-20%
Le deal à ne pas rater :
Manette Xbox Series X sans fil Carbon Black à 47,99%
47.99 € 59.99 €
Voir le deal

Innocent Island. (Arc I)



Un gros cigare Num.5 (Barbe noire) bien calé dans la commissure des lèvres, je regarde d'un air songeur les rives de la première île de Grand Line que mes Sea Wolfs et moi nous apprêtons à fouler. Jusqu'ici cette délicieuse mer a été à la hauteur de sa réputation, nous infligeant un lot quotidien de plaies et de défis, soudant l'équipage comme seul sait le faire l'adversité. L'excitation et l'appel de la gloire y a aussi joué un sacré rôle bien sûr huhuhu. Toujours est-il que j'attends beaucoup de cette première escale... Dangers... Berries... honneurs... le minimum quoi.

C'est donc un peu dubitatif que j'ai observé les côtes depuis le pont supérieur de mon navire, regardant avec méfiance les paisibles petits ports de plaisance et de loisir dispersés tout au long des rives... Entre ce soleil étincelant et ce petit air de station balnéaire, j'ai un peu du mal à imaginer le lieu envahi par le crime et la vilénie. Le pire est encore ces lueurs multicolores qui accompagne une abominable musique de fête foraine au centre de l'île... Avant même d'y être j'en ai déjà la nausée. Innocent Island... Une île de bonheur et de joie, exempte de tout vice...
Exempte de tout vice ?! Mon cul ! Nul n'est innocent, je suis bien placé pour le savoir. Surtout que je sais de source sûre qu'un ver est dans la pomme, un chouette ver à 48 millions de Berries du nom de Rowbert. Rien qu'cette idée me remonte le moral et me donne des fourmis dans les jambes. L'excitation de la chasse est là, je sens la bête en moi qui ne demande qu'à être lâchée sur les traces du pirate. Patience, patience... Savourons chaque instant de la traque, le plaisir de la battue n'en sera que meilleur.



Malgré toute ma bonne volonté, j'ai tout de même du mal à ne pas me précipiter lorsque je saute d'un bond sur le quai où nous avons accosté, n'attendant même pas que mes hommes abattent la passerelle de débarquement. Je leur fais confiance pour la suite des opérations, les hommes de quart sauront très bien gérer le Fenrir durant toute la durée que nous devrons passer ici à regarder notre Log Pose se charger. Ceci devrait nous donner largement assez de temps pour mettre sous les verrous Rowbert et ses « Drinkers pirates ». C'est donc sans un regard en regard en arrière vers mon navire qui finit d'accoster que je m'élance déjà à grand pas sur les quais du port, bombant le torse avec fierté tandis que le parfum de l'aventure me caresse le cœur. Je sais que les plus impatients d'entre-eux me suivront sans hésitation, après avoir réglé les menus détails administratifs avec le chef d'embarcadère. Une tâche ingrate de moins sur mes épaules huhuhu.



Rhalalala... Rien qu'en laissant vagabonder mes yeux durant le court trajet jusqu'au centre de la ville, j'ai pu discerner sans aucun mal une foule d'individus à l'âme noircie par la culpabilité ou le vice... Huhuhu ce charmant petit port regorge en réalité d'une masse non négligeable de petits truands, d'anarchistes et de pirates de passage. Mon flair ne m'a jamais trahi dans ce domaine et je peux vous certifier que le laxisme de ce « Mon Père » fait visiblement bien des heureux. Drôle de façon d'administrer son île, vraiment. Mais bon, tant qu'ils ne se risquent pas à m'aborder je ne devrais avoir aucun mal à me retenir de courir après ces hors-la-loi de seconde zone, qui ne cherchent apparemment qu'à entrer discrètement sur Grand Line. J'ai un objectif bien plus alléchant en vue : la « Brasserie de l'écume maltée ».
Selon les bavardages forcés de notre prisonnier de Reverse Mountain, il s'agirait là du lieu de rassemblement habituel de l'équipage de Rowbert, qui en aurait fait son QG. Décidément cet équipage ne semble pas pouvoir se passer de boisson plus de cinq minutes, ils méritent leur nom de « Drinkers Pirates » . Mais j'dois dire que l'édifice en jette un max, et que j'aurais surement fait le même choix à leur place. Devant la gigantesque bâtisse je marque donc un temps, profitant de l'occasion pour tirer bouffée sur bouffée de mon puissant cigare. L'aventure est là, tapis derrières ces deux colossales portes, ne demandant qu'à être dévoilée. Mes loups doivent le sentir eux aussi, tout comme moi ils ont ça dans le sang. Une sensation familière me revient alors, celle de tensions qui s'accumulent comme avant l'orage, attendant le premier petit déclic.

Une fois que je suis assuré que l'adrénaline a eu le temps de monter dans le cœur de tous mes hommes, je me dirige avec un sourire vers l'entrée du bâtiment, posant mes immenses mains palmées sur les deux battants que je m'apprête à ouvrir en grand. Derrière-moi tous les Sea Wolfs présents sont prêts, ils savent ce que j'espère d'eux.

"Vous êtes prêts les enfants ?"

  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Encore une fois, la mer leur avait permis d'atteindre leur destination. Et pas qu'elle, aussi grâce au navigateur. Enfin, ils étaient arrivés à cet île, au nom d'Innoncent Island. Ryuuku ni connaissait rien, ou presque. Pendant ce trajet, il n'avait fait que réfléchir, comme à son habitude. Il avait aussi pu tester un nouveau repas. Cela s'appelait les frutes. Ressemblant un peu à ce que Gakuen avait pu inventer il y a quelques temps, et qui se nommait alors des chaps. Il se rappelait aussi les visages des personnes rassasiées par son repas, à la fois salé, chaud, et plaisant. Il avait rajouté quelques bières, et tout le monde avait été rassasié. Ce n'était pas de la grand cuisine...

Mais peu importe, ce n'était pas comme ça que marchait l'équipage. Plus dans l'optique de faire ce que l'on veut. Et l'on prendre ce qui est bon, que ça brille ou pas. Et là, notre marine tomba encore une fois dans ces deux pensées qui l'assaillaient depuis un petit temps. Tout d'abord, il avait pensé à quelque chose qui lui manquait. Depuis un petit temps, il ne se battait qu'avec ses poings. Depuis toujours même. Il savait réfléchir, assez pour s'en sortir à chaque fois. Mais là, ce ne serait plus possible. Ils étaient bien sur cette route que l'on appelait le cimetière des pirates. Pourquoi pas des marines ? Notre Colonel alla même en parler à son patron. Une petite phrase comme ça, en passant à côté de lui.

- Patron, me faut plus de puissance.

Et le voyeur avait continué son chemin. Il avait pensé aussi à autre chose. Avant de rencontrer cet équipage, il voulait partir de la marine. Il avait même pensé rejoindre les révolutionnaires. Et il ne savait pas bien. Mais maintenant, il hésitait entre tous les choix qui lui étaient proposés. Il n'en parlait même pas, et hésita d'en parler avec celui qu'il connaissait depuis longtemps, Hiro Shima. Mais non, il préférait prendre son temps avant de prendre une décision. Pour une fois, il resterait dans un camp, sans tout le temps changer. Il resterait marine. Enfin, il espérait... Car changer encore une fois... Et oui, par le passé, il avait fait tellement de choses différentes, il avait voulu tout goûter.

Un bruit lui fit sortit de ses pensées. Ils étaient proches de l'île. Et le Voyeur, ne savait toujours rien. Il alla chercher quelques informations. Un gars sur le navire, un des plus jeunes, semblait beaucoup savoir de grand line. On pouvait voir de loin que c'était cette île d'Innocent. Et on pouvait vite comprendre pourquoi. Beaucoup de choses étaient innocentes dedans. Des explications furent fournies à notre homme, qui en apprit beaucoup. Un chef, beaucoup d'enfants. *Quelle bizarre île.* Fût une des seules pensées de Gakuen pendant son écoute. Quoi qu'il en soit, il en savait déjà un peu plus, et pourrait se montrer déjà utile, même sans puissance...

Enfin, un bruit se fit entendre. Toji était déjà à terre avant les autres. Pour une fois qu'un homme poisson était pressé de faire ça... Bref, ils accostèrent, et tous suivirent le Patron, qui semblait plus que sûr de lui. Il avait une aura autour de lui.... C'est comme s'il avait gagné en puissance... En autorité, il n'avait pas besoin d'en gagner. Ils arrivèrent vite devant une auberge. Au nom de l'inscription, notre marin compris. C'était ici que seraient sûrement un grand nombre de pirates puissants. La poiscaille mit ses mains sur les portes, et demanda aux autres s'ils étaient prêt. En tant que second, Gakuen parla en deuxième. Et d'une voix sûre, et d'ode à l'attaque.

-Patron, c'est quand vous voulez !

*Craaack.*

Ryuuku fit craquer ses doigts.


Dernière édition par Ryuuku Gakuen le Dim 3 Avr 2011 - 11:00, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t146-ryuuku-no-fiche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t99-rp-donwload-100-100-ryuuku-gakuen
Aiiiie....AHUF Ahuf !

J'ai mal au crane...Qu'est ce que je fout là ? Ah Doc, c'est vous ? Que m'est il arrivé ? Que je me repose ! Pas question ! J'ai du mal à respirer. Où SOMMES NOUS ? '' Krrrr ! Bruit d'estomac...'' Ah je vois, je suis toujours dans ce bon vieux fenrir, il va bien j'espère ? J'y tiens beaucoup vous savez ...Dereshishishi... Comment ne pas retrouvez le sourire en apprenant que l'une des choses les plus précieuses à vos yeux soit en pleine formes. Mais doc, je m'en fout de moi.

Quoi ! On est en route pour la première île de Grand Line ! Mais comment vous voulez que je me calme ? C'est dangereux, vous savez que le climat sur cet océan diffère largement de celui des blues ? Constamment en changement et avec tout cela, nul tempête nous a déranger ?...Et l'équipage va bien ? Comment ça je vous harcèle avec mes questions, vous croyez que j'ai l'air perturbé et qu'il faut que je me repose ? Non vous êtes sérieux ? C'est vous le doc après tout...Mais je ne serais pas tranquille sans être certain que tous le monde va bien...""Krrrrrrrrr ! Bruits d'estomac de plus en plus fort'' Vous avez raison, je meurs de faim. Et c'est pas coincé entre ces 4 murs que je vais trouvé de la nourriture. Merci Doc de m'avoir soigné encore une fois...Hein ?Mais je vais bien je vous dis, c'est pas une petite fièvre qui va m'arrêter. J'ai du boulot ! Wohouu, mais avant je fais un tour dans la cuisine...Et ouais je suis inconscient et très enthousiaste. Au revoir et encore merci.

J'ouvre la porte avec un bon coup de pied attiré par une odeur exquise. Posant mon regard sur une assiettes de barres rectangulaires et jaune, bien fine. Miam ! Craounch Craounch. C'était un pur délice, décidément ce bon vieux Ryu m'épatera toujours. Ce met était fabuleux, j'en salivais encore...ARF ! Je suis pas rassasié. Je ne vous l'ai pas dit, mais généralement je mange assis, donc ne me visualisez pas debout. Mon flair me conduit derrière moi, étage du haut, le placard tout à gauche. Là où se cachaient les bon filets de poissons. Mon odorat me trompait rarement quand il s'agissait de poiscaille ! Je prend la poêle de la main gauche puis je la pose sur le four, un peu d'huile de South Blue et c'est partit, cuisson pendant 15 min, c'est prêt ! Bonne appétit.

Je parie que vous avez déjà ressenti cette sensation étrange après votre réveil...Haha Non pas celle là où vous vous shooter à l'alcool 90 % la veille. Je parle de la sensation dans laquelle vous vous retrouvez comme téléportez dans un autre monde, j'ai sentit ça après être sorti sur le pont observant la terre au loin ! C'était comme ci j'étais écrasé par un immense monstre marin ! Je vous dis juste ce que je ressens. Après c'est peut être pas à cause de mon long sommeil ou de ce que j'ai avaler. Je prend un bon moment, je respire profondément. Et tout se met en tête ! J'ai complètement oublié de me doucher ! C'est ça ! Le pourquoi je suis dans cet état.

Nous sommes enfin arrivé à destination, une somptueuse île. De loin on entend des cris de joies et on peut apercevoir une énorme grande roue...Transporté par la sublime brise vers le rêve et l'aventure, je m'absente de ce monde sans me rendre compte que le patron est descendu sans emprunter la passerelle. Ah ce bon vieux capitaine, toujours prêt pour aller de l'avant. Je me ressaisit et j'aperçois le Colonel Ryu, mon nakama, celui avec qui je me battrait à ses cotés jusqu'au bout du monde ! Laissant derrière nous la charpentière et les hommes de mains s'occuper du Fenrir...Ciaouss Fenrir ! On se voit tout à l'heure après avoir inspecté la zone !

Une fois le pied sur terre, je me remémore des instants passés, bien avant d'être tombé K.O. Quand ce pirate de pacotille me dit en tremblant que l'auteur du jolie accueil à Reverse était un dénommé Rowbert...M'approchant du capitaine Toji, je lui glisse cette information au creux de l'oreille. Pour ensuite reculer et resté prêt de Ryuuku. Quelques instants plus tard, nous arrivâmes devant une grande porte, je ne sais pourquoi ce poiscaille de capitaine s'était fait une fixette dessus. Cette dernière donnait la possibilité d'entrer dans une grande bâtisse. Surement un bar, avec une rage en moi et une confiance tel ! J'étais incontrôlable, surement à cause de la douche que je n'avais pas pu prendre ? Oh mais je m'en foutais, de toute façon, je sentis qu'il allait bientôt pleuvoir....

Ouais patron ! Fait tout péter ! On va tout casser ! Bastooooooon !



Un jour je serai un Amiral de la marine afro
Et tous les pirates auront peur de moi !

Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique.
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t296-


« Patron, c'est quand vous voulez ! »

« Ouais patron ! Fait tout péter ! On va tout casser ! Bastooooooon ! »



Putain ils sont chauds mes loups. Je peux aisément voir sur leurs visages déterminés qu'aucune des difficultés qui pourraient nous tomber dessus ne leur fait la moindre peur. Bon sang, ça c'est le genre de spectacle qui me réchauffe le cœur ! L'Aventure n'a qu'à bien se tenir, les Sea Wolfs sont là ! Comprenant ainsi qu'il ne servirait à rien de faire durer plus longtemps le suspens, je bande mes muscles avant d'ouvrir en grand les gigantesques portes.
Une fois passés le seuil, nous nous engouffrons tous les trois dans une sorte de sas anti-incendie, laissant derrière nous les portes se refermer dans un claquement métallique. Leur bruit raisonne longtemps dans les ténèbres qui nous ont avalés. Les portes de l'enfer se sont peut-être refermées sur nos âmes... Laissant les autres membres de l'équipage -partant encercler l'extérieur de la bâtisse à la recherche d'une éventuelle sortie de secours- je recommence à avancer sans crainte, accompagné de mes deux subordonnés. De mémoire la deuxième porte du sas n'était pas loin... A tâtons je finis par poser mes palmures sur une de ses poignées. Prudent je marque un temps, tous mes sens aux aguets.



La porte s'ouvre alors lentement dans le noir; nous laissant pénétrer dans une obscurité plus profonde encore. Bon sang, pas moyen d'y voir plus loin que le bout de son nez ici... Pourtant, pas moyen d'allumer la moindre torche, qui ferait alors de nous de parfaites cibles... Surtout que nous ne sommes pas seuls... Bien qu'invisibles dans les ténèbres, mon instinct me dicte qu'il y a là -tapis dans le noir- une multitude de personnes, attendant en silence. Comment j'le sais ? Cette étrange sensation de respirations cachées, de souffles retenus... Cette tension qui ne cesse de s'accumuler depuis notre présence. On nous guette, j'en mettrais ma main à couper. Ici et maintenant, la moindre erreur de précipitation pourrait nous être fatale... Tout doucement, j'avance un pied après l'autre dans l'attente de l'embuscade qui ne devrait tarder. Il va falloir réagir vite !
Soudain, nous voilà tous les trois précipités dans une explosion de lumière ! Illuminés subitement par tout un ensemble de projecteurs directement braqués vers nous, nous voilà brusquement aveuglés et à découvert ! Ma main droite se dresse alors par réflexe devant mes yeux, tâchant de les protéger au mieux, le temps que mes pupilles se réadaptent suffisamment à la lumière. L'adrénaline enflamme aussitôt mes sens, faisant vibrer chacun de mes nerfs en prévision des efforts surhumains que nous allons devoir accomplir pour survivre. Putains de pirates, ils ne perdent rien pour attendr*...!
Spoiler:
*Qu'est-c'qu* ?!... *


Tandis que mes yeux s'habituent à la nouvelle lumière ambiante, je découvre le spectacle étrange d'une soixantaine de pirates les bras grands ouverts et les mains pleines de cotillons. Je n'sais pas si ce que je trouve le plus étrange reste les sourires idiots qu'ils affichent, ou bien les ridicules chapeaux de fêtes et serpentins qu'ils portent tous. Au centre de l'immense hall où nous nous trouvons, un grand gâteau à la crème trône, surplombé d'une multitude de ballons multicolores ainsi que de mignonnes banderoles célébrant le 35ème anniversaire du capitaine Rowbert.
La surprise s'est visiblement faîte des deux côtés, à en croire les visages abrutis des pirates qui réalisent que les nouveaux venus ne sont pas ceux qu'ils semblaient. En fait, à bien y regarder je ne vois aucun des lieutenants primés de l'équipage non plus... Ils ont dû aller chercher ce cher Rowbert pour sa surprise... Comme c'est mignon, qui a dit que les pirates n'avaient pas de cœur huhuhu ? En tout cas la vision de trois marines en uniformes en plein milieu de leur petite fiesta semble leur faire l'effet d'une vilaine limonade. Huhuhu j'les comprends, je n'aimerais pas moi-même me voir débarquer à l'improviste ! Surtout aux vues de la gueule que je dois être en train de tirer à ce moment-là. Imaginez un loup qui se retrouve soudainement en plein cœur de la bergerie, le bélier absent... Je dois avoir les mêmes allures.



Face au silence pesant qui s'instaure, je descends tranquillement les quelques marches qui me séparent de la table principale où est posé le gâteau. Devant l'assemblée muette je tire alors une chaise, avant de m'y installer confortablement dessus, posant mes deux rangers sur la table sans la moindre gène. Mon sourire affiche toute l'assurance qui peut couver en moi, et c'est peu dire. Quand on se déplace avec autorité, on gagne toujours quelques secondes sur les autres... L'autorité, il n'y a que ça de vrai. Dégainant donc lentement mon gigantesque poignard, je me taille une part honorable dans la pâtisserie dans un silence des plus complets. Derrière-moi, mes deux subordonnés ont visiblement repris leurs esprits eux-aussi depuis un moment, attendant que la première étincelle mette le feu aux poudres... Bien qu'affichant une nonchalance certaine, je sens ainsi la pression s'accumuler dans le hall, mettant petit à petit les nerfs des pirates toujours incrédules à vif. Je me retourne alors sur ma chaise, faisant face à mes deux Sea Wolfs avec un grand sourire comme le fil d'une scie rouillée.

« Je vous avais promis une fête à notre arrivée sur Grand Line non ? Huhuhu la voilà ! »


M'adressant de toute la puissance de ma voix roque, je dresse la tête en arrière pour interpeller l'ensemble des pirates présents. Mon beuglement raisonnant dans l'ensemble du hall.

« Hey bande de moules ! J'me nomme Toji Arashibourei !... Capitaine Toji Arashibourei !
...
Votre misérable bicoque est à l'instant même encerclée par mes Sea Wolfs, dont voici deux des plus vaillants officiers.
Vous n'avez pas la moindre chance de vous échapper, mais je serais très déçu que vous ne preniez pas la peine d'essayer... On a fait une longue route pour venir à votre petite sauterie, alors ne nous décevez pas quand le carnage commencera huhuhu. »



« Aller mes loups, c'est l'heure de la curée. »


Savourant à l'avance la terrible escalade des hostilités qui s'ouvrent dans un cri de guerre unanime, je savoure une volumineuse bouchée de gâteau tandis que les forces en présences se jettent l'une sur l'autre autour de moi ! La soirée commence bien !

  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Le noir Total ! Stupéfiant...Je ne savais pas comment réagir face à cela. Par instinct, je m'étais mis en garde, mes yeux en mouvements continu dans toutes les directions prêt à parer un mauvais coup. Sentant l'atmosphère s'alourdir, sentant l'air anormalement chargé comme si l'ont descendait au fur et a mesure dans un trou profond que certains appellent un puits !

Soudain la lumière fût en un instant maître des ténèbres qui avait plongé la salle. Après un court moment d'adaptation de la vue, mon premier regard se posa sur les dizaines de personnes ici présente criant unanimement Joyeux Anniversaire ! Quelle bonne blague, non ? Leur réactions était elle aussi unanime lorsqu'ils ont vu trois officier et surtout lorsqu'ils ont entendu le petit speach à la Arashibourei. Ils étaient Scotchés telles de vulgaire mouches sur un piège tout collant. Bon j'avoue cette métaphore est hors contexte, mais vous comprenez qu'ils sont bel et bien piégé comme des rats. Et par habitude les rats ça mord quand ils savent qu'ils n'ont aucune issue de secours.

Je n'avais jamais ressenti une telle ardeur dans mon corps, comme si j'étais un volcan qui rentrait en phase d'éruption ! Un fort moment amplifié par les belles paroles du patron. Sa voix laissait paraître un ton confiant et montrait qu'il était maitre de la situation. Ils comptaient sur nous et je n'allais pas le décevoir...Mais que fait Ryu ? Ah lui aussi doit être dans un état similaire au miens. Mais !

Ryuuuuuu Fait Gaffe !

J'aperçois l'un des hommes avec une telle colère sortant son arme à feu la pointant sur le Colonel. Fort heureusement j'étais à coté de lui, je le pousse avant que le malfrat ne tire...Quelques instants plus tard, je me prend la balle en plein coeur, je sens mon corps élastique bouger, je sens cette balle aller en arrière pour repartir de plus belle vers l'avant jusqu'à se loger sur le mur.

Alors là ! On ne s'attaque pas à un officier et encore moins à un Nakama ! Une rage envahit ma personne, cette balle était le détonateur qui a enclencher la bataille. Un prétexte pour éliminer tous ces pirates. Un autre pour me défouler ! Observant le patron avalé sa part du gâteau, je me fais une joie d'aller écraser un a un ces brigands.

Gomu Gomuuu NooooooA ! Gatling Guuuuun !

Lançant mes deux bras en arrière, je fais un effet balançoire en les propulsant vers l'avant puis vers l'arrière et ainsi de suite, laissant paraître des dizaines de coups simultané tel une mitraillette à l'oeuvre. Je dégomme ce pirate qui se retrouve écrasé par terre, ainsi que cinq autres personnes assis sur la table. Il n'y a pas que des dégâts humains, mais aussi matérielle. Je vois les chaises se casser et la table se briser. Les morceaux de bois s'envolent. Oh quel merveilleux spectacle ! Un bout de bois pointu se colle sur la joue d'un pirate...Continuant dans mon élan, j'arpente ces pirates par groupe de cinq tous armés de fusils essayant de me tuer avec leur misérables balles ! J'avais sous estimé leur degrés de stupidité. Qui est assez con pour continuer d'essayer de blesser un adversaire avec une arme qui ne marche pas ? Ah moi le premier !

Le décor n'est plus ce qu'il était, le mur du coté droit de la salle fissuré, les chaises sans leurs pieds et la table à moitié fracassé. Les pirates sont tombé comme des mouches face à la rafale de coups que je leur ai mit. Des proies faciles, du menu fretin ! Face à ma colère, je n'avais trouvé mieux, je fais avec.
Me reposant un court moment, je regarde mes collège et leur dit d'un ton confiant.

C'est quand le plat de résistance ? Franchement cette salade me déçoit, je n'ai fait qu'utilisé ma plus faible technique !

Mettant largement de voix sur cette phrase pour que les autres bandits l'entendent. Leur yeux décrivait bien leur peur, c'est ce qui engendrait une crainte personnel. Avaient ils du courage ? Car si oui, on serait mal barré...C'est du sarcasme !


Un jour je serai un Amiral de la marine afro
Et tous les pirates auront peur de moi !

Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique.
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t296-
Les portes s'ouvrirent. Mais à la place de regarder droit devant, l'air fier, comme les deux autres, l'un des trois marines regardait sa chaussure. Lequel ? Celui avec les cheveux noirs, les yeux grands ouverts, et une tête de perdu. Heureusement, personne ne put voir que Ryuuku, avançait à cloche pied, suivant les deux autres. Il était derrière, mais il s'en foutait. Il faisait tout noir, le voyeur ne s'y importa pas plus. Il avait pu voir quelques formes dans cette sombre pièce, mais pas de stress. Il savait bien que le Patron, les auraient bientôt décelés. C'était déjà fini pour eux. Non, pour l'instant, la seule chose qui importait celui qui voit, c'était sa chaussure.

Ou plus du moins, ce qui était collé dessus. Une sorte de chewing-gum, à première vue, il était à la fraise. Ça collait, et ça n'allait pas. Un seul ennemi pour notre grand au cheveux noir, cette pourriture qui l'empêchait d'aller de l'avant. Des lumières s'ouvrirent d'un grand coup, une phrase sans intêret, quelques pensées sans intêret. En plus des nombreuses pensées de stratégies, de sudokus, et de tout ce qui est intellectuel, Gakuen pensait à ça : "Tiens, sympa d'allumer les lumières pour que j'y voie un peu plus." Et même si cette pensée ne faisait rien, il l'avait pensé. Et contait bien rester dans cet esprit.

Il n'allait pas réfléchir. En relevant le regard, des pirates. Toji s'en occupait donc déjà, il parla même de son second. Quelqu'un de fort... Mouais. Pas vraiment, en tout cas, pas encore. Il savait que sur cette île, il trouverait de quoi être un peu plus fort. Peut-être un truc caché en lui... Il ne savait pas, et préférait faire tout ce qui lui serait offert, et continuerait son destin. Là, Hiro commença le combat. Par une rafale de poings, il dégomma une partie de l'auberge. Si notre Colonel comprenait bien, il n'y avait que de simples pirates ici. Une poussée avait été faite au paravent, sauvant notre marine encore dans la lune. Heureusement qu'il ne se déplaçait jamais seul...

La baston avait éclaté, comme la pression dans l'air. Ryuuku regardait, et ne faisait rien d'autre. Il n'allait pas rien foutre quand même. Il sortit ses flingues. S'assit à une table. Déplaça quelques chaises. Prépara son petit truc, et s'assit donc. Il prit sa boîte de cartouches, qu'il posa à côté de lui. Il ferait du grand boulot aujourd'hui, il s'amuserait aussi. Les cinq balles misent dans l'arme, le cran de sûreté envolé, notre marine était prêt. Un homme s'approcha en criant, avec son sabre, vers la sortie. Une balle. L'homme tombe, dans la tête. Le tir du voyeur s'est amélioré... Le mat du bateau le sait très bien...

Une recharge, une roulette qui tourne. Un homme fonce vers notre Colonel, un tir, un cri. Une recharge. Gakuen se lève. Il va chercher le bidon qu'il avait vu quelques minutes auparavant. De l'acool, et du presque pur. Ça, ça brûle bien normalement. Une bouteille de... "MARJIE JRUANA". Ça semble être de la bonne. Sans boire, notre marine se déplace dans la salle avec le bidon, tout en le renversant. Oui, le bidon est à l'envers. L'acool se répend sur le sol tel une traînée de poudre. Les pirates sont déjà presque tous par terre. Hiro fait du grand travail. Une nouvelle balle. Un homme s'approchait de l'homme-élastique. Un regard. Une recharge. Plus que 2 balles.

Le bidon est vide. Le voyeur va rechercher sa boîte de cartouches. Il les remets dans sa poche. Un tir.

-OK PUTAIN DE BORDEL, MAINTENANT, JE VAIS TOUT FAIRE BRÛLER, LES MARINES, ON SE BARRE !

Pas de pitié, non. Dans cet équipage, ce mot ne se prononçait même pas. Ça allait être drôle. Quelques secondes encore. Les marines semblent être derrière moi, en tout cas, ils sont prêt de Toji. J'espère qu'il était d'accord, en tout cas, je recharge, et tire. Le feu prend vite possession, et le feu grandit. L'auberge ne sera bientôt plus... Et tout le monde sera au courant de leur venue...

Dans les yeux de Ryuuku, l'on ne peut pas lire de la folie, non, mais un sentiment de puissance... Comme s'il contrôlait le feu, comme s'il était cette personne qui embrasait cette pièce...

  • https://www.onepiece-requiem.net/t146-ryuuku-no-fiche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t99-rp-donwload-100-100-ryuuku-gakuen


Huuuum... fameux ce gâteau. Dommage que Rowbert ne soit pas là pour en profiter, après tout il est censé être pour lui à la base. Une fois la dernière bouchée engouffrée, je m’applique à me lécher les doigts avec délectation, comme imperméable au chaos qui m’entoure. Faut bien dire que l’asticot s’en donne à cœur joie. Vlan ! Cinq autres pirates qui mordent la poussière d’un bloc ! Héhéhé, c’est marrant de le voir gesticuler dans tous les sens et foutre des trempes pas possibles avec ses grands bras tout mous. Il y met du cœur en plus ! Un vrai enragé que celui-là ! Du coup il mobilise pas mal d’attention, nous laissant Ryuuku et moi bien peinard dans un premier temps. Bon, c’est logique qu’au bout d’un moment certains des « Drinker pirates » finissent par en avoir assez de me voir trôner comme un pacha, et essaye d’en profiter pour me larder de coups. En tout cas c’est l’intention visible qu’on peut voir dans le demi-cercle d’une dizaine d’entre-eux, qui se rapproche lentement de moi. Je sens du doute et de la crainte dans leur attitude prudente. Chacun attendant que son voisin prenne le risque du premier pas. Huhuhu. Finalement, le plus courageux –ou suicidaire faut voir- du lot s’approche assez de moi pour brandir timidement son sabre. Lentement, je me relève de ma chaise qui gémit alors de soulagement. Devant mon regard l’homme se fige...

« Hum ?... Qu’est-c’que tu m’veux toi ? Tu vois pas que j’déguste ? »
« Ben... c’est-à-dire que... »
« Tire toi de ma vue, cloporte. »

Le temps que l’homme réalise, ma main gauche s’est lentement posée sur son front, profitant de son hésitation. Une torsion sèche du poignet, accompagnée d’un craquement de nuque caractéristique, atteste d’un trépas prématuré. Le fait que sa tête se trouve maintenant à 180° est aussi un indice non négligeable. Devant le hoquet de peur que la scène arrache aux neufs autres témoins, je ne peux que jubiler. Toujours le plus calmement du monde, j’ôte la serviette de papier que j’avais dans le col, avant de m’essuyer le bout de mes doigts humides. Un sourire de prédateur se peint alors sur mon visage.

« Ni voyez rien de personnel mes agneaux, mais vous allez tous y passer. »

Il n’y a dans ma phrase, ni cri, ni rage, ni même colère... il s’agit juste de l’énoncé clair et net de ce que réservait précisément l'avenir. Ni plus ni moins. C’est d’ailleurs ce qui fait toute la force de la menace.

« Terreur Abyssale »

Concentrant mes pulsions les plus meurtrières, je les projette tout à coup autour de moi, plongeant mes environs dans une atmosphère pesante. L’air s’opacifie, devenant tout à coup beaucoup plus sombre pour ceux qui sont proches... mes traits se déforment et se gravent d’une emprunte terrifiante... Je deviens un monstre. Ou plutôt, je montre le monstre qui est en moi ! Tel le rongeur devant le serpent, les neufs pirates se figent alors de terreur, incapables de bouger le petit doigt. Pauvre de eux... J’les plaindrais presque si j’avais un minimum de compassion.

Mais je n’aurais même pas à bouger pour me débarrasser d’eux. Le temps de sortir de leur stupeur, les voilà balayés par un terrible barrage de coups provenant de l’asticot. Lorsque son énième « Gatling » s’achève, il ne reste plus devant moi qu’un tas de corps inconscients et de débris de table. Huhuhu. Du coup l’espace s’est sacrément vidé autour de nous... Il ne reste quasiment plus personne...

« OK PUTAIN DE BORDEL, MAINTENANT, JE VAIS TOUT FAIRE BRÛLER, LES MARINES, ON SE BARRE ! »

*Quoi ?!*




Mais qu’est ce qu’il me fout ce couillon ?! Mettre le feu à la baraque ? Pour se faire remarquer c’est une chouette idée, pour sûr... Mais il pouvait pas attendre qu’on sorte ?! Merde, je sais pas ce que notre stratège nous a dégoté comme plan, mais pour l’instant je vois surtout un foutu nombre d’emmerdes en perspective ! La première c’est qu’on y est encore dans cette putain de baraque ! Aucune fenêtre... toutes les sorties de secours condamnées par nos hommes depuis l’extérieur... Il ne nous reste plus que la porte d’entrée avant que toute cette PUTAIN DE DISTILLERIE D’ALCOOL nous saute à la gueule !! Sans compter que Rowbert devait sûrement utiliser cet endroit pour entreposer les marchandises volées par son groupe sur Reverse Mountain... Un joli pactole sur lequel on aurait pu mettre la main et qui va partir en fumée... Un regard incendiaire foudroie donc Ryuuku, tandis que je commence à me diriger vers la sortie. Tu perds rien pour attendre mon coco... T’as gagné une semaine d’entraînement perso au corps à corps avec moi. Mais alors que je détourne la tête de mon second, une puissante voix emplie l’espace.

« Que le grand crick me croque ! Mais qu’est ce qui s’est passé ici ?! »




Sur le seuil du sas d’entrée, se trouve maintenant trois hommes et une femme, visiblement membres de la flibuste. Le plus imposant d’entre eux -une immense barrique à la barbe rousse foisonnante- finit d’enlever un bandeau qui cachait jusqu’ici ses yeux. Rowbert vient de découvrir sa surprise, qui est de taille même pour les trois compagnons qui étaient dans la confidence. C’est vrai que la fête a quelque peu dégénérée depuis leur absence huhuhu.

« Salut Rowbert. On s’est permis de s’inviter à ta petite sauterie., tu ne nous en veux pas j’espère ? »

Derrière moi s’envole en brûlant la dernière banderole où l’on peut encore lire « Bon anniv...aire Rowb...t ». J’en ai vu des mecs se mettre de mauvais poils, mais là j’crois qu’on atteint des sommets. La vision de tous ses hommes hors service et de sa planque en feu mettrait n’importe qui furax. Un instant j’ai peur qu’il ne se décide à tous nous enfermer dans ce four géant, mais apparemment la colère nous réserve une mort plus personnelle. C’est donc comme un seul homme que les pirates se lancent à l’assaut, bien décidés à venger leurs morts. Au milieu du terrible brasier qui ne cesse de grandir, nous les attendons de pied ferme. Quatre pirates contre nous trois, le combat n’est pas vraiment égal je vous l’avoue... mais je n’peux décemment pas me mettre en retrait pour rétablir l’équilibre huhuhu. Ils vont voir de quoi les Sea Wolfs sont capables. Attention les yeux !

« Viens là mon p’tit Rowbert, que j’te souhaite mes meilleurs vœux. »

  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Je m'arrête net après les paroles de mon collègue, tout faire brûler ? Quoi ! Mais c'était pas dans le plan...Mamamia ! Je cours vers la porte, regardant en arrière les pirates que j'avais dégommé il y a peu, toujours conscient...D'un coup un tire et hop ! Et le feu se propagea très rapidement dans toute la pièce tout autour de la table. Je pouvais entendre les quelques cris des brigands qui étaient toujours en vie. Ils n'avaient nulle part où aller, piéger comme des rats et bientôt nous aussi, si on ne déguerpit pas vite de là.

Arrivé à la sortie, voilà qu'on entend un cri de rage. Un barbu accompagné de deux hommes et une femme. Alors c'est donc ce gringalet ! C'est lui Rowbert ! Il a pas vraiment l'air dangereux, mais méfions nous quand même, faut pas se fiez aux apparences comme on dit.


Par les cornes de Wakam le rouge ! Les voilà unis pour un affront ! Ils osent défier la marine ! Ignoraient ils que nous sommes l'un des meilleurs groupe pour la traque aux pirates ? Ignoraient ils, la vrai puissance des Sea Wolf ? Je vais clarifier tout ceci ! Mais d'abord souhaitons lui, un joyeux anniversaire comme il se doit à ce bon vieux pirate.

Gomu Gomuu noooo....
J'étire mon bras pour l'amener vers la salle en feu, je regarde rapidement vers l'arrière et je prend ce qui reste de ce gâteau, qui sera sans doute un peu fondu. Mais bon, c'est l'attention qui compte... Happy Birthday ! D'un coup brusque, je balance au visage du barbu le plat que j'avais chopper...Mes meilleurs voeux !

Je pouvais sentir, l'étonnement soudain lorsqu'ils ont pu voir une rapide démonstration de mon fruit. Je sens aussi un vent d'une grande force arriver tardivement...Malheureusement la nature ne pourra pas nous aider. Mince, je crois que j'ai accentuer leur rage en provoquant un tel éclaboussement.

Tel des furies, un homme et une femme m'éjectent de mes nakamas et se ruent sur moi à coup de poings ! En grand bluffer, je fais l'homme à l'agonie qui ne peut plus bouger. C'est là qu'on peut voir toute la bonté de ces pirates. Je regarde la femme sortir son pistolet et viser ma tête. Nom d'une sardine encastré ! Je vais mourir ! ADIEU Monde cruel...

Moi Jinny déclare que toi, singe de marine, rejoindra le royaume des morts avec mes salutations distinguées ! Bam !

...Rebooom ! Ah j'oubliais que les balles ne me faisait rien. Quel étourdi je fais, dès fois.

Ne me faîtes pas de mal ! Je ne suis qu'un mousse déguisé ! Pitié ! Je ferais tout ce que vous voudrez.



Bon c'est vrai que faire le pleurnichard n'était pas une bonne idée, mais j'avais que ça en stock et puis je gagnais du temps pour laisser une éventuelle ouverture à mes camarades. J'en tenais deux occupé et eux, ils pouvaient s'occuper de Rowbert et d'un homme ressemblant à un moine. Je vais vous sortir une autre citation. L'habit ne fait pas le moine. Et c'est à cause de ceci que j'ai préférer monopoliser ces deux gugusses. Bon maintenant que j'ai observé leur lâcheté et qu'ils se sont bien défoulés sur mon corps élastique, il est temps de passer aux choses sérieuses. Et ce jour vous sera mémorable ! C'est sur cette terre, entouré de curieux civils et des Sea Wolf qu'on acclamera en héros ma personne.

Hiro, la Justice Altruiste ! Impartialité et Intransigeance pour tous et sans rien demander en retour ! Bon, là je part dans mon délire, mais faut bien que je me motive pour mettre sous les verrous ces deux rats qui ne sont pas du tout des faiblards comme les brigands de tout à l'heure. Cela ce ressentait par les coups que j'avais reçut, j'ai senti qu'ils avait les mêmes impacts que lorsque Ryuuku me cognait lors de nos entraînements. Maintenant, ce que je compte faire ? Tout d'abord, je vais crier un bon coup, ainsi je déstabiliserais mes agresseurs un court moment pour me relever et enchainer.

Gomu Gomuuuuu Nooa ! Okairizuuuuu ! Segiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

Immunisé par ma technique car mes tympan sont eux aussi en caoutchouc, j'aperçois la peine qu'ils ont à rester debout. Ces deux pirates mettent leur mains sur leurs oreilles et j'en profite pour me relever, tendant mes deux bras respectifs, la paume de mes deux mains en direction de leur corps opposé. Stylé, non ?

Je m'occupe de l'épéiste pour le désarmer ! Je m'étais déjà battu contre ce genre de gars dans le passé et j'avais risqué ma peau, cette erreur ne se reproduira plus.

J'allonge mon bras et récupère la ceinture du pirate, ainsi que son épée qui ressemblait à celle qu'utilisait les escrimeurs et les chevaliers de hautes classe. Je jette alors cette arme au loin. Soudain je reçoit ce qui me semble un coup de poignard dans la jambe gauche, ce qui me fait flancher, je tombe légèrement. Pt'in ! Quelle poigne, je me retourne et je vois cette enflure de Jinny sourire.

Tu nous a bien caché ton jeu, marine élastique ! Tu te ramollis souvent ? Même au lit ?

Tandis que l'autre pirate aperçu à ses cotés une caisse de bouteilles vide qui a sans doute servi pour la fête, il se l'appropria et prit deux bouteilles, les brisa et venait vers moi !

On va te montrer vulgaire marine ! Alors...Tu ne dis plus rien ? Où est ton courage ?

Dans ton cul !

Tu va le payez pour cette affront.

Je suis dans la merde, seul je n'y arriverait pas, ils ont même résisté à ma technique assourdissante. Je me met en posture de bazooka, face à une lame et deux bouteilles brisés, je ne suis qu'une vulgaire proie face à deux rats sanguinaires qui jure sur leur honneur bafoué ! Ah le patron se débrouille mieux que moi, mais que fait ryu....




Un jour je serai un Amiral de la marine afro
Et tous les pirates auront peur de moi !

Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique.
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t296-
Et tout brûle donc... Je sens le feu brûler. Mon plan va marcher, j'en suis sûr. Toji me foudroie du regard. Je ne le regarde pas. Il comprendra assez vite ce que Ryuuku voulais faire. Et surtout, ce qu'il avait vu. Deux-trois hommes entrèrent dans la pièce, accompagnés d'une femme. Elle, c'était une pirate. Enfin bon, ces gars, n'avaient pas l'air d'être de simples ennemis. Pas des simples pirates. C'était donc ceux-là qui dirigeaient tous ces petites hommes. Il y avait un gros, un sabreur, la femme, et un gars avec l'étoffe de chef, mais surtout, au chapeau. Gakuen ne pensait pas, il attendait. Tout d'abord, Toji s'occuperait du boss ennemi. Ils s'étaient posés l'un devant l'autre, un combat de chefs...

Pendant ce temps-là, c'était au tour d'Hiro de combattre. Il ne perdait pas une seconde, lui. Il avait déjà entamé le combat, contre deux des hommes de Rowbert. Ces deux-là... Très agiles et rapides à ce qu'on dit. L'autre Colonel s'en sortait bien, mais notre Colonel lui, se préparait à parler, mais il vu que quelqu'un le regardait. Un homme, était resté sur le pas de la porte. Il ne semblait pas se soucier du combat qui était en train de se dérouler sous ses yeux. Non, il regardait dans ses poches, cherchant quelque chose à boire... Il était joufflu, et avait l'air d'un gars qui aime la vie.

Ryuuku lui lança un regard. Le gars ne voulait donc pas combattre, il ne serait pas puissant. Le voyeur déciderait que cet homme serait son ennemi. Il entendit que Shima utilisait son FDD, et qu'il combattait. Pendant ce temps là, notre incendiaire rechargeait. Trois balles, il n'avait pas le temps pour plus. Le moine le regarda, et comprit vite. Ce marine devant lui, voulait le tuer. Il venait de lever le regard, pour la première fois. Il ouvrit grande sa bouche, comme s'il était étonné. *Merde, il a compris !* Le plan de notre marine serait donc révélé. L'ennemi ouvrit grand la bouche, et juste avant, j'entends un petit "dans ton cul"...

-Nooooooooooo, mo nooooooo ! Qui qui y'a mis le feu à la réserveuh ? Les armeuh, imbéclou...

Quelques pirates qui étaient restés debout et qui regardaient leur chef combattre, confiants, se regardaient hébétés. Le moine venait de tomber par terre, en parlant, il avait bu une de ses bouteilles, il était maintenant tombé dans les pommes. Ryuuku en était content, il n'aurait pas à s'en occuper. Mais maintenant, les pirates avaient compris. Un prit vite la parole et s'adressa aux autres.

-Les gars ! Notre réserve d'armes se trouve dans l'arrière du bâtiment ! Tous nos sabres ! Tout notre fer ! Heureusement, la poudre n'est pas ici... Allez essayer de récupérer le maximum.

Gakuen s'adressa à Toji, qui tantôt l'avait fusillé du regard.

-Patron, j'avais vu des mecs sortirent de cet endroit avec des armes. Et peu étaient armés dans la salle. J'en ai donc déduit ça. Je vais me charger de trouver où se trouve leur or.

Quelques pirates essayèrent d'aller chercher des armes, mais en vain. Le feu avait déjà pris là-bas, une grande partie de leurs armes étaient maintenant hors services... Il fallait maintenant aider Hiro, deux contre un, il ne s'en sortirait pas. Le voyeur se retourna, et vit les deux pirates s'approchant de Hiro, qui lui avait les bras recourbés. Une idée fusa dans l'esprit du tireur. Il tira, les deux pirates se retournèrent. La balle passa à côté d'eux, un sourire s'afficha sur leurs visages. Ils pensèrent que le coup était raté, et pourtant... La balle arriva jusque l'autre Colonel, rebondit sur le caoutchouc, et prit une nouvelle destination. La poitrine de l'homme.

Les deux pirates s'étaient retournés, et ne s'étaient plus occupés de la balle, mais ils auraient du. Maintenant, la femme était dos à Hiro, mais elle, semblait plus futée que l'autre. En parlant de l'autre, il ne semblait pas mort pour autant, mais il s'était mis un genou à terre.

Un bâton frôla notre Colonel ! Qui put l'esquiver par la seule chance de savoir rouler par terre. Mais qui pouvait avoir fait ça ? En se relevant, notre marine ne comprit pas tout de suite. Ce moine qui tout à l'heure était tombé dans les pommes, était maintenant debout. Il cria ces quelques mots, il était maintenant prêt au combat. Il semblait avoir changé, il semblait plus musclé... Plus... puissant.

-Je supporte très bien l'alcool !, tu vas vwar ce que j'sais faire quand je suis remplis d'rhum .

Ryuuku eut une étincelle dans les yeux, il prit une bouteille sur une table juste à côté de lui, et prononça quelques mots :

-Je te la donne, si tu me dis où se trouve la plupart de votre or !

Une étincelle aussi dans les yeux du moine... Mais lui, il voulait plus cette bouteille. Ce n'est pas qu'il venait de trouver une idée comme le marine. Ce dernier prit la bouteille, et ouvrit le bouchon.

-Bon d'accord, alors... Vous ôtes, vouzallez au palais de "Mon père", il nous le gardeuh. Et là-bô, il a tout mis dans une salle de jeu pour les p'tits enfants, j'les aime bien ces enfants... PASSE LA BOUTEILLE MAINTENANT !

Ryuuku le regarda droit dans les yeux, et jeta la bouteille dans le feu. Le moine était peut-être devenu plus puissant, mais il était toujours accro. Il se jeta sur la bouteille, et en même temps, dans le feu. Il n'était peut-être pas mort, mais ça le retarderait. Le voyeur se retourna et décida de jeter un coup d'œil aux deux autres combats, desquels il ne s'était pas beaucoup occupé...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t146-ryuuku-no-fiche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t99-rp-donwload-100-100-ryuuku-gakuen
Le voyage vers la première île de Grand Line avait semblé interminable pour la charpentière qui avait passer son temps à bouger pour réparer diverses conneries, dont la sienne lors de leurs arrivés sur cette mer. A peine arrivée dans l'équipage qu'elle avait déjà eu autant de boulot qu'en une année à son ancienne caserne ! Ah les exagérations qu'est-ce qu'elle aime ça ! Bref ! Le navire arriva bientôt sur la dénommée Innocent Island, mais ça Lin ne le savais pas, en effet elle était occupée dans la cale à faire l'inventaire du matos restant, alors qu'elle comptais minutieusement les clous elle entendit du bruit au dessus d'elle, elle n'en fit pas état et continua.
Elle ne se doutais pas qu'elle venait de rater ses supérieurs partis explorer l'île. Au bout de plusieurs minutes, elle remonta s'étirant tranquillement les bras, très vite elle constata que......


- Putin c'est calme.....

Ouai c'était calme ! Il restait que quelques moussaillons et la tigresse sur le navire, et ça, elle venait seulement de le percuté, elle chercha un marin.

- L'est où le boss ?

- Il est parti avec Hiro-san et Ryu-san sur l'île.

- QUOI ?! ILS SONT PARTIS SANS MOI ????!!!

Avec sa rage les poils roux poussèrent d'un coup sur son corps utilisant spontanément son zoan, ses yeux de prédateurs, regardaient le marin alors qu'elle gueulait sur lui canines sorties.

- OÙ ILS SONT ?!

- Euh j'en sait rien moi.... je crois les avoir vu partis vers ce grand bâtiment la-bas.

Il pointa la brasserie, notre héroïne se retourna, elle était pas contente d'avoir était laissée derrière. Un grognement plus tard elle s'était transformée en tigresse de façon totale, désormais sur ses quatre pattes elle partie aussi rapidement que le félin le pouvait vers la brasserie, brasserie dans laquelle les coups pleuvaient déjà !
Quelques minutes plus tard, elle arrivait presque quand elle vit une bande entrée dans le bâtiment, c'était Rowbert et ses acolytes qui l'escortaient pour son anniversaire, mais ça la rouquine n'en savait foutrement rien, elle se stoppa pour éviter de faire peur, car bon, un tigre dans la rue sa n'a rien de normal.
Elle attendit et avança à leurs suite, doucement avec toute la discrétion et l'agilité qu'elle pouvait et bingo, elle arriva au bon endroit, elle était derrière le capitaine pirate et ses hommes dans l'ombre. Elle attendais le bon moment pour bondir alors que chaque homme trouvait son adversaire, elle reconnue vite Hiro qui partait en deux contre un, équitable n'est-ce pas ? Lin était contente de pas s'être fait remarquée pour une fois, faut dire la finesse que lui procurait son fruit l'aidait grandement, sans oublié le fait que Toji et les autres attiraient toute l'attention de Rowbert.
Très vite elle constata que Hiro était en difficulté, une occasion en or ! Aussi en un instant elle sortie du peu d'ombre qu'offrait le sas d'entrée, bondissant sur la femme qui tenait en joug Hiro et au même moment Ryu avait réussi à blesser l'homme, timing parfait pour sauver le navigateur.
Bordel un tigre venait de bondir dans la salle, elle avait même pas prit la peine de reprendre une forme semi-humaine et s'était jetée sur Jinny tel l'animal qu'elle était, la faisant tombée à terre. Très vite, la bête constata que Hiro était en position d'attaque, Ryu et elle avait donner son occasion de lancer son attaque à l'homme élastique, aussi elle bondit sur le côté pour éviter le futur coup de bazooka, alors que Jinny la pirate se relevait, légèrement, sonnée, son attention entièrement sur l'animal, oubliant Hiro sur son flanc.


- Sale bête d'où tu sort ? La marine a des bêtes sur ses navires maintenant ?!
  • https://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-terminee


Le point de non-retour. Ce brave Rowbert a visiblement passé ce douloureux cap depuis un petit moment, le plongeant dans un abîme de fureur et de vengeance. Depuis le moment où il s'est retrouvé aspergé par son propre gâteau d'anniversaire à moitié fondu. Si nous autres Sea Wolfs nous sommes payés une sacrée poillade, lui ne semble pas avoir pris la plaisanterie du bon côté. Raaah, comme si voir ses hommes tués, son repaire à feu et à sang, ainsi que sa fierté meurtrie étaient des motifs de fâcherie... non mais j'vous jure, y a vraiment des gars susceptibles...

Toujours est-il que notre bonhomme s'équipe en un clin d'œil de deux imposants coups de poing américains, juste avant de se jeter comme une masse sur moi ! La rage qui l'habite occulterait presque la vision apocalyptique de l'incendie qui se répand à vive allure dans la brasserie cloisonnée, transformant le hall en une véritable fournaise. Bien campé au centre d'un des rares espace libre, je l'attends de pieds fermes, bien décidé à jouir à fond de ce combat.



« Fût sous pression ! » hurle-il, en s'abattant de tout son poids après un rapide bond dans les airs.

Sous la masse imposante de l'homme et de ses deux poings, le plancher se volatilise devant lui, craquant de toutes parts sous l'effet terrible d'une onde de choc qui remonte jusqu'à moi. A moitié aveuglé par les éclats de bois et le sol qui tremble sous mes pieds, j'ai tout juste le temps de voir la silhouette imposante du capitaine pirate se jeter sur moi. Mais ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire la grimace... La ruse -bien trop évidente- ne fonctionne qu'à moitié, puisqu'elle n'empêche qu'une riposte de ma part. A la place, je bondis dans les airs en esquivant d'un Geppou, avant de prendre appui sur les hauteurs d'un des piliers du hall. L'instant d'après, je me propulse à mon tour sur lui !
Le directe du droit que je lui plante dans le ventre s'enfonce jusqu'au coude dans son imposante bedaine, avant d'y rebondir. La vache ! Il est presque aussi caoutchouteux que l'asticot ! Profitant d'un instant de latence, il me gratifie d'une série de crochets que j'esquive avec peine, avant de récolter le dernier d'entre-eux dans le ventre. Armure de graisse, armure de muscle... on verra bien laquelle sera la plus efficace. Cependant, faut avouer qu'il a de la force le bougre... pour un humain. Bien décidé à remporter l'échange, je lui saisis alors un bras que je tords violemment vers l'extérieur, l'obligeant à se courber directement vers un genou qui monte à sa rencontre. Blam ! Dans le même mouvement, je profite à mon tour du choc pour lui plaquer une joue contre une des plaques rougeoyantes qui nous entourent. Pshiiiiiiiiit... Rien de tel qu'une petite odeur de chaire brulée pour pimenter un combat, huhuhu.

Mais mon adversaire est loin d'avoir dit son dernier mot. Après un puissant coup de poing en pleine gueule, le voilà qui me saisit à bras le corps, la haine tordant son visage à moitié brulé. Un coup de boule de sa part, lancé à pleine puissance est ponctué d'un « première pression. » explicite. Le coup de coude dans la tempe qui suit est lancé avec un « deuxième pression ! » du même acabit. Quant-à la « troisième pression !! », elle ira de pair avec un uppercut dans le menton ! Voilà d'où vient son foutu surnom ? J'vous avouerais que j'aurais préféré le savoir autrement. La triplette récoltée de plein fouet me projette directement dans un tas de tables, que je fracasse de toute ma masse ! Aouch... j'les ai senti passer ceux-là... Nul doute qu'un humain normal aurait rejoint les cieux avec un tel enchaînement.


Encore à moitié sonné j'ai tout juste le temps de me relever pour voir Rowbert renchérir de toute sa masse vers moi. Ce qui est étrange, c'est que même si je peux lire dans ses yeux son désir de me tuer, je ne lui enlèverais cette impression pour rien au monde. Y a que lorsqu'on essaye de me tuer que j'me sens vraiment vivre. Fermant les yeux, je respire alors profondément tandis que mes pensées s'éclaircissent.
« Roue karmique ». Lorsqu'il arrive à mon niveau pour m'arracher la tête, je lui saisis avec un timing précis le bras, avant de le faire passer par-dessus mon épaule. Toute sa masse s'incruste ainsi dans la paroi d'une cuve en cuivre, dont le gong se fait entendre dans tout le hall ! Ceci faisant, la vibration se répercute dans l'ensemble de la structure, la mettant une fois de plus à mal. Un lot impressionnant de débris enflammés pleuvent alors indifféremment sur les différents protagonistes de la scène. Oups... Deux trois poutrelles à moitiés carbonisées s'effondrent à leurs tours sur les combattants restants. Re-Oups... Bah, j'men fait pas pour mes loups, c'est des durs à cuire huhuhu. L'asticot est chaud aujourd'hui, Ryuuku semble maître de la situation malgré mes premières impressions... j'ai même cru entendre la mouflette passer ! Manquait plus qu'elle... J'imagine déjà la scène qu'elle va nous faire après coup...




« Raaaaaah ! »

Au son d'un Rowbert déchaîné, revenant à la charge, je me re-concentre sur mes propres affaires. J'ai un capitaine pirate à calmer moi ! Mais alors que nos deux forces allaient se percuter de nouveau, le spectacle d'une silhouette passant en trombe entre nous deux interrompe notre affrontement. Il me semble avoir reconnu le large moine, enflammé comme une torche, brandissant un bâton en hurlant comme un damné. Son cri crescendo, oscillant entre la rage et la douleur laisserai personne indifférent. Rowbert et moi contemplons donc cet étrange spectacle filer vers le reste des combats, avant de se perdre dans le chaos de la fournaise. Nous haussons alors tout deux les épaules, avant de reprendre notre lutte à mort !
Tout autour, le brasier prend des proportions de fin du monde. On se croirait presque dans les cuisines de l'enfer. Bientôt, même le sas d'entrée disparaîtra à son tour dans l'incendie. Il allait donc falloir faire vite... Mais pour ça, encore fallait-il avoir le temps de s'en rendre compte.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Pendant que je réfléchissais à une porte de secours contre ce traquenard. J'en était à me demander ce que faisait bien mes collègues. Sur ce deux contre un qui ne faisait pas dans le commerce équitable, je n'arrivais pas bien à apercevoir les ruées de coups que je pouvais entendre. La seule chose que je sentais, c'était la fumée qui se dégageait à cause du feu qui commençait à ronger la bâtisse. Eureka ! Y'a qu'un seul moyen de s'en sortir et c'est par les airs ! Je m'apprêtais à armer mon bazooka au sol pour ainsi me propulser en l'air et plus tard lâcher de bon coups de poings mitrailleurs à ces deux pirates qui étaient un peu imbu d'eux mêmes.

Quand soudain ! Bam ! Un coup de feu ! Je regarde attentivement la silhouette de Ryuuku, le bras tendu portant dans la main, une arme à feu. Ce n'était pas possible mais comment avait-il pu oser me trahir ? Oh non ! Il viens de me tuer ! Attendez un instant...Ah mais je suis en caoutchouc ! Pt'in quel étourdi ! Je me fais tous le temps avoir. J'aperçu brièvement le visage des deux brigands s'illuminer d'un sourire. Non mais ! Il croyait vraiment que j'allais crever ? En plus, ils l'avaient vu que ça me faisait rien tout à l'heure. Mais ont ils remarqué que ça rebondit sur mon corps ? Ha...ha ! Ils l'ont sans doute oublié à cause de leur rage et leur soif de sang. Ils devaient prendre exemple sur Ryuuku-kun. Toujours maître de lui même, son regard peut le prouver, un fin stratège, moi je dis...

Je sentis la balle se loger en moi, mon corps se déformer puis cette bille de fer repartit de plus belle vers le pirate aux deux bouteilles brisés. Il s'affala au sol ! Comme une vulgaire pucelle ! Le genoux à terre, il avait un mal fou à se relever, je pourrais bien imaginer sa douleur, mais je peux pas. Peut être que c'était aussi pareil qu'un coup de lame ? Sans m'attarder là dessus cinq milles ans, je détourne le regard vers mon autre adversaire qui serait surement surpris, mais en fait c'était moi ! Je n'avais même pu percevoir qu'un tigre avait bondi dans la salle...Ouaaah ! Faut que je garde mon sang froid, mais c'est quoi cette bête ! Elle avait déséquilibré Jinny ! Une occasion qu'on se doit de prendre. Y'a qu'une chose à faire dans ces cas là ! Tirer un bon coup de bazooka !

Gomu Goomuuu Nooooaaa * Hein ? Je vois que le tigre, est en fait demi humain ? Humaine ? Elle s'écarte cte !*

Bazooka !

Mes deux bras s'étaient écrasé sur le corps de ce pirate, à cause de ma blessure à la jambe, je n'ai pu donner mon maximum sur ce coup, la douleur persiste, j'avais beau essayer de l'oublier et m'enflammer mais rien ! Peut être que je me suis trop embraser aujourd'hui. Dereshishishi...J'avais quand même envoyé Jinny vers le mur en bois incendié ! Va enfer !

Tiens en parlant de feu...Voilà qu'un moine toupie me frôle poursuivant une trajectoire indéfini...Qu'est ce qui se passe dans la salle ? Y'a un sale pirate qui passe ! Une vrai tête brûlé ce moine.

Ah j'en peux plus ! Exténué...J'allais dormir sur le sol quand brusquement...Aouche ! AHHHHH ça brûle ! Des débris de bois me tombe sur la figure ! Je me resaisis et repense au tigre...Oh merde ! Faut que je fasse quelque chose maintenant j'ai un autre adversaire...Hein ? Je scrute attentivement une femme devant moi...Je lui touche le nez en disant....

Ah mais c'est toi Lin ! Affirmant une joie intérieur...J'avais complètement oublié que tu pouvais être un tigre, j'ai failli te dégommer avec mon bazooka et merci d'être venu...

*J'espère qu'elle va pas se mettre dans tout ses états...*

Voilà qu'une poutrelle me tombe sur la tête ! Ohhhh Y'en a assez ! Le ciel nous tombe sur la tête ! Un ciel en feu ! C'est qu'il était rude le combat entre ce Rowbert et le Patron. Je regarde les deux pirates qui était encore à genoux, ils valent que dalle en fait ? Bon maintenant qu'on maitrise un peu la situation, il faut impérativement que l'on sorte de cette fournaise parce que j'avais chaud ! Et que je m'étais assez défoulé. Mais que faisait donc Ryu ?

Ryuuku ! Faut qu'on Sorte d'ici sinon on va tous cramer !

Lin ? Tu t'occupe du mec blessé par balle, moi je prend la saloperie qui a voulu me tuer...

Je marchais donc en traînant du pied vers Jinny, je m'arrêtais face à la porte, j'allonge mon bras et j'attrape ses cheveux, ensuite je la tire vers moi. Espèce de sardine encastrée ! C'est alors que je sors de Hell's Kitchen. Si elle ose faire de la résistance, un bon rifle dans sa gueule et c'est repartit ! Ouais je suis un peu vénère ! Et je me calmerais quand cette ingrate passera à la casserole.


Un jour je serai un Amiral de la marine afro
Et tous les pirates auront peur de moi !

Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique.
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t296-
Un tigre ? Mais c'était quoi ce... cirque ? Les marines comprirent vite, c'était cette fille, la charpentière, Ayzami Lin. Ryuuku s'était rappelé il y a quelques minutes qu'il manquait bien quelqu'un. Il avait eu le temps de réfléchir pendant qu'il déversait cette huile extrêmement inflammable. Et Le voyeur avait su voir aussi beaucoup de choses... Notamment, un homme, tapis dans l'ombre. Un gars, que même une baraque en feu ne semblait pas ébranler. Depuis le début des combats, personne ne l'avait remarqué. Ce gars... Qui était-il ? Qu'attendait-il ? Son visage était caché... Peut-être le révolutionnaire qu'on a montré au Sea Wolfs... Non.

Gakuen était sûr d'une chose, cet homme se faisait passer pour lui. Mais il était tout autre. Ce mec... Qui était-il ? De toute façon, il ne bougea pas, et notre observateur regarda les autres combats. Toji se débrouillait comme un chef, comme un patron quoi... Il semblait bien mener un combat de chef, mais personne ne se souciait beaucoup de lui. Ce n'était pas un ennemi de cette envergure qui allait le dégommer. Peut-être le chatouiller, au maximum... Toji savait qu'il gagnerait, et son ennemi le comprendrait bientôt. Tout se passait à merveille pour le moment. Un autre combat se déroulait sur la droite du Colonel.

Jinny, la femme, venait d'être expulsée sur le mur par Hiro. Son Bazooka faisait toujours autant effet. Pour l'instant elle ne se relevait pas, mais c'est une femme, ça ne s'arrête pas tant qu'elle n'a pas ce qu'elle veut... Pendant ce temps là, que faisait Jonnhy ? Il avait reçut une blessure dans la poitrine, mais après que le tigre et que Hiro se soient occupés de la femme pirate, l'autre s'était volatilisé. Où se trouvait-il ? Deux neurones firent une étincelle. Dans le cerveau de Ryu. Il se retourna, pour voir l'homme encapuchonné à côté de Jonnhy, lui appliquant sa main sur sa blessure.

Bien sûr... Un médecin.

Aucun équipage sensé n'en a pas. Et il faut croire que le leur l'est. Et que ce dernier sait maîtriser aussi l'art du camouflage. Mais ça ne marchera pas avec moi. Je ne le laisserais pas soigner le second de Rowbert. Un poutrelle en feu tombe. Il va falloir faire vite, sinon, les marines s'en iront rejoindre la mort avec toutes ces armes... Il fallait agir. Il reste une balle dans le chargeur du tireur qui n'est qu'à une petit portée des deux autres... Pas le temps de recharger, il faut d'abord tuer le pirate. Un tir, une balle qui avance au ralentit, et deux têtes qui se tournent. Une tête qui reçoit une balle...

Un homme en toge qui tombe.

*Et Merde ! Ce con de moine, il fallait encore qu'il soit vivant !* Ryuuku venait de tuer un pirate, certes, mais pas celui pour qui la balle était destinée au départ. Quoi qu'il en soit, lui était mort. Vite, recharger. Deux nouvelles balles, le stress augmente la rapidité. Mais le Colonel sentit alors une lame sur sa gorge. Le pirate. Encore une fois, il était impuissant. Encore une fois, il lui manquait quelque chose pour être vraiment puissant. Quelque chose au corps à corps... Qu'il soit intouchable... Plus le temps de penser à ça, se défendre maintenant. Le médecin avait disparu, il était rapide.

Le Voyeur prit son fusil bien dans sa main, mais son adversaire le forçait à lâcher. Le pirate semblait tourner son regard... C'était le moment parfait pour riposter. En avançant son buste, puis en se recourbant, Ryuuku réussit à mettre le pirate à terre. Tandis que le marine se mit en position de combat. Un filet de sang perlait dans le dos de Gakuen, la lame l'avait effleuré. C'était maintenant un face à face, mais celui qui était debout n'était pas de taille face à celui qui se relevait... Il allait avoir besoin d'aide. Mais ça ne durerait plus.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t146-ryuuku-no-fiche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t99-rp-donwload-100-100-ryuuku-gakuen
La tigresse avait su se faire remarquée par son arrivée on ne peut plus parfaite en terme de timing ! Très vite Ryu et Hiro reconnurent la jeune femme transformé, l'homme élastique manquant d'envoyer la charpentière vers d'autres cieux avec un bazooka, dont héritera Jinny qui partira bien entendu dans le mur.
Le navigateur voulait s'occuper dans la femme pirate, bien, Lin allait devoir s'occuper de l'autre blesser, Johnny.


*Ça vas chier...*

Elle profita d'un instant de répits malgré le feu gagnant le terrain, pour passer d'animal à hybride, elle fit craquée sa nuque et chercha sa cible du regard, d'un coup elle se rendit compte qu'il était en train de se faire soigné par un médecin. Mais Ryu était sur le coup ! Sauf que pas de chance c'est un autre pirate qui tomba sous le coup de feu du cuistot..... Une poutre de feu tomba, la rouquine esquiva sans mal et constata que son nakama était prit en otage par Johnny désormais de nouveau debout !

- Lache-le pauvre merde !

Cette insulte gratuite attira l'attention de l'homme, Ryuuku en profita pour s'extirpé. Il était blessé et faisait face à Johnny. Très vite la jeune femme s'interposa, toujours aussi énervée.

- Désolé mais celui là......

Elle prit une position menaçante, griffes sortie, ses yeux de prédateur ne quittant pas le pirate.

- C'EST MA CIBLE !

Elle bondit alors sur l'homme, il ne fallait pas perdre de temps, le terrain lui même était en défaveur d'un combat qui durerais trop longtemps. Johnny n'essaya pas d'esquiver, il se contenta de ramasser son sabre au sol. Elle accrocha avec sa mains gauche l'homme et ne comptais pas le lâcher, les griffes plantés dans sa chaire.

- T'es à moi maintenant.....

Malgré la douleur, il savait quand même se défendre le fourbe,son sabre à la main il repoussa la femme, la blessant au bras gauche. Malgré ses airs frêles et sa blessures, ce Johnny n'était pas mauvais, aussi, même si cela écorchait la fierté de la jeune rouquine, elle allait surement devoir demander de l'aide à Ryuuku, même si il était aussi blessés, ils ne seraient pas trop de deux. Johnny se mit en garde, Lin dégaina son marteau arrache clou avec son bras droit. Contre une fine lame il faudrait un soutiens pour éventuellement contré un coup qui pourrait être fatal.
Elle retentat d'attaquée, profitant de sa vitesse, plus que surement supérieur à la sienne dû à sa forme et son fruit du démon, l'échange fut rapide, Lin écopa d'une légère blessure au ventre par lame et le pirate d'une blessure par griffe au bras. C'était tendu, réellement, elle fit un bond en arrière, pour se mettre au niveau de son supérieur, Ryu, elle lui dit tout bas.


- En fait.... je vais surement avoir besoin d'aide, je vais tenter de l'acculer, dés que tu vois une ouverture, fonce !

Sans attendre la réponse du cuisinier, elle fonça de nouveau, le sabre du pirate frappant d'un bruit sourd contre le marteau de la jeune femme. Ils échangèrent de nouveaux quelques coups et Lin écopait à chaque fois de coupures sur son corps, punaise il était fort ! Rien à voir avec les misérables troufion de reverse mountain ! Lin eu finalement une idée, c'était risqué mais bon, on avait pas le temps de faire duré le combat.
Elle sourit et laissa passer le dernier coup de sabre de son adversaire qui toucha au niveau de l'épaule gauche de la jeune femme, très vite de son bras droit elle interposa son marteau de la face arrache-clou pour y bloqué la lame, tordant son poignée, de tel façon à essayer de casser la lame ou du moins faire plié son adversaire elle se fit violence et envoya un violant coup de poing dans le ventre de Johnny, son bras gauche étant déjà en sale état, la douleurs se fit ressentir pour elle aussi, alors que le sang coulait de l'épaule de la commandante, Johnny se tordait de douleur, sa lame toujours bloquée. Elle se retourna alors vers Ryu.


- A TOI CUISTOT !

Elle ne saurait pas si elle tiendrais longtemps, l'ouverture était en théorie parfaite, tant qu'aucune planche ne tomberait sur la tigresse à cause de l'incendie.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-terminee


Vlan !


Percuté de plein fouet, Rowbert vole au travers de la pièce, avant de rouler comme une boule de bowling géante à travers le reste de mobilier qui avaient survécu jusque-là ! Le temps que le pirate ne relève la tête, me voilà déjà courant vers lui, armant bien en arrière l'immense poutre enflammée avec laquelle je joue depuis un bon moment déjà. Je sens au travers de mes palmures toute la chaleur des braises qui se consument. C'est une sensation étrange, comme si je tenais entre mes mains un peu de la douleur que j'inflige à mon adversaire. Huhuhu c'est si grisant de le marteler de la sorte.

Crack !

Les éclats de bois volent lorsque la masse de bois et de charbon explose sur son crâne, la lui enfonçant à moitié dans le cou. Malgré tout, jamais dans ses yeux ne s'est éteinte la flamme de la victoire. Le doute passe à chaque impact, mais jamais le découragement s'imprègne chez mon opposant. Un valeureux combattant comme je les aime, tenace, solide... moins fort que moi. Car bien que redoutable, il est encore loin de pouvoir m'égaler, que ce soit en terme de réflexe ou de force... Quelle île devrais-je attendre pour enfin trouver un adversaire à ma taille ?! C'est donc tout naturellement que je m'amuse un peu avec lui, lui laissant miroiter quelques espoirs avant de prendre plaisir à les briser.
Bon de temps en temps, à force de jouer avec le feu on se brûle. Le virulent coup de poing qui me fend la lèvre en deux en est un parfait exemple. Bien campé sur mes appuis je ne tombe pas, mais ma tête part bien loin en arrière sous le choc. Mon adversaire voudrait bien enchainer sur cette chance, mais un coup de pied balayant les braises devant moi lui enflamme la barbe et lui brûle les yeux, l'empêchant de poursuivre son enchaînement. Tu l'as connaissait pas celle-là mon grand hein ?



Un nouvel effondrement de tuiles enflammées nous oblige à rompre ensuite le combat une énième fois. Alors séparé par un mur de flammes et d'étincelles, nous nous observons en silence pendant quelques instants, jaugeant l'étendue de nos dégâts. La respiration profonde, le corps en sueur, nous souffrons tous les deux de l'intense chaleur des lieux. De même, la fumée âpre nous empêche de respirer convenablement, se rajoutant encore à la difficulté de notre combat. Au travers notre regard, nous comprenons tout deux que va falloir en finir. Dès que les flammes se seront apaisées, nous lancerons tout ce que nous avons !

C'est alors que Rowbert me prend de vitesse, traversant les flammes dans une dernière chance de retourner la balance. Les bras en croix devant son visage, le voilà qui apparait soudainement au travers de la fumée, prêt à me percuter de toute sa masse. Pris de court, mon corps réagit comme par réflexe. Soru ! Je me retrouve alors instantanément derrière lui, à notre plus grande surprise à tous les deux. Bien que m'y entrainant depuis des années, c'est la première fois que j'y arrive aussi bien ! Putain, pas le temps de réfléchir à ça, c'est une occasion en or !
En un grand pas je suis sur lui, me stabilisant au mieux à ses côtés. Tandis que Rowbert se retourne péniblement à ma recherche, je ferme les yeux... Au plus profond de mon âme se cache une force... Une force qui n'attend qu'à être apprivoisée et à être lâchée sur mes ennemis. Tel une bête féroce, je la sais capable du pire... Cette force, c'est le Haki ! Bien qu'arrivant maintenant quotidiennement à la faire jaillir, c'est la première fois que je vais essayer de le faire en plein combat. Viens à moi... remonte... laisse moi t'utiliser... Au moment où je rouvre les yeux, je vois au ralenti le poing de Rowbert d'abattre vers ma tête. Pourtant, je ne suis pas inquiet... J'ai senti l'onde remonter le long de mon bras et se concentrer dans ma main. Mon petit pirate, tu vas goûter à ce que je fais de mieux.

« Tsunami Fist !» Hurle-je de tout mon cœur !
Tandis que mon poing s'enfonce dans le thorax de mon adversaire, les forces combinées de mon onde de choc et du haki se libèrent, se déversant dans son corps en le ravageant. L'explosion nous projette alors instantanément chacun de notre côté ! Aouch ! J'ai peut-être un peu trop chargé la mule. Faudra que j'apprenne à mieux maîtriser tout ça... Par contre ça m'a fait l'effet d'un pile électrique ! Toute la fatigue et les efforts accumulés ? Envolés ! Je suis euphorique, comme drogué par la puissance à laquelle je viens de goûter. Mwouahahah !



C'est donc un sourire béa sur le visage que je cherche Rowbert... J'en retrouve la trace au niveau de la sortie, là où sa grosse carcasse vient de fracasser les deux battants du sas, juste après avoir percuter de plein fouet l'asticot et sa prisonnière. Oups... Quelle idée de se mettre là aussi ? Le pire, c'est que malgré la puissance du coup, Rowbert s'en relève péniblement. Mais il est fait en quoi ce mec ?! Faut croire que mon haki se doit encore d'être bien amélioré... J'ai là l'occasion de le voir s'enfuir directement dans la direction de la fête foraine. Instinctivement, je me précipite alors à sa poursuite, bousculant sans ménage Hiro et Jinny qui étaient en train de se relever !

Cours l'ami, cours... Ça donne du goût au gibier. Huhuhu.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Dereshishishi Je t'ai eus sale pirate engraissé par une soif de liberté inexistante et incompréhensible. Il ne vous suffit pas de vivre sans pêcher pour connaître vraiment la sensation de voler comme l'air ? N'avez vous d'autres hobbies pour sentir ce brin d'aventure qui flotte dans le vent tel le pavillon hissé dans les coeurs ? Ou bien n'en avez vous donc pas ? Cet organe qui bat constamment et qui serai bien mystérieux. Votre seul volonté est d'anéantir autrui pour atteindre les sommets de la gloire. Vous forgez une réputation de pirate indompté !

Ma seule volonté est de vous guider vers le droit chemin, celui qui vous mènera aux vôtres. Impel Down pour les plus chanceux. Et je me consacrerais à cette tache jusqu'à mon dernier souffle ! Comprend cela pirate, votre seul avenir dans ce monde est de périr, tout cela parce que vous avez choisis une route facile. La peine que j'ai en moi est si immense qu'elle ferait effondré des montagnes. C'est bien une vie difficile que je mène ici bas, mais c'est avec un grand sourire que je la vis.

Je traîne donc cette trainée par les cheveux jusqu'à la sortie. Là où j'aperçois les quelques rayons de lumières qui me réchauffe. Dire que je sentais que la pluie allait s'abattre il y a quelques instants. Grand Line avait vraiment un temps très variable et insaisissable qui aveuglait notre savoir comme la brume. J'allais enfin savourer ma victoire et m'affirmer en tant que colonel de la marine sauf qu'il y a des choses qu'on ne prévoit pas et surtout qu'on ne peut voir ni sentir.

Vlam ! Je fis comme écarté de ma proie, sur le coup je n'avais rien compris, c'est lorsque je tournai la tête vers ma droite que je saisis la situation. Le Capitaine s'était mis en mode Bip Bip pourchassant le vil coyote...Ou serait ce le contraire ? Je m'attardais trop sur le détails, un peu comme Ryuuku Kun et c'est ce qui me causa défaut.

A peine ai je eus le temps de me ressaisir que la jeune femme fît un bond vers moi, criant de toutes ses forces avec une rage ardente dans sa voix. Elle me donna un jolie crochet du droit qui m'envoya quelques mètres plus loin de la bâtisse en feu. Essayant de me relever, j'y arrive très péniblement avec un visage crispé par la douleur. Par une telle vitesse, Jinny arrive à faire disparaître l'écart entre nos deux corps et re-cogner sur moi avec un coup de pied qui m'envoya en l'air, puis continuant dans son élan, elle m'envoya butiner les fleurs avec les abeilles grâce à une reprise de volley. Avant que je n'ai eus le temps de cueillir du miel, je m'étais fait écraser comme une crêpe par un double punch bien placé de cette pétasse !

Cela résultat à une chute douloureuse suivit d'un sourire de sa part, elle qui voulait m'occire. Je peux bien imaginer la colère qu'elle a. Et hop, c'est repartis ! Elle se lança vers moi et m'affligea une série de coups qui me faisait penser à mon Gatling. Je fus projeter en arrière tel un vulgaire chiot sans défense contre un pitbull femelle qui avait l'air d'avoir les crocs.

Gomu Gomuuu Nooa...Vlam Encore un coup fourbe de sa part entre les jambes, au moment même où j'allais l'envoyer dans les cieux avec un bazooka. Pourquoi tombais-je si facilement ? La fatigue me guète, après tout je peux comprendre avec tant d'efforts, mais je n'ai pas encore fini avec cette salope qui s'est mise en mode éveil. Elle ne va pas m'impressionner avec sa force et sa rapidité. Voilà qu'elle prit une lame de sa poche. Merde ! Si dans les instants qui viennent, je ne fais rien, je suis fini ! MES NAKAMAS seront fini ! L'honneur de la marine !

*Pardonnez moi ! C'est la seule carte que je peux jouer face à un criminel qui vient de révéler tout son potentiel.*


Gear Second ! Mon corps fait ressortir de la vapeur, la circulation sanguine est de plus en plus forte, mon coeur bat a une vitesse phénoménal.

Gomu Gomu Noo Rifle !

D'une rapidité sans égal à la dernière qu'avait produite mes jambes, je me propulse littéralement vers Jinny sans qu'elle n'ai le temps de réagir. Je ne sentais même pas mon bras s'allonger, l'impact fût rapide et sans douleur de ma part. Le pirate avait été mis K.O. Elle gigotait comme un piètre lapin crétin sans défense.

La menace est enfin écarté...Je me sens enfin libéré...Je vois de la lumière sur un tunnel tapissé de nuages. Le vent s'est arrêter de souffler, les battements de mon coeur ralentissent. Une douleur me vint au bras gauche...Mon coeur....Est ce donc la fin de mon parcours ? Ainsi est Grand Line, ah si je savais, j'aurais pu me prendre ce verre de scotch et ce bon cigare proposé par le patron....

«Mourir pour ses convictions est le pire usage qu'un homme puisse faire de sa vie.»

Dereshishishi Dereshishishi.......................................................................................................


Un jour je serai un Amiral de la marine afro
Et tous les pirates auront peur de moi !

Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique.
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t296-
*Putin...*

C'était le seul mot qu'elle avait en tête, les secondes défilaient comme des minutes alors que Ryuuku allait réagir, tomba subitement une poutre entre le cuisinier et la rouquine, réduisant à néant le plan qu'elle avait mis au point. Maintenant elle n'avais plus le choix, avec le brasier qui régnait dans le bâtiment entier désormais, c'était elle ou lui, il fallait en finir.

- AH !

D'un coup elle fit lâcher sa lame à son opposant, effectuant une violente torsion de son marteau. Ni une ni deux il ramassa un bout de bois dans l'instant pour planter la tigresse. Elle esquiva se penchant sur sa gauche, attrapa son bras et administra un violent crochet du droit, sonnant Johnny, elle fit un bond en arrière, se donnant un peu d'air, observant l'environnement, la sortie était encore accessible mais elle ne voyait pas Ryuuku, était il déjà parti ? Peu importe, là ce qui importait Lin c'était elle même.
Partout autour d'elle des flammes, derrière elle la sortie, devant elle Johnny qui se relevait, d'ici quelque seconde le combat reprendrait il fallait trouver une solution ! Elle rangea ses marteaux et là, alors qu'elle balayait la pièce du regard une chance ! Enfin peut être... Il y'avait une porte fermé sur la droite de la jeune marine, si les flammes avait bel et bien prises possession de TOUT le bâtiment, alors cette porte fermée serait peut être le moyen d'en finir. Mais pas le temps de réfléchir, le pirate fonçait déjà sur Lin, il avait ramasser son épée par terre le fourbe. Par réflexe elle bondit en arrière, esquivant au passage quelques flammes, il fallait que Johnny le suive ! Et il le fit, il était rapide, une fois à portée il essaya une fois de plus de plantée la jeune femme, elle se décala de quelque millimètre, la lame effleura le flanc gauche de notre héroïne, faisant coulé un filet de sang.


- Héhé...

Elle sourit alors dans le même moment, il était enfin à porté, elle frappa légèrement le bras tendu de Johnny pour le perturbé quelques secondes alors qu'elle se reculait, elle attrapa la poignée de la porte, elle était brulante, elle avait vu juste et la douleurs qu'elle subissait en tenant cette poignée était un soulagement pour elle.

- Je te souhaite un bon séjour...

D'un mouvement sec elle amorça l'ouverture de la porte, se reculant avec cette dernière, pour rester protéger par le battant de la porte.

- EN ENFER !

Que se passe t'il, quand on crée un appel d'air soudain dans un lieu en proie aux flammes ? Et bien il se passe un retour de flamme, d'un coup une langue de feu jaillit tel une explosion sur Johnny qui était en face de la porte, il prit les flammes en plein dans la gueule. Maintenant Johnny n'était plus le problème de Lin, il se débattait en flammes, sa fin allait arriver naturellement.
Non le problème maintenant c'était de sortir, apparemment elle était la seule Sea Wolf encore ici, quand elle avait ouvert la porte, l'impulsion subite des flammes avait eu pour effet de déboiter la dit porte l'emportant contre un mur et Lin avec. Maintenant les flammes était encore plus présente alors quelle se relevait difficilement. Elle se fraya un chemin dans les débris et atteint la sortie, voyant la lumière de l'extérieur.
Elle sortie finalement de bâtiment en flamme, alors qu'elle redevenait humaine, subitement, elle trouva Hiro sur son chemin, étalé au sol, inconscient ? Elle ne se posa pas la question, elle prit l'homme sur son épaule droite et sortie donc du bâtiment.
Elle posa doucement Hiro, alors qu'elle même se posait enfin, elle avait mal et elle n'était pas tranquille, si elle avait trouvé Hiro au sol sur son chemin c'est que Ryuuku n'était pas sorti du bâtiment en flamme ?! Mon dieu, elle espérait qu'il allait bien... En tout cas, elle se penchant vers le navigateur, totalement incompétente en tout ce qui est médecine, elle essaya quand même de l'examiner, il était.... inconscient ? N'est-ce pas? Elle commençait à se demander, il... non c'est impossible, il était si fort, il peut pas être mort ?! Ne sachant pas quoi faire elle eu un mouvement de recul, se tenant fermement son bras en sang.


- Nan... nan c'est pas possible ?! Hiro ? Répond bordel !

Elle semblait désorientée, l'idée de la mort d'un de ses camarade qu'elle avait sauvé plus tôt était inconcevable et en plus Ryuuku qui ne donnait pas signe de vie, sans parler de Toji qui avait disparue, elle était seule avait le corps de Hiro sans vie devant elle ne sachant pas quoi faire.

- RYUUKU, TOJI, QUELQU'UN ?!
  • https://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-terminee
Quel Bordel. Finalement, ce feu n'était pas une si bonne idée. Ryuuku pensait, alors qu'il se trouvait en plein combat. Il ne choisissait pas toujours les bons moments, il réfléchissait plus quand il le voulait. Tout simplement. Il voyait quand même qu'à côté de lui, tout tombait en ruine, et qu'il fallait partir de cette auberge en vitesse. D'un autre côté, le combat entre Toji et Rowbert ne s'arrêtait pas. C'était un combat d'un grand niveau, vraiment. Du bruit dehors. De la pluie ? Non, plus le bruit des vagues... En tout cas, ce serait une bonne chose qu'il pleuve. Notre marine tourne son regard vers le sortie, mais n'a pas le temps de voir dehors.

Le patron vient de sortir de l'auberge en suivant sa proie. Lui, il ne s'arrêtera pas avant de l'avoir attrapé. Lin m'appelait. Hiro tombait à terre. Mais qu'est-ce que tout ça ? Ça ne peut pas aller ! Hiro venait de battre son ennemi, mais il venait également de tomber à terre. Il avait été si rapide... Si Gakuen comprenait bien, maintenant que Lin était à côté de Hiro, et que Arashi était partit, il ne restait plus que lui pour calmer la situation. Les pirates ne semblaient plus trop s'occuper des marines, il était temps de sortir de cet établissement, et d'en finir avec ces pirates. Il fallait que quand même, quelques fois, le Colonel prenne bien sa place de second au sérieux.

Il rangea son revolver, et alla près de Lin qui avait appelé de l'aide. Une poutre en feu les avaient séparés, mais le marine la contourna tout simplement. Le marine sortit du bâtiment. A la vue de Lin et de Hiro sains et saufs, un sourire en coin s'afficha sur le visage de Ryu. Il dit tout de suite à Lin :

"Je sais que tu n'aimes pas recevoir d'ordres, mais c'est pas le moment de discuter. Suis Toji, et on se retrouve plus loin sur l'île après. Je vais essayer de trouver de quoi soigner un peu Hiro... Si je trouve. N'aides pas le Patron par contre."

Le Colonel lui fit un clin d'œil, et prit les devants. Il prit Hiro sur son dos, et se leva. Lui qui savait déjà depuis quelques secondes ce qu'il devait faire. Le cuisinier ne connaissait pas grand chose en soins, il avait déjà vu des médecins à l'œuvre, mais il ne connaissait pas grand chose. Il commença tout d'abord à voir si Hiro respirait encore... Un battement de cœur s'intensifia. Ryuuku tomba à terre. Laissant le corps de son ami roulé sur quelques mètres. Il n'avait rien sentit. Mais que... Si, peut-être un petit souffle ? Il fallait trouver une solution, il fallait lui trouver un sauveur.

Aussi, il fallait trouver Toji. C'est lui le capitaine, il saura quoi faire.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t146-ryuuku-no-fiche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t99-rp-donwload-100-100-ryuuku-gakuen