-50%
Le deal à ne pas rater :
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + 2 gobelets double paroi en ...
19.99 € 39.90 €
Voir le deal

L'Histoire (avec deux majuscules)


- Ile des hommes-poissons –
- Quartier des sirènes -



-Alors ? J'attends.

Un long silence gêné répondit à la voix douce mais autoritaire.

-Dix ?

Nouveau silence, où celui à qui était adressé la réponse y laissait pleinement entendre qu'il était toujours temps de la reformuler.

-Cinq ?



Au fond de la pièce, une porte racla en silence sous la main adroite d'un garde précautionneux. Le glissement mesuré de ses nageoires dans l'eau portait à peine tant il prenait soin de ne pas se montrer inopportun. Puis, suite à une petite toux toute diplomatique, il s'annonça.

-Monseign*/ !...

Un doigt impérieux s'éleva à sa rencontre, coupant net son élan.
Puis la voix tonna une fois de plus, pressant de son autorité tout espace.



-J'attends toujours Taiween.

-Siss ?

-Non. Six tu l'as déjà dit.

-Cinq ?

-Cinq aussi tu l'as déjà dit, et c'est avant le six qui plus est. Fais un effort.

-...

Nouveau silence où l'on peut sentir vibrer jusque dans l'eau d'impressionnants efforts de concentration.

-H...
-...
-Hu...
-Après le sept vient le ?...
-Huit !

Le cri triomphant de la fillette fit voler en éclat la tension des lieux.

-C'est très bien ma chérie.

Face à cette voix ayant de nouveau repris ces accents paternels et chaleureux, le visage de la petite sirène s'éclaira comme un phare dans la nuit. Son sourire aurait pu insuffler la vie aux mourants.

-On a finit pour aujourd'hui Taiween. Maintenant, file jouer avec tes amies ; et n'oublie pas de tout réviser pour demain d'accord ?

-Oui ! S'exclama dans un rire la fillette avant de détaler en deux coups de nageoire heureux.




Immobile dans le silence qui reprenait ses droits, le garde attendait impatiemment que se reposent sur lui toutes les attentions afin qu'il puisse enfin délivrer le message qui lui brulait tant la gorge.  Large brassement d'eau, une masse immense se tourna enfin vers lui.

-Alors ?
-Ils ont commencé à bouger Monseigneur.

-Bien.

Un simple mot, mais dans lequel on pouvait percevoir tant de puissance. La fin d'une attente, le début de tout. Et plus la moindre trace de chaleur ou de bonté.

-Faites rassembler les troupes. Et amenez moi mon trident.

La masse glissa avec la force des continent à côté du garde toujours au garde à vous, impassible mais pas insensible, lentement mais sans que rien ne puisse s'y opposer, vibrant de détermination et de zèle, la force des marées et le calme des eaux profondes.



Le garde mis quelques secondes avant de pouvoir enfin cracher ces quelques mots :

-A vos ordres généralissime Hanbanama !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei

- Palais Ryuugu -


Dans un vacarme à peine absorbé par l'épais tapis qui recouvrait l’immense couloir, l'escouade de gardes passa en trombes, tout cliquetant de pièces d'armures et de peur. C'est à peine s'ils firent attention à la petite masse colorées qui s'était prudemment écartée, bien à l’abri derrière un épais rideau. Prudemment, comme si elle sentait le tension dans l'eau avec autant de discernement que les adulte autours d'elle, la princesse Bishu sortie de sa cachette.

Un coup d’œil de chaque côté lui permit de se rendre compte qu'elle ne risquait plus de se faire écraser par une meute d'hommes en arme pressés, si affairés en ce jour qu'elle s'en étonnait coursive après coursive. Tout le palais était en émoi. Pourtant, telle une terrible malédiction dont personne n'oserait prononcer le nom de peur de lui donner de la force, la source de cette panique palpable lui restait inconnue.

Peu importe, la seule chose que comptait en ce moment même pour la jeune princesse était de retrouver sa grande sœur, si distante ces derniers jours et mystérieusement disparue depuis qu'elle l'avait perdue de vue dans la Forêt marine. Elle avait tant de chose à lui demander. Tant de questions sans réponse. Tant besoin de se rassurer et de comprendre auprès de celle qu'elle aimait tant.


Accompagnée de son plus fidèle ami, la princesse se redonna sans qu'elle ne sache trop pourquoi du courage, avant d'aller de l'avant. En quelques coups de nageoire, la princesse Bishu repartit donc au hasard des couloirs et des vastes salles du palais, ignorées de tous ces adultes que la terreur assaillait.

-Vient Bubulle, elle est peut être par là.

Blop fit le poisson pour toute réponse avant de lui emboiter le pas.


Dernière édition par Toji Arashibourei le Mar 29 Avr 2014 - 12:32, édité 3 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei

- Quartier des Tritons -


-Mais où est-elle ? Par la grande bleue où est elle encore aller se fourrer ?

-Prince, le contingent est prêt. Nous n'attendons que vous.

Derrière l'officier de la garde, une douzaine de tritons en arme l'observaient tous avec une irritation camouflée au mieux mais néanmoins si apparente. Tous étaient des soldats valeureux, prêts à payer de leur vie la défense du royaume contre les assaillants de l'extérieur ; et pourtant tous étaient là à attendre ce jeune prince qui semblait bien décidé à vouloir gaspiller de précieuses minutes. Ils se disent que leur place est en première ligne se dit le jeune prince nullement aussi ingénue que sa jeune sœur... ils sont en colère mais se refuseront de le dire ou même de l'admettre puisque je suis de sang royal. Pas en face de moi du moins.

Le prince Otabushu soupira en silence. Cela faisait plus d'une heure qu'il fouillait tout le quartier afin de trouver sa jeune cadette, dernier endroit où on l'avait vu errer, une nouvelle fois si loin de ses préceptrices et des regards protecteurs. Il avait pourtant tenter de la mettre en garde tant de fois déjà... contre les dangers du dehors... contre ce jour. Il fallait qu'il la retrouve avant que le danger n'ait la moindre chance de resserrer ses griffes sur elle.

-Elle doit être là. Je dois la retrouver et la mettre à l'abri vous comprenez ? Je dois...


Le vieux lieutenant soupira. Il avait raison, c'était leur mission et son devoir de frère et de prince.

-Peut être est elle retournée au palais ?

Fit le triton dans un effort diplomatique pour calmer le prince et l'orienter vers une place où lui et ses hommes seraient bien plus utiles. La masse de soldats se resserra derrière lui dans l'attente de la réaction du prince. Otabashu les regarda en silence, interdit... avant d'abdiquer. Ils avaient raison, cela ne servait à rien d'errer sans fin ici, elle pouvait tout autant être là bas qu'ici. Ils avaient raison.

-Soit.

L’ensemble des hommes resserrèrent leurs armes dans leurs mains tandis que sourires reprenaient place sur leurs visages déterminés ; leurs poitrines se bombèrent, leurs ouïes s'ouvrirent en grands. Le visage du prince prit ce qui lui semblait le plus être le masque de la résolution.

-Retournons au palais.


Dernière édition par Toji Arashibourei le Mar 29 Avr 2014 - 12:32, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei

- Palais Ryuugu -


Au cœur du palais, l'effervescence battait son plein. Les couloirs n'étaient que brassage de troupes et de valets craintifs, ballet de peur et de courage entremêlés par des liens plus forts que le sang. Et un nom qui rebondissait minutes après minutes sur chaque mur et dans chaque oreille : Thunder F. Et avec lui tant de noms craints à juste titre, apportant leur propre lot de panique : Skylla, Raskal, le clan des trois rivières... Les rumeurs les plus folles précédaient la troupe infernale, transformant le si paisible palais en une fourmilière ébranlée. Le généralissime Hanbanama ne serait pas là avant une dizaine de minutes et pourtant on disait déjà l'envahisseur aux portes du palais. La panique s’emparait des lieux avec avidité et plaisir ; tous étaient sous sa coupe. Tous ? Non. Une pièce restait encore imperméable au tumulte.

L'épaisse porte s'ouvrir en un glissement feutré, laissant le garde entrer avec tout le respect et l’appréhension que méritaient les lieux : la chambre du Roi. Cherchant son suzerain du regard, ses yeux accrochèrent les innombrables trésors du passé qui parsemaient les murs et les meubles en bois précieux. Des vestiges d'un autre temps. Des trésors en liens avec le célébrissime Chapeau de paille à ce qu'on disait...

Sans se laisser perturber d'avantage, l'officier de la garde s'avança prudemment.

-Sir ?

Le silence et le noir pour seules réponses.

-Votre altesse ?

Un gargouillis dans les ténèbres de la pièce sans lumière. L'officier tendit l'oreille, la main sur la poignée de son arme. Le triton ondula prudemment dans l'eau, contournant l'impressionnant lit royal dont il pouvait voir les draps éparpillés... Son souffle ralentis, son cœur accéléra... Quelques coups de nageoire de plus et...



-BOUH !

Le coeur du triton faillit exploser lorsque le roi Manboshi 1er jaillit de derrière le baldaquin, un drap sur la tête et un sourire béat déchirant son pourtant si large visage ! Le pauvre homme tomba à la renverse, se refrénant juste à temps de dégainer et d'appuyer un régicide bien malheureux.

-Bouahbouahbouah ! Si vous voyiez votre tête Général, je vous ai eu !

-Ahah...ah... Très drôle sir. Vraiment...

Regagnant le plus de sérieux possible, le soldat se releva tout en s'appliquant à remettre de l'ordre dans son armure, avant de se retourner la mine grave vers son roi déjà quant à lui retourner à ses facéties.

-Monseigneur, je suis là pour vous dire que Thunder F est à nos... Monseigneur ?

-Huuuuu-dada ! Cataclop cataclop cataclop ! Hiiihiiii !

Le pauvre général n'en croyait pas ses yeux... Et pourtant ce n'était pas la première fois qu'un tel spectacle lui était donné de voir. Hélas.

-Je l'ai appelé Tempête ! Et lui c'est le vaillant héros qui va sauver les esclaves.

Sous la carapace de devoir et d’abnégation dont était fait le malheureux général, un cœur se serra. Et c'est une larme à l’œil qu'impuissant il ne put extirper qu'un simple "Oui sir." de sa gorge serrée. Puis, en silence et l'âme en peine, il se retira sur la pointe des pieds respectueusement... laissant jouer le roi Nobushu 1er avec ses figurines de bois et ses poupées, vestiges inutilisés des jouets que la princesse Bishu même avait délaissé depuis des années.


Dernière édition par Toji Arashibourei le Mar 29 Avr 2014 - 12:33, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei

- Palais Ryuugu –
- Aux pieds des marches -



-Fini de jouer, il est temps de passer aux choses sérieuses.

La phrase arracha une poignée de rires gras à la troupe qui la suivait, ainsi qu'une masse de cliquetis d'arme qu'on extirpait de leurs fourreaux. Dans l'air flottait cet odeur rance d'excitation, de colère couvée... de cette peur qu'on apprend à s'accaparer comme un trésor et dont on use et abuse avec gourmandise. Et cette odeur délicieuse pour la race des prédateurs glissait et enivrait seconde après seconde un peu plus la troupe d'hommes poissons en guerre. Plus de six-cents membres de ce clan revanchard, avides de richesse et de reconnaissance. D'un confort dont on les avait privé injustement. De vengeance contre ces insultes qu'on proférait à leur nom, contre cette peur et cette colère qu'on leur jetait au visage pour être simplement ce qu'ils étaient : mi poisson, mi humain.

Mais cette fois il était temps de clore les comptes, ils avaient un champion. Un être à même de les mener à leur destin avec la force et le charisme des dieux. Ils étaient invincibles. Tous attendaient un simple mot de sa part pour se ruer à l'assaut... Et c'est pourquoi Skylla jugea de bon ton de parler à sa place, geste futile dans l'espoir de sauvegarder un peu de son emprise sur son clan.

-On y est enfin les gars héhé, on l'a attendu ce jour.


Seul le silence eu la bonté de lui répondre. Tous avaient les yeux rivés sur le dos imposant  qui attendait face au palais, savourant le spectacle comme on savoure du regard un met de choix. L'épais manteau noir qui couvrait ses épaules ne le faisait paraître que plus grand, et cette aura... qui vous saisissait avant de vous transporter ou de vous écraser avec la même facilité. Aucun regard n'était pour Skylla.

-Pfffff...

Toutes les respirations s’arrêtèrent tandis qu'à contre jour du grand arbre de lumière un long et épais filet de cigare partaient en spirale de bulles. Il allait parler... Tout sourire ils étaient là, hypnotisés. Un claquement de doigt, retentissant dans le silence de l'eau. Et la silhouette de Raskal qui apparu aux côtés du Despote. Une voix, portée à mi-voix mais néanmoins imprégnée de plus de force qu'une vague de tempête.

-La troupe B est elle en route ?
-Certes oui cher ami, quatre cents hommes qui se dirigent vers les quartiers urbains, prêts à contenir la foule et à harceler les renforts royalistes comme vous l'avez ordonné.
-Bien.




Personne n'osa déranger le silence qui suivit. Nul ne savait ce que le Despote attendait, mais nul doute que le fou prêt à briser les méditations de leur chef était un mort en sursis. Ils pouvaient tous voir la puissance s'accumuler autour de thunder F. tandis qu'il laissait enfler en lui l'excitation du combat à venir, le plaisir de la chasse, la danse de la bête. Nul sauf un. Skylla.

-Hm !
-...
-Patron ?
-Quoi ?
-Hanbanama ne devrait pas tarder à arriver. Nous devrions nous dépêcher d'attaquer le palais avant que ses renforts ne soient là.
-Nous devrions ?
-Je... je disais juste que...
-Pffff... ! Stupide Ministre de Gauche. Laisser une douzaine de ses gardes se faire passer à tabac dans une pseudo défense théâtrale des valves des bulles... Cinq minutes perdues à cause de cet imbécile qui veut essayer de sauver les apparences au cas où je perdrais. Il ne croit pas encore en moi.
-Sans parler de traîtrise -car l'homme a suivi ses engagement envers vous- cela nous a effectivement mis en retard, je le concède à notre ami Skylla. Une punition devr*...
-Sera donnée. Nul ne joue avec moi sans en payer le prix fort.


Stupide Ministre de gauche, qui m'a donné de peur d'un échec ou d'une trahison toutes les raisons et la légitimité de le faire. La peur et le doute sont  les pièges les plus cruels dans un putsch. Seuls les plus forts et les plus déterminés pouvaient espérer s'en sortir indemne, du moins vivant.



Le reste du cigare dériva d'une pichenette dans le courant chaud...
-Bon, il est temps.

-Temps de ?...

-Mais d'écrire l'Histoire voyons, huhuhu.

Et sur un signe de main, la troupe en arme s’avança à l'unisson, montant dans un grondement inquiétant les marches du palais Ryuugu où déjà ils pouvaient entendre les portes se renforcer précipitamment dans un ultime effort pour les arrêter, les ralentir...

...En vain.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei

- Des centaines d'années plus tard -
- Grand musée mondial de l'histoire -



Les deux silhouettes évoluaient dans le noir, s’enfonçant toujours plus profondément dans les entrailles des archives. Plusieurs millénaires de l'histoire des innombrables royaume du gouvernement mondial les entouraient, avalant jusqu'au bruit de leurs pas dans la poussière et les relents de champignons. Seul le crépitement de leurs torches et la faible lueur qui en emmenait tranchaient avec le calme des lieux.

-Voilà. Nous devrions trouver ce qui vous intéresse dans ces rayons.

Relevant une grande bâche couverte de poussière, le vieux conservateur général du musée en extirpa avec moult précautions trois paquets emmitouflés dans de la toile épaisse. Lourds visiblement.

-Je ne ferai pas la bêtise de vous demander pourquoi vous vous intéressez à un tel sujet...

Sa voix portait comme une question... mais nulle réponse ne vint de la silhouette impassible dont ni lui ni personne ne saura jamais rien.

-Bon. Voilà la première des trois stèles où vous pourrez trouver vos débuts de réponse.

La main ridée du conservateur retira délicatement la toile, exhibant alors son trésor, non sans une pointe de fierté. L'Histoire était là devant eux.

-Mais c'est...
-Oui. Étonnant n'est-il pas ? On pourrait croire que le sculpteur s'est inspiré du style de l'ancien royaume d'Alabasta. Choix curieux, surtout quand on sait ce qui arrive ensuite.
-Mais... pourquoi ?
-Allez savoir. Une lubie ? Une mode ?... Toujours est il que ces fragments sont les uniques exemplaires restant ; et que rien ne pourrait mettre en doute la véracité de leurs informations. Ces stèles furent gravées peu après le putsch de 1625, afin que nul n'oublie ce qui s'était passé ce jour là.
-Que disent-elles ? Je ne comprends pas ces... signes.

Le vieil homme sortit en tremblant légèrement de la main une paire de lunette dorée, avant de se voûter encore un peu plus sur la grande dalle de pierre gravée.

-Voyons voir...




1ère stèle.:



Il est dit qu'en l'an de grâce 1625, le Despote arriva sur les terres des natifs marins.

Fort des légions qui le suivaient, le Despote se mis en marche à l'aube, profitant de sa base avancée dans le quartier des semi-écailleux pour marcher sur le palais avant que les troupes royalistes n'ai pu se rassembler et lui faire face.

Il est dit qu'en ce jour les défenses des grands sas furent balayées, poussées à la défaite par la main du traître, Ministre Senestre fusse-t-il maudit sur dix générations, dont la culpabilité n'aura fait aucun doute aux yeux des justes et dont la peine fut exemplaire. Ainsi, avant que nul n'ai pu se ressembler au palais, 600 semi-écailleux marchaient dans les pas du Despote, directement sur le palais où le Roi Manboshi 1er se réfugia.

On dit que le despote posa sa main sur la porte du palais ; et aidé des sombres entités qui l'habitaient il disloqua sans le moindre geste l'immense porte où s'engouffra ses hordes. Secondées par les milles fois honnis Skylla et Raskal, celles-ci se ruèrent dans le palais où la 1ère des 4 batailles s’engagea.

Vaillant défenseur du Royaume, seul le capitaine Koroshu su se lever face aux envahisseurs, brandissant son honneur et ses traits aux yeux de tous, insufflant espoir et courage dans ses rangs où la terreur se déversait. Car tous savaient que nulle fuite n'était possible pour leur roi adoré, immobile spectateur du conflit tant sa confiance en son peuple était grande. Hélas, le héros Koroshu -mille fois soit il loué- ne put ralentir l'avancée implacable du Despote sur qui chaque coup ricochait comme par magie. D'un simple geste le héros fut ainsi balayé sous les rires du sinistre trio, tandis que tous autours s'effondraient sans même pouvoir combattre.






2ème stèle.:



Ainsi, il est dit qu'en ce jour la garde entière du palais tomba face à l'ennemi sans que de grandes pertes fussent infligées à un camp comme à l'autre, tant les désirs du Despote de garder vivants ses maintenant nombreux otages était grand. Le roi lui même fut capturé sans combattre, puis traîné aux pieds du Despote qui déjà s'emparait des atours du monarque, confiant dans sa victoire et dans les promesses de gloire qu'elle soufflait à ses oreilles.

Grande fut alors la peine de la princesse Bishu, qui d'une cachette habile avait su assister à l'ensemble de la scène sans qu'à aucun moment on ne put suspecter sa présence. Habile dame, qui put alors écouter jusqu'aux plus infimes détails le discours du Roi borgne et de ses sombres plans. Elle fut ainsi soulagée d'apprendre que la mort de son père le roi n'était point prévu en ce jour. Néanmoins, cela ne l’empêcha pas de sombrer dans l'inquiétude aux pensées de son frère le prince, alors en route pour le palais, ou encore de sa sœur la princesse Shichibayaku.

Mais que le nom de Shchibayaku soit depuis ce jour synonyme de perfidie, maudit soit il et maudites soient toutes celles qui auront le malheur de le porter. Car tandis que sa sœur se rongeait les sangs pour elle et leur père adoré, la perfide s'enfuyait de tous, abandonnant royaume et lignée aux mains du Scélérat.





3ème stèle.:



Il est alors dit que le prince Otabushu arriva, impatient de protéger le royaume et les siens, poussé par la fougue de la jeunesse et l'honneur des princes. Hélas, grand était son courage mais faible était sa force. Face au jeune guerrier, le Despote écarta d'une main ses acolytes, faisant face de toute sa stature au jeune triton que le destin n'avait pas voulu faire naître grand guerrier. Alors il est dit que le despote rit. D'un rire qui glaça le sang de l'escorte du prince et dont toutes les armes tombèrent à terre. Puis, le Roi Borgne leva la main. L'air et l'eau furent pris de folie. L'espace se tordit ainsi sur son chemin, passa à côté du prince sans le toucher avant traverser son escorte et de frapper l'aile Ouest du palais. On dit que par cette simple frappe un tiers du palais fut réduit en gravats en une fraction de seconde, dispersant les hommes du prince et l’assommant à la merci de ses ennemis. Depuis, il fut dit que plus jamais cette partie du palais ne fusse reconstruite, qu'ainsi tous se souviennent et jamais la méfiance ne s'abaisse. La 2ème bataille du jour sombre eut ainsi lieu, une fois de plus aux bénéfices du roi borgne.

Alors, Le Despote laissa à chacun de ses sbires la garde de la lignée royale. Le roi fut confié à la garde de Skylla le Régicide, tandis que le prince fut confié aux soins de Raskal le Rédempté. Leurs sorts furent ainsi scellés lorsque fit rage la 3ème bataill*/...




-Quoi la 3ème bataille ? Et ensuite ?
-Attendez, la dernière stèle s'arrête là.
-Mais. Qu'en est-il de la princesse Bishu ? De Shichibayaku ? La suite ?!
-Toutes les autres stèles furent perdues dans l'incident de 1789, je le crains.
-Vous êtes en train de me dire que l'Histoire s'arrête là ?!
-Attendez, ne vous énervez pas...

Le vieux conservateur s'écarta prudemment du visiteur, avant de l’inciter à le suivre plus profondément encore dans les sombres rayons...

-J'ai ici d'autres pièces qui je n'en doute pas sauront retenir votre attention. Suivez moi.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei

Les mains du conservateurs sortirent une fois de plus des rayons, une nouvelle fois chargées de trésors prudemment emballés dans de la toile épaisse. A voir les efforts du vieil homme et le bruit que firent les deux paquets lorsqu'il les posa sur la table, ceux ci devaient être particulièrement lourd pour leur taille. Intrigué, le visiteur se rapprocha encore un peu plus tandis que d'une main précautionneuse le conservateur les ouvrait un à un.

-Mais c'est ?...
-Du Granit. Finement incrusté de nacre et d'or.
-C'est...
-Une merveille n'est ce pas ?
-Non je voulais dire, c'est... la suite de l'Histoire ?
-*Soupire*... Oui.
-Mais cette fois encore...
-Un autre style oui. Celles ci furent trouvées en 1920, et nul ne sait qui en fut l'auteur.
-Et que disent elles ?
-Ah ça... attendez voir.


1ère tablette:

Dans le cœur de chez poisson, vit un monstre.
Dans le cœur de chaque poisson, vit un homme.
Dans la cité des poissons, vivent des monstres.
Dans la cité des poissons, vivent des hommes.
Ces monstres étaient, ces hommes furent.

-Qu'est ce que cela peut bien vouloir dire ?

-Vous n’êtes pas sans savoir qu'à cette époque le gouvernement mondial avait -avec l'aide des ministres de droite et de gauche- obligé la nation marine à accepter en leur territoire nombre de marchands humain ; marchands qui forts de leur impunité se livraient à la provocation et au mauvais marchandage. Ces hommes -les pires de tous les cupides- avaient refait naître dans le cœur de tout le peuple marin une forte rancœur à leur égard. Leur présence même n'était toléré que par la peur du terrible courroux qui s'abattrait sur quiconque oserait leur faire du mal. Tous les haïssaient sans oser l'avouer.

Mais un pouvait oser. Un en avait le pouvoir et la totale absence de peur.


-Le Despote ?

-Exactement. Car il avait décidé non sans secret de purger de ce royaume la lie humaine, responsable à ses yeux de la déchéance et du frein qui sévissaient sur sa patrie et futur royaume. Ainsi, il avait ourdi un plan afin de profiter du chaos de la bataille pour se débarrasser de ces néfastes occupants.

-Comment ? En envoyant ses troupes commettre un massacre ? Car si j'ai bonne mémoire 400 hommes furent envoyés en ville tandis qu'il partait à la conquête du palais.

-Oui et non. Ces hommes là rencontrèrent certains "éléments" que nous découvriront plus tard. Non pour cela il avait prévu une vengeance bien plus grande encore. Car depuis toutes les années où Thunder F. avait préparé son plan, celui-ci s'était procuré une terrible machine de minage, qui par d'innombrables ruses et efforts de patience avait pu être introduite sous l'île, sans avoir éveillé la méfiance du peuple sous marin. Ainsi, depuis plus de quatre ans la terrible excavatrice perçait sous le couvert des rares éruptions volcaniques locales un tunnel. Puis elle attendit.

Alors, sur un signe de leur maître, la machine se lança au moment opportun dans une remontée fulgurante qui fit trembler toute la ville. Et c'est surpris et impuissants que les marchands humains virent jaillir de terre tel une explosion volcanique l'engin de mort, juste sous leurs pieds et sous leurs maisons ! Nombreux furent ceux qui périrent dans les dents de la machine ou dans l'éboulement de leur boutiques, mais plus encore furent noyés dans la terrible inondation qui suivit. Car la bulle géante, trop solide pour éclater sous la pression de la foreuse, s'était cependant recollée aux abords du tunnel, laissant ainsi porte ouverte à un océan entier avide de s'y engouffrer. C'est donc un raz de marée vengeur qui se répandit dans le quartier marchand, broyant et noyant tous ceux que la nature n'avait pas doté de queue ou de branchies.

Impuissants et pris au piège, presque tous les humains périrent sans que ne soit fait aucun geste pour les secourir, tant les tritons présents préféraient sauver leurs biens que ces indésirables colonisateurs. Quant aux rares suffisamment riches ou habiles pour se prémunir contre ce sort, un autre encore pire leur était réservé.


-Le..Lequel ?

-Le clan des trois rivières. Une bande d'affreux mercenaires que le Despote avait engagé ; et qui profita de la faille pour aller sans la moindre pitié massacrer les rares survivants et piller leurs biens. Nul homme ne put réchapper à son destin en ce jour.



Repoussant la première tablette, le conservateur attira le regard de son visiteur sur la deuxième qui déjà étincelait sous la lumière des torches.




2ème tablette:

L'appel de la colère du juste.
L’appât de l'or sur le faible.
La mer n'est pas en manque de fiel.
La mer n'est pas en manque de justice.

-Encore une devinette ?
-Taisez vous et écoutez.

Tandis qu'au palais la 2ème bataille faisait rage, que le prince fut capturé et que le Despote balayait ses troupes, le généralissime Hanbanama rassemblait à ses côtés toutes celles qui étaient encore dispersées dans le reste de l'île. Fort de sa cohorte et du célèbre trident royale dont le roi lui avait fait grâce, le maître incontesté du karaté aquatique se préparait en hâte à la bataille dans l'espoir de stopper le despote avait que trop de mal ne fut fait. Hélas pour le royaume, deux événements furent des freins à son avancée, ce qui sonna le glas de beaucoup comme nous le verront plus tard.


-Deux événements ?

-Le premier fut la trahison du ministre de droite. Son attrait pour l'or attisé par la main de Thunder F. fut trop fort, le poussant ainsi à quitter le royaume en emportant la plus grande part du trésor impérial, ainsi que l'ensemble de la garde qui devait en assurer la protection et dont le manque fit grand mal aux troupes d'Hanbanama. Le traître prétextera une fois la bataille finie, soit au Despote soit au Généralissime en fonction du vainqueur, qu'il n'avait fait tout ça que pour mieux protéger leurs intérêts des appétits du sinistre Skylla. Quoiqu'il en soit, le vainqueur du jour ne fut pas dupe, scellant le sort du scélérat lorsque celui-ci fut rattrapé.

-Et le deuxième ?

-Le deuxième ne fut rien d'autre que l'inondation du quartier marchand, qui menaçait de remplir toute l'île et de causer sa perte si elle n'était pas endiguée à temps.

-Les tritons n'auraient ils pas pu vivre dans une île engloutie ?

-Les avis des spécialistes divergent, mais cela est sans doute possible. Quoiqu'il en soit, face au massacre et à la menace du clan des trois rivières et des 400 hommes poissons envoyés en ville, le général décida de se détourner du palais afin de secourir tous les civils présents.

-Ce fut alors la troisième bataille ?

-Attendez... Ceci n'est pas écrit sur ces tablettes, mais j'ai par là les éléments que vous cherchez.




Et une fois encore, le vieux conservateur s’enfonça un peu plus dans les méandres des archives, son visiteur sur les talons. Le silence reprenait ses droits tandis qu'au loin disparaissait la lueur de leurs torches.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei


-Votre troisième bataille est entièrement concise ici.

Le sourire empli de fierté du conservateur ne reçu pas l'effet escompté, n'arrivant à arracher qu'un regard de doute à la vue du coffret moisi que le vieil homme présentait.

-Là dedans ?...
-Attendez !

Le coffre s'ouvrit dans un craquement de vieux bois, laissant apparaître à la faible lueur de la torche divers morceaux de vaisselles.

-Des assiettes ? Des morceaux de vase ? Vous vous moquez de m*/...
-Regardez mieux.

Un à un les fragments de terre cuite furent sortis, accompagnés finalement de plusieurs rouleaux de parchemins, couverts de poussière et d'autant de craquelures. Avec une infinie précaution le conservateur les déplia, révélant une écriture fine et au combien incompréhensible pour le visiteur. Puis, les unes après les autres, il attira son attention sur chacun des pièces de vaisselle qu'il présentait.

-Tout ce qu'il nous reste de cette période. Confisqués dans une rafle sur East Blue en 1817.
Regardez ; et écoutez.




Hanabanama:

GAMMA.


Kraignant pour le peuple dont le roi et les siens lui avaient donné la charge et la confiance, le Généralissime Hanbanama -fyls de Katos, petit fyls de Achillas et maitre des armées des mers- dirigea ses forces enfin rassembler sur les quartiers de la ville, se détournant du palais du grand roi Manboshi -dit le simple- que pour mieux s'y diriger par la suite. Kar grande était sa confiance dans les hommes laissés là bas et dans son capitaine le vaillant Koroshu. Nul doute ne fut émit à l'enkontre de leur valeur et du zèle qu'ils mettraient à défendre leur roi et leur forteresse.

Privilégiant l'avenir de sa cyté et la sauvegarde de ses frères cytoyens libres, Hanbanama se précipita en premier lieux sur la brèche ky menaçait tant de monde du frakas des flots. Le flu était immense, inarrêtable. Et pourtant, fort de ses talents le Généralissime parvint en créant un tourbillon à la force de son pancrace aquatique, ky sans cesse refoulait en dehors cette eau ky ne voulait cesser de rentrer. Puis, une fois ce péryl ékarté du moins temporairement, son regard se tourna sur les envahisseurs.

Ainsi, redoublant de vytesse et d'effort, le puissant triton, père de tous les siens, se rua à l'assaut des forces séparatistes alors okupées à harceler ses renforts et à semer le trouble et le kaos dans la cyté où nul ne pouvait trouver échappatoire. Telle la kolère des dieux, celle du généralissime s'abattit avec force sur les 400 semi-hommes ky officiaient alors en toute impunité, balayant leurs efforts tant sa force et sa kolère étaient grande. Nul ne fut besoin à son escorte de brandir ses armes tant il les devançait, brisant la résistance des forces du Despote à la pointe de son trident. Toute résistance fut aussitôt écrasée, poussant même à la fuyte la terrible cyté lybre des trois rivières ky pourtant ne devait point kraindre la mort mais ky en ce jour préféra se kontenter de son butin et laisser la viktoire à d'autres.



Drâme au palais Ryuugu:


A ces sinistres nouvelles, le Despote prys la décision de rejoindre sans plus attendre à son tour le champ de bataille. Mais sy la nouvelle d'une partie de ses forces ékrasée n'était pas pour le ravir, cela konfortait à cet instant ses plans et ses espérances. Tous les humains avaient péri, les forces du Généralissime avaient été retenues et nombreux étaient enkores les otages en son contrôle. C'est donc confiant kil se prépara à la guerre, armant bouklier et kasque avant de s'élancer au kombat.

Et il est dit k'en ce jour la malheur akabla la royale lygnée. Kar soucieux de revoir au sein de son clan son autorité raffermie, le perfide skylla à ky le despot avait konfié la garde du Roi décida de trouver la gloire dans le régicide. Manboshi 1er ne fut plus ; et grande fut alors la peine de son peuple ky le pleura des jours durant. Si grande était la fourberie du semi-homme k'il profita de l'okasion pour assouvir ses anciennes rankoeurs sur son ennemi de jadis, Raskal. Et c'est suite à cet affreux meurtre k'il est dit ke le prince Otabushu  put s'enfuir, à ce k'on dit aidé dans un dernier sursaut de remors par Raskal ky y trouva ainsi son surnom de repenti. C'est en ce jour ke le nom de Skylla fut rayé de la liste des citoyens et k'il fut interdit aux générations futures. Malheurs à ceux ky oseraient nommer leurs fyls ainsi.




Inconscient de ce fait, le Despote pour sa part s'en allait à la bataille, konscient k'en ce jour tout se déciderait par le chok de deux forces : la sienne kontre celle du généralissime Hanbanama. Kar nulle allyance, nulle fourberie loyauté ou promesse ne survivrait à une funeste issue pour l'un komme pour l'autre. Sans Hanbanama rien ne saurait résister au roi Borgne, tandis ke nulle vélléité d'invasion survivrait à la déchéance du Despote.

Celui-ci se hata donk du mieux k'il put, ne devançant ses propres hommes ke pour mieux tomber sur l'arrière garde des forces royaliste alors en pleine réorganisation. Celle-cy tenta bien de résister, mais face à l'élan implacable de la Bête elle ne put ke céder terrain et homme au profit de Thunder F., ki faisait alors voler les korps dans les airs aussi facilement ke des jouets.

Et komme le généralissime était enkore okupé à konsolider la maitrise k'il avait alors placé sur les kourants et le tunnel marin ses trois capitaines décidèrent de tenter l'impossible en partant affronter leur terrible ennemy, et ceci malgré l'interdiktion formelle de leur général.




Kéristos:


Le premier à arriver au Despote fut Kéristos -fyls de Minas et petit fyls d'Heuphèbe- dont on disait ke la maitrise du glaive était sans égale dans les mers et que les monstres marins tremblaient au moindre reflet de sa lame dans les eaux. Mais il est dit ke sa lame ne trouva pas en ce jour la moindre faille dans la karapace noire du despote, ki invulnérable et ce malgré une lutte acharnée   mis à terre le malheureux kombattant d'un violent koup de pied. Kéristos était vainku.


Mélastos:


Le deuxième à arriver au Despote fut Mélastos – fyls d'Arritos et petit fyls de Méléras- dont on disait ke la vitesse dépassait même celle des syrènes. Invincible vainkeur des grands jeux, celui-ci ne konnaissait nul rival en ces mers. Pourtant usant de ruse et de malice, le Despote piégea aisément le valeureux kombattant graces aux éclairs qui jaillissaient de son korps komme du dieu de la foudre en personne. A la mercy du tyran, Mélastos était vainku.


Hépiclès:


Le troisième et dernier à arriver au despote fut Hépiclès -fyls d'Amphibe et petit fyls de Parastès- dont au disait la force brute invainkue à ce jour. Titan parmi les siens, l'homme pouvait briser d'une main l'échine des plus grands monstres. Un typhon l'avait défié et avait perdu par le passé. C'est pourkoi fort et confiant le Despote accepta son défi à la lutte. Le kombat fut acharné, long et serré. Mais c'est sans ruse ke le tyran mis à terre le fier champion, ékrasant de sa rage et de sa force celle de son adversaire. Hépiclés était vainku.


Mais si à ce moment là le Despote domynait le champ de bataille et les korps inkonscients de chakun de ses adversaires, il n'est pas dit ke leur sacrifice fut vain. Kar tandis ke chakun gagnait au pryx de son sakrifice un temps précieux, le grand Hanbanama avait enfin put se libérer de la puissance des eaux et se ruait à son tour à la bataille, la nouvelle de leurs défaites aux oreilles et la promesse de leur vengeance au koeur.



Le choc des Titans:


Ainsi, à la fin de Gamma et à l’orée de Delta, le vaillant défenseur du peuple marin fit enfin face au Despote, ki l'attendait de pieds fermes et le sourire aux lèvres. La bataille pry alors un tournant ke l'histoire retint et devra retenir jusk'à la fin des temps, jusk'à la fin des héros : ...





-...
-Quoi ? Quel tournant ? Qu'est ce qui s'est pass*/.. SHPONK !




Le corps du visiteur s'affala comme une masse sur le sol en pierre, sous le regard inexpressif et froid du conservateur qui n'avait pas l'air le moins du monde surpris. A côté de lui, tenant à la main une statuette en bronze de Nefertari 1ère dont le socle massif venait de servir de gourdin, son assistant.


-Et bien, tu en as mis un de ces temps ! Un peu plus et j'étais amené à lui faire découvrir la fin.
-D..désolé monsieur ! J'ai eu du mal à trouver un objet adéquat. J'avais trop peur de les abîmer.
-Hum... mieux vaut tard que jamais.
-Cependant monsieur...
-Quoi ?
-Était-ce bien la peine ? Je veux dire, de le...
-Evidemment ! Les consignes sont très claires à ce sujet !
Mettons le corps de côté, les agents devraient bientôt venir le récupérer pour l'interroger.

-Je sais... Mais tout de même...
-Quoi donc ?
-Je me demande qui il était et pourquoi il s’intéressait tant à l'Histoire...
-Qui sait. Et qu'importe.
-...



-Seules importent l'Histoire et son secret.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei