AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Entrainement Rokushiki - Part I

avatar
Rai Zureksion
••• Agent du CP5 •••


Feuille de personnage
Dorikis: 1450
Popularité: 14
Intégrité: 13

Lun 11 Nov 2013 - 19:38


L’échec n’est pas envisageable. C’est ce que m’a dit mon chef quand je suis rentré de ma mission. Elle devait être simple. Trouver les cellules de propagande révolutionnaires et éliminer ces derniers. Cependant, il y a eu un problème. Je suis tombé face à un homme, El Corazone. Et à partir de là, les problèmes ont commencé. La suite n’est qu’un enchaînement de circonstances atténuantes.

Par chance, mon chef est compréhensif. Il me laisse une chance de me rattraper grâce à un entraînement intensif. J’accepte mon incompétence et je veux tout faire pour y remédier. Je ne peux plus représenter l’intégrité du CP à travers le monde, si je ne suis pas capable d’arrêter un simple criminel.

Pour toutes ses raisons, on m’a renvoyé en formation. Je suis avec les jeunes recrues. Je ne sais pas si je vais participer de nouveau à ses entrainements, ou si des nouveaux vont m’être dispensés. Alors, j’attends. J’attends l’arrivée de mon formateur, l’arrivée de mon sauveur. Je mise tous mes espoirs en lui. Je veux retourner sur le terrain, et le plus vite possible …

Trente minutes. Toujours personne n’est venu me chercher. Les recrues courent pour améliorer leur endurance. Moi, je suis en forme. Je pense être plus fort que la meilleure recrue du centre. Après tout, les missions ont continué à entretenir ma condition physique.

« Agent Rai ? »

Je me retourne instantanément et regarde l’homme qui vient de m’appeler. Il est plutôt petit, pas vraiment musclé et n’est pas physiquement impressionnant. De plus, sa calvitie naissante ne lui donne pas vraiment l’allure d’une terreur. Néanmoins, on peut ressentir une certaine force émanée de lui. Il ne faut pas se fier au physique et avec lui, cela s’applique parfaitement. Je sens qu’il pourrait me tuer en un instant. Mieux vaut ne pas le contrarier.


L’atmosphère est pesante, mais ça me plaît. Je sais que son entraînement va être de qualité. Il n’est pas n’importe qui après tout. C’est le meilleur agent du CP. Il maîtrise à la perfection toutes les techniques du rokushiki. J’ai la chance qu’il soit mon maître grâce à mon chef. Je ne lui serais jamais assez reconnaissant pour ce qu’il fait pour moi, et tout ce qu’il a déjà fait.

« Je suis Raoul, suis moi. On a déjà trop parlé. »

Et sur ces mots, nous nous sommes enfoncés dans les profondeurs de Marijoa. Le seul lieu d’entraînement véritablement digne de ce nom pour un homme tel que lui …


Dernière édition par Rai Zeruksion le Lun 11 Nov 2013 - 20:22, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t9555-fiche-d-un-immortel-rai-ze
avatar
Rai Zureksion
••• Agent du CP5 •••


Feuille de personnage
Dorikis: 1450
Popularité: 14
Intégrité: 13

Lun 11 Nov 2013 - 19:43


Le couloir est étroit et la lumière du jour n’arrive pas à percer. Des bougies éclairent la descente sur un intervalle régulier de quatre marches. Cette disposition laisse naître une obscurité entre elles. On continue de s’enfoncer sous la terre. Le couloir me donne l’impression de s’enfoncer jusqu’à son cœur. Je n’y ai pas vraiment fait gaffe jusqu’à présent, mais des têtes de mort sont dessinées de temps en temps. Elle signale au touriste qu'il s'est visiblement perdu. Ce n’est pas mon cas. Cependant, un léger frisson parcourt mon corps. Je ne me sens pas digne de son entraînement, pas digne de son temps. J’ai peur. Peur de le décevoir, peur de sa colère et peur d’échouer à nouveau.

Je suis dans mes pensées. Tellement, que je n’ai même pas remarqué que nous sommes arrivés au bout du couloir. Devant moi se dresse une porte métallique, voire même blindée. Cependant, elle est plus proche du coffre-fort que d'autre chose. C’est un bloc de métal manœuvré par un volant, un bloc de métal avec d'étranges déformations, le genre d'empreintes que provoquent des coups de poing venus de l'intérieur, des coups de poing capables de tordre quinze centimètres de métal...

Je suis stupéfait et en même temps apeuré. Je regarde Raoul. Il est fort et m’inspire le respect. J’aimerais avoir sa force pour combattre l’anarchie et l’insurrection. Si seulement j’avais eu sa puissance, je n’aurais pas échoué dans ma mission. Mais si je suis là, c’est pour devenir comme lui. Il ouvre la porte et pénètre à l’intérieur. J’ai peur de le suivre. Et en même temps, je suis tout excité. Je sais qu’une fois que je refranchirai cette porte, je serais un autre agent. Un agent capable de promouvoir la justice sur toutes les blues …

Je respire un grand coup. Un sourire s’affiche sur mes lèvres. Il est dû à ce sentiment de peur et d’excitation. Mon pied droit s’élance, très vite suivi du gauche. C’est inconscient, car c’est mon corps qui a décidé. Il a décidé de souffrir pour me permettre de devenir plus fort, ne plus échouer. Je viens de franchir la porte et cette dernière se referme derrière moi. L’entrainement va pouvoir débuter …
http://www.onepiece-requiem.net/t9555-fiche-d-un-immortel-rai-ze
avatar
Rai Zureksion
••• Agent du CP5 •••


Feuille de personnage
Dorikis: 1450
Popularité: 14
Intégrité: 13

Lun 11 Nov 2013 - 19:49


C’est une salle spartiate façon cellule ou appartement de moine, et face à la porte un fauteuil à bascule. Il me fait penser à un de ces vieux maîtres, qui vivent en reclus de la société. Sous une série de souterrains capitonnés, enfouis sous les profondeurs de la terre. L’entraînement sera de qualité, j’en suis certain. Il y a des signes qui ne trompent pas, comme l’état des parois à l'intérieur par exemple, ou la porte...

« Voyons voir ton état physique. Tu vas courir pendant cinq heures sous le même rythme. Tu demandes quel va être ce rythme ? C’est simple, le tour de la salle en 30sec. Action »

Je n’ai pas le temps de lui dire oui, qu’il a déjà claqué dans ses mains donnant ainsi le signal du départ. Je me mets immédiatement à courir. Après tout, mieux vaut commencer tout de suite que perdre du temps dans un blabla inutile.

Les tours de terrain s’enchaînent et les minutes défilent. La fatigue commence à s’accumuler dans mes membres me faisant ralentir et contracter mes muscles. Je passe de justesse à chaque fois, mais le temps lui ne ralentit pas contrairement à moi. Et bientôt, il va me dépasser faisant échouer mon exercice, me faisant mal voir par Raoul.

Je serre les dents. Je ne veux pas, je ne l’accepte pas ! La frustration ressentie ce jour-là, je ne veux plus la vivre. Certes, les conséquences d’un nouvel échec pour cet entraînement ne seraient pas aussi dramatiques, mais je ne le supporterai pas ! Alors je cours, avec pour seule idée mon échec et mon incompétence. L’idée de toutes ses vies brisées à cause de ma nullité. Je ne veux plus jamais ressentir un tel sentiment, une telle frustration. Mais mon corps a atteint ses limites, je n’arrive plus à avancer. Mes jambes sont lourdes, aussi lourdes que la pierre, que je finis par m’écrouler comme une loque au sol. J’ai une nouvelle fois échoué. Les larmes commencent à m …

« Cinq heures et trente-quatre minutes. »

Cinq heures et trente-quatre minutes ? Ai-je bien entendu ? J’essuie ce début de larmes et fixe Raoul. Je n’y crois pas. Fait-il ça pour me remonter le moral ? Il n’a pas besoin de se rabaisser à mon niveau, je n’en suis pas digne. Je lui inspire autant de pitié que ça pour me camoufler la vérité ? Mes yeux lui crient mensonge, et il le comprend. Il me montre alors le chrono dans sa main et effectivement, il indique bien le temps annoncé. Je n’en reviens pas. Un sentiment de joie me submerge et un sourire s’affiche sur mon visage en sueur.

Il s’éloigne alors de ma vue. J’essaye de me relever, pour le suivre, mais je n’y arrive pas. Quelques secondes plus tard, l’homme chauve réapparaît face à moi armé d’une épée. Que compte-t-il faire avec cette arme ?

« N’ai pas peur. »

Pourquoi me dit-il ça ?  Et sans que je ne puisse lui poser directement la question, Raoul se met à armer sa frappe. Est-il devenu fou ? Il va me sectionner le buste en deux. Mon regard lui crie d’arrêter, mais rien n’y fait. La lame s’approche de plus en plus de mon abdomen. C’est la fin. Je ferme les yeux pour atténuer ma douleur.

Cling Cling.

Je rouvre les yeux et je n’en reviens pas. L’acier vient de se briser en deux parties distinguos. Je lève doucement mon cou afin d’observer mon abdomen. Et comme par miracle, je n’ai rien. Jute une petite marque rouge. Je suis stupéfait et Raoul le voit bien.

« Ton corps connaît dorénavant le Tekkaï, et il est déjà en train d’assimiler le Kami-E …»
http://www.onepiece-requiem.net/t9555-fiche-d-un-immortel-rai-ze
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1