AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur les baskets Nike Court Royale
33 € 55 €
Voir le deal

Le Loup d'Armada : Partie 1

Invité
Invité


Dim 2 Mar - 3:39


    Le Loup d'Armada : Partie 1


    Nous arrivâmes enfin en vue de la fameuse île flottante. Whiskey Peak derrière-nous, il était temps de débuter une nouvelle aventure. Mes plaies et celles de l'équipage s'étaient progressivement refermées durant la traversée. Pour ma part, une nouvelle s'était ouverte. Une part d'ombre sommeillant au plus profond de mon esprit s'était réveillée. Je l'avais invité à fusionner avec moi si nécessaire afin de devenir plus habile, plus forte, plus menaçante. Cette alliance allait-elle porter ses fruits ? Je le saurais bien assez tôt...


    A bord, c'est l’effervescence. Aoi nous hurle dessus. Un autre bâtiment nous concurrence. Notre capitaine veut bien évidemment arriver la première. Son moral est au plus haut depuis notre victoire. Son égo a repris du volume et sa place en tant que capitaine s'est encore renforcée. Elle semble pourtant oublier que nous avons pour la plupart payé le prix fort lors de cette fameuse nuit. Les cicatrices sur mes bras sont bien visibles et la douleur s'estompe lentement. Mon voyage a bien failli s'arrêter là-bas. Néanmoins, j'en tire une leçon : je dois devenir plus forte. Au fur et à mesure de notre avancée, nous allons tomber sur des adversaires de plus en plus coriaces. Pour réaliser mes rêves, je n'ai pas le choix. Je dois me surpasser. Quitte à surpasser un jour Aoi...

    Nous arrivons au port. Nous devançons l'autre navire d'un dixième de mille. La course a été serrée. Aoi semble satisfaite. Elle observe au bord du bastingage l'agitation qui règne dans le port. Je fais de même en me tenant assez loin de ma capitaine. Au sol, on décharge, on charge, on surcharge et parfois on coule. Chaque individu semble accomplir la tâche qui lui a été donné. Gare aux glandeurs, ce sont eux qui finissent à la flotte. Du côté de la capitainerie, on s'occupe d'affaires sérieuses. Le butin, on le compte, on le décompte, on le surcompte et ça dégénère. Le service de sécurité est plutôt efficace. Le maitre du port fait son apparition et le calme revient immédiatement. Sur une île où la loi du plus fort s'applique, mieux vaut se tenir tranquille. Tout s'achète ici. On marchande les armes, les bijoux, les pièces de rechange et même les êtres humains. Pour acheter les faveurs de femmes de petite vertu une chopine à la main, c'est juste un peu plus loin. Ces demoiselles se chargeront de vous décharger pour quelques billets. La devise est simple. On se dévergonde, on se laisse abuser et on encaisse un joli petit pactole. C'est à se demander si écarter les cuisses n'est pas une profession plus rentable que la piraterie...

    Après un discours de la capitaine, nous débarquons. Chacun prend une route différente. Je m'éloigne du navire et de la brise du large. L'air est différent ici. L'atmosphère est viciée. Les relents du port me donnent la nausée. Les planches des passerelles craquent sous le poids de la masse. Les goélands crient et les pirates aussi. Je me fraye un chemin au milieu de toute cette agitation. Trahissant quelques œillades dans ma direction, je réajuste ma fourrure de loup sur mon sandai. Je suis entourée de pirates. Il faut rester méfiante...

    J'arrive enfin dans un quartier plus calme. Plus misérable aussi. Je repère une taverne un peu délabrée. Je décide d’y aller afin de rester discrète. Une bonne limonade me fera du bien. J'entre. J'ouvre littéralement la bouche de surprise. L'intérieur est une taverne bondée ou l'on chante, on rit et on boit. Une taverne respectable en soi. Je m'approche du comptoir. Un duel de boisson est en cours tout proche. L'un des participants vient d'ailleurs de s'écrouler dans un rire général. Je me hisse sur ma chaise et je commande une limonade. On m'interpelle immédiatement sur ma droite. C'est un pirate avec un peu d'embonpoint mais un large sourire aux lèvres :

    Baker une fois
    Pirate superstitieux


    Dorikis : 500


    - Limonade ? Pas d'ici toi dis donc. Ca s'voit à tes fringues aussi. Sam, sert si une spéciale et r'met la même pour moi.

    Avant même d'ouvrir la bouche pour répondre, je me retrouve avec les deux boissons en face de moi. Ces dernières ont absolument la même couleur. J'hésite.

    - Haha. Y a le choix. L’aut c'est pas du citron.

    Je me risque à siroter l'un des deux verres. Je manque de recracher le contenu.

    - Hahaha. Loupé. Moi c'est Baker. C'est quoi ton ptit nom ?

    - Kof kof kof, Léténa. Léténa D. Vilkas. Kof. Enchantée.

    - Léténa ? Peuchère. Ça me parle.

    Il saisit le journal qui se trouve à sa droite. Il me montre la dernière page.

    - Zieute donc.

    Je prends leur journal et je tombe sur un mur de prime. Je trouve la patronne, kusanagi, zarechi, l'homme sable et enfin grande surprise, moi. La photo ne me met pas du tout en valeur. Je suis primée à huit millions de berrys. Je représente à présent une menace pour le gouvernement mondial. Je laisse tomber le journal. Je ne sais pas vraiment quoi penser de cette nouvelle. Je m'imagine déjà poursuivis par des dizaines de navires de la marine, par des chasseurs de prime qui veulent ma tête et par d'autres pirates qui veulent se faire un nom. Le regard absent, je prévois déjà mes futurs plans de fuites.

    - Hey. T'es ailleurs ?

    Je relève la tête brusquement, interrompue dans mes pensées, me ramenant naturellement à ma première pensée.

    - Il est possible de changer la photo ? J'ai une mine horrible sur celle-ci.

    Baker reste un peu surpris de ma réponse, avant d'éclater littéralement de rire et de vider sa chope d'un trait.

    - Hahahahaha !!! Pas banale toi ! Tu m'plais ben. Veux des infos sur l'endroit ? T'en aura besoin.

    - Avec plaisir. Quel est cet endroit ? J'ai cru comprendre que l'île était constituée de plusieurs quartiers.

    - Ba t'en sait d'ja des choses. Ici t'es à l'auberge de la fortune. On picole ben. Les habitués qu'y viennent surtout. Là c'est la limite du cadran du port. Tu as l'cadran de La Dépouille, Le Terminus - je te conseil pas d'y aller à celui-là - Flottebaie, Mascarade, Les Précieuses, Le Kraken, La Fortune Carré et l'Atterrissage du Dragon...

    Il m'explique en quoi consiste chaque cadran, ses particularités, ses avantages. Une bonne demi-heure passe.

    - ...pour les affaires, c'est le top. Sam, fait soif. Une autre.

    - Merci beaucoup pour toutes ces informations. Mais qu'en est-il du capitaine Red ?

    Baker se tourne vers moi, le sourire en coin.

    - Va en avoir pour un moment si j'te réponds. J'vais te la faire court : c'est le boss ici.

    - Ah. Évidemment. Mais vous m'avez dit que la loi du plus fort prévalait sur Armada avec celle du capitaine seul maître à bord. Ces deux lois n'entrent-elles jamais en conflit ? Je veux dire. Personne n'a jamais eu le courage de défier le capitaine Red.

    Le silence s'est fait instantanément dans la salle. Les rires se sont tus brusquement. Le regard de Baker a changé. Il est stupéfait. Tout le monde a les yeux rivés sur moi. Une voix s'élève enfin :

    - Dis donc la jeunette, t'insinue quoi là ?

    - Et toi ? T'a l'intention te mesurer à Red ?

    - Pt'ête bien.

    - Aimerait bien voir ça.

    Une bouteille vol au milieu de la salle et la situation dégénère. Une bagarre générale se déclenche. Dans le chaos le plus total, on brise des crânes, on brise des chaises, on brise des tables, on brise des bouteilles. On brise même des chaises, des tables et des bouteilles sur des crânes. Je me tourne vers Baker dans l'espoir qu'il mette un terme à tout ça, mais je le découvre en train de casser un tabouret sur un pirate.

    - Yeeehaaaaa !!! Ça c'est d'l'ambiance !!!

    Peine perdue, je décide de me défendre. Une seconde plus tard, j'esquive de justesse une bouteille et je fais face aux assauts répétés d'un pirate armé d'un pied de table. Ses mouvements sont lents et prévisibles. J'esquive ses coups avant de lui octroyer un bon coup de pied dans la mâchoire après une petite pirouette. Par la suite, ce sont trois excités avec des tessons de bouteilles qui se dirigent vers moi. Ils sont littéralement fracassés par une table lancée par Baker. Ce dernier me sourit à pleines dents. Il a l'air de beaucoup s'amuser. Quatre individus eux, n'hésitent pas et sortent leurs sabres. Leurs intentions sont visiblement très mauvaises. Ils se ruent sur moi. Le regard noir, je dégaine mon sandai et je tranche :

    - Le souffle du Loup

    Mes assaillants s'écroulent alors que leurs sabres se brisent. Je me redresse fièrement. Une table vole dans ma direction. Armant mon meitou, je décide d'y mettre toute ma force. J'effectue le mouvement. A ma grande surprise, une sorte de lame se propage dans l'air depuis mon sabre. Elle tranche net la table et disparait en percutant le plafond. Deux pirates qui se dirigeaient dans ma direction hésitent à présent. Je pose mon regard sur mon meitou. J'ai déjà vu quelque-chose de semblable. Sur le navire/prison qui a fait naufrage, le redoutable officier s'en est servi à de nombreuses reprises. Je suis capable de faire de même à plus petite échelle. La bagarre semble se calmer. J'aperçois Baker qui me fait signe. Je décide de le suivre. Il m'amène jusqu'à la porte de derrière.

    - L'est temps pour toi de t'éclipser. Mieux pas trainer ici quand cherchera le responsable de cette bagarre. Me souviendrait d'toi et d'ton nom. M'a fait plaisir d'te rencontrer. On s'reverra pour une bagarre. Tm'a l'air doué pour les provoquer. Tient, attrape ça en passant. C'est cadeau. J'y tourne. Adesias. Que la chance t’accompagne.

    Il referme la porte, me laissant à l'extérieur, une mystérieuse fiole dans la main. Je ne demande pas mon reste et je m'éclipse. Baker était un homme sympathique. J'espère le revoir un jour...


Spoiler:
 
Page 1 sur 1