dans sa chambre, elle sortit une valise de sa garde-robe et la fit rapidement. Sur le coup, celle-ci bourra d'affaire n'ayant aucun lien ou très peu avec la marine, comme ses pistolets. Elle se ferait trop remarquer sinon. Un coup retentit sur la porte et quelqu'un parla derrière.


« Je peux entrer? »

« Ouuuiii »

« Ah, Salut Aoko, oh, tu vas où comme ça ? »

« Je prends des vacances, le commandant a pensé que ça me ferait du bien »

Elle parlait avec son ami de toujours, Bonso, qui avait failli mourir durant ses 15 ans. Celle-ci se rappelait encore la scène où la panthère sautait sur elle pour la manger. Elle secoua la tête sur le moment même pour évaporer se souvenir puis se concentra sur le présent. Celle-ci fit quand même un sourire à son ami d'enfance qui se trouvait être sergent à présent et responsable de son unité. Il se gratta la tête puis lâcha un soupir.

« Dommage que je ne sois pas de la fête, je t'aurais volontairement accompagnée, mais mon équipe est embourbée, comme d'habitude, dans une merde pas possible. Je vais te laisser finir tes affaires, tchous … Mais au faite, tu m'a pas dit où tu allais »

Elle fit un clin d'oeil et tira la langue.

« Top secret,bye bye. »

Il était sacrément gentil et franchement, elle pouvait se confier à lui sans soucis. Il quitta la pièce et Aoko se remit à travailler sur sa valise rapidement. La suite fut qu'elle partit précipitamment en ayant mis des habits civils pour passer sans problème sur le royaume de Luvnell étant donné qu'ils n'apprécient pas réellement les marines. En clair, cela allait être deux jours de plaisir à voyager en bateau.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Lun 11 Nov 2013 - 2:44

À bord du bateau flottant tout le long des vagues amenant jusqu'à la précieuse île du Royaume de Luvnell, Aoko c'était mise sur la rambarde pour observer l'avance. Ce n'était pas la chose la plus intéressante à faire durant la traversée, mais c'était l'une des seules. Le ciel bleu où apparaissait un soleil éclatant envisageait peu être une catastrophe à l'horizon.

En effet, peu de temps après être sortie de sa cabine pour prendre l'air, un serveur s'approcha d'elle pour lui servir un breuvage, mais il n'avait que de l'alcool. Malheureusement, l'alcool était interdit pour les mineur en dessous de 18 ans. Aoko dut refuser le verre du serveur, mais elle accepta son sourire et y répondit chaleureusement sachant que les contacts humains étaient important pour rester sage et sain d'esprit. Maintenant, ça dépendait aussi de quel type de personne qu'on rencontrait parce que les pirates étaient tout ce qu'il fallait éviter à tout pris.

Elle portait sur elle une tenue assez masculine mettant tout de même en avant ses formes. La jeune demoiselle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'elle se devait de trouver un homme un jour, mais la marine occupait déjà toute sa vie et s'amuser avec ses gosses là ne lui donnait pas envie du tout.

Après un petit moment à l'extérieur, Aoko retourna dans sa cabine pour s'y reposer et lire un livre sur le royaume de Luvnell. C'était un libre qu'elle avait emprunté à la bibliothèque. La jeune adjudante le rendrait sûrement plus tard en bon état.

L'histoire de l'île était pas mal dans tout son état. Il y avait le chantier naval de construction connu surtout pour l'installation de luxure dans les bateaux de toute sorte. On paye, on reçoit ce qu'on a demandé. En tout le cas, ça allait être une journée intéressante par la-bas.

Elle sentit un choc assez fort dans sa cabine, le navire était assez souvent secouer par les vagues, mais la ça semblait différent. Aoko se leva et retira son casque pour ne pas entendre ou être dérangé par des bruits externe dans sa lecture.

En sortant, elle fit une étrange rencontre.


« Yarrrr, Oh une belle demoiselle ici les garss.... Arrghhh »

Une épée venait de transpercer le pirate en face d'elle. La tête d’Aoko avait complètement changé, passant du surpris au sourire carnassier qu'elle avait d'habitude quand son carnage allait commencé.

« Salope, tu vaa le payééé..... Yarrr »

d'autre pirate arrivèrent des différents couloirs.

« Oahh... Et les gars... on a un mort ici, il regarda ensuite Aoko, tu va mourir sale chienne »

Plusieurs pirate tentèrent de l'atteindre, mais elle avait eu le temps de prendre ses pistolets. Quand elle a ses pistolets, habituellement, elle fait un massacre totale autour d'elle. Bien sûr ça dépends de ses adversaires. Dans tous les cas, sur ce coup-ci, elle avança à travers les corps de quelque pirate abattu pour ensuite entendre derrière un de leur congénère appeler le capitaine.

Il descendit lentement les marches menant au petit massacre qu'Aoko avait perpétré sur son équipage. Quand elle le vit apparaître... Une angoisse certaine lui serra les intestins. Elle pouvait sentir au final qu'elle aurait beaucoup de mal contre ce personnage.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 14 Nov 2013 - 14:28

Bruit de mastication. L'homme fait passer sa nourriture dans sa bouche, d'une joue à l'autre, ostensiblement. Devant, un individu en tenue de cuisinier attend, genou à terre, sabre sur le cou. Autour, des pirates. Et encore autour, des cadavres.

Finalement, le capitaine donne son verdict.

Ce poisson est excellent. Un régal. C'est décidé, je vous veux dans mon équipage ! Bienvenue dans mon équipage, jeune coq ! Faites du bon poisson et vous éviterez de les rejoindre, les pieds attacher à un boulet.

Et il se met à rire. Son équipage aussi. Une blague très drôle, il faut l'avouer. Même le cuistot se surprend à sourire, probablement parce que le sabre s'éloigne de son cou.

Merci, capitaine Estragon, vous ne serez pas déçu.

Je l'espère.

Un sous-entendu mauvais dans ses mots fait tirer une grimace chez la recrue. Elle préfère la boucler.
C'est en suivant leur capitaine que les hommes retournent sur le pont du navire abordé, en proie au chaos. Les cadavres se vident de leur sang. Les richesses sont amassées. Les femmes aussi. Justement, il passe devant le nouveau cheptel avec un sourire appréciateur.

Bien bien bien. Amenez-les avec les autres. Nous ferons connaissance plus tard.

Cinq hommes mènent la dizaine de veuves et d'orphelines éplorées vers la passerelle entre le navire et le fier Cormoran, le grand bateau d'Estragon. Sa deuxième fierté. Tout semble sourire au pirate. Jusqu'au moment où l'un des petits nouveaux vient lui signaler un problème.

On assassine mes hommes ? Tant mieux. Ça vous fera des parts plus grosses pour le partage. Et puis, le harem devient trop petit !


Et soudain, l'assassin apparaît. Sa nature féminine est vite révélée sous l'oeil expert d'Estragon. Ses hommes se placent en demi-cercle autour d'elle. Une bonne moitié ont des fusils pour la tenir en respect. Les autres, armés de couteau, semblent vouloir s'élancer dans une danse endiablée près du corps avec la nouvelle venue. Lovanikof sourit, sûr de lui.

Allons donc. Je retire ce que j'ai dit. Heureusement que mes hommes sont morts pour faire venir à moi un si beau cadeau.

Il fait une révérence.

Vous êtes charmante, mademoiselle.
On peut capitaine ? On peut ?!
Tentez votre chance, mais ne l'abimez pas. Et pour vous, belle demoiselle, je vous saurais gré de ne pas nous impliquer dans cette petite histoire. Nous avons d'honnêtes gens qui pourraient en pâtir de vos excès.

Sourire de toutes ces dents. Les otages, c'est toujours utile. Et puis, ça rapporte gros parfois.

Trois individus semblent vouloir en découdre. De son côté, le capitaine pirate s'assoit sur une chaise à bascule après avoir dégagé le corps qui y gisait. Un sabre dans une main et le pistolet dans l'autre, il semble être prêt à agir si la situation dérape sous son air de spectateur amusé.

Les individus s'avancent, sabre en main tandis que les balles des autres n'hésiteront pas.
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Sam 21 Déc 2013 - 22:14

Aoko semblait bloquée sur le moment. Le capitaine qui se trouvait sur une chaise ne se prenait pas pour un gars de pacotille. La jeune demoiselle se posa déjà quelques questions par rapport à la prise d'otage. C'était une première pour elle, ça n'arrivait pas souvent étant donné la violence dont faisait preuve la plupart des pirates que l'on pouvait rencontrer sur North Blue. Comment réagir, telle était la question qu'elle se dit sur le coup. Devait-elle affronter les pirates qui s'approchaient dangereusement ou se rendre pour être ensuite capturée et, sûrement, torturée?

La première solution devenait de plus en plus oppressante du faite de la présence proche de ses ennemis, ainsi que des armes pointé qui se faisait très menaçante. Rien qu'en regardant celle-ci, elle connaissait le type de l'arme, ainsi que son rechargement et son type de munition. À cette distance, elle risquait gros. Son cerveau commençait à chauffer, son sourire carnassier restait affiché, mais allait disparaître peu à peu. Elle lâcha son sabre et se concentra sur le pistolet qu'elle avait dans sa main gauche. Tout d'abord, elle pointa son pistolet vers la tête du pirate le plus proche et actionna la gâchette. Il cracha du feu et le premier gars tomba gravement blessé au sol, ayant tenté d'avoir esquivé la balle. Le deuxième pirate en profita pour se rapprocher et se lancer dans le combat. Aoko n'eut pas le temps de réagir assez rapidement pour tirer une deuxième fois, elle dût bloquer l'attaque du sabre et ensuite se courber pour échapper à l'un des tirs qui venait de l'autre côté. Elle profita du coup bloqué pour mettre le pirate numéro deux en vue de la balle, elle n'y arriva pas au vu de son poids. Le premier tir rata de près, mais fit une trace sur sa joue ce qui fit qu'il gueula vers l'autre lâchant un peu sa prise.

De son côté, Aoko en profita pour repousser son ennemi au corps à corps pour lui en coller une forte dans la tête avec la crosse du pistolet qu'elle venait d'enlever de l'emprise du sabre. Elle n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit contre le deuxième que le troisième fonça pointe en avant et passa proche d'embrocher sa poitrine. Le pirate numéro trois était maintenant à découvert et tourna la tête avec une grimace qui en disait long sur ce qu'il allait subir. L'adjudante retourna son pistolet et utilisa sa crosse pour le frapper au niveau du coup pour essayer de l’assommer. Il tomba par terre en convulsant, les yeux révulsés. Le pirate numéro deux revint en avant, voulant venger son deuxième camarade. Il brandit son sabre en l'air pour avoir plus de puissance et le fit tombé, tel un éclair, sur la jeune demoiselle qui se défendait tant bien que mal. Elle bloqua, de nouveau, avec son pistolet, mais la crosse se brisa. Sa main fut blessée et commença à bien saigner. Ce n'était rien, qu'elle se disait, mais, malheureusement, ce n'était pas tout ce qui allait arriver. Elle leva la main gauche et...


« Pourparler! »

Elle reprit son souffle pour répéter ce qu'elle venait de dire à la face du pirate qui retint son coup. Il la dévisagea puis regarda son capitaine avec un point d'interrogation s'affichant clairement sur la tête.

« Pourparler, je demande à ce que tout le monde soit libérer en échange de ma personne, vous avez un gros levier avec vous. Je m’appelle Aoko Longshot Adjudante à la Marine appartenant à la 350ième du QG de la marine de North Blue dont vous devez bien connaître le Commandant responsable de la base. »

Dit-elle fièrement en sortant son badge de sa poche. Elle essayait d'éviter le pire pour la plupart des passagers restant, mais son cas semblait désespéré. Par contre, la jeune Adjudante savait que son Commandant ne la laisserait pas dans la merde même si il n'avait aucune autorité dans ses eaux-ci.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 26 Déc 2013 - 15:45

Lovanikof grimace en regardant ses larbins se prendre une déculottée. Ça fera du petit personnel en moins, mais ça fera davantage de place pour les otages. Tant mieux. Et puis, ça va être utile pour affirmer davantage sa prise sur son équipage qui semble vouloir un peu trop s'émanciper. En bon gestionnaire, un capitaine doit savoir tenir en respect ses hommes.

Pourparler ?
Oui, parlons. Vous avez une jolie voix, jeune fille.

Capitaine ! Vengez-nous !
Bouclez là. Vous avez des voix d'alcooliques, vous.

Le capitaine se lève, les mains derrière son dos tandis que le reste de son équipage monte sur le pont, emportant avec eux les derniers otages. Ces dernières remarquent Aoko et surtout, elles remarquent son insigne de la marine. L'espoir leur redonne des couleurs.

Adjudante ! Terrible !
Le commandant de la base ? Je ne sais pas qui c'est. Il doit être bien insignifiant comparé à la terrible adjudante Longshot.


Il s'approche toujours plus. Son ton paraît ironique et un sourire cajoleur s'étire sur son visage vieilli par le sel de mer. Il arrive face à Aoko, passant d'un pied à l'autre comme s'il ne savait pas quoi dire.

C'est un acte noble que vous faites. Mais vous semblez oublier un détail.

Les pirates ricanent. Sans savoir pourquoi, mais leur capitaine a forcément un bon mot à sortir.

Vous êtes déjà ma prisonnière.

Il sourit. Et il t'attrape le bras. Sa poigne est solide et il tente de t'assommer sans trop de casse, galanterie oblige. Les otages crient. Les pirates hurlent des encouragements pour leur capitaine. Et une sorte de danse s'engage. L'un pour te réduire au silence en douceur et toi, pour ta liberté.
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Jeu 9 Jan 2014 - 20:08

Aoko ne voulut pas se laisser faire, mais le capitaine semblait avoir une poigne de fer. Quand elle tomba inconsciente, pour se faire plus facilement transporter, elle rêva. Elle se trouvait dans un monde sans problème, pas de pirate, pas de bandit et pas de révolution. Des petits lapins et des biches un peu partout, les petits oiseaux chantaient, un vrai conte de fée de Walt Disney. Ce type de rêve, qu'une petite fille pouvait avoir, était fait pour se transformer en cauchemar. Effectivement, un enfoiré de première commença à courir après les biches et les lapins et les décapita tous, un par un. Ça ne déplaisait pas à Aoko qui adorait tuer et tirer avec son arme, sauf sur les innocents bien sûr. Elle voulait du gros, comme son bonnet ou ses armes. Ouais, elle aimait bien tout ça. Son arme apparut dans ses mains et elle commença à la décharger sur tout ce qu'elle voyait, mais le rêve se finit un peu tôt et elle se réveilla avec un sacré mal de crâne.

Aoko put observer la pièce autour d'elle. Sa sentait le vomis et elle était parmi les autres otages qui semblait avoir un regard vide. Ils savaient tous qu'ils allaient y passer à un moment ou un autre. Des ordres étaient gueulés ici et là ainsi qu'une alarme de temps en temps lorsqu'ils voyaient un vaisseau du royaume de Luvneel à ce que pouvait savoir Aoko. Enfin, elle devinait ça comme-ça. Elle n'aimait pas l'endroit du tout, ça puait le pirate et ça empestait la mort et le rat. Pour la suite, la jeune demoiselle ne savait pas ce qu'elle pouvait envisager, mais elle parla à voix basse pour elle-même, ça l'aidait parfois à voir ce qu'elle pouvait faire pour s'échapper.


« Saleté de menotte, faudrait que je m'en défasse pour pouvoir m'échapper. Elles sont trop solide, je crois que je vais garder mon énergie pour un garde, ce serait mieux.»

Elle essaya de les enlever sachant qu'elle devait faire du bruit pour s'en tirer, mais elle n'eut pas le temps qu'un pirate descendit dans la prison du bateau. Il regarda à droite et à gauche et chercha après quelque chose. Dés qu'il trouva, il emmena une jeune femme dans un autre endroit, celle-ci se essaya de se débattre et ne se laissa pas faire. Le pirate la frappa à plusieurs reprise pour la calmer avant de l'emmener en haut, puis plus rien. Le calme retomba dans la cale où tout le monde se regardait s'accusant les uns et les autres de n'avoir rien fait pour aider la pauvre fille. Aoko s'en voulait, c'était vrai, mais elle était prisonnière de ces pirates complètement cinglé et son histoire n'allait pas s'arranger.

Le navire continuait à voyager vers l'île où se trouvait sûrement la base d'origine du capitaine. Il était assez sanguinaire avec les hommes, mais semblait avoir un semblant de gentleman avec les femmes. C'était le seul bon point qu'elle avait aperçu pour le moment. La chose qui l’embêtait le plus était le faite qu'elle allait sûrement être revendue en tant qu'esclave sur l'île qui devait être le Royaume de Luvneel, mais pour se faire moins voir il devait être du côté des villes abandonnées qui ne possède aucune présence militaire ou policière.

La jeune adjudante allait avoir un autre problème, déjà qu'elle n'en avait pas encore assez. L'un des pirates descendit dans la cale pour venir la chercher.


« Miam, toi tu va venir avec moi, on va te faire enlever tes beau habits »

Le pirate siffla et deux voir trois autres pirates descendirent les escaliers pour arriver au même niveau qu'Aoko, on les voyait clairement et leur pas retentissaient sur le bois de la cale du navire.

" Le capitaine la veut intacte qu'il a dit."

" Ouais, mais c'est pas grave si on l’abîme un peu là où il n'irait pas regarder "

" Moi, je suis pas d'accord et puis vous savez bien que si il apprend quoi que ce soit qu'ont aurait fait sur elle, il nous ferait passer par la pointe de son espadon... Haha... espadon... bouahahahaha "

" Ah ouais, elle est trop marrante, ahaahahahaa "

Les trois se mirent à rire ensemble alors que le restant des otages étaient choquées d'une telle discussion sur l'issue de la pauvre Adjudante n'ayant rien demandé.

Sur la suite et au final, Aoko fut amenée devant le capitaine du bateau, il voulait lui parler, mais de quoi? En attendant que celui-ci finisse de manger et demande à ces laquais de sortir, La jeune fille sondait la cabine du capitaine pour une sortie rapide. Elle était spacieuse avec quelque espace de rangement, mais le plus intéressant semblait être ces larges fenêtre donnant sur l'extérieur à l'arrière. La jeune adjudante commença à jouer avec ses menottes alors que le capitaine allait lui parler.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 20 Jan 2014 - 18:52

Un capitaine qui mange de deux façons. Dévorant son repas du soir ; le nouveau cuisinier fait des merveilles. Il a dû prendre des aliments de qualité appartenant à ses anciennes cuisines pour faire ce somptueux repas. Et on lui a apporté son dessert qu'il ne cesse de dévorer des yeux. La délicieuse Adjudante. Si jeune, mais déjà si désirable. Les belles plantes, il faut les aider à pousser, aussi.

Faites là s'assoir. J'aime partager mon repas.


Cette bonté d'âme, c'est Lovanikof tout craché. Deux gardes viennent Aoko à s'assoir sur une chaise de qualité, face au capitaine, tout deux de part et d'autre d'une table de deux mètres. On lui sert une assiette remplie d'un met fumant aux aromes prometteurs, mais le capitaine n'autorise pas à ce qu'on lui enlève ses liens. Un petit sourire aux lèvres, il observe la jeune femme.

C'est une précaution. Mais allez-y. Mangez !


Et déjà, il s'imagine comment Aoko va se débrouiller pour manger sans les mains. Ou bien, elle ne mangera pas du tout. Trop fière. C'est clair comme de l'eau de roche. Repu, le capitaine se saisit d'un cigare qu'il allume négligemment. De trois quarts face à Aoko, un pied sur la table, il fait des cercles de fumée dans les airs.

Ma jeune amie, vous me mettez dans une situation bien inconfortable. Une marine telle que vous, j'en suis sûr, vos supérieurs vont déployer une panoplie de moyen pour vous retrouver. Je les comprends. On ne peut se passer de vous et vos … charmes.

Mais il suffit de se cacher suffisamment longtemps pour qu'il vous oublie. J'ai de bons amis qui peuvent m'aider à ça. Luvnell est un havre pour moi. Vous verrez, c'est très joli. Mes associés sont parfois un peu rustres, mais je sais les mater pour qu'ils ne vous causent aucun problème.

Ce serait du gâchis.

Il se lève et s'approche doucement d'Aoko. Son regard fiévreux braqué vers ces yeux.

Oui. Du gâchis. Car j'ai beaucoup plus à vous proposer. Du pouvoir. Un trésor inimaginable. La richesse et les plaisirs à portée de main. Il suffit de demander. Et plus que tout, je vous offre un mari qui vous aime plus que tout.


Il s'agenouille à côté d'Aoko et joint les mains devant lui.

Alors, je vous en conjure, acceptez mon amour, épousez-moi !
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Mer 12 Mar 2014 - 19:59

L'épouser? Et puis quoi encore, Aoko était encore trop jeune et trop inexpérimenté pour pouvoir se marier correctement et espérer avoir des enfants. Sur la situation, la jeune adjudante était dans un moment où elle devait réfléchir longuement avant de prendre une décision sans la regretter. De un, elle n'allait pas du tout accepter l'amour du type qui était assez pas du tout son type. De deux, elle se devait de chercher une solution à moitié diplomatique et à moitié violente. Elle pouvait profiter du faite que le gars ne faisait pas trop attention à ces intentions et elle était capable de l'envoyer dans le décor de la façon dont elle était placée. Elle n'était pas attaché à la chaise, mais ses liens au niveau de ses mains la gênée quand même assez bien.

Ça faisait un petit temps et elle avait également faim. Le capitaine allait sûrement adorer la voir manger sans ses mains et se débrouiller comme elle pouvait pour s'empiffrer. Ses charmes, ça serait vachement utile dans cette situation, mais les gars qui étaient posté de chaque côté de la table lui posait problème. Après un petit temps et une pause sacrément longue, quelques secondes, on pouvait voir que le capitaine commençait à perdre patience, en tout cas du point de vue d'Aoko. Elle avait du mal à réellement voir sa personnalité. La jeune adolescente en pleine formation et en pleine puberté se disait qu'elle devait profiter pleinement de ce maudit pirate et le quitter par après. De toute façon, il n'y aurait aucun mariage, les capitaines pirates ne sont pas autorisé à marier qui que ce soit.

Elle essaya tout de même de défaire ses liens serré, mais c'était peine perdue en étant surveiller par trois gros gaillard comme eux. Elle se leva de sa chaise sans manger ni donner de réponse. Tout ce qu'elle voulait pour le moment c'était de fuir cet enfer, mais le mot trésor lui avait mis la puce à l'oreille. La jeune donzelle commença donc à s'adresser au capitaine pirate.


« Avez-vous bien dit, Trésor? De quoi parlez-vous? Avez vous un trésor personnel ou avez-vous un indice sur un trésor caché? »

La curiosité était un vilain défaut et elle essayait également de mettre de côté la question de mariage ou d'amour infini. La préparation mentale pour ce genre de chose requière quand même pas mal de temps. Elle revint quand même dessus pour lui répondre et être polie pour éviter de se faire massacrer en priant pour que la marine réagisse le plus rapidement possible.

« Je ne vous connais pas donc je ne peu prendre de décision immédiate »

On pouvait lire dans son ton qu'elle essayait d'être sincère, mais qu'elle ne pensait pas du tout ce qu'elle disait. Ce qui pouvait être horrible pour cette jeune fille dans un proche avenir si le capitaine décidait de faire le méchant avec elle.

« Par contre, je pense y réfléchir plus sérieusement si vous relachez la totalité des gens capturé ici présent. »

Encore un gros pari de fait, elle ne savait ce qui pouvait être le plus terrifiant qui allait arriver, mais elle attendait debout sagement, en ce mordant légèrement la lèvre.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Sam 15 Mar 2014 - 20:57

Le pirate caresse l'idée de libération pendant quelque instant. Ça en vaudrait le coup s'il pouvait avoir Aoko pour lui. Mais il est loin d'être naïf. Ce petit arrangement, ça trahit ses véritables buts. Elle n'a pas succombé à son charme irrésistible. Pas encore. Elle pense encore à son devoir. Si futile.

Vous me demandez beaucoup, ma douce.

Il semble sur le point de craquer. Il semble seulement. Il n'est pas prêt à faire cette concession. Il joue le jeu du bluff. Lutter contre l'idée pour donner l'impression d'être tenté de le faire à la loyale. Pour finalement mentir.

C'est d'accord ! Une fois à terre, ils seront libres !
Mais en contrepartie, je vous emmène faire du shopping.


Il se penche jusqu'à atteindre le niveau de ses yeux, puis ilva plus bas, réalisant un baise-main galant à Aoko. Il se redresse, très fier de lui.

Aaah. Vous verrez, je suis un parfait gentleman. J'ai tant de trésors à vous montrer. Des trésors dans ma cabine, mais aussi sur l'ile. Et ce n'est pas forcément qu'une question de shopping ! L'or ! Les pierres précieuses !

Vous en rêvez, non ?

Elle en rêve. Surement. Comme n'importe quelle demoiselle, plutôt que de rêver de lui. Mais il est un joyau qui sait se faire une place dans les cœurs. Il le pense. C'est rarement arriver. Généralement, il prend la place du cœur des poissons. Pas terrible. Mais il voit grand pour l'avenir.

Et bien c'est parfait ! Une cabine va vous être préparée pour passer une douce nuit. Et demain, nous … flirterons.

Un petit tressaillement lui fait lâcher un petit sourire de circonstance. L'idée lui plait. Et c'est deux gaillards qui t'accompagnent par la suite à ta cabine qui se révèle être un humide et plutôt sale. Le quartier-maitre s'est fait délocaliser pour la nuit et il n'est pas un modèle de propreté. Malheureusement pour Aoko, les menottes ne sont pas enlevées. On ne sait jamais. Heureusement pour elle, la porte est fermée à clé et les deux gardes vont passer la nuit devant la porte. Personne n'osera déranger Aoko. Heureuse ?
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Mar 18 Mar 2014 - 17:28

Aoko se disait bien que la parole d'un pirate ne valait rien et elle le voyait par rapport à ces actes. En répondant de la façon dont il le faisait, il se trahissait. Sa parole ne tenait à rien et on pouvait largement voir dans son regard l'âme sombre qui habitait en son sein. Aucun pirates, de sa connaissance et dans les faits, n'avaient relâchés ses otages aussi facilement. Le monologue du capitaine continue un peu jusqu'à ce qu'il invite Aoko à dormir dans une des chambres de son équipage, elle prendrait donc la place du contremaître. En se levant, les deux gardes s'approchèrent pour prendre ses bras et l'emmener vers la chambre dans laquelle on la confinait, en effet, elle était enfermée et deux gardes se trouvait devant. Il fallait maintenant trouver un moyen de sortir de cette pièce.

Dans la dite pièce, il y avait un bureau avec un lit et plein d'affaire non rangée. On pouvait également citer le fait que la pièce puait comme pas possible ainsi que la saleté environnante assez tenace. Il y avait sûrement une bête qui vivait ici et pas n'importe laquelle. Ça faisait un petit temps qu'Aoko n'avait pas pris de douche et commençait à sentir aisément. Son esprit commença à réfléchir du comment sortir d'ici? Il n'était pas aisé de trouver quoi que ce soit dans cette pièce et rien n'avait été enlevé sauf les armes. Les liens en ferraille qui la tenait étaient assez solide pour sa propre force et pas assez rouillé. On pouvait voir l'argent mis dedans pour revendre en esclave la totalité des gens qu'il ramassait. Saleté de capitaine, la vengeance de la jeune adjudante allait être terrible envers lui. Son regard se changea et ses yeux commencèrent à luire alors qu'elle trouvait une solution pour sortir d'ici en voyant un objet particulier sur la table.


« ça, ça va m'aider. Si j'utilise cette affaire, je pourrais ouvrir les menottes, me libérer et ensuite piégé les deux gars à l'extérieur. »

En effet, l'objet en question était une pince qui traînait sous un tas de saleté sur la table. Apparemment, en débarrassant, les deux gros gars, pas très intelligent, ne l'avaient pas vu. Aoko avait le temps d'observer la pièce en détails et c'était pour ça qu'on trouvait plus facilement les objets. Avec une agilité assez impressionnante et une bonne mémoire, la jeune adjudante ramassa la pince avec ses mains menottée et commença à travailler sur la chaîne qui liait ses mains. Le plus facile était de travailler sur la partie la plus fragile et d'après son expérience, c'était le centre où se trouvait la serrure. Au fur et à mesure que les minutes passaient, la serrure lâcha petit à petit se cassant avec la pince et la force qu'Aoko pouvait appliquer. On voyait que c'était de la bonne qualité parce que ça prit un certain moment avec que la serrure ne lâche entièrement. Juste avant que ça ne lâche, Aoko mit ses mains au dessus de la table pour faire moins de bruit ou pas du tout. Kaclank sur la table ce qui fit qu'un des gardes qui dormait à l'extérieur se réveilla, il toqua pour demander ce qui se passait. Une occasion en or pour qu'Aoko s'échappe.

« Hey, ça va la dedans m'dame? »

« Non, ça va pas, pouvez-vous venir m'aider, j'ai toujours les menottes et j'arrive pas à me débrouiller ici »

Le gars salivant de pouvoir faire quelque chose sur la demoiselle entra sans attendre. Ne voyant rien en face de lui, il passa le bout de la porte et tomba à terre. Aoko venait de le frapper à la nuque pour l'assommer pendant un bon moment. Elle vérifia que l'autre ne s'était pas réveillé et sorti petit à petit notant tous ses pas. C'était la nuit et le vaisseau semblait complètement endormi. On pouvait sentir la faible houle du vaisseau. La seule personne contre laquelle Aoko allait devoir faire attention était la vigie. En étant sorti de la chambre et commençant à voyager dans le couloir, la jeune adjudante fit attention à ne pas faire de bruit. Les fenêtres du bateau affichaient un nuit étoilé avec une lune qui éclairait faiblement.

En sortant de l'intérieur pour arriver sur le pont supérieur, elle remarqua le nombre impressionnant de pirate dormant par terre dont le contremaître. En parcourant l'endroit, elle put prendre une arme ou deux par terre. La terre ne semblait vraiment pas loin et venant d'une île, on pouvait aisément croire qu'elle saurait s'y rendre sans problème. La vigie se leva juste à se moment-là pour apercevoir une ombre mouvante sur le pont.


« Bah, ça doit être en ricodon qui a trop bu comme d'habitude »

Il n'y prêta pas plus attention et vit la terre non loin de là. Il descendit de la vigie pour aller vers l'intérieur du vaisseau. D'après ce qu'Aoko savait, il suffisait de gueuler pour le dire, mais là il prenait son temps. Peu-être allait pisser avant de prévenir le monde. En s'avançant vers le bâtiment, il rencontra la dite ombre et reconnu Aoko directement, il n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit avant de prendre un bon gros coup sur la nuque ce qui le mit hors d'état de nuire. La jeune adjudante pris soin de le foutre ensuite à l'eau puis de s'enfuir. Un bon gros plouf puis un deuxième plouf et elle était libre, par contre le restant des otages allaient passer un sale quart-d'heure. Aoko commença à faire travailler ses bras, tout en s'éloignant du navire, pour rejoindra la terre, ça allait être long et pénible, mais elle arrivait vers la fin de la nuit sur le rivage.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Dim 30 Mar 2014 - 18:58

Après être arrivé le long de la côte, Aoko dut prendre du repos pour retrouver ses forces. Nager aussi longtemps n'était pas dans ses habitudes depuis un bon bout de temps. L’entraînement de la marine préparait à tout ou il essayait. La plage en face était remplie de pas mal d'affaire qui semblait vraiment pas plaisante à voir. La plupart des bâtiments étaient en ruines où des gens malfaisant et peu recommandable habitaient ou simplement des gens trop pauvre pour vivre en ville. D'après ce que la carte avait dit, Aoko devait être aux environ de LuvneelPraad, ancien fleuron des chantiers navals de North Blue. Maintenant, ce n'était plus qu'une ruine abattue par les vagues. Ce qui fait que c'était un endroit parfait autant pour les pirates que les révolutionnaires. Ça ne restait bien évidemment que des suppositions de la part de l'adjudante et de la marine. Par contre, le service de renseignement a pu voir quand même certaine activité dans les eaux des alentours ainsi que d'autre chose bien suspecte. Il restait à découvrir où se trouvait le camp du capitaine. Aoko se devait d'aider les otages laissaient à eux-mêmes.

La première chose à faire était de trouver un endroit pour dormir sans trop de problème. Plusieurs ruines semblaient assez fermée pour que le vent ne puisse pas y pénétrer facilement ou y circuler de façon à tout refroidir. Son habitude à vivre dans une île de north blue faisait qu'elle n'avait pas trop de difficulté avec le froid. La jeune adjudante trouva une ruine non loin de la plage où elle se trouvait plongeant un peu dans la terre, ce qui en faisait une excellente protection pour la nuit et surtout pour se protéger de quiconque d'autre. Une seule entrée laissait le soleil y pénétrer et ensuite une pièce se trouvait sur la gauche permettant d'avoir de l'ombre pour se cacher de l'extérieur.

Aoko y pénétra sans attendre pour se placer correctement et commencer à dormir. Rester seule était vachement dure même pour une marine adolescente entraînée dans une forêt sans merci pendant quatre à cinq ans.

Elle put dormir en paix pendant toute la nuit ce qui fut assez rare durant dernières années, sauf qu'elle se réveilla au petit matin un peu engourdie par le froid de la nuit. Heureusement, la chaleur de soleil l'aida.

Pendant un moment, elle essaya de se faire une petite toilette avec les moyens à disposition proche. Il y avait certaine poche d’eau propre proche, mais rare. La jeune adjudante fut à découvert pendant un petit temps, mais pas assez longtemps pour qu’on la voit. Après que ses habits soient un peu plus sec qu’avant, elle bougea pour voyager le long de la côte. De ce qu’elle se souvenait, le navire avait pris une direction vers l’endroit où elle semblait se diriger. Il y avait peu d’endroit où il pouvait se trouver et effectivement, ça ne prit pas longtemps pour l’apercevoir. Ce pirate se trouvait dans une alcôve protéger des vents ainsi que de la marine du royaume de Luvneel. Ça permettait de pouvoir réparer son navire en toute tranquillité.

Aoko se faisait tout un tas de plan en s’approchant petit à petit. Il devait sûrement y avoir des sentinelles. Protéger le camp était sûrement une priorité pour ce capitaine surtout après que la jeune de la marine s’était échappé du navire. La jeune voyagea le long des rochers pour ne pas se faire voir, ce qui fut quand même difficile. La roche semblait assez glissante. Le temps était calme et semblait aux alentours de quinze-vingt degré Celsius, ce qui aidait pour sécher encore les vêtements d’Aoko. Son arme à l’épaule touchait assez souvent la paroi en faisant du bruit, ce qui ne semblait pas encore attirer les ennuis.

Elle arriva finalement à l’intérieur du camp en ayant passer les sentinelles, mais les ennuis allait bientôt arriver.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Sam 5 Avr 2014 - 12:23

Hé, m'amezelle ?

Tu te tournes. Un homme habillé de guenilles s'approche de toi sur le ton de la confidence.

Vous devriez pas vous promener par ici, toute seule, ça pourrait être dangereux. Il y a des gens qui tueraient pour vendre des personnes comme vous. Héhéhé.

Il sort un couteau.

Des personnes comme moi... Et mes amis.

Des ombres, plusieurs types aux tenues de mendiants sortent à la lumière, armée d'armes de piètre qualité, voire d'ustensiles qui ne ressemblent pas à des armes. Dans le coin, les esclaves sont une valeur sûre et que peu importe d'où ils viennent, si c'est les fers au cou, les gens achètent sans regret. Et puis, un des leaders de ce petit commerce, un capitaine pirate, est rentré hier, particulièrement énervé d'avoir perdu la femme de sa vie. Alors, certains estiment que la remplacer dans son cœur leur ferait profiter d'un juteux pactole.

L'un des types dits à ses camarades.

Faut qu'on se dépêche ! Y a un groupe de pirate qui vient par ici ! Ils vont nous la piquer si on fait rien !

Allez, m'amezelle. Laissez vous faire comme vous en avez l'habitude. On sera gentil.
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Dim 22 Juin 2014 - 18:31

En mauvaise position, c'est ce que l'on pouvait dire d'Aoko qui essayait d'approcher le plus rapidement et discrètement possible son arme dans le dos, chargé à bloc et prête à tirer. Maintenant, il fallait faire en sorte de disparaître le plus rapidement possible et en laissant le moins de trace possible.

Tirer ici allait attirer l'attention de tout le monde, mais ça sauverait la face à Aoko que ces pauvres se laisse impressionné par l’entraînement de la petite qui semblait encore être une petite fille fragile à leur yeux. Bien sûr, elle avait du repos maintenant et savait qu'elles étaient ses choix notamment le nombre de place impressionnante où elle pouvait se cacher dans le campement sans se faire voir. En effet, la base pirate était bien protégée, mais la sécurité à l'intérieur laissait à désirer avec le peu d'effectif qu'ils possédaient.

Une tente par-ci, des ruines par-là. Des endroits inhabité ou abandonné parce qu'ils n'en valait pas la peine. Il y avait également l'endroit où tous les nouveaux et anciens esclaves se trouvaient. Les mendiants se trouvant en face d'elle était sincèrement prêt à tout faire pour acquérir la marchandise que représentait la jeune fille à leur yeux. En plus de ça, ils avaient lâché une information assez intéressante, ces mendiants et les pirates ne s'entendaient pas du tout, encore pire, les mendiants les redoutaient. une idée assez intéressante lui vint à l'esprit.

Première chose importante, obliger les pauvres à se braquer parce que la patrouille approchée. En générale, elle n'apprécierait pas d'avoir du boucan du tonnerre dans le camp lui-même. Le problème résidait dans le faite que la jeune adjudante ne pouvait se permettre d'erreur. Les mendiants ne méritaient pas de mourir, Ils n'avaient pas demander à vivre ici ni même à être obliger de se cacher constamment de peur d'être trouver et maltraiter.

Aoko n'allait pas se laisser faire et ça se voyait dans ses yeux. Elle mettait son plan à exécution, bien qu'elle ne sous-estimait pas les mendiants.


« Si vous croyez pouvoir attraper une Adjudante de la marine, essayez un peu. »

Elle sortit violemment le fusil qu'elle avait dans son dos et frappa - avec la crosse - le plus proche mendiant. Après lui avoir fait faire un 180 degré et ramener en position de tir, elle visa l'autre mendiant le plus proche et lui tira dans la jambe pour l'empêcher de la suivre tout en l'évitant de mourir. Une petite colonne de fumée sortit du canon et sentait le brûlé. Elle se dépêcha par la suite de s'engouffrer dans une des maison abandonnées tout en tenant son arme sur le milieu avec l'une de ses mains. La jeune adjudante savait pertinemment qu'elle allait être suivie par quelqu'un, mais qui? Dépendant de la situation, elle pouvait très bien se faire capturer ou torturer voir même tuer par un pirate en colère.

Son deuxième objectif était de trouver une cachette le temps que tout le monde se calme après un vacarme comme celui-ci. Habituellement, la marine aurait réagi en faisant faire des patrouilles pendant les premières heures avec ensuite moins de patrouille, mais plus de vigilance si on avait pas trouvé le suspect. Après deux-trois heures de recherche, ils auraient pas abandonné, mais les patrouilles auraient été réduite et les hommes replacés à leur poste.

Elle eut de la chance, le tir avait attiré pas mal de monde et les maisons abandonnée qu'elle parcourait les unes après les autres semblaient vide. Elle voyagea assez rapidement et chercha après un recoin à l'abri des regards. La jeune fille trouva finalement un recoin dans une bâtisse assez haute. En rentrant, elle vit un pirate qui avait trop bu pour faire quoi que ce soit, elle ouvrit la porte en faisant fi de ne rien faire à celui-ci et descendit les escaliers pour arriver à ce qui semblait être leur entrepôt. Le sous-sol était très vaste et semblait relier plusieurs maisons entre-elles. Plusieurs caisse se trouvaient entasser ici et là ayant du contenu. Aoko chercha rapidement le sous-sol et vit un endroit qui se renfonçait derrière une dizaine de caisse. Elle s'y enfonça et y resta le plus longtemps possible à cet endroit. Peu-être que personne ne chercherait ici, mais l'endroit n'était pas facilement visible et permettait de se cacher assez facilement. Un renfoncement dans le mur qui ne permettait pas de mettre une grosse caisse, mais qui était suffisant pour la jeune fille de s'y cacher en se recroquevillant.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 23 Juin 2014 - 18:46

Les pirates sont intervenus et les traines-savates ont fui dans l’obscurité protectrice. Et alors que certains d’entre eux se cachaient dans leur trou miteux, certains ont pris conscience d’une information lâchée bien trop facilement.

-Une adjudante ? T’sur ?
-Ouais ! ça veut dire qu’une chose !
-La marine va intervenir !
-Y a moyen de se faire du pez’ !

Le deuxième est l’une de ces petites frappes du coin, pas suffisamment reconnus pour dominer la scène des moins que rien, mais suffisamment grande gueule pour qu’on l’entende. Le raisonnement est simple : si la marine intervient, c’est pour les pirates et leur commerce fort lucratif. Et que, dans la bataille qui allait forcément s’engager, le trésor des pirates sera à leur portée. Pour des gens habitués à la misère, la perspective de mettre la main sur un bon paquet d’or est un excellent stimulant et les plus respectés du coin prennent rapidement la décision de profiter de l’aubaine. On s’arme. On se prépare.

Mais au milieu des rats, il y a toujours une souris. Et celle-ci ne manque pas de prévenir les pirates contre une rétribution pécuniaire. Lovanikov, de forte mauvaise humeur après la perte de sa dulcinée, met un peu de temps avant d’accepter entendre les informations du pauvre hère. Et même si l’annonce d’une attaque de la marine le surprend, c’est le fait d’apprendre qu’une jeune et jolie adjudante a été vue à cette occasion. Le lien se fait bien rapidement dans l’esprit du pirate pendant que l’indic’ s’empresse bien de ne rien divulguer de l’attaque de ses camarades. Autant garder un atout dans la main.

Des ordres sont donnés rapidement et les pirates se préparent à leur tour pour une attaque. Le bateau est préparé pour une retraite rapide. Mais ce n’est pas le plus important : il y a le trésor. Richesses et esclaves. Tout ne peut pas être transporté. Tout ne peut pas être transféré au navire si rapidement. Le trésor des pirates a été disséminé dans différentes caches, estimant qu’une seule aurait été trop voyante et trop difficile à garder.

Et c’est ainsi que quelque temps plus tard, une certaine adjudante se surprend à entendre les voix basses d’une poignée d’hommes, tout proche, commençant à faire le tri dans quelques caisses d’où se fait entendre le doux son d’une monnaie sonnante et trébuchante.
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Mar 11 Nov 2014 - 15:19

Sonnante et trébuchante, tel était le bruit qu’il y avait dans la pièce, mais ce n’était pas bon vu qu’ils avançaient petit à petit vers Aoko. Elle attendit qu’ils s’en allèrent avec une partie de ce qu’ils récoltaient pour sortir de son trou. En se retournant, elle vit quelque chose derrière l’une des caisses. Peu être qu’ils s’en foutaient, mais ça traînait là, plein de poussière. Une bouteille qui semblait contenir quelque chose ou bien c’était sa fatigue qui lui donnait des hallucinations. Qu’es-ce que ça signifiait? Encore une nouvelle découverte pour une carte au trésor, mais il était clair et net qu’Aoko devait rechercher soit un trésor soit une suite d’un trésor et la croix était au bon endroit sur sa carte à elle.

Pour sûre, ce devait être un coup de chance. Atterrir au bon endroit au bon moment en s’étant enfuit. Elle avait toujours son arme et les pirates allaient sûrement revenir pour continuer à charger leur trésor sur leur navire au cas ou. Elle allait les prendre à revers, ce n’était pas ça qui allait l’empêcher de trouver la suite de son trésor... Oui, parce que c’était SON TRÉSOR maintenant. Personne ne pouvait la contredire.

Elle était obsédé par ce trésor et non pas celui qui était devant ses yeux avec plein de pièces sonnantes et trébuchante, mais bien celui qu’elle convoitait secrètement depuis l’ombre. Elle sortit de sa cache juste au moment ou l’un des pirates revint et commença à descendre l’escalier. Elle se cacha en dessous de celui-ci et lui prit les chevilles pour le faire vaciller et le faire tomber. Ça passait bien pour un stupide accident

Deux autres pirates arrivèrent en courant en voyant leur compagnon dans les pommes.


« Ah, mais c’est pas vrai... il pourrait faire attention au moins ces escaliers sont vraiment en mauvais état »

Le pirate descendit au niveau de son collègue et l’autre le suivit de près. L’un essaya de le réveiller pendant que l’autre regarder le manège en face de lui en tenant une arme dans les mains. Quand celui de derrière décida de continuer de descendre, Aoko lui prit violemment les chevilles et tira vers l’arrière pour qu’il perde son équilibre. Il tomba sur la tête de son collègue et ils s’assommèrent tous les deux. Ils étaient tous les trois mignon à dormir sur les marche d’escalier.

Aoko laissa un petit temps passer et finit par sortir d’en dessous de l’escalier pour aller chercher la bouteille qu’elle vit plus tôt. En bougeant, elle entendit derrière des bruits de voix. Ça se rapprochait rapidement, alors elle décida de se jeter sur la bouteille pour la prendre et s’enfuir. Problème, la bouteille ne bougeait pas du tout sur son socle. C’était comme-ci on l’avait mise, voir coller dans le sol. Sans le faire exprès elle bougea celle-ci doucement vers la droite et BAM le mur s’ouvrit et l’enfonça à l’intérieur d’une pièce en se refermant derrière. C’était noir, complètement. Les bruits des voix se rapprochèrent et Aoko put tout entendre.


« Y a quelque chose de pas net par ici. Hey regarde une bouteille... Bah elle est vide en plus elle bouge pas de là. Va réveiller les gars, c’est pas possible qu’ils soient tomber tout seul dans les escaliers, restez sur vos gardes. Y a sûrement quelqu’un qui se balade par ici. »

Après ça, les bruits de pièces sonnante et trébuchante bougeant plus loin continuaient.

Aoko se retourna dans la pièce pour voir une torche s’allumer, puis une autre etc. qui menait vers une autre bouteille, cette fois-ci contenant quelque chose. C’était vraiment bizarre. Le seul problème résidait à comment sortir d’ici. Elle put prendre la bouteille sans problème et en sortir le message. Il montrait la forme d’une autre île et encore avec une croix. Cette fois-ci, elle tombait au bon endroit, mais au mauvais moment.

Elle chercha pendant un moment pour sortir ou ne serais-ce que reconnaître un bruit pendant plusieurs minutes voir même une heure. La seule chose qu’elle reconnaissait, semblait être le bruit des vagues derrière l’un des murs. Puis elle entendit beugler l’un des pirates vers son capitaine.


« Tout le monde à couvert, Capitaine c’est la marine de Luvnell! »

BOUM... Une première explosion fit trembler le sol et les murs autour d’Aoko. Si ça continuait comme ça, elle allait être ensevelie. Heureusement pour elle, l’explosion suivante fit sauter le mur d’où elle avait entendu les bruits de vagues, ensuite de ça, elle put voir l’extérieur ainsi que le quai où se trouvait le navire pirate. Il y avait toujours moyen de s’enfuir, mais la question était quand?
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Sam 22 Nov 2014 - 23:54

Sur le navire, c’est le branle-bas de combat. Les hommes s’arment et l’équipage s’apprête à la manœuvre. Sur le pont, le capitaine Lovanikov est courroucé de ce qui se passe. Il ne s’attendait pas à la marine. Pas comme ça. Il n’a rien fait ! Enfin, rien de plus que d’habitude ! Serait-ce cette adjudante qui aurait motivé une telle intervention ? Décidément, elle était pleine de surprises. Le capitaine s’entoure de ses lieutenants pour prendre une décision. Non loin, l’informateur de l’attaque de la marine est un peu inquiet. Il ne voudrait pas être au milieu des combats. Mais alors qu’une autre série d’explosions viennent à se produire près du navire, un homme de Lovanikov monte à bord en appelant son capitaine.

Que se passe-t-il ? Parle !
J’ai … j’ai vu ceux qui attaquent ! Ce n’est pas la marine !
Comment ?!
C’est les types du coin ! Ils ont récupéré tout ce qu’ils ont trouvé comme armes, même de vieux canons rouillés ! et ils attaquent !

Pendant que l’autre donne plus d’informations sur les forces ennemies, un informateur trouve le moment propice à une retraite rapide. Mais il est intercepté par un lieutenant de Lovanikov et trainer séant devant le capitaine qui n’a même pas besoin de se montrer menaçant. Face au pirate, on ne joue pas à le prendre pour un idiot. Rapidement, il balance ce qu’il sait. Le fait qu’ils avaient vu que l’adjudante au final. Et que tous les traine-savates du coin avaient décidé d’en profiter pour lui faire la peau et piquez son trésor. Ce genre de choses qui ne vont pas plaisir à Lovanikov, mais qu’on se doute qu’on arrivera pas à sortir un mensonge potable en remplacement.

Le malheureux informateur finit sa course contre la coque du navire, une corde au cou, tranché pour la peine, parce qu’il faut faire grand. C’est un signal. Un signal aux gens du coin leur disant que Lovanikov sait qu’ils sont contre lui. Et que les bonnes manières sont terminées. Ça saignera. Pour l’heure …

Que fait-on capitaine ?
On lève l’ancre et on prend la mer. Si la marine attaque réellement, je veux pouvoir fuir. Si c’est du flanc, on reviendra s’occuper de nos voisins.
Héhé.
Vous avez le trésor ?
Pas tout capitaine. Les dépôts les plus éloignés ne sont pas encore revenus. Et ça va être le chaos en bas. Par contre, on a toujours les prisonniers de la dernière prise.
Parfait. C’est déjà ça. La marine ne pourra pas nous bombarder avec eux. Et s’ils ne sont pas là, on ira arracher notre or des mains de ces va-nu-pieds.
On lève l’ancre ?
On lève l’ancre.

Les ordres sont relayés. Le navire canonne pour détruire les canons adverses. Et ces derniers ne peuvent que constater qu’ils sont dans une belle galère, à moins que la marine intervienne.
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Ven 30 Jan 2015 - 2:02

Le bruit des canonnades s'entendaient assez loin dans l'île avec les échos dans les ruines. Les pirates ne s'en rendaient pas compte en massacrant les pauvres qui essayaient de se faire de l'argent sur leur dos. Au plus les pirates tiraient, au plus ils massacraient la vermine qui résidait dans les quartiers avoisinant. Aoko entendaient des cris dans tous les coins dont aussi les gens qui s'appropriaient et se battaient pour obtenir ce que les pirates avaient laissés derrière eux. De l'or, tout le monde adorait ce genre de chose et quand on pouvait les avoir gratuitement, on ne s'en privait pas. Malheureusement et même si la jeune Adjudante faisait partie de la marine, la brillance de l'or l'attirait également. C'était pour ça qu'elle cherchait après le trésor qu'elle avait trouvée il y a quelques années. Et puis quoi de mieux que de gagner une grosse somme pour pouvoir la dépenser après pour peut être en gagner par après.

Aoko avait de la pitié de voir ces gens se battre pour pouvoir s'approprier quelque chose qui ne leur appartenait pas. Tout en se faisant massacrer, la vermine entrait dans tous les bâtiments que les pirates avaient occupé autrefois. En pensant à ça, Elle sortit de l'endroit où elle se trouvait pour aller s'échapper le long de la côte là où il n'y avait encore aucune bagarre.

Certaine personnes étaient tombée dans l'eau, après s'être fait exploser par les canons des pirate, alors qu'ils essayaient en vain de descendre le dit navire. Avec ce qu'ils possédaient et le peu de connaissance sur le maniement de cet armement, peu de boulet passait la défense de la coque du navire. Ceux qui y arrivaient, faisaient des pertes dans les pirates ce qui réjouissait Aoko, mais elle pensait encore aux esclaves que le capitaine avait emmené avec lui. D'ailleurs, après un certain moment, un boulet frappa de plein fouet la coque du navire qui le fit flancher vers la droite et la coque s'ouvra d'où on pouvait voir quelque esclave tomber à l'eau avec leur chaîne qui les entraînaient vers le fond de l’abîme.

Heureusement pour elle et les esclaves, durant le combat, son oreille fine put entendre un son bien particulier qu'elle connaissait ayant naviguer assez souvent. Une cloche sonnait au loin, non, deux cloche, ça se rapprochait de plus en plus et les canonnades se turent, les voiles du navire se firent plus grosse et le pirate, prit sûrement de peur, prit la fuite vers d'autre horizons, gardant sûrement encore en tête l'endroit de sa défaite. Les vermines des bas fonds, quand à eux, commençaient à se réfugier dans les ruines emportant ce qu'ils pouvaient avec eux. En effet, Ce qu'elle vit la sauvait rapidement, deux navires de la marine de Luvnell venaient d'apparaître devant ses yeux réjouie. Elle sortit de sa cave et essaya de monter sur le quai pour se faire voir en faisant de grand geste comme une petite excitée.

Le groupe de la marine se partagea en deux, Le destroyer prit la direction du quai alors que le croiseur avancé prit en chasse le pirate, malgré sa lenteur. Les canonnades reprirent de plus belle, mais ça venait du croiseur qui tirait sur le pirate ne sachant pas qu'il y avait des esclaves à bord. Quand le destroyer s'arrêta à côté du quai, Aoko fut prise en joue par les marines de Luvnell qui ne la connaissait pas du tout. Elle aurait bien pu faire partie de la vermine des ruines malgré ses vêtements bien moins abîmés et qu'elle soit nettement plus propre qu'eux.

Une planche sortit pour permettre aux soldats d'atterrir sur la terre ferme et une bonne dizaine voir vingtaine entourèrent la malheureuse qui n'avait rien demandé. Elle leva les mains en l'air sachant que quelqu'un qui se rends ne se fait pas automatiquement tirer dessus.


« Main en l'air! Une vermine qui se laisse faire, on en voit des nouvelles chose par ici. »

En tenant toujours ses mains en l'air, elle donna son identité avec un code qui permettait de la reconnaître dans le registre de la marine sachant qu'ils devaient être habitué à ce genre de chose. Habituellement seul le marine connaît son propre code que l'on ne peut utiliser qu'en l'occasion que si l'on a plus sa carte d'identité sur soit.

« Je suis l'Adjudante Aoko Longshot, Marine du gouvernement, QG de North Blue, Mon code est : 85H50M100L. Je suis présentement en vacance, mais notre navire a été attaqué par des pirates. Ce sont ceux que vous pourchassez pour le moment, je pense qu'il y a encore des otages à bord. Par contre, je veux pas vous presser, mais vous devriez envoyer des plongeur pour récupérer les gens qui sont tombé à l'eau. »

L'un des marine, sûrement un gradé d'après ses galons prit son DenDen miniature et appela le Croiseur. Quelque secondes plus tard, la canonnade venant de loin stoppa, mais pas la poursuite. Plusieurs marine furent dépêcher dans l'eau après vérification de l'identité d'Aoko. Certain marines d'un grade en dessous du sien se mirent au garde à vous puis on lui donna un essuie et des vêtements de femme acceptable. La suite des événements fut assez rapide, on lui donna une cabine pour la ramener sur le au port de Luvnell le temps qu'une unité de la marine la ramène au QG de North Blue. Elle n'eut pas de nouvelle sur les otages ou autre et on la priva de sortir de sa cabine le temps qu'elle puisse sortir du navire. Elle avait encore sa bouteille qu'elle tenait fermement, elle voulait connaître la suite de la chasse au trésor, mais ce n'était pas encore le temps pour ça. Elle allait devoir attendre d'être de retour sur le QG de North Blue pour effectuer ses recherches dans la bibliothèque. En tout les cas, elle retenait ce pirate de pacotille et se disait qu'elle le ferait peut être payer un jour.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1