AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -49%
Roborock S5 max
Voir le deal
274 €

Watermeet Boulette

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Mer 12 Nov 2014 - 20:40

Watermeet Boulette

Une fois que le navire c’est mis en route et que Bulgemore rétréci à vue d’œil, le capitaine Yukikurai alla se reposer. Oui, il faudrait un jour ou l’autre qu’il prenne réellement conscience et qu’il accepte qu’il était devenu le capitaine du Divergence. Qu’il ait demandé à se faire appeler chef plutôt que capitaine ni changeait rien. Le fait de transformer ce qui était la cabine du capitaine en forge non plus.

Il descendit dans les entrailles du navire. Avant de faire une sieste sur son hamac, il alla se débarbouiller. Il avait du sang séché partout. Une bonne partie appartenait au loup, mais là où il avait pris des coups de griffes c’était belle et bien le sien. L’adrénaline le quittant maintenant qu’il était en sécurité sur son navire, au milieu des siens, il se rendit compte que la lacération sur son torse était douloureuse et que la bosse sur son crâne tiraillait encore. Une fois propre, il se sentit lessivé, ses muscles tiraillant dans tous les sens. Il s’assoupit vers 17h et ne se réveilla que le lendemain matin. Il était maintenant frais et dispos. Enfin, s’il mettait de côté sa bosse et son pectoral droit qui suintait encore légèrement.

***

La mer c’est bien, c'est calme. Parfois même un peu trop. Le vent ne soufflait plus vraiment depuis le matin. Il mettrait donc plus de temps pour le retour que pour l’aller qui avait roulé comme sur des roulettes. Les mines aurait dû être morose à cause de ce manque de vent, mais cela ne semblait affecter personne à part Yuki. Ce n’est qu’au souper qu’il comprit pourquoi les gens étaient enjoués. La salle était décorée avec quelques guirlandes faites maison. Un tonneau d’un alcool sucré, mais alcoolisé malgré tout avait été mis en perce. Un petit festin avait été cuisiné. Ce soir on fêtait le nouvel an. Et pour le coup, les scientifiques seraient saouls et le bateau naviguera tout seul. Tout le monde mangea et bu dans la bonne humeur totale.

Le lendemain fut tout autre chose. Un scientifique qui a la gueule de bois et bien, ce n’est pas gentil. Ça ne fait pas d’effort et ça se plaint tout le temps. Une journée de non productivité pour tout l’équipage. Le vent fut sympa, il attendit le soir avant de se remettre à souffler, que les gens aient décuvé.

***

La mer parfois, c’est mouillé, parfois c’est agité. Mais l’équipage commençait à savoir le gérer. Ils arrivèrent sans avarie à retourner sur l’ilot de l’horloge. Ilot où les attendait le premier défi de taille qu’il avait choisi de résoudre. Essayer de rendre la paix à cette ile ne serait pas facile. On ne leur demandait pas, mais si leur but était de changer le monde. Autant commencé par aider là où ils peuvent améliorer les choses.

Maintenant qu’ils savaient de quel côté se trouvait le port, ils ne perdirent pas temps en faisant le tour de l’ile. Lorsqu’ils ralentirent en vue du port, surprise un boulet de canon vint les accueillirent, touchant l'eau à quelques mètres à peine du navire. D’un coup se fut la panique à bord. Ils avaient pris de l’expérience, mais le combat navale il n’en avait encore jamais fait.

« Faite demi-tour et vite ! Sortons de la portée de leur canon ! Allez et que ça saute ! On réfléchira quand le danger sera passé.

Comment ça? Comment on baisse la grand-voile ? Comme d’habitude, les boulets n'y changent rien. »


« Hé Yuki tu es nul. On est trop loin pour que je puisse riposter maintenant. J’ai mis cinq minutes à m’équiper pour le combat et je ne peux même pas tirer une fois. Tu crains. Vraiment, tu crains mec. »
« Ne t’inquiète pas. J’ai bien peur que tu pourras te servir de ton nouveau jouet bientôt.
… Ha Victor ! Je crois qu’on est plus les bienvenus après le remue-ménage qu’on fait quand on est passé il n’y a  pas si longtemps que ça. »

« Oui, je crois qu’on vous a catalogué fouteur de trouble à cause de moi. Je suis désolé. »
« Pour moi c’est la preuve que les choses ne vont pas ici. Il y a un autre endroit où accosté ? »
« Il y a bien la pointe perdue, mais il faut faire gaffe aux récifs. Et surtout on risque d’avoir la visite d’homme poisson. »
« C’est pas grave. Ils sont une partie du problème ici. Autant savoir pourquoi ils sont là.
« Cap au Nord, puis à l’Est. On va accoster sur la pointe perdue. »


« Hep, Yuki ! Si jamais on doit fuir à cause des hommes poissons, il reste le rocher des pirates encore plus au Nord. »
« Ok, je retiens ça, au cas où. »


Dernière édition par Yukikurai le Jeu 30 Avr 2015 - 19:28, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Lun 17 Nov 2014 - 21:10

Le Divergence changea de cap aussi vite qu’il le put. Le virage bien que le plus serré possible les rapprocha encore un peu de la ville. Du coup, les boulets s’écrasèrent de plus en plus près de la coque. Chaque explosion faisant sursauter, les membres d’équipage occupés à la manœuvre. Yuki lui s’était rapproché du bastingage, prêt à intercepté les attaques s’il le fallait. Mais, ils s’en tirèrent sans dégât. De la chance ou simple volonté des tireurs de les chasser.

Malgré le stresse de se faire tirer dessus, Yuki ne put qu’admirer tous les progrès qu’ils avaient fait dans la gestion du navire. Il était sûr que les troupes de la marine était capable de faire un virage plus court. Mais, il était aussi sûr qu’il y a un an le navire aurait continué tout droit, l’équipage tétanisé et désorganisé.

Dès que le navire eut pris ses distances avec l’ile les coups de canons cessèrent et l’adrénaline redescendit d’un cran chez tout le monde. Certains s’écroulèrent sur place et restèrent à terre pendant un moment, le temps de se remettre de leurs émotions. Il ne faut pas oublier que plus de la moitié de l’équipage est composé de scientifique qui ne connaissaient que l’adrénaline que leur donnait leurs expériences et leurs recherches. Heureusement, le navigateur avait les nerfs plus solides et maintenait le cap au nord. Le navire fit le tour de la pointe des perdus pour jeter l’ancre au nord de cet ilot.

Les scientifiques c’est bien, c’est pas trop chiant en générale tant qu’on les laisse faire leurs expériences. Par contre, c’est chiant parce qu’il faut tout expliquer de manière rationnel. Ils sont capables de débattre une journée complète pour analyser la situation si on les laisse faire. D’ailleurs, ils l’ont fait sur l’ile des animaux. Yuki avait donc pris l’habitude de faire des réunions de crise. Ce qui avait le don de les apaiser un peu.

« Bon ! Tout le monde est là ? Je ne me répéterai pas. On a déjà évoqué la situation sur cette ile, pendant les trajets entre Bulgemore et ici. D’après ce que nous a dit Victor, l’ile est gouvernée par un certain Mr Dominic qui abuse un peu de sa position. Vu qu’on a peu foutu le boxon à notre premier passage et qu’on a secouru Victor qui ose dire qu’il n’est pas d’accord avec Mr Dominic, on a eu droit à un accueil musclé. Il est clair qu’ils ne veulent pas de nous chez eux. En tant que révolutionnaire, on ne peut pas laisser une situation aussi instable ici. S’il y a vraiment un conflit entre les hommes poissons et les humains nous ne pouvons pas rester les bras croisés. »

« Oui, mais bon ils n’ont pas l’air de vouloir notre aide. Donc qu’est-ce que tu proposes ? »

 « J’avais pensé essayer de discuter avec les gens de l’ile et les dirigeants pour essayer de trouver une solution à leur problème. Mais je crois qu’on va devoir essayer de discuter avec les hommes poisson plutôt. »
« Avec Krak ? Krak l’insaisissable ? Je ne suis pas sûr que ce type soit du genre à discuter. »
« J’imagine bien que se sera plus dure. Mais les hommes poissons sont aussi des opprimés du gouvernement. Ils auraient droit à un havre de paix non ? »
« C’est pas faux. Ils seraient des alliés quasiment naturels pour la révolution. Ça vaut le coup d’essayer. »
« Mais Krak, ne se laissera pas convaincre facilement. »
« Ça, on verra plus tard. Dit-moi si je me trompe Victor, mais où que nous allions maintenant sur l’ile nous serons en terrain hostile. »
« Les gardes de Mr Dominc nous serons hostiles et les hommes poissons sont hostiles avec tous les humain à cause de Dominic qui veut l’ile pour lui tout seul. »
« Il faudra donc toujours des gens qui montent la garde sur le navire. Cela gardera tout le monde occupé. Je crois qu’on aura sous peu la visite d’hommes poissons. Vu que nous sommes sur leur « territoire ». Soyez près à tout, mais on ne fait que se défendre. On vient en paix les gars n’oubliez pas. »


Dernière édition par Yukikurai le Jeu 30 Avr 2015 - 19:34, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 24 Nov 2014 - 14:34


« Krak ! Y a du monde en surface, on intervient ? »

L'homme poisson ronchonne. Ils ont toujours pas compris, saletés d'humains. Pas compris qu'il fallait pas se mettre à portée de ses mains, que ça pouvait blesser. Au moins il pouvait être sûr d'une chose, ce n'étaient pas des hommes de Dominic, ils avaient déjà été suffisamment prévenus de la dangerosité des lieux. Alors qui ? Des touristes en mal de beaux paysages ? Peu probable... Des assaillants n'ayant pas un sou de jugeote ? Déjà plus vraisemblable. Mais, il vérifierait tout ça par lui-même.

« Je prends avec moi une dizaine d'hommes, on monte. S'il y a quoi que ce soit, vous coulez le bateau par le fond.
-Entendu. »

Et la petite troupe nage doucement en direction de la tâche sombre. Et le navire révolutionnaire les attend. Et lorsque Krak émerge de l'eau et se hisse sur le bateau, on s'écarte de lui. Il fixe un à un les hommes présents à bord. Derrière lui, son petit groupe s'est dispatché, prêt à intervenir au moindre mouvement d'armes suspect. Et chez ces hommes-poissons, la limite entre suspect et anodin n'est pas bien définie. Le mépris qu'ils portent aux humains est si grand qu'un rien pourrait les inciter à frapper, fort.

« Vous êtes sur notre territoire humains. Que venez vous faire ici ? »

D'un autre coin du navire, un petit groupe arrive. Se stoppant à une vingtaine de mètres des écailleux. Krak a bien compris qu'il s'agit des dirigeants du navire. Ils ont l'air tout à fait au courant d'où ils sont, et ça l'énerve un peu.

« Je répète, que venez-vous faire ici ? C'est une question de vie ou de mort. Une bonne réponse et vous restez en vie. »
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Lun 24 Nov 2014 - 20:56

Yukikurai avait expliqué son plan avec calme, comme si ça allait être facile. Hors la seule chose pour laquelle il avait raison était que leur arrivée serait rapide. Un homme poisson imposant sorti de l’eau et arriva sur le pont en semant la pagaille parmi les hommes. Le raffut fit sortir Yuki de l'atelier. Là, la tension était palpable. La peur était présente dans le regard de bon nombre d’homme. Dans celui des hommes poissons on lisait plutôt de la haine.

C’était la première fois que Yuki voyait quelqu’un rendre réel tant de concept abstrait tel que la peur, la haine, la nervosité. Bien qu’étant sur le pont du Divergence, son navire, il avait l’impression de marcher sur des œufs. Il avait cru pouvoir parler d’égal à égal avec ce Krak. Mais il dégageait une telle aura de violence, de puissance et de mépris des humains que Yuki ne pouvait que se sentir inférieur. La voix de Krak se fit entendre à nouveaux. Elle suffit à faire frisonner Victor qui tentait de se montrer brave jusque-là.

« Je répète, que venez-vous faire ici ? C'est une question de vie ou de mort. Une bonne réponse et vous restez en vie. »

Ah ben tiens, la tension n’était pas encore assez palpable, il fallait qu’il en rajoute une couche. Yuki savait que c’était à lui de répondre, mais ce n’était pas un orateur né. Il avait pris l’habitude de s’adresser à son équipage. Il le connaissait et du coup savait quel mot utilisé, mais ici il était en territoire inconnu. Il devrait peser chaque mot.

« Heu, je suis désolé de vous déranger. Heu, je me présente, je m’appelle Yukikurai et je ne suis pas originaire d’ici. Vous êtes sur le Divergence un navire appartenant à la révolution. Nous sommes venus ici en paix. »

Il marqua une pause pour observer l’éventuelle réaction de son interlocuteur qui restait impassible. Bon, le fait d’être un révolutionnaire ne semblait pas l’influencer outre mesure. Il se parla à lui-même pour trouver les mots et prendre du courage. Il ne faut pas le vexer, surtout ne pas être offensant se répétait-il. Il reprit sur un ton posé après cette courte pause qui dut sembler une éternité pour certains.

« Nous avons conscience que nous avons jeté l’ancre sur votre domaine, mais voyez-vous nous sommes en conflit avec Dominic et sa politique. Du coup, nous ne pouvons pas mouiller dans le port. Nous aimerions aider à améliorer le climat de l’ile, pour le bien-être de tous les habitants de l’ile. Vous et vos compatriotes y compris bien sûr. Pouvons-nous discuter de la situation, sans risquer nos vies ? »

HRP:
 


Dernière édition par Yukikurai le Jeu 30 Avr 2015 - 19:40, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 1 Déc 2014 - 12:55


Si Krak n'aime pas les humains, il aime encore moins les humains qui croient que les hommes-poissons ne sont que des barbares assoiffés de sang. Alors quand on lui demande s'il y a des chances de survie à un entretien avec lui et ses acolytes des profondeurs, il hésite tout bonnement à répondre d'un direct en pleine figure. Mais ce ne serait pas très civique. Car il sait aussi que si ces hommes sont honnêtes, ça pourrait redorer l'image de sa race, et que s'ils ne le sont pas, il suffira de les tuer tous un par un. Après tout, Krak et sa bande étaient ici dans leur élément.

« Si les gens n'étaient pas autant persuadés de mourir à notre approche, ce genre de conflits n'aurait pas lieu. Mais pour vous, humains, nous sommes une sous-race, bestiale et brutale. Alors non, je ne peux vous assurer la survie au terme de cet entretien. Enfin... Si votre affaire n'est pas encore un énième moyen de Dominic pour nous supprimer notre territoire, vous aurez sans doute une chance non négligeable de survivre. »

Autour, l'atmosphère se détend. Un peu. La bande de Krak est toujours sur le qui-vive, mais beaucoup plus relâchée toutefois. Et ça semble avoir un effet positif sur les occupants du navire. Krak esquisse une moue, presque un sourire, mais non. Il observe de nouveau de long en large le navire, puis replonge son regard dans les yeux du révolutionnaire aux cheveux bleus.

« Bien, bien. Je pense que nous serons mieux assis. Qu'en dites vous ? Et quelque chose à boire ne serait pas de refus. J'ai le gosier sec. J'espère que vous avez du choix, je suis très difficile question alcools. »
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Mer 3 Déc 2014 - 17:37

Yuki était décontenancé par la réponse de l’homme poisson. D’abord il mentionnait que la réponse était une question de vie ou de mort. Puis il s’offusquait que nous nous imaginions le pire. Cela était assez déroutant. Il était plutôt perdu, certes, mais il était néanmoins rassuré. Krak n’était pas la bête sanguinaire et brutale que semblait s'imaginer Victor. Il était comme les hommes poissons qu’il avait croisés une fois sur les Blues. Des hommes au même titre que les humains. Il y avait donc moyen de tirer quelque chose de cette entrevue.

Un homme comme tous les autres. Oui, un homme qui aime l’alcool. Pourquoi se focalisait-on autant sur la différence d’apparence et non sur les ressemblances?

« Bien sûr, bien sûr. Nous serions mieux installer pour discuter autour d’un verre. Je suis désolé, mais ma cabine est en chantier. Nous pouvons par contre aller dans le réfectoire qui se situe sur le pont inférieur. Suivez-moi, je vous prie. »

Yuki tourna le dos à son interlocuteur prouvant ainsi qu’il lui faisait confiance. Krak le suivit jusqu’au réfectoire, ainsi qu’une partie de ses hommes. Yuki, lui, fut accompagné par Bouly et Victor. Lorsque l’homme poisson disparu dans le navire, les hommes qui étaient sur le pont furent soulagé. Certains recommencèrent à respirer, d’autre se laissèrent tomber à genoux.

Une fois dans le réfectoire, Yuki s’installa à une grande table et invita ses invités à s’assoir.

« Alors, vous avez de la chance. On vient de faire le plein en boissons. Je peux vous proposer de la bière, de la bière spéciale, du saké, du rhum, du wisky ou même du café. »
« Et si vous voulez quelque chose de plus fort, on a le tort boyau que Gégé le chimiste distille lui-même. »

Yuki jeta un regard en coin à Bouly. Ce n'était pas possible d'être insouciant à ce point. Il fallait croire qu’il n'avait peur de rien et que dire des bêtises étaient aussi vital que respirer pour lui. En attendant que l’Insaisissable choisisse ce qu’il voulait boire, Yuki revint à des choses plus importante.

« Vous allez sans doute nous trouver utopiste, mais notre but est de vous aider à vivre en paix avec les humains de l’ile. Que cela prouve que la cohabitation entre humain et homme poisson est possible. Pour vous aider, on aurait besoin de savoir comment à commencer le conflit ? Et aussi ce que vous êtes venu chercher ici, aussi loin de votre ile natale ? »

***

Quelque part au milieu de la mer d’aiguille à l’Ouest de la pointe perdue, là où se trouvait le Divergence, il y avait l’Espérance. L'Espérance des hommes poisson était le navire de l’ambassadeur Lancewood. Ambassadeur qui était parti à la recherche d'un lieu pour établir une colonie pacifique. Le navire avait dû se réfugier là, après l’attaque qu’ils avaient subie de la part des hommes de Dominic. Ils avaient voulu parler de paix, de cohabitation et ils avaient été chassés comme des mal propres. On avait même bombardé leur navire.

Ils avaient trouvé refuge là et ils réparaient les dommages depuis près de six mois maintenant. Il y avait déjà un an qu’ils avaient entendu parler de cet endroit, mais quand ils étaient arrivés d’autres hommes poissons s’étaient déjà installés. Et la guerre de territoire avait commencé entre les survivant et les hommes poisson.

Suit à leur arrivées, Krak et Lancewood s’étaient rencontrés plusieurs fois. Bien qu’ils soient d’accord sur le fait de vouloir vivre en paix ici, ils n’étaient pas d’accord sur les moyens à utiliser pour y arriver. Et ce à chaque entrevue. Cependant, après l’échec de son entretien avec Mr Dominic, Terrence réfléchissait à ses options. Il s'était résolu à retourner voir l’Insaisissable pour faire bouger les choses.


Dernière édition par Yukikurai le Jeu 30 Avr 2015 - 19:44, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Ven 5 Déc 2014 - 14:44


S'il est une chose que Krak ne supporte pas chez l'humain, c'est sa pitié et la naïveté qui va avec. Comment ce gars là peut il croire une seconde que son plan va fonctionner. Non, l'insaisissable le sait bien, il n'y a jamais qu'une solution pour que lui et ses hommes puissent cohabiter avec les humains : la terreur. Il a déjà essayé la méthode douce, il a fait des efforts, mais jamais ça n'a marché. Parce que les humains ont peur. Ils ont peur de ce sang chaud qui coule dans les veines de ces maudits poissons qu'ils disent. Ils ont peur qu'en donnant une petite parcelle de leurs terres à ces bêtes, on leur vole l'intégralité de leurs biens. Racisme primaire bien entendu. Mais il veut bien répondre à cette dernière question.

« Ce que je suis venu chercher ici ? Mais la paix. C'était pour qu'on me foute la paix que je suis venu là. Parce que cette île immergée est une occasion en or pour nous de pouvoir vivre ailleurs que retranchés au fin fond des mers. Seulement, même dans un endroit comme celui-ci, qu'on croirait fait exprès pour nous, les humains viennent gratter leur bout de viande, ils veulent tout, sans exception. Parce qu'avant, c'était leur île alors ça doit le rester. »

Une pause. Parce que Krak regarde si le bonhomme réagit. Mais celui-ci attend probablement la réponse à ses autres questions. Et Krak sourit. Parce que ses questions, elles montrent tout à fait à quel point l'Humain n'est pas prêt à vivre en paix avec l'Homme-poisson.

« Et concernant la mention de mon île natale, comme tu dis, c'est là que ça pose problème. Nous les hommes-poissons sommes réduits à vivre au sein d'une île éloignée de tout, UNE SEULE île. Et lorsque nous souhaitons nous installer sur une seconde, on nous rejette, on nous crache à la gueule. Rentrez chez vous qu'on nous dit. Qu'est ce que vous êtes venus chercher ici ? Et ben moi je réponds : De l'air, j'suis venu chercher un peu d'air frais. Et j'suis venu parce que c'est mon droit, bordel. »

Et les hommes-poissons autour de lui d'acquiescer, d'un raclement de la gorge. Parce qu'ils sont d'accord : ils ont le droit de vivre où ils veulent.
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Lun 8 Déc 2014 - 21:32

Si Krak disait vrai et qu’ils étaient venu chercher un coin pénard où se poser, le problème venait belle et bien des humains. C’est vrai que l’humain est influençable. Il n’y avait qu’à voir ce que le gouvernement mondial arrivait à faire passer comme normal auprès de la population. Avec un peu de propagande bien faite, il était facile de faire naitre la peur de l’étranger. Et quoi de plus étrange qu’un homme poisson ? Yukikurai se trouvait un peu embêté. Il s’était imaginé que la partie la plus dure serait de convaincre les hommes poissons de cohabité pacifiquement avec les humains. C’était en fait l’inverse qu’il devait faire. Il allait devoir trouver les responsables de la propagande anti-homme poisson.

« Ok, je suis totalement d’accord avec vous. C’est votre droit de vouloir vous installer ici. Comme c’est mon droit de prendre la mer pour explorer le monde. Nous voulons la même chose, donc pourquoi ne pas former une alliance ? Ou du moins nous entre-aider dans un premier temps. »

Yuki marqua une pause pour observer la réaction de son interlocuteur, mais sachant que ce qu’il proposait n’avait aucun poids, il enchaina pour donner plus d’arguments et expliquer ce qu’il comptait faire.

« Vu que vous souhaitez la paix, continuez à le montrer en n’attaquant pas les humains de l’ile. Un cessez le feu si vous voulez. Il me sera plus facile de plaider votre cause ainsi auprès de la population et de convaincre les instances supérieur de l’ile. Par contre, je soupçonne que ce soit un con qui soit la tête de l’ile. Il nous a déjà pris en grippe, juste pour avoir aidé mon nouvel ami, ici présent, Victor. J’aurais besoin de vous pour entrer sur l’ile discrètement. Comme je vous l’ai sans doute déjà dit, ils nous ont bombardés quand nous sommes arrivés par la grande porte. Il doit bien y avoir une porte dérobée ? »

Yuki se rendait bien compte que ce qu’il demandait était plutôt étrange et sans doute inattendu. Mais d’un autre côté, cela ne coutait pas grand-chose aux hommes poissons. Ils continuaient à rester calmes, comme cela semblait être le cas, d’après ce que Victor avait dit. Puis, si Yuki avait de bon résultat, cela serait bénéfique pour tout le monde. Plus il réfléchissait, plus il se rendait compte qu’il allait devoir botter des fesses pour que ça marche.

Soudain, une association d’idée se fit dans sa tête. Homme poisson et cohabiter en paix, Tobio le garde du corps de l’ambassadeur Lancewood qui l’avait sauvé d’un mauvais pas avec la WWC. Ne lui avait-il pas expliqué que le but de leur navire qui sillonnait les mers était de trouver un endroit où s’installer en paix ?

« Vous voulez la même chose que Lancewood ? Vous l’avez déjà rencontré ? Je l’ai rencontré sur les Blue, il cherchait un endroit où établir une colonie. Son garde du corps était sympa en tout cas. »


Dernière édition par Yukikurai le Jeu 30 Avr 2015 - 19:47, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mar 9 Déc 2014 - 1:44


C'est amusant, l'enthousiasme de ce jeune homme. Cette naïveté, elle plaît à Krak. Du moins elle le fait sourire. Il y a longtemps, il était lui-même plein de cette naïveté de la jeunesse. Mais il s'est rendu compte que si les humains apprécient sa force et sa brutalité, c'est seulement au sein de l'arène, parmi les autres esclaves, qui s'échinent à survivre et à se battre pour les beaux yeux de ces humains, racistes et persuadés qu'ils sont LA race. Au dessus des autres, envers et contre tout. Alors il s'apprête à lui répondre que non, il ne prendra pas part à ces conneries, que ce n'est pas à lui de faire l'effort une fois de plus. Des efforts, il en a fait, et au bout de plusieurs échecs, à quoi bon ?

Il tourne la tête vers ses hommes. La plupart n'ont pas subi le quart des horreurs qu'il a enduré, mais ils la connaissent tous cette haine. Ils ont tous été fuis ou chassés, considérés comme des bêtes. Et c'est dans le regard de l'un d'entre eux qu'il capte ce léger tressaillement qui le fait changer d'avis. Il aiderait le gamin. Bien entendu, il poserait ses conditions, irrévocables.

« C'est marrant comme tu parles de portes l'humain. Si y a bien une chose qu'on a du mal à trouver dans l'coin, c'est bien les portes. Alors oui, on pourrait vous aider à approcher ces fils de chien. Mais à part cette supposée paix que tu nous promets, qu'est ce que ça va nous apporter ? »

Krak cligne des yeux quelques secondes, il essaye de se faire moins intimidant. Quoique le garçon n'a pas l'air de mesurer ses paroles plus que ça. Alors l'homme poisson reprend, et répond lui-même à sa question.

« Je veux des contreparties. Il y a trop longtemps que je trime pour ramasser des miettes. Je veux la paix, certes, mais je veux aussi la moitié de l'île. Et je veux que tu saches qu'au moindre faux pas de votre part, je reviendrais sur cette alliance illico. Boum. »

Krak sait qu'il doit répondre, qu'il doit trouver de meilleures contreparties que celles-ci, mais il sèche. S'il avait plus de temps, il trouverait bien une ou deux choses à rajouter au contrat pour qu'il tourne en sa faveur, mais non, il a beau se creuser la tête, rien ne vient. Alors il enchaîne sur la question posée par le gamin plus tôt.

« Et oui, j'ai déjà rencontré Lancewood. Un type bien, quoique trouillard. Ou diplomate comme certains les appellent. Bref. Je te suis, tu n'as qu'une et unique chance de me prouver que tu peux instaurer la paix, ne la rate pas. Je te donnerai mes conditions finales une fois que j'en aurai discuté avec les miens. Quand veux-tu qu'on se rejoigne ? Tu me laisses un peu de temps pour discuter de cet accord, je te laisse un peu de temps pour planifier l'affaire, ça marche? »
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Mar 9 Déc 2014 - 18:00

Yukikurai n’était plus tendu quand il regardait son interlocuteur avec lequel il avait une conversation des plus civilisées autour d’un petit verre. En buvant une nouvelle gorgée de sa bière, il eut l’impression que sa proposition allait être rejetée d’un bloc. Il savait qu’il avait bien peu à leur offrir et que quelqu’un de plus doué avec les mots aurait sans doute fait un plus beau discoure.

Quand Krak tourna la tête vers ses compagnons, Yuki eut l’impression qu’il l’invitait à contempler les marques laissées par les humains qui un jour ou l’autre les avaient maltraités. Mais pour une raison qui échappa complètement au jeune homme, Krak répondit de manière positive à l’invitation qu’il avait formulé. Certes, il restait de la méfiance dans ses paroles. Cependant, même là, il semblait faire un effort pour se radoucir. Avait-il envie d’y croire ? C’est vrai qu’y croire ne lui coutait pas grand-chose. Et si les révolutionnaires savaient bien une chose c’était que l’espoir était plus fort que la peur au final.

« Je suis ravis que mes arguments aient réussi à vous convaincre de tenter cette alliance. Ne vous en faites pas, je ne m’attendais à ce que vous acceptiez aveuglément de nous aider. Il est normal que vous vouliez des contreparties. Vous avez raison, prenons notre temps pour finaliser notre accord. Rien de bon ne se fait dans la précipitation. Mon plan serait bancal, si je le faisais maintenant. Prenons le temps de dormir dessus.

Disons qu’on se retrouve ici demain vers 10h du matin. Si ça vous va, pour moi c’est bon. »


Krak était déjà debout, il acquiesça en signe d’assentiment. Puis, ces hommes se rassemblèrent autour de lui. Yuki les raccompagna jusque sur le pont. En marchant, il ne pouvait s’empêcher de sourire bêtement content de la tournure qu’avait prise l’entrevue. Après un dernier échange de regard, les hommes poissons disparurent comme ils étaient venus.

Pendant le temps de leur entrevue, le temps s’était gâté. Le vent s’était levé et une tempête se préparait. Il n’était pas météorologue, mais après avoir essuyé le même nombre de tempêtes qu’eux, n’importe qui pouvait dire que ce vent n’amenait pas une simple ondée. Après avoir contemplé le ciel quelque instant Yuki s’adressa à ceux qui l’avaient suivi.

« Allez les gars ! On rentre se mettre à l’abri. On a des choses à discuter. J’ai bien parlé, mais je n’ai pas vraiment de plan alors, je vais avoir besoin d’aide. Restez sous la drache si vous voulez, mais moi je n’ai pas fini ma chope. »


Yukikurai c’était assis au même endroit que pour discuter avec Krak et il avait le regard perdu dans le vide, contemplant sa chope à moitié vide. Victor vint s’assoir à ses côtés.

« Tu es pas croyable Yuki, comment tu as fait pour parler avec lui comme ça ? Moi, j’aurais été terrifié. D’ailleurs, j’en menais pas large derrière toi. »
« Je sais, je t’ai vu avoir un frisson quand tu as vu qui c’était sur le pont. Mais tu as vu c’est un type bien ce Krak. On a discuté tranquillement autour d’un verre. Pas sûr qu’on puisse faire la même chose avec Mr Dominic. Il n’a même pas voulu taper l’autre blond qui dit toujours des bêtises. Et tu sais à quel point c’est tentant. »
« Oh oui, ça il le sait. Hihihi ! »
« D’ailleurs pour ta peine, tiens ! Paf !»
« Aïe ! J’ai rien fait ce coup-ci. »
« Oui, mais ça détend. Huhu. »
« Bon maintenant que vous êtes calmés ou presque, aidez-moi à trouver un plan en béton. Parce que c’est bien cool d’avoir les hommes poissons de notre côté. Il va falloir qu’on convainque toute une population que c’est pas eux les méchants. »
« Oui, d’ailleurs Thermy Boy, la description que tu nous as faites de Krak était on ne peut plus fausse. C’était presque qu’un gentleman. Qui est-ce qui t’as bourré le crane avec ça ? »
« A vrai dire, je ne sais plus. C’est les rumeurs qui disent que c’est une brute. Et vous savez comment sont les gens avec les rumeurs. Elles gonflent, elles s’amplifient et puis plus personne ne sait d’où elles viennent. Je suppose qu’elles viennent de ceux à qui ça profite le plus. C’est-à-dire à l’autre Dominic. »
« Faudrait lancer des contres rumeurs du coup, non ? Quoi, j’ai encore dit une bêtise ? »
« Non, non. Pour une fois, c’est une bonne idée. Combattre les rumeurs par des rumeurs. Faudrait dire que c’est Mr Dominic qui maintient cette guerre qui lui profite. »
« Ouais, et que Krak il ne veut que la paix. Qu’il est obligé de riposter pour défendre les enfants tritons et les petites sirènes. Les sirènes, ça va faire pleurer dans les chaumières, ça. »
« Parfois, tu es boulet, mais parfois ton cerveau sans filtre entre tes idées et ta bouche a du bon. Combattons, la rumeur par la rumeur, comme on combat le feu par le feu. Je crois que je connais des gens qui seront content de lancer des rumeurs contre Dominic. Faudrait essayer de se mettre Papet de notre côté. Je crois qu’il n’aime pas tant que ça ce qu’est devenu la ville, mais il est prêt à tout pour la défendre. Beaucoup de gens lui doivent d’être encore en vie. Moi le premier. »

« Le feu par le feu, la peur par la peur. On va faire comme le gouvernement mondial fait. Ça me fait mal au cul de l’admettre, mais ça marche très bien. Derrière quoi cachent-ils leur exaction ? Je vous le donne en mille, derrière la peur et la propagande qu’ils sont là pour empêcher un plus grand mal de s’installer. Et ce mal, en général, c’est nous et la piraterie. Il doit y avoir moyen de faire un transfert de peur entre les hommes poissons et les pirates. Non ? Il y a bien des pirates qui squattent ici ? »
« Ben, oui je t’ai dit qu’il y a un éperon rocheux au nord, où des pirates s’amarrent. C’est vrai que depuis un certain temps les attaques de pirates sont plus fréquentes que les problèmes avec les hommes poissons. Le seul problème, c’est que je pense bien que certains pirates travail pour Mr Dominic. C’est parce que je lui reprochais cela que je suis devenu un indésirable. »
« On tient quelques choses les gars. »

Ils passèrent le reste de la journée à établir un semblant de plan. Bien sûr plus le temps passait, plus ils divaguaient, mais ils seraient un peu plus prêt demain, qu’ils ne l’étaient aujourd’hui.


Dernière édition par Yukikurai le Jeu 30 Avr 2015 - 19:55, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Mar 23 Déc 2014 - 19:19

Le lendemain matin, le ciel était claire et sans nuage. Vous savez, quand vous avez l’impression que le ciel est tout propre, que la tempête de la nuit l’a nettoyé de ses nuages gris. Une belle journée en perspective, la première journée de l’alliance entre les révolutionnaires et les hommes poissons. Dans le bateau tout le monde s’activait pour être fin prêt quand Krak reviendrait. Il ne voulait pas avoir l’air de branquignole devant leur nouvel allié qu’ils ne devaient pas décevoir.

Ils avaient potassé leur plan toute la nuit, c’était le mieux qu’il pouvait faire en une nuit. Ils allaient travailler sur deux fronts, Yukikurai et Victor allait s’infiltrer dans la ville sous-marine et quant à eux, Bouly et Krishna allait rester sur le navire pour le défendre. Bouly avait une deuxième mission, il devait se rendre discrètement tous les jours au port pour voir si pointu le navire de Papet était au port. Si t’elle était le cas, il devrait essayer de lui parler et de le convaincre que les hommes poissons ne sont pas des monstres.

Krak arriva pile à l’heure, il avait l’air de plutôt bonne humeur. Il détailla la liste de ce qu’il souhaitait en retour de leur collaboration. Dans les désidératas de Krak, Yuki ne put s’empêcher de remarquer la ligne conductrice qui était la sécurité et la reconnaissance des siens. En contrepartie, Yuki formula de nouveau la demande d’aide dont il avait besoin.

« Je pense que tout ce que vous souhaitez est logique et nous ferons tout pour que cela deviennent réalité. J’aurais trois petites choses à vous demander en échange. La première, je l’avais déjà formulée hier, nous aider à rentrer discrètement dans le complexe sous-marin. Nous ne serons que deux, donc ça ne devrait pas être trop compliqué. La deuxième demande que j’aimerais vous faire est de garder un œil sur notre navire pour éviter qu’il ne se fasse attaquer pendant mon absence. Et la dernière est d’aider Bouly à se rendre au port tous les matins. »

...

« Je pense que l’on peut s’entendre là-dessus. »


Après divers échanges de banalités, Krak sorti de sa poche un morceau de corail rose. Il poussa dessus et une bulle en sortit. Il fit entrer Yuki et Victor chacun dans une bulle qui leur permettrait de respirer sous l’eau. Et surtout de pouvoir suivre Krak sous l’eau. Ensuite, sans ménagement, Krak poussa les deux humains à l’eau, mais avec un petit rire moqueur malgré tout.

Après une longue nage au travers du de la ville sous-marine. Krak leur indiqua une porte par laquelle ils allaient pouvoir entrer dans le complexe. Avant que Yuki n’ait pu le remercier celui-ci avait déjà disparu dans les profondeurs de la mer. Sous l’eau, devant l’entrée, ils n’étaient maintenant plus si sure que cela que leur plan était bon. Ils commençaient à avoir des doutes. Mais avant d’avoir envie de faire demi-tour, Yuki se propulsa vers la porte. Il tira avec appréhension, mais elle s’ouvrit sans résistance. Victor le rejoignit d’une brasse. Ils refermèrent la prote du sas et sortir dans le complexe sous-marin. Il ne pouvait plus faire demi-tour maintenant que la bulle avait explosé au contact de l’air.


Dernière édition par Yukikurai le Jeu 30 Avr 2015 - 19:58, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Lun 12 Jan 2015 - 16:48

En entrant dans le complexe sous-marin, Yuki ne put s’empêcher d’admirer le travail qui avait été fait pour ériger cette structure qui résiste à la pression de l’eau. Malgré le stresse de la mission qu’ils devaient accomplir, Yuki regarda les premiers bâtiments avec ses yeux d’enfants. Ils avaient pensé que ce serait sombre et humide, mais il n’en était rien. L’air était sec, le sol était sec, il ne pleuvait pas partout et la lumière provenant de certains drôle de dispositif éclairaient le complexe de couleur chaude.

Après avoir marché cinq minutes vers le centre des installations, il avait déjà oublié qu’il se trouvait sous la mer. Seul le plafond laissait encore voir l’eau de temps à autre, mais ça ressemblait fortement au ciel. Apparemment, il n’y avait pas beaucoup de gens qui tentait de s’infiltrer dans le complexe par la mer. En effet, la sécurité y était largement plus faible qu’à la surface. Autant quand ils étaient sur l’ilot, ils croisaient des gardes toutes les cinq minutes, autant ici, c’était beaucoup plus calme. On croisait beaucoup moins de gens.
Yukikurai se laissait guider par Victor qui lui connaissait les lieux. Il était censé le conduire auprès d’autres dissidents, mais à vrai dire il ne voyait pas âme qui vive.

« Tu es sûr qu’il y a des gens qui vivent ici ? Certes, c’est plus joli que ce que je pensais, mais il n’y a personne. »
« Je sais, mais comme l’accès est fortement réglementé, c’est normale qu’on voie moins de gens. En plus, on est entré par l’extrémité du complexe, la dernière partie qui a été construite. Maintenant qu’on arrive dans des quartiers plus vieux, va y avoir plus de gens…
Planque-toi !
Voilà qu’est-ce que je disais. On y est presque. »


« Pouarf, on a eu chaud. J’avais presque oublié ces fichues patrouilles. Bon, ils ne sont pas forts au taquet, mais ils sont bien armés. »
« J’avoue, tu dépasses à mort de ta caisse. Hehe. Viens ! C’est juste en face, la maison avec la porte verte. »

Toc toc toc, Toc toc !

La porte verte s’ouvrit sur un visage crispé qui jeta un regard de chaque côté de la rue avant de les faire entrer.
« Victor ? Comment, que, quoi, quand ? Rentre vite. Faut pas qu’on te voie dehors ! »
« Salut Jean ! Ça fait un bout de temps pas vrai. »
« Ben oui, depuis que les hommes de Dominc t’ont chopé et t’ont balancé sur l’ilot des perdus. Ça va bientôt faire trois semaines, un mois. Comment tu es rentré ? »
« Ho, c’est plutôt une longue histoire. Je vais tout t’expliquer, mais d’abord j’aimerais te présenté Yukikurai. C’est lui qui m’a sauvé. »
« Yo ! »
« Mais il est là depuis quand ? »
« Ben depuis le début. Faut pas vous tourmenter pour ça. Ça le fait à tout le monde. »
« Oui, ‘fin, il est un peu spécial, mais c’est pratique parfois. Viens, je vais tout t’expliquer. »
« Vous voulez quelque chose à boire ? »
« Pas de refus. »



« Quoi ? Avec Krak ? Mais vous n’êtes pas bien dans votre tête ? »
« Il n'est pas si mal que ça. Tout ce qu’il veut c’est vivre en paix. Comme tout le monde ici, excepté le Sieur Dominic, là. »
« Mouais peut-être, mais les antécédents du bestiaux font peur quand même. »
« Tout le monde change Jean. En bien ou en mal. Il faut laisser une chance aux hommes poissons. Toute façon, on a un problème plus urgent à régler. Dominic et sa milice de pirates. »
« Oui et vous proposez quoi ? Tu sais qu’on a déjà tenté des choses et tu as fini laissé pour mort sur un des ilots. »
« On va faire ça de manière subtile. Il va falloir faire courir des rumeurs. Faire marcher vos contacts pour prendre le pouls de la population. Espionner l’autre con, ça je m’en chargerai. Il faut arrivez à comprendre ce qui lui donne son pouvoir. Faire comprendre au peuple qu’il profite d’eux. Bref, on a du boulot. »
« Ok, ça peut se tenter. Laissez-moi l’après-midi pour réfléchir et appeler des contacts et on pourra commencer demain. »
« Ok, parfait. Victor, tu saurais me faire visiter ce complexe ? »
« Sans aucun soucis. »


Dernière édition par Yukikurai le Sam 2 Mai 2015 - 18:36, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Mar 13 Jan 2015 - 13:52

A la fin de la journée Yukikurai et Victor avaient parcouru l’ensemble du complexe sous-marin. Ils étaient passés dans les ruelles, entre les ateliers qui commençaient à fonctionner comme avant. Ils avaient grimpé sur quelque toit, c’était une idée de Yuki, lui, il aimait bien ça, prendre de la hauteur pour voir d’en haut et puis, se balader discrètement hors des sentiers battus. Victor, il était beaucoup moins à l’aise. Il faut dire qu’il était quand même beaucoup plus grand et plus lourd que son capitaine. La souplesse ça n’avait jamais été son point fort. A chacun, ses atouts, mais ils devaient bien avouer que depuis un toit on avait un poste d’observation imprenable, sur ce qu’il se passe en bas. La visite guidée ne manqua bien sûr pas de montrer le quartier sous haute surveillance où vit Mr Dominic et ses hommes.

« Tu es sûr que tu m’as montré tout ce qui devait être montré ? Tu n’as pas oublié un bar ? Un restaurant ? »
« Non, à moins qu’il y en ait des nouveaux qui aient ouvert sur le laps de temps de mon absence. Mais ça m’étonnerait fortement. Les bars et les restaurants, ils se sont regroupés à l’air libre pour pouvoir profiter de l’argent du flot de passant. Sinon, je t’ai montré les diverses petites casernes, le quartier de Dominic, le passage qui donne accès à l’ilot. Je pense que tu as vu tout ce qu’il te fallait pour pouvoir fouiner tout seul. »
« Si tu es sûr de toi, je te fais confiance. On rentre chez Jean ? »
« Oui, on va voir si tu t’y retrouves. Allez, passes devant. »

Yuki mit donc à l’épreuve ce qu’il avait retenu de la ville sous-marine. Ils arrivèrent à destination non sans avoir fait quelques détours. Dès qu’ils eurent frappé le code, la porte s’ouvrit. La maison qui semblait bien vide ce matin était maintenant remplie d’une dizaine de personnes. Jean n’avait pas chômé, il avait rassemblé tous ces contacts en une après-midi.

Après les présentations d’usage, ils passèrent aux discussions des choses sérieuses. Yuki se lava et prit la parole comme il avait pris l’habitude de le faire. Être debout permettait aux gens de trouver la source de la voix sans devenir fou. Il avait appris à ses dépend que tant que l’auditoire cherche des yeux l’interlocuteur, il n’écoute pas.

« Bon, bon, merci à tous d’être venu. Vous ne me connaissez pas, c’est pourquoi je vais d’abord me présenter un peu plus. Je m’appelle Yukikurai et je suis un révolutionnaire. Mon but en tant que révolutionnaire est de vous aider à installer une paix durable qui vous permettra de vous reconstruire toujours plus. Pour cela, il y a trois problèmes. Du moins important au plus important, il y a les hommes poissons, les pirates et Mr Dominic. J’ai eu un entretien avec Krak et tout ce qu’il veut c’est vivre en paix avec ses semblables. D’ailleurs, j’ai cru comprendre qu’un cessez le feu avait vu le jour de manière spontanée.

Les attaques des pirates sont une chose contre laquelle on ne peut pas grand-chose. Par contre Mr Dominic est le problème qu’on peut régler. C’est lui qui contrôle tout pour que ça lui soit favorable. Il faudrait faire ouvrir les yeux aux gens pour pouvoir vivre en paix et en symbiose avec les hommes poissons. »


« On a discuté un peu avec les autres et la seul chose qui fait que Mr Dominic reste sans détracteur, c’est que la peur est tout le temps présente. Entre les attaques des pirates et celles des hommes poissons, on n’a pas le loisir de s’inquiéter de sa façon de diriger. Maintenant que les hommes poissons restent tranquille, il n’y a plus que les pirates et cela laisse de la place pour que le peuple commence à se plaindre. Mais bizarrement, chaque fois que ça commence à râler de trop, une attaque de pirate vient faire diversion. Il peut ainsi dire que c’est grâce à lui et à ses directives si on peut repousser les assauts des forbans. Je dirais donc que le peuple est prêt à entendre ce qu’on a à dire. »

« C’est une super nouvelle ça. Vous avez une idée de ce qui lui donne son autorité ? »
« Ho, ben, il y a plusieurs choses. Il est super riche, car il a récupérer les fonds gouvernementales qu’il dit redistribuer. Mais, on y croit qu’à moitié. Il y a cette milice qui lui obéit. Puis c’est grâce à lui si le complexe existe. »
« Il faudrait donc axer les rumeurs sur les exactions de sa milice et sur le fait qu’il garde plein d’argent pour lui, dans un premier temps. Moi, j’essaierai de m’introduire chez lui pour trouver des choses compromettantes. Dans un deuxième temps, il faut faire savoir au peuple que les hommes poissons ne veulent que la paix et que s’ils doivent avoir peur de quelque chose c’est des pirates. »

Voilà, les grandes lignes de ce que nous appellerons le jour zéro. La tâche est grande, mais il semblerait que la situation soit favorable au changement. Chacun devrait apporter sa pierre à l’édifice, mais Yuki avait déjà l’impression de sentir les choses bouger.


Dernière édition par Yukikurai le Sam 2 Mai 2015 - 18:42, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Mar 13 Jan 2015 - 19:27

Jour 1 de l’opération

Les rumeurs se sont répandues bien plus vite que tout ce qu’on avait pu espérer. Il faut dire qu’on a les événements de notre côté. En effet, la veille un navire de pirates avait encore tenté d’attaquer la ville. Le discours sur les hommes poissons qui ne sont pas si dangereux que ça, trouvait un terreau fertile pour croitre. La peur d’un ennemi irrationnelle et l’espoir qu’une alliance avec l’ennemi du passé permettrait de vivre en paix, telle était le terreau. En une journée, cette idée passée par presque toute les bouches du petit pays qu’était Clock Work Island. Les choses commençaient vraiment bien.

De mon côté, j’ai commencé la surveillance du quartier de Mr Dominic. Je suis resté en planque tout la journée sur un toit qui me permettait d’avoir une bonne vue sur l’ensemble des bâtiments. Je n’ai pas vu grand-chose d’intéressant. J’ai juste pu voir la tête du fameux Mr Dominic et a quel point il est parano. Ce n’est pourtant pas une journée de perdue. Je connais à présent, le nombre et le rythme des tours de gardes.

Bref, en ce jour 1 de l’opération… euh de l’opération. Les petites choses se mettent en place, doucement, sans faire de bruit. Sans froisser les gens. Une des conditions d’une bonne révolution, c’est que le mouvement soit lent et imperceptible. Que, quand on s’en rende compte, il soit trop tard. Ca s’annonce bien, mais ça commence à bouger un peu vite. Et au vu de la taille de l’endroit, ça va bien vite agitez l’autre moustachu. Bilan de cette première journée, les premières personnes contactées nous seront favorable. Le terrain, nous est favorable. Le seul risque est qu’ils soient trop impatients.

Ho, on a su joindre Bouly à la surface, c’est quand même pratique les escargophones. De son côté rien de neuf, on reste en contact. Il faut qu’on soit coordonné. Mais pour le moment tout va bien, trop bien même. Et cela me fait un peu peur.

Yuki.


Dernière édition par Yukikurai le Sam 2 Mai 2015 - 18:44, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Mer 14 Jan 2015 - 21:11

Jour 2 de l’opération

Bon, aujourd’hui je ne dois pas noté RAB dans le carnet. Yukikurai tient à ce que j’écrive ce qu’il se passe sur un bout de papier. Moi je n’ai jamais fait ça, mais bon, il a dit que ça pouvait être important pour analyser ce qu’on a fait par après. Surtout si ça foire qu’il m’a dit. Ça ne va pas foirer, mais bon je n’ai quand même rien d’autre à faire que d’écrire ce rapport. Je ne sais pas comment on fait ça, normalement, alors moi je vous décrire ce qu’il s’est passé comme si vous y étiez.

Cela fait deux jours que l’opération a commencés. Krak a tenu tous ses engagements jusqu’à présent. Il m’a fournis un type qui s’appelle Haak et qui m’escorte pour me rendre au port. C’est vraiment un type bien, ce Haak, il a le sens de l’humour et on se poile bien quand on rien d’autre à foutre. Hier on a été au port, mais j’ai vu personne. Par contre aujourd’hui, on a eu de la chance.

C’est trop cool d’être un homme poisson au passage. Ils nagent comme des poissons dans l’eau. J’adore le voyage jusqu’au port, c’est hyper rapide et hyper discret. Je prends une grande goulée d’air, puis je me tiens fermement aux épaules de Haak. Là, il plonge et on fonce à toute allure sous l’eau. Une vraie torpille, le type. Hier on a du faire quatre arrêts derrière des rochers, pour que je reprenne mon souffle. Aujourd’hui, j’ai géré, on l’a fait en trois.

Bon, niveau discrétion, c’est pas aussi impeccable que ce que je pensais. Ben oui, certes personne ne me voit arriver au port, mais je suis trempé. Heureusement que je mens trop bien. J’ai dit au curieux, oui il y avait des curieux et même des gens qui s’affairaient autour d’un bateau.

« Ola du bateau ! Mais qu’est-ce que tu fou tout trempé aux petite heures du matin ? »
« Ho, ça ? Je suis tombé à la flotte. Journée de merde aujourd’hui. J’ai la poisse, déjà ma tartine, elle est retombée du côté confiture au matin. Puis, là, j’admirais la vue et voilà ti pas que mon pied butte sur une planche du ponton. Je pars en avant, zoup direct à l’eau. Il y a des jours comme ça, on ferait mieux de retourner se coucher. Mais bon, j’ai un truc à faire. »
« C’est bien vrai mon petit, il y a des jours comme ça. Je peux peut-être d’aider ? »
« Bo, surement, je suis venu pour discuter avec Papet. Vous savez pas où il est ? »
« Papet, tu dis ? Un vieux pécheur, qui dirige ce navire-là ? »
« Oui ! »
« Jamais vu. »
« Ho dommage. »
« Je déconne, il est à bord de son navire. On va partir à la pêche. Par contre je te préviens, il vaut mieux revenir lui parler quand on rentre de la pêche. Avant, il est bougon. Enfin, plus que d’habitude. »
« Ok merci quand même. »

« Monsieur ! Monsieur ! Monsieur Papet ? Je peux vous parler quelques instants ? »

« Qu’est-ce qu’elle me veut la bleusaille ? Elle voit pas que je suis en train de gérer les préparatifs de départ ? »
« Heu, ben si, si… »
 « Si tu es venu pour travailler, reste pas planté là. Y’a Jo qu’a la grippe alors rends-toi utile et va charger les caisses. T’attends quoi tu veux un contrat peut-être ? »
« C’est que… euh… je ne suis pas venu pour ça. On m’a envoyé pour causer avec vous de truc important pour le futur de l’ile. »
 « Mouais, le futur tu dis. Je le connais. Si je ramène pas plein de poisson on va crever de faim. Je veux bien t’écouter, mais soit pas dans le chemin. »
« Pas de problème, je vais faire comme le patron et être une ombre. »
 « Quoi ? »
« Non, ça n’a rien à voir ça. J’ai une question d’abord. Qu’est-ce que vous pensez des hommes poissons ? »
 « Des quoi ? Des hommes poissons ? Boarf, c’est des poissons comme les autres. Un peu plus dure à pêcher que des poissons et moins bon à manger surtout. C’est quoi cette question débile. C’est ‘core bien une question de bureaucrate ça. »
« Donc, euh, pour vous, il y a moyen de vivre en paix avec eux ? »
 « Tu veux rire ou quoi ? Si j’avais pas été là, il nous aurait rayé de la carte. C’est des brutes ! »
« Oui, mais les humains aussi, ce sont des brutes. »
 « Borf, pas faux ! »
« Puis, pour le moment ils se tiennent tranquilles pour prouver qu’ils veulent vivre en paix. »
 « Vrai qu’il y a longtemps qu’il n’y a plus eu d’attaque. »
« L’idée ce serait de s’allier avec eux pour repousser les pirates et vivre en harmonie sur l’ile. »
 « Tu sais, moi, gamin je ne dis jamais non à ce genre de proposition. Je suis plutôt optimiste de nature. Donc disons que je demande qu’à le voir pour le croire. »
« Ho, nom d’un boulet, c’est plutôt cool ça. »
 « Allez dégage de là sinon, tu vas devoir sauter à la mer. Déjà que tu sèches à peine. Tu peux dire à Mr Dominic que c’est une des premières bonne idées qu’il a depuis un petit bout de temps. »

« Heu, ouais normal, c’est pas son idée. Huhu. »

Bon la dernière phrase je suis pratiquement sûr qu’il ne l’a pas entendue, car il beuglait déjà des ordres pour que le navire avance. Ce n’est pas plus mal non plus. Au passage, j’ai pris quelques notes pour qu’on manœuvre mieux plus tard. Fin voilà. Donc, j’ai rempli ma mission. Il est bougon, mais il n’est pas contre. A vous de jouer donc.

Bouly Angelo Trascinare.


Dernière édition par Yukikurai le Sam 2 Mai 2015 - 18:50, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Jeu 15 Jan 2015 - 14:04

Jour 3 de l’opération

Je suis inquiet. Non pas pour l’opération, mais Yuki. Il a dit qu’il allait tenter de s’introduire dans la maison de Mr Dominic pour voir à quel point ses coffres sont remplis. A l’heure à laquelle j’écris on est déjà pratiquement demain. Il devrait être rentré depuis longtemps. Je ne le connais pas depuis longtemps, mais j’ai confiance en ses capacités. Il avait dit qu’il serait rentré pour manger. Je suppose qu’il a rencontré un aléa. Bon, je ne suis pas là pour écrire mes états d’âme, mais pour faire un compte-rendu de ce qui se passe.

Les rumeurs marchent du tonnerre. Il y en a même des nouvelles qui sont apparues et qui ne sont pas de nous. Elles transportent les questions, les craintes du peuple. Tout ça, c’est bon pour nous, enfin je pense. Le seul problème c’est que la population commence vraiment à s’agiter. Si j’en crois ce que Yuki a expliqué, c’est pas vraiment bon. Ça veut dire que les gardes vont commencer à s’agiter aussi et que quelque chose ne va pas tarder à se déclencher. ‘Fin, j’ai pas tout compris. Pas sûr que Yuki était parfaitement sûr de ce qu'il racontait.

Voilà, sinon chez Jean, j’ai remis les doigts dans la mécanique. C’est vrai que j’ai grandi avec ça avant de vouloir me distinguer des autres. Avec ce que j’ai trouvé, j’ai fait une toupie. C’est trop drôle. Puis, elle va vachement bien. Il suffit pousser sur la tige qui dépasse et les engrenages font tourner la toupie. J’ai fait ça sans plan, comme quand j’étais petit et que j’allais jouer dans l’atelier de papa. Je crois qu’il y a moyen de transformer un peu la toupie pour en faire quelque chose de cool.

‘Fin voilà, si j’ai pas de nouvel d’ici demain soir, tant pis, il faudra faire bouger les choses pour le retrouver.

Victor Steam.


Dernière édition par Yukikurai le Sam 2 Mai 2015 - 18:52, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Jeu 15 Jan 2015 - 19:17

Les craintes de Victor était fondée. Tout ne c’était pas passé comme prévu pour Yukikurai.

Au matin, il avait annoncé qu’il avait obtenu assez d’information sur les habitudes des gardes et de Dominic pour pouvoir tenter une infiltration. Il était donc parti, comme les deux autres jours, dans la matinée. Avec prudence, il avait pu regagner son poste d’observation. Si ses observations étaient justes, il aurait une fenêtre d’action pour s’infiltrer à l’heure du déjeuner. Il attendit donc patiemment que le temps passe. Les rondes étaient similaires à celles de la veille, tout se déroulait donc bien.

Vers 11h30, l’agitation commença, puis vers 11h45 Mr Dominic sortit de chez lui avec un groupe assez conséquent de garde du corps. Un vrai parano. Profitant de la fenêtre que cela lui offrait, Yukikurai s’élança. Il quitta son poste et en trois bond se retrouva sur le plancher des vaches, enfin sur ce qui servait de sol ici. Il traversa la rue et se retrouva directement le long du mur d’enceinte. Il avait encore une bonne minute pour pouvoir passer le mur. Il arriva à l’endroit qu’il avait repéré la veille. Un grand poteau qui montait jusqu’au plafond pour le soutenir certainement. Il grimpa au sommet de la pillasse comme un singe grimpe à un arbre. De temps à autre les premières capacités qu’il s’était forgé s’avéraient utiles.

Il grimpa jusqu’au plafond du complexe, de là il put vérifier la position des gardes et établir un chemin pour entrer dans le bâtiment. Il se laissa glisser jusqu’au toit le plus proche. Puis, il se faufila le plus discrètement et silencieusement possible jusqu’au cœur du QG. Les fenêtres étaient ouvertes au dernier étage, il bénissait les gens qui se disaient que personne ne saurait rentrer par là. S’ils savaient à quel point c’était faux et le nombre d’assassin capable de rentrer par-là, ils ne dormiraient plus la nuit. Enfin, soit, trêve de digressions. En véritable acrobate qu’il est, Yuki sauta au-dessus d’un passage de deux mètres et s’accrocha à un appui de fenêtre. Il escalada la façade pour finalement arriver à la fenêtre ouverte. Il pénétra dans ce qui devait être le bureau d’un assistant de Dominic.

Sur la pointe des pieds, Yuki fouilla un peu dans les papiers présents dans ce bureau. Il se déplaça ensuite en regardant systématiquement dans chaque pièce. Il avait pensé que la salle des coffres se situerait au sommet du bâtiment comme c’est souvent le cas pour les tyrans paranoïaques. Cependant, il dut se rendre à l’évidence, il n’était pas à cette étage. Le stress commençait à monter au fur et à mesure qu’il descendait les escaliers. Au premier étage, il passa discrètement devant une salle remplie de gens en train de manger.

Au bout de dix minutes, soit une éternité, la chance lui sourit enfin. Le couloir s’élargissait et il pouvait voir deux gardes devant une porte. Les gardes sont rarement en faction devant les cuisines. Bakasaru s’élança et assomma le premier type avant qu’il n’ait pu le voir arriver. Alors que le deuxième tournait la tête, il fut frappé fermement au plexus. L’air quitta ses poumons sans faire de bruit. Yuki ouvrit la porte et y traina les deux corps puis referma la porte. Il était dans un grand bureau avec des photos de Dominic. Il ne fit que vaguement attention à ce qu’il s’y trouvait. Il était dans le bâtiment depuis bien assez longtemps. Il ouvrit la lourde porte au fond, là il vit une pléiade de coffres de toutes tailles. Nul doute que le vieux était plus riche que ce qu’il laissait entendre.

Il allait essayer d’estimer la somme contenue dans les coffres, quand il entendit du bruit qui venait de dehors. Il sortit alors en vitesse du bureau et se planqua dans la première pièce qu’il trouva. Entendant qu’on venait de trouver les gardes inconscients, il se mit à courir sans faire spécialement attention au chemin qu’il prenait. C’est quand il ouvrit une porte à la volée et qu’elle assomma le malheureux qui se trouvait derrière qu’il se rendit compte qu’il n’avait pas pris le même chemin qu’à l’aller. Il continua donc en se laissant porter par son instinct. Soudain, il arriva dans une petite pièce sombre qui n’avait pas d’autre porte. Il était coincé.

Il préféra vérifier avant de faire demi-tour et de foutre complètement le boxon dans l’opération. Sur le mur du fond il y avait une échelle. Il grimpa et ouvrit le sas qui fermait le plafond. L’échelle continuait de monter et régulièrement il y avait un sas étanche. Il ouvrit le quatrième sas et le souleva avec difficulté, sans doute quelqu’un avait posé quelque chose de lourd dessus. Il poussa de toutes ses forces et parvint à soulever le couvercle. Par contre il se ramassa une vague au quelle il ne s’attendait pas. Ses pieds glissèrent et sa tête alla cogner la paroi, lui faisant ainsi perdre connaissance. L’eau remplis rapidement le sas et les derniers tourbillons dus au remplissage le firent sortir dans la mer. Dérivant, inconscient.


Dernière édition par Yukikurai le Sam 2 Mai 2015 - 19:06, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Ven 16 Jan 2015 - 19:41

Yukikurai ne reprit conscience que lorsque ses poumons chassèrent l’eau de mer et aspirèrent de l’air qui lui brula la gorge. Toussant et crachant, il ouvrit les yeux dans ce qui semblait être une caverne sous-marine. Il avait l’impression d’être passé sous un camion ou d’avoir rencontré Toji. Il avait mal à la tête, ça il savait pourquoi, il n’y avait pas de problème. Il y avait également une douleur provenant de son pectoral droit. Ça tirait même jusqu’à la base du cou. Il se rendit compte que la blessure que le loup lui avait infligée au moment où il lui avait pris la vie s’était rouverte et avec le sel de la mer ça faisait un mal de chien. Il aurait dû laisser un toubib recoudre ça proprement, mais avec le froid de Bulgemore, ça lui avait semblé superficiel. S’appuyant sur le coude, il regarda autour de lui.

« Où est-ce que j’ai bien pu atterrir ? Et comment surtout, je ne me souviens pas avoir nagé. »
« Beuh ! Tu es chez moi. Maman avait raison, les gens sans écaille et sans branchie, ils respirent pas sous l’eau. C’est nul ça. ‘fin tu as repris connaissance au contact de l’air, c’est cool tu vas pouvoir jouer avec moi.
Yukikurai se tourna pour voir d’où provenait la voix. A son grand étonnement, il avait devant lui, un petit homme poisson d’un peu moins de un mètre de haut. Et au vu de sa façon de parler, c’était surement un enfant. Un enfant, tout ce qu’il y a de plus pure et innocent.

« Bonjour, je m’appelle Yukikurai. Je tiens à te remercier de m’avoir sauvé de la noyade. Tu t’appelles comment ? »
« Moi ? C’est Toupy, voyons. Si tu es content, on peut jouer, alors ? Hein ? »
« Euh, pourquoi pas, mais avant laisse-moi me retaper un peu ? »
« Tu veux te frapper ? Tu es bizarre toi ! »
« Non, c’est une expression. Ça veut dire reprendre des forces, se remettre de ses émotions. Dit tu saurais m’expliquer comment je suis arrivé ici ? »
« Ok, mais après on joue Yukiki ! »
« Si tu veux. »
« Je faisais ma promenade habituel, tu sais après le déjeuner mes parents font une sieste alors je peux aller jouer un peu tout seul, Puis là j’ai vu un truc qui flottait. Comme je suis curieux, ben j’ai été voir et c’est là que je t’ai trouvé. Tu bougeais pas, tu respirais pas, mais tu saignait un peu. Je t’ai secoué, mais tu as pas bougé. Moi, je voulais jouer alors j’ai réfléchi. Maman, elle parle de temps en temps de créature qui respire pas sous l’eau. Des humains qu’elle appelle ça, je crois. Elle m’a dit que si un jour j’en trouvais un, il fallait le remonter à la surface. La surface, c’est nulle ! Alors je t’ai emmené dans ma grotte secrète. Puis tu as toussé et craché de l’eau. Et voilà. »
« Tu m’as trouvé loin du complexe ? »
« De quoi ? »
« De l’endroit où vive les humains, les gens comme moi ? »
« Ho, je crois que oui. Maman, elle m’interdit d’aller jouer par là. Je peux aller qu’à l’Ouest, dans la mer d’aiguille. Elle dit que c’est calme et que je ne risque rien. Et c’est bien vrai, je rencontre jamais personne. Mais comme tu es là on va pouvoir jouer à deux. »
« Et tu veux jouer à quoi ? »
« A cachecache, je suis trop fort à ça. Je connais cet endroit de la mer comme ma poche. »
« Je suis désolé petit, mais je ne respire pas sous l’eau. »
« Naann ? C’est vraiment possible pour tu vrai ? »
« Oui, les humains ne respire pas sous l’eau. »
« Mais c’est nulle ça ! Tu fais comment quand tu nages ? »
« Ben, on nage près de la surface. Et on vit sur des iles à l’air libre. Mais j’avoue que ça doit être pratique de pouvoir respirer sous l’eau. On peut jouer dans la grotte ? Elle peut-être grande assez ? »
« Ok, c’est moi qui compte. 50…49…48… »

Yukikurai fut bien obliger de se lever et de se mettre à trottiner dans la pénombre. Il manqua de trébucher deux fois. Il fut néanmoins surpris par la taille de la grotte. Il venait de sortir de la petite salle dans laquelle Toupy comptait et il était maintenant dans une grotte beaucoup plus vaste. Majestueuse. Il se trouva un creux dans la roche et s’y tapis en boule.

« 4…3…2…1…0 ! Caché ou pas j’arrive ! »

Yuki fut surpris de voir un faible halo lumineux qui entourait le jeune homme poisson, lui permettant de voir où il allait. Il était tellement excité d’avoir quelqu’un pour jouer qu’il courrait de gauche à droite sans vraiment regarder. Il trouva finalement le jeune homme au bout de quelques minutes.

« Haha ! Je t’ai trouvé Yukiki ! A toi de compter. Allez, regarde le mur. »
« Ok, c’est parti je compte. 50…49…48…47…
*Mais comment, je vais le retrouver, il connait cette endroit bien mieux que moi. Puis, pourquoi est-ce que je joue avec lui ? Parce que je suis gentil et qu’il m’a sauvé la vie. Je me demande quelle heure il est avec tout ça. Je commence à avoir faim quand même. *
…3…2…1… 0 ! J’arrive ! »


Yukikurai s’avança dans la grotte en fouillant systématiquement, les recoins. Plus, il observait cet endroit, plus il voyait des possibilités d’aménagement. Quand tout l’opération serait finie, il faudrait qu’il contact Niklas Aldo. L’idée de contacter ce ponte de la révolution le fit frissonner.

Il commença a pensé qu’il ne le trouverait jamais, quand il entendit un petit rire étouffé accompagné par de faible lueur clignotante. Bakasaru se dirigea dans cette direction.

« Mais où peut-il bien être caché. Là ! Non, dommage. Ici, alors ! »
« HIHihihihihihi ! Tu m’as trouvé. Touché, c’est toi le chat. Hihihih »

*Bon, ben je crois qu’on joue à chat maintenant. Purée, il trace quand même. *

Yukikurai bondit à la suite du petit Toupy. Il le rattrapa et lui toucha l’épaule. Il fit ensuite demi-tour pour se dissimuler derrière une stalagmite.  Ils jouèrent à chat pendant cinq minutes, puis le petit bonhomme commença à fatiguer.

« Pouarf ! C’est fatiguant de courir sur la terre ferme. On se repose puis on joue sous l’eau ? »
« Euh, mais je ne sais pas respirer sous l’eau. »
« Oooh, j’avais oublié. En tout cas, je me suis bien amusé. Tu veux faire un dernier truc ? Après, je vais devoir rentrer chez moi, sinon je vais me faire gronder. »
« Non, ça va. Je suis fatigué aussi. Tu cours vite dis-moi. »
« Ho et t’as pas encore vu dans l’eau. »
« Tu es un vrai champion, toi. »
« Oui, hihihi. »
« Dis ! Avant de repartir tu veux bien m’aider à quitter cet endroit et retourner à la surface ou sur la terre ferme ? »
« Sur la terre je ne peux pas. Mon Popa et ma manman me l’interdisent. Par contre, je peux te conduire au bateau qui est dans la mer d’aiguille. »
« Il appartient à qui, tu sais ? »
« Heu, je me souviens plus Yukiki. Mais je joue parfois avec Will. Il n’est pas super sympa, mais tant que je laisse gagné on s’amuse bien. Parfois, Thomas vient jouer aussi, mais il dit qu’il est trop vieux pour jouer. »
« C’est un navire avec des hommes poisson ? »
« Oui, oui. »
« C’est avec ce bateau que vous êtes arrivé ici ? »
« Nooon hein. Nous, on est pas venu comme ça. Puis, ils sont arrivés après nous. Maman m’a expliqué, mais j’ai oublié c’était pas marrant comme histoire. Son gentil, il devrait t’aider Yukiki. On y va parce que sinon je vais me faire gronder. »
« Ok, juste une dernière chose. Est-ce que tu accepterais de partager ta grotte secrète ? »
« Avec qui ? »
« Avec des amis à moi, mais rien n’est sûr. Il faut que je leur en parle. Ils sont gentil tu sais. »
« Ils joueront avec moi ? »
« Ho, oui il y en aura bien un ou l’autre qui jouera avec toi. »
« Pas problème Yukiki ! S’il joue avec moi et que c’est tes copains, c’est mes copains aussi. »
« Je suis prêt je te suis. »

« Ho, mais tu vas faire comment si tu respires pas sous l’eau ? Tu sais nager au moins ? Parce que la sortie c’est par là, dans l’eau. »
« Oui, je sais nager. Je sais retenir ma respiration assez longtemps, donc ça devrait aller si c’est pas long. »

Rassuré le jeune H.P., plongea dans l’eau et se mit à éclairer le tunnel de sa lueur naturelle. Yuki plongea à sa suite et le suivit dans le boyau. Une fois dans la mer, Il put se rendre compte à quel point la vitesse de Toupy était bien supérieur à la sienne dans l’eau. Celui-ci décrivait des cercles autours de Yuki qui commençait à peiner à avancer. Toupy finit par l’attraper par le col et l’entraina à la surface, voyant que sa tête virait au rouge. Une fois à la surface, ils nagèrent dix minutes. Puis au détour d’une aiguille, ils aperçurent l’espérance des hommes poisson.

« Bon, moi je te laisse. Hésite pas à revenir jouer avec moi Yukiki. »

Sans plus de cérémonial, Yuki se retrouva seul. Il regarda son nouvel ami disparaitre à toute vitesse. Enfin, il nagea en direction du navire. Il était encore à une quinzaine de mètre quand il vu une silhouette plonger du bateau. Une main solide l’agrippa et l’entraina directement sur le pont. La première chose que le forgeron put voir, fut la lame d’un sabre.


Dernière édition par Yukikurai le Dim 11 Sep 2016 - 21:50, édité 3 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Mar 20 Jan 2015 - 17:39

Couché sur le dos une lame sous le menton, Yukikurai avait espérer un accueil pour amicale. Enfin, il n’avait qu’à discuter pour se sortir de là.

« Qu’est-ce que tu viens faire ici, humain ? »
« Je me suis retrouvé à la mer et j’ai eu la chance de croisé Toupy un jeune homme poisson. Il m’a conduit jusqu’à vous pour que vous m’aidiez à retourner sur la terre ferme. »
« Hohoh et puis quoi encore. Tu veux pas non plus qu’on te masse les pied !?!»
« Non, mais je connais Krak et on a fait une sorte d’alliance. Vous avez qu’à lui demander s’il connait un Yukikurai. S’il a accepté de m’aider, vous le ferez aussi non ? »
« On a un petit malin, à ce que je vois. Krak s’allier avec un humain et puis quoi encore ? Chef ! Tobio vient voir j’ai pécher un petit comique. Puis toute façon on ne répond pas de l’autorité de Krak. »

Tobio était un grand homme poisson habillé de vêtement sombre et pratique pour le combat. Il arriva derrière l’autre homme poisson et quand son visage apparu, le cerveau de Yukikurai fit des liens.

« Hé, mais je vous connais. Je vous ai déjà rencontré. »
« Je ne pense pas, non. Votre tête ne me dit rien. »
« Oui, mais ça c’est normal, j’ai une tête banal. Moi, je me souviens parfaitement de vous. Euh … Tobio ? »
« C’est bien mon nom, mais il vient de le dire. »
« C’était il y a un bon bout de temps. Dans les environs de 1620, je pense, sur North Blues. Ça doit être près de Luvneel, je venais de finir la mission avec Nina, si je me souviens bien. J’avais été capturé par un pirate aux cheveux verts. Dans la cellule à côté de moi, il y avait un jeune triton qui s’appelait Thomas. Je l’ai aidé à quitter sa cellule. Puis vous êtes arrivé et vous avez mis une dérouillée à tout le monde. »
« Euum ! Comment tu sais tout ça ? »
« Ben, j’étais le type au cheveux bleu qui se battait contre le capitaine aux cheveux verts. »
« Ha, oui ! Je me souviens maintenant. Même que j’avais failli de balancer par-dessus bord comme tous les autres. Je me souviens qu’il y avait un type, mais pas de sa tête.
Range ton sabre et va chercher Thomas, peut-être qu’il se souviendra de sa tête. »

« Bien, à vos ordres. »

Yukikurai put s’assoir en attendant que Thomas arrive. Celui-ci avait bien grandit en six ans, Yuki eut un peu de mal à le reconnaitre, mais Thomas lui le reconnu. Malgré le manque de charisme du révolutionnaire, il était devenu le héros qui l’avait libérer de la menace. Il n’avait jamais oublié son visage et sa bravoure.

« Yuki ! Je savais que nos chemins se recroiserait un jour. Je suis si content de te revoir, toi le héros de mon enfance. »
« Tu as bien grandi, dis-moi. »
« Oui, toi tu n’as pas vraiment changé. Qu’est-ce que tu fais ici ? »

Yukikurai se mit à raconter ce qui l’avait amené jusqu’ici. Il lui confia même qu’il était un révolutionnaire, même si ce dernier le savait déjà. Il l’avait vu sur les avis de recherche de la marine. Leur discussion prit fin lorsque le soleil commença à descendre à l’horizon et que Thomas l’invita à venir manger avec eux.


« Gouverneur, je vous présente Yukikurai. Un ami de longue date. Vous vous souvenez quand j’avais été capturé par des pirates. Ben, c’est lui qui m’avait aidé à m’en sortir. Je l’ai invité à se joindre à nous pour le repas. En plus, je pense que ce qu’il a à vous raconter, va vous intéresser. »
« Tu as bien fait de l’invité à manger. Je me souviens que tu m’as souvent parlé de lui. Asseyez-vous donc jeune homme. Je vous écoute. »

Yuki fut assez impressionné par toute la prestance et le charisme que dégageait cet homme poisson. Il lui semblait en comparaison être transparent, invisible. Certes, il avait fait du progrès au niveau du leadership, mais ça restait malgré tout un peu contre nature de devoir s’imposer, se montrer, prendre la parole. Il n’était pas né pour un leader, contrairement au gouverneur. D’ailleurs, il ne se demandait même pas pourquoi on l’avait choisi lui plutôt qu’un autre. Cela semblait logique.

Après cette pause d’hésitation, il se mit à raconter encore et toujours la même chose. Il raconta sa rencontre avec Krak, le plan qu’il avait élaboré et comment il avait atterri sur l’espérance. Une fois qu’il eut posé la situation, il en vint à la partir qui concernait son interlocuteur.

« … Donc, voilà. Avec toutes les informations recueillies et le travail d’information fait auprès de la population. Je pense qu’ils sont prêts à écouter un discours de paix et de cohabitation venant de vous. »
« Hum, huhum ! Je suis content d’apprendre que Krak est prêt à collaborer avec des personnes extérieures. Il faut dire que toutes ses tentatives se sont soldées par un échec. Il doit être désespérer pour avoir accepté votre aide. Mais, ne vous méprenez pas, cela me ravis qu’il envisage la diplomatie comme une solution acceptable. C’est vrai que la trêve actuelle joue en votre faveur. J’avais déjà sollicité un entretien avec le Mr Dominic dont vous parlez. Il n’a rien voulu entendre. Si vous m’assurez que le peuple est prêt à m’entendre et que vous garantissez ma sécurité. Je ne peux qu’acceptez de faire ce pourquoi je suis venu ici, établir la première colonie où homme et homme poisson vivent en symbiose. Il me faudra deux jours pour écrire un discours qui fera mouche. Qu’en dites-vous ? »
« Je pense qu’il me faudra bien cela pour prévoir l’endroit pour votre apparition. »
« J’irai raccompagner Yuki jusqu’à l’ile et je veillerai à ce que la sécurité soit suffisante pour votre venue. »
« Très bien, portons un toast à la diplomatie et à la révolution pacifique. Et appelez-moi Terrence. »
« A la diplomatie et à la révolu… gloups. »

Terrence fit un clin d’œil et éclata de rire. Yukikurai était décidément naïf de croire que les gens ne savaient pas qu’il était un révolutionnaire primé. Les gens bien renseigné savent tout. Ils font ainsi des leaders efficaces. Il faudrait qu’il se tienne donc plus au courant du monde extérieur. L’utopie c’est bien un temps, la connaissance l’est tout autant.


Dernière édition par Yukikurai le Sam 2 Mai 2015 - 19:23, édité 2 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Jeu 22 Jan 2015 - 15:02

Jour 4 de l’opération

Yukikurai c’était laissé porter par la conjoncture des éléments, tout s’enchainait tellement bien qu’il ne s’en rendit même pas compte. C’est en se réveillant sur l’Espérance qu’il prit conscience que tout ce qu’il faisait pouvait avoir une conséquence plus tard. Jamais, il n’aurait pensé que sa rencontre avec des hommes poisson six ans plus tôt aurait un impact dans ce qu’il était à présent en train de réaliser. Sans cette rencontre, le garde lui aurait peut-être tranché la gorge ou l’aurait rejeté à la mer. Alors qu’au contraire, il avait trouvé un orateur capable de rassemblé les foules et de montré au humain que les hommes poissons veulent la même chose qu’eux. Il était maintenant clair dans la tête du jeune homme qu’avoir de bonnes relations avec les hommes poissons étaient importantes pour lui. Importantes pour la suite, quel qu’elle soit. C’est toujours bien d’avoir des alliés face au gouvernement.

Tout s’était enchainé très vite et il n’avait pas eu de temps libre pour réfléchir la veille. Il s’était endormi dès que sa tête avait touché l’oreiller. Ce n’est donc qu’au matin du quatrième jour qu’il se rendit compte que la mission qu’il avait entreprise avait été un demi-échec. Mais surtout que Victor devait se demander quoi. Il ne lui avait pas donné de nouvelles. Sans nouvelles, il risquait d’imaginer le pire et de se lancer dans quelque chose d’idiot. A cette pensée, il se leva et parti à la recherche d’un Den Den Mushi. Il croisa Tobio, au détour d’un couloir, qui le conduisit dans une salle dotée d'une dizaine d’escargophones.

Sachant maintenant les bases pour utiliser les gastéropodes. Il s’approcha d’un a la couleur rouge. Il composa le numéro et attendit que ça décroche.

Pullupullup pulululup
Gotchac ! « Allo, oui ? »
« Victor? C’est Yuki. »
 « Yuki, je me faisais un sang d’encre. Qu’est-ce que tu as foutu ? Tu avais dit que tu serais de retour rapidement. Tu es où ? »
« Du calme, je vais bien. En plus, j’ai de bonnes et de mauvaises nouvelles. Mauvaise nouvelle, je me suis fait repérer et je me suis perdu en m’échappant. Je me suis retrouvé dans la mer. Par contre, il a bien un coffre remplis d’or qu’il ne partage pas. Et rayon bonne nouvelle, je me suis fait des nouveaux copains homme poisson. Dont un ambassadeur qui parle super bien. Je lui ai dit de venir parler aux habitants ça devrait le faire. »
 « Woow wow ! Quoi ? Tu me donnes trop d’informations à la fois. J’ai pas tout suivi, à part que tu sembles de bonne humeur. Prends le temps vas-y expliques. »
« T’inquiète. Je te raconterai tout de vive voix. »
 « Hum, ok ? Mais tu comptes rentrer comment ? On a eu de la chance en s’infiltrant la première fois. »
« T’inquiète, je vais trouver. Je te laisse, je vais me rendre sur notre navire pour être sûr que tout roule. »
Gotchac !

Yuki raccrocha au nez de Victor. Pour lui, tout semblait clair. Il ne voyait pas pourquoi celui-ci s’inquiétait tant. Il n’avait pas de temps à perdre s’il voulait que tout soit prêt pour le discours du lendemain.

Le jeune forgeron fut invité à venir petit déjeuner avec Terrence et sa famille. Il y avait Thomas, qui déjeunait tranquillement. Mais en plus, aujourd’hui, il y avait un petit crapaud qui faisait caprice sur caprice. La femme à côté de lui, cédait à chacune de ses demandes. Avec lui à table difficile d’avoir une conversation un tant soit peu constructive.

Thomas sortit de table en même temps que Yuki et lui chuchota.

« Je te présente Will, le fils de l’ambassadeur, mon cousin le casse burne de première. Je suis désolé, mais sa mère lui laisse tout faire. C’est impossible de discuter quand il est là. »
« J’avais remarqué.
…. Tu… Tu n’es pas le fils de Terrence ? »

« Non, je suis son neveu. Mes parents sont morts aux mains d’esclavagiste. Terrence m’élève comme son propre fils, mais il aurait mieux fait d’être plus sévère avec cette peste de Will. Enfin, soit. »
« Ok. J’ai cru que tu étais le fils de l’ambassadeur puisque Tobio est venu te sauver, lui-même. »
« Non, mais tout le monde m’aime bien. En même temps, comparé à l’autre c’est pas dur.
Dis ! Je peux te poser une question ? »

« Oui, bien sûr. »
« Comment devient-on un révolutionnaire ? »
« Que, quoi ? »
« Ben oui, comment faire partie de ce mouvement qui s’oppose au Dragon Céleste et à l’esclavage. Ils ont pris mes parents, je veux aider à les faire tomber. »
« Ben, moi, pour ma part, je suis devenu révolutionnaire en rencontrant des partisans. Puis en discutant avec eux. De fil en aiguille, ça s’est fait, sans que je m’en rende compte. Mais, tu es encore jeune. Tu as une famille qui tient à toi. Prends le temps de grandir et plus tard, si tu veux encore devenir révolutionnaire, contact-moi. »
« Mais, je suis grand à présent. Regarde-moi. »
« Ton corps à grandit, certes. Mais ton esprit est encore jeune et influençable. Tu sors à peine de l’enfance. Parfait ton savoir, ta connaissance du monde avec Terrence et Tobio. Tu seras ainsi mieux armé face au monde. Ne fait pas comme moi. Ne part pas armé seulement de ton utopie. Ça t’évitera de tombé de haut comme j’en fais l’amère expérience. »
« Bon. Pffff !  Ok, je ferais comme tu me le dis. »
« Tu fais bien. Ne t’en fait pas, un lien entre la révolution et les hommes poissons est quelque chose que je compte redévelopper. Comme à l’époque de Koala…
Bon, je te laisse. J’ai pas mal de chose à faire. Travail bien, grandit bien. »


Yukikurai laissa Thomas et alla rejoindre Tobio qui l’attendait sur le pont. Ils plongèrent à l’eau. Yuki s’accrocha au cou musclé de Tobio qui fendit l’eau en direction du Divergence.


Dernière édition par Yukikurai le Sam 2 Mai 2015 - 19:30, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant