AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[RP Équipage] Les Divinités ne choient-elles pas toutes un jour ou l'autre?

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Lun 7 Oct 2013 - 8:31



INFORMATIONS HORS RPS


Rappel des couleurs des dialogues


▬ Shiro Wakuri. Crimson
▬ Kusanagi. Red
▬ Hathor. Darkred
▬ Conscience d'Hathor. Darkred italique
▬ Porco. Brown
▬ Marianne (Muchacho). Deeppink
▬ Natacha. Palevioletred
▬ Ulcky. Blue
▬ Léténa. Royalblue
▬ Zarechi. Green
▬ Commodore Jazon Stamthan. #749d80
▬ Soldat n°01. #0048a4
▬ Saito, Commandant. Orangered
▬ Zieg. Orange
▬ Ryuu. Sienna
▬ Oroshi. Coral
▬ Vany Kerk. #663300


Dernière édition par Aoi D. Nakajima le Dim 29 Déc 2013 - 18:06, édité 6 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Dim 13 Oct 2013 - 23:53



C'était le crépuscule. On y voyait vraiment rien, maintenant. Je me demandais jusqu'à quelle distance j'étais de mes nakamas. La fatigue m'envahissait encore un peu, mais d'un autre côté, je me sentais mieux. Sûrement parce que j'avais mangé enfin un Fruit du Démon. D'ailleurs, je n'avais pas encore vu l'ombre d'un quelconque pouvoir opérer en moi. L'avais-je vraiment mangé? Difficile de savoir. Maintenant, je devais comprendre comment cela marchait. Instinct? Volonté? Je ne savais. Il y avait bien quelque chose à faire pourtant, non? Seul l'avenir me le dira de toute façon. Et sûrement un futur proche...

Je cherchais alors à retrouver Shiro et Léténa là où je les avais laissés. Je faisais le chemin en sens inverse sans trop de difficultés. La pente était le seul adversaire que j'affrontais réellement. Les animaux ne semblaient pas vraiment vouloir bondir sur moi pour me manger. La végétation demeurait moins dense au fur et à mesure que je m'approchais de l'agglomération indigène. La fumée d'un camp me guidait jusqu'au ruine. Léténa n'était pas conne, c'était sûrement les personnes que j'avais entendues tout à l'heure. Je me hâtais alors. La nuit commençait à se faire de plus en plus noir. Je n'avais pas été si loin quand je m'étais à nouveau perdue, finalement. J'entendais les pirates s'organiser une fois près des murailles. Je faisais alors plus attention afin de ne pas être repérée, car mes nakamas devaient certainement compter sur moi, désormais. Les criminels étaient déjà là et tenaient fermement les ruines, attendant sans doute ma venue. Je voyais des forbans un peu partout, certains surveillaient, d'autres cherchaient le FDD que j'avais dégusté quelques heures plus tôt. Par réflexe, je me cachais dans un buisson. Il ne fallait pas qu'on sache que je revenais. Pourtant, je n’avais rien à craindre, absolument rien. Quelque part, j'avais retrouvé de l'assurance et de la force. J'étais à nouveau sûre en mes capacités. Le Meitou que Léténa m'avait prêté me donnait des visions encore plus sombres qu'avant. La lame maudite me poussait dans la folie. Peut-être que mes instincts de survies étaient guidés par ma conscience? D'ailleurs, je ne l’entendais plus celle-là. Où était-elle? Je ne savais pas. Cachée dans la fougère, je me sentais plus moi-même. J'étais prête à redevenir moi-même. La folie des grandeurs était passée, je revenais peu à peu sur terre. Quoique, j'avais encore de la confusion dans ma tête.


    On fait quoi de ses deux là, capitaine? Demandait Ryuu, hésitant.


Dans le temple où se trouvaient auparavant le trio des Ombres du Chaos, les Titans des Mers tenaient dans leur main Léténa et Shiro. Saito, leur commandant, ne connaissait pas les deux nakamas d'Hathor. Ces derniers avaient beaucoup de chances d'être interrogé au sujet du Fruit du Démon que l'équipage adverse cherchait. Le chef ennemi aurait sans doute passé ses nerfs sur ces deux malheureux s'il avait appris qu'Aoi avait mangé l'organe végétale avant leur arrivée. Toutefois, "Le Caméléon" savait qu'il arrivait trop tard. Et ça, ça le rendait très en colère. Comment faire pour se rattraper, pour garder la tête haute face à son maître, lui qui faisait tant confiance à son jeune nakama? Il n'y avait plus qu'une chose à faire pour y remédier. Tuer Hathor et accessoirement ses fidèles par pur plaisir ou par pure vengeance. Les Titans savaient parfaitement comment marchait le mécanisme des fruits. Quand un utilisateur d'un FDD mourait, normalement, son organe végétal apparaissait quelque part près de là où il était mort, généralement, dans le type le proche. Saito s'adressait sévèrement aux deux personnes qui se tenaient face à lui.


    Si vous ne me répondez pas dans la seconde, vous pouvez dire adieux à vos vies. Où est la personne qui a mangé le Fruit du Démon qui se trouvait dans ces ruines?
    Capitaine? Inutile de vous énerver, je sens que la personne revient sur ses pas. Elle va se jeter dans la gueule du loup. Intervenait le sabreur de l'équipage.
    Pourquoi ne me l'as-tu pas dit plus tôt? Ryuu, va dire aux autres de garder leur vigilance immédiatement. Non, qu'ils reviennent ici illico. Je vous rappelle que nous avons un gros problème et vous jouer encore comme des gamins? Vous allez affronter un mec avec un logia, ce n'est pas rien les gars! Alors ayez un peu de sérieux, ok?


Trop tard pour certain, voyant qu'un type regardait dans la direction opposée à la mienne, je m'élançais sur lui avec la ferme attention de le tuer discrètement. N'ayant que la lame de Léténa, je ne pouvais pas réussir convenablement ce genre de choses. L'homme para mon attaque de justesse, alertant alors les autres. J'étais grillée, je devais me replier. Tout ça à cause de ce katana à la con. Je n'avais pas réussi à assassiner un vigile, c'était une honte. En contre-attaquant, mon adversaire m'avait tranché en deux. Je voyais sans peine mon corps bouillir au niveau de la blessure d'un rouge nouveau, d'un liquide plus pâteux, d'une chose plus chaude que d'habitude. Ce n'était pas mon sang, non, c'était beaucoup plus brûlant que ça. Étrangement, j'avais l'impression pendant une fraction de seconde que j'allais y laisser la peau, mais rien de ce que je pensais arriva. Je n'étais pas morte. Je ne sentais même pas la douleur, d'ailleurs. La lame de mon ennemi fondait instantanément à l’intérieur de moi. Je pensais vraiment que c'était la fin. Maintenant, j'étais sûre de moi, sûre que j'étais une puissante et redoutable capitaine pirate, sûre d'être invincible, sûre d'avoir toute la puissance d'un volcan, d'être le magma.


    Normal que tu sois invincible, tu es une Déesse.


À ce moment-là, un gamin de l'âge de Kusanagi arriva pour appeler ses compagnons. Ces derniers se repliaient très vite en direction de là où j'avais quitté tout à l'heure Léténa. Je craignais le pire pour mes nakamas.


~~ Page 1 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Hathor le Mer 6 Nov 2013 - 13:04, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Ven 18 Oct 2013 - 2:22


Saito Kitan "Le Caméléon" - 5000 dorikis.

Ramenez vos fesses ici les gars ! C'est pas la peine d'aller vous empaler sur l'ennemi, c'est un logia les gars, z'aurez aucune chance seul face à lui. Zieg ?
Toujours dans les parages, sur notre gauche, à quelques centaines de mètres, en mouvement.
Si elle croit pouvoir se planquer longtemps, c'qu'elle est sacrément conne ! Amenez-moi ses deux petits potes qu'on rigole un peu !


Saito n'est pas stupide, il sait parfaitement que le temps ne joue pas en sa faveur. La nuit tombe et l'obscurité va t'engloutir avec elle, il sera alors plus difficile encore de te mettre la main dessus. Et Kitan préfère éviter les complications qu'une telle situation pourrait amener. Alors, avant que pareil scénario se produise, il va te pousser à sortir de ta cachette. Toute seule, comme une grande que tu es. Comment ? Léténa et Shiro vont lui être d'une grande aide tiens ! C'est ce qui fait toute l'efficacité du balafré, savoir s'adapter rapidement à toute situation et ce, sans perdre son sang-froid.

Tes deux nakamas, ligotés afin qu'ils ne puissent rien tenter de stupide, sont amenés devant le caméléon. Celui-ci affiche un sourire carnassier rien qu'à imaginer de quelle façon il va les utiliser. Savais-tu qu'il une grande passion en tant que pirate sanguinaire ? Lui ce qu'il aime, c'est tuer. Encore et toujours. Ce qu'il affectionne tout particulièrement en revanche, c'est de le faire de manière spectaculaire. Il aime se triturer les méninges et mettre sur pied une mise à mort digne des plus grands meurtriers. Et il faut reconnaître qu'il est plutôt compétent dans cette discipline.

C'est justement l'heure de la démonstration de tous ses talents...

Il s'empare du sabre d'un de ses hommes et le fait passer habilement d'une main à l'autre. Tourne autour des deux captifs, l'air pensif. Il réfléchit à la meilleure manière de s'y prendre pour faire couler le plus gros flot de sang en un coup. Il point de sa lame le cou de Shiro, mime un mouvement circulaire visant à lui trancher la gorge, se ravise, recommence avec l'estomac du pirate, puis passe à Léténa. Tout de suite, la lueur dans son regard change. Il est davantage intéressé. Il se rapproche, la dévisage, avant de reculer, décidé dans son mouvement.

Hm... Je me demande si en faisant passer la lame par la gorge de cette poufiasse, en l'y enfonçant profondément, toujours plus profondément, j'arriverai à la faire ressortir au niveau du nombril. Dites les gars, vous en pensez quoi vous ?! C'est possible ?! On va vite le savoir ! Ouvre grand la bouche ma jolie !

Il semble bien déterminé à réaliser l'expérience, et à moins qu'un élément extérieur ait le courage d'interrompre le tout avant le drame, Léténa vit ses derniers instants...
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Mer 6 Nov 2013 - 15:05



Les Titans attendaient qu'Hathor tombe dans leur piège. Et elle allait arriver d'un moment à l'autre. Les hommes de Saito se tenaient en position avec leur gros calibres. Les canons portatifs, les fusils et autres armes à feu étaient braqués dans la direction où la capitaine des Ombres devrait débouchée. Comme ça, lorsqu'Aoi sera ralentie par les tires, Saito pourra l'achever. Ce dernier réfléchissait encore comment tuer Léténa...

Il y avait un silence de mort tout d'un coup, ça m'inquiétait. Cela ne pouvait signifier qu'une chose: mes adversaires préparaient sûrement un comité d’accueil ou une autre connerie du même genre. Je devais faire très attention. Je ralentissais alors ma progression dans les ruines. J'étais beaucoup trop visible en étant en pleine rue. D'ailleurs, cela m'étonnait que personne ne s'était jeté sur moi pour me tuer. Je décidais donc de m'engouffrer dans une maison encore debout. Je passais alors par la fenêtre lentement. Il faisait terriblement noir. Heureusement que mes yeux s'étaient habitués. Je faisais extrêmement attention où je mettais les pieds. Se serait con de casser une poterie dans tout ce bazar.

    Mais qu'est-ce que tu fais? Ne me dis pas que tu as la trouille. T'es une Déesse, c'est l'humanité qui devrait te craindre. Regarde-toi, tu es pitoyable...


J'avais envie de gueule pour que cette voix se la ferme, mais je m'abstenais. Je restais calme, malgré la colère qui montait en moi. Je ne pouvais plus supporter ça. Cela me perturbait énormément. Depuis mon entrée sur Grand Line, je ne me sentais plus moi-même. Je n'étais pas prête à affronter la mer de tous les périls. À croire que ma destinée me forçait à sombrer dans l'oublie. J'étais fatiguée moralement. C'était comme si le moteur de ma vie s'était arrêté. J'enchaînais échec sur échec. Je ne savais plus trop ce que je devais faire, où je devais aller. J'étais coupée de mon équipage et encore plus de mes enfants. Je n'étais pas digne d'être capitaine des Ombres du Chaos.

    Tu racontes n'importe quoi parce que tu es fatiguée et que tu n'as pas pu faire une entrée triomphale sur Grand Line. Détruis tes adversaires et repose-toi sur l'île. Tu ne peux te morfondre sur  toi-même, cela ne te ressemble pas.


Si seulement c'était facile... J'étais chamboulée à cause de tous ces événements survenus les uns derrières les autres. Je ne contrôlais rien du tout depuis Reverse Moutaine. J'avais besoin de repos afin de reprendre de plus belle. Et pour cela, je devais récupérer Léténa.

Je ressortais doucement de l'autre côté de la maison, là où se trouvait certainement autrefois la porte. Je débouchais alors sur une place. Je restais sagement derrière l'encadrement de la baie. Soudain, légèrement sur ma gauche, je vis sous la clarté de la lune mes nakamas attachés, pris en otage. Ça confirmait le piège que je sentais tout à l'heure. J'observais alors longuement les environs, scrutant chaque recoin de chaque élévation encore debout qui pouvait servir de cache. Je réfléchissais pour trouver une solution et ainsi, déjouer le traquenard. Je ne bougeais plus depuis plus de deux minutes, ce qui était horriblement long. J'avais l'impression que le temps s'éternisait. Comment pouvais-je faire pour atteindre l'autre côté sans me faire repérer? Alors que je m'apprêtais à faire chemin arrière, un homme s'écriait aux alentours de ma position.

    Feu à volonté! Ne lui laissez aucun répit!!

Visiblement, j'étais repérée. Les boulets sifflèrent dans ma direction, les balles fusèrent vers moi avec rapidité. Le plomb et l'acier venaient de partout, je n'avais aucun moyen de m'échapper. Je pensais très fort à résister, être l'élément naturel que mon fruit puisse me procurer.

Rapidement, les boules firent exploser les bâtisses proches d'Aoi. Deux des projectiles sphériques arrachèrent le torse près de l'épaule droite et un bout du bassin. La femme flanchait sous la puissance du coup, mais elle tenait bon. Les balles, quant à elles, trouèrent de part en part différentes parties du corps. La capitaine ne pouvait plus marcher, elle n'avait pas pu anticiper l'assaut. C'était trop tard pour comprendre qu'elle était encerclée. Les Titans des Mers continuaient à la canarder, tout en s'avançant vers elle. Saito s'approchait aussi.

Je mourais. J'étais morte. C'était la fin. Je fondais... Mon corps était rouge sang. Le liquide était chaud et me rappelait vaguement la chaleur d'une peau en contact avec la mienne, celle de mes enfants surtout. Je ne ressentais plus rien autour de moi, comme si c'était la fin. Dans l'espace d'un instant, le vide s'installa, juste assez pour me souvenir faiblement de chaque événement important que j’aie eu avec mes gosses. Des moments tels que les anniversaires et les passages à Suna Land. Je repensais aux rencontres agréables qui me donnaient de la force quand j'étais faible. Le bruit des explosions brouillait mes oreilles, brouillait mon esprit qui se dissipait peu à peu. Je ne sentais rien physiquement, pourtant. Qu'importe, en fait. Je ne savais pas que le passage dans l'autre monde était sans souffrance, comme quoi, on s'imaginait toujours des trucs tant qu'on ne les avait pas vécus. C'était très bizarre comme sensation. Le liquide qui coulait n'était qu'entre autre que du magma. Difficilement, mon corps meurtri semblait vouloir se recoller. Mais chaque coup encaissé reformait un nouveau trou...

    Ne te laisse pas faire! Montre-leur qui tu es. Tue-les tous, tous autant qu'ils sont!!

Non, je n'étais pas morte. Pas encore. Je n'avais pas dit mon dernier mot. J'avais encore des choses à faire dans ce monde. J'évacuais alors mes émotions en un seul point, celui de la colère. Je voulais exploser littéralement, mais cela ne se passait pas comme je le souhaitais. Je voulais tous les toucher, tous les tuer d'un coup. Sur le moment, je désirais vraiment les voir frire comme des merguez, qu'ils me laissent tranquille. Seulement, aucun souffle de lave sphérique ne se propageait. Le magma sortait de moi comme si j'avais une grande plaie ouverte et coulait. Le magma retombait lentement le long de mes jambes. C'était comme si j'avais jeté un caillou dans une marre. Ça n'avait strictement rien fait. Je me faisais toujours canarder. Et voir cet homme qui s'avançait vers moi avec assurance me faisait peur. Je recommençais à douter en mes capacités, être capable de survive sur Grand Line. J'étais trop loin de mes nakamas, je voyais bien le piège se refermer sur moi.

Les Titans des Mers agissaient ainsi pour aveugler Hathor et la gêner plus qu'autre chose. En tirant à tout va, la femme pirate ne pouvait plus marcher, elle était comme clouée sur place. Son corps avait du mal à se remettre en état. Les projectiles cessèrent de s'abattre au moment où Saito se plaça juste derrière la capitaine pirate. Saito frappa de toutes ses forces sur Aoi. Le poing imprégné de haki de l'armement fit voler vers ses nakamas la femme magmatique. Cette dernière sentait la douleur monter en flèche, elle crachait du sang en hurlant de rage. Son corps tomba près du muret en pierre qui servait de garde-fou, juste là où se trouvaient ses nakamas. Ils étaient dans l'incapacité de faire quoique ce soit, tout comme elle d'ailleurs. Derrière les otages, il y avait un gouffre. C'était la fin.

J'avais mal, horriblement mal. C'était encore cette capacité incroyable? Même en tant que logia je me faisais toucher, je ne comprenais rien. Je n'avais pas envie de comprendre de toute façon. Ma force s'envolait, je restais là, béa devant mon adversaire qui s'approchait de moi fièrement. Je ne savais pas qui il était, mais je pouvais remarquer sa démarche sournoise et mesquine. Il devait m'en vouloir parce que je lui avais mangé son fruit sous son nez ou quoi? Je trouvais à peine de l'énergie pour parler.

    Qui... qui es-tu?

La dernière chose qui me marqua en mémoire était ce visage souriant, ce visage d'un homme aussi fourbe que moi, celui d'un être infâme. Il m'avait frappé une nouvelle fois, mais sur mon visage. La puissance du coup me fit traverser la rembarre de pierre avec mes nakamas. Léténa, Shiro et moi étions alors en train de tomber. La piscine profonde nous attendait en bas.

Le village d'indigène en ruine était perché sur une falaise. En contre-bas, il y avait une petite étendue d'eau. C'était une sorte de piscine entourée de briques délabrés qui servait à recueillir l'eau potable pour l'agglomération. Et parfois, elle irriguait autrefois les plantations maintenant recouvertes de végétation. Avec un Fruit du Démon, Hathor pouvait être sûre de couler à pic...


~~ Page 2 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Hathor le Ven 8 Nov 2013 - 21:56, édité 14 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3300
Popularité: -225
Intégrité: -170

Jeu 7 Nov 2013 - 13:19

C’est étrange mais la situation avait évolué entre les deux pirates. L’altercation avec ce vieux chasseur de prime les avaient rapprochés. Natacha semblait plus « douce » devant le jeune homme. Elle qui par nature avait un caractère aussi fort que la patronne, changeait et devenait légèrement plus calme. Je dis bien légèrement car un caractère reste le même, même si les liens se resserrent.

Ils avaient marché pendant de longues heures et prenaient le soin de se reposer régulièrement et de faire le point sur leur position. Natacha vérifiait régulièrement mes blessures et appliquait les onguements que Pilili lui avait donnés avant son départ.

De mon côté, je profitais de ces instants pour tenter d’accoupler mes deux nouveaux jouets afin de les rendre plus efficace. Il me semblait que la façon de les utiliser pouvait être améliorée par rapport à mon combat précédent et en ce sens, je me triturais la tête…

La forêt était très dense et notre progression compliquée. La zone nous était inconnue et j’avais du mal à me situer depuis quelques heures. Natacha semblait aussi perdue que moi et nous gardions ça pour nous, comme si on cherchait un espoir pour aller de l’avant et ne pas flancher. A la base, nous avions décidé de partir suite à des bruits étranges qui avaient retentit la journée d’avant. De temps à autre nous arrivions à percevoir une fumée noire au-dessus de la cime des arbres, enfin, seulement quand ces derniers nous laisser entrevoir le ciel.

A force d’avancer, nous sommes tombées en face d’un homme. Ces vêtement étaient déchirés tout comme les nôtres. Assez maigre et pas très grand, une barbe de plusieurs jours avec une moustache très épaisse. Il avait une petite bouche un nez fin et de petits yeux troublés par ce qui semblaient être des larmes qui lui montaient aux yeux.

Sa première réaction fut de ce jeté sur nous et particulièrement sur Natacha qui esquiva l’étrange individu. L’homme chuta juste à côté de moi. J’étais exaspéré de voir une action aussi lamentable… Il était à ma portée et je lui ai porté un coup de pied rapide dans le dos sans le moindre effort. Il gesticulait comme un petit ver de terre et pendant deux secondes il me fit penser à Porco…

Porco : Crétin de disciple !!! Je vais te tuer quand j’en aurais la force… Ah…Ahhhh… Je me meurs…

Ulcky : C’est toi le vieux ?


Incroyable ! Mon ami était toujours vivant ! Différent, mais vivant. Nous ne l’avions pas reconnu avec sa perte de poids incroyable. Ses traits étaient différents et son groin avait disparu ! C’est dire le choc pour nous. Natacha n’en revenait pas non plus et heureusement pour nous, il y avait encore un peu de sa paumade magique pour le guérir des rougeurs et autres plaies … Accessoirement lui soulager son dos aussi…

Il était heureux de nous avoir retrouvés et c’était la raison de son bonheur et de son élan de contact charnelle. Après le naufrage du bateau, il était toujours attaché contrairement à nous et lorsque le bateau fut coupé en deux, une de ses mains était encore attachée. Par chance, car grâce à ça, il a pu remonter à la surface rapidement. Les vagues l’ont portées jusqu’à l’île et il a simplement tenté de survivre sur ses réserves personnelles, car la faune lui semblait hostile et les plantes peu comestibles.

Après quelques heures de repos, nous avons réussis à lui faire gober des insectes afin de le rendre un peu plus présentable… Loin de son apparence normale, son nez reprenait un peu de forme… Juste un peu. Il nous a ensuite expliqué qu’il avait pris la direction du centre de l’île à cause de fumées et de bruits étranges.

J’étais heureux et Natacha et Porco semblaient avoir le même sentiment que moi. Avec cette retrouvaille on reprenaient confiance en nous.
Invité
Invité


Ven 8 Nov 2013 - 15:10


    Nous chutions tous les trois dans le précipice. Shiro et moi n'avions pas résisté au choc et avait perdu l'équilibre. Toujours privé de mes membres supérieurs, je me débattais comme une diable pour retrouver ma liberté. J'essayais d'atteindre la corde qui m'emprisonnait avec mes griffes, en vain. La fin semblait proche.

    Soudain, mon meitou me passa littéralement juste devant le nez. Dans un réflexe, je le bloquai entre mes jambes. Je sortis la lame en saisissant son pommeau tout en laissant glisser son fourreau. Je fis pivoter mon poignet afin de trancher la corde. Le meitou coupa net les chaires et m'entailla le torse. Sandai n'avait pas dû apprécier le changement temporaire de propriétaire. Sa vengeance devait avoir un goût de sang, bien évidemment. Je recouvrais enfin l'entière liberté de mes mouvements. D'un geste, je libérais shiro. La surface de l'eau se rapprochait de plus en plus. Il fallait trouver une solution. Je commençais a en avoir marre d'être toujours mouillée ou en train de voler dans les airs. Il y avait bien une solution, mais elle semblait absolument aberrante. J'allais avoir besoin de la capitaine pour mener à bien mon projet. Cette dernière se permettait d'être inconsciente. Usant de mon talent inné pour les paires de claques, je la réveillais rapidement. Nous parvînmes  à nous lier les uns aux autres grâce à l'une des cordes, juste à temps. Après avoir réajusté sandai à ma ceinture je lançai la seconde corde qui s'enroula autour d'une branche dépassant de la falaise. Nous décrivîmes une parabole avant d'effectuer plusieurs looping autour de la branche. Nous finîmes par nous faire éjecter et nous chutèrent dans l'eau une dizaine de mètres plus bas. L'impact bien que minimisé fut rude. Je faillis perdre connaissance. Je remontai mes deux compagnons, l'un inconscient et l'autre doté de la même capacité à flotter qu'une enclume.

    Nous étions maintenant à la surface, vivants. Je tirais mes compagnons jusqu'à une petite ouverture dans le muret de brique qui nous entourait. Je nous y adossais avant de m’effondrer dans un râle contre la paroi, exténuée par tous les efforts fournis. Mes deux compagnons étaient dans un sale état. J'étais moi-même blessé au torse. L'aventure s'avérait vraiment difficile physiquement. Je tournais la tête vers la capitaine :

    " Est-ce que c'est tout le temps comme ça dans ton équipage ?"

    La clarté de la lune se reflétait sur la surface de l'eau. On pouvait entendre les pirates qui s'activaient en haut du précipice. Il fallait trouver une solution pour nous sortir de là. La voie aquatique était exclue. La pirate ne pouvait pas nager. Nous devions trouver un trou dans la paroi, une ouverture, une sorte de tunnel pour s'échapper de ce puits géant.

avatar
Zarechi Ozuka

♦ Localisation : Là où tu viendras pas me chercher !
♦ Équipage : Ombres Du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3820
Popularité: -232
Intégrité: -140

Lun 11 Nov 2013 - 22:11


Tant de marine ... Une mer de marine ! En plein saut depuis le pont du navire, je contemple cette étendue de bleu et de blanc ... Ainsi qui la dune de sabre et de pieu en train de se former !! Et derrière moi, une vague de soldats me sautant dessus ! Et on fait quoi dans ses circonstances là ? Et bien on commence par se chier et se pisser dessus avant de réfléchir un peu ! Mais est-ce une de mes qualités de réfléchir dans les moments extrêmes ? Non, alors dans ce cas, on fonce dans le tas tête baissée ! J'ai donc dégainé mes sabres et ai donné un puissant coup à mon atterrissage, faisant voler une petite dizaine de soldat dans les airs. Suite à cela, je ne pris pas le temps de souffler et je commençais à courir en tranchant à gauche et à droite les marines pris de surprise par tant de témérité ... Ou d'imbécilité, vous voyez ça comme vous le voulez ! Je finis donc par sortir de la troupe et je me rendis compte qu'ils étaient encore nombreux. Beaucoup trop nombreux ! Je ne pouvais déjà pas battre tout le navire sans avoir de séquelles, alors si je me tape tout cela, je risque de repartir avec une jambe en moins ! Je les pris donc à mon cou (les jambes, hein, pas les marines) et suis parti dans la forêt, qui semblait assez hostile ...

Me servant de mes sabres comme machettes, je me continuais à me frayer un chemin dans la végétation, toujours suivi par des soldats criant de tous leurs poumons. Au moins, je suis sûr qu'aucune bestiole ne se ramènera avec tout ce vacarme ... Sauf peut-être si elle fait cinq mètres de diamètre, 150 mètres de longs, qu'elle n'a peur de rien et qu'au contraire, le bruit lui signifie qu'elle a quelque chose à se mettre sous la dent ! Un peu comme ce serpent géant, juste là. Oui, celui qui me regarde droit dans les yeux et qui commence à avancer vers moi en sortant sa langue bifide pour se repérer. Je ne bougeais pas, terrorisé par la peur. La bête rétracta sous cou, signe d'attaque et s'élança. Heureusement pour moi, les plus grosses bêtes sont les plus lentes ! Donc le temps qu'il s'élance, je pus me baisser et éviter son venin mortel qui


-Ouah !! Ça a dissout la roche !! TAÏAUT !!!

Je crois que jamais je n'avais couru aussi vite ! Faut dire, poursuivi par un boa géant ... Cela dit, devant moi se montra une opportunité de survie : une entaille dans la roche. Le trou était tout juste assez gros pour que je puisse y passer sans encombre. Naturellement, le serpent frappa la paroi de plein fouet et se pris quelques roches sur la tête, qui lui fit s'en aller. Un autre point positif, les marines me poursuivant avaient fait demi-tour certainement au moment où le boa est apparu. On était en début de journée et il fallait que je trouve de la civilisation, je suis donc ressorti de là où j'étais planqué et je suis parti en explorateur dans la forêt. Malgré des heures de marche, je ne trouvais toujours rien et mon estomac commençait à se creuser. Il fallait que je trouve à manger. Boire n'est pas très compliqué ici. Il y a pas mal de petits ruisseaux qui descendent jusqu'à la mer, mais c'est peut-être parce que je n'y faisais pas attention, mais je n'ai pas vu un seul arbre fruitier dans le coin. Quant aux animaux, le seul que j'ai vu est ce serpent géant ...

-À manger ... Siouplait !


Rien ne s'offrait à moi, j'avais beau regarder dans tous les recoins de cette forêt, soit les animaux sont très timides, soit c'est que je deviens aveugle ! Ou alors, c'est que le serpent de tout à l'heure les a tous bouffés, je sais pas ! J'ai bien tenté de manger des feuilles quelconques, mais en plus d'être dégueulasse, ça m'a filé un mal de ventre pas possible ! J'suis vraiment pas fait pour être végétarien ! Puis soudain, que vois-je au loin ? Eurêka ! Une espèce de sanglier à trois cornes se trimballait, non loin de là. Grand Line à vraiment des bestioles bizarres ... 'Fin bref, sans attendre, je commençais à me faufiler discrètement vers la bête avant de la trancher de mes sabres pour mettre fin à ses jours. Sans prendre la peine de me planquer, je fis un feu et fit cuire la viande.

-À table !


Une fois le cochon dégusté, je constatais que la nuit commençait à tomber. Il fallait que je trouve un abri. Et quoi de mieux comme abris qu'un arbre ? Je pris donc un arbre non-loin de là, qui avait deux branches suffisamment proches les unes des autres pour pas que je tombe et j'y passais ma nuit ainsi qu'une partie de ma matinée.


Dernière édition par Zarechi Ozuka le Dim 17 Nov 2013 - 11:27, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validationshttp://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
avatar
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3300
Popularité: -225
Intégrité: -170

Mar 12 Nov 2013 - 13:03

Nous faisions marches depuis de longues heures et le fait de marcher de nuit ne nous était pas une chose agréable. Entre les bruits qui faisaient sursauté Porco et les chasse nocturnes de nos voisins inconnus, on ne trouvait ni le temps de se cacher ni de se reposer. Alors pour éviter de finir dans l’estomac d’un monstre, on continuait de marcher. Grâce à mon dial de feu, nous avons pu nous fabriquer des torches, ce qui n’était pas du luxe ! Car en plus d’être pratique, elles nous permettaient de faire fuir les plus peureuses des bestioles.

A force de marcher, on arrivait à voir un ciel. La cime des arbres était moins danse et nous avions une impression de respirer. Au loin, on apercevait en haut d’une falaise des lumières, signe d’une activité intelligente. Nos trognes changèrent brutalement et finalement on reprenait petit à petit le peps qui nous caractérisait. Mais très vite, on tomba sur un os… Même deux…

Le premier, la falaise. De loin, impossible de savoir si nous pouvions l’escalader. Pour Porco c’était impossible je pense. Pour moi et Natacha… Facile ! On a hésité à laisser Porco sur place, mais quand on lui a proposé la chose, il a pleuré… Encore… Dîtes-vous que c’était du simple sadisme pour nous de lui proposer ça. Malgré tout, il nous était impossible d’évaluer correctement la chose, car nous étions encore trop loin de ce dite falaise à cause du problème numéro deux.

Un crétin avait construit un mur de brique juste devant nous ! Mais genre pas un mur de deux mètres, un vrai gros mur de vingt mètre de haut et tellement humide que le simple fait d’avoir tenté de l’escaladé m’avait permis de faire rire la galerie lorsque mon derge tomba au sol au bout de cinquante centimètre… Et ça reste haut cinquante centimètre pour un cul qui n’était pas préparé…
Bref, on ne savait plus trop quoi faire. A vu d’œil, le mur était aussi large que haut ce qui ne nous permettait pas d’avoir l’envie de faire le tour. On s’est assis pendant quelques minutes… Au début on voulait tranquillement attendre. Et puis soudain… J’ai eu un moment de génie ! Enfin, dans mon esprit…

Je me suis relevé aussi sec en laissant mes deux compères me regarder comme si j’étais qu’un gosse de cinq ans.

Ulcky : J’ai une super idée ! Mes joujoux vont briser ce mur !

J’ai donc sortis mes deux coquillages. Je n’avais toujours pas trouvé une façon de les assimiler à un seul bras, mais avec les deux, je pouvais faire comme le vieux et fusionner les deux attaques. J’ai mis mes armes sur mes poings pour ensuite réunir mes mains et cogner le mu qui était juste au-dessus de la tête de mes amis.

Inutile de vous dire qu’au départ j’ai eu le droit à une tronche rempli de peur de leur part et qu’ensuite, j’ai eu le droit à des insultes, lorsque les flammes et les projections de coupe leurs passèrent juste au-dessus de la tête. La déflagration fut énorme et ce fut une véritable explosion qui se produisit.

L’impact laissa un éclat sur le mur profond comme un bras ! C’était incroyable, j’étais trop heureux d’avoir fait tant de dégât en si peu de temps et Porco rejoignit mon élan de bonheur quand il comprit les possibilités de mes nouveaux jouets. Comme deux gamins, on s’extasiait, mais Natacha nous frappa pour faire redescendre notre extase…

Mais on était un peu surpris de voir une épaisseur aussi importante…  En examinant le mur, j’ai enlevé un petit caillou… Ce dernier laissa sortir un petit jet d’eau très rafraichissant. Amusé, j’ai montré la chose à Porco qui trouva cela amusant aussi. Sans le dire à notre mégère, on commença à en enlever d’autres pour laisser une sorte de passoir d’eau se créer ce qui ne laissa pas notre coup en douce très longtemps inconnu pour Natacha.

Natacha : Bande de crétin ! Si ça fait ça a votre avis c’est pourquoi ???

Et elle partit se mettre à l’abri en haut d’un arbre… Un tremblement, non, un grondement se faisait sentir à présent. Et sans comprendre pourquoi, la paroi si solide fut rompu et laissa se déverser un courant d’eau si puissant qu’il emmena Porco et moi vers la foret. La seule solution pour s’en sortir était de… Nager… Alors j’ai nagé à contre-courant pour éviter de me faire emporter comme une vulgaire feuille… Porco quant à lui, était sur mon dos et criait de nager plus vite…
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Ven 15 Nov 2013 - 13:26


Au sommet de la falaise, l'équipage des Titans.

C'est malin... Oroshi ! Ryuu ! Prenez une dizaine de gars et foncez au bas d'cette falaise et vite ! Empêchez-les d'se tirer trop loin le temps qu'on arrive !

Les deux adolescents acquiescent, Oroshi fait signe à une poignée de pirates de les suivre et le groupe s'élance aussitôt à travers la végétation. Ils n'ont pas été choisi au hasard, évidemment que non. Ils sont ceux chargeaient de traquer les proies prenant la fuite, de ramener le gibier près du commandant, eux qui sont envoyés pour couper la retraite à l'ennemi. Agissant rapidement et efficacement, ils n'en sont pas à leur premier coup d'essai, l'expérience est avec eux, cela va faire mal. Le balafré s'accorde un instant de pause, le regard rivé en contrebas, observant les silhouettes se mouvoir, tenter de se sortir du mauvais pas dans lequel elles sont.

Ce qui était autrefois un réservoir d'eau pour les natifs de l'île, n'est plus qu'un bassin entièrement vide, dont l'épais mur de pierres le constituant se révèle largement troué à un endroit. Qu'il soit vide n'arrange pas le caméléon, impossible pour ses hommes de faire le grand plongeon eux aussi afin de gagner du temps et rejoindre ces misérables. Ont-ils fait exprès ? Si c'est le cas, ils apparaissent moins stupides qu'il l'aurait imaginé. Un sourire carnassier lui déchire le visage, c'est maintenant que le jeu commence. Les proies sont libérées, les prédateurs affamés, l'enjeu est grand, cette chasse va être l'une des meilleurs de son existence. Il n'échouera pas. Le Capitaine aura son fruit, quoi qu'il en coûte.

Vous autres, venez ici ! Chargez les fusils et les bazookas, faites-moi un tir concentré sur ces merdes plus bas !

Les forbans s'exécutent et tous se placent en une seule ligne à l'extrémité de la falaise, les canons des armes pointant dangereusement sur vous. Mur ou pas pour vous abriter, Saito s'en moque bien, certaines balles et certains boulets finiront bien par toucher. L'ordre est donné, la fusillade est lancée. Les fusils crachent la mort et c'est une véritable nuée de balles qui fondent sur vous. De quoi largement vous occuper le temps que le frère et la sœur vous tombent sur le coin de la tronche. Car ils ne cherchent pas particulièrement à viser juste, simplement à vous empêcher de faire un pas devant l'autre. Ils gèlent votre progression, gagnent un temps considérable.

Vous, rechargez. Vous autres, en position. Feu !

L'instant de répit fut salement court... Quelques secondes tout au plus, le temps aux deux lignes adversaires de faire le changement.


Au bas de la falaise, à quelques centaines de mètres du réservoir d'eau vidé, en pleine forêt.

Commodore Stamthan ! Confirmation des coups de feu entendus précédemment en haut de cette paroi rocheuse que nous apercevons ! Il semblerait que le forban croisé Zarechi Ozuka soit en plein affrontement avec une force opposée qui nous est inconnue pour le moment.
Parfait ! Soldats ! Nous avons essuyés un échec douloureux avec la fuite du pirate Ozuka ! Ne vous laissez pas pour autant abattre ! Nous représentons toujours la justice ! Ce soir, nous allons au combat ! Nous vaincrons l'ennemi quel qu'il soit et par tous les moyens possibles ! N'ayez pas peur de la mort, car elle ne nous emportera pas cette fois ! Êtes-vous avec moi ?!



Commodore Jazon Stamthan, 2800 dorikis.

Et l'ensemble de la troupe de soldats d'hurler en réponse, le moral boosté à bloc et tous préparés au combat qui va suivre. Une quarantaine de soldats, menés par leur leader, le Commodore Jazon Stamthan, brave officier désireux de rendre ce monde meilleur. Tout cela avance dans votre direction, les Ombres. Avec le petit groupe de pirates conduis par les deux adolescents des Titans qui progressent à vive allure sur vous, les trois factions de l'île risquent bien de se croiser au même instant, au même endroit...


Dernière édition par PNJ Requiem le Lun 25 Nov 2013 - 16:08, édité 1 fois
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Ven 15 Nov 2013 - 20:34



Narration au présent:
 
1) Marianne:
 
Image explicative de la situation:
 

    Grmm, on peut dire ça. Mais une aventure de pirate, c'est ça. Et j'ai fait mon choix, alors j’assume. Je tiendrai mes promesses. Je protégerai mes compagnons et j'aiderai à réaliser leur rêve.

La situation empire. On n'est même pas d'attaque pour repartir sur le champ de bataille, mais je ne m'avoue pas vaincue. Non, pas encore, pas maintenant. On n'a pas le temps de reprendre nos esprits que nos adversaires du haut de la falaise se fait un malin plaisir de nous bombarder à nouveau. Je sais à présent que l'acier ne me fait plus rien, mais pour Léténa et Shrio c'est une autre histoire. Que choisir? Mort par asphyxie, par écrasement ou par hémorragie interne? De toute façon, de notre perchoir, on n'a pas vraiment le choix. Je décide alors à la place de mes nakamas. Après tout, je suis la capitaine!

On saute du côté du vide. J'embarque mes deux compagnons de grès. Direction le contre-bas, à l’abri j'espère de la pluie de projectiles. On glisse le long de la paroi en pierre de taille mousseux. Du lierre semble nous adoucir les chocs à chaque coup aux fesses. Léténa semble ne pas être confiante dans mon choix et tente de s'agripper à une branche morte. Shiro étant maintenant réveillé, réalise avec frayeur qu'il tombe et essaye lui aussi de se tenir à ce qu'il peut. Moi, je fais entièrement confiance en mon geste et surtout en ma nouvelle capacité.

Toutefois, je constate tardivement que de l'eau coule depuis une brèche du mur. Il y a comme un torrent qui s'échappe de la falaise en brique. La paroi est percée. Cela veut dire qu'il y a quelqu'un en bas! Par contre, si je ne fais pas comme mes camarades, je risque fort de me noyer au lieu de m'écraser comme je pensais le faire normalement. Car le liquide sort à une puissance semblable à un barrage sans vouloir s'arrêter. Et qui dit eau, dit annulation de mon pouvoir.

Je me rapproche dangereusement du sol. L'eau finie de jaillir, elle glisse le long de la pente. Je soulagée de ne pas tomber dans la flotte. Je m'écrase alors comme une grosse goutte de magma. SPLACHTE! J'envoie de la lave un peu partout. Je me relève alors, constatant que je suis toujours bien entière. Mes deux nakamas arrivent derrière-moi.

    C'était chaud! On remet ça?

Aucune réponse. C'est normal. Ils ne sont pas très emballés de recommencer et ça se comprend. Moi non plus, en fait. Mais je veux mettre un peu d'humour dans cette histoire. Visiblement, on est tous intactes, c'est rassurant. Les tires adverses ne nous parviennent plus. J'ai beau avoir un logia, ce n'est pas agréable de se faire trouer. On n'a pas le temps de reprendre nos esprits. Je vois en face Ulcky et Proco complètement trempés et essoufflés. Au loin, Natacha se pointe à son tour. Je suis à nouveau rassurée. Sans prendre le temps de vérifier plus que ça l'état de mes paires, je demande tout de suite à ma navigatrice plein de choses.

    Où est le reste de l'équipage? Et surtout, où sont mes enfants?
    Quoi? Tu n'as pas le reste avec toi? On est que trois, nous. Et toi aussi, visiblement. Il manque Nakano, Tao, Kusanagi et Marianne1... Ça va être dur de les retrouver, surtout que la jungle est énorme! C'était une chance de vous tomber dessus.
    La jungle ce n'est pas tout. On a des ennemis sur le dos et on ferait mieux de partir toute suite.

À ce moment-là, des hommes vinrent depuis le bas. Des Marines! Finalement, ils nous ont trouvés. Comme si un équipage pirate n'est pas suffisant pour s'occuper. Diantre. On a deux bonnes raisons de ne pas traîner dans le coin plus longtemps désormais. Je ne vois qu'une solution. S'enfuir à droite ou à gauche. Seulement, deux adolescents de l'autre équipage débarquent sur nous depuis un côté. Ils arrivent sans sommations et leur objectif semble être claire. D'instinct, mes amis et moi-même s'en allons du côté opposé à ces gamins. Les Marines vont bien tomber sur eux et couper leur route dans notre retraire. Du moins, c'est ce que nous tentons de faire. On fera un briefing plus tard, là on doit survivre.


Oroshi et Ryuu Nan - 1000 dorikis chacun / 3000 dorikis à deux .


~~ Page 3 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Aoi D. Nakajima le Jeu 28 Nov 2013 - 14:37, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Kusanagi

♦ Équipage : Les ombres du chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 5173
Popularité: -332
Intégrité: -319

Sam 16 Nov 2013 - 0:26

Depuis quelques jours nous avions atterri sur cette île, Marianne & moi, séparés du reste de l'équipage qui jusqu'à preuve du contraire semblait ne plus être de ce monde. Un sort bien triste et décourageant, mais nous nous devions de reprendre les rennes et de continuer ce qui avait été commencé par nos camarades, même si cela voulait dire que nous allions désormais devoir conquérir le monde à nous deux.

Bref, après un repos bien mérité de quelques heures compte tenu de la bataille que l'on avait menée, ma camarade & moi afin que je puisse chiper et manger le fruit du démon des païens, nous explorâmes l'île à la recherche de n'importe quel moyen qui pourrait nous permettre de la quitter.

Des secondes, des minutes et deux heures de marche plus tard à travers la forêt, on repéra un groupe de la marine qui couraient à peu près vers notre direction. Vite, il fallait se cacher. Adossés contre un grand arbre, nous nous cachions derrière celui-ci en gardant un oeil sur les soldats de la marine qui passaient à la hâte près de notre position.

Ooh ? Qu'est-ce que ?.... Un bruit bien particulier attira mon attention et celui-ci semblait être tout proche. On dirait... Oui, aucun doute, c'était bien des ronflements.

Je levai la tête vers le bruit en question pour m'apercevoir que l'auteur de celui-ci était en train de dormir peinard sur deux branches assez proches de l'arbre. Merde, si ça continu ce loup garou à la graisse de renoncule allait nous faire repérer.

Vu que sa main pendait vers le bas, je la tirais brusquement vers moi, ce qui envoya violemment la belle au bois dormant sur le sol et le réveilla sur le coup. D'un geste vif, je l'avais immobilisé en posant mon genou sur sa poitrine et en mettant ma lame au niveau de sa gorge.

- Toi ?

Bougre de faux jetons à la sauce tartare, comment était ce possible ? Lui ? Dans un lieu aussi isolé du monde ? Punaise, tout compte fait, j'allais commencer à comprendre que le destin adorait nous réunir. Lui, qui était-ce ? Et bien ce n'était personne d'autre que mon éternel rival.. Zarechi Ozuka.

- Kusan... Argh ! Groooummmmphhhh !!!!

Avant même qu'il ne puisse prononcer mon nom en entier à travers cette expression d'étonnement, je lui assénai avec le pommeau de ma lame un violent coup sur le front avant de mettre ma main sur sa bouche afin de l'empêcher de parler. Malgré le fait qu'il se débattait tant bien que mal, le bougre ne parvint pas à se libérer de ma prise.

- Ta gueule du con, tu vas nous faire repérer.

Dis-je en l'immobilisant au sol jusqu'à ce que les soldats de la marine puissent nous dépasser.

- AHHHHH !! Tant qu'on y est, je devrais même t'égorger sur place comme ça on aura au moins un problème de régler, espece de chouette mal empaillée... qu'est-ce que ..?

Marianne qui assista à toute la scène, me tira vers l'arrière afin de m'empêcher de tuer le parfait étranger qu'était Zarechi pour lui. Elle se mit entre nous deux en disant :

- Calme toi, Kusa. En ce moment, on a besoin d'aide et n'importe qui du moment qu'il est un forban, devrait pouvoir faire l'affaire. A ce que je vois, vous vous connaissez déjà ? C'est quoi l'histoire ? Vous êtes des anciens amoureux ou quoi ?

- Mais ta gueeeuuleeeuh !!!!

" BiiiM ! "

Elle m'asséna aussitôt un coup de poing sur la tête.

- Respecte tes ainés, combien de fois dois-je te le dire ?



- Aiiie ! Tu ferais mieux de me laisser déplumer ce traine potence, car il ne va rien nous apporter. On peut s'en sortir rien qu'à nous deux, on a besoin de personne d'autre.

- Ouais ouais ouais, en attendant c'est pas à toi seul que revient la décision.... Alors, tu permets. Veux tu bien décliner me décliner ton identité, jeune homme ?

Elle adressa la parole à Zarechi à travers les propos ci-dessus.
http://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personnehttp://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
Invité
Invité


Sam 16 Nov 2013 - 1:34


    Nous courions à vive allure derrière notre capitaine. Oui, j'avais bien dit "notre capitaine". La déesse avait pris les choses en main. Elle nous avait guidé jusque dans la jungle depuis la falaise et le puits, sans aucune hésitation. J'avais suivi ses pas sans même m'en rendre compte, happée par son leadership...

    La fuite ne fut pas aisée. Après avoir soigné rapidement les blessures de mes compagnons, nous partageâmes mes maigres provisions afin de recouvrer des forces. La viande avait agi sur nous comme une grand voile supplémentaire sur navire. L'énergie gagnée nous fut d'une grande utilité lorsque de multiples projectiles fusèrent du haut de la falaise. Balles, roquettes, tout un cocktail mortel qui dressa un véritable mur de feu devant nous. Je pus sans problème esquiver les tirs imprécis des assaillants grâce à ma technique de La passe du loup en accomplissant même l'exploit d'en renvoyer quelques-uns en direction de la falaise...

    Nous suivîmes notre capitaine en sautant dans le vide lorsque cette dernière s'engagea à nous sortir de là. Nous glissâmes le long de la pente, tentant par tous les moyens de ralentir notre descente. Une branche morte ne manqua pas de lâcher sous mon poids et j'en fus bon pour une belle frayeur. Le puits se vida sous nos pieds et dûmes rapidement faire face à l'inévitable : la fin de la chute. La capitaine prit les devants en s'écrasant dans une flaque de magma, confirmant ainsi mes pensées. Le sol se rapprocha bien vite et je dus prendre une décision. Prenant appui sur la paroi, je m'élançai dans le vide dans un parfait saut de l'ange. Je dégainai mon meitou et le plaçai en position verticale juste en dessous de moi. Usant de mon Impact du loup, je percutai le sol en déversant toute l'énergie cinétique de la chute dans la lame de mon katana. L'énergie se dissipa sous forme d'onde de choc qui balaya une petite zone et fit s'élever un petit nuage de poussière. Lorsque la poussière se dissipa, on put me voir debout, le dos de ma lame sur l'une de mes épaules, prête à toutes les éventualités.

    Sous l'impulsion de notre capitaine, nous nous remîmes en route, désormais hors de portée des armes de nos assaillants. Nous tombâmes sur une partie de l'équipage, trempés pour la plupart ce qui ne manqua pas de m'arracher un sourire. Il n'y avait pas que les Louves qui finissaient mouillées dans cet équipage. Des marines commencèrent à venir vers nous, remontant la pente probablement guidés par les tirs des pirates. Deux jeunes adolescent que j'avais eu le déplaisir de rencontrer plus tôt firent irruptions sur notre droite. Prête à en découdre, je faillis m'élancer vers eux, mais un bras me retint. Je me retournai sans un soupir et m'engageai à la suite de mes nouveaux compagnons. Me propulsant à la hauteur du capitaine, je décidais d'intervenir.

    "Capitaine. Nous devrions continuer dans cette direction puis bifurquer pour passer derrière les marines, ainsi nous réduiront nos chances de nous faire pister en mêlant nos pas dans ceux des soldats."

    Nous effectuâmes cette trajectoire en haranguant de temps à autre les retardataires visiblement essoufflés. Nous devions nous échapper à tout prix. Il fallait nous regrouper dans un environnement calme et sûr, afin de décider de la marche à suivre. Pour ma part, je souhaitais retourner combattre. Les deux adolescents n'avaient eu aucun mal à me défaire lorsque j'avais dû leur faire face dans le temple en ruine. Sans mon meitou, ça n'avait été pour eux qu'une formalité. Je devais retrouver mon honneur en leur donnant une bonne leçon.

    Au bout d'une dizaine de minutes, ralentissant soudainement mon allure, je m'aperçus que du sang coulait à travers le bandage de mon torse. Ma blessure s'était aggravée pendant ma course. J'avais déjà perdu pas mal de sang depuis notre chute dans le puits. Il fallait que je me soigne, avant de ne plus être en état de le faire. Ravalant ma fierté, je plongeai mon regard dans celui de notre capitaine, lui montrant une de mes mains ensanglantées. Cette dernière ne put que constater la gravité de mon état. Sa sauveuse avait maintenant besoin d'être sauvée. Il devenait maintenant très urgent que nous trouvions un coin tranquille afin de nous sortir définitivement de cette folle course-poursuite.
Spoiler:
 
avatar
Zarechi Ozuka

♦ Localisation : Là où tu viendras pas me chercher !
♦ Équipage : Ombres Du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3820
Popularité: -232
Intégrité: -140

Dim 17 Nov 2013 - 12:02

Quelle douce sensation ... Je flottais dans une mer bleue azure et je m'enfonçais peu à peu dans celle-ci ... Une chaleur m'enveloppais tout le corps ! Comment étais-je arrivé là ? Serais-ce suite à un naufrage ? Non, il n'y a pas de débris de bateau ... Les yeux à moitié fermé, je crus voir une queue de poisson, accompagné d'un rire léger ... Une sirène ? La légende disait que tous les marins en voyaient une avant de mourir ... Elle me pris la main et me tira vers le fond ... Peut-être un peu trop violemment, vu que je m'explosais la tête sur un rocher, présent sur le sol !! Suite à cela, je vis l'homme que je désirais voir le moins au monde :

-Kusan... Argh ! Groooummmmphhhh !!!!

*Traduction : Kusanagi ! Aïeuh ! Putain, j'vais encore avoir une bosse !!*

Oui, car avec une main nous écrasant la moitié des dents, on ne parle pas très bien ...

- Ta gueule du con, tu vas nous faire repérer.

*Imbécile ! Tu m'aurais pas frappé, j'aurais pas gueulé ... Non de Dieu, ce que ça fait mal aux cheveux ...*

- AHHHHH !! Tant qu'on y est, je devrais même t'égorger sur place comme ça on aura au moins un problème de régler, espèce de chouette mal empaillée... qu'est-ce que ..?


- Calme-toi, Kusa. En ce moment, on a besoin d'aide et n'importe qui du moment qu'il est un forban, devrait pouvoir faire l'affaire. À ce que je vois, vous vous connaissez déjà ? C'est quoi l'histoire ? Vous êtes des anciens amoureux ou quoi ?

*C'est qui elle, qui nous traite d'amoureux ?!*

- Mais ta gueeeuuleeeuh !!!!

BIM ! Gros coup sur la tête !

-Bouahah ! Éclatais-je de rire en voyant la tête que tirais Kusanagi !

- Respecte tes ainés, combien de fois dois-je te le dire ?

*Mais c'est qu'il se fait dominer, le Kusanagi ! Pensais-je en tentant d'étouffer mon rire pour ne pas trop nous faire remarquer*

- Aiiie ! Tu ferais mieux de me laisser déplumer ce traine potence, car il ne va rien nous apporter. On peut s'en sortir rien qu'à nous deux, on a besoin de personne d'autre.

-Ouais ouais ouais, en attendant c'est pas à toi seul que revient la décision.... Alors, tu permets. Veux-tu bien me décliner ton identité, jeune homme ?

-Hein ? Moi ? Disais-je en me relevant, les yeux en larme tellement j'avais rigolé. Je m'appelle Zarechi Ozuka, M'dame ! Et juste pour faire chier Kusanagi, j'accepterais volontiers de vous aider !


Je n'attendais que de voir ce qu'ils allaient faire de moi ! Cela dit, une occasion de leur montrer ce que je valais est apparue bien plus vite que je ne le pensais ! Je devais être quelque peu trop bruyant dans mes rires et une petite troupe de marine est apparue avec leurs : « Halte-là ! » et compagnie. Ni une ni deux, je leur sautais dessus, les deux lames de mes sabres vers son torse. Cela dit, un autre sabre vint se placer perpendiculairement et entre les miens. Et ce sabre, je ne le connaissais que trop bien ...

- Reste pas dans mes pattes, espèce de bretteur de mes deux !

- Qu'est-ce qu'il y a gamin ? T'as entendu Marianne, respecte tes ainés !

-Le jour où je te respecterais, se sera parce que je t'aurais tué d'une manière tellement spectaculaire que ça aura fait monter ma reput' en flèche, trou d'uc !

-Pas un geste !

-Ta gueule, toi ! On parle, tu vois pas ?!

Nouveau coup synchronisé de notre part. On était tellement énervés que tout les marines du coin y était passé en l'espace d'une seconde. On ne serait pas ennemi, on ferait un duo imbattable ! Même ce foutu Mizukawa n'aurait pas une chance !

-Encore dans mes pattes, pirate d'eau douce ?

-C'est toi qu'est dans les miennes, je vais t'occire !

Marianne arriva par derrière et nous asséna à tous les deux un coup qui nous fit bien baisser la tête.

-Bon, ça suffit vous deux ?!

-Désolé, M'dame ...


Dernière édition par Zarechi Ozuka le Lun 18 Nov 2013 - 21:08, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validationshttp://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
avatar
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3300
Popularité: -225
Intégrité: -170

Lun 18 Nov 2013 - 8:38

Comment dire… Ce qui semblait être une citerne à flotte percé commençait à ne plus avoir la même force. L’eau commençait à se tarir et mes débattements pour nager ne servaient plus à grand-chose. En fait, je sentais une résistance plus forte. Ma nage c’est stoppé dans l’amas de boue qui était maintenant apparu me bloquant de toute ma longueur et me rendant invisible pour ceux ne m’ayant pas vue avant. Mon exaspération était présente…

Face à la pluie de balles et autres explosions, notre capitaine, la nouvelle tête et shiro sortirent de leur trou. A ce moment, l’âme de Porco s’envola de nouveau en voyant sa déesse et il se précipita vers elle alors que cette dernière tentait de disparaitre. Ne comprenant pas la fuite de sa bien aimé il la pourchassa avec vigueur en criant son amour au travers des branchages...

Natacha voulut suivre le pas, mais en voyant ma difficulté elle fit demi-tour… Elle ressentait l’obligation de le faire alors qu’il y a quelques jours, elle aurait sans doute laisser ma pauvre carcasse là où elle était en se disant que j’arriverai bien à m’en sortir…  Mais là, non, elle m’aida et nous le savions pas encore, mais la marine allait débarquer d’un côté tandis qu’un duo très spéciale allait arriver de l’autre. Arrivant tant bien que mal à me relever j’étais un véritable coulis de terre meuble me rendant méconnaissable.

Tout d’un coup, des haltes s’écrièrent nous sommant de ne plus bouger… La justice venait de faire son entré. J’ai eu le droit à des insultes aussi pour ne pas m’être arrangé à sortir de ma mouise tout seul et ma seule et unique idée fut des plus étranges…

Ulcky : Je suis Bio Ulcky ! Mwahahahahah !

En me retournant, je ressemblais à un monstre des marais plutôt qu’à un dangereux pirate. La peur et la surprise s’empara des plus faible de cette équipe de justicier et j’ai lancé une vague de feu en leurs direction pour nous cacher.  Bien entendu, ils répondirent avec des coups de feu ce qui m’obligea à me plaquer à nouveau au sol et couchant Natacha… Derrière nous, des bruits de lame esquivaient les balles avec une habilité incroyable ! C’était nos nouveaux ennemis déjà bien trop proches de nous. Pris en tenaille sur le papier, mais surtout trois équipe ennemis sur un même champ de bataille.

Laissant la fumer et les flammes se dissiper, nous nous sommes relevé pour devenir le couple de Bio créature. En se regardant en chien de faïence, j’ai continué mon spitch sur ma nouvelle forme ultime. Nos trois groupes se dessoudèrent ensuite pour se lancer les uns contre les autres… De notre côté, j’allais en direction de la marine et Natacha semblait aller du coté de notre nouveau duo tous prêt à en découdre... Nous n'avions qu'une chose a faire, trouver une ouverture pour fuire dans la même direction que nos compreres. Mais encore fallait-il pouvoir le faire maintenant que le combat était engagé...
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 25 Nov 2013 - 16:55


Au bas de la falaise, près du réservoir d'eau.

Att... attendez... attendez... attendez-nous bordel... Ah bah quand même...

Si Oroshi et Ryuu sont arrivés seuls sur les lieux, ce n'était certainement pas voulu. Tout simplement qu'ils n'ont pas eu la patience d'attendre que les dix forbans les suivant rattrapent leur retard. Les ordres de Saito n'attendent pas. Surtout pas une bande d'incapables. Vany Kerk, à la tête de ce petit groupe de pirates malchanceux, cesse sa course incessante quand il aperçoit finalement les silhouettes des deux Nan. Respiration saccadée, mains sur les genoux, suant à grosses gouttes, il tente péniblement de reprendre son souffle. Tout comme le reste de ses compagnons. Ils n'ont pas dû mettre plus de cinq minutes pour descendre jusqu'ici. Normal d'être  crevés. Compréhensible, mais pas le temps de se reposer. La voix d'Oroshi rompt le silence.

Nous arrivons trop tard, ils prennent la fuite. Rattrapons immédiatement cette garce.
En avant les gars.
Que... quoi... déjà ?!


Et le groupe s'élance à la poursuite des Ombres, devançant de peu l'unité de Marine dirigé par Stamthan.


Pendant ce temps, en haut de la falaise.

Ils prennent la fuite, encore. Par l'Est. Ils n'iront pas bien loin avec Ryuu et Oroshi les poursuivant. On descend. Par ici. Contournons-les.

Et c'est l'intégralité de l'équipage des Titans qui s'élancent, décrivant une large boucle dans leur progression, afin de couper toute retraite aux Ombres le plus tôt possible. Ces mêmes Ombres qui perdent de l'avance sur les deux adolescents, avec une Léténa en difficulté ralentissant leur avancée. La confrontation entre les deux équipages semble plus imminente que jamais.


Au même moment, en pleine forêt.

Le Commodore Jazon Stamthan n'a pas hésité un seul instant à dévier de sa trajectoire quand les cris de marines se sont élevés non loin de leur position. Des cris dans un premier temps destinés à ordonner l'arrêt de tout mouvement. Puis des cris d'agonis. Il hâta immédiatement ses hommes pour arriver sur les lieux. Le spectacle qui s'offrait à lui, le fit grincer les dents et serrés les poings. Un massacre.

Son attention se reporta sur le trio supposé responsable de tout cela.

Ordures... TOI ! ZARECHI OZUKA ! Enfoiré... je n'aurais jamais dû commettre l'erreur de te laisser t'échapper de mon navire ! Pour la mort de ses hommes, tu paieras ! SOLDATS ! Je ne veux pas que l'on capture ses criminels, tuez-les !

Et sur ces mots rempli de haine, il sort de son fourreau son sabre et se place face à Ozuka, déterminé à en découdre pour de bon. Pour cela, il n'hésite pas à user du Rokushiki. D'un Soru maîtrisé, il disparaît de ton champ de vision pour réapparaître dans ton dos, avant de donner un coup net du tranchant de sa lame. Son autre main ne reste pas immobile. Aussitôt le coup donné, il projette à grande vitesse l'un de ses doigts, pour te percer la peau à trois reprises. Shigan.

Durant ce temps, ce n'est pas moins d'une quarantaine de soldats qui tentent d'abattre Kusanagi et Marianne.
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Mar 26 Nov 2013 - 0:52



1) Reverse Moutain:
 

Image explicative de la situation:
 

Il faut se rendre à l'évidence. Mes nakamas n'ont pas les mêmes capacités que Kusanagi ou moi-même. Léténa perd ses forces. Ce n'est qu'une gamine. Je me sens dans l’obligation de lui tendre la main à mon tour. On s'accorde malgré l'arrivée prochaine des deux adolescents une petite pause pour examiner de plus près, les blessures de la nouvelle Ombre. De toute façon, courir ne rime à rien. Il faut profiter de ce moment pour reprendre nos souffles, mais j'ordonne à tout le monde de rester sur le qui-vive. Un affrontement entre plusieurs factions semblent être inévitable. Le destin en a décidé ainsi? Alors, il nous faudra nous y préparer. J'adosse la petite contre un tronc. Je m’accroupis à côté d'elle et je la regarde.


    Hé, Léténa. Je t'interdis de mourir. Tu m'entends? Après tout ce que tu as fait pour moi, tu ne peux pas me lâcher. Accroche-toi à tes rêves. Rappelle-toi de ce que je t'ai dit. Je tiendrai ma promesse pour tout le monde et pour toi aussi. Tu fais partir de mon équipage, maintenant. D'accord?


Je ne suis pas médecin, mais j'ai côtoyé des gens qui l'étaient. Et j'ai toujours su survivre dans beaucoup de situations plus ou moins similaires. J'examine les plaies de la louve. Mes nakamas surveillent normalement les alentours. Sans attendre, j'arrache un pan de mes vêtements de Marine et j'applique sur le torse pour faire comme un bandage. C'est toujours mieux que rien.


    Depuis quand tu penses aux autres? Abandonne-là! Elle ne te fait que te ralentir et tu y risques ta vie. Pense à ta gloire, à ton avenir de Déesse.


Jamais. Il est hors de question de laisser mes amis en arrière. Mon équipage fait partie de moi. Et inversement. Plus jamais je veux revivre la tragédie de Reverse Moutaine1. Cela dit, cette voix n'a pas tort sur un point. Depuis quand je pense aux autres? Sans doute lorsque j'ai comprise que je ne peux pas laisser tomber un proche. Je constate vaguement que mes attitudes ne sont plus les mêmes. Où est passée la femme cruelle? Je suis plus souciant des autres, ce qui ne m'est pas habituel. Mon caractère change sûrement parce que j'ai peur de ne jamais retrouver mes enfants. J'espère vraiment les revoir. C'est comme si je deviens peu à peu humaine. Seulement, j'ai toujours cette voix pour me rappeler qu'elle est là et elle ne cesse de me dicter mon devoir de Déesse... Au diable cette folie! J'en ai trop souffert.

J'explique avant de repartir qu'il serait temps de trouver un refuge. Mais tant qu'à faire, autant chercher le navire de cet équipage pirate. Ainsi, cela nous permettra de reprendre la mer rapidement et sans en construire un. Les grottes ne suffiront pas à nous cacher. Il y en a-t-il un qui se dévoue pour porter Léténa sur ses épaules?

Malheureusement, on n'a pas le temps de partir. Les deux gamins de l'autre équipage arrivent à l'instant. Ils sont pour l'instant que deux. C'est pour moi qu'ils se déplacent avec acharnement. Au moins, ceux qui ne souhaitent pas se battre ou qui n'ont pas la force, peuvent partir en avant. Quant à moi, je me tiens face à ces gosses. Je ne regarde pas en arrière. Je fais confiance à mes nakamas.


    Trouvez le point de rendez-vous et protégez la zone. Nous autres, on s'occupe de ces chiens.


Les dix hommes arrivent essoufflés, juste derrière les mioches. Mes nakamas qui restent avec moi font également face à l'adversité. Qui commence? Je me prépare à toutes les attaques possibles, en particulier, à une pluie de plomb destinée à me ralentir. Mais d'un autre côté, je ne reste pas sans rien faire. Je me concentre pour faire quelque chose de compliquer. Je veux influer du magma discrètement sous le sol, le diriger ensuite vers mes deux cibles, puis, l'expulser hors de la terre à la manière d'un geyser. Seulement, tout ce qui se réalise est visible. Je maîtrise tellement mal mon pouvoir, que le magma s'agglutine comme une marre autour de moi. Je demande alors aux personnes de mon camp de prendre leur distance.

Hm, changement de plan. Je tente une offensive. Toujours avec mes nouvelles capacités, je transforme mon bras droit en lave et je me concentre très fort pour propulser le poing de manière à ce qu'il se détache et fuse droit devant sur mes cibles. Malheureusement, le magma sortit de ma main, mais pas comme je le voulais. Il coule comme une pâte...


~~ Page 4 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor


http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3300
Popularité: -225
Intégrité: -170

Mar 3 Déc 2013 - 14:11

En revenant vers l’équipage, ma première réaction fut… Wha !!! Non mais vous avez vu la patronne ??? Moi qui voulais me la raconter avec mes deux coquillages magiques… Et bien loupé. Voilà qu’Aoi revenait en femme-lave. Le genre de pouvoir qui te mettant la haine juste en regardant.

Elle avait entre ses mains un incroyable pouvoir qui ne demandait qu’à se développer… Et puis avec le temps, ce serait une super bonne planque les ombres… Kusa qui tacle tout, Aoi qui annihile tout et moi derrière qui cris très fort sans me forcer… L’idée me plaisait de plus en plus et calmait un peu ma jalousie de ne pas avoir mangé un truc comme ça. Un jour j’aurais un fruit… Oh oui un jour j’aurais un vrai fruit de malade qui tue tout…

Bon revenons à nos moutons ! Ou plutôt à notre situation. Aller vers la mort ou fuir avec un blesser…

Ulcky + Porco : J’emmène la nouvelle !

Ulcky + Porco : Non ! C’est moi !

Ulcky + Porco : Mais je vais te…


Après avoir croisé le regard de braise de la patronne, et ce, au sens propre, on a embarqué la jeune femme troué pour aller en direction d’un bateau…  Mais un bateau inconnu… Et un bateau qui n’avait pas de position connu. D’après la patronne, il fallait aller tout droit, au plus simple. D’après Porco, il ne fallait pas l’écouter car à chaque fois on tombait sur une bande d’hurluberlu et d’après moi… En fait je ne pensais pas assez pour aller aussi loin dans la réflexion. Alors j’ai couru tout droit en donnant des coups d’Axe dial pour nous faciliter la progression.

La jeune femme respirait mieux mais ne semblait pas vraiment encore sorti d’affaire. Après avoir regardé un peu mieux, je me souvenais de son visage… Je l’avais déjà croisé une fois et je lui avais déjà introduit mes doigts… Bref… Je ne sais pas si elle se souviendrait encore de moi, mais pour le coup c’était la deuxième fois que j’allais lui sauver la vie.

A trop regarder la petite, j’en ai oublié d’être attentif et une branche en travers de ma route vint me faire tomber tête en arrière au sol. Heureusement Porco était là pour soulager la chute, mais bon… Le choc réveilla notre belle qui pointait du doigt une curieuse plante.

Ulcky : C’est pas le moment de faire cueillette ma grande, alors zou…

En voulant la reprendre dans mes bras, elle me pinça l’aine… Vous savez, cet endroit fin et sensible proche des bijoux de famille… Arrêté net dans mon élan, je n’ai pas voulu la contrarier. Elle me murmura des mots incompréhensibles… Mais qui m’avait fait pensé à Pilili et à ses étrange potions magique fait à base de plante et …

Mais oui ! Léténa devait connaitre des trucs sur les plantes et vouloir me l’indiquer. Temps perdu pour temps perdu, on allait lui préparer sa chose… Au début on a voulu lui faire manger directement, comme un lapin. Mais ma douleur à l’aine s’accentua, puis on voulait lui faire un thé, mais pas d’eau ni de feu… Après j’ai pensé à en faire de la pâté, genre en l’écrasant avec des cailloux et là, ma douleur disparu. On lui a appliqué sur sa plaie et resserrant son pansement.

Nous voulions repartir, mais des bruits derrière nous, nous ont obligés à nous cacher tant bien que mal… Sans savoir si c’était un allié ou un ennemi qui se pointait…
avatar
Kusanagi

♦ Équipage : Les ombres du chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 5173
Popularité: -332
Intégrité: -319

Jeu 5 Déc 2013 - 13:14

Bougre de faux jetons à la sauce tartare, qu'est-ce que... ?
Nous avions finalement été découvert par l'escouade de la marine et compte tenu de l'expression du chef de la bande, on était surle point de passer un sale quart d'heure. Par ailleurs, il semblait bien que je n'était guère la seule personne à vouloir la tête de ce zouave interplanetère de Zaréchi, car  le commodore aussi, voulait bénéficier de cet honneur. Ahh ! Enfin une bonne nouvelle qui me faisait sourire jusqu'aux oreilles. Au fond de moi même, j'avais un rire démoniaque avec ce sourire pervers sur mon visage tandis que j'imaginais le pauvre Zaréchi se faire buter sous mes yeux. Ahh ! L'extase.


" Claang ! "


Un coup de sabre de la part d'un des soldats de la marine que je venais de parer avec ma précieuse lame, me fit revenir sur la terre ferme. Je le repoussai vers l'arrière avant de l'assomer avec un violent coup de poing au niveau de la tempe. L'instant d'après nous fument encerclés par pratiquement tous les soldats de la marine tandis que Marianne et moi étions debout l'un contre l'autre essayant de couvrir nos arrières.

- Bordel de merde, alors là, ça ne va pas être facile.

- Je ne te le fais pas dire... Une idée en particulier pour nous sortir de ce merdier, le jeunôt.

- Pas exactement, mais j'ai une technique qui devrait normalement pouvoir faire l'affaire.

-  Je t'en pris, prend surtout ton temps, c'est pas comme çi on en manquait de toute façon. smshhhhh !

- De l'ironie, hein ? Tsss ! Très drole. Occupons nous plutôt de ces loups garou à la graisse de renoncule, c'est mieux.

- Hallelujah !! La messe peut enfin commencer
A peine avait-elle terminé sa phrase que cette foule de soldat de la marine se jetaient sur nous en faisant en choeur un cri de guerre qui illustrait leurs volontés à nous tailler en pièce. Armés de ses deux armes à feux, Marianne ouvrit aussitôt le bal, descendant ainsi à peu près une dizaine de soldats avant d'être forcée à s'adonner aux corps à corps en utilisant le sabre d'un des ses victimes. Quant à moi, je me contentais d'acceuillir les adversaires à travers des parades, des feintes et des contres attaques qui me permirent d'en tuer 6 personnes. Cependant, ils étaient trop nombreux et ce ne fut qu'une question de temps avant de me faire lacérer le dos ou de me faire couper au niveau de l'épaule par des soldats qui échappaient à mon champ de vision. Punaise, il fallait vite trouver un moyen.

- SUPA MIND TRICK !!

M'écriais-je avant qu'une chose époustouflante se passa sous les yeux ébahis de nos adversaires. En effet, en faisant usage d'une technique qui me permettait de créer une illusion d'optique destinée à déstabiliser l'adversaire, en se déplaçant si vite que l'oeil ne pouvait pas décomposer le mouvement, une quinzaine de Kusanagi se trouvait désormais sur les lieux comme par magie, sauf que seul l'un d'eux était le vrai moi. Je passais ainsi avec une vitesse instantanée à travers les rangs de l'adversaire qui croyaient avoir à faire à des clones et ne fendaient que de l'air (Les illusions optiques), pour trancher et tuer toutes les personnes à ma portée. C'était incroyable.

Ainsi au bout de quelques instants, sur les 40 soldats de la marine, il ne resta que 19 en comptant aussi les victimes de Marianne qui en passant s'en sortait pas mal avec quelques inconvénients comme par exemple la blessure un peu profonde au niveau de son flanc droit. Cette dernière voyant que le commodore était de dos face à lui, tendit son pistolet vers sa direction et " Baang !" tira un coup de feu qui atteignit l'épaule de la cible. Argh ! Gemissa de douleur Stamthan qui se tourna de rage vers Marianne et se retrouva à l'espace d'une seconde face à elle. La pirate essaya de tirer à bout portant sur le commodore, mais ce dernier empoigna l'arme qu'il pris des mains de la jeune femme avant de l'envoyer par terre avec un coup de pied au niveau du ventre. Il brandit par la suite son sabre au niveau du ciel et s'apprêta à faucher la vie de la pirate :

" CLAAAANG ! "

Une chose vint cependant contrer les plans du commodore. En effet, son sabre qui s'apprêtait à s'abattre sur Marianne fut paré à temps par mon meitou et nos deux lames se rencontrèrent dans un violent choc métalique dont les étincelles qui en résultaient, témoignaient de nos puissances respectives.

- Pas si vite le Macchabée d'eau de vaisselle. Zaréchi, je veux bien. Mais Marianne ? unnh ! Personne ne touche à la famille.


Dis-je à travers un ton arrogant avant que l'on ne se repousse mutuellement.

- Et moi qui t'aimais bien, parce que tu allais me débarasser du boulet qu'est Zaréchi. Tsss ! Je vais malheureusement devoir te faire la peau... Quel gachi.

A peine avais-je terminé ma phrase que je fonçais vers lui, la lame tenu en horizontale prêt à le découper en deux.
http://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personnehttp://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
avatar
Zarechi Ozuka

♦ Localisation : Là où tu viendras pas me chercher !
♦ Équipage : Ombres Du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3820
Popularité: -232
Intégrité: -140

Jeu 5 Déc 2013 - 21:24

Fallait s'y attendre ! Le vacarme produit par notre altercation avec les marines avait suffi à rameuter toute la garnison de marine. Y compris cet homme, que je n'avais pas vu longtemps, mais qui semblait assez m'en vouloir !

-Ordures... TOI ! ZARECHI OZUKA ! Enfoiré... je n'aurais jamais dû commettre l'erreur de te laisser t'échapper de mon navire ! Pour la mort de ses hommes, tu paieras ! SOLDATS ! Je ne veux pas que l'on capture ses criminels, tuez-les !

Pourquoi tant de haine ?? Je ne suis qu'un pauvre pirate parmi tant d'autre ! Bon, j'ai tué une petite partie de sa garnison et causé pas mal de veuves et d'orphelin, mais c'est qu'un détail ! Les marines encerclèrent immédiatement Kusanagi et Marianne, mais Stamthan resta immobile devant moi, avant de disparaitre de mon champ de vision soudainement ! Où était-il passé ? Je le su dès que je sentis son sabre me déchirer le dos et l'équivalent de trois balles me transpercer les côtes. Pourquoi l'équivalent ? Car je n'ai entendu aucun coup de feu, ni aucune brûlures liées à la poudre. Je me retournais, main sur l'articulation touchée et constata que son index était ensanglanté. J'avais déjà entendu parler des pouvoir que les marines se passaient de générations en génération, mais je n'aurais jamais cru devoir en faire les frais un jour ! Et encore moins de deux en moins de cinq secondes ! La douleur me parcourait le dos et un gigantesque frisson me parcourus. Je ne bougeais plus et je sentais un léger sourire esquisser mon visage ... Un sourire sadique ... Non ! Je devais résister ! Si ce démon ressort, qui dit qu'il tiendra sa promesse et écoutera mes pensées ! Il se jettera peut-être sur Marianne et Kusanagi et les tuera peut-être ! Bon, pour Kusa', je m'en tape, mais la pauvre dame n'avait rien demandé. C'est donc d'un grand coup de psychologie que je m'empêchais de me transformer.

-... On dirait que ça t'as pas suffit, tu arrives encore à sourire comme un niais ! Viens tâter de ma lame, pirate !

Il recommença son Soru, mais le même piège ne marchait pas deux fois sur le même homme, je sautais donc dans les airs et effectua une sorte de vrille durant laquelle je laissais dépasser mes sabres, fraichement dégainé de nouveau. Je pus uniquement voir la légère giclée de sang, mais pas l'homme. Je retombais sur mes pieds, regarda l'homme devant moi, avec sa coupure sur l'avant-bras, en léchant son sang présent sur mon sabre.

-Problème ? Hehe ...

Mon dos me fit légèrement froncer le sourcil droit. Ce qui fit signe au Commodore de relancer l'assaut de son Soru. Tout doigt dehors, il revint planter son index encore plus puissamment dans mon bassin, du côté gauche. Sa vitesse était trop grande ! Seul Family Soul pouvait égaler cette rapidité, mais j'étais trop effrayé pour l'utiliser ! Pourtant, il voulait sortir, le bougre ! Mais je lui montrais de nouveau que c'était encore moi qui commandais ! Stamthan retenta un Soru suivi d'un Shigan, mais un réflexe de ma part vint lui faire bouffer une retournée de mon coude en pleine mâchoire. L'homme se retrouva plus que violemment fracassé au sol, coupé dans son élan monstrueux. Je continuais mon mouvement de rotation et tenta de lui planter mon sabre dans le ventre, mais celui-ci fit un bruit de métal au contact du ventre de l'homme et seule la pointe se planta légèrement, réussissant juste à déchirer ses vêtements. Tekkai, parait-il ! Bordel de merde, 3 sur les 7 ... Jusqu'à combien un seul commodore tel que celui-là pouvait-il avoir de Rokushiki dans sa manche ? Il se releva en me plaça un magnifique uppercut dans la mâchoire. Les vibrations provoquées par ce coup fit vibrer tout mon corps, réveillant une par une chacune de mes récentes blessures. Je ne pouvais plus le stopper, mais de toute manière, je n'en avais plus l'envie ... Si je ne le libérais pas, je mourrais. Je tombais au sol, soulevant les quelques feuilles mortes présentes autour de moi et attendis. Stantham se rapprocha de moi et sorti une paire de menottes. Lentement, d'un geste faible, je vins lui empoigner légèrement la cheville.

-Ne cherche pas de pitié pirate … Tu as tout perdu à partir du moment où tu t’es tiré de mon navire !

-Je ... Ne cherche pas de pitié ... Je cherche seulement ...

Des flammèches commencèrent à sortir de mes entailles, les cautérisant de moitié.

-Ta souffrance !!!!

Tout mon corps s'enflamma d'une gigantesque flamme bleue et je broyais et brûlais la cheville de mon ennemi, qui ne mit pas longtemps à se retirer.

-KYAHAHAHAH !! Je suis sortiiiiii ! Ça va chier des cactus, mon grand !! Tu vas regretter que ta pauvre mère ne se soit pas arrachée elle-même les ovaires, KYAAHAHAHAH !!!


Le vrai combat allait enfin commencer ! Avec Family Soul, j'allais enfin pouvoir rivaliser avec la vitesse de l'homme, malgré son Soru. J'utilisais d'abord l'effet de surprise pour lui carrer un magnifique coup de genoux sauté dans les côtes, brûlais ses pectoraux et l'envoyant traverser un arbre. Il semblerait que son Tekkai était solide, il s'en releva !

-Homerun ! Kyahahaha ! Elle vole bien, la mouette ! Et yaaaah !!

À peine s'était-il relevé que je fonçais de nouveau vers lui telle une locomotive en pleine vitesse. Il enclencha son Soru et une course-poursuite au-delà du mur du son commença. Il courait devant et je le suivais. Malgré ma nouvelle vitesse, je ne pouvais le rattraper. Il me distançait même quelque peu. Jusqu'à ce qu'il s'arrête et me donne un puissant coup de sabre, que je parais sans trop de difficultés, mais qui lâcha une gigantesque onde de choc aux alentour.

-Que t'est-il arrivé, pirate ? Dit-il en regardant son sabre gondoler sous ma chaleur.

-Rien ! Je viens juste de commencer à m'échauffer ! Je suis tout feu, tout flamme ! Kyahaha !!

Au loin, on pouvait entendre les cris des soldats en train de se faire massacrer et il fallait croire que le Commodore les avait entendus aussi, car il courut aussitôt vers la boucherie. Bien entendu, je le suivais silencieusement ...

-Reviens-là, mouette mouillée ! Kyahaha ! J'vais te faire cuire à petit feu !

Quand je parlais de boucherie, ce n'était pas un euphémisme ! Des cadavres jonchaient le sol lorsque je rejoignis Stantham. Cela dit, il n'eut même pas le temps de dire « Ouf » qu'une balle lui traversa l'épaule. L'auteur de cet acte ? Marianne, qui avait été prise dans la folie du combat avait tiré en notre direction et avait touché le Commodore. Acte prémédité ou pur hasard ? Seul elle le savait. Cela dit, le gradé de la marine ne laissa pas cet acte impuni, il alla jusqu'à la fille et lui arracha son arme avant de lever son sabre, légèrement déformé par la dernière offensive, mais bloqué par Kusa'. Je marchais, sabre droit sur l'épaule, en direction de mon rival.

-Eh, salopard, tu fous quoi la ? Tu veux que je fasse d'une pierre deux coups ? Kyahah ! Retire tes sales pattes de mon dîner immédiatement !

-Encore une de tes transformations bizarres ? Faut toujours que t'en fasses trois tonnes ... Et puis t'as qu'à mieux surveiller ta viande, si tu veux pas qu'on te la pique !

-Kyahaha ! Quoi ! J'avais envie de sortir, ça faisait trop longtemps que je pourrissais dans l'esprit de ce blanc-bec de Zarechi ! Tu sais pas ce que c'est, toi ! C'est sombre et y'a l'autre gros lard qui me colle tout le temps parce qu'il se fait chier ! Tu l'as déjà rencontré, je crois ! Kyahahah ! En attendant, je te reprends ÇA ! Disais-je en donnant un grand coup de pied dans les côtes de Stantham, qui vola quelques mètres plus loin.

-Je paris que je réussis à le buter avant toi ...

-Kyahah ! Gamin, t'aura même pas fait un pas qu'il sera déjà planté au bout de mon sabre. Mais je relève le défi ... 3, 2, 1, GO !
http://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validationshttp://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Mer 11 Déc 2013 - 14:49


Je suis comme un spectacle. Ça fait rire. Et ils rient. Ils profitent de petit instant pour se moquer de moi. Des secondes de honte trop longues. Ils payeront pour ça! Et dire que je dispose en moi un pouvoir incomparable. Seulement, rien de ce que je produis ne ressemble à une démonstration de force incomparable. Ça m'énerve. Je suis à la fois déçus et en colère. Je vais bien finir par y arriver, non? Je sais que je ne suis pas une Déesse, mais j'ai en moi l'équivalent.


    Vraiment? Alors, prouve-le!


J'ai du temps devant moi pour me concentrer. Rira bien qui rira le dernier, comme on dit. Je chasse toutes mes pensées. Je fais le vide en moi. Je n'entends même plus mes nakamas tout autour, ni même les deux gamins en face de moi et leur compagnon. Rien. Même pas cette voix dans ma tête. La lave coule toujours depuis mon corps et forme une flaque qui augmente encore en taille. Je sais que lorsque les amusements seront terminés, mes ennemies s'acharneront illico à me refaire le même coup dans les ruines. Je dois alors frapper vite et bien. Et pour ça, je tente de réaliser la technique que j'ai en tête.

Pendant ma méditation, Natacha hésite encore à prendre de l'avance pour attaquer nos adversaires. Elle n'en revient pas que je sois une femme-magma. Elle a prise une bonne distance de ma position. À côté de moi, la végétation imprégnée dans le liquide pâteux prend automatiquement feu. Doucement, mais sûrement. Les flammes sont là, mais ne monte pas assez haut. Il y a encore trop d'humidité à proximité. À ne pas négliger, donc.

Mes adversaires cessent leur enfantillage et me bombardent à nouveau. À quoi ils jouent? C'est trop tôt. Leur chef n'est même pas là pour me frapper. Ça, j'ai bien retenue la leçon. Je suis déstabilisée un court instant. Pendant les tires, j'étends alors ma main droite vers mes cibles en pensant très fort à nouveau à ce que je veux faire. À ma grande surprise, venant de mon bras, un mur de magma se forme alors instantanément. Une paroi entre le solide et le liquide part loin devant moi. La lumière rouge flamboyante illumine les environs. Cette muraille s'étend au maximum. L'extrémité vient même bouleverser les rangs adverses, jusqu'à en tuer quelques uns. Leurs boulets me touchent et explosent à côté. Mais je m'en fiche. Mon corps se reconstruit. Natacha comprit alors que j'ai mangé un Fruit du Démon. Toutefois, elle veut absolument partir, car ça devient trop dangereux de rester ici. De plus, je suis moi-même une arme contre mon propre équipage si je ne me maîtrise pas.

    Capitaine. Il est temps de partir. T'arriveras pas à leur tenir tête. Regarde-toi, même avec un logia tu fais de la merde.

Elle a raison. Ma volonté est là, mais le reste non. Je ne cherche pas plus loin. Je m'entraînerai un autre jour avec ce nouveau pouvoir. Alors, on fuit durant que les ennemis reprennent leur esprit. Une flaque magmatique nous les sépare. De plus, je laisse derrière-moi le mur de magma encore chaud. Il tient encore, mais il coule. Il gêne temporairement leur progression vers nous. Le feu est toujours là aussi, mais ce n'est pas encore dramatique. Il est encore tôt pour que la jungle se transforme en brasier géant. Mais ça ne saurait tarder. Pendant qu'on court vers la plage, je demande à Natacha plus de détail au sujet de notre équipage, car on ne peut pas quitter l'île sans être au complet! Si on garde bonne allure, on pourrait joindre celui de Léténa à temps.

La pente nous entraîne vers le bas. Cela dit, j'entends sur le côté comme un bruit de combat. Cela pourrait être le reste de mes nakamas. Mes enfants sont sûrement en danger!

    Il faut aller voir ce qu'il se passe là-bas.
    C'est peut-être la Marine contre l'équipage des autres pirates, laisse tomber.
    Non, on va voir ce qu'il se passe. C'est un ordre! Je veux revoir mes enfants, même si je dois risquer ma vie pour ça.
    Et nous on compte pour du beurre? Merci, ça fait chaud au cœur après tout ce qu'on a fait pour toi.
    Hé, je n'ai pas dit ça!

On fait alors un léger crochet pendant notre course vers la plage. De toute façon, pourquoi courir quand on ne sait même pas ce qu'il y en bas? Toutefois, on sait qu'Ulcky est passé par là, car on voit des marques de son passage. En parlant de trace. Malgré moi, à chaque pas dans la terre meule, je laisse une empreinte de lave. À chaque fois que je heurte un arbre, je tente de l'embraser. Puis, la végétation autour de nous fait le reste... Toutefois, l'incendie de forêt tarde à venir. La jungle est trop humide pour créer une barrière de flammes. Peut-être que l'incendie se déclare là où on a laissé les autres pirates plus facilement. Je reconnais avec joie mes nakamas. Ils sont accompagnés d'un autre que je vois pas qui s'est. Je constate que c'est la guerre avec la Marine, ici. J'interpelle mon sabreur pour savoir où est le reste de l'équipage.

    Hé, Kusa! Marianne! Où sont les autres? Et c'est qui ce gus?
    On a pas le temps de faire connaissance, capitaine. On doit y aller.

Un soldat qui me voit avertit son supérieur immédiatement.

    Commodore, c'est Aoi D. Nakajima. Elle est primée à 68M de Berries! On est dans la merde, déjà qu'avec l'autre à 5M de Berries, on n'arrive pas à le capturer...
    La Marine représente la justice, soldat. Rien ne lui fait peur. Prend courage et en avant! Regarde-moi. Soru!

Soudain, il disparaît. Je repense alors à Mogaba et à Davy. Mais je tiendrai bon, cette fois. Il apparaît juste à côté de moi et il s'écrie à nouveau avant de frapper.

    Shigan!


Il enfonce son index ensanglanté dans mon corps. Son doigt entre dans mon bassin, mais ma peau est du magma. Il réalise avec horreur son erreur. C'est trop tard, maintenant. Je peux tuer cet homme, mais je ne le fais pas. Par contre, je l'aide à pousser sa main jusqu'au bout. Puis, son bras aussi. Son membre plonge alors complètement dans ma chair. Il crie de douleur. Il crie parce qu'il a perdu un bras bêtement. Il rage. La lave lui ronge son membre en entier. Je souris.

    Ordonne à tes hommes d'arrêter le combat, de toute façon, ils sont presque morts.
    Aahh! Jamais... Nakajima. Aaah!! Plutôt.... mourir que de laisser... Ah! le mal se propager.... Vous êtes de la vermine... vous les pirates.
    Kusanagi et les autres, arrêtez de les massacrer. Il faut que le monde sache qui je suis. Je suis Aoi D. Nakajima. La future reine de ce monde. Je te laisse en vie pour une seule chose, Marine. Tu va dire à tes supérieurs que rien ne m'arrêtera désormais, rien ne pourra se dresser contre moi. Le monde peut trembler, car les Ombres du Chaos sont en route pour sortir de l'ombre. Ils sont en marche vers la victoire. Et tous ceux qui se mettront en travers de notre chemin de gloire, mourront.

Son épaule et ses vêtements prennent feu. Il sert les dents. Il hurle. Je le relâche alors pour pas le tuer malgré moi. Même sans ordre, les militaires ne savent plus quoi faire après avoir vu leur commodore dans cet état. Ils sont déboussolés. Visiblement, la Marine n'est pas au courante comme les autres forbans à mes basques.

    Si tu veux te battre contre de la vermine, il y a ici un autre équipage pirate. Et il semblerait que leur chef soit en colère contre moi, ahahaha. Tâche de ne pas crever contre eux. Je compte beaucoup sur toi pour annoncer ma venue sur Grand Line! Le monde doit savoir que rien n'arrêta le chaos des Ombres!

Je me retourne alors vers mes nakamas.

    En route.

On perd pas de temps et on file en direction de la plage.

    Reine? Ce n'est plus Déesse? Tu cherches le One Piece, maintenant?



~~ Page 5 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Aoi D. Nakajima le Jeu 12 Déc 2013 - 1:02, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant