AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -37%
Aspirateur robot Xiaomi Roborock S7 (version 2021) en ...
Voir le deal
504 €

Des poings dans les tripes.

Invité
Invité


20/10/2014, 11:49


C'est encore le matin mais les quais grouillent déjà d'une activité débordante. Des filets déversent les prises de la nuit dans les tonneaux emplis de glace qui vont les transporter sur les marchés. La bas des navires finissent d'accoster et leurs capitaines commencent à négocier âprement le cout de débarquement de leurs marchandises. Plus loin des navires armés pour la course finissent de charger les dernières caisses de vivres et de matériel avant de partir traquer les navires marchands. Partout on s'agite, on court, on s'invective dans une pagaille non feinte mais malgré tout terriblement efficace.

Et je m'aperçois que j'adore ce coin.

J'ai toujours aimé l'ambiance des ports, le potentiel et l'impression de liberté qui s'en dégage. Depuis le jour ou j'ai quitté l'Amerzone pour embarquer vers n'importe ou en me prenant pour le maitre du monde. Et celui d'Armada, c'est quand même quelque chose...

Bon évidemment, comme partout y'a parfois des trucs à corriger dans le tableau. Comme cette colonne de fumée noire qui se disperse dans le ciel la bas. Bien distincte de celle que lâche les cheminées de l'Usage Modéré de la Force. Un incendie aux Précieuses ? Ou au Kraken ? Va savoir.

Mais Wilson m'a prévenu, le ver est dans le fruit. Et si je ne suis pas du genre à jouer les empêcheurs de profiter en rond, il y a des limites à ce qu'on peut casser dans le coin. Des limites qu'il est temps de faire connaitre à tout le monde.

Je prends le temps de m'allumer un cigare, de passer un coup de fil à Reyson...


-Skye. Je vais devoir aller causer avec des types coriaces. C'est mieux si tu ne viens pas tout de suite...

Non... Si je lui dis ça je vais devoir l’assommer pour pas qu'elle s'accroche à ma jambe...

-Pingui va t'emmener visiter le coin. Y'a un type qui fait des drapeaux pirates sur mesure la bas, et il va te falloir le tien pour...
-Piou (Je déteste quand tu fais ça...)
-A tout à l'heure...

Et maintenant, Terminus. Tour le monde descend.
Skye F. Ephémera
Skye F. Ephémera

♦ Localisation : Armada
♦ Équipage : Red Pirate

Feuille de personnage
Dorikis: 2200
Popularité: -95
Intégrité: -80

26/10/2014, 19:27

Des poings dans les tripes
( Jacques Chardonne) ▽ Regardons d'un œil ingénu ce qui est neuf. La vie n'est pas faite pour le souvenir.
« Ah. Bon. D'accord. A tout à l'heure.

Elle le regarda partir et leva le nez vers le ciel. Ou plutôt vers la cime des mât qui se trouvaient là. Et donc ça... C'était chez eux. Bon. Très bien. Il fallait qu'elle se trouve une chambre...

Elle se tourna avec entrain vers le pingouin, le nez toujours en l'air.

Bon. Eh ben on fait quoi maintenant?
Piou.
J'ai rien compris. Dit-elle en baissant la tête.

Un soupire.

On pourrait aller voir le cadran Mascarade, mais Reyson te filerait peut être une moustache et tu serais fiché à vie...
Ah ouais.. Pas cool.
On pourrait aller à l'Atterrissage du Dragon.
Ah ouais, cool!

Et le pingouin ouvrit la marche à travers les navires qui constituaient l'île flottante d'Armada. Skye ouvrit grand ses yeux et son sourire se fit immense quand elle passa devant les différents mats des divers bâtiments. Elle observait les lieux avec entrain et excitation. Ici c'était dorénavant chez elle.

Elle avait enfin un endroit où elle pourrait revenir pour se ressourcer, se reposer, un endroit qui l'attendrait. Un endroit à elle où elle pourrait y mettre ses affaires et les retrouver quand elle repasserait la porte quelques mois plus tard. Elle ne serait plus obligé de faire tenir son minimum vital dans ses poches, dorénavant elle aurait un endroit où les stocker, où les entreposer, où les mettre en valeur...

Et si Red était le capitaine de cette île, alors ca faisait d'elle... La cuisinière de l'île? Ca allait en faire des cupcakes...

Ils traversèrent différents cadrans, tous plus animés les uns que les autres alors que ses pensées se dirigeaient vers une carte de cupcake, voir même un menu complet, afin de satisfaire tous les habitants. Elle n'était que d'une oreille ce que le pingouin lui disait. Retenant tout de même les quelques caractéristiques des nombreux quartiers de l'île. Ils arrivèrent finalement à la place de l'Atterrissage du Dragon, et, alors que Pingui lui expliquait pourquoi on lui avait donné ce nom, Skye trouva plus intéressant d'aller flâner dans les "ruelles".

Ainsi, quand il se retourna, elle n'était plus là.


L'Azurée était partie vers un coin qui semblait être beaucoup plus animé que ce qu'elle avait pu voir jusqu'a présent. Le problème, c'est que si l'endroit était parfait pour se défouler et tenter de gagner quelques berrys en buvant de l'alcool, ce n'était peut être pas un endroit fait pour Skye...

Le Terminus était l'endroit qui avait attiré la jeune femme dans ses filets. Elle se dirigeait, pimpante, vers le navire transformer en arène où se déroulait divers combats.

Quand elle passa la porte, curieuse, et avec son sourire ingénue, un silence suivit. Qu'est-ce qu'une gamine venait faire ici?
Car si Skye était âgée d'une vingtaine d'années, elle ressemblait à première vue à une enfant qui rentrait tout juste dans l'adolescence, non pas de part sa taille qui était tout de même relativement grande, du haut de son mètre soixante quinze, mais départ ses expressions, sa façon de se tenir, de se mouvoir, et même de penser.
C'était peut être ça le revers de la médaille quand on grandissait à Suna Land...

Elle s'installa au bar, commanda une boisson "forte" avec entrain, et les discussion reprirent leur cours. Comme si elle n'était jamais rentrée...

Du moins jusqu'au troisième verre. »▲  
(c) AMIANTE

https://www.onepiece-requiem.net/t8861-sexy-crazy-wild-skye
Skye F. Ephémera
Skye F. Ephémera

♦ Localisation : Armada
♦ Équipage : Red Pirate

Feuille de personnage
Dorikis: 2200
Popularité: -95
Intégrité: -80

6/11/2014, 14:28

Des poings dans les tripes
( Jacques Chardonne) ▽ Regardons d'un œil ingénu ce qui est neuf. La vie n'est pas faite pour le souvenir.
« Si on aurait dit aux parents de l'Azurée qu'elle s'engagerait dans un équipage pirate et qu'elle irait se saouler dans un bar mal famé... Ils ne l'auraient pas cru. Vraiment pas...

Mais dans la tête de la jeune femme, se saouler la gueule en rentrant chez soi, faisait partie intégrante de la vie de pirate.
Aussi, il n'y avait qu'elle qui n'était pas plus étonné que ça, quand elle dansait et chantait sur le bar du Terminus.

Elle avait bien enregistré le fait que l'île gigantesque, constitué de navires et de bâtiments marins, était désormais son "chez moi". A vrai dire c'était ce qu'elle avait dit au gérant du bar qui lui avait servi verres après verres.

Personne, pas même elle-même, ne l'avait vu bourrée au point d'avoir de faire preuve d'une méchanceté sans nom. La demoiselle avait pointé chacun des lascars ci-présent et leur avait dit qu'ils étaient maintenant sous ses ordres. Tous. Ce qui avait déplut aux capitaines. Évidemment.

Qui aurait accepté de recevoir des ordres d'une fille à l'apparence d'une ado de 17 ans?
Surtout quand on commandait un navire de pirate et qu'on avait déjà plusieurs méfaits et une certaine renommée à son compte.

Non vraiment.
Personne.

Et ce n'était surement pas son talent de chanteuse et de danseuse, même bourrée, qui allait y changer quoi que ce soit.

Skye fit valser ses cheveux bleus, ordonnant qu'on lui apporte un autre verre "et plus vite que ça". Mais ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Les capitaines bouillonnaient de lui en coller une, cuisinière du grand capitaine Red ou non.
Il y avait peu de choses qu'un capitaine pirate pouvait tolérer. Obéir à ce qu'il pensait être une gamine, refourguée aux cuisines, n'en faisait pas partie.

Le premier coup vint de sa droite, mais la chance de la jeune femme sembla revenir, comparée à ces aventures précédentes où elle s'était tordu le poignet. Elle esquiva alors qu'elle dansait encore. Ses longs cheveux d'azur et de bleu virevoltèrent en rythme dans les airs, effleurant gracieusement le poignet de son agresseur qui, ayant mis trop d'élan dans son coup de poing, valdingua par-dessus la table. Il frôla sa tête de son pied alors qu'il se ramassait par terre.

L'Azurée, nullement consciente de ce qui se passait dans son dos, yeux clos et voix chantonnante, continuait de danser au fil de la musique produite par le dial, sur laquelle elle apportait un peu de parole.

Elle entama une vrille quand un autre arriva avec son sabre, fendant l'air de sa lame aiguisée, celle-ci rata aussi sa cible et vint s'encastrer dans la table faite d'un tonneau rudimentaire et d'une planche de bois. Il tirait dessus comme un forcené quand elle entama une deuxième vrille qu'elle crut bon d'accompagner avec un pied en pointe. Le pauvre homme reçut un coup dans le nez qui l'envoya sur ses camarades. Ils le réceptionnèrent sans mal, foudroyant l'idiote du regard.

Mais, toujours aussi insouciante, Skye descendit de son perchoir et continua tranquillement sa danse sur le sol "ferme" du bar dans lequel elle avait choisi de prendre sa première cuite.
Et celle-ci était décidément mémorable...

Un groupe de trois pirates bondit sur elle, mais la jeune femme effectua un saut de ballerine qui la propulsa sur la droite, les trois hommes grisèrent, K.O, assommés les uns par les autres.

Le barman, pas spécialement heureux de voir que tous ses clients se faisaient mettre au tapis par une gamine qui danse et qui chante, lui lança un seau d’eau glacée sur la figure, mais elle esquiva à nouveau avec un pas de danse et ce fut un gros baraqué qui réceptionna la flotte en plein visage.
Et c'est comme ça qu'on commence une bagarre générale.



Les pas dansants de Skye la menèrent hors du bâtiment, elle se retrouva dans une ruelle et continua sa route sur le sol humide qui la fit glisser dans l'eau salée de la mer. Ce qui eut pour mérite de la réveiller.
Elle sorti en trombe de l'eau et avança à reculons le plus loin possible de la mer, s'essuyant les yeux avec des grands gestes. Elle se retrouva devant la porte du bar qu'elle venait juste de quitter.

C'est ce moment que choisit un autre pirate pour venir lui régler son compte et lui apprendre que, ici, on ne faisait pas tout ce qu'on voulait sous prétexte qu'on était la cuisinière de Red.
La jeune femme regarda ses longs cheveux à la couleur de la mer et du ciel, pesta qu'ils étaient mouillé, et se pencha en avant, tête en bas et dos vouté pour enlever ses couettes alors que le malfrat envoyait un puissant coup avec un gourdin en bois recouvert de barbelé. Il alla se coincer dans l'abattant de la porte alors qu'elle essorait ses longs filaments d'azur et de bleu en les ramenant en une unique queue de cheval. Puis, d'un coup rapide, elle se releva, sa masse de cheveux mouillés et attaché atteignirent l'homme qui les reçut en plein visage, le rendant aveugle pendant un petit moment, il recula sous le coup alors qu'elle s'étirait en balançant ses coudes à droite et à gauches avec des mouvements rapides. Le pauvre homme reçut plusieurs coups dans les cotes avant de s'effondre, et hop, plusieurs autres coups dans la mâchoire eurent raison de lui. Il s'étala devant l'entrée du bar pendant que Skye tentait de reprendre ses esprits.

Elle avait la tête qui tournait, un gout de sel sur les lèvres, et des cheveux mouillés, sans parler de ses vêtements. Qui plus est, elle était perdue. Les cadrans semblaient immenses, impossible de se retrouver sans guide. Elle aperçut au loin un petit bonhomme avec des habits rouges qui portait aussi un chapeau.

Red! S'écria-t-elle en courant vers lui.

Elle reconnut aussi le pingouin, posté sur un toit qui la cherchait partout.

Youhou! Pingui! Regarde j'ai retrouvé Red! Dit-elle en pointant le petit bonhomme à peine plus grand qu'elle.

Utilisant une technique ninja, le pingouin apparut près d'elle et se posta sur son dos. Ils arrivèrent finalement devant "Red" qui semblait vraiment plus petit...

Bon sang, l'alcool m'a ouvert les yeux? T'as toujours été aussi petit? Hey oh, Cap'tain?
Piou. (C'est pas lui Skye.)
Qu'est-ce que tu racontes encore! Dit-elle en regardant le pingouin sur son dos alors qu'elle retournait le pauvre malheureux pour l'avoir en face à face. Il est habillé en rouge et à un chapeau rouge! Puis elle posa enfin les yeux sur le garçon. Ah non c'est pas lui... Me regarde pas comme ça, j'ai pas encore décuver. Bref. T'es qui toi? »
▲  
(c) AMIANTE

https://www.onepiece-requiem.net/t8861-sexy-crazy-wild-skye
Invité
Invité


11/11/2014, 17:24



Effectivement, et comme te le révèle un examen attentif, ce n'est pas Red. Parce que Red n'est pas blond, qu'il a besoin de se raser la barbe de temps en temps, qu'il est plus grand que toi, et surtout qu'il ne t'a jamais collé un canon de pistolet menaçant sous le nez. D'ailleurs, il a un pistolet Red ?

-Je m’appelle Damien. Damien D. Dalton. Tu connais Red ? Et toi t'es qui ?

Même la voix n'a rien a voir, le Red que tu connais a mué depuis un moment alors que celui la n'a visiblement pas fini sa croissance. Mini Red alors ?
-C'est elle !

Une interjection désormais familière et qui, ici comme ailleurs doit être synonyme de fuite. Un art ou tu es passée maitre depuis longtemps. Sauf que le môme qui te fait face n'a visiblement pas du tout appris les mêmes réflexes de base que toi.

-Pousse toi !

D'un coup d'épaule il t'écarte de sa ligne de mire, et sortant un deuxième pistolet d'un holster qu'il porte à la ceinture il se campe au milieu de la rue et se met immédiatement à arroser tes pauvres poursuivants d'un feu aussi nourri que redoutablement imprécis.

En tout cas il sait parler aux femmes non ?
Skye F. Ephémera
Skye F. Ephémera

♦ Localisation : Armada
♦ Équipage : Red Pirate

Feuille de personnage
Dorikis: 2200
Popularité: -95
Intégrité: -80

13/11/2014, 14:31

Des poings dans les tripes
( Jacques Chardonne) ▽ Regardons d'un œil ingénu ce qui est neuf. La vie n'est pas faite pour le souvenir.
« Non mais... C'était quoi ce plan? Une vaste blague?
Non vraiment, c'était quoi ce gosse?

Elle s'attendait presque à ce qu'il l'appel "poupée".

Elle le regarda, éberluée, et pour la première fois de sa vie, ressentie une vive colère envers quelqu'un.

Hey gamin, pour qui tu te prends là? T'as pas le droit de me parler comme ça! Puis elle se tourna vers Pingui qui regardait aussi l'adolescent avec prudence et fascination. Non mais t'as vu ça?!

Mais il se retourna et tira derrière elle. De nouveau ses yeux s'ouvrirent en grand, avant de se retourner pour voir un pauvre homme tomber raide mort sur le sol.

Mais c'est qui ce môme?! Dit-elle à Pingui .
Piou. (Je ne sais pas, mais il connait Red et il lui ressemble.)
Super..
...Piou.. (Mais attend.. Daltons...)
OH MON DIEU! Cria-t-elle en dégainant son arme à feu en direction du petit. Si tu es venu venger les Daltons et prendre mon pingouin je te jure que tu vas le regretter!

Elle pria pour qu'il ne remarque pas ses tremblements. L'idée de tuer un homme à nouveau ne cessait de la hanter, comme la vie qui s'en allait des yeux de ceux qu'elle avait tués par le passé, au point de ne plus dormir la nuit. Elle ne cessait de culpabiliser pour ce qu'elle avait fait, pour ce pauvre ninja obéissant qu'elle avait éliminé il y a quelques mois.
Le premier.

Celui qui resterait dans sa tête toute sa vie.
Alors tuer un gosse. Pouvait-on se pardonner de ça?

Elle le toisa, observant ses affaires et ses manières. Il semblait plus éduqué et mieux habillés que les Daltons qu'elle avait déjà croisés. Mais il ne fallait pas s'y fier. L'habit ne faisait pas le fromager... Enfin un truc du genre.

Dis-moi ce que tu fais ici, pourquoi t'es là?! Et d'où tu connais Red?!


Peut-être lui dirait-elle qu'elle fait partie de son maigre équipage. Ou qu'elle le remercierait de l'avoir sauvé. Quoi qu'elle aurait pu se sauver toute seule en courant partout pour les semer. Le remercier...? Non. Surtout pas, ça ne valait pas la peine. On ne remerciait pas quelqu'un parce qu'il avait tué d'autres personnes.»
▲  
(c) AMIANTE

https://www.onepiece-requiem.net/t8861-sexy-crazy-wild-skye
Nakajima D. Aoi
Nakajima D. Aoi
Modérateur
La Reine Rouge

♦ Localisation : Tetsu Island, Nouveau Monde.
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos.

Feuille de personnage
Dorikis: 8485
Popularité: -1087
Intégrité: -843

19/11/2014, 05:49

J'ai combattu Mogaba sans pouvoir le battre. Il faut dire qu'il est coriace et qu'il a la peau dure. J'ai donné tout ce que j'avais pour le mettre en pièce et empêcher l'invasion des Poings Divins, mais sans succès. Au final, j'ai détruit mon propre quartier plus qu'autre chose. J'ignore complètement si mes attaques l'ont quand même fait mal. Je me retrouve là comme une conne au milieu des décombres des Précieuses, ne sachant plus trop quoi faire. Si je ne suis même pas capable de vaincre Mogaba, alors qu'en est-il de ses supérieurs? En me lamentant sur mon propre sort, ça me fait penser que je ne suis peut-être pas la seule dans cet état. Il y a sûrement d'autres Libres Pirates qui se sont battus griffes et ongles pour protéger leur cadran.

Alors que je me mets en route pour Mascarade, je constate qu'il y a de plus en plus de monde dehors, certain avec des sceau d'eau. Il faut dire que c'est à cause de moi qu'ils se retrouvent tous sans maisons. Je n'ose même pas regarder la tête de ces malheureux. Je ne veux pas affronter leur colère ou leur mépris tellement je suis fatiguée physiquement et émotionnellement. Au contraire, je compte évidemment réparer mon quartier et les aider, mais à l'heure actuelle, je ne peux vraiment pas. Je les ignore malgré les insultes qu'ils me font et les bousculades.

J'entre maintenant dans le quartier de Reyson. À première vue, Mascarade semble être en état, comme s'il n'y avait pas la moindre agression. À croire que les Poings Divins se sont pris qu'aux quartiers les plus luxueux. Ne comprenant pas tout, je demande à un habitant du coin de m'en dire un peu plus.

Olah, mon brave. Tu sais si un membre des Poings Divins est venu réclamer le quartier à Reyson?
Chais pas, m'dame. Euh, vous allez bien?
Ouais, c'est rien. T'occupes pas. Je suis juste un peu fatiguée.
Roh! Tenez. Buvez ça, ça va vous ressaisir. C'est pas le moment de clacher, m'dame, hein. Vous m'excuserez, mais j'veux pas traîner. Il est enfin là et j'veux le voir. Aller! Salut!
Hé! attends! Qui ça "il"?
Mais enfin! Il n'y a qu'un "il". Red, Capitaine Red. Notre capitaine à tous, quoi. Chais pas ce que vous avez eu, mais ça pas l'air de vous avoir fait du bien. Bon, aller. Peut-être à tout à l'heure, m'dame.
Hé attends! Tu sais rien sur ce qui est arrivé aux Précieuses?

Trop tard, il est parti. Tant pis. C'est donc pour ça que tout le monde est dans la rue? Il est enfin de retour? Je compte bien avoir le cœur net, mais avant de suivre tout le monde, il faut que je vérifie que Reyson va bien. Mais a priori, tout semble aller pour le mieux de son côté. Je ne vois pas de trace de combat. Les gars de son quartier sont tellement obnubilés par l'arrivée du Capitaine qu'ils parlent même pas d'un quelconque duel opposant Resyon et un membre des Poings Divins.

J'arrive enfin devant la maison de Reyson. Là, je constate qu'il y a eu un affrontement. Un court combat visiblement, je ne vois pas trop de dégâts. Je me précipite d'entrer sans permission. Mia, la femme qui s'occupe du quartier en l'absence de Reyson débouche d'un coin et me répond.

Olah, il y a quelqu'un? Reyson, tu es là?
Capitaine Nakajima? Vous tombez mal, on est en train de nettoyer.
Reyson n'est pas là? Je voulais savoir s'il allait bien.
Il va bien. Il est même parti voir Red au Terminus.
Bien? Alors son combat était d'une facilité déconcertante?
Bien sûr. Par contre, à voir votre tête, on dirait que le votre s'est mal terminé. Vous allez bien?
Ouais, ouais, ça va. Bon, assez perdu de temps. Par où il est parti? Tu n'aurais pas un raccourci pour que je puisse le rattraper? Avec tout se monde dehors, ça ne va pas être facile de le retrouver... J'ai besoin de lui parler.

Suivant les indications de Mia, je me faufile de toit en toit dans la direction qu'a emprunté Reyson pour se rendre au Terminus. Étant en hauteur, je constate que les rues sont noires de monde et que les Précieuses fument encore. Et visiblement, il n'y a que mon cadran qui crache de la fumée. Au bout d'un moment, je retrouve la trace de Reyson. Je redescends dans une rue, complètement essoufflée. J'ai toujours une côte brisée et les jambes lacérées. Venant de derrière, je pose ma main meurtrie sur l'épaule de Reyson en l'interpellant.

Reyson?
Aoi? Ton visage...

Qu'est-ce qu'ils ont tous avec ma tête aujourd'hui? Ça en devient pénible. Mon lifting est foutu, j'ai le nez très abîmé, la bouche et les joues en sang, mais ce n'est pas une raison pour me le rappeler!

Je sais. Il paraît que tu vas voir Red, là. Pourquoi tu vas le voir? T'as pas eu des problèmes avec un Poings Divins dans ton quartier? Je ressors tout juste d'un combat contre un mec faisant partie de cette confrérie...

~~ Page 1 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor

https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-desEn ligne
Invité
Invité


19/11/2014, 15:30


Skye:
-Je n'aimes pas les pingouins !

Le môme retourne illico ses flingues vers toi, et ne cille même pas en constatant que le canon du tien est nettement plus gros. Néanmoins il n'essaye de te tuer qu'avec une imitation plutôt pas mal réussie de regard noir, regard noir néanmoins un peu gâché par son age...

-Et bien sur que je connais Red, c'est mon père !

Enfin... Je le connais parce que c'est mon père, pas parce que je le connais...

Et puis d'abord c'est moi qui ait posé la question en premier !


Clic clic, ses deux doigts viennent réarmer les chiens de ses flingues, et la tension se réaccorde un cran plus haut...

-Piou (Moi je pense qu'il bluffe pas, et c'est vrai qu'il y a un air. En tout cas ils ont le même chapeau...)


[...]

Sur Armada les rumeurs sont la seul chose qui se déplacent plus vite que la lumière. Comme si elles pouvaient s'abstenir des règles ordinaires de la transmission orale pour peu qu'on les déforme assez. Et plus on les déforme, plus elles courent et se répandent vite. Franchissant instantanément l'espace entre la bouche d'un pirate et l'oreille d'un autre comme une trainée de poudre enflammée traversant une sainte barbe.

Et pendant que ceux qui m'ont repéré dés que j'ai posé le pied sur les ponts d'Armada en sont encore à des conjonctures du genre "Hey Red est revenu sur Armada ! Il fait quoi ?! C'est vrai ?! Ouais c'est vrai je l'ai vu ! Et il va au Terminus casser des cranes ! Sérieux ?! Amène les gosses et du popcorn, faut pas manquer ça ! ". Plus loin, surgissant autour de moi pendant que je traverse les Cadrans vers le Terminus, ce qui sort des bouches n'a évidemment plus aucun rapport avec le début.

-Quoi ?! Red amène des cranes de gosse au Terminus ! Mais mais... Mais pourquoi ?
-Ben, parce que c'est moins chiant a transporter ?
-Ah ben oui, ça se tient...

Et pendant que j'avance le flot de curieux qui me suit à a distance raisonnable et sans aucune discrétion ressemble rapidement à une vraie foule en marche. Une foule qui m'assure que la bas eux qui m'attendent peut être sont maintenant parfaitement au courant de ma venue. Un point plutôt positif, s'ils sont la pour moi et qu'ils m'attendent ils m'éviteront au moins de les chercher. Et s'ils veulent se battre, leur offrir une occasion en or de monter une embuscade nous évitera aussi de perdre trop de temps en explication.

Devant moi j'aperçois la silhouette massive et ventrue du Galion qui abrite l’arène du Terminus. Déjà mon empathie a englobé le batiment, me renseignant sur ce qui s'y trouve aussi efficacement que si je l'avais fouillé de fond en comble. Cinq. Ils sont cinq la dedans. Ce qui sur sept poings divins en laisse au moins deux en liberté.

Planqués ailleurs ? Assez sur d'eux pour ne pas m'affronter tous ensembles ? Ou assez fort ?

Et c'est la que je me souviens soudain de l'endroit ou j'ai déjà entendu parler d'eux. Pas la boxe du vieux Raoul non. Mais au procès de Toji. Dans l’énumération de la longue liste d'associations criminelles auquel était affilié Thunder F. Les poings Divins. Une bande de plus ou moins méchants moitié anars moitié pirates... Les noms, c'était quoi les noms, Bruce, Crow, Drogo... Que des petites pointures, tous, pas un que je ne sois sur de pouvoir liquider les deux mains attachés dans le dos, et pas un capable de venir s'en prendre victorieusement à Angelica sur son terrain. Sauf un évidemment.

Sauf Toji...

Mais Toji ne peut pas avoir débarqué dans le coin sans qu'on le remarque. Wilson l'aurait su, tout le monde l'aurait su...


Je me rends compte que je me suis arrêté. Merde. C'est fini le temps ou Toji était le patron. Fini le temps ou il était plus fort. S'il est revenu me chier dans les bottes une fois de plus cette fois il va le payer.


La porte qui ouvre directement sur l’arène est ouverte. On m'attend. Pas une raison pour ne pas faire de bruit. Attrapant les deux battants je les referme d'un coup sec, avant de les arracher de leurs gonds et de les propulser jusqu'au milieu de l’arène. Derrière moi la foule se disperse, probablement pour gagner les meilleurs places assises à l’intérieur. J'entre...

-Toc toc....

Reyson D. Anstis
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 9059
Popularité: -712
Intégrité: -600

21/11/2014, 16:20


« Viens, on va boire cette bouteille dans les tribunes en regardant le combat de Rossignol… »

Message à Aoi qui me suivait avec une moustache sur le visage. Elle a l’air d’aller mieux également : elle ne marche plus avec le dos courbé, malgré les marques des blessures encore présentes. Elle ne sentait plus ces douleurs. Une petite injection de ma part en est la raison. Et la moustache c’est parce que c’est un passage obligé. De toute façon, elle n’a qu’à la cramer avec son magma.

Après m’être occupé de l’assaillant de mon quartier avec une certaine facilité, et une facilité certaine, Red m’avait appelé en m’indiquant où le retrouver, lui ainsi que d’autres membres des poings divins. La bouteille, c’est parce qu’il en avait demandé une pour son retour à Armada. Sauf que vu son entrée dans l’arène, le suivre signifierait combattre avec lui. Suivre la foule semble plus confortable. Surtout que dans l’arène, rien n’assure l’intégrité  de la bouteille, alors que je l’ai tout de même portée jusqu’ici.

Puis y a eu Aoi qui m’intercepta en chemin. Dans son quartier, ça ne se passa pas tout à fait de la même façon. Comme quoi, soit c’est nos niveaux qui diffèrent beaucoup, soit entre les membres des poings divins. Mais alors, ils ne sont pas bien organisés : ils sont allés au hasard dans les différents cadrans. A moins qu’ils ne m’aient sous-estimé ? Dans ce cas, ne connaissant pas le niveau de ceux dans l’arène, c’est une raison supplémentaire pour aller dans le public d’abord non ?

Sauf que Rossignol semble avoir entendu ma voix. Il a jeté un bref regard derrière lui, dans notre direction. C’était ses oreilles ou son empathie ? Parce que le second cas c’est de la triche !

« Ou on suit Rossignol et je lui passe la bouteille… »

Il a arrêté de nous regarder, ça doit être la bonne réponse. Mais une réponse qui plait pas forcément. Pauvre bouteille. Va-t-elle survivre ? Ma lame dans son fourreau, je balaye le passage devant nous pour qu’on puisse rejoindre Red tranquillement. En identifiant le fourreau qui les pousse, ils nous regardent et nous identifient également, s’éloignant du chemin. On arrive à hauteur de Red pour entrer véritablement dans le ring. Mais avant tout, je dois m’assurer d’une chose :

« Dis, la bouteille… Elle est bien pour nous ? Je l’ai pas amenée pour eux j’espère. »
https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttps://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
Invité
Invité


22/11/2014, 20:48



Et voila une présence qui fait plaisir. Reyson, encore fidèle au poste. Un atout de choix s'il faut en découdre avec Toji. Et pas seul en plus, même si atout de poids ne colle pas à sa nouvelle copine, tellement amoché qu'il me faut quelques secondes pour la remettre, le temps d’attraper le ravitaillement que Reyson a amené.

-Salut Reyson. Et ouais, pour nous.

Un coup de pouce sur le goulot pour faire sauter le bouchon et les premières gorgées sont pour moi, privilège du captain oblige avant de faire tourner, à la miss d'abord, honneur aux dames, surtout à celles qui ont l'air d’être passés récemment sous une grosse avalanche de beignes.

-Aoi Nakajima je présume ? Je suis Red. Jolie moustache...

On aime ou on aime pas c'est sur, mais depuis que je traine avec Reyson je ne me moque plus, je respecte, chacun ses gouts... Et puis mieux vaut ça comme entrée en matière qu'une remarque désobligeante sur le fait qu'elle n'a visiblement pas gérée comme Reyson qui a l'air à peine chaud.

-Cela dit, ça me fait plaisir de vous voir mais le temps passe et on prend racine. Prêts pour le show ?  

Alors c'est parti, allons casser des têtes...



Reyson à droite, Aoi a gauche, je quitte la pénombre du passage voutée de l'entrée pour rentrer sur le sable de l’arène. Panoramique de gauche à droite, par principe, histoire de m'assurer que l'empathie ne me joue pas des tours. Non, tout le monde est la...


Angelica est au milieu, l'air encore plus abimée qu'Aoi et pour l'heure visiblement inconsciente et classiquement attaché à un mat planté au centre de la place. Mouais. Les rumeurs les plus mauvaises se confirment, mais pas l'identité du type qui a pu lui faire ça.


Les deux vieux la bas ? Assis dans la tribune réservée aux toubibs et autres entraineurs de champions et qui discutent tranquillement en ignorant le monde. Faut se méfier des vieux, surtout de ceux que personne ne connait, je m'y connais assez en vieux maitre insignifiant pour le savoir, est ce que le danger vient d'eux? Et lui ?


Avec sa gueule de caid et de tueur aussi vicieux que sur de lui. Oui, on dirait Toji, même regard froid, même assurance, même façon de se tenir comme s'il était le roi du monde, prêt a tuer comme il respire à chacun de ses mouvements. Si ce type la n'est pas le chef alors personne n'a pensé à lui dire.


Et eux ? J'en reconnais un, le Bruce, seul type que j'associe à mon dossier sur les poings divins, l'autre me parle mais pas assez pour lui coller un nom. En retraits, blessés tous les deux, il parait pas très compliqué de les coller dans la supposé vague d'assaut dont m'ont parlé Wilson et Reyson. Des sous fifres tous les deux... Négligeables...

On dirait qu'il y tout le monde oui, mais y'a pas de Toji...

Alors quoi ? Je confonds les noms maintenant ? Je sais pas. Mais cette affaire commence déjà à me courir. Je n'aime pas marcher dans le brouillard, ça me rend nerveux.

-Je suis Red. Le Capitaine Red.

Conscient que le spectacle commence les gens des gradins se sont tus. Normalement c'est l'instant ou le type qui dirige en face est censé sortir une réplique bien virile et bien sentie. Du genre "C'est toi Red ? Je te voyais plus grand..." ou...

-Je suis Oni.

Ou ça aussi, c'est sobre, c'est bien. Et le peu de japonais que je parle m'incite à penser que le type en face à eu le même problème familial que moi. Oni. Ses parents ont du l’appeler Origami ou Oasis... Pas un très bon départ dans la vie quand on veut devenir une bête crainte et respectée des terreurs de Grand Line. Et je sais de quoi parle.

-Premier des Sept Poings Divins. Et je suis venu ici pour comparer ta boxe à la mienne...

Alors c'est ça...

Pas de lien avec Toji. Pas d'embrouilles, pas de pièges, pas de nouvelles saloperies surgissant du passé. Juste un défi... Dommage que je ne puisse plus causer avec Raoul sans me faire arracher la tête. Je me demande s'il est au courant que d'autres types que lui doivent enseigner son style ultime soi disant tellement secret qu'il est le seul à le posséder.

J'en viens à sourire, la nervosité s'estompe.

Un duel. Je me demande si le monde compte des meilleurs profs que Raoul... Et si leurs élèves sont plus avancés que moi...

Franchement ? Aucune chance...

-Aoi? Reyson ? Occupez vous des deux autres...


Dernière édition par Red le 4/12/2014, 19:18, édité 1 fois
Nakajima D. Aoi
Nakajima D. Aoi
Modérateur
La Reine Rouge

♦ Localisation : Tetsu Island, Nouveau Monde.
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos.

Feuille de personnage
Dorikis: 8485
Popularité: -1087
Intégrité: -843

25/11/2014, 01:53

Je me demande bien ce que Reyson m'a injecté. Je vais mieux, mais j'aurais préféré déborder d'énergie. Je sais qu'il peut encore faire plus avec son fruit. L'essentiel, c'est que je suis en état de combattre à nouveau. Mon duel contre Mogaba m'a permis de faire une mise en bouche et d'évaluer son niveau. Je suis curieuse de voir la tête qu'il va faire en me revoyant pour l'affronter. Lui, toujours en train de se remettre de notre affrontement, moi pétant la forme. Au moins, cette fois-ci je suis sûre de le vaincre!

Ainsi voilà à quoi ressemble le légendaire Red. Tellement rouge et tellement ténébreux à la fois. Il semble être comme ce qu'on dit de lui dans les journaux aux premiers regards. Du moins, en ce qui concerne l'apparence. En ce qui concerne sa personnalité, je suis curieuse de savoir qui peut bien se cacher derrière ce personnage de Red. Un comique il faut croire.

Merci pour le compliment...

Que dire de plus? Je jette un regard "sévère" sur Reyson. Il aurait pu m'éviter cette affreuse moustache, le vilain! Pourtant, il sait ô combien la dernière fois je tenais à m'en débarrasser. Pendant que Red débouche la bouteille, je ne peux m'empêcher de me frotter sous mon nez. Ma main est légèrement transformée en magma pour cramer clairement du mieux que je peux cette pilosité faciale en espérant qu'avoir des poiles roussies ne soit pas pire... Pas mauvais cet alcool. Tu aurais dû m'en réserver une bouteille semblable la dernière fois que je suis venu chez toi Reyson, hé.

Red, j'espère que ça te dérange pas si je te ramène une tête bouille.

Mogaba a la tête dure, mais il n'est pas invincible. Le fait qu'on s'est battu tout à l'heure est finalement une bonne chose pour moi, car je sais à quoi m'attendre maintenant. La toute première fois que je l'ai rencontré, je n'étais absolument pas préparée pour l'affronter, mais maintenant j'ai de quoi faire pour le vaincre. Inconsciemment, je me mets à sourire presque bêtement. Je retrouve une joie en moi que je n'avais pas depuis des années. Et le désir de meurtre remonte d'un coup à l'intérieur de moi. Je me sens plus que prête. Marchant juste en retrait par rapport à Red et me trouvant à droite de Reyson, je quitte la pénombre pour rejoindre le centre de l'arène. Voir toute cette foule, m'extasie comme une enfant. Je remarque évidemment Mogaba dans les tribunes en face de nous. Il est entouré de ce que je présume être ses collègues et maîtres. Je suis tellement focalisée sur l'ancien Marine que je ne capte pas tout de suite que Red me demande d'y aller. Tant mieux, je vais pouvoir faire mes preuves et montrer à Red que je suis capable de protéger Armada. Faisant un signe à Reyson, je lui fais comprendre que j'ai besoin qu'il me dope. Je veux être plus rapide, plus endurante, plus forte pour pouvoir briser ce mystérieux bouclier qui protège Mogaba quand je le frappe et qui visiblement lui permet de me toucher.

Hé, Reyson. Mets-moi une barbe si ça t'amuse, mais donne-moi tout ce que tu peux dans la limite du possible pour que je déborde d'énergie. Je prends le gars à gauche et toi à droite.

Me sentant plus confiante sûrement à cause de la présence de Red et de Reyson, je m'avance ensuite en direction de Mogaba qui se dirige également vers moi. Dans un grand sourire narquois, je lui adresse la parole.

Mogaba! Viens donc comparer ta fameuse boxe à mes techniques. Et que celui des plus faibles meurt!

Sans doute pour ne plus faire la même erreur de se rapprocher de moi de trop près, Mogaba ne réagit pas à ma provoque. C'est donc moi qui m'élance vers lui. Je cours en ignorant la douleur dans mes jambes et dans mon torse. Je prépare mes poings, mes doigts sont serrés dans la paume de mes mains. Mes bras ne demandent que d'être propulsés. Visiblement étant la première à charger, je sens la foule me regarder. Je me concentre pour ne pas me focaliser uniquement sur ma cible, mais sur tout ce qui m'entour. L'arène est comme un champ de bataille. Je me remémore les enseignements de mon tuteur. C'est un combat au corps-à-corps à mort. Et il y a des règles à savoir si on veut survire et gagner. J'ai déjà appris de mon adversaire, je dois juste être attentive à mon environnement. Je ne vais plus anticiper les attaques de mon ennemi. De toute façon, il faut que je ne lui laisse aucun répit pour contre-attaquer ou pour se reposer. L'idée, c'est le premier qui arrête qui perd. Me trouvant à bonne distance, je donne le premier coup, mais Mogaba l'esquive d'un pas en arrière. Mon poing droit vient fracasser le sol sablé sur des mètres. Seulement, j'enchaîne avec la gauche, mais l'homme-tatou se faufile entre mes coups facilement. Je donne alors une avalanche de beignes. Mogaba se met alors sur ses appuis et pare mes assauts répétés poings contre poings. Aucun de nous deux flanche. Je me surpasse alors, je multiplie le nombre de frappes encore et encore jusqu'à ce qu'il en fasse moins que moi.

Tu commences à faiblir, Mogaba. Où est ta fameuse puissance que tu voulais me montrer?

Sans paraître aucune émotion quelconque et sans rien dire, Mogaba arrête subitement d'envoyer ses poings contre les miens juste une fraction de seconde. Fraction de seconde trop longue.

▬  Sorru!!

Faisant extrêmement attention à ce qui m'entour, je remarque qu'un courant d'air et un sifflement passent alors sur le côté pour se mettre juste derrière moi. C'est pendant ce court laps de temps que je parviens à me retourner et à me mettre face à Mogaba. Règle d'or, ne jamais être dos à son adversaire. Seulement, je ne suis pas assez rapide, car ma cible s'apprête à charger un puissant coup. Ses mains sont orientés vers moi paumes ouvertes. Une compression décompression brutale du volume d'air se créer subitement devant ses membres supérieurs, délivrant ainsi une terrible explosion comparable à un celle d'un explosif dévastateur. L'impact est si violent que je sens au travers moi une vague d'énergie me traverser d'un bout à l'autre. Mogaba libère une attaque meurtrière ne visant pas un point précis du corps, mais cherchant radicalement et aussi bêtement à faire le plus de dégâts.

▬  Hasoukenougi!!
▬  Kaminoikari!!

Seulement, au même moment, je rassemble tout l'énergie que je dispose en plus de celle qui me traverse pour la rediriger sur mon adversaire dans une terrible explosion magmatique. Je propulse une vague de magma sous forme de sphère autour de moi semblable à une terrible explosion dont le souffle est si ardant qu'il vitrifie instantanément le sable de l'arène dans notre zone de combat.

L'attaque de Mogaba me renvoie en arrière la tête en première. La mienne fait de même sur ma cible. Les deux deux techniques s'estompent en même temps pendant que le public reste confus. Pour les observateurs, difficile de savoir si l'un des combattants a survécu. Ça ne m'étonnerait pas que Mogaba se relève malgré ce que je viens de lui faire subir. La dernière fois que j'ai utilisé cette technique sur quelqu'un, la personne avait le visage déformé et souffrait des brûlures que je lui avait infligé. Je me redresse sur mes jambes en regardant attentivement la zone sinistrée et cherchant où se trouve mon adversaire.

~~ Page 2 ~~

Hors Rôle Play:
 
Techniques:
 
D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor



Dernière édition par Aoi D. Nakajima le 3/12/2014, 03:01, édité 2 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-desEn ligne
Reyson D. Anstis
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 9059
Popularité: -712
Intégrité: -600

27/11/2014, 22:37


On aurait pu prendre racine, à continuer à boire de cet alcool, ça m’aurait pas dérangé. Je note d’ailleurs que le transporteur est le dernier servi… Merci pour vos maladies les gars ! Je vous cracherais dessus plus tard pour qu’on soit équitable. Mais là c’est l’heure de l’entrée en scène.

On n’attendit pas trois jours et je ne ressuscitais pas. Mais je m’élevais vers le centre de l’arène, debout à la droite de Red. Je ne sais pas transformer l’eau en vin, mais ça en jette quand même. Surtout que j’ai une belle lame au lieu d’un bâton pour m’aider à marcher, si besoin est. Je suis donc bien mieux que… Mais revenons à nos escargophones.

Red donna les ordres, toujours obligé de se mettre ainsi en avant. Les Capitaines Libres ne sont-ils pas égaux ? Je veux pas dire, mais pour un ancien marine il prend vachement vite les habitudes des pirates. Mais bon, je ne vais pas me risquer à lui faire la remarque ici. Trop de publique, puis ça n’est pas suffisamment subtile. Une blonde poilue et sacrément moche à ses bras, ça ça me parle. Et à Red également, car je suis sûr qu’il n’a pas oublié…

Aoi me demande un service, encore une fois. Que feraient-ils tous sans mes hormones ? Ils rigoleraient moins, sans doute. En tout cas Aoi n’avait pas besoin de se répéter pour la barbe, elle l’aura voulue ! Il fallait juste changer la couleur pour qu’elle devienne le père noël. Vous croyez qu’elle m’offrira un cadeau pour tout ça ? Cependant, je ne m’attendais pas à ce qu’elle s’élance vers l’ennemi sitôt dopée. Alors, sans trop réfléchir, j’abaissais ma lame en direction de l’autre type, à côté de sa cible. Un arc de cercle vertical fonça droit sur lui, rattrapant la demoiselle et la dépassant avant qu’elle n’atteigne Mogaba.

Pourquoi ? Pour m’assurer qu’il n’en profite pour attaquer également Aoi avant que je n’arrive. J’ignorai s’il s’agissait d’un homme d’honneur ou non. Personnellement, j’aurai accompagné Mogaba pour montrer ce qu’il en coûte de foncer vers l’ennemi ainsi. Avec ça, il allait être trop occupé pour ça, au moins le temps que je les rejoigne.

Pfiou, est-ce que Red avait au moins remarqué qu’ils étaient plus nombreux que nous ? Non pas que j’ai toujours combattu en égalité numérique, mais habituellement notre réputation suffisait à faire trembler certains hommes de la troupe adversaire. Là ils sourient tous, un peu comme le pêcheur qui remarque que son hameçon bouge enfin après une longue attente. Rossignol est le poisson, mais je suis l’oiseau qui risque de se faire emplumer avec si ça tourne mal…

« Y a intérêt à ce qu’on ait une promotion… »

Une prime par tête d’assaillant descendue ? J’en avais déjà éliminé une. Sitôt mon coup parti, j’avais rengainé ma lame dans mon fourreau que je gardais néanmoins à ma taille. Paraît qu’ils sont spécialistes au corps à corps, alors autant vérifier ça. La précédente trichait, elle utilisait des gadgets malgré que cela ne lui permit pas de gagner. Toi, utilise quoique ce soit d’autre que tes poings et je ressors Shusui de sa cage. Par contre, si tu prends le dessus, ne m’en veux pas si j’utilise tout ce que j’ai… Hé, je ne prétends pas être un Poing Divin moi.

Je m’élançais donc derrière Aoi pour rejoindre mon combattant. Les ennemis avaient vu que mes doigts pouvaient agir sur le corps. Je n’aurais donc pas l’effet de surprise cette fois. Je me dopais également, mes bras doublant de volume sans que je ne produise le moindre effort. Jaloux les poings divins ? Les fruits du démon ne sont pas interdits dans votre discipline j’espère ? J’augmente ma force pour la tester contre la votre. Mais si ça suffit pas, mon don me permettra également de descendre la votre… Et si de grands hommes baraqués vous deveniez de pauvres femmes chétives ? Le prends pas mal Aoi.

Mais d’abord, voyons voir ce que vous avez dans le ventre ! Poing lancé vers l’avant, mais l’adversaire l’arrête de sa paume. Le choc provoqua une légère onde. Contact entre deux forces brutes… Il était meilleur que celle que j’avais affrontée auparavant. Tant mieux, je n’aurais pas fait le chemin pour rien. Héhé, cette fois je lance l’autre poing, mais en course le poing passe de fermé à doigts tendus. Pare ça et tu connaîtras les effets de mon fruit… Mais cette fois il se contente d’éviter le coup. Pourquoi n’a-t-il pas agi comme avant ? Il pouvait quand même pas savoir ce que j’allais faire… L’ennemi bondit en arrière sans aucune raison visible. Mais l’augmentation subite de la température me mit la puce à l’oreille : la lave d’Aoi. Comme nous combattions côte à côte… Mais avec la distance qu’il y avait, je parvins néanmoins à m’en sortir qu’avec des brûlures minimes.

L’adversaire tout sourire, moi suant et légèrement brûlé. Y a pas à dire : il sait ce qui va se passer. Alors que le public pense simplement que je suis plus faible... Y a pas à tergiverser : c’est de la triche…
https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttps://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
Invité
Invité


28/11/2014, 23:42



-Je suis étonné que tu ais réussi à me retrouver ici.
-Je pense que c'est parce que c'est une ile mouvante. Tu connais mon problème avec les cartes. J'ai du mal à trouver les iles qui ne bougent pas, mais pour en trouver une qui bouge, il m'a suffit d'attendre. Et c'est elle qui m'a trouvé.
-C'est très profond.
-Oui, je trouve aussi. Je pense que je la ressortirai a mon disciple la prochaine fois que nous serons perdu.
-Ah oui, ton disciple. Je l'aurais bien évalué sur le champ mais il vaut mieux attendre un peu maintenant. Quel niveau est le sien par rapport à ceux la ?
-Difficile à dire, ils sont très forts. Mais leur style est curieux. Ou alors le tien a changé.
-Ceux la ne sont pas mes disciples, ils sont trop vieux et n'apprennent rien. Il n'y a que celui du centre qui sait écouter.
-Je comprends mieux pourquoi tu accordes si peu d'importance à leur combat.
-Tu vois comme moi qu'ils ont déjà perdu. Et même ainsi je doute qu'ils en tirent un enseignement. S'ils meurent c'est surtout le surcroit de travail qu'ils me donneront qui m'ennuiera.
-Ah oui, ton problème avec Raoul c'est ça ?
-Oui. J'ai perdu trop de temps à rejeter des élèves qui ne me convenaient pas. Maintenant que je dois faire avec ceux qui me restent je m'aperçois que j'ai peut être commis une erreur. Si ça continue je n'aurais personne pour rivaliser avec les disciples de Raoul.
-Alexander est tout prét à recevoir votre enseignement. Et puis. Si ceux la gagnent, peut étre pourrez vous les recruter...
-Eux aussi sont trop vieux, trop obtus. Avec ce genre de disciples il faut tout désapprendre avant d'enseigner.
-Et lui ?
-C'est lui que je suis venu voir. Il a suivi l'enseignement de Raoul. J’espère qu'il est valable.
-Hum. Et tu connaitras la force de tes adversaires..
-Oui, ça aussi.

[...]


Aoi et Reyson passent à l'attaque. Pouvoir et pouvoir. Celui du mutagène de l'un et celui du magma de l'autre. Encore un Logia, impressionnant. Très, trop. Franchement, du magma sur une ile de navires, pas étonnant que j'ai vu de la fumée du coté des précieuses. J’espère qu'au moins ça flotte encore. En tout cas on arrête les frais maintenant. Faut pas pousser.

La marée noire se répand sur le sol de l’arène comme une nappe de bitume et d'ombres, faisant disparaitre le sable et les pieds dans une épaisse nappe de brume noire et filant buter contre les parois qui protègent les spectateurs. Et au moment ou je prends conscience des pouvoirs de chacun, je les supprime. Les flammes et la chaleur disparaissent comme une bougie qu'on souffle et Aoi redevient soudain une simple humaine. Enfin simple. Pas avec ce que Reyson lui a surement collé dans les veines.

Extinction des feux, encore. Deuxième fois que je joue les pompiers sur Armada, si ça continue je vais demander une médaille. En plus j'ai déjà le costume rouge.

D'une pensée je m'occupe aussi de l'adversaire de ma nouvelle capitaine. Le tatou s'effondre et fait sa mue inverse, lui aussi retrouvant son humanité quand son pouvoir se fait happer par les ténèbres. J'adore ce pouvoir. J'adore la gueule surprise de tous ses puissants utilisateur de fruits du démons quand ils se retrouvent soudain obligés de se fier uniquement à leur poings plutôt qu'aux précieux pouvoirs qu'ils se sont usés à développer.

Bienvenue dans mon monde. Dans mes poings...


Dommage qu'Oni n'ait pas de fruit. En tout cas lui aussi ça le fait marrer.

Son poing se lève, bras tendu vers moi, index levé. Un signe que j'ai déjà vu a l'entrainement au Cipher Pol. Quand Raoul recevait des élèves particulièrement talentueux et voulait leur prouver qu'il existai encore un sacré fossé entre eux et le vieux maitre. Un défi. Le jeu est d'une simplicité enfantine. Le nombre de doigts indique le nombre de coup que l'on peut recevoir avant de commencer à attaquer. Une sorte de pari. L’un des adversaire augmente la mise et le nombre de doigts, et on continue jusqu'a ce que les enchères s’arrêtent quand l'un des combattants ne monte plus. Et le plus drôle, c'est que celui qui est monté le moins haut qui commence. Une façon de punir les arrogants je suppose, vu que le vrai gagnant est celui qui reste debout avec le plus gros différentiel. Évidemment. Celui qui ne se relève pas a perdu de toute façon...

Il n'y a qu'une réponse que je peut donner à ça. Celle du vieux maitre en personne. Après tout je lui dois au moins ça.

Ma main se lève à mon tour. Et le sourire d'Oni se fige quand je l'incline sans desserrer le poing. Lui indiquant qu'il peut frapper cinq fois. Et qu'ensuite je ne donnerai qu'un seul coup.

Je suis le meilleur, il est temps que ça se sache.
Nakajima D. Aoi
Nakajima D. Aoi
Modérateur
La Reine Rouge

♦ Localisation : Tetsu Island, Nouveau Monde.
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos.

Feuille de personnage
Dorikis: 8485
Popularité: -1087
Intégrité: -843

29/11/2014, 07:31

Alors c'est ça le pouvoir de Red? Cette marée noire me rappelle ma technique Red Hell qui consiste à m'entourer de magma et à faire fondre toute chose y pénétrant. Là, ce brouillard m'ôte toutes les capacités de mon Fruit du Démon. Mais qu'est-ce que ça peut me faire que je perde mon intangibilité ou que je ne puisse plus me servir de toutes mes techniques? Je ne recommencerai plus la même erreur à user sans réfléchir les pouvoirs démoniaques de mon Fruit. Et de toute façon, mon adversaire, aussi pénible soit-il, est visiblement capable d'outrepasser mon invulnérabilité d'être touché. Apparemment, Mogaba non plus ne peut pas se transformer en tatou. Red n'a fait aucune distinction entre les utilisateurs de Fruit du Démon? Ah non, on dirait que Reyson soit privilégié. Le Capitaine doit sûrement me juger trop dangereuse pour Armada... Qu'importe, je me battrai avec tout ce que j'ai.

La sphère de magma étant disparu, je peux à nouveau voir Mogaba face à moi. Et il n'est pas contant du tout. On dirait que ma petite attaque a fait de l'effet, car il a le visage brûlé. Seulement, ça lui fait presque aucun effet on dirait. Cela dit, je suis contente, car je sais maintenant qu'il peut se prendre des coups sévères. Soit, son mystérieux bouclier s'est affaibli, soit il n'a pas pu anticiper ma technique. Une chose est sûre, c'est que je me retrouve maintenant en position de force grâce à l'injection de Reyson. Qu'est-ce que je peux t'offrir pour t'en remercier mon cher?

Je me sens toujours d'attaque comme si je n'avais jamais encaissée la puissante attaque de Mogaba. Un sourire machiavélique et les yeux rouges comme si j'étais possédée par un démon, je m'élance vers ma cible dans une folie meurtrière. C'est la première fois depuis des années que je n'avais pas ressenti une telle aura se dégager de moi. M'approchant dangereusement de mon adversaire, je constate qu'il peine à se tenir debout, comme s'il se faisait happer par la nappe de brouillard noire. Sa tête se trouve étrangement plus bas que d'habitude. Il lutte pour ne pas s'enfoncer dans les ténèbres. Je comprends mieux pourquoi il ne s'est pas dégagé depuis le temps.

Me voyant venir à la charge, Mogaba s'empreigne de ce bouclier noir sur les mains. Au moment où je vais asséner un coup au niveau de son visage, l'homme-tatou croise ses poings juste devant sa face pour se protéger. Moi aussi ne visant pas un point précis particulier, je cherche juste à faire le plus de dégâts le plus rapidement possible. Et avec toute la puissance que j'ai mis pour cette frappe grâce à mon élan et au surplus d'énergie que Reyson ma donné, je ne serais pas étonnée de voir mon adversaire flancher immédiatement. L'impact créé une onde de choc phénoménale se répercutant sur l'ensemble de l'arène et dans un violent tremblement. Désolé si je perturbe vos combats les gars, mais ce n'était pas vraiment prévu comme ça. Malgré le blocage impressionnant de Mogaba, je savoure cet instant unique. Je sais qu'un moment ou l'autre, je vais lui faire céder sa défense et je m'en réjouis. Après tout, tout bouclier peut se casser si on use la force nécessaire. Mon poing frottant contre ses bras, je peux ressentir l'énergie passer autour de lui. Au lieu que le coup porte sur mon adversaire, la rempart de bois qui constitue la première rangée de gradins situé derrière ma cible se voit se faire broyer dans un terrible fracas tellement le choc est colossal. Heureusement que les spectateurs se sont en fuit en haut à temps.

Je ne suis peut-être pas un adepte de la boxe des Poings Divins, mais je sais détruire mes adversaires avec la pure force de mes bras. D'accord, les stimulants de Reyson y sont pour quelque-chose cette fois-ci, mais même sans ça je suis capable de faire mal. J'ai toujours su utiliser mes mains, mais je ne m'en servais que très rarement. Je comptais beaucoup sur ma gunblade et ma lame de coude autrefois, mais depuis toujours je sais me battre au corps-à-corps. Les gens qui utilisent des sabres ou des fusils doivent savoir aussi faire de leurs mains des armes pour éviter d'être vulnérable une fois désarmé. C'est ce que mon tuteur m'a toujours appris. Et ça m'a bien servi et ça me sert encore. Même sans les pouvoirs de mon Fruit du Démon je reste dangereuse.

Toujours convaincue d'être la plus forte, Nakajima, mais tant que j'utiliserais le Haki de l'Armement, tu ne me bâteras jamais.

Retrouvant ses appuis, Mogaba empoigne mon avant-bras vigoureusement et charge un premier coup avec sa main libre sur mon épaule, puis un deuxième, puis un troisième. J'encaisse en grimaçant. Il s'apprête à faire un dernier plus puissant, mais plus lent. J'ai le temps de placer ma main au moment de l'impact pour le parer. Le poing de Mogaba s'est enflammé tellement le frottement de l'air est intense. Je ressers ma prise pour le bloquer et l'empêcher de me frapper encore. On se retrouve tous les deux à se saisir mutuellement. Profitant de l'élan que me porte mon adversaire, je pivote sur le côté pour le faire passer derrière moi. En le faisant basculer la tête la première et les pieds se trouvant hors de la marée noire, Mogaba saisi l'aubaine pour utiliser son Geppou et prendre de la distance. Merde!

Mais il ne reste pas longtemps en retrait, il revient même vite à la charge. Il me bombarde alors d'une pluie de poings dans ma direction. Ces poings déplacent à une vitesse vertigineuse des blocs d'air qui viennent se dissiper contre mes poings. Encore poing contre poing.

Ne joue pas à ce petit jeu avec moi, Mogaba, tu vas encore perdre. Je suis plus forte et plus rapide que toi!

Ne prenant pas en compte mes propos, mon adversaire continue de m'assaillir de lame d'air en forme de poing. Cette fois, c'est lui qui parvient à être plus dynamique. Le nombre de projectiles se multiplie et bientôt ils me surpasseront. Je ne pourrais pas tous les bloquer.

Qu'est-ce que je te disais, Nakajima. Je vais te tuer.

Sentant que je vais bientôt plus pouvoir tout parer, Mogaba s'approche de moi et relance alors son attaque dévastateur. Peut-être qu'il se dit que cette fois c'est la bonne parce que je ne suis plus un Logia?

▬  Hasoukenougi!!

L'air se comprime et se décomprime d'un coup, créant une explosion beaucoup plus puissante que la dernière fois. Seulement, je fais un bond en arrière pour éviter la déflagration qui sera sûrement étouffée par la marée noire. Je me retrouve maintenant à côté de Reyson. J'ignore où est-ce qu'il en est dans son combat, mais chez moi, ça commence à chauffer. Pour l'instant, je pense que je peux encore me battre sans me faire booster. Et Red? Il a commencé son combat? Je suis tellement absorbée par le mien que je ne fais plus trop attention à mes alliés.

~~ Page 3 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor



Dernière édition par Aoi D. Nakajima le 3/12/2014, 02:56, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-desEn ligne
Reyson D. Anstis
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 9059
Popularité: -712
Intégrité: -600

30/11/2014, 23:53


Une mare noire. Il a pris son temps, mais le grand chef de ces lieux s’est enfin mis à bouger. Enfin, quand on tourne la tête vers lui, on dirait pas. Fruit de flemmard… Moi je booste les gens, mais le poing ne part quand même pas tout seul. Quoique, j’ai développé une façon d’utiliser mes hormones à distance, mais pas de distinguer les alliés des ennemis… Je pourrais endormir tout le monde, ou essayer, mais même si le public s’endort, Red m’en voudra de se faire avoir ainsi alors que c’est un moment rêvé de leur montrer à tous pourquoi c’est lui le chef ici.    

La température est redevenue normale, il vient de prouver à Aoi qui est le patron. Devoir prouver ça à une femme… Rossignol se ramollit. A moins que ce ne soit pour la protection du navire ? Ca tiendrait déjà plus la route. Sa substance noire ne me fait rien. Du moins je ne ressens aucun changement notable. Merci l’ami, c’est sympathique de sentir cette confiance. Sois pas jalouse Aoi, ça t’arrivera aussi un jour, peut-être. Puis tu m’as brûlé ! Dans un combat, il faut faire attention à ce qui t’entoure !

L’instant d’après, la première rangée de tribunes s’écroule… On dirait presque qu’elle ne se contrôle pas, qu’elle se défoule simplement sur son adversaire, qu’elle souhaite uniquement le détruire, quoiqu’il en coûte. Que lui a-t-il donc fait ? A moins qu’elle ne se batte toujours de cette façon ? Je dois avouer que je n’avais pas eu vraiment l’occasion de l’observer lors de la bataille de Reverse Mountain.

De mon côté, on est un peu comme Red présentement : on s’observe. Par contre, on ne communique pas dans le langage des signes. On ne communique pas tout court. Il attend que je définisse un plan pour le prévoir et agir en conséquence j’ai l’impression… C’est sûr que lorsqu’on sait ce qui va se produire, il est plus simple d’avoir le dessus… Par conséquent, il faut quelque chose qu’on ne peut éviter même en sachant ce qui va arriver… Bingo !

Mes doigts viennent se planter dans mon bras, le rendant horriblement plus gros que celui de l’autre côté. L’adversaire se tient sur ses gardes, il pressent le coup de poing et n’en a pas peur. Il lui suffit d’éviter si la pensée me vient d’ouvrir le poing pour retenter l’approche des doigts seringues… Par contre il grimace à la nouvelle idée alors que ma main approche. Je souris à son rictus : j’ai vu juste !  

Une aura s’échappe de mon corps, fonçant droit sur ma cible. La vague d’énergie flotte aussi autour, en direction de l’adversaire d’Aoi, de celui de Red, et des petits vieux à l’écart, histoire de tester le niveau de chacun. Rossignol, tu remarqueras que je n’ai touché ni aux spectateurs ni à vous. Tu vois l’amélioration du Haki des rois ? Un jour viendra où je n’aurais plus peur de ton poing. Et ce jour-là, je pourrais rejouer avec mes phéromones ! Mais pour le moment, c’est trop dangereux…

Dangereux comme cet énorme poing qui vole droit sur l’ennemi temporairement paralysé par mon aura. Et tu sais quoi ? C’est comme ça que j’ai vaincu celle qui a voulu prendre mon quartier. Quel coup du sort tu ne trouves ? Le point faible des Poings Divins ? Moi. Et si on compare nos mains, la mienne semble plus divine que la tienne. Mais tu ne vas pas tarder à y goûter, ne t’inquiète pas. Tu vas même voler en direction des vieilles personnes. A moins qu’ils ne soient recroquevillés au sol entrain de baver ? C’est possible, je suis trop fort…

Spoiler:
 
https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttps://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
Invité
Invité


2/12/2014, 17:40



Reyson flanque un coup de boule mental à toute l’arène. Montrant à tout le monde qu'il appartient à cette toute petite poignée d'élus qui peuvent développer et utiliser le pouvoir le plus classe du monde, et le seul qu'on ne peut pas apprendre si on l'a pas tiré au berceau. Y'a de quoi être jaloux non ?
Reyson D. Antis hein ? D pour Haki alors ? C'est assez absurde pour étre parfaitement crédible. Je me demande si me faire appeler Edouard D. Rossignol suffirait a me donner les prérequis du pouvoir avec un grand P. Probablement pas. Y'a une fée qui a du se gourer de berceau quand j'étais petit. Ou plutôt elle avait peur de se faire dépouiller en passant en Amerzone. Et du coup je continue a marner pendant que tout tombe tout cuit dans la bouche de mômes prodiges comme Kiyori, Reyson ou Izya...

Veinards...

Enfin, l'attaque fait croire à tout le monde que Reyson est le vrai patron, mais pour un vieux routier comme moi elle a quand méme du bon. Parce qu’après avoir soupé du Haki Royal en présence d'autres pistonnés comme Toji et Tahar je sais en évaluer la puissance comme un ivrogne reconnait un gros rouge qui tache. Et si l'assaut mental de Reyson a autant d'effet sur moi qu'un coup de pied de fillette dans une bitte d'amarrage il n'en est pas du même du reste de nos adversaires. Ce qui me me permet d'avancer comme ça une valeur de puissance surement pas si loin de la vérité...

Confirmant mes pires craintes les deux vieux ne loupent pas une syllabe de leur dialogue, les situant au mieux à mon niveau, au pire... Pire. Pour les deux sous fifres c'est pire, les voila soudain avec les jambes flageolantes et le regard surpris et vaguement offensé du boxeur qui vient de se ramasser sur le coin de la tempe un crochet vicieux qu'il n'a pas vu venir. Quand au type qui me fait face, impossible de louper la crispation passagère de la mâchoire et l'étincelle de douleur dans le regard, celle qu'on a au lendemain d'un grosse cuite au premier mouvement qu'on fait.

Reyson vient de juger les Poings Divins et le verdict est tombé. Insuffisants.


En face de moi Oni se met en garde. Je n'en connais pas assez pour identifier par son nom traditionnel la posture qu'il emploie, mais ses poings fermés et sa garde haute me disent tout ce qu'il à savoir sur son style. Mon adversaire est un boxeur traditionnel, un adepte des styles externes, prônant puissance physique et simplicité. Ses coups de poing doivent avoir le même impact qu'un obus de canon de marine et son masseur doit probablement le tabasser avec une barre de fer pour l'aider à se relaxer. Le combat s'annonce joué d'avance, je n'ai jamais croisé que Toji qui soit assez fort pour passer à coup de poings à travers le Tekkai que je peux développer aujourd'hui...

Mais on ne sait jamais. Contre l'attaque la plus puissante et la plus brutale, construire un mur aussi solide que possible n'est pas toujours la meilleur méthode, Avec assez d'efforts, on finit toujours par briser un mur.

Que disait le vieux maitre déjà quand je lui disais que d'un point de vue pratique, une esquive parfaite ne servait à rien si on ne pouvait pas la faire suivre d'une riposte ? Ah oui... Tes ennemis sont comme autant de feuilles portées par le vent sur le sentier infini de la vie. Ta réaction, c'est le souffle d'air qui dévie la feuille et l'envoie se perdre au loin sans même la toucher...

Hm...

Les mains de mon adversaire prennent la couleur noire du Haki, et en retour, tout mon corps fait de même. Non que j'en ai vraiment besoin, si j'ai vu juste, Oni sera tout à fait incapable de me toucher.

Roku Oni No Shigan !

Il frappe dans le vide, dans un air que sa vitesse au point d'impact rend soudain aussi dur et tangible qu'un mur, expédiant droit devant lui une vague d'air qui tient plus de la météorite que de n'importe quoi d'autre pendant que paume tendue vers lui je libère le bouclier de mon Haki juste a temps pour que frappe vienne le heurter de plein fouet.  

Si le Puffing Tom devait rencontrer de plein fouet une falaise le choc serait probablement moins violent. Nos deux forces s'anéantissent au centre de l’arène, c'est comme si on venait de lâcher une pierre dans les eaux noires du sol de l’arène, l'onde de choc repoussant jusqu'au ténèbres de la zone d'impact, avant d'aller frapper tout autour en bousculant les gens...

Sans importance, suivant sa frappe et profitant du choc, Oni est déjà sur moi.  Et alors qu'il entre a ma portée il change de garde, assez rapidement pour que tout adversaire dépourvu de l'empathie se retrouve mort avant d'avoir compris quoi que ce soit. Ses poings s'ouvrent et sa garde se relâche pour adopter un style terriblement familier, le mien. Le sale vicelard. Le boxeur traditionnel a l'allure de simple bourrin s’avère être un technicien sophistiqué sous couverture. Un instant je me demande combien de types sont restés raides de s’être trompé sur son compte... Et puis j'esquive. Rendu quasiment intangible par le KamiE, je donne l'impression de couler comme de l'eau autour des frappes. Frappes aux doigts aussi durs et tranchants que le plus affilée des meitou, rapides, précises, trop précises, Oni commet une erreur courante chez les spécialistes des techniques les plus moches des styles interne, et visant les points les plus vitaux il en devient prévisible...

Honoken !

Les Poings d'Oni s'embrasent, nimbant ses bras noirs de flammes qui lui remontent jusqu'au coude. Prenant la mesure de mon KamiE il frappe plus large, se gardant assez d'espace pour épouser mes esquives, il ne cherche plus à tuer mais à blesser, mutiler. Et je suis obligé de dévier ses coups pour ne pas me faire saisir, oubliant le KamiE au profit de parades plus conventionnelles je bloque ses frappes aux poignets, déviant ses coups et les écartant avant qu'il ait le temps de m'attrape.

Hasoukenougi !

Oni m'offre un défilé de ses attaques les plus puissantes et les plus dévastatrice et l’empathie m'offre immédiatement les clés de leur maitrise. Me distrayant peut être un peu trop. Un coup vers le sol pulvérise le sol de l’arène, me faisant perdre pied le temps d'un battement de cœur, et alors que ma maitrise du Geppou me permet de ne pas tomber en arrière et de me rattraper Oni frappe de toute sa force droit devant lui, aussi conscient que moi que je peux pas esquiver. Mes avants bras bloquent la frappe, couvert de Haki, le corps entier durci par le Tekkai dans l'attente du choc. De l’extérieur on doit soudain disparaitre tout les deux dans l'explosion que provoque son coup. de l'intérieur nous sommes tous les deux fixés dans un instant suspendu, celui ou figé par ma meilleure défense je réagis trop lentement pour l’empêcher de passer la cinquième frappe. Et ou je regarde les doigts de sa main droite s'enfoncer profondément dans ma poitrine pour en finir.

Rakkan Shigan !
Darkside...

Nous nous séparons d'un pas, presque figés après ce bref déchainement de violence. La main couverte de sang et le sourire victorieux d'Oni d'un coté, les cinq marques sanglantes sur ma poitrine de l'autre. J'aurais du me douter que la plus vicieuse de mes défenses ne serait pas si efficace que d'habitude contre le Haki. Mais bon, mieux vaut ça qu’être mort...

J'avance et il recule, un pas, un autre, jusqu'au cinquième ou son sourire se fige quand je ne trébuche pas pour m'effondrer raide mort sur le sol.

-Faut croire que je manque de cœur...

Darkside. Le trou noir créé sous l'impact ne m'a pas protégé entièrement mais m'a sauvé de la frappe mortelle d'Oni. Un trou noir à la place du cœur. Mieux qu'une pierre non, tellement plus... Ténèbres ? Je suis sur que Rachel adorerait...

-A moi maintenant.

Et à mon tour de sourire.


Dernière édition par Red le 14/12/2015, 14:31, édité 2 fois
Nakajima D. Aoi
Nakajima D. Aoi
Modérateur
La Reine Rouge

♦ Localisation : Tetsu Island, Nouveau Monde.
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos.

Feuille de personnage
Dorikis: 8485
Popularité: -1087
Intégrité: -843

3/12/2014, 02:32

Mogaba devient de plus en plus faible. Ou alors je deviens de plus en plus forte. Qu'importe, de toute manière aujourd'hui est un grand jour. Je vais enfin le battre et de manière magistrale. Je me demande même comment va réagir la foule lorsque je l'aurais tué. Nous sommes les défendeurs d'Armada, ça devrait les extasier et les réconforter. L'idée de le vaincre à coup sûr me donne une joie intense. J'ai cette certitude sûrement parce que je suis en compagnie de Red et de Reyson? Probablement.

Sonné par la vague d'énergie, Mogaba lutte pour ne pas tomber de son perchoir. C'est la mort en bas, les ténèbres l'attendent. Et moi je ne peux pas me permettre de rester sur place et laisser Red l'avaler dans sa nuée noire. Je saisis l'occasion unique qui se présente devant moi. N'offrant aucun répit à mon adversaire, je m'élance vers lui et je saute à sa hauteur avec l'agilité d'un félin. On dirait que Red m'autorise à agir plus librement que Mogaba. Ma main gauche empoigne fermement le cou de ma cible, serrant méthodiquement la prise. Et pendant qu'on tombe, je lève mon bras droit en arrière afin de maximiser la vigueur de ma prochaine frappe. N'étant plus en contact avec la marrée noire, je peux à nouveau utiliser tout ce que j'ai en moi pour finir Mogaba. Mon corps retrouve toute la puissance qu'il puise de mon Fruit. Tout mon bras se transforme en magma. La lave se compacte afin de doubler mon poing de volume, puis double encore atteignant une taille satisfaisante. T'as vu, le mien est plus gros, tu n'es pas jaloux Reyson? Ce genre de technique n'est pas efficace contre des adversaires robustes, mais puisque je tiens fermement Mogaba dans mon autre main, il n'y a pas de raison pour que l'attaque rate.

▬  Taitanikku wa hitto!!
▬  Tekkaï!!

Mon adversaire a juste le temps de placer ses bras imprégnés de Haki devant lui et de contracter tous ses muscles. Seulement, ce n'est pas suffisant. Mon poing gigantesque s'écrase violemment sur Mogaba, de la tête au ventre. Je retransmets toute l'énergie du coup au travers son corps. C'est comme sentir tout le poids du Monde aplatir d'un coup une pauvre boite de carton. L'impact est terrible, il créé des vibrations autour de nous encore plus phénoménales que tout à l'heure. Je broie la défense adverse, la compression est si intense que mon adversaire peine à tenir son bouclier noire. Le magma dégage de la chaleur au point de brûler les membres qui ne sont pas protégés. Mogaba est mort. Je dévoile alors toutes mes dents et dans un rire diabolique, je prononce une phrase, presque en lui chuchotant à l'oreille.

Et maintenant, qui de nous deux se croit être le plus fort, Mogaba? Tu fais moins le fière désormais!

J'enfonce mon poing de géant de toutes mes forces. Les bras de l'homme-tatou cessent d'être noires. Son corps se met à flamber subitement comme une torche, mais cela ne dure pas longtemps. Tombant tous les deux à nouveau dans les ténèbres, le feu s'éteint aussitôt qu'il est venu et je deviens encore une fois normale. J'entraîne ma cible sur le sol nimbé de noir, le faisant percuter violemment contre le plancher afin de le finir définitivement. Une onde se crée autour de nous, balayant la zone temporairement. Je me redresse en lâchant le corps chauffé à blanc de Mogaba. Je doute qu'il se relèvera après ça. Il crache du sang par la bouche et peine à respirer. Je suis satisfaite. Constatant que Reyson est encore dans son combat et que Red débute à peine, il est temps de montrer à toute l'assemblée, surtout aux maîtres de Mogaba que l'élève a été faible. Je relève alors son pitoyable corps pour le montrer à tous avant que mes pieds se recouvrent à nouveau de la marrée noire.

Regardez tous! Ses fameuses techniques des Poings Divins ne l'ont pas sauvé. Et il va mourir!

Serrant de ma main le cou de ma victime, je le lève bien haut afin que tout le monde puise encore mieux le voir mourir et savoir que je suis Aoi D. Nakajima. Ma main transformé en magma presse vigoureusement la chair entre la tête et le torse, décapitant ainsi Mogaba. Avant de le tuer, je lis sa haine dans ses yeux et je lui adresse une dernière parole.

Adieu Mogaba. Que ton séjour en Enfer te soit agréable.

Son crâne borgne se détache au moment où la marée noire me recouvre à nouveau les jambes. Le corps inerte tombe alors à la renverse, déversant le sang sur le sol. J'ai gagné. Depuis longtemps je n'avais pas ressentie une telle satisfaction. Il faut dire que ces dernières années je remportais peu de victoire. La foule peut être contente aussi. Red aussi. J'ai éliminé une menace conformément à mon devoir de Libre Pirate. Maintenant, je sais que je peux battre des gens aussi forts que Mogaba. Je me sens beaucoup mieux.

Abandonnant le cadavre encore brûlant, je me dirige vers Reyson et son adversaire qui visiblement tient plus longtemps que le mien. J'espère que Red va m'autoriser d'être un Logia, maintenant qu'il a vu que je peux me battre sans cramer le navire. J'ai retrouvé mon souffle et je suis prête à me battre encore. Je m'adresse alors à Reyson.

Un coup de main? Tu serais aimable si tu pouvais me retirer cette moustache affreuse et cette barbe immonde en échange de mon aide. À moins que tu tiennes à ta dignité? J'aurais préféré battre seule Mogaba, mais tu as participé à sa défaite. Du coup, je me sens obligée de t'épauler.

~~ Page 4 ~~

Techniques:
 

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor

https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-desEn ligne
Skye F. Ephémera
Skye F. Ephémera

♦ Localisation : Armada
♦ Équipage : Red Pirate

Feuille de personnage
Dorikis: 2200
Popularité: -95
Intégrité: -80

3/12/2014, 13:29

Des poings dans les tripes
( Jacques Chardonne) ▽ Regardons d'un œil ingénu ce qui est neuf. La vie n'est pas faite pour le souvenir.
« Il y eut un silence.
Skye le regarda avec un ébahissement soudain. Aussi soudain que sa phrase.

Red, fils. Enfant? Red? What?!

Elle commença à agiter les mains devant elle, comme pour faire barrage à un nuage de moustique.

-Attend, attend. Echec critique gamin, tu peux me la refaire?! Toi, le fils de Red? Sa progéniture? C'est pas possible, Red il doit avoir 25 ans. Hmhm. No way. Trouve autre chose. Dit-elle en secouant la tête de droite à gauche. Sinon tu l'aurais déjà vu, tu l'as déjà vu hin?
-Il est vachement plus vieux que ça. et puis regarde, j'ai son chapeau ! Et j'ai une image de maman avec lui, alors hein ! J'y peux rien si je l'ai jamais vu. C'est maman qui voulait pas, parce que c'était un sale marine.

Elle hallucinait. Il disait vrai, il avait effectivement une image d'une jeune femme brune avec un chapeau rouge et de Red, en beaucoup plus jeune.

-Il a pas 25 ans? Chuchota-t-elle à Pingui.
-Piou. (Skye...)
-Beh je sais pas moi, je demande comme ça.. Bon. Gamin, va falloir qu'on cause! Tu peux pas débarquer comme ça et dire que t'es le fils de mon capitaine! Moi et le Pingouin on te croit pas du tout. Si t'étais vraiment son fils, tu aimerais Pingui autant que lui.
-Piou (Oui, mais non. Un seul ça me va.)
-Et puis d'ailleurs tu saurais que Red il est plus marine! Ohmesdieu Red était marine?! Cria-t-elle en se tournant vers Pingui. Non bon, on verra ça plus tard!

Elle se pinça l'arrête du nez, prenant une grande respiration.

-Je peux débarquer et le dire ! Parce que Red c'est mon pére ! Et dés que je 'aurai trouvé il te dira.

Damien observa longuement le pingouin avec un air sceptique. Comme s'il réfléchissait à quelque chose. Pingui lui rendit son regard. Truc de ninja.

-Bon, pour le pingouin, s'il est avec toi et que t'es dans l'équipage de Red, alors je veux bien faire un effort.
-..... Ca veut dire quoi ça "s'il est avec toi et que t'es dans l'équipage de Red alors je veux bien faire un effort", répétât-elle à grande vitesse sans prendre de respiration.
-Ben, ça veut dire qu'on est presque ensemble quoi. Alors je le descend pas pour le manger. Après tout, je vais surement être le second... C'est quoi toi ton rôle?

Elle cligna longuement des yeux.

-Woh, whow, wooooow!Deux minutes, faisons les choses dans l'ordre. Comment ça ensemble, comment ça second?!

Mais il continua comme si elle ne l'avait pas interrompu.

-Tu dois être genre mousse, ou artilleuse ? Ou alors c'est toi qui t'occupe des animaux ?

Puis lui aussi cligna des yeux et afficha un air fier.

-Ben ouais, second. JE suis le fils de Red, et je vais rentrer dans son équipage, du coup si t'es dans son équipage aussi, quand je serais second je serais surement ton chef !
-COMMENT CA ENSEMBLE?! Cria-t-elle en tapant du pied
-Piou (Calme toi Skye!)

Non, non, non, ce gosse n'allait pas être avec eux, "ensemble", non. Non. NON! Elle n'allait pas devoir le supporter tous les jours, et encore moins répondre aux ordres d'un gamin de 12ans. Et puis quoi encore?!

-Ben, ensemble, dans le même équipage quoi... qu'est ce que tu comprends pas ?

Enfer et Damnation. Nous voila perdus...

-Ce gamin se fiche de moi Pingui!
-Piou (Faut l'avoir à son propre jeu, emmenons le à Red il saura quoi faire)
-Owi emmenons le à Red, il va lui arracher la tête et lui mettre le chapeau à la place du coeur. Ou alors je le garde, j'en ai toujours pas de chapeau moi... Puis elle se tourna de nouveau vers Damien qui attendait la suite en jouant avec ses flingues. Surement un cadeau de sa timbrée de maman... Viens gamin, je te laisserais manger mes cupcakes à la guimauve!
-Si tu touches à mon chapeau, je te truffe de plomb ! Mais ok, j'aime bien les cupcakes. Du coup t'es cuistot c'est ça ? Cool, j’espère que tu cuisines bien, quand je serais second je voudrais pas manger n'importe quoi ! Les autres m'ont dit que Red allait a l'arène du terminus, tu sais ou c'est ?

Elle commençait doucement à fulminer. Doucement... Elle aurait voulu se retourner et lui crier au visage: Je cuisine mieux que ta grand mère pauvre tocard! A la place elle dit, poings serrés:

-Tu seras mort avant ! Red me vengera de toi, imposteur!
-Ca veut dire quoi imposteur ? attention, si c'est une insulte je tire !
-Piou (l'arène est par là). Dit il en couvrant la voix de Skye

Elle commençait à doucement s'énerver, ce qui devait être d'ailleurs la première fois de sa vie. Red avait un gamin et ne lui avais rien dit. Pire encore, il s'imaginait devenir le second de l'équipage du haut de ses, quoi? 11 ans? Impossible, inimaginable. Skye se rendit alors compte qu'elle ne pourrait plus jamais recevoir d'ordre autre que de Red ou de Pingui. Parce qu'eux aux moins avaient pu la protéger.

Mais le gamin venait de la sauver aussi...

Elle jeta un oeil aux corps agonisants sur le sol. Pas mort, mais blessés. Leur gémissement de douleur remonta aux oreilles de Skye. Elle fit une grimace de dégout et de douleur, culpabilisant. Et se tourna furibonde vers ce môme blond au chapeau rouge.

-Si t'as le chapeau de Red, pourquoi il a le sien sur la tête? Et puis d'abord tu viens d'où? Et comment ça se fait que tu te pointes comme une fleur maintenant? Red sait que t'es son fils? Non parce que pour un paternel c'est pas des choses qui peuvent se savoir hin! T'as pensé à sa réaction? Tu crois qu'il va t'accueillir en joie "Oh mon fils adoré tu m'as manqué", tu penses pas plutôt qu'il va te donner une claque pour avoir traversé les mers? C'est hyper dangereux!

Elle arrêta là sa tirade et respira un peu. Red junior l'énervait trop. Beaucoup trop. Et elle n'avait pas l'habitude.

-Pingui je crois que je suis furieuse... Tu as vu dans quel état tu me mets Damien?!
-Il a pas intérêt a me donner une claque, j'ai 15 ans, et d’après maman c'est trois ans de plus que lui quand il a quitté l'Amerzone. alors hein ?!

Puis l'adolescent fut prit de doute.  

-Et puis... Je sais pas comment il va réagir, mais bon, c'est mon père. Alors faut bien que j'aille lui dire ! Non ?

Son regard de gros dur qui est plus fort que le monde entier, même son père, se teinta alors d'une pointe de doute et de questionnement. Pas pour longtemps certes. Mais suffisamment pour que Skye eut une pointe de douleur dans le coeur. Elle se radoucit un peu. Un peu.

Puis elle réalisa ce qu'il venait de lui dire.

-....... ohmesdieux, ohmesdieux, ohmesdieux, ohmesdieux!
-Piou...
-Illesaitpas, illesaitpas, illesaitpas! Pingui il le sait pas! Mais on va mourir! Armada va sombrer quand il va apprendre qu'une femme lui a fait un enfant dans le dos!

Elle s'agripa les cheveux et s'assit accroupit sur le sol. Voyant déjà la fin de sa belle aventure. Elle n'avait même pas inventer le cupcake parfait...

-Tu sais... Je sais pas vraiment ce que tes parents t'ont racontés, mais je crois pas que ça se soit passé dans son dos... Maman m'a donné une lettre pour lui. Je suis sûr que ça ira. Sinon elle m'aurait pas payé le voyage. Puis il ajouta fièrement: C'est une chasseuse de primes tu sais ? La meilleure du monde !
-Chasseuse de prime hin.. Dit elle avec un sourire narquois en repensant à l'autre branche des Daltons. Oui je me souviens de ça. Visiblement c'est une histoire de famille chez vous. Bon écoute petit, tu vas me suivre et on va aller trouver Red, vu que c'est ce que tu veux. Mais c'est moi qui donne les ordres! c'est moi qui ai le pingouin! Dit elle comme s'il s'agissait d'un brassard pouvant permettant de donner des ordres. Après ça on saura le fin mot de cette histoire. Et nous on va prier pour pas mourir... Souffla-t-elle au pingouin
-Ouais d'accord... Mais seulement jusqu'à ce qu'on trouve Red

Elle tourna les talons et s'embarqua vers un nouveau cadran, bien loin de l'Arène, bien loin du Terminus...
»
▲  
(c) AMIANTE

https://www.onepiece-requiem.net/t8861-sexy-crazy-wild-skye
Reyson D. Anstis
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 9059
Popularité: -712
Intégrité: -600

3/12/2014, 23:32


L’adversaire qui volait en direction des vieux se rétablit à mi parcourt et efface simplement d’un revers de main les quelques gouttes rouges qui pendaient au coin de ses lèvres. En plus d’être voyant, il est robuste le bougre. Comme les autres : personne n’est tombé dans les vapes. Quelque part, je suis un peu déçu… Tahar aurait réussi, lui. Mais au moins j’ai retiré le sourire de son visage. Il a beau avoir vu venir le coup, il n’est pas parvenu à l’éviter pour autant. Et qu’est-ce qui m’empêcherait de reproduire le même schéma qu’avant ?

Ma jambe fait un pas vers lui, toute seule, sous l’impulsion du souffle du combat entre Red et Oni pour éviter que je ne tombe. Tout de suite après, ma jambe va se placer plus sur le côté, cette fois à cause du combat entre Aoi et Mogaba. Sans y réfléchir, je me tourne alors vers eux en m’écriant :

« Vous n’êtes pas seuls bordel ! »

On dirait des acteurs qui viennent bousculer ceux déjà sur scène pour garder les projecteurs sur eux, et uniquement sur eux. Mon adversaire profite que je détourne le regard pour disparaître, purement et simplement, afin de réapparaître derrière moi. Soru. J’avais senti un déplacement d’air, et j’ai beau me retourner vers lui, ses bras ne semblent pas bouger alors que je me prends bel et bien un coup. Et quel coup. Poing invisible. C’est à mon tour de décoller, mais je ne parviens pas à me rétablir aussi aisément que lui. Au contraire, je viens percuter Aoi et on tombe tous les deux au sol.

Soru… N’était-ce pas une technique de la marine ? Pourquoi les Poings Divins la connaissent également ? Sont-ils une sous branche du gouvernement ?

Aucune trace ou blessure cutanée, et pourtant je crache du sang avec une vive douleur à l’intérieur de la poitrine. J’ignore ce qu’il m’a fait, mais je m’injecte une dose d’hormones de vigueur pour me redresser sans trop de peine. Aoi me proposa alors son aide, en échange que je lui enlève la barbe.

« Tout ça c’est de ta faute et celle de Red ! Attends sagement ici, je vais lui montrer ce qu’est ma malédiction ! »

Si vous n’aviez pas provoqué ces différents souffles, jamais je ne me serais fait avoir ainsi ! Tout le public l’a vu m’expulser tranquillement dans les airs ! Je ne peux laisser ma réputation ainsi entachée, surtout à Armada. Sinon ça inciterait d’autres à nous attaquer.

« Va prendre un café Aoi… »

Finalement, j’allais jouer la carte de mon premier plan. Mes doigts dans ma chaire, je m’injecte une technique non encore testée sur un véritable adversaire. J’allais irradier l’hormone du sommeil sur le mode de transport des phéromones. Tous ceux proches du moi vont somnoler jusqu’à dormir. T’approche pas trop Aoi ou tu vas piquer du nez plus vite.

Je fonce alors vers mon adversaire avec de simples coups prévisibles. Une frappe visant sa tête, il l’incline sur le côté en envoyant son pied à l’horizontal. De ma seconde main je l’agrippe et utilise son élan pour l’envoyer plus loin, mais celui-ci exécute simplement un salto aérien pour réduire l’énergie cinétique grâce aux frottements de l’air avant d’atterrir de nouveau. Je frappe, il esquive. Il contrattaque, je bloque. Mais doucement il ralentit. Non pas à cause d’une fatigue liée à l’effort, mais bien mes hormones. Son attention diminue, il prévoit moins bien mes assauts et je parviens mieux à me défendre face aux siens. Là, une opportunité ! Au lieu de cligner des yeux il ferma ses paupières une seconde plus longtemps. Trop longtemps. Mes doigts se plantèrent dans son torse où je lui injectais de la parathormone en forte dose.

Je me reculais ensuite, retirant ma sécrétion d’hormones du sommeil pour stopper ses effets. Mon adversaire deviendra de nouveau plus vif, et on peut de nouveau réveiller les gens les plus proches de nous dans le public. Il me suffisait d’attendre que la dernière injection faite prenne effet : il aura beaucoup de calcium dans le sang, mais cela viendra de ses os. L’ostéolyse est fortement stimulée au point qu’il aura des trous dans ses os. Aoi me jette un drôle de regard alors que je reviens vers elle pour observer le combat de Red. Je lui explique alors :

« Il a perdu. S’il nous frappe, son bras se brise. S’il bloque un coup, même résultat. Même une esquive brutale lui sera douloureuse. L’ordre était de s’occuper d’eux, pas de les tuer. »

Bien que son sort peut être pire que la mort pour un grand combattant. Mais peut-être qu’en trouvant un bon médecin, il retrouvera son niveau ? Réalisait-il au moins l’état de son corps ? Sans doute. De toute façon, s’il tente un autre Soru pour m’atteindre, il s’écroulera à mi-chemin, les jambes cassées…

Bruce n’était pas un marine. Il avait attaqué Armada et non mon quartier. De plus, il ne m’avait présenté aucun manque de respect : c’était moi qui l’avais attaqué le premier, sous l’ordre de Red. Et comme je ne suis pas le chef d’Armada, ce n’est pas à moi de définir la sanction de son crime. Par contre si celle qui avait attaqué mon quartier se trouvait ici, j’en aurais peut-être fait un exemple. Bien qu’un combattant obligé de ne plus combattre soit déjà un bon exemple en soi.

« Il ne nous reste plus qu’à attendre la fin du spectacle de Rossignol… Il a un certain goût pour la mise en scène. »

Mais qu’il finisse vite tout de même, je ne me sens pas très à l’aise à patauger dans une mare noire, bien qu’il soit mon allié.
https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttps://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
Invité
Invité


4/12/2014, 18:50



Hum. Je m'en tire assez bien mais il faut croire que je ne suis pas encore au niveau du vieux maitre. Ou alors qu'Oni est meilleur que les types du CP9 avec qui il jouait. Possible aussi. Quasiment sur même. Et moi ? Quand est ce que j'ai cessé de considérer 8000 dorikis comme une puissance défiant l'imagination ? Probablement quand Kindachi m'a arraché le bras sans que j'ai même réussi à avoir une idée précise de sa puissance... S'il y a un match retour que je ne suis pas pressé de faire, c'est bien celui la.

Oni prend du champ. Dans sa tête doivent passer les mêmes évaluations que moi. J'ai failli le tuer et il n'a droit qu'a un coup. Est ce que je peux tenir ? Comment et ou va t'il frapper? Probablement les même pensées que celles qui traversait le crane des adversaires du vieux maitre. Je laisse durer. A ce stade du combat j'ai déjà gagné et chaque seconde qui passe lui laisse un peu plus de temps pour perdre sa sérénité de façade. Bordel, cinq frappes et je ne l'ai pas tué, combien il a de dorikis, quelle frappe va t'il tenter ? Si j'ai réussi à le blesser c'est qu'il n'est pas si fort que ça !

Les ténèbres semblent couler de ma plaie, transformant le sang rouge en une zone noire qui pulse quelques instants avant de disparaitre en me laissant intact.

Je l'avais blessé !

Impossible d’être sur que ce genre de démonstration puisse vraiment influencer Oni. Mais ça ne coute rien d'essayer. Et s'il y a bien une chose que le cipher pol m'a appris, c'est qu'il ne faut jamais négliger l'aspect psychologique. Dans un combat serré, c'est souvent celui qui doute qui a le plus de chance de commettre une erreur le premier. C'est l'une des premières choses dont parlait le vieux maitre a l'époque ou il présidait aux premiers duels d'entrainement, l'intimidation. l’intimidation c'est l'affrontement des volontés, de la confiance que chaque adversaire a en lui même, un combat mené avant de porter le premier coup pour établir la domination de l'un sur l'autre.

Le Haki de l'Armement d'Oni couvre maintenant son son corps tout entier. Ses mouvements ne m'ont pas donné l'impression qu'il en possède un autre mais il ne fait aucun doute qu'il maitrise les moindres aspects de celui la. Il est temps d'agir.

Soru !

Pour le public le Soru n'est rien de moins qu'un éclair, un déplacement tellement rapide que les spectateurs n'arrivent pas à le saisir, leur rétine ne leur fournissant que deux images de moi immobile à deux endroits différents. Mais pour des combattants expérimentés, habitués aux évolutions surhumaines, l'instantané n'existe pas. Je me souviens d'un chasseur de prime manchot qui disait que pour un homme qui sait qu'il va mourir, le temps passe plus lentement.

Pour nous deux le temps se fige quand nos regards se croisent, le temps d'échanger en une seconde un millier de coups et de parades pour n'avoir à en effectuer qu'une seule.

Intimidation...

... Hokuto Shigan... La vitesse de mon déplacement s'ajoute à celle de ma frappe pour offrir à Oni le coup de poing le plus rapide qu'il ait jamais vu. Un shigan rendu encore plus monstrueux par le haki de l'armement qui traverse ses défenses comme la foudre fend le ciel, perfore sa carapace et son bouclier de Haki avant de permettre à mon poing serré de s'enfoncer dans sa poitrine. Pas assez loin...


... Shigan Bachi... Je n'ai plus une main mais une centaine, et c'est un nuage de coup plus dense qu'un mur de pique qui s'abat sur la défense d'Oni. Trop pour pouvoir tous les parer ou les éviter, beaucoup trop. Chacune de mes frappes est une aiguille qui vient s'enfoncer dans un point précis du corps de mon adversaire qui ne parvient qu'a protéger les plus vitaux pendant que je paralyse un a un chacun de ses muscles...


... Roku Oni No Shigan ... Ma paume frappe l'air juste avant de rencontrer l'avant bras d'Oni qui vient à sa rencontre. Et c'est à ce moment la que je libère toute ma puissance. Créant une vague d'air gigantesque qui telle une main de géant traverse Oni comme s'il n'était pas la avant d'aller démolir tout ce qui trouve derrière lui, creusant un sillon de destruction qui ne s’arrête que bien au delà des limites d'Armada. Et alors qu'Oni pense probablement avoir échappé a la vague de destruction, l'onde de choc qui a traversé son corps finit de réduire ses organes interne en une pulpe sanglante...


... Hassoukenougi ... Mon poing rencontre la parade d'Oni et libère dés son contact une formidable explosion. C'est comme si Oni se retrouvait soudain à l'embouchure de la plus grosse pièce d'artillerie du monde. Sa chair s'arrache, ses os se brisent, ses organes explosent et après un instant de vaine lutte tout son corps est pulvérisé et va se perdre dans le décor.


... Rakkan Shigan ... Ma main s'ouvre et mes doigts se recourbent comme des griffes, aidé par l'empathie je virevolte autour des parades d'Oni pour réaliser la même frappe que lui, et comme lui j'ancre mes cinq doigts autour de son cœur et les y enfonce jusqu’à que la frappe de ma paume scelle son destin. Déjà le flux sanguin de son corps se modifie et afflue vers son cœur. Ne lui laissant que le temps de cinq respirations pour être aussi mort qu'on peut l’être...


Ma paume frappe le poing immobile d'Oni pendant qu'il réalise que chacune de mes attaques peut le tuer et qu'il ne peut rien faire pour m'en empêcher...

Intimidation...

C'est ce que disais le vieux maitre aussi. Le meilleur des guerriers est celui qui sait remporter la victoire avant même de combattre.

Et j'ai gagné.
Invité
Invité


4/12/2014, 20:30



-Impossible !

C'est le vieux chauve qui réagit et qui se lève le premier. Pas le chauve à la peau brune, au piercing et aux tatouages, l'autre chauve, celui dont le bras gauche est planqué dans le kimono.

-Raoul n'a pas pu t'apprendre cette technique !

Et c'est la que l'illumination me colle un vilain coup de masse entre les deux yeux, en me rappelant ou j'ai déjà vu ce genre de crane luisant et ce regard mi furieux mi offensé... Raoul... Alors quoi, un frangin ?

-Il n'a pas le droit !
-Je ne l'ai pas utilisé...
-Oui mais tu aurais pu ! Tu en as toutes les clés ! Tu aurais pu le tuer d'un seul coup !
-Je sais, mais ce n'est pas validé. Et vous êtes qui vous ?

Le petit vieux saute dans l’arène et même les ténèbres donnent l'impression de vouloir éviter l'endroit ou il pose les pieds. Il marche droit sur moi, ignorant tout le reste et ne s’arrêtant qu'en passant devant Aoi pour la regarder d'en bas droit dans les yeux.

-Aoi Nakajima. Voila ce qu'est le Poing Divin.

Et paf. Magma ou pas Magma le petit vieux plonge sa main dans la lave d'un geste si vif qu'Aoi n'a même pas le temps de lever la main pour se défendre. Et pendant qu'elle reste soudain aussi figé qu'un arrêt sur image, il la contourne posément pour se planter devant moi.

-Je suis Marcel. Et dans trois respirations, elle sera morte. Que vas tu faire ?

La lave disparait pendant qu'Aoi doit commencer à ressentir les premiers bouleversements, la sensation de malaise, le vertige, les battements du cœur qui s'espacent. Hum, heureusement qu'il y a moyen d’arrêter ça.

Je n'ai pas encore commencé à lever le pied que la main de Marcel s'est levé comme un serpent, juste devant mes yeux. Cette prise aussi je la connais. Et je n'ai pas vraiment envie de devoir compenser la perte de mes yeux avec l'Empathie.

-Tu sais comment la sauver ? Fais le d'ici.

Aoi prend une nouvelle respiration, elle est désormais incapable de bouger autre chose que les yeux et doit se sentir salement pris au piège dans un corps qui n'est plus qu'une prison en train de la tuer. Je sais comment la sauver. Mais à distance ? Cela dit, ce n'est pas moi qui prend le plus gros risque...

-Shigan... Bachi.

Bras tendus vers ma cible j'effectue une série de pichenettes dans le vide, expédiant autant de balles d'airs que le vieux a mis de frappe. Visant les mêmes points que lui pour inverser le processus autodestructeur qu'il a enclenché.

Aoi prend une nouvelle respiration et porte soudain les mains à sa blessure en reprenant le contrôle de son corps. Sauvée. Et avec assez de maitrise de soi pour ne pas faire de conneries en essayant de se jeter immédiatement sur le vieux.

-Bien. Tu es meilleur qu'aucun de mes disciples. Raoul a du t'enseigner tout ce qu'il sait.
-Pas vraiment non. On est un peu en froid en ce moment. Vous êtes son frère c'est ça ?
-Oui. Et j'accepte de te prendre comme disciple.
-Si je juge celui que j'ai combattu, je ne suis pas sur d'avoir encore besoin d'un enseignement.
-Seul le fou croit être le maitre en étant meilleur que le disciple.
-Hm.


Je frappe, sans préavis, et il fait pareil. Nos poings se rencontrent juste entre nous deux. Mon poing de fer contre son bras gauche. M'offrant l'aperçu exact de sa puissance comme il doit ressentir la mienne.

-Nous allons devoir parler. Mais plus tard.
-Plus tard ?
-Oui, plus tard. Ailleurs. Pour l'instant, tu as vaincu mes disciples. Les Poings Divins ne te disputeront plus Armada et se comporteront selon tes règles. Nous autorise tu à rester sur cette ile ?
-Hum... Oui. Mais tenez bien vos élèves.
-C'est évident. Je suis le maitre...

Et après un bref échange de regard avec un Oni qui a visiblement du mal a faire le point, Marcel rejoint les tribunes et le type qui l'attend, avant d'effectuer, avec Oni portant le dernier poing en remorque, une sortie remarqué au milieu d'une foule qui s'écarte avec suspicion sur son passage...

-Faut toujours se méfier des vieux maitres...

Bon. Affaire close. On va manger, je vous invite...


Et pendant que Wilson et une centaine de gars de l'Usage modéré envahissent les lieux en retard dans la plus pure et la plus ancienne des tradition militaire, moi, je fous le camp...

Et qui m'aime me suive.

-Wilson, pourquoi tu me parlais des D'alton ?
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1