-29%
Le deal à ne pas rater :
Kit de mémoire vive PNY XLR8 2X8 (2 x 8Go) à 49,90€
49.91 € 69.91 €
Voir le deal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Fruits de mer à griller

"... Et vingt-cinq."

Le bruit des vagues accompagnait celui du vingt-cinquième corps balancé sur le rivage. Axel et Stefan étaient en train de "nettoyer" le bateau des cadavres qui le jonchaient. Ces cadavres d'hommes-poulpes étranges dont les Desperados avaient subi l'attaque, il y avait quelques heures à peine. Une hécatombe parmi les assaillants, et quelques dommages assez conséquents du côté des pirates. Seido réparait Gin, dans l'infirmerie, et Stefan était torse nu, couverts de bandages. Le reste des pirates était absent durant l'attaque, et c'était l'une des principales raisons pour lesquelles Axel était silencieux, aux côtés de son frère d'armes.

Le soleil se couchait à l'horizon, la journée avait été rude. Comme les rides d'un adulte qui passait sa quarantième année, comme les gouttes de pluie s'écoulant des arbres après la tempête. Comme les poings du cyborg qui se fermaient, en même temps que ses yeux. Axel n'était pas triste, non. Ni même particulièrement en colère, outragé. Bref, pas d'élan d'émotions d'aucune sorte. Mais personne, que ce soit sur Grand Line ou sur les Blues, que ce soit Marine, Pirates, ou simple civils, personne ne pouvait rester stoïque et de marbre alors que ses proches étaient attaqués. Et Axel ne faisait pas exception, loin de là.

Aussi, avant de remonter sur le bateau, il se tenait là, les poings et les yeux fermés, crispés, tentant de garder son calme. Il expirait une dernière bouffée de peine, alors que la main fine et frêle de Stefan se posait sur son épaule. Sans autre bruit. Le punk releva la tête, et ses paupières se soulevèrent, dévoilant des pupilles rétractées, toutes petites dans ces yeux grand ouverts. Des pupilles minuscules, froides comme le vent qui soufflait à ce moment, alors qu'Hélios rendait sa dernière révérence de la journée. La nuit tombait, et bientôt le sang aussi.



Les deux compères sur le pont, on sortit une table, et on étala la carte dessus. On allumait une bougie, dans un petit socle, et les filles rejoignirent le groupe à leur tour. Désormais quatre autour de la table, attendant un plan, étudiant ce qui s'était passé, Stefan racontait les événements comme il les avait vécu alors que le capitaine et son blessé étaient encore dans la cabine. Axel ne ratait pas un seul mot. Chacun de ses assemblages de lettres servait de charbon dans le brasier qui allait s'allumer sur Innocent Island. Parce qu'aussi pacifiques qu'étaient les Desperados, ils étaient tous d'accord sur un point : Krass devait être renversé et ce, pour le bien de tous.

Quand Stefan eut fini le récit de la bataille, le charpentier détendit alors l'atmosphère.

"Bon, la question est : ces poulpes sont-ils comestibles avec de la sauce Yakitori ?"

Après un petit rire général, une parole se fit entendre de loin.

"Y a qu'un seul moyen de le savoir, tas de ferraille !"

Sortant de nulle part presque (à vrai dire si, du passage sur le milieu du pont, mais bon...), le manteau rouge fit son apparition alors qu'il se remettait sur le corps de son propriétaire : Gin était d'aplomb, ou du moins assez en forme pour marcher, sortir une vanne et peut-être combattre. Avec un sourire rassuré, le tas de ferraille répondit.

"Tiens, un revenant. Bon ben, l'héritage, c'est pas pour maintenant on dirait..."

Et alors que le forgeron rejoignait le cercle, Axel lui tapa sur l'épaule.

"Content de te voir en forme, espèce de bon à rien. Et donc, où est le cap..."

Et là, on vit une touffe blanche sortir à son tour.


Le capitaine vint rejoindre le cercle, avec une nouvelle coupe de cheveux semblerait-il... C'était le seul et unique détail qu'Axel avait remarqué. Ça, et le fait qu'il était en vie aussi. Un bon point ça... Aussi, ce qui devait arriver arriva, et le jeune Giriko sortit une vanne, tellement il s'en sentait obligé.

"Alors, on se fait attaquer, et toi tu te fais une couleur ? Hé bé, chapeau bas mon cap'tain... A moins que ce soit une ruse ? On ne fait pas de mal aux vieux, c'est ça ?"

Bref, l'humour de courtoisie terminé, le punk remit ses mains sur la table, alors que le cercle s'impatientait.

"Bon, et bien, Seido... A toi les honneurs. T'as un plan d'attaque ?"


Dernière édition par Axel "Chainsaw" Giriko le Dim 5 Oct 2014 - 15:02, édité 3 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9308-timbeeeeeeeeer-fiche-d-axe
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9281-axel-chainsaw-giriko

«- La différence entre toi et moi, c’est que moi j’ai la classe, même en étant un vieillard ! »

Seido sourit à son ami, puis éclata de rire, bien que la situation n'était pas très comique. Cela aurait pu mal finir. En effet, peu de temps après l'attaque, les cheveux du capitaine des Desperados s'étaient mis à changer de couleur, ce qui n'était pas très normal. La première réaction du jeune homme, selon son expérience de médecin, fut d'analyser son sang pour trouver une explication, bonne ou mauvaise. Heureusement, sa vie n'était pas en danger, suite aux résultats, mais les changements étaient irréversibles.

«- Plus sérieusement, il semblerait que ça soit un effet secondaire des mutagènes. À part les yeux et les cheveux, le reste semble normal, je dois faire d'autres tests... »

Le capitaine surprit alors le regard d'Elinor, un mélange d'étonnement et de ... ravissement. En oubliant les changements physiques, le jeune homme avait aussi changé de style vestimentaire, en rangeant enfin son long manteau brun et son chapeau dans un placard. Chaussures noirs en cuir, un pantalon large de couleur entre le brun, le gris et le vert, et un long manteau rouge ouvert, exposant à tous sa musculature, et aussi son visage, de quoi faire plaisir aux dames, et rendre jaloux les messieurs ! Seido, lui, n'était pas encore tout à fait convaincu de ce look, et Gin voulait lui aussi avoir un long manteau rouge au lieu de sa veste pour copier son capitaine.

«- Des choses qui arrivent quoi. Bref, pour le moment, on doit bouger, rester ici nous met en danger. Si on change de position, l'autre ne pourra pas nous localiser.»

« - Nous non plus...»

«- C'est vrai. Au moins, on peut être certain de ne pas recevoir sa visite avant 24h, vu qu'il ne sera pas en état de bouger. On peut s'attendre à être espionnés, va falloir rester vigilants. Ah oui, pour ses hommes, inutile de les viser, il faut détruire les mollusques qui les accompagnent. Le feu est particulièrement efficace.»


Seido leur expliqua ce qu'il avait remarqué durant son combat, non seulement sur les mollusques qui se régénéraient et contrôlaient les gens, mais aussi sur le pouvoir de Krasspoutine. Une parade contre ce dernier n'avait pas encore été trouvée. Ça leur serait utile d'en avoir une. Pour le moment, on s'occupait du déplacement du navire vers une autre zone, ainsi que sa réparation, à cause des dégâts occasionnés durant le combat. Ils étaient mineurs, mais présent, de quoi occuper un peu Axel. De son côté, le capitaine se demandait si les gosses étaient les seuls à vivre sur l'île. Une chose ne tournait pas rond, dommage qu'il n'avait pas été là. Dans ce cas-là, le bateau aurait été perdu... A choisir, la situation actuelle était un peu mieux.

Une voix retentit alors, celle de la jeune canonnière, qui venait d'apercevoir un petit village depuis son poste de vigie, à l'aide d'une longue-vue. Le fait intéressant, c'est que les personnes semblaient être de taille adulte ! Une petite visite auprès de ces gens semblait être nécessaire pour attiser leur curiosité, et peut-être en apprendre plus sur Krasspoutine. Ainsi, accompagné d'Elinor et d'Axel, Seido décida de s'y rendre, en signalant bien aux trois autres de rester vigilants de garder un Den Den Mushi à porté de main.


Dernière édition par Seido D. Noroma le Dim 5 Oct 2014 - 23:10, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido
Elinor n'avait pas trop envie de laisser derrière elle des pirates sur le bateau. Mais le navire avait bougé de place, et on pouvait espérer que tout irait bien pour eux à leur retour. Des surprises comme ça, elle s'en serait bien passée. Cela ne fit que d'augmenter la haine qu'elle ressentait pour Krasspoutine, qui avait été légèrement apaisé par la transformation de Seido au chapeau en beau gosse aux cheveux blancs. 

Un nouveau trio partit en exploration sur une autre partie de l'île, en direction du village aperçu par la trépidante Elphys. Comme d'ordinaire, Elinor portait un sac avec elle. A la seule différence qu'il n'était pas rempli, pour une fois, de nourriture pour manger au cas où. A chaque pas, un bruit cristallin retentissait, au point qu'elle attira l'attention du Capitaine qui l'interrogea du regard. 

- C'est rien. Ce sont des bouteilles. 

- D'eau ? 

Elle haussa les épaules, comme pour signaler que la question était idiote. Elinor ne pourrait jamais prendre d'eau avec elle, elle n'était pas fan de ce liquide transparent. De plus, elle partait en guerre contre des êtres qui détestaient le feu. Parfait, elle avait ce qu'il fallait pour déchaîner sur cette île les flammes de l'enfer. Avec une bonne odeur de rhum qui étoufferait celle plus immonde du monstre de l'île. 
A l'idée de parler à des adultes, elle était assez perturbée. Elle était contente de savoir que les enfants n'étaient pas totalement à l'abandon et pouvait bénéficier de l'aide de personnes ayant des connaissances pour lutter contre leur isolement. En même temps, elle s'interrogeait sur leur manque de réaction face à ce qu'il se passait ici. Ils étaient plus forts que des enfants, pourquoi ils ne se déplaçaient pas chez les Mekanos pour les soigner au dispensaire de fortune ? Est-ce qu'ils ignoraient leurs existences mutuelles ? La carte que leur avait fourni Frankyky n'allait pas dans ce sens. Le village était indiqué, dessiné puérilement avec des crayons de couleurs. Les enfants avaient déjà dû explorer le coin et donc découvrir les adultes. Elle ne comprenait pas la logique de cette île. Peut-être tout simplement parce qu'elle n'y vivait pas. Tout le monde n'avait pas la même vision des choses, surtout de l'autre côté de la Red Line, sur la mer la plus dangereuse du monde. 

- D'après la carte, ce serait à deux kilomètres à l'ouest de notre piste. Regardez, on voit de la fumée à travers les feuillages. J'espère qu'ils vont nous aider pour Krasspoutine. 

Ils progressèrent encore quelques longues minutes à travers le mélange étrange de végétation et de ruines du parc d'attraction. Dès qu'un endroit devenait inhabité, la nature reprenait des droits à une vitesse époustouflante. Mais aussitôt qu'on arrivait dans un lieu civilisé, elle était domestiquée. Comme les arbres fruitiers récemment plantés à l'entrée du "village des adultes". L'endroit était splendide, à des lieues des réaménagements de fortune des cabanes de la fête foraine par les mekanos. Les constructions semblaient récentes, tout était aménagé avec une certaine élégance. 
Dès que les trois pirates passèrent le seuil du village, un homme se rapprocha d'eux. Un bel homme, pensa de suite la belle rouquine, qui afficha immédiatement un sourire jovial pour indiquer leurs bonnes intentions. Le barbu demeurait extrêmement sérieux, au point que la cuisinière doutait d'avoir réussi à le convaincre, jusqu'à ce dernier ne la prenne dans ses bras, comme un hippie en quête de chaleur humaine. Surprise, mais ne souhaitant pas le vexer en ne répliquant pas, la jeune femme lui rendit son étreinte, tout en tournant la tête vers ses deux acolytes en murmurant. 

- Ils sont chaleureux ici... VOus m'aidez un peu ou vous continuez à vous marrer ?
    A la vue de ce hippie désespérément en manque d'affection, Axel fut le premier à se marrer. Un rire bruyant et gras évidemment. Mais fallait dire que c'était plutôt drôle de voir que Maman Eli n'attirait pas que les petits enfants. Axel, même après les râles doucerets de la belle rouquine, continuait à se marrer. D'ailleurs, le capitaine aussi avait le sens de l'humour sur ce coup-là. Il fallait dire qu'une bonne vanne inattendue, c'était bien ce dont ils avaient besoin. Aussi, Axel prit son DenDen et fit son rapport aux autres membres.

    "Gazon, ici Chainsaw. Tout va bien ?
    -Ouais, nickel ! Et arrête de m'appeler Gazon, Poil de Carotte !
    -Cause toujours. On a atteint un village d'adultes, on va voir ce qu'on peut en tirer. Ah oui, Maman Eli nous a trouvé un nouveau papa, je crois."

    S'en suivit un regard noir de la part de la cuistot, puis une autre hilarité de la part des deux hommes. Avant que Seido ne mette une gentille claque derrière la tête du petit Giriko. Le cyborg raccrocha alors, et se rapprocha du cœur de la scène.

    Sans s'arrêter, en poussant un soupir vague, le punk décida de négocier de la seule manière dont il était capable. Il prit alors le maigrichon barbu par le col, le décolla des roberts généreux de la cuisinière, et l'installa tranquillement, sans trop de violence, contre le mur de la première maison qu'ils croisèrent.

    "Hey Jimi, viens donc par là. Moi aussi, j'adore faire des câlins, mais on a vraiment besoin d'aide. Y a pas un endroit où on peut discuter tranquille ?
    -O-Oui oui, venez chez moi."

    A la grande surprise du punk, le barbu n'était pas effrayé, loin de là. Arborant un sourire idiot et niais (sûrement les effets secondaires de la poitrine d'Eli), il essuya quelques larmes sur ses joues et conduit les pirates vers sa demeure. Une petite habitation très simple, assez petite. Pas luxueuse pour un sou, mais très pittoresque. Les murs étaient peints à la va-vite, d'un bleu ciel très clair, et l'on pouvait y voir quelques peintures de paysages divers, semblant appartenir à l'île. Une petite commode, une armoire et plusieurs fauteuils ornaient ce salon. Ces derniers furent occupés par nos trois pirates, qui eurent le temps de regarder les environs alors que leur hôte préparait du thé dans la cuisine. Assis confortablement, Axel continuait à mirer les environs. On pouvait voir qu'un escalier en bois rudimentaire permettait l'accès à l'étage qui, à en juger par la taille de la maison, n'abritait certainement qu'une chambre. A côté de la porte de la cuisine, un couloir laissait deviner deux autres pièces ; sûrement des sanitaires et une seconde chambre. Ou un bureau. Bref, l'endroit semblait aménagé et ce, plutôt bien, en comparaison du camp des Mékanos. Alors pourquoi les enfants vivaient-ils encore là-bas ?



    L'hôte revint alors avec le thé, et servit quatre tasses. Il proposa du sucre à ceux qui en voulaient, puis vint s'asseoir afin d'entamer la discussion. Les pirates le remercièrent, et Axel continua à observer les alentours pendant quelques secondes. Un chevalet de peintre, quelques pinceaux, des photos de famille... De famille ? Le punk voulait alors prendre la parole sur ce point mais, Noroma, connaissant son nakama, savait qu'il allait manquer de politesse. Alors il la prit à sa place.

    "Merci pour cet accueil, vraiment. C'est très gentil de votre part.
    -Mais je vous en prie, c'est tout naturel. Ça fait si longtemps que je n'avais pas vu de nouveaux adultes..."

    Le barbu prit alors une gorgée de sa tasse, et la reposa sur la table.

    "D'ailleurs, excusez-moi mademoiselle pour cette démonstration d'affection inattendue. Mais où avais-je la tête voyons ? Je me présente : Innocent."

    L'hippie sourit alors gentiment en direction des Desperados, sourire qu'ils rendirent. Un homme charmant donc, adorable, poli, courtois. Un homme banal, avec des passions, une maison, une raison d'être. Un homme qui ne devrait normalement pas exister sur cette satanée île... Et alors que le charpentier allait se présenter à son tour, des bruits de pas se firent entendre dans le couloir. Rapides, légers, ils venaient dans cette direction, accompagné d'un rire juvénile. Aussi, on vit apparaître une petite fille rousse, qui sauta sur les épaules de Innocent, en riant adorablement. Ce rire, pur, candide, ce rire qui était propre aux enfants, qui ne pouvait venir que d'eux. Ce rire qui, à lui seul, pouvait démonter toute la violence qu'on aurait pu connaître de ce monde. Cette hilarité sans raison, cette simple démonstration de bonheur pur.

    La petite fille prit alors la parole.

    "Papaaaaa ! C'est qui eux ? Je les ai jamais vu !
    -Oh, ne t'en fais pas, ma chérie. Ce sont des amis voyageurs. Et si tu allais jouer dehors ?
    -Ouais !!"

    Et la petite de s'en aller avec le même rire, attrapant une poupée sur le passage. Les trois pirates étaient estomaqués. Surtout Axel et Eli, qui eux, avaient vu une enfance complètement différente sur cette île. Une enfance teintée de misère et de désolation, où des enfants étaient livrés à eux-même dans ce qui était autrefois une fête foraine, et qui maintenant n'était plus qu'un tas de poussière hostile, sur lequel ils essayaient de survivre et de prospérer du mieux qu'ils pouvaient. Ce monde, où la notion de famille n'existait plus. Si du moins elle avait existé un jour. Le jeune Giriko fit remarquer ce point au barbu.

    "Une fille ? Tu as une fille ?
    -Hé bien, pas exactement."

    Et la véritable conversation commença alors. Innocent expliqua aux pirates l'autre versant de l'île. Celui qui avait été réparé. Il racontait que les enfants, qui jusque là avaient une dent contre les adultes (et donc ne les toléraient pas vraiment sur l'île), étaient arrivé à un consensus il y avait peu de temps. Une bande de pirates avait débarqué sur l'île, et étaient parvenus à faire changer les choses : les enfants d'Innocent Island s'étaient rendus compte du bienfait d'avoir des parents, des vrais. Que les adultes n'étaient pas tous aussi pourris. Alors depuis, les adultes furent tolérés, dans leurs propre village qu'ils bâtirent, et certains enfants venaient leur rendre visite, vivre avec des "parents temporaires" : chaque semaine, plusieurs enfants venaient, vivaient avec une famille, puis repartaient dans leur camp. Et chacun des deux partis retrouvait une famille, une chaleur depuis longtemps oubliée et, quelque part, un début de paix.

    Après ces quelques clarifications, les Desperados avaient compris alors le pourquoi du comment, et puis surtout la raison pour laquelle Innocent n'était pas effrayé par des nouveaux pirates. Ils se présentèrent alors, et une autre tournée de thé se fit. Le temps était compté, certes, mais cet endroit semblait plutôt sûr. La probabilité de trouver ce genre d'endroit sur Grand Line étant à peu près la même que de trouver une île céleste, les pirates soufflèrent un peu. Seido prit alors la parole.

    "C'est vraiment époustouflant ce que vous avez réussi à faire.
    -Oh, vous savez, remercions plutôt les bons samaritains qui accostèrent ici il y a quelques temps déjà. Mais en effet, ça fait vraiment du bien de retrouver un début d'espoir.
    -Mais... L'île n'est pas encore sûre, je me trompe ?"


    Le barbu marqua une petite pause, et une ride s'installa sur son front. Ses yeux s'emplirent alors d'un bleu, d'une tristesse tourmaline, comme une vérité, un retour à une réalité qu'on préférerait oublier, effacer. Innocent ravala alors sa salive, comme pour garder son calme, ou un certain contrôle de soi-même, du moins. Il reprit une gorgée et reposa sa tasse en silence. Un soupir se fit entendre. Un soupir fatigué, un soupir si faible et pourtant si révélateur. Il continua alors.

    "Non, en effet... Quelqu'un sur l'île ne le voit pas du même œil. Krasspoutine, pirate arriviste, avare et destructeur. Même si nous avons réussi à établir un consensus avec les enfants, il reste toujours une menace. Il veut éliminer les enfants de l'île, et n'a aucune idée de notre existence. Nous arrivons à nous cacher, et les enfants se défendent bien, mais pour combien de temps ?...
    -Hey, Jimi."

    La main épaisse et rugueuse du charpentier vint alors se poser sur celle qui crispait la jambe de son propriétaire, face à une prédiction funeste qu'il ne pouvait pas affronter, même dans ses pensées. Le regard confiant du punk vint alors croiser celui du pauvre hippie en dilemme. Les lèvres sérieuses du charpentier s'agitèrent alors, décidées, sans être en proie à un doute quelconque.

    "On va lui faire la peau à cette ordure. Mais on aura besoin de ton aide, et de celle de tous ceux qui peuvent nous aider à abattre ce gros lard. Des informations, une carte, n'importe quoi."

    Un sourire vint alors se greffer sur le visage d'Axel.

    "On va en finir, Innocent. Fais nous confiance.
    -Mais comment comptez-vous vous y prendre ?"

    En guise de réponse, le jeune Giriko vint alors se réinstaller confortablement dans son fauteuil, sans perdre son sourire. Et, jetant un coup d’œil à l'albinos qui lui servait de supérieur, il lança son menton en avant.

    "Cap'tain ?"


    Dernière édition par Axel "Chainsaw" Giriko le Dim 5 Oct 2014 - 15:16, édité 2 fois
    • https://www.onepiece-requiem.net/t9308-timbeeeeeeeeer-fiche-d-axe
    • https://www.onepiece-requiem.net/t9281-axel-chainsaw-giriko

    Les regards étaient posés sur le capitaine des Desperados. Par le passé, il était difficile de deviner ses pensées sans le laisser parler, mais ça n'était plus le cas. Avec le changement effectué, on pouvait maintenant en savoir plus ! En effet, un large sourire était dessiné sur son visage, et ses yeux montraient à quel point il était sûr de lui. Tendant le bras, Seido leur montra finalement son index.

    «- La seule chose qui nous offrira la victoire, c'est l'effet de surprise ! Il se croit invincible, et n'imagine même pas une seconde que quelqu'un osera l'attaquer. C'est sa faiblesse, et ça sera notre force. »

    Avec la collaboration des adultes, on pouvait mener une forte offensive sur le repaire de Krasspoutine. Par contre, ceux-ci ne possédaient pas tous des compétences de combat, ce qui pouvait mettre leur vie en jeu.

    «- Vous n'aurez pas besoin de combattre. Laissez-moi vous expliquer mon plan. »

    Quelques heures plus tard ...

    Les Desperados se trouvaient non loin du camp des Krasspirates, l'ayant localisé sans peine avec l'aide des enfants, qui connaissaient l'île comme leur poche. Ceux-ci insistèrent pour participer au combat, ce que Seido accepta, sous certaines conditions. En effet, il comprenait très bien leur envie de se débarrasser de la personne qui avait gâché leur vie. Bien sûr, ça n'était que des enfants, comme le souligna plusieurs fois Elinor, un peu réticente à l'idée de les voir participer, sans doute son instinct maternel. Cependant, il ne fallait pas oublier qu'à de nombreuses occasions, ceux-ci s'étaient opposé à Krasspoutine. De plus, si on voulait les protéger, on devait savoir où ils étaient, et ce qu'ils faisaient. Ainsi, en leur attribuant une tâche, Seido s'assurait de leur sécurité, ce qu'il expliqua aux réticents.

    «- Les pièges sont opérationnels ? »

    «- Oui cap'tain. Tu es vraiment sournois, quand tu t'y mets ... »


    Le sabreur avait raison. En effet, autour du camp de Krasspoutine, une série de pièges avait été installée, avec besoin, ou non, d'une main humaine pour les actionner. Le capitaine était assez fier de sa substance gluante, par exemple, et des petites fabrications du charpentier. Il était impressionnant de voir ce qu'il pouvait faire avec si peu de matériel à disposition. Donnant les dernières directives, Seido s'adressa ensuite à ses compagnons, qui mèneraient l'assaut avec lui.

    «- Déchainons l'enfer. Prenez vos positions.»

    Poussant un dernier soupir, pour se concentrer, Seido dégaina ses armes, et avança jusqu'à la tanière du gros lard. L'entrée n'était pas visible, et entre nous, il avait la flemme de la chercher. Ainsi, à l'aide d'une lame d'air dévastatrice, il en créa une et avança donc. Bien sûr, des hommes-mollusques se précipitèrent vers lui, pour chasser ces intrus qui osaient semer le désordre chez eux. Mais bon, le capitaine des Desperados était préparé et se montra sans pitié, usant son revolver pour exploser les mollusques.

    «- Hey, Krasspoutine, la moindre des choses seraient de venir accueillir tes invités, non ?»


    Dernière édition par Seido D. Noroma le Dim 5 Oct 2014 - 23:14, édité 1 fois
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido
    Et là, ils la virent. Cette masse d'ombre qui à chaque pas se rapprochait de la lumière. Des grouillots avaient été sacrifiés. Peu importe. Encore quelques secondes, et enfin, la chose fut révélée à tous. Car  s'il s'agissait bien d'une chose, ce n'était toutefois pas Krasspoutine. Cette créature était différente. Ce n'était pas juste un homme avec un poulpe collé sur le coin de la tronche. Celui-là, il avait la peau grisâtre, des cheveux tentaculaires, et pour cause, les deux êtres avaient comme fusionnés. Contrairement aux autres, il n'était pas crade. Ses vêtements pas déchirés. En plus, il avait un sabre dans son fourreau.

    Visqueux-tifs:

    - Vous osez venir ici.

    Oui, celui-là, il parlait. De quoi remettre en cause toutes vos croyances. L'être toisa l'assistance, nullement impressionné par le rassemblement de pirates. Seul un retenait son attention. Naturellement, c'était celui en tête de liste, le cow-boy aux cheveux blancs. Il avait choppé le coup de main pour massacrer les siens. Le feu... Ce coup-là, il ne marcherait pas sur lui. Visqueux-tifs jeta un regard noir à la forêt. Il y avait du monde là-dedans, il le savait. Des curieux venus contempler la fin des Krasspirates ? Qu'à cela ne tienne, ils assisteraient à une fin. Pour bien qu'ils soient au courant, l'homme poulpe parla fort.

    - Vous le regretterez. Nous avons toujours limité les pertes. Cette fois, vous serez exterminés. Evidemment, je vais commencer par toi, Noroma.

    Normal qu'il connaisse le nom du pirate. Il avait eu son rapport sur la petite escarmouche au bateau. Pas de bol. Mais il avait confiance en son Capitaine. La prochaine fois, ce ne serait pas la même. En attendant, Visqueux-tifs prendrait les choses en main. Il claqua des doigts. Derrière lui, sortirent 12 hommes poulpes. Un sifflement léger d'entre les dents du Visqueux et l'un des nouveaux venus alla se poster près de son général. D'un geste sec, ce dernier l'attrapa par le cou et le balança sur Noroma comme une simple pierre ! Après quoi il bondit au-dessus de son adversaire et se retrouva derrière les Desperados, épée sortie. Ouaip, il sautait haut. Le Cow Boy n'était pas sa priorité. Il avait menti. Il y avait de la cible facile pas loin. Alors forcément, il allait trancher. Et il le fit. En se précipitant entre les fourrées. Les villageois devaient comprendre leur erreur. De se rebeller ! Les plus chanceux quittaient les feuillages et retournaient auprès des pirates, mais ce n'était qu'une question de temps.

    - A l'attaque !

    Les sous-fifres se ruèrent sur les humains. Mais c'était mal barré.

    - Des pièges ?

    HRP:

      Krasspoutine leur avait posé un lapin. "Quel lâche !", pensa Elinor. Où était-il donc allé ? Se cacher ou attaquer en douce un des villages de l’île ? Le bateau des desperados ? L'urgence était de se débarrasser du répugnant second. A croire que le pirate aimait s’entourer d'êtres repoussants. Son fruit du démon n'était-il assez suffisant ? Ou bien était-ce par qu'il ne tolérait pas la beauté ?
      L'équipage des Krasspirates était aussi ignoble à l'intérieur qu'à l'extérieur. Aucun sens de la parole, le roi des coups bas. Au lieu d’affronter en combat singulier le Capitaine Desperados, il voulait se venger sur plus faible que lui. Le fourbe ne perdait rien pour attendre.

      Le premier sous-fifre qui sortit du repaire commença à recevoir des objets en pleine poire : noix de coco, boîtes de conserve, ampoules remplies de poil à gratter. Les enfants montraient la même précision qu'avec les Desperados, arrosant allègrement le poulpe de main, et ralentissant son avancée. Pourtant, il persistait, donnant des coups d'épée rageurs sur les projectiles. Il s’arrêta bientôt, net, manquant de perdre l'équilibre. Déstabilisé, il regarde à ses pieds et découvrit une sorte de gel projeté sur ses pieds. Une colle très puissante, magnifique invention de Seido. Le prisonnier de la glu enrageait ne piétinant tout en redevant les cadeaux des enfants, de sorte qu'il ressembla bientôt ressembler à une décharge sur pattes.

      Deux poulpes s'attaquèrent à Elinor, qui avait pris le parti de paraître désarmée. Faisait semblant d'avoir peur et de s'enfuir, elle quitta le repaire en courant, poursuivie par les hommes de main. Elle les entraîna exactement là où elle le souhaitait, dans une partie du camp pour la terre était nue et sèche. Elle attendit qu'ils posèrent le pied là où la terre avait été remuée récemment.

      Dès que la jeune femme sentit l'effleurement des menottes qu'elle avait enterré, elle arrêta sa course. Surpris, les poulpes s'arrêtèrent, ce qui précipita leur destin.
      Elle contrôla à distance leur fermeture et referma les cercles sur leurs chevilles, dans un concert de petits bruits métalliques réjouissants. Autour d'eux, d'autres menottes se refermèrent brutalement dans le vide, laissant apparaître une sorte de filet circulaire posé au sol, dont le duo était le centre. Ils luttèrent pour se libérer, se baissant et forçant le métal. Ce fut alors qu'Elinor sortit de sa cachette pour se mettre justement devant eux, son poing fermé, dissimulant un objet plutôt petit.

      - Il fait beau aujourd'hui pour un petit repas en extérieur, vous ne trouvez pas ?

      Elle ouvrit son poing et en retira une petite boite d'allumette. Elle en sortit une, qu'elle gratta, déclenchant une étincelle. Le feu frétillait doucement sur le souffre, prêt à se répandre avec extase.

      - Du poulpe grillé, ça me tenterait bien !

      D'une pichenette, elle envoya valser l'allumette qui déclencha un brasier giratoire, mais seulement sur les bordures du filet de métal, n'enflammant pas les hommes-poulpes.

      - Barbecue flambé ! J'ai mis du rhum seulement sur les extrémités du filet. Cela devrait vous dissuader d'aller plus loin, sauf si vous voulez devenir des calamars grillés.

      Elle quitta le cercle de flamme en laissant ses victimes dans la panade, pour observer le reste de la scène. Les enfants avaient pris une cible, elle en avait éliminé deux pour l'instant. Il restait donc neuf petits poulpes, et le grand Chef aux cheveux visqueux. Celui-là, il serait sûrement pour le Capitaine ou Axel, prêts à trancher du sashimi.  


      Dernière édition par Elinor Lafayette le Dim 5 Oct 2014 - 22:24, édité 6 fois
        *Effet de surprise, qu'il disait le vioque. Effet de surprise...*

        A une petite centaine de mètres de la scène principale, le Chainsaw se sentait un peu à l'étroit. Car, en effet, le plan de Seido continuait à se mettre en place, et ceci en constituait la deuxième partie. Axel était en compagnie des enfants, les tireurs de noix de coco embusqués dans des buissons. Mais le tir qui allait suivre était un peu particulier.

        "Euh... Je sais que c'était mon idée, Frankyky, mais t'es sûr qu'il marche ce canon ?"

        Le charpentier était, pour l'heure actuelle, blotti dans un gros et vieux engin de guerre, prêt à servir d'obus humain. Bien que totalement timbré (être dans un canon était déjà amplement suffisant comme preuve), le punk ne pouvait s'empêcher de ressentir quelques doutes quant à la logique interne de ce plan de malade. Allez savoir à quoi c'était dû. Peut être était-ce le fait qu'il s'y sentait un poil claustrophobe, vu qu'il était serré comme du poisson à l'intérieur d'un onigiri ? Peut-être était-ce l'odeur de rouille et de vieux qui incombait légèrement son orifice nasal ? Ou peut-être, et seulement peut-être, parce qu'il s'était volontairement transformé en munition dans un canon à poudre vieux de cinquante ans et qui avait subi les réparations de fortune d'une bande de gamins à la McGyver ? Bref, l'appréhension montait, tandis que Frankyky était surexcité, derrière le cyborg, avec une petite torche en main.

        "Vous en faites pas, m'sieur Axel. Il n'a explosé que trois fois depuis qu'on l'a réparé.
        -Ah, ben si ce n'est que ça..."

        Axel se détendit un peu plus, ne portant pas vraiment attention à ce que venait de dire le petit chef. C'était bel et bien une réaction d'humain ça, d'espérer une garantie d'assurance dans une question et se rassurer qu'elle que soit la réponse. Mais il se mit soudain à réfléchir à ce qu'avait réellement dit le petit, et l'appréhension se remit à monter de façon exponentielle.

        "Attends, t'as dit quoi là ?"

        Et soudain, Kass, observant la scène, armé de jumelles, se mit à crier.

        "Chef ! La jolie madame, elle a sorti sa grosse bouboule de métal ! C'est le signal !"

        Et Frankyky abaissa alors sa torche pour enflammer la petite corde reliée au canon.

        "FEU !!"

        BANG.

        "Waaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !"


        Et tel une flèche de la vérité, tel un éclair de raison éclairant l'obscurité de l'obscurantisme, le jeune Giriko partit tête la première vers le champ de bataille, vers un Valhalla probable. Suspendant toute l'action de la guerre en cours entre sashimis et Desperados, le monde entier s'arrêta un moment pour écouter le cri virile de l'homme-canon, un joli "wah" en La 443 (un peu faux, comme la, n'était-il pas ?). Mais bientôt, le punk reprit ses esprits ainsi que ses cordes vocales, reprenant le contrôle sur une trajectoire bancale et une vessie sauvage. Quand il vit que la cible était proche, il se replia sur lui-même, en vol, pour présenter au visage du rastaman poulpeux ses deux pieds joints. Et à l'impact, le talentueux C.V.N.I rajouta un "Rock Out" pour ajouter une touche finale au chef d'oeuvre aérien dont il était l'auteur. Ce dernier impact de vapeur lui permit de s'appuyer sur le poulpe malgré la vitesse, et de se réceptionner, presque élégamment, sur des genoux tremblants et éprouvés, tout en essayant de garder la face. Étrange pour des genoux, moins étranges quand le reste du corps tentait de faire la même chose.

        Fier de sa patate monstrueuse, il se releva dans toute sa splendeur, et sans même vérifier s'il avait touché la bonne cible, ou si déjà il en avait touché une (si ce n'était pas le cas, alors il n'avait pas compris sur quoi il avait rebondi) et se mit à hurler :

        "NAILED IT, NIETZSCHES ! ÇA c'est l'art de mettre les pieds dans le plat !"

        Mais il se rendit compte bientôt que la guerre était encore loin d'être terminée, et reprit son sérieux aussi vite qu'il le pouvait. Il se tourna alors vers Seido.

        "Hé, OldMan, va trouver Krasspoutine. Eli et les enfants s'occupent de la piétaille, et moi je m'occupe de Bob."

        Et le punk de se retourner rapidement vers son adversaire. Toujours garder un œil sur son adversaire.

        Face à face avec le pire cauchemar de quelqu'un d'autre, Axel se mit en garde, et arbora son sourire fétiche. Bien que ce ne soit pas l'ordre habituel, après le premier gros coup, venait la provocation. Le cyborg agita sa main gauche à l'exemple d'un célèbre vieux maître de kung-fu expérimenté (comment ça, anachronisme ?!) et palabra quelques mots afin de faire perdre son calme à Bouche-en-bouillie :

        "Sushi or not sushi ?"


        Dernière édition par Axel "Chainsaw" Giriko le Dim 5 Oct 2014 - 15:27, édité 2 fois
        • https://www.onepiece-requiem.net/t9308-timbeeeeeeeeer-fiche-d-axe
        • https://www.onepiece-requiem.net/t9281-axel-chainsaw-giriko
        Un boulet. Aux cheveux rouges. Boulet. De canon. Mais pas que. Certes, il avait l'air coriace, mais Visqueux-tifs n'allait pas se laisser impressionner. Il en avait maté des tas de ces pirates humains. Ca n'en ferait qu'un de plus. Plus loin, la femelle. Trop forte aussi pour les subalternes. Et Noroma qui commençait à se tirer, laissant à ses hommes le soin d'en finir.

        - Mwarghagha ! Tu vas quelque part, Noroma ?

        Posté sur un rocher un peu en amont, Krasspoutine a fait son apparition. Fier et fringuant comme lors de la première rencontre des Capitaines. A croire que la pilule empoisonnée n'avait pas durée aussi longtemps que prévue.

        - Héhéhé... Vous aviez pas cru que je refuserais le défi que vous me lancez ! C'est mal me connaître !

        Un claquement de doigts. Et de la forêt sortirent de nouveaux sous-fifres. Une dizaine. Lui, il sauta ! De toute sa lourdeur. Pour retomber tout aussi fort sur le sol. Comme sur le bateau. Mais cette fois, le sol ne se courba pas d'un pouce. C'était de la bonne terre bien dure.

        - Cette fois, ça se passera pas de la même façon. En mer, ça tangue, ça bouge. Mon corps massif a besoin de stabilité. Sur la terre ferme, c'est autre chose.

        Sourire malsain. Quoi d'autre pour ce grossier personnage ? Il avait l'air vraiment confiant en tout cas. Sa force pouvait-elle se décupler tant que ça suivant le terrain ? Ce serait vite vérifié. Mais avant que le combat ne commence, autre chose arriva. Du côté des enfants. Un autre subordonné de Krasspoutine avait fait son apparition.

        Shark:

        Lui, il était du même genre que Visqueux Tifs. Bien plus costaux et insensible au feu.

        - Bien Shark ! Apprends à la marmaille à nous craindre !

        Y'avait de grosses chances que la rouquine intervienne. Les femmes pouvaient pas s'empêcher de défendre les mioches. Mais bon. Une pirate agirait peut-être autrement. Ca occuperait Shark au moins. Krass reporta son attention sur son adversaire.

        - Allons-y, Capitaine ! C'est toi contre moi !

        Plus loin, Visqueux-tifs, toujours attentif à tout, avait entendu son chef. Il allait se débarrasser du gêneur en face de lui.

        - Oui... on va faire pareil, boulet de canon. En temps normal je devrais juste te retenir. Sauf que j'ai décidé de te massacrer. Et après toi, ce seront les villageois.

          Le plan se déroulait comme prévu. Ses nakamas avaient attiré les poulpes hors de leur nid, et même les membres d'élite de Krasspoutine. Le capitaine adverse avait gardé ses hommes de qualité dans l'ombre lors de l'attaque de son navire, un coup de poker habilement placé, mais qui ne surprit pas vraiment Seido. De plus, le gros semblait avoir récupéré de leur affrontement, sans doute grâce à un métabolisme supérieur à la moyenne, vu qu’il était impossible de trouver un antidote pour contrer l'effet d'un mutagène, même pour Seido.

          «- Oh, mais tu n'es pas le seul à profiter de la stabilité de la terre ferme. Je ne serai pas aussi gentil qu'avant ! »

          Des paroles, soulevant un point important, un élément qui n’avait jamais traversé l’esprit du jeune homme : son  point faible, inconnu jusqu’à maintenant et soulevé par Gin. Seido était un homme d’expérience  avec de bonnes connaissances martiales, et ne craignant pas de devoir affronter un ennemi plus fort que lui. Le cas contraire est aussi vrai, un adverse plus faible ne sera pas traité différemment. Sa réticence à commettre un meurtre elle, était toujours là, mais ne représentait guère plus un obstacle depuis la mort de son second. Mais alors,  de quoi parlons-nous donc ? Sa naïveté !

          Et oui, le loup solitaire n’avait jamais été vraiment contraint à réellement combattre pour nuire à l’autre, mais qu’à le capturer en vie. Cet aspect de sa personnalité, ou cette habitude, allait probablement causer sa perte face à des ennemis mauvais et sans pitié, ou pire, celle de l’un de ses précieux nakamas, avec lesquels il devait encore vivre de belles aventures. Le temps était venu pour lui d’agir et de se réveiller de cette illusion que le monde était tout gentil, car ça n’était pas vrai, l’ayant vu de ses propres yeux à plusieurs reprises. Le jeune homme innocent qui partit à l’aventure pour espérer vaincre le mal seul n’avait plus sa place. Les gens mauvais, ravagés par le côté obscur, se devaient d’être combattus sans retenue, quitte à s‘approcher un peu de la barrière entre le bien et le mal.

          Faisant tournoyer son revolver dans sa main, plus motivé que jamais, il tira ensuite en direction du gros. Son énorme masse graisseuse lui offrait une protection non négligeable, déjà que les balles de Seido ne faisaient pas de lourds dégâts. Cependant, soyons honnêtes, cela devait être douloureux de recevoir un chargeur dans le ventre, non ? Le faux vieillard, surnom provisoire donné par Axel,  ne s’arrêta pas là, employant des balles fumigènes afin d'ôter la visuelle à son ennemi, profitant de cette occasion pour changer de position. Le capitaine des Desperados  migra sur la gauche, en faisant aussi chauffer Hinoen, et boire un mutagène pour gagner en vitesse.
          Dès que son chargeur fut vide, il le changea, optant pour les balles plus dévastatrices. Le pouvoir de l’autre était bien chiant, Seido l’avait vu, mais il comptait se battre à 100% dès le début. De plus, il avait un autre atout dans sa manche, encore un peu instable certes, mais qui pouvait s’avérer utile : le haki ! Enfin, si le jeune homme réussissait à l’activer, chose qui semblait loin d’être facile vu son manque cruel de pratique.

          En attendant, la fumée disparaissait, et Hinoen avait atteint son stade maximum. D’un geste rapide, le capitaine leva sa lame vers le ciel, provoquant une petite lame d’air rouge, servant de signal à ses nakamas. Il était temps de passer à la dernière phase du plan : exploser l’équipage adverse sans retenue ! Axel et Elinor était chargé des gros poissons, Gin, Stefan et Elphys en défenseur des autres, et en support si besoin. L'autre capitaine sembla cité son nom, accompagné d'insulte digne du grain qui lui servait de cerveau.

          «- Un petit cadeau pour toi Krass : Devil Demoniac Breath »

          L'utilisation de la Devil Sword était limité, autant balancer la sauce tout de suite, non ? Et une lame d'air super puissante, une !


          Dernière édition par Seido D. Noroma le Dim 5 Oct 2014 - 23:18, édité 1 fois
          • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
          • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido

          Sur de nombreux points de vue, Krasspoutine était dégoûtant. Ce n'était pas que physique et fruit du démon, mais sa personnalité qui était dégueulasse. S'attaquer à des enfants ! Le monstre qui les menaçait était tout simplement écœurant. On aurait dit qu'il avait macéré dans un étang plein d'algues pendant des années. Mais le plus effrayant n'était pas son apparence, mais les deux armes émoussées qui déchiraient plus qu'elles ne tranchaient. Pas question de le laisser faire du mal aux enfants.

          Ces derniers étaient déjà sur le qui-vive, et lançaient des objets coupants vers l'agresseur qui les repoussaient habilement avec ses deux armes. Elinor craignait de plus en plus pour eux. Ce qu'elle avait vu au dispensaire, elle ne voulait plus le revoir. Elle se mit à courir en direction du monstre et ordonna aux enfants de s'éloigner tandis qu'elle fit apparaître une menotte qu'elle fit tournoyer autour de son poignet, lui donnant un diamètre de plus en plus large, jusqu'à atteindre sa taille. Elle attacha les deux bracelets ensemble via une nouvelle menotte, plus petite et plus serrée. Le cerceau de fer était prêt.

          Elle abattit son cerceau vers le sbire de Krasspoutine en frappant en direction de sa tête, exécutant un mouvement circulaire du bras pour donner de l'élan. Comme elle l'avait prévu, celui-ci bloqua le cerceau avec son épée et la repoussa. Mince, il était costaud, celui-là. Il répliqua immédiatement avec sa main libre, obligeant la jeune fille à sauter sur le côté.
          L'adversaire relâcha le cerceau. Elle avait bien des idées pour le battre, mais seule elle savait qu'elle n'y parviendrait pas. Elle n'était pas assez forte et n'avait pas envie d'être blessée. Qui viendrait aider les gosses ?

          Alors qu'elle pensait, l'autre attaqua. Il ne lui laissait même pas le temps de respirer !
          Elle roula sur elle-même (que les acrobaties sont inconfortables dans l'herbe et les cailloux). Récupérant son cerceau, elle se mit à rattacher d'autres menottes dont un embout était accroché au cerceau, l'autre ouverte pour attraper la proie. Pourvu que cela marche, elle n'avait jamais fait cette combinaison auparavant.
          Alors qu'elle préparait son arme, le méchant la prit de vitesse et la blessa au bras. Elle gémit de douleur, le sang se répandant sur son épaule.  Elle avait beau créer des menottes rapidement, elle n'avait pas encore appliqué cela en combat mortel ! De rage, elle brandit son cerceau vers lui, qui répliqua de la même manière en le bloquant de son épée. Sauf que cette fois-ci, l'une des petites menottes captura la lame qui resta bloquée.

          Elinor était bloquée. L'ennemi était bloqué. On faisait quoi maintenant ?
          L'épée étant inutile, il la lâcha et se contenta de la hache. La cuistot refit pivoter le cerceau (ce qui était plus dur vu le poids du sabre en plus), mais cela se révéla efficace, vu que l'autre balourd se prenait sans arrêt sa propre arme dans la tête. C'était rigolo, mais ce n'était pas ça qui allait l'aider à s'en sortir.


          Dernière édition par Elinor Lafayette le Dim 5 Oct 2014 - 22:25, édité 1 fois
            Les hostilités étaient lancées, et chaque Desperado avait un poisson à cuire, semblerait-il. Le rasta d'Axel se relevait, et commençait lui aussi à provoquer son adversaire.

            "Oui... on va faire pareil, boulet de canon. En temps normal je devrais juste te retenir. Sauf que j'ai décidé de te massacrer. Et après toi, ce seront les villageois."

            Le punk lui fit un doigt d'honneur gentil petit pouce vers le bas en guise de réponse. Le tout accompagné d'une grimace dentelée.

            "Cause toujours, Bob. T'es pas crédible avec l'empreinte de mes pieds dans ta face."

            Et sans perdre un instant, il se mit en garde.


            Mine de rien, le punk savait qu'ils étaient quand même coriaces en face. Il savait que ça n'allait pas être une partie de plaisir. Que s'il ne faisait pas attention, il risquerait de finir en plancton. Mais Axel ne doutait pas. Ni de lui, ni de ses camarades. Leurs motivations, le désir de faire tomber ces semi-dictateurs allaient guider chacune des frappes des pirates. Le souvenir vivace et affreux des Mékanos handicapés, souffrant par leur faute, allait leur permettre, à chaque blessure, de tenir une seconde de plus, de frapper encore plus fort. Ils étaient les élus, les libérateurs. Leurs poings allaient ancrer chaque larme de chaque enfant à l'intérieur de leurs yeux globuleux, tranchant leurs branchies et marquant leurs peaux vert pâle à vie. Axel ne s'inquiétait pas pour les Desperados, non.

            Tout ce qu'il espérait, c'était qu'il puisse s'arrêter de frapper avant de déchirer ces pourritures en deux.


            A ces pensées, le diable se réveillait, les poings se serraient, et chaque muscle se tendait. Le sourire du cyborg d'apparaître, et il lança ses chaînes vers le rasta. Des mouvements amples, les chaînes se croisaient en direction de la cible, et les jambes du charpentier se préparaient à bondir pour la suite.

            Cette armée de crapauds allait regretter de s'être fritté aux Desperados.


            Dernière édition par Axel "Chainsaw" Giriko le Ven 18 Juil 2014 - 18:34, édité 1 fois
            • https://www.onepiece-requiem.net/t9308-timbeeeeeeeeer-fiche-d-axe
            • https://www.onepiece-requiem.net/t9281-axel-chainsaw-giriko
            Rusée la gamine. Se servir de sa menotte attachée à l'arme de Shark pour le repousser. Ainsi donc, elle avait des pouvoirs. Comme le Chef. En bien différent. Si elle en faisait une utilisation correcte, il était évident qu'elle ne possédait pas son pouvoir depuis longtemps. Ses mouvements n'étaient pas ceux d'un expert. Et on sentait la difficulté à propulser son cerceau avec l'arme adverse. Maintenant que l'homme poisson avait passé l'effet de surprise, il allait bloquer le coup. Il laissa passer une nouvelle attaque, et quand Elinor dut ramener à elle sa chaîne, Shark put lancer son plan. Ce qu'il fit. L'arrière de sa hache étant pointu, il réussit à bloquer un maillon de la chaîne, immobilisant complètement le mouvement de rétractation. Avec sa main libre, comme l'épée était toujours dans la menotte, il attrapa la chaîne, et tira d'un coup sec vers lui l'utilisatrice. Il aurait dû y penser bien avant, mais que voulez-vous, dans l'exaltation du combat...

            Elle tomba. Avec toute la force de son bras, Shark l'amena cette fois l'amener directement à lui. Pourtant pas question de la laisser s'éclater sur le sol, non. Alors qu'elle volerait encore dans les airs, l'homme-poisson allait la découper. Hache en l'air... Découpage !


            - Laisse-la tranquille !

            Sales gosses qui se regroupèrent pour pousser Shark, faisant ainsi passer sa hache à trois centimètres du visage de la rousse. Elle finit par manger l'herbe, mais elle était vivante. Les mômes, c'était pas dit. Ils auraient pas le temps de tous se barrer. Les derniers à la traîne seraient ceux qui prendraient le coup de hache. Mais encore une fois, l'attaque dévia. Parce qu'il tenait toujours la chaîne. Parce que cette fois, Elinor avait tiré dessus pour le retenir. Shark en avait ras le fion d'être bousculé.



            Visqueux-Tif aussi devait composer avec les chaînes de son adversaire. Mais il était plus malin que Shark, reconnaissons-le. Lui avait décidé de pas se laisser prendre pour un con. Saisissant un cadavre d'homme poisson à terre, il le balança sur ce qui lui arrivait dessus. Les chaînes s'enroulèrent sur un truc inutile.


            - Tsss... A part les attaques par surprise, tu vaux pas grand chose. T'es qu'une grande gueule au final.

            Sabre bien en main, l'homme créature s'élança sur son adversaire.


            Quant à Krasspoutine, ça ne se passait pas très bien. Le Noroma avait enchaîné un coup explosif. Le Crasseux avait même l'air... mort. Pourtant, ça n'arrêtait pas ses subordonnés. Ils continuaient de se battre. Peut-être parce qu'en fait, leur Capitaine venait de se relever. L'attaque avait fait des dégâts, c'était bien visible sur le corps de Krass. Malgré ça, il n'avait pas l'air de souffrir.

            - Mouais... T'as tout donné là ? Parce que quand jte dis que ça sera différent, je l'pense vraiment moi !

            Krass avança. Une lame d'air suivit. Il la mangea encore. Et encore, il avança. Il commença même à courir ! Dans la limite de son physique bien sûr. Au fur et à mesure qu'il approchait, son aura malsaine se développait. Deux sbires foncèrent sur le Capitaine Desperados, mais ne le retinrent pas longtemps. Pas grave. Ca suffirait. Krass fonça sur Noroma et l'entraîna dans son élan à travers les buissons. On pouvait se demander à quoi jouait le Crasseux. Certes, il était plus massif, mais au corps à corps, l'autre serait probablement avantagé.

            Il y eut de l'agitation dans les fourrés sans qu'aucun des combattants aux alentours ne puissent aider, trop occupés par leurs adversaires respectifs. Finalement, ce fut Seido qui ressortit. Les spectateurs assez courageux pour rester poussèrent des cris de joies. En général quand un chef gagne, la partie est finie. Et elle le serait peut-être.


            - Reposez-vous, les gars !

            Cette voix... Krass ! Lui aussi sortit des buissons. Il transpirait abondamment, de nouvelles coupures ici et là sur son corps, mais il n'était pas mort. Toujours pas.

            Avec un sourire tout aussi malsain que celui de leur Chef, les deux lieutenants Visqueux-Tiffs et Shark arrêtèrent le combat et reculèrent d'un bond pour venir se poster près de Krasspoutine. Seido n'avait même pas esquissé un mouvement pour les attaquer. Mais c'était normal. Il avait un poulpe collé sur la nuque.


            - Allez Noroma, va donc t'occuper de tes "camarades".
              Y avait pas à dire, il était malin le rasta. Axel était persuadé qu'il allait éviter, ou du moins bloquer. Ça lui aurait donné le temps de bondir sur sa cible et d'enchaîner. Mais non : les chaînes du cyborg étaient désormais bloquées sur un cadavre, un vulgaire placebo. Le vrai danger lui, courait à toute vitesse sur le charpentier, la lame dégainée.

              "Tsss... A part les attaques par surprise, tu vaux pas grand chose. T'es qu'une grande gueule au final."

              Le poulpe un peu présomptueux avait, pour le coup, droit de l'être. Axel avait les bras immobilisés à cause de la surprise du rasta. Il ne pourrait pas éviter ce coup : pas de blocage possible, et le poids du leste le ralentirait. Visqueux-tifs avait vraiment bien joué son coup. Mais ce qu'il ne savait pas, c'est qu'Axel n'en était pas à son premier combat avec un sabreur.

              "Ah, parce que tu crois que tu en as fini avec moi ?"

              Les yeux du cyborg s'illuminèrent face au rasta. Et contre toute attente, sans garde préparée, sans rien du tout, Axel courut vers sa cible. Au lieu de tenter d'esquiver, de bloquer, il se jetait délibérément dans la gueule du loup, tout sourire. Choix stupide ? Fou ? Désespéré ? Non. Réfléchi. Parce qu'alors que le punk se rapprochait, Visqueux-tifs ne pouvait plus reculer et n'avait plus le temps de tendre son bras pour que la vitesse de la lame soit à son maximum. Aussi, elle s'implanta dans l'abdomen du punk, sans que le coup ne soit aussi dévastateur que voulu. Le jeune Giriko avait prévu cette situation, c'est ce qu'on appelait la différence d'un pas : le coup n'ayant pas le temps de se déployer, la lame devint moindre.
              Et maintenant, la main du poulpe était bloquée sur la garde de son sabre, et le sabre était coincé dans le Giriko. Le Giriko était alors à deux pas de sa cible.

              "Coucou toi."

              A ce moment, Axel tira sur ses chaînes, et présentait son coude au visage collant du rasta. Entre le cadavre qui se rapprochait et le coup propulsé, la tête de Visqueux-tifs servit de garniture au sandwich improvisé du charpentier. Ni une, ni deux, le punk enchaîna par un coup de genou au niveau du plexus, puis un direct du gauche dans la face. Il prit ensuite le cou de son adversaire avec sa main droite et se retourna, projetant le sushi au loin. Autant le poulpe avait bien joué son coup, autant Axel était presque imbattable à aussi courte portée.

              Le punk détacha ses chaînes du cadavre et se prépara à les utiliser, quand une voix retentit sur le champ de bataille.

              "Reposez-vous, les gars !"

              Et soudain, Visqueux-tifs partit sans demander son reste. Il se déplaça près de son chef, et le punk vit, entre temps, son capitaine avec un poulpe sur la nuque. Seido regardait désormais ses nakamas avec le regard vitreux, blanc, vide. La main serrée sur la lame, et le corps tendu. Oh boy. On était pas dans la mouise.

              "Allez Noroma, va donc t'occuper de tes "camarades"."


              Axel n'était pas forcément très brillant, mais il ne fallait pas être un génie pour comprendre que premièrement, ça ne servait à rien de continuer à attaquer les poulpes. Deuxièmement, il fallait enlever cette saleté de mollusque sur le capitaine. Et troisièmement, entre les poulpes, le Noroma bizarre, les blessures et les enfants à protéger, les Desperados allaient douiller dur. Non, mais vraiment. Dur.

              Le punk rangea ses chaînes, et tâta sa blessure. S'il avait vraiment un moment de répit, c'était maintenant. Mine de rien, même s'il avait amoindri le coup de Visqueux-tifs, c'était quand même une grosse blessure. La lame peut-être ? Ou la force de son adversaire ? Peu importait, maintenant. Il avait bien fait d'avancer comme un taré. Axel ouvrit alors son compartiment de jambe pour y dénicher une bouteille de whisky. Il prit une rasade (devant l'air inquiet et surpris d'Elinor) et ouvrit son compartiment abdominal. Il échangea l'une des bouteilles d'eau avec celle d'alcool, et referma le tout. Il s'approcha ensuite de la cuistot, et se posta à ses côtés face à leur capitaine aux yeux de poisson. Il chuchota quelques mots à l'oreille d'Eli.

              "On aura besoin de Seido si on veut gagner cette bataille. J'ai p'tet' une solution, mais j'y arriverais pas tout seul. Va falloir que tu me couvres."

              Le punk se mit alors en garde.

              "Garde l'oeil ouvert."


              Et à ces mots, le jeune Giriko serra les poings et les lèvres. Si en plus on devait combattre ses alliés maintenant... Effaçant la dernière once de doute dans le creux de sa tête, les tronçonneuses rugirent.

              Bras dentelé gauche en avant, Axel se rua sur Seido.


              Dernière édition par Axel "Chainsaw" Giriko le Dim 5 Oct 2014 - 15:42, édité 3 fois
              • https://www.onepiece-requiem.net/t9308-timbeeeeeeeeer-fiche-d-axe
              • https://www.onepiece-requiem.net/t9281-axel-chainsaw-giriko

              Bien avant l'affrontement ...

              «- Voici donc le plan, c'est clair pour tout le monde ? »

              «- Oui, oui, c'est la troisième fois que tu l'expliques.»

              «- Ouais, ça va, on va gérer, t'inquiète ! »


              Effectivement, le plan semblait avoir été assimilé, même si plusieurs choses dans celui-ci ne plaisait pas à tout le monde. Mais bon, il fallait bien faire des choses déplaisantes pour avancer. Cependant, il y avait encore un élément que Seido n'avait pas encore cité, ce qui pouvait les conduire directement dans l'au-delà si on n'y prenait pas garde. Ainsi, suite un raclement de gorge, le capitaine des Desperados reprit à nouveau la parole.

              «- Je n'ai pas été tout à fait honnête avec vous. J'ai dit comme je m'occuperais de Kraspoutine, mais ça sera à vous de gérer l'ennemi le plus puissant si il montre le bout de son nez, et ça pourrait être difficile.»

              «- Et pourquoi ça ne serait pas à toi, de gérer ce type ? »

              «- J'aurais du mal, vu que ce gars, c'est moi.»


              Une terrible révélation. Non pas que Seido était un allié de Krass, loin de là, mais le bougre avait la possibilité de contrôler une personne via une espèce de mollusque, ce qu'il avait fait à Gin durant leur première rencontre. Vu que les deux capitaines allaient s'affronter en 1 vs 1, Seido était la seule cible probable de cette capacité, et, soyons honnête, le capitaine des Desperados était le pire ennemi possible dans la bande.

              «- Dans ce cas, ne m'affrontez pas directement. Dopé aux mutagènes et sous son contrôle, je serai une machine à tuer et sans pitié. L'unique option est de brûler la bestiole. Je ne sais pas si on peut se libérer seul de cette emprise, donc faut prévoir le pire scénario. »

              La tâche de se charger de lui incombait bien sûr à Axel et Elinor. Les autres devaient défendre les habitants de l'île. Seido ne voulait pas voir de blessé dans son camp. Se connaissant mieux que quiconque, le capitaine savait de quoi il était capable, mais aussi ses compagnons et bien que ça pouvait sembler présomptueux, les gérer n'était pas impossible. Il lui fallait un plan B. Les poulpes étaient, en quelques sortes, des parasites, non ? Et si lui-même était un parasite ? Ayant gardé des restes, Seido modifia un peu la formule chimique de ses mutagènes et y ajouta ces choses. Avec un peu de chance, cela l’immuniserait peut-être ?


              Retour à l'instant présent...

              Seido s'avança vers son ancien camarade, sans cesser de le regarder. Tendant son bras gauche, une première détonation apparut. Toucher le cyborg signifiait de lui infliger de lourds dégâts, causé par le "Blow Bullet". Vif, le gars esquiva le coup, connaissant très bien les capacités de son capitaine. Elinor bougea aussi, prête à effectuer une manœuvre avec son coéquipier qui essayait de ne pas se faire toucher. Le sabre de l'homme pointait Elinor, et avait cesser de briller. Que préparait-il ?

              *Continue à esquiver, vas-y ! Oblige moi à user un autre mutagène !*

              La sensation d'être piégé dans son propre corps et incapable de bouger était vraiment désagréable. En plus, si on était conscient, on pouvait voir ce qu'il se passait. Le jeune homme ne cessait de prier pour que rien n'arrive à ses compagnons, et essayait de lutter, sans pour autant y arriver. Cependant, le contrôle du mollusque sur son corps n'était pas à 100% ! En effet, même si ça n'était que très très bref, il pouvait réaliser des contractions musculaires !

              *Non, non ! Pas par là Axel, non !*

              BOUM

              Krasspoutine sourit de toutes ses dents devant ce spectacle. Voir un équipage se faire décimer par ses alliés l'amusait, ce qui augmentait la rage de Seido, capable de voir le phénomène. A un moment ou à un autre, il allait lui démolir la face ...


              Dernière édition par Seido D. Noroma le Dim 5 Oct 2014 - 23:22, édité 1 fois
              • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
              • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido
              Elinor avait été mal pendant un moment. Elle aurait vraiment dû mourir, coupée en deux comme elle coupait le poulet avant de le mitonner et le farcir. Adieu, veau, vache, cochon, couvée... Une étoile scintillante la sauva du massacre à la hache, en la présence de ses anges en culotte. Ouf... merci les enfants !
              Furieux, le monstre se préparait à se retourner contre eux. Cela, il n'en était pas question. Elle ne se laisserait pas faire.

              - Je t'interdis de les toucher, t'as compris ? Tu es mon adversaire !!

              Elle n'avait pas l'intention de lui permettre d'avancer. Elle avait la rage. Elle lâcha la lame maintenue par une menotte, libérant l'adversaire. En compensant sa force physique par une vitesse fulgurante (en comparaison du lourdaud d'en face), elle enchaîna par des mouvements gracieux, circulaires et bien placés de bas en haut, en diagonale - sur un Shark surpris par ce regain d'énergie, alors qu'elle était à terre. Il suffisait de peu de choses pour obtenir une nouvelle force. Cela peut paraître un cliché, mais tant pis. On défend mieux les autres que soi-même. Combien de temps cependant son offensive allait-elle durer ? L'effet de surprise allait un temps. Les bons sentiments se suffisaient pas, sinon il n'y aurait que de bonnes âmes sur terre !

              Alors qu'elle cherchait une solution, son adversaire s'arrêta et recula, se mettant en retrait. Mince, avait-elle gagné ? Était-ce si facile ?

              "Allez Noroma, va donc t'occuper de tes "camarades"."

              ***

              La situation se compliquait, bien que prévisible. Seido avait évoqué cette possibilité, mais s'y résoudre était une autre chose. Le Capitaine avait conseillé de ne pas l'attaquer de front. Facile à dire, surtout qu'elle ne voulait pas lui faire de mal et encore moins le tuer. Non, elle refusait d'envisager le pire. La mort de Wohr l'avait dévastée, elle était restée déprimée pendant longtemps. L'arrivée d'Axel et de Stefan, ainsi que la bonne humeur d'Elphys et de Gin, la confiance de Seido lui avaient permis de franchir le cap. Cela ne devait pas recommencer.
              Axel était un pro des attaques directes, aussi devait-elle profiter de ses offensives pour attaquer en biais. Elle pouvait sûrement le bloquer.... Quant au fait de brûler le poulpe, elle était la spécialiste des grandes flambées. Pour une précision chirurgicale, Axel possédait peut-être une invention quelconque qui ferait l'affaire.

              Elle attendit donc un peu, observant les échanges entre les deux types les plus forts, à ses yeux, de l'équipage. Le duel était effrayant, elle se sentait plus faible comparée à ces deux fous furieux. Elle devait opter pour une autre tactique.
              Elle réajusta la taille de ses deux menottes, pour celle plus traditionnelle. Pour vaincre, sans trop blesser, la règle était d'immobiliser. Cela devrait être dans ses cordes. Dans ses menottes, plutôt. Cependant elle renonça à utiliser ses techniques habituelles. En effet, le poulpe puisant dans l'esprit de Seido, peut-être s'emparait-il aussi de sa mémoire afin de retourner les attaques de leurs amis contre eux.

              Alertée par un "boum", elle fit par réflexe un bond de côté, la sortant violemment de ses pensées. Elle l'évita de justesse : elle était donc visée. Le cœur battant, elle prit le parti de rester en action pour devenir cible mouvante, et interpella Axel pour qu'il réalise un de ses coups d'éclats dont il était friand.

              Le combat s'engagea entre Capitaine et Charpentier, tandis qu'Elinor galérait à trouver une idée de génie. Il fallait l'immobiliser. Elle avait le pouvoir pour ça, mais sur le terrain, c'était plus difficile à mener.
              Elle profita de la diversion d'Axel pour tenter de se jeter aux pieds de son Capitaine, afin d'accrocher une menotte à sa cheville. Mais il l'envoya d'un coup au ventre qui la plia en deux. Ça ne serait pas facile....


              ***

              Cachée dans l'ombre, une personne observait la scène. Elle ne devrait pas être là. Elle savait qu'elle avait désobéi aux ordres de son chef. Pourtant, quand on la connaissait, elle n'était pas du genre à traverser en dehors des clous. Le train-train et le plan-plan étaient sa devise.
              Cependant, une seule chose pouvait la faire sortir de sa retraite. Et cette chose la mettait dans un tel état que ses mains, serrant un objet long et cylindrique, tremblaient de rage.

              - Cet être... est immonde... immonde... Ce genre d'entité ne devrait pas exister de cette terre. Il faut l'éradiquer. Nettoyer...



              Dernière édition par Elinor Lafayette le Dim 5 Oct 2014 - 22:26, édité 1 fois
                - Mwarghaghagha !

                La réponse de tout bon méchant qui se respecte, non ? Il faut dire que c'était délectable. Un pirate qui prend soin de ses compagnons, et qui finalement finissait par se retourner contre eux. Plié devant ce spectacle, Krasspoutine pensa néanmoins à passer à la phase suivante. Un claquement de doigts, et ses lieutenants s'approchèrent de lui.

                - Vous allez me faire le ménage. Apparemment les péquenots du coin ont pas compris à qui ils avaient affaire. Trouverez les petits malins qui se cachent dans les buissons. Et les gosses... j'peux pas les blairer. Vous allez me rapporter les plus costaux, en meilleur santé. On en fera des soldats. Plus ils sont pris jeunes, plus ce sera facile pour le poulpe de s'approprier le corps. Tuez les autres.

                Un sourire carnacier sur leur visage flasque, les deux poissons se dispersent. Voyant les créatures s'approcher d'eux, les petits curieux restés pour voir le supposé triomphe des Desparados prirent leurs jambes à leur cou. Ou tentèrent. Visqueux-Tifs bondit sur les plus lents qui commencèrent à prendre des coups de sabre. Shark, lui, allait se venger des gosses.

                Krass, pour sa part, allait jouer un peu plus. S'approchant sans peur de Norma, il colla même son bras autour du cou du pauvre homme.


                - Bah alors, on a un peu de mal ? Pas foutu de se retourner contre votre Capitaine qui pourtant lui ne pense qu'à vous tuer ? Ou il est vraiment trop fort pour vous ? Allez, je vais vous faire une fleur.

                Le pirate dégoûtant sortit son sabre, colla la lame sur le flanc du Capitaine Desperados, et trancha ! Une belle entaille bien saignante, une ! Pourtant, Noroma ne réagit pas. Comme si de rien n'était ! Le poulpe colé sur lui y était naturellement pour quelque chose

                - Mwarghagha ! Allez, avec ça, faites moi rêver ! Tuez-le pour préserver vos misérables vies ! Et toi, vas-y mon petit soldat ! Attaque-les, fais-en de la bouillie !
                  Toujours caché derrière un arbre, dans le dos de Krasspoutine, Stefan était à un endroit plutôt à l'abri du champ de bataille, qu'il pouvait observer néanmoins. Il frissonnait de rage à la seule vue de cet être répugnant qui lui donnait à la fois envie de hurler et de vomir. Et encore, ce n'était qu'en considérant son physique. On pouvait encore rajouter des qualificatifs du dégoût. Il était aussi immonde à l'intérieur qu'à l'extérieur, et la façon dont l'équipage Desperados était maltraité par un branquignol ne seyait guère au géographe. L'Impureté devait être exterminée, sans aucune pitié. La mort était trop douce pour une immondice.

                  Seulement, c'était bien beau de râler, encore fallait-il passer à l'offensive. Et le cœur du jeune homme balançait entre deux possibilités.
                  La première était de tuer Krasspoutine et le faire brûler dans un feu de joie avant d'enterrer ses cendres. Ou de brûler les cendres pour qu'il ne reste plus rien.
                  La seconde était de venir en aide à Axel et Elinor, en mauvaise posture devant un Seido envoûté par un poulpe. Afin de soit-disant simplifier le combat, Krass le roi de la crasse blessa le Capitaine sous l'emprise du tueur de volonté, il ne réagissait pas à la douleur. Pourtant, cela devait faire mal.

                  Problème de la première solution : si sa cible se retournait contre Stefan, ce dernier n'aurait aucune chance. Il en aurait encore moins s'il s'évanouissait, au simple toucher de Krasspoutine. L'adversaire était nettement plus fort que lui, et cette configuration était à prendre en compte.
                  Seido aussi était puissant, mais il y avait contre lui deux personnes capables de le bloquer. Enfin, plus qu'une maintenant. La plantureuse cuistot avait abandonné Axel, seul dans un duel avec le chef. Elle partait protéger les enfants, menacés par les hommes de main. Elle n'était pas surnommée la "Mama" pour rien, celle-ci...

                  Le navigateur de substitution rangea son balai, fort peu utile dans la configuration actuelle du champ de bataille. Peu utile, et peu recommandé. Il n'avait pas la moindre envie d'un combat rapproché en règle générale, mais là, c'était le bouquet. Autant tenter d'user de sa nouvelle arme. Ce serait une grande première en lutte réelle. Il risquait de blesser Seido, mais comme ce dernier l'avait dit lui-même :"faut prévoir le pire scénario". Il décrocha de son dos encombré un arc flambant neuf, s'empara d'une flèche de son carquois, qu'il reconnut sans problème grâce aux différents empannages.

                  "L'unique option est de brûler la bestiole". Bien, Capitaine. Je m'en occupe. Il retira délicatement une protection qui entourait la pointe de flèche, dont l'odeur indiquait qu'elle avait été imprégnée d'un produit. Stefan approcha délicatement un briquet à l'extrémité, qui s'enflamma légèrement. Bientôt, elle s'embraserait totalement. Il devait donc faire vite.

                  Il se mit en position de tir, repéra l'homme aux cheveux blancs. Il tira sur la corde pour tendre l'arc, reculer la flèche qui continuait progressivement à brûler. Mince, Seido, ou plutôt le poulpe, n'était pas du bon côté. Il devait attendre, mais ne pouvait pas.
                  Bien qu'étant sceptique, il se dit qu'il pourrait essayer d'influencer le destin, en tentant une transmission de pensée. "Axel, fais en sorte qu'il bouge. Qu'il bouge... vers la droite. Mais non, pas à gauche, imbécile de cyborg! Là, très bien... Parfait..."

                  Et lorsqu'il eut enfin son opportunité, il lâcha la corde. La flèche fendit l'air, à toute vitesse, traversa la distance qui la séparait d'un poulpe à griller.


                  Dernière édition par Stefan Defoe le Sam 18 Oct 2014 - 23:27, édité 2 fois
                  • https://www.onepiece-requiem.net/t11731-journal-de-bord-de-stefan
                  • https://www.onepiece-requiem.net/t11688-stefan-defoe-navigateur-pointilleux-juste-un-peu
                  La bataille faisait rage. Seido ne revenait décidément pas à lui une seule seconde, et Krass en avait profité pour lui faire une large blessure au flanc. Cela n'avait même pas affecté les réflexes du combattant hors pair que représentait le capitaine, à cause du poulpe. Tout ce que Krass avait fait, c'était d'une, montrer que le corps était loin d'être une barrière pour les mouvements du poulpe. Et de deux, s'assurer que si jamais Seido revenait à la raison, sa blessure allait fortement l'handicaper. Deux problèmes sur le dos maintenant. Axel allait en baver.

                  Parce qu'évidemment, les hommes-poissons bizarroïdes ne s'étaient pas contenté de rester ici, à regarder les Desperados s'acharner l'un envers l'autre, non. Ils étaient parti attaquer les enfants. La belle jambe. Eli désertant le front pour aller les défendre, Axel se retrouvait désormais en face à face avec son capitaine. Quelques coups avaient déjà été échangés, et le cyborg commençait à s'essoufler. Avec les tronçonneuses en marche sur son bras, il sentait ses réserves de vapeur descendre, petit à petit. Mais il n'avait pas le choix. Les coups de Noroma restaient précis et infaillibles. Si le punk n'avait pas ses tronçonneuses, il allait se faire charcuter. Mais bon, encore un assaut, encore un. Parce que l'abandon ne faisait pas partie du vocabulaire des Desperados.

                  Axel se rua sur son adversaire. Coup de pied volant gauche, suivi d'un coup de coude visant la tête. Tous les deux parés. Deux coups de sabres de la part du vieux jeune, en croisé. Reprenant sa garde instantanément, le jeune Giriko parvint tout juste à bloquer. Le revolver adverse s'arme, et tire à quelques dizaines de centimètres de la tête du punk. Roulade sur la gauche pour éviter. Damn it. Même pas le temps de profiter du temps mort après le tir : Seido retira une balle dans la direction de son nakama. Aouch. Celle-là avait touché le punk, éraflant sa joue droite. C'était juste tout de même. Mais c'était loin d'être terminé.

                  Le jeune Giriko revint à la charge, et passa par-dessus Seido pour éviter une lame errante. De retour sur ses pattes, de l'autre côté du Noroma, punch droit facial. Qui avait mouche d'ailleurs. Enchaînement par un kick gauche, puis un punch gauche. Le dernier coup fut malheureusement bloqué, alors que le manteau rouge, même touché, ne bronchait pas. Et un autre coup de lame. Chainsaw prit de la distance, mais se mangea le bout de la lame quand même sur son torse. Face à un mec qui ne bronchait pas quand il se faisait toucher, et qui de plus avait une technique incroyable, comment s'y prendre ? Axel avait besoin d'une ouverture, ou il allait vraiment avoir du mal. Parce que c'était au tour de Seido de se ruer sur l'autre.


                  Et tout d'un coup, alors qu'il était en plein milieu de sa charge, une flèche sortit de nulle part. Fendant l'air dans un bruit véloce, elle atteignit magistralement le poulpe de Seido, qui se mit à cramer doucement. On entendit un râle strident venant de la cible, alors que Seido s'immobilisa soudain, la lame devant le corps. Le poulpe semblait vouloir résister, mais dans ce combat, cela représentait un temps mort, une ouverture. Bingo.

                  Axel courut vers son adversaire. Il avait attendu ce moment impatiemment et avait déjà calculé son coup. Il frappa violemment la lame du sabreur avec son bras armé gauche, glissant le long du Meitou en question, et les étincelles jaillirent par dizaines, par centaines, par milliers. Le bras droit du punk se tendit alors, paume vers l'avant, pile sur les étincelles. Parce qu'après tout, c'était tout ce dont il avait besoin.

                  "Sorry, Cap'tain."

                  Et le réservoir d'alcool du punk se vida alors d'une traite. Toute la vapeur sortit d'un coup, et une explosion magistrale s'effectua alors. C'était un coup de Reckless Life. Le punk fut projeté en arrière, alors qu'un Seido s'était perdu dans un nuage de fumée épais.



                  Axel se releva avec du mal. Entre ses blessures et la forte teneur en alcool de la vapeur qui parcourait ses veines, il était un peu groggy. Mais il avait un sourire aux lèvres. Il engueula l'archer, qu'il reconnut au loin.

                  " 'Tain princesse, t'aurais quand même pu arriver plus tôt."

                  Et une moquerie fraternelle, une. Grâce au coup de Stefan, Axel avait pu placer cette explosion qui normalement, changerait le cours du combat. La montée en flammes soudaine sur le corps de Seido allait faire deux choses : le libérer du poulpe, et cicatriser ses blessures, en échange de quelques brûlures.  Du moins, normalement.

                  Et avec de l'espoir dans les yeux et un sourire aux lèvres, le punk fortement alcoolisé et en piteux état fixait le nuage de fumée, attendant qu'il se dissipe. Et alors qu'il vit un petit mouvement faiblement se discerner à l'intérieur, il interpella le nuage.

                  "Bon Seido, je pense que t'as eu assez d'effets spéciaux comme ça, non ?"


                  Dernière édition par Axel "Chainsaw" Giriko le Dim 5 Oct 2014 - 15:57, édité 1 fois
                  • https://www.onepiece-requiem.net/t9308-timbeeeeeeeeer-fiche-d-axe
                  • https://www.onepiece-requiem.net/t9281-axel-chainsaw-giriko

                  La douleur, la fureur et l'odeur, voilà ce que Seido sentait à peine libéré de sa prison. La fumée n'était pas encore descendue qu'on entendait un bruit de verre qui se brisait sur le sol.

                  «- Mwarghaghagha ! Le Noroma est en colère, allez, viens, si tu l'oses ! »

                  Mais il ne vint pas, ce qu'on remarqua alors que la fumée disparaissait. Au même moment, un bruit sourd retentit près des gosses, une sorte d'explosion et là, c'était le Noroma. C'était vrai que Krass l'avait nui, et presque fait tuer ses nakamas, et devait être puni pour ça, mais ça n'était guère urgent. En effet, lorsque les Desperados arriveront à vaincre, un autre mal serait à affronter : Elinor, qui se montrerait impitoyable si l'un des enfants étaient blessés ou morts. Avouons-le, cela intéressait aussi Seido, mais sa nakama possédait cet instinct maternel qui pouvait s'avérer dangereux !

                  Ainsi, à peine sous l'influence de son Infernal Paw, le capitaine des Desperados se dirigea directement vers les deux sous-fifres, revolver en main et sabre également, pointé vers le bas. Ne pouvant pas s'attaquer aux deux en même temps, il tira une balle vers Visqueux-tifs près duquel Gin et Elinor se dirigeaient afin de le ralentir, voir le blesser, et fonça à toute vitesse sur l'autre, nommé Shark, et ce en serrant les dents, sa blessure lui faisait un mal de chien. Peut-être à cause de l'apparence, mais surtout à cause de cette action ignoble, c'est-à-dire s'en prendre à un enfant, le capitaine des Desperados se montra sans aucune pitié, démontré par sa première attaque envers son adversaire.

                  «- Naughty Switch ! »

                  Tenant à présent son magnifique katana à deux mains, Seido l'attaqua à l'aide d'une coupe en diagonale. L'autre, averti par le coup de feu, s'était arrêté et retourné, réduisant à néant son attaque surprise. Alors que le fish stick s'apprêtait à parer, le pirate fit une simple manœuvre et changea la trajectoire de l'arme à l'instant fatidique, sous le regard surpris du poisson. La lame rencontra la chair et coupa, sans s'arrêter. Le sang gicla, éclaboussant le mec au manteau rouge, tandis que le mec tombait à terre en tenant sa blessure. Il était temps de s'occuper de l'autre gros fils d'une mère qui aurait probablement honte de lui.

                  «- AXEL ! »

                  Le gars ne vit pas que Krass s'était approché de lui. Et non, Seido n'allait pas le laisser contrôler un autre compagnon ! Frappant le sol pour prendre de l'élan, le capitaine des Desperados fonça vers eux, mais savait bien que le temps allait lui manquer. De plus, en ayant forcé pour attendre Shark, son flanc lui faisait vraiment mal et la blessure risquait de s'ouvrir. Ainsi, il s'arrêta, en saisissant à nouveau son revolver, il tira une série de coup de feu en leur direction, laissant vide son chargeur. Cependant, au moins, le charpentier avait eu le réflexe de se baisser et l'autre avait dû reculer pour ne pas se faire toucher. Le bougre était agile en considérant sa masse graisseuse ! Maintenant à leur hauteur, Seido fit signe à son coéquipier d'aller s'occuper des autres.

                  «- Fini les conneries, tu vas payer !»

                  «- Essaie toujours ! »

                  Le moment attendu et redouté venait d'arriver, la libération du pouvoir répugnant de Krass. Le sentant, Seido recula d'un bond, rangea son katana en faisant un signe, et changea ensuite le barillet de son arme. Si la distance était la clé pour le vaincre, le gros allait devoir gérer non pas un, mais deux tireurs, et ça n'allait pas être du gâteau.
                  • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
                  • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido