AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


 Il y a le ciel, le soleil, et la mer...
avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Sam 14 Déc 2013 - 17:27

- Pyro Punch !

Proow !!!



- Pyro Punch !

Proooow !!



- Pyroooo.... PUNCH !

Prooooooow !!


La grosse traînée de flamme se dispersa dans le ciel. Une fois de plus. Troisième jour de traversée, et combien d'autres encore ? Au début du voyage, Grey avait passé son temps soit en cabine, soit dans la cale, avec les canons. Ca lui rappelait le temps avec les Bloody, où c'était alors lui qui supervisait tout ça. Mais n'ayant pas grand chose à faire de ce côté là, il avait commencé son apprentissage du logia du feu.

Le jeune homme avait de moins en moins besoin de penser à se contrôler pour éviter d'enflammer ce qui se trouvait autour de lui. Du coup, il avait pu passer au niveau suivant, développer ses capacités offensives. Ce qui lui était apparu de plus évident, c'était de projeter le feu par ses poings. Surtout qu'il avait déjà réussis involontairement à lancer cette attaque le jour où il avait découvert ses pouvoirs. Mais Grey savait aussi que la chance n'avait que peu de place en combat réel. Sans une maîtrise absolue de sa force, il ne servirait à rien. Donc...


- Pyrooooo.... P.

Flooosh !!!


Le pirate venait de se prendre un gros seau d'eau sur la tronche. Plus de flammes, coupé dans son geste, il avait pas l'air con.

- C'est pas bientôt fini, oui ?!

C'était le Capitaine du navire. Grand, un petit bide, la barbe noire grisonnante et le manteau bleu foncé avait un seau en main, l'air colère.

- Arrête tes conneries maintenant ! Je t'ai laissé faire joujou au début, mais là on va se calmer. On est pas sur les Blues ici, faut savoir se la jouer discret ! Et tes colonnes de flammes, c'est le genre qui se repère de loin.

- Mais si on se fait attaquer, on se défendra, non ? On est deux logia à bord, ça devrait le faire.

- Et comment on se défendra si le bateau a brûlé ?

- Comment ça ?

Le Capitaine pointa du doigt une zone noircie tout près de Grey. Noircie par... du feu.

- T'as même pas fait gaffe que tes flammes sortaient de toi pendant que tu balançais ton coup dans le ciel !

- Oh.

- Ouais, "oh". Alors quand tu seras sur ton bateau, tu feras ce que tu voudras. En attendant, t'éteins le gaz !

- Je... d'accord.

Et il partit. Laissant Grey seul, trempé, tandis qu'une partie de l'équipage le suivait du regard alors qu'il regagnait sa cabine pour se sécher.
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finie http://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
avatar
Rimbau D. Layr
Poète médit

♦ Équipage : Plus maintenant

Feuille de personnage
Dorikis: 5675
Popularité: -347
Intégrité: -183

Mar 7 Jan 2014 - 17:49

J’émerge à peine. Non pas qu’il soit très tôt mais mes dernières frasques avant de partir ont décalé mon carillon interne. Grey fait mumuse pendant que je sirote un délicieux vin croupi.

Les temps n’est pas farouche, il va pleuvoir des rimes dans mon calepin interne d’ici pas très longtemps.

Pendant ces trois jours j’ai pu un peu tâter le bâtiment sur lequel nous nous trouvons. Et c’est assez certain, il n’a rien de vraiment spécial. Un peu comme son capitaine, lisse et ventru comme tous ses congénères, adipeux et curieux comme toutes ses précédentes victimes.

« Une idée de notre date d’arrivée ? »


Ouais c’est pas une entrée en matière très respectable mais en même temps il a pu remarquer pendant ces poignées d’heures que j’étais pas le type le plus poli du coin.

«  Encore quatre jours de traversée si le temps nous laisse tranquille. Et espérons-le.
- Quelque chose ne va pas capitaine ? »


Je dis ça à cause de son front plissé et de ses yeux huileux. Tous les symptômes d’une méfiance gambergée.

« C’est juste que certains de mes hommes, disons qu’ils vous redoutent tous les deux. Surtout vous. On raconte des trucs pas folichons sur votre compte.
- Comme ?
- Des bêtises, comme quoi vous faisiez partie des échappés d’Impel Down, que vous en étiez le chef de file.
- Celui qui tire les ficelles ?
- Précisément.
- Vous devriez pas vous en faire, j’ai rien à voir avec tout ça. »


Son regard trahit son manque de foi dans mes propos. Sacré bonhomme. En même temps, s'il m'imagine dans la même veine que Red, je peux imaginer que je dois lui foutre un minimum la trouille.

« En tout cas c’est ce que vous déclarerez à partir de maintenant, pas vrai ? »

Dans mes pupilles brûle la flamme de l’intimidation, celle du type qui commence à se rendre compte de sa puissance latente. Je tourne les talons, on ne  m’embêtera plus. Pas sans représailles en tout cas.


L’après-midi est bien entamée. Le ciel est aussi nuageux que mon esprit un matin de cuite. Et je me balade sur les lieux, zyeutant du coin de l’œil le petit rougeaud qui hésite à présent à faire valser ses poings embrasés. Voilà ma cabine, le temps est venu d’écrire quelque chose.

J’avise mon crayon, pour les feuilles je sais bien où je peux les trouver à présent. Me manque plus...qu’une bonne douche. Une bonne douche ? Ouais, c’est ce qui m’accueille alors que je ramasse quelques affaires, à gros coups de seaux d’eau brûlante. Me voilà humide, vulnérable, aveugle alors que la porte se ferme brusquement, bien loin quand une énorme masse s’abat sur ma nuque.

« Occupez-vous du gamin maintenant. »


Vous êtes quelqu’un de retors capitaine, je crois que je vous aime bien.
http://www.onepiece-requiem.net/t4625-rimbau-d-layr-le-poete-qui-t-emmerde-termine http://www.onepiece-requiem.net/t5238-rimbau-de-toi
avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Sam 11 Jan 2014 - 23:19

Serviette balancée négligemment sur le lit, Grey chercha de nouveau vêtements. Etre mouillé sur un bateau, c'était pas cool. Un pantalon et un t-shirt propre plus tard, le jeune homme s'assit sur sa couverture. Il ne pouvait plus expérimenter le feu. Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir faire à présent ? Les mains derrière la tête, il s'affala de tout son long. Expiration prononcée. Il s'emmerdait.

*J'ai l'impression de revenir au temps où j'escortais les marchands sur les Blues...*

Les voyages en mer ne l'avaient jamais vraiment fascinés. Il préférait de loin se balader à pieds, en forêt. Sauf quand ça avait été avec les Bloody Sorrow. Là, c'était du sport. Une belle brochette de joyeux lurons à encadrer en permanence, le tout en évitant de finir comme eux. Mais c'était le bon temps... Quoi que les Bloody qui traversaient encore les mers ensemble devaient continuer leur insouciante vie de pirate. Et quand Grey les retrouverait, il serait plus fort ! Sauf qu'il ne pouvait pas s'entraîner avec son FDD... Retour à la case départ.

- A moins que...

Grey se redressa d'un coup. Il avait encore le moyen de progresser. Il possédait autre chose que son feu qu'il devait encore perfectionner. Son Haki. Il n'était toujours pas capable de le maîtriser à son bon vouloir. Il avait compris comment le déclencher, mais uniquement en combat, quand il était en semi état de transe lié à la concentration face à un adversaire doué. Il n'arrivait pas à s'en servir dans un moment normal. Pas encore...

- C'est le moment parfait pour s'y mettre !

Encore trois ou quatre jours à voguer, autant méditer ! D'abord, être calme. Ca, c'était bon. Il n'avait aucune raison d'avoir la pression. Ensuite, se souvenir des sensations... Ouvrir son esprit... Rechercher le contact avec ce qui l'entourait...

*Un cri de mouette... Elle tape à un carreau... je l'entends... Elle est...*

- Elle est à la fenêtre ! Bordel, dégage !

Grey bondit sur l'oiseau de l'autre côté du mur qui prit peur et s'éloigna rapidement.

- C'est pas possible ça...

Retour sur le lit. Les yeux fermés. Respiration lente. Détendu. Apaisé. Ca y est... Ca arrivait. Lentement, Grey avait la certitude d'entrer dans l'espèce de transe qui le faisait accéder au Haki. Il ressentait ce qui l'entourait. Non pas qu'il y ait grand chose à percevoir dans la chambre, mais c'était agréable de se repérer autrement que par les yeux ou les oreilles. Il fallait étendre cette sensation ! Comme avec Red, augmenter le rayon d'action du Haki. Ressentir tout ce qu'il se passait sur le bateau ! Mais comment arriver à ça ?

Intensifier sa concentration ! Aller chercher encore plus profondément en soi. Mais à force de creuser, Grey n'était plus sûr de savoir où se trouvait son esprit. Il n'arrivait plus à avoir de repère. A la fois en cabine mais... ailleurs... Il sentait autre chose. D'autres personnes. Des humeurs. Des pensées. Proches. Lointaines.


*Ma tête...*

Ce fut comme une explosion ! Il accédait à tout, tout le monde. D'un coup. Trop de choses. Faire le vide. Non. Pas possible. La douleur. Chasser le surplus. S'en défaire. Douleur. Résorber. Mais toujours trop !

- Aaaaarrgh !

Et silence. Plus rien. Le calme était revenu. Mais la tête de Grey bourdonnait. Comme après avoir reçu un coup de trompette trop fort de trop près.

- Aaah.... Aaaah... C'était quoi, ça ?

Ca n'avait rien à voir avec ce qu'il avait ressenti aux côtés de Red, ni après, sur Tortuga. C'était violent, instable... Comme à Impel Down... Le signe que ce n'était pas encore maîtrisé, alors ?


Toc, toc, toc


La porte. Grey se releva et... Se releva ? Il était par terre ! Et non plus sur son lit. Il ne s'en était même pas rendu compte ! A trop laisser vagabonder son esprit, on perdait le contrôle du corps.

Toc, toc, toc


- Ouais, j'arrive.

Debout, le pirate alla ouvrir la porte.

*Lancer le seau d'eau.*

Par réflexe, Grey se baissa dès que la porte fut ouverte. L'eau lui passa au-dessus de la tête.

- Qu'est-ce que ça veut dire ?

Grey n'était pas content, le gars en face le savait. Le genre matelot de base. Et il était paniqué. Sa petite blague avait raté. Le pirate saisit au col le plaisantin et le plaqua contre le mur dans le couloir.

- Ecoute bien. C'est pas parce que ton Capitaine a pu se permettre de m'en balancer que toi tu...

Flosh !


- Qu'est-ce que...

Un autre gars ! Avec un seau déversé sur le pirate. Celui collé au mur avait repris confiance. Il saisit Grey par la manche, écarta le bras, et colla un coup de poing au ventre. Suivi par un coup de seau sur la tête. Le Haki n'avait pas marché. D'ailleurs, il n'avait pas cherché à l'utiliser au début. C'était venu tout seul, naturellement. Mais s'il avait senti la première tentative, il aurait également dû repérer l'autre avec son deuxième assaut. Pourquoi, alors ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finie http://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
avatar
Rimbau D. Layr
Poète médit

♦ Équipage : Plus maintenant

Feuille de personnage
Dorikis: 5675
Popularité: -347
Intégrité: -183

Mar 21 Jan 2014 - 14:47

Grand Line, en mer quelque part près de l’île maléfique


«  Stan, range moi cet ustensile de cuisine tu veux !
- Mais non chef c’est une raquette, vous connaissez pas ? Je m’en sers pour jouer à un sport qui s’appelle le...
- Tu vas me ranger ça oui ! »




Harvey est furieux. Pas à cause de son incapable d’homme de main qui susurre des belles paroles à une petite balle jaune, mais plutôt parce que Sieg est en retard. A-t-il échoué dans sa tâche ? Ah ces pirates, même quand ils jouent aux indics ils ne valent rien. Stupide vieillesse qui l’handicape. Du temps de sa splendeur, un sale poète comme « l’autre » aurait été cassé en deux sans avoir eu le temps de commencer son sonnet.

Harvey râle et Harvey se souvient. L’attentat raté il y a une vingtaine d’années, le départ de Z pour aller chercher son stupide paternel, il est temps de s’occuper des choses soi même. Rimbau D. Layr appartiendra bientôt au passé. Il n’est plus avec les saigneurs à présent, il n’a plus aucune protection.

« Chef, un appel pour vous. C’est le capitaine Sieg.
- Pas trop tôt. Passe-le moi, il va m’entendre. »





Grand Line, à quelques jours de route de là




«  Oui commandant, il a été emprisonné. Nous arrivons dans un peu plus de deux jours. Il nous reste le jeune homme qui l’accompagne, mais mes hommes sont en train de s’en occuper. »


Sieg est furieux. Pas à cause du ton d’Harvey Quételle quand il s’adresse à lui, mais plutôt parce que ce gamin contrôleur de feu est un autre problème qu’il ne devrait pas avoir à résoudre. Deux logias sur le même bateau ? Si l’un des deux arrive à déjouer leurs pièges, ils sont finis. Le supernova en papier semble hors d’état de nuire. Reste un gamin un peu trop chaud à gérer.

« Capitaine, on a un souci avec le pyromane.
- J’arrive. Il va m’entendre. »




Grand Line, à une ou deux cales de là



« Ouais, je sais, je suis vraiment un gros con. »


Je suis furieux. Pas à cause de mon corps à moitié immergé et de mes liens resserrés, mais plutôt parce que je me rends bien compte que je suis plus un loustic de bas étage mais que malgré tout je me fais avoir comme un abruti. Vous allez voir les gars, vous vous en sortirez pas indemnes.

J’ai plus de force, saloperie d’eau salée. Ouais ils m’ont foutu dans un tonneau pour que j’ai pas envie de faire mumuse. Alors je tente de me balancer, de bouger un minimum pour renverser le baril. Mais rien à faire, même un marmot de six piges y arriverait mieux que moi. Où es-tu Grey ? Et puis merde, il devait même pas venir au départ, je vais pas commencer à compter sur les autres bordel !

Y’a un hamac qui pend au dessus de ma gueule. Le genre qu’en m’étirant un peu, voilà, comme ça, je peux presque le saisir avec mes dents. Encore un effort, non, rien à faire.
Un matelot vient se foutre de ma gueule. Il exulte, me gifle une ou deux fois pour s’amuser. Mais en temps que fils de l’eau, il faut savoir se méfier des vagues. Et cette grosse qui vient taper le navire me décale suffisamment pour que je saisisse entre mes molaires crasseuses le lit superposé ambulant. Un effort et le baril se renverse, me projetant au sol sous le regard effaré d’un homme qui se retrouve d’un coup stupéfié par la peur.

Le voilà qui galope pour prévenir son maître tandis que je gis sur le sol comme un malheureux. La porte est proche, le vicelard la franchit et s’apprête à grimper l’escalier. Il marque étrangement une pause pour regarder sa tunique.

Trois lames de papier viennent de s’enfoncer dans son thorax. Tu ne préviendras plus personne mon garçon, ce capitaine de mauvaise augure veut ma prime c’est sûr mais bosse sans doute pas seul. Et je veux savoir ce qui se trame plus haut. Silencieusement.
http://www.onepiece-requiem.net/t4625-rimbau-d-layr-le-poete-qui-t-emmerde-termine http://www.onepiece-requiem.net/t5238-rimbau-de-toi
avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Mer 22 Jan 2014 - 14:21

Un brut de pas qui se rapprochait. Et apparurent au bout du couloir, le Capitaine et trois hommes, armés. Evidemment, l'attention du vieux loup de mer se porta d'abord sur ses deux matelots, gisant à terre, avec de légères marques de brûlure sur la poitrine en forme de main. Le Capitaine posa alors ses yeux rageurs sur le pirate.

- Qu'est-ce que ça veut dire ?

- Ca, c'est à vos hommes qu'il faut le demander. Ils m'ont attaqué avec un seau d'eau pour pouvoir me frapper. Mais ils ont eu la bêtise de croire que ça me neutraliserait totalement, alors que bon, le feu ça permet de sécher assez vite...

- C'est quoi ces traces noires sur leur torse ? Après mon navire, ce sont mes hommes que tu crames ? T'avais besoin de faire ça ?

- Oh, ça c'est une nouvelle technique. Dérivée de mon Pyro Punch. "Paume de feu". Justement quand j'veux pas griller ma cible, je me contente de lui envoyer une fine couche de flammes concentrée sur ma main. Ca projette et brûle, mais sans tuer. Je n'avais pas encore pu la tester.

La haine du Capitaine était grande, mais il n'y avait pas que ça. Il stressait un peu, on dirait. Comme s'il n'était pas dans une position favorable. Grey le comprenait. Deux de ses hommes venaient de se faire mettre à terre et comme ils étaient en tort, Sieg ne pouvait pas demander réparation.

- Sur ce, je vous laisse faire le ménage, je retourne dans ma cabine.

Alors que le jeune homme passait la porte, le Capitaine le héla à la dernière seconde.

- Quoi encore ?

L'expression de Sieg avait changé. Comme s'il retrouvait confiance. Décidément, c'était un homme étrange. Il avait l'air à la fois d'un gros calculateur et d'un homme qui agissait à l'instinct. Mais dans tous les cas, il avait du caractère, et aimait diriger.

- Pour m'excuser du comportement de mes hommes, je vous invite dans ma cabine.  Je demanderai au coq un petit en-cas spécial.

- C'est pas la peine.

- Si, j'insiste. C'est mon honneur de Capitaine qui a été mis en jeu avec leurs agissements. Nous n'avons pas emportés d'incroyables ressources, mais j'ai un bon vin de ma réserve personnelle qui devrait te plaire.

- Bon... d'accord.

Sieg fit un signe de main à ses hommes qui se dépêchèrent d'aller ramasser leurs compagnons KO. Grey, lui, suivit le Capitaine à travers le bateau. Il trouvait ce dernier bizarre. Un peu plus tôt dans la journée, ce même Capitaine lui avait passé un savon, et là, il la jouait doux comme un agneau.
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finie http://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
avatar
Rimbau D. Layr
Poète médit

♦ Équipage : Plus maintenant

Feuille de personnage
Dorikis: 5675
Popularité: -347
Intégrité: -183

Ven 31 Jan 2014 - 23:50

Je n’ai pas beaucoup de temps, faut que je me dépêche. Je parle autant pour ma situation sur ce rafiot que mon auteur devant son écran qui est, il est vrai, assez débordé.

Ils vont bientôt se rendre compte de l’évasion, et ils seront pas contents. Vrai que je pourrais sans doute les décimer assez rapidement, mais le risque qu’ils ne décident de nous couler demeure important. Une fois six pieds sous mer, les chaloupes on risque pas de les rejoindre à la nage. Et mon avion personnel est pas encore assez au point pour me permettre de voler sur une longue distance.

Un matelot de plus maîtrisé, ce sont tous mes sens qui sont en éveil. Je me faufile telle une feuille au vent vers la cabine du capitaine, sans que l’on fasse vraiment attention à ma nouvelle tenue d’habitué des lieux, chipée pour l’occasion.

« Par ici messire Grey. »

La rascasse de capitaine emmène mon nouveau copain dans les tréfonds de son antre. Une belle magouille sans doute, à base de chlore et d’extincteurs. À moins que j’intervienne. Attends une seconde...ouais, c’est une sacrée bonne idée que je viens d’avoir.




Grand Line, quelques heures plus tard, au large de l’île maléfique


« Sieg, Sieg ! Mais pourquoi il répond pas cet imbécile !
- Salut.
- Sieg ?
- J’ai fini par apprendre ton nom tu sais. Ça fait un bail que j’attends ce qui va se passer.
- Je vois que le navire a changé de propriétaire.
- On arrive, t’en fais pas Harvey. Je vais enfin pouvoir te remercier pour tout ce que tu as fait pour moi. Je vais écrire un beau poème pour l’occasion, j’espère que tu l’apprécieras.
- Qui crois-tu impressionner sale gamin ? Tu sais à qui... »


Un tut retentit. L’escargophone a été raccroché bien avant qu’Harvey ne finisse sa phrase.
http://www.onepiece-requiem.net/t4625-rimbau-d-layr-le-poete-qui-t-emmerde-termine http://www.onepiece-requiem.net/t5238-rimbau-de-toi
avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Mer 5 Fév 2014 - 16:58

- Alors finalement, c'est nous qui allons les aborder... En pirate.

Grey se tenait juste à côté de Rimbau. La conversation escargophonique ne s'était pas bien passée. Il fallait dire aussi que de toute façon, ça n'en avait pas été le but. Juste une mise en garde. Une préparation. Bientôt, ce serait l'heure de combattre.

Le jeune homme regarda sa main. Il était pensif. C'était la première fois qu'il allait utiliser son pouvoir en combat. Un vrai combat. Contre la Marine. Pas comme il y avait quelques heures, contre le Capitaine et sa bande. En y repensant...


------------------

- Asseyez-vous, je vous en prie.

Hé bé, quel changement dans la façon de se comporter. Il était où le "fais gaffe gamin !". Pour se faire pardonner de l'agression de ses sous-fifres ? Ca avait pas l'air d'être le genre du bonhomme pourtant. M'enfin, s'il payait sa bouteille.

La cabine en elle-même n'était pas richement décorée. Un ou deux tableaux, de bateaux évidemment, une grande table rectangulaire sur laquelle reposait des cartes et des coordonnées, entourée de chaises. Il y avait aussi une petite commode avec deux verres et un pichet dans un coin, juste à côté d'une armoire. Ainsi qu'un lit plus confortable que celui du pirate aux cheveux rouges dans sa propre cabine. Les privilèges du Capitaine. Et pour embellir tout ça, la vue de la mer par la fenêtre au fond de la cabine.

Grey se posa sur la chaise qu'on lui avait désigné, face à la mer, dos à la porte. Le Capitaine le contourna et alla sortir de son armoire une bouteille. Il attrapa ensuite les deux gobelets sur la commode et posa le tout sur la table, les cartes des mers faisant office de dessous de verre. Le verre de Grey fut rempli de vin. Alors que le Capitaine commençait à se servir, on frappa à la porte.


- Je reviens. Mais n'hésitez pas à commencer.

Et il disparut dans le couloir. Grey regarda un peu les cartes. Beaucoup d'indications, de graffitis. Sans aucun sens. Pour le pirate. Il n'était pas très navigateur... Il prit son verre en main et le portait à ses lèvres quand des bouts de papiers attirèrent son attention. Dehors, de l'autre côté de la fenêtre. Lentement, alors que Grey finissait sa première gorgée, des mots prirent forme.

*C'ets... nu... piece...?*

Ca n'avait aucune sens...

*Ah, ça change ! "C'est un piece..." Mouais, toujours un peu bizarre.*

Grey ne comprenait pas bien le message. Mais il savait qu'il n'y avait qu'un être au monde pour faire ce genre de tour. Rimbau, l'Homme Papier. Dans le couloir, les voix montaient. Paniquaient. Le pirate commença à boire un peu plus quand le message se modifia encore une fois.

"C'est un piège"

Grey recracha aussitôt sa gorgée. Il n'était pas sûr de quoi il retournait encore, mais Rimbau n'était pas le genre à faire cette petite blague. Et s'il ne prenait pas là peine de venir le dire au Pyroman directement, c'était que le Capitaine n'était pas de leur côté. Quel esprit de déduction ce Grey ! Mais bon, pas de mérite, il avait été formé étant petit à réfléchir vite et bien.

Maintenant que le message était passé, les mots de papiers se dispersèrent aux quatre vents. Grey alla jusqu'à la fenêtre et l'ouvrit pour voir si Rimbau n'était pas dans le coin. Mais non. Personne. Le pirate s'empressa de vider le contenu de son verre dans l'eau, avant de refermer derrière lui. Moment que choisit le Capitaine pour revenir. Il avait de nouveau cet air de fausse tranquillité, comme si ça n'allait pas comme il fallait.


- Un problème, Capitaine ?

- Non... Non. Tout va bien. Comment trouvez-vous le vin ?

- Il est... exquis.

- Tant mieux. N'hésitez pas à vous resservir. Je dois monter à la barre donner quelques instructions. Je reviens vite.

Et il repartit. Grey attendit quelques secondes, puis décida de sortir à son tour. Pas question de rester là à attendre qu'on ne sait quoi finisse par lui tomber dessus. Il ne fut qu'à moitié surpris de voir deux hommes postés à la porte. Encore des matelots de base.

- Monsieur, veuillez retourner en cabine.

- Je préfère aller prendre l'air.

- Désolé, le Capitaine souhaite que vous restiez à l'intérieur.

- Mais moi pas.

- Mais, ça peut être dangereux.

- Vous aurez du mal à trouver plus dangereux que moi dans les environs. Sauf si ça concerne Rimbau.

Il avait fait mouche. Les deux gus échangèrent un regard angoissé.

- Je ne sais pas à quoi vous jouez, vous et votre Capitaine, mais je vous déconseille de...

*Attaque tranchante* *Lancer l'eau* *Douleur*

Encore son Haki ! Mais il se déclenchait n'importe quand et n'importe comment ! Ce n'était pas les deux sous-fifres avec lui dont il ressentait les choses. Ca se passait... Au-dessus ? Un bruit sourd venait effectivement d'attirer l'attention des trois personnages.

- J'vais aller voir.

- Non, vous devez rester là !

L'un pointa une arme à feu et l'autre un seau d'eau sur Grey.

- Vous croyez pouvoir m'arrêter avec ça ? Si j'ai été touché tout à l'heure, c'est parce qu'on m'a eu par surprise. Ne pensez pas être assez rapide pour m'avoir cette fois. Alors vous déposez vos trucs, et je vous laisse tranquille.

Les matelots ne faisaient pas les fiers, mais malgré tout, ils tentèrent leur chance. En vain. L'eau était à peine sorti de son seau que celui au fusil était déjà à terre. Quand à l'autre, ça ne dura que deux secondes de plus. Deux coups bien placés. Maintenant, ils étaient à terre, inconscients.

- Idiots, je n'ai même pas eu besoin de mon pouvoir...

S'ils avaient attaqués, c'était juste parce que le Capitaine l'avait ordonné. Et qu'ils avaient eu plus peur de leur Chef que de Grey. Tant pis...

Le jeune homme parcourut le bateau à toute vitesse sans croiser le moindre homme. Il ne ressentait personne par son Haki. En même temps, il n'arrivait pas à s'en servir. Comme s'il y avait un bug. Il verrait ça plus tard ! Arrivé à la barre, il se rendit compte que tout le monde était là. A terre. Seul homme debout, Rimbau.


- Ah Grey, tu t'en es sorti. T'as capté mon message. Trouve-moi un escargophone, j'en ai un autre à faire passer.

------------------

Ah, ça, il avait pas été tendre le Rimbau. Mais du coup les deux pirates avaient dû manoeuvrer le bateau à eux seuls. Les matelots étaient trop loyaux. Attachés et foutu avec les canons, seul le Capitaine se trouvait encore avec eux à la barre. Solidement ligoté aussi.

- On fonce dans le tas ou tu préfères être plus subtil ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finie http://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
avatar
Rimbau D. Layr
Poète médit

♦ Équipage : Plus maintenant

Feuille de personnage
Dorikis: 5675
Popularité: -347
Intégrité: -183

Dim 9 Fév 2014 - 0:28

«  Pour qui tu bosses, dis moi.
- Va te faire f...
- Facile comme réponse. Je finirai par le savoir, autant que ça aille plus vite. Tu sais que le papier c’est coupant, ça peut faire très mal si on s’en sert bien, encore plus si on tâtonne comme moi. »


Harvey Quételle. Celui qui a donné l’ordre, il y a vingt ans. J’avais fini par découvrir son identité, mais une prudence ou une lâcheté m’avaient toujours poussé à attendre dans mon coin. Il a fini par venir pour achever le travail. Le dernier nom qui me rattache à Marisa. Hormis mon fils...

Je suis pas intervenu tout de suite, parce qu’étant des ennemis bien plus puissants que les phénix des hôtes de ces bois, je me suis dit que le seul moyen pour eux de nous faire taire c’était de couler le tintouin et nous repêcher en barquettes. Mais là, au moins, y’a plus de problème.

Grey me rejoint. Un brave gosse ce Grougrou, on se connait pas bien et pourtant il me suivrait bien plus loin qu’il ne faudrait.

« Non, je barre pas assez bien pour mener un combat naval, les canons vont juste nous faire gagner un peu de temps. On va régler ce problème sur la terre ferme. Et je compte bien mettre dans la merde un peu plus de monde que prévu. »


Nouveau corsaire le Jack, comment va-t-il réagir si Harvey le sollicite ? On en est pas là. Mais y’a une chose qui est sûre, si on se croise le vieux commandant et moi un soir de pleine lune, un corps ne bougera plus au petit matin. Je dois bien ça à ma chère et tendre.

« Gamin, ce qui m’attend c’est la merde je tiens à te le préciser. Même si on s’en sort j’aurai sur ma tête assez de pesos pour faire fermer tous les bordels de Las Camp. Si tu décides de participer, faudra t’y mettre complètement, avec tout l’honneur que tu peux avoir. »


Ouais, tout seul je n’arriverai sans doute pas à mes fins. Trop de paramètres inconnus, un équipage entier bien rodé et préparé à voir ma trombine débarquer à tout moment. Mais ce genre de situations me stimule, et j’ai pas l’intention de laisser passer une occasion pareille. Dale, comme il aurait dû s’appeler, doit pas être là si sa famille d’adoption a décidé de raccourcir mes lignes de main. Je vais t’emmener quelque part où tu pourras crier à loisir Harvey.

« On dormira à tour de rôle. Je nous veux en pleine possession de nos moyens. »


T’as déjà fait de moi un homme dur Harvey, on va voir si tu vas réussir à me transformer en monstre.
http://www.onepiece-requiem.net/t4625-rimbau-d-layr-le-poete-qui-t-emmerde-termine http://www.onepiece-requiem.net/t5238-rimbau-de-toi
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1