AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-47%
Le deal à ne pas rater :
Mini Crêpière Wok Grill – 3 en 1 – LIVOO DOM200 pour 6 Personnes
42 € 79 €
Voir le deal

[1626] La crainte du Saigneur est le commencement de la sagesse.

Joseph Patchett
Joseph Patchett
Crack Joe

♦ Localisation : Jotunheim
♦ Équipage : Saigneurs du Crack

Feuille de personnage
Dorikis: 5670
Popularité: -617
Intégrité: -428

Dim 28 Déc 2014 - 13:28

Désormais Capitaine des Saigneurs des Mers, le Crack était heureux comme tout. Il était délivré, mutiné, libéré ! Cependant, la route jusqu'à Armada fut longue et périlleuse. Il n'était jamais aisé de naviguer avec pour seul repère une vivre card. Celle-ci ne faisait aucune mention des distances ni des îles pouvant se trouver sur le chemin entre vous et la personne que vous souhaitez rejoindre. Quand en plus la dites navigation s'effectue avec un Cuirassé quelque peu abîmé, la route devenait tout de suite plus compliqué. Mais ils y étaient enfin arrivés ! A l'horizon, une gigantesque Armada de plusieurs dizaines (centaines ?) de navires avançait paresseusement. Juché en haut de la tourelle située à la proue du navire, le Crack contemplait la ville mouvante qui grossissait peu à peu. C'était un nouveau départ pour lui. C'était comme Dead End mais en mieux. Cette fois, il avait le Pouvoir et il allait devoir en faire la démonstration rapidement.

De l'Armada se détachèrent deux navires rapides battant pavillon noir qui firent route vers le cuirassé, dont les voiles portaient encore les couleurs de la Marine. Le comité d'accueil arrivait. Heureusement que le Crack avait préparé un petit speech. Il toussota pour s'éclaircir la gorge puis activa son pouvoir démoniaque, sa voix retentissant suffisamment fort pour être entendu sur les trois navires et même peut être une partie de l'île-navire.

"Goooooood Morning Armadaaaaaa ! Les Sai..."

BOOM !!! BOOM !!!

Et voilà, pas moyen d'en placer une sans qu'on vous interrompe à coups de canon. A croire que les gens ne fixaient que les voiles et jamais les pavillons. Coup d’œil à gauche, coup d’œil à droite. L'un des boulets se dirigeait un peu trop directement sur le navire pour un coup de semonce. Observant la trajectoire du boulet, le Crack arma son poing et décocha une droite sonique dans le vide créant un poing d'air qui vint percuter le boulet, le faisant exploser en l'air. Et un Sonic Flying Kraak, un ! Maintenant il fallait empêcher ces abrutis d'ouvrir le feu de nouveau. Le cuirassé avait assez de puissance de feu pour les couler mais ça ferait désordre... Ils venaient à peine d'arriver.

"Oy ! C'est quoi ces façons de saluer l'arrivée des Saigneurs des Mers ! Vous avez pas vu le pavillon bande de crétins ?!"

En face, la canonnade cessa. Visiblement on cherchait un porte voix pour pouvoir communiquer avec le gueulard. Côté cuirassé, Joseph avait réussi à faire le vide derrière lui. Il faut dire que personne ne souhaitait finir les tympans en sang à cause de sa propension à utiliser ses pouvoirs à tort et à travers.

"Les Saigneurs des Mers sont des traîtres à la Piraterie ! Jack Calhughan n'est rien de plus qu'un chien sans honneur et vous autres êtes ses larbins ! Vous n'êtes pas les bienvenus sur Armada !"

"Tiens toi au courant des dernières nouvelles du monde sombre crétin ! Wrath c'est du passé, y'a aucun Corsaire sur ce rafiot ! Nous sommes les nouveaux Saigneurs des mers. Les vrais Saigneurs, les Saigneurs de Crack Joe !"

Nouveau débat visiblement passionné à bord du navire d'interception. Visiblement le Capitaine du vaisseau demandait l'avis de ses confrères. Le Crack aurait pu utiliser son pouvoir pour écouter la conversation mais il avait déjà une idée de ce qui se disait sur les ondes. Si ces idiots avaient ouvert le journal récemment, ils sauraient à qui ils avaient à faire et ils les laisseraient accoster.

"Hum... Vous pouvez accoster. Bienvenue à Armada les Saigneurs ! Un remorqueur de la guilde des pilotes va v'nir pour vous aider à mener la manœuvre."

Satisfait, le Crack se retourna vers son équipage. La plupart se bouchaient encore les oreilles en grimaçant. Seul la Fouine avait l'air aux anges. L'homme connaissait son patron et avait pu revendre à ses nouveaux camarades des boules quies à prix d'or.

Le remorqueur annoncé arriva peu après. Des câbles furent tendus entre le cuirassé et le navire qui entama la manœuvre d'accostage. On ne pouvait s'accrocher à Armada que par les côtés ou par l'arrière et l’opération était délicate. Pour les Saigneurs, ce serait l'arrière d'Armada, juste à côté de ce que les locaux nommaient le Terminus, un navire géant avec une arène que le Crack ne manqua pas de noter. Une fois le navire arrivé à quai, le nouveau Capitaine des Saigneurs se tourna vers son équipage qui s'était rassemblé sur le pont, souriant de toutes ses dents. Un sourire dont ceux qui le connaissaient bien avaient appris à se méfier.

"Les gars, je vous présente notre nouveau terrain de jeu, Armada ! J'vous laisserais bien quartier libre à tous, mais y'a du boulot à faire vous vous en doutez. Alors voici mes ordres. Kiril s'ra en charge de la réparation du navire, vous faites tout c'qu'il vous demande sans rouspéter. K, j'te fais confiance pour tirer l'meilleur de ce que ce chantier a à offrir. Anna, La Fouine, arrangez vous avec les gars pour les roulements mais j'veux qu'il y ait au moins trente gars à nous sur ce rafiot en permanence et l'un d'vous. Les autres vous avez quartier libre mais attention, pas d'conneries ! Ne faites rien que je ne ferais bwéhéhé..."

Le pont du cuirassé, noir de monde, se vida rapidement. Joseph chercha Maya des yeux mais ne la vit nulle part. La borgne avait du débarquer à dos de pigeon pendant qu'il avait le dos tourné. Bah, il la retrouverait bien assez tôt. A la place, son regard s'accrocha au crêteux que le punk avait ramené à bord au milieu du bordel de l'île maléfique. Le type avait une nouvelle fois le regard dans le vague, l'air paumé. Bizarrement, sa tête disait quelque chose au Crack. Il avait sans doute dû la voir sur un poster portant la mention "Dead or Alive" mais il n'était pas foutu de se souvenir du nom de l'homme au bras-rosbeef.

"Oy, la pièce rapportée. Ouais, c'est à toi que je cause le crêteux. Si t'as rien à foutre tu vas m'accompagner en ville. J'tiens à voir c'que Kiril a bien pu trouver chez toi qui l'a amené à t'embarquer. Pis on a du r'crutement à faire. J'compte bien avoir doublé mon effectif d'ici à ce soir ! Cette ville est l'endroit rêvé pour ça."

Sans attendre de réponse, Crack Joe descendit la passerelle et posa enfin le pied sur Armada, frissonnant de plaisir. Il huma l'air, prit une grande inspiration puis gueula à peine poumons boostés par son fruit démoniaque.

"Les Saigneurs sont parmi vous ! Craignez le Saigneur !"

Le Crack ricana, content de son petit effet. Toujours s'offrir une entrée charismatique. Surtout quand on débutait comme capitaine pirate et qu'on débarquait sur l'île des pirates. Il fallait en imposer d'entrée de jeu si on voulait se faire respecter. D'un coup, comme s'il venait soudain de réaliser quelque chose, il se retourna vers le crêteux qui l'avait suivi sur Armada et qui se couvrait les oreilles.

"Au fait c'est quoi ton blaze ?"
https://www.onepiece-requiem.net/t6519-joseph-patchett-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t6586-crack-crack#80645
Mahach
Mahach

♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 6743
Popularité: -650
Intégrité: -390

Dim 28 Déc 2014 - 16:20


Un blondinet, fort en gueule et assoiffé de pouvoir ? Tain, vrai que ça me rappelle quelque chose.

'Fin bon, le truc, c'est qu'on arrive à Armada. Je veux dire, c'est pas le lieu rêver pour un mec qui a décidé de se poser. C'est peut être le deuxième rêve de tout pirate après Tortuga, mais c'est plus mon cas. J'ai plus de sens à donner à ma vie pour le moment, mais je veux pas devenir de la chair à canon tant que j'en ai pas trouvé un. Et c'est pas en crevant comme une merde que ça arrivera.

L'accueil est pas des plus chaleureux. Ces guignols coincés sur leur île sont pas foutus de se tenir au jus. Les canons résonnent, gerbent leurs boulets. En tant normal, mon corps tout entier serait dopé à l'adrénaline. Comme un clébard qui court après une calèche. Même si la calèche arrive à contre sens. Sauf que là, mon corps est pas prêt à se recevoir un boulet, même si ma merde du démon m'empêcherait d'avoir mal. Nan, parce que c'est surtout la détonation qui résonne dans ma tête, alors qu'elle est comme une pastèque : prête à éclater et à semer des petits morceaux de chair un peu partout.

Une fois que notre nouveau capitaine a calmé les choses, il se tourne vers moi et tient à ce que je l'accompagne pour recruter. Ca me parait pas trop mortel pour un mec mal en point comme moi. De toute façon, ce qui me tue pas me rend plus fort, et le voyage m'a permis de récupérer. Si y'a baston, je servirai pas de carpette pour le ring mais j'irai pas me faire un gros bonnet non plus. Le Kiril m'a filé quelques atouts précieux que je serai con de cramer tout de suite.

Alors j'acquiesce plein d'assurance et je le suis. C'est un peu le bordel dans ma tête, entre le pirate kamikaze qui bande à l'idée d'être sur Armada et que je tente d'étouffer et le moi qui essaie de survivre. Alors je fais pas forcément gaffe à ce qui passe sous mes yeux, au décor qui défile. Heureusement, Blondinet me sort de ma torpeur en m'adressant la parole.

Mon blaze ? Vrai que je leur ai pas trop parlé encore.

- Mahach.

Et là, j'hésite à me lancer. De toute façon, il va pas me faire un trou là où j'en ai déjà un. Même si il pourrait m'en faire un là où il n'y a pas lieu d'en avoir, mais pas pour si peu. Pis, je vois bien qu'une idée vient lui percuter le crâne alors j'en profite.

- Ta tête me dit quelque chose. On se connait ?
https://www.onepiece-requiem.net/t9050-mahachhttps://www.onepiece-requiem.net/t9150-sifflement-tiens-ma-fiche-
Joseph Patchett
Joseph Patchett
Crack Joe

♦ Localisation : Jotunheim
♦ Équipage : Saigneurs du Crack

Feuille de personnage
Dorikis: 5670
Popularité: -617
Intégrité: -428

Dim 28 Déc 2014 - 19:38

Si Mahach connaissait Joseph, visiblement il avait oublié la façon de fonctionner de celui-ci. Supposer que Joseph n'allait pas lui faire de nouveaux trous était correct sur la forme mais pas sur le fond. Joseph ne faisait pas trous, en tout cas pas le plus souvent, par contre il tapait dur. Tout particulièrement lorsqu'on ne faisait pas preuve du respect qui était dû à son égard.

Le Crack s'était retourné et il reluquait Mahach de haut en bas comme il l'aurait fait d'une pièce de bœuf sur l'étal d'un boucher. Lentement, il franchit les quelques mètres qui les séparait puis soudain son bras jaillit à une vitesse quasi sonique, sa main enserrant la gorge du malheureux crêteux dans un étau noir couleur Haki.

"Cap'tain. Ta tête me dit quelque chose, Cap'tain. Tâche de pas oublier."

Crack Joe resserra sa poigne un peu plus, regardant le visage de Mahach bleuir sous ses yeux. Il ne se débattait pas, malin, ç'aurait juste réussi à énerver Joseph. Maintenant qu'il la voyait de près, vrai que la tête de l'homme lui disait vaguement quelque chose. Un éclair passa dans ses yeux, la mémoire venait de s'activer et il desserra sa poigne, laissant le crêteux tomber par te... Ah non, retomber sur ses pieds. Pas si minable que ça visiblement.

"Evidemment que tu m'connais ! Qui ne connaît pas Crack Joe bwéhéhé ! Mais toi... J'crois que j'te connais depuis un bail... Tu serais pas l'fils Besinger des fois ? Bwéhéhé ! Que le monde est p'tit ! Je t'ai pas vu d'puis le Grey T, j'ai l'impression que c'était dans une autre vie tout ça. M'fait plaisir d'retrouver un ancien subordonné."

De nouveau le Crack rit aux éclats. Il asséna une grande claque sonore, qui se voulait sans doute amicale, dans le dos de l'autre homme.

"Content d'te revoir Mahach Besinger ! T'vas voir que j'ai pas tant changé que ça au fond. Toujours le même Joseph bourré d'envies bwéhéhé. J'suis sûr qu'on f'ra d'grandes choses tous les deux, comme à la belle époque."

Visiblement cette arrivée sur Armada se déroulait sous les meilleurs auspices. Quel hasard quand même que le type à crête récupéré par Kiril sur l'île maléfique soit le Mahach du Grey T. Sous-fifre un jour, sous-fifre toujours. Mais au moins, celui là Joseph le connaissait bien et mine de rien, il était heureux de le revoir.

"T'sais quoi, j'te paye un verre dans l'premier rade d'taille suffisante qu'on trouvera. Pis on s'occupera du recrutement... à la façon des Saigneurs 'videmment."

Le recrutement "façon Saigneur". Une histoire que les membres historiques des Saigneurs racontaient aux nouveaux le soir. Comment Tahar Taghel et un d'ses gars avaient barricadé la porte d'une auberge de Las Camp et expliqué aux présents qu'il ne leur fallait que dix marins et qu'ils allaient devoir s'entretuer pour avoir le privilège de les rejoindre. Bwéhéhé. Vu la taille de cette ville et le nombre de marins dont le Crack avait besoin, il allait pouvoir effectuer l'opération un paquet de fois ! Rien que d'y penser, il était déjà tout excité.
https://www.onepiece-requiem.net/t6519-joseph-patchett-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t6586-crack-crack#80645
Mahach
Mahach

♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 6743
Popularité: -650
Intégrité: -390

Dim 28 Déc 2014 - 20:35

Putain, la merde ! Fallait que je retombe sur le Crack. Autant savoir que le Kiril est des miens, ça me réconforte, autant savoir que c'est le Crack qui a repris les affaires, ça me décoeure.
Faut croire qu'on y échappe pas.
J'arrive pas à jarter les putains de souvenirs dans ma tête, c'était pas une crème ce mec, une vraie plaie à servir. T'as pactisé avec le diable, Mahach.

Il me choppe à la gorge, mes sutures à l'épaule me tiraillent et se rouvrent légèrement, l'air se fait rare et je siffle quand je respire le moindre maigre filet. Je grogne de douleur. Même pas le temps de me diviser en baies, l'étau noir me tenait de l'autre côté de la nuque. Et pas qu'un peu.

"Cap'tain", hmpf ! Toujours le melon, mais la poigne reste ferme. Ce serait une erreur de le foutre encore plus en rogne. Par contre, faut pas pour autant que je me dégonfle. Rester digne.

Sans m'écrouler, je touche à nouveau le sol  et lui la corde sensible. "Besinger" ... Déjà ça sonne comme une insulte chez moi mais alors quand c'est dit avec dédain c'est pire. "Cap'tain" aurait mérité une baigne, et il le sait que je le ferais pas, donc il en joue.

- Une autre vie, hein ? Faut croire. Mais pas bien longue, les vieilles habitudes ont la vie dure, pas vrai ? Le jeu du chat et de la souris quoi. Tu te barres, je me barre, je retombe dans tes griffes. T'imagines pas que c'est par plaisir ... Au moins je suis encore vivant, je dois m'en réjouir j'imagine ...

Ca me fait chier de l'avouer mais ...

- Pis je t'en dois une, tu peux compter sur moi. Comme au bon vieux temps, "Boss".

"Bon" ? Certainement pas. Si j'avais été celui que j'étais, j'aurais dit que c'était encore un crachat de la vie sur ma tronche. Le kamikaze qui dort en moi va pouvoir se réveiller et prendre les commandes. C'est pas avec le Joe que j'aurais la vie facile, mais je serai là pour l'arrêter avant de crever.

- Tu sais bien que je refuse jamais un verre. Surtout quand on se bouge pour recruter, j'ai toujours adoré ça. Non, c'est martyriser les faibles que j'aime. Et punir l'infidélité de ceux assez tarés pour te suivre.

Finalement, c'est peut être pas si mal. Je me rappelle que j'étais inspiré à Dead End.


Dernière édition par Mahach le Lun 29 Déc 2014 - 16:19, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t9050-mahachhttps://www.onepiece-requiem.net/t9150-sifflement-tiens-ma-fiche-
Levy Quinn
Levy Quinn

♠ As de la révolution ♠

♦ Localisation : ?
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 4370
Popularité: 317
Intégrité: -390

Lun 29 Déc 2014 - 12:10



La lumière y est tamisée et la musique forte. Un tourne-disque imbibe la pièce de chansons transpirant la piraterie. Une petite dizaine de tables en bois, rondes, sont dispersées mais seulement la moitié est occupée. Installés à ces dernières, des groupes d'hommes discutent de tout et de rien. Quelques bribes parviennent jusqu'à mes oreilles.
Ça discute des derniers ragots, des nouveaux arrivants, de la météo ou des dernières tendances en terme de jambe de bois, crochet et cache-oeil.
Accoudée au bar, assise sur un tabouret dans un coin peu éclairé, mon regard se perd dans le verre devant moi. Et pas n'importe lequel ! Un véritable délice dans un monde d'horreur. Malheureusement, et oui, moi qui voulait me changer les pensées, qui voulait juste m'abandonnée aux oublis de l'alcool, me voila rattrapée par la patrouille. Le barman, homme de principe, a refusé de me servir une simple chope de bière. Okay, j'ai bien eu la chope, mais quant à la boisson.... Elle a été remplacée par un délicieux lait-fraise... Bordel.

Moi, As de la révolution, maîtresse du Barbi Barbi No Mi, membre des Archeos de Second Peace, obligée, par un tavernier, à boire une boisson de mômes. J'en ai la rage, je peux la sentir qui me brule les lèvres: prête à sortir et à exploser.
Le visage baissé, mon ancienne capuche (maintenant trop grande) me cache les trois-quart du visage, ne laissant à ma vue que les remous rose crémeux de ma honte. Je me suis faite avoir comme une débutante, non !, comme une enfant et cette punition n'en est que méritée.
Une larme de fureur me perle aux coins des yeux, et finit sa vie sur le bar, je pose le verre dessus.
Ce qui est fait et fait, on ne peut changer le passé. Il faut que je réfléchisse calmement à la situation, peser le pour et le contre, découvrir les avantages et inconvénients de ce nouveau corps. Et ensuite, trouver un moyen pour remettre la main sur Le Kidd et le forcer à me rendre ces années volées. Ca peut marcher... Non ! Ca doit marcher, je n'ai pas d'autres options.


-Z'avez entendu la nouvelle ?
-Dis t'jours.
-Le Kidd, l'supernova là, il serait parti c'matin d'Armada.
-Le Kidd ici ?! Nom d'diou. H'reusement qu'y a pas eu de problèmes.

Mon visage doit se décomposer à vue d'oeil, la tête dans les épaules, j'éttouffe un sanglot et réprime mes larmes. Enfin, le maximum, quelques unes trouvent la sortie et finissent leur vie dans le verre.
En une seconde, je me retrouve seule, sans aucuns buts et la rage au bout des doigts.
La porte à double-battant s'ouvre violement retenant l'attention de tous, je jette un rapide coup d'oeil. Deux mecs, un blondinet et un créteux. Et voila qu'ils se mettent à jacter... On peut vraiment pas être tranquille dans cette ville.
Soit, laissons les faire leur show, en attendant, je retourne à mon lait-fraise... Merde, c'est vrai que c'est bon quand même.

https://www.onepiece-requiem.net/t7537-archeologue-en-devenirhttps://www.onepiece-requiem.net/t7591-chasseuse-de-tresor-levy-
Joseph Patchett
Joseph Patchett
Crack Joe

♦ Localisation : Jotunheim
♦ Équipage : Saigneurs du Crack

Feuille de personnage
Dorikis: 5670
Popularité: -617
Intégrité: -428

Mar 30 Déc 2014 - 20:38

Si l'odorat du Crack n'était pas à la hauteur de son ouïe, il avait tout de même su flairer l'odeur de l'alcool pour se guider jusqu'à un rade du nom de Brise de Mer, à moins qu'il ne s'agisse d'un navire bar, allez savoir. L'odeur de la piquette, ça se repérait de loin, même sur Armada.

Les deux Saigneurs entrèrent dans le bar en tchatchant à la façon de deux vieux potes s'étant enfin retrouvé après des années d'absence. Anecdote sur anecdote. La mort de Gros Roger, la cicatrice de Mahach, j'en passe et des meilleurs. Leur entrée dans le bar eut le mérite d'attirer les regards, que le Crack compta. Une quarantaine de personnes dans la salle. C'était peu, ils allaient devoir attendre que la salle se remplisse et puis il avait promis un verre à sa nouvelle recrue. Allez, direction le bar. Une mousse chacun ainsi qu'une explication du plan pour Mahach. Un plan qui eut l'air de ravir le côté suicidaire du pirate. Satisfait, le Crack activa son Ouïe Ultime pour espionner les conversations. Ça parlait d'une Supernova, d'une expédition sur Shabondy et de l'île maléfique. Joseph prit un certain plaisir à entendre les gens murmurer son nom avec crainte. Enfin la gloire !

Bon... La mousse étant finie, la salle c'était un peu remplie, dans les soixante, soixante dix à vue de nez, il était temps de se mettre aux choses sérieuses. Suivant les ordres de son nouveau Capitaine, le crêteux se dirigea vers le fond de la salle, ramassa une table inutilisée et la fit basculer contre la porte pour la bloquer. Dans la salle, les conversations se turent comme par magie. Ça sentait bon les emmerdes. Un des buveurs, sans doute plus sanguin que ses camarades, se leva en brandissant un index menaçant en direction de Mahach. Il semblait s'apprêter à dire ses quatre vérités à cet empêcheur de boire en rond mais il fut interrompu par un toussotement particulièrement sonore qui attira l'attention de nouveau vers la porte d'entrée devant laquelle se tenait un Crack souriant avec un air malsain comme à son habitude.

"Peuple d'Armada, bonjour ! Permettez moi de me présenter pour ceux qui ne le sauraient pas je suis le Capitaine Patchett des Saigneurs des Mers ou comme je me plais à les appeler, les Saigneurs du Crack."

"On s'excuse vraiment d'vous déranger pendant que vous vous alcoolisez. Pas d'inquiétude, nous ne sommes pas là pour tendre la sébile. Ce n'est pas de l'argent que nous souhaitons vous demander mais des années de votre vie afin d'peupler mon beau Cuirassé flambant neuf. Vous comprenez bien qu'un grand navire comme ça, faut l'remplir. Vous inquiétez pas, ce sera rien de très long. Pas plus de deux ou trois ans."

"Certains d'entre vous auront entendu parler de nous. On a tout dit sur les Saigneurs. Chiens du Gouvernement, tueurs sans pitié, destructeurs d'îles, ennemis des compagnies touristiques. Il y a là des étiquettes bien peu flatteuses et je comprends que certains s'en méfient. La période Jack n'était qu'une misérable parenthèse dans la grande aventure des Saigneurs. Nous sommes et resterons des pirates. Les pires qui soient car nous sommes fidèles aux vrais valeurs de la piraterie. Si vous voulez quelque chose, alors prenez le ! Si quelqu'un se met entre vous et l'objet de votre désir alors tuez le. C'est aussi simple que ça."

"J'en entends qui disent que nous nous sommes égarés à travailler pour la Mouette. Rassurez vous, cela ne m'a pas plus cette fois pas plus que la première. On retrouve toujours le droit chemin de la piraterie ! La preuve, je suis moi même un ancien employé de la grande Maison C&P. Dix ans de bons et presque loyaux services réduits à néant pour un petit surinage de rien du tout. Et depuis je suis cette belle et noble carrière de flibustier en alternant vol, meurtre et autre actes délictueux. Mon dernier fait d'arme ? Pour ceux qui savent pas lire, demandez à vos voisins de vous parler de l'Île Maléfique."

"Mon ami Mahach ici présent aussi est un pur produit de la délinquance urbaine. Issu du Grey T, ce brave petit n'a jamais eu de chance dans la vie. Il a dû se battre pour survivre et aujourd'hui il continue à se battre car c'est tout ce qu'il sait faire. Vous vous en doutez, c'est pas un enfant de chœur mais en même temps, quel enfant de chœur rejoindrait les Saigneurs, je vous le demande. Heureusement que nous avons ici affaire aux terribles résidents d'Armada !"

"Soyons clair, on recrute. Maintenant mesdames et messieurs, permettez moi d'vous présenter les règles du jeu qui va décider de votre avenir. Pas que j'aurais pas de place à bord pour vous tous, mais j'préfère faire dans le quali. Vous comprenez, faut laisser faire la sélection naturelle. C'est un p'tit jeu que je tiens du grand Tahar, ça s'appelle le "Last men standing". L'principe est simple. Vous vous tapez tous les uns sur les autres jusqu'à ce que j'en ai assez et les survivants gagnent le droit de rejoindre les Saigneurs du Crack. Des questions ?"


Si l'assistance était restée muette pendant le discours du Crack, il faut dire que le bonhomme savait s'y prendre pour captiver son auditoire. La bronca enfla rapidement. Se mettre sur la gueule entre eux et puis quoi encore ? Un marin bâti tout en muscles, deux mètres de haut pour autant de large, se leva, une choppe de bière ne demandant qu'à être brisée à la main et apostropha le Capitain Patchett.

"Et si t'allais te faire foutre toi et ton larbin ? On a déjà nos équipages et nos vies. Pis pourquoi qu'on se foutrait sur la gueule alors qu'on peut t'cogner tous ensemble hein ?"

"Très bonne question, j'me disais bien que j'avais oublié un truc. Les règles du jeu. 'tention les gars, j'le dirai pas deux fois. Primo, vous êtes obligés d'participer. Deuzio, si tu tentes de fuir ou de t'en prendre à nous, t'es mort. Troizio, pour les p'tits malins qui se refuseraient à jouer le jeu, si j'en vois un qu'a pas de sang sur les mains à la fin, j'le bute moi même. Quatro, y peut y avoir aucun gagnant. Cinco, y'a que le Crack qui décide qui gagne à ce p'tit jeu et le Crack, c'est moi. Sexto, le jeu commence quand j'dirai go."

Le colosse papillonne des paupières comme s'il doutait d'avoir entendu correctement. Bêtise imminente en approche. D'un geste brusque il fracassa sa chope contre la table et dans un rugissement bestial se précipita sur le Crack. Pas chassé de Joseph, petite droite même pas spécialement violente dans la face du gros homme et le voilà qui implose comme un gros ballon de baudruche, maculant le Crack de son sang ainsi que le décor environnant. Le silence retomba comme une chape de plomb sur la salle. Il n'y avait pas à dire, quand il s'agissait d'en impressionner, on ne faisait pas mieux que l'effet Beat.

"Bon, j'crois que vous avez pigé ce qui vous attends si vous refusez de jouer le jeu... Faites pas cette tronche ! Pensez au beau Cuirassé sur lequel vous aurez l'occasion de voguer ! On ira partout où il y aura de la thune à se faire et des crânes à briser. J'vous promets rien de moins que la Gloire !"

Qu'ils renâclent tant qu'ils veulent. D'ici trente minutes, ils seraient soit morts soit à lui. Les Saigneurs ou la Mort, le choix était vite vu pas vrai ? Y'a pas à dire, le recrutement façon Saigneur c'était quand même le pied. Le Crack attrapa une bouteille qu'il déboucha d'un coup de dent, se jetant une gorgée de whisky derrière le col.

"Bah alors ? Vous attendez quoi ? Ah ouais... J'ai pas dit go. Bon ben... Go ! Et bonne chance bwéhéhéhé."
https://www.onepiece-requiem.net/t6519-joseph-patchett-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t6586-crack-crack#80645
Mahach
Mahach

♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 6743
Popularité: -650
Intégrité: -390

Mer 31 Déc 2014 - 8:57


Soyons clair. Si sur Armada je me réjouissais de rejoindre un Joe Patchett camarade parce qu'il est l'image du mec de Grey T qui réussit, rejoindre un Joe Patchett beaucoup moins parce qu'il me rappelle à des mauvais souvenirs. Une plaie à servir, mais je crois que je l'ai déjà dit.
Tout comme j'ai déjà dit que je lui étais redevable et que ça m'obligeait quelque part à rester.

Sauf que parfois, y'a du bon à être sous ces ordres et ce moment en fait partie.

La baston a eu du mal à démarrer. Ils se regardaient dans le blanc des yeux. Il en fallait un qui tape sur un autre. Personne ne voulait se dévouer, et mon expérience me disait d'être l'étincelle qui allumerait la trainée de poudre. Parce que ouais, ça sert à rien de faire des belles trainées de poudre si t'as pas de quoi y mettre le feu.

Sauf qu'en fait, j'ai pas eu besoin. Un mec s'est approché de moi -surement en se disant que s'il me roulait dessus, c'était pas la peine de se mettre sur la gueule- et me décoche un bourrepif.
Désolé mon copain, mais ça marche pas sur moi ! Ma tête se décroche du reste de mon corps, stupeur générale, mon poing droit fouille dans sa poche et dégaine le Mahach. Putain que j'aime cet os de mouton. C'est mon préféré, mon arme fétiche. Parce qu'il porte mon nom et que c'est un cadeau du Kiril.
Ma tête se fixe là où elle doit être et ...

- Je t'ai déjà donné la définition du mot "folie" ?

Et beigne dans le bide ! Jolie lardasse : un point et deux traits sur le côté qui commencent à cracher lentement du sang. Bravo mec, tu m'as fait saloper ton débardeur.
Gros blanc, pire qu'avant. Je veux dire, là c'était encore plus gênant !
Pas long après, un gus se fout de sa gueule, voilà ma petite étincelle favorite ! Un mec de l'équipage de celui aux intestins troués lui règle son compte, et ainsi de suite.

Baston générale ! Voilà un spectacle qui me plait ! L'odeur de la gnole pas chère, le bruit du verre qui se casse et le sang chaud !

En bon chien de Joe, je regarde si tout se déroule bien. Pas loin y'a encore une gamine assise qui sirote son lait-fraise. Putain, le piège à con ! Je sais encore comment ça va se finir. Je vais finir par aller la sauver ! Comme avec Volesprit ... alors qu'avant j'étais esclavagis ... pas loupé !
Un petit gars s'approche d'elle comme un sale fourbe, tesson de bouteille en main. Ni une ni deux ...

Phantom

Je me divise en plein de petites baies et je traverse la salle. Ma tête suit mais je fais gaffe à ce qu'elle soit bien en hauteur pour éviter les coups.
Le mec lève son bras, je me reforme derrière la gamine, il commence à le baisser ...

Canon ball

J'envoie toutes mes baies sur lui d'un coup, même celle qui tient le Mahach. Il recule de quelques mètres en se bouffant toutes les chaises et les tables. Plus de peur que de mal, sauf que je vois quelques cheveux de ma crête qui tombent devant mes yeux.
Je m'approche de lui lentement, malgré la baston les mecs prennent soin de s'éloigner de nous. Il essaie de se relever, je le choppe par le col avec la main gauche. Et du poing droit sans le Mahach ...

- PERSONNE TOUCHE A MA CRÊTE ... Beigne ... ET ON VEUT PAS DE LÂCHE SUR LE CUIRASSÉ ! ... Beigne.
https://www.onepiece-requiem.net/t9050-mahachhttps://www.onepiece-requiem.net/t9150-sifflement-tiens-ma-fiche-
Levy Quinn
Levy Quinn

♠ As de la révolution ♠

♦ Localisation : ?
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 4370
Popularité: 317
Intégrité: -390

Sam 3 Jan 2015 - 13:57



Le blond et le créteux bloquent la sortie et décident d'organiser un petit jeu avec comme mise la vie. Le nom ? "Last Men Standing". Pourquoi pas, après tout, personne ne se méfierai d'une petite fille en train de siroter sa boisson "préférée". Les apparences sont parfois trompeuses, et en ce moment même, la mienne est un vrai trompe-l'œil. J'imagine qu'une petite fille dans un jeu de mort ne fait rarement long feu. Derrière ma capuche j'observe les deux instigateurs et les joueurs. L'atmosphère s'est transformée, passant de la camaraderie au sang et aux larmes. De part et d'autres, des cris de douleur, de rire ou de peur parviennent à mes oreilles. J'en ai que faire. Ce n'est pas mon problème.
Mon seul soucis: Retrouver ma véritable apparence. Le leur: rester en vie.

Malgré mon coin sombre, j'imagine que ma tranquillité disparaitra aussi rapidement que... AAAH.
Je sursaute en voyant l'homme avec l'os de mouton se transformer un billes et me foncer dessus.
Pas le temps de réagir, je ne peux que fermer les yeux. Mais rien, en les ouvrant, je sens sa présence dans mon dos. J'me retourne d'un coup et le voit empoigner une fouine avant de lui offrir quelques beignets gratis. Ohoh, quelqu'un avec des principes ? Je ne l'aurais jamais cru chez les Saigneurs. Peut être ne sont-ils pas tous aussi sanglants que disent les légendes. Coup d'oeil au Crack... Mouai, pas tous j'ai l'impression.
J'finis mon verre d'un coup sec et me dresse sur le tabouret. Apparement, j'vais devoir me mêler à ce massacre. Bien... Ca va me déstresser mais avant:


-KIDD JE TE FERAIS BOUFFER TES DENTS PAR LE C** !
Gros blanc dans l'assistance. Les yeux écarquillés, la plupart me regarde, les autres ne sont plus en état pour voir quoique ce soit. Certains, attrapés par le col, ont quelques secondes de répis. D'autres,  on oublié d'asséner leur coup de pied, poing ou chaise. J'aime bien qu'on fasse attention à moi. Je regarde le blond, lui aussi sait qu'une bonne mise en scène vaut toutes les menaces.

-Hey ta gueule fillette !
Un mec aux dents jaunes, le nez applatit et un surin entre les mains se précipitent sur ma petite personne. Encore un fourbe qui pense avoir le dessus. J'en fais mon quatre heure. Son arme par en ligne droite vers mon sternum. Je le laisse arriver, le créteux n'a, cette fois, pas le temps de jouer les preux chevaliers. Pas besoin. L'arme blanche se rapproche dangereusement mais pas assez vite pour être mortelle. En une seconde, je repense à Abuela et aux Archéos. Mes cheveux se dessent dans les airs, animés par une force inconnue tandis qu'une mèche, dur comme du fer, se plante dans le poignet de mon adversaire.Son regard, vicieux, se transforme en étonnement puis en douleur. L'arme tombe au sol dans un cri. Le silence reigne toujours chez les autres convives. Les veines à moitiée coupée, une gerbe de sang peinture le sol lorsque ma touffe blonde se rétracte. Et, pour finir la mise en scène, je lui assène un violet bourre-pif. Aie ! Merde... Ca fait un peu mal. Apparence de m****.
J'm'assois sur le comptoir.


-Bien, le prochain sera mort avant de comprendre. Alors entretuez-vous, vous aurez plus de chance de survivre.

Et bim, la bonne punchline pour bien s'imposer psychologiquement... Finalement, ça a peut être du bon d'être petite.
https://www.onepiece-requiem.net/t7537-archeologue-en-devenirhttps://www.onepiece-requiem.net/t7591-chasseuse-de-tresor-levy-
Joseph Patchett
Joseph Patchett
Crack Joe

♦ Localisation : Jotunheim
♦ Équipage : Saigneurs du Crack

Feuille de personnage
Dorikis: 5670
Popularité: -617
Intégrité: -428

Sam 3 Jan 2015 - 16:20

Bouteille en main, l’œil rieur, le Crack observait le petit jeu avec le même air ravi qu'un Mr Loyal constatant que les animaux font bien les tours prévus au programme. Il fut donc fort désappointé lorsque le seul acteur au courant des règles se permit de les enfreindre. Maintenant qu'il le voyait se séparer en plein de petites balles, Joseph se dit qu'inclure une question sur les éventuels pouvoirs démoniaques des recrues serait une nécessité. En bon Capitaine, il se devait de savoir quelles étaient les capacités de ses hommes pour les employer au mieux.

Mais ce n'est pas le pouvoir du crêteux qui l'attrista. C'était le fait même qu'il se soit jeter dans la mêlée. Ça faussait totalement le jeu et ça c'était mal, très mal. Quand on le intervenait pour venir en aide à une gamine pré-pubère, ça virait carrément au délit ! A quel moment de son petit speech le Crack avait il mentionné le fait que les Saigneurs étaient les défenseurs de la veuve et de l'orphelin ? Le jeu concernait tous les présents, quel que soit leur sexe ou leur âge. C'était faire preuve de faiblesse que d'accorder un traitement de faveur à la blondinette. Et puis franchement, s'en prendre aux plus faibles ce n'est pas de la lâcheté, c'est une stratégie de base. Mahach allait devoir suivre un cours de Piraterie pour les nuls accéléré.

- Règle n°1: La parole du Capitaine est absolue.
- Règle n°2: Toujours s'en prendre aux plus faibles en premier.

Les pensées du Crack sur les règles de la piraterie à inculquer à son ancien larbin fraîchement retrouvé sont interrompues par la barbie qui se dresse de toute sa faible hauteur sur son tabouret. Le spectacle capillaire qui suivit captiva l'attention de Joseph. Oh les beaux cheveux que voilà. Hum... Il allait devoir rajouter une nouvelle règle.

- Règle n°3: Ne jamais se fier aux apparences.


La gamine fièrement juchée sur le comptoir, les pugilistes s'entre regardèrent, semblant hésiter sur la conduite à adopter. Leurs cerveaux étaient tous branchés sur la même longueur d'onde: si je veux sortir d'ici vivant, j'ai intérêt à éviter la gosse. Un demi cercle se créa autour de la gosse et du crêteux. Pendant un instant on crut la pression retombée mais l'accalmie ne dura que le temps qu'un grand échalas aux cheveux gras fracasse une chaise sur le crâne d'un confrère pirate relançant la mêlée de plus belle. Les corps commençaient à être nombreux à terre. Il faut dire que les libres pirates d'Armada savaient être sans pitié quand leur vie était en jeu. Coup de surin dans les omoplates, crochet dans les yeux, coup de genou dans les parties, etc, etc... Tout le répertoire des coups interdits dans n'importe quelle compétition sportive était ici interprété par un grand nombre d'acteurs de talents. Hum... Combien en garderait il. Vingt ? Trente peut être. Oh comme il espérait que le petit à la face de rat s'en sorte. Il venait de planter son surin dans l'entrejambe de deux types deux fois plus gros que lui. Ou cet autre type là qui restait en garde comme s'il pratiquait l'escrime dans un salon quand les autres lui balançaient des chaises à la figure. Bwéhéhé. C'est qu'il y avait plein de profils intéressants. La meilleure restant la gamine. Cette façon qu'elle avait eu de tous les calmer. Elle connaissait l'importance d'une bonne mise en scène et savait le faire avec panache. Bwéhéhéhé, elle lui plaisait déjà.

"Hein ? Non ma jolie j'te laisserai pas sortir. Non pas même si tu m'fais ça gratos. J'ai déjà mon propre établissement pour c'genre de choses. Rien à foutre que tu sois la sosie de la Dame de Fer. Si tu tues pas, tu vis pas. Dépêche toi ma jolie, le chrono tourne."

Voilà, on laissait son attention dériver une petite seconde et une blonde incendiaire tentait de vous pigeonner. La blonde incandescente tenta le coup de surin à bout portant, ni vu ni connu je t'embrouille et te le plante dans les côtes alors que tu t'attendais à un baisé. Une tentative qui se solda par un poignet brisé dans un craquement sonore. Le Crack se pencha pour susurrer à l'oreille de la jeune femme qui avait cru pouvoir la lui faire à l'envers.

"Règle numéro deux. Si tu t'en prends à nous, t'es mort."

Et une omelette, une ! Le crâne de la pauvre blonde, si séduisante une minute plus tôt, venait d'être explosé contre le sol par un Joseph Patchett aux anges. Sans déconner, il y avait encore des gens qui tentaient de s'en prendre à lui après qu'il ait fait implosé le gros ? Son costume était encore tout recouvert de son sang. C'était... Excitant. Un tremblement parcouru le corps du Crack. Il ne devait pas se laisser aller ou il n'aurait plus une seule recrue à se mettre sous la main. Allez Joseph, on reprend une gorgée de Sky et on continue à observer la baston. Hum... Ça allait être plus rapide que prévu cette histoire vu la vitesse à laquelle les corps tombaient.

"Mahach ! Laisse un peu les candidats défendre leurs arguments tu veux ? Tu fausses tout l'jeu là ! Applique plutôt l'chatiment aux deux qu'essayent d'filer par derrière ! Me regarde pas comme un demeuré. Bute les !"

Soudain, de derrière le comptoir jaillit un long poignard effilé qui vint se placer juste sous la gorge de l'adolescente, presque immédiatement suivit par une langue râpeuse qui vint lui lécher la joue. A croire que l'ordre de Joseph était tout ce qu'attendait le pirate, un mètre 75 de crasse et de regards lubriques pour l'adolescente, pour passer à l'action. Quel dommage que le blanc chevalier à crête doive aller défendre sa porte barricadée contre les assauts de deux pirates bien décidés à prendre la poudre d'escampette.
https://www.onepiece-requiem.net/t6519-joseph-patchett-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t6586-crack-crack#80645
Levy Quinn
Levy Quinn

♠ As de la révolution ♠

♦ Localisation : ?
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 4370
Popularité: 317
Intégrité: -390

Sam 3 Jan 2015 - 17:11


Que... Que... Poussant au maximum mon regard sur le côté, j'vois un bourlet rose, rapeux et gluant se frotter contre ma joue tandis qu'une lame se cale sous ma gorge. Un vicelard, sortit de derrière le bar, a bien choisi son moment pour m'attraper par surprise. A croire que ce sont toujours les plus vicieux qui s'en sortent. Mais la question n'est pas là. Le véritable problème n'est pas le couteau. S'il n'y avait que ça... pourquoi pas, c'est le jeu ma pauvre Levy. Mais la langue, alors ça... Alors ça... non non et re-non ! Qui oserai faire ça à une petite fille ? Simplement une personne sans considération. Il va me le pay-

-KYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! Le vicelard ayant recommencé, je ne peux m'empêcher un cri d'horreur. Un cri perçant à en déboucher les oreilles, quelques décibels en plus et les verres se seraient fracturés. GROMPH ! Dans un réflexe animal, je plante mes quenottes dans la main de l'homme. Je peux sentir un filet de sang s'infiltrer entre mes dents puis sous la langue. C'est chaud, ferreux et principalement dégueulasse, surtout avec cet arrière goût de rhum. Il devait pas être à son premier verre lui. Surpris par l'attaque, le pirate lâche le poignard mais son expérience maintient ma tête. Il sourit, je sens son haleine putride m'entourer, en pensant à quelque chose. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne le sens pas- CRACK ! Coup du lapin. Il relâche son étreinte tandis que le choc me fait tomber sur le comptoir.

-Gnéhéhéhé ! Personne ne résiste à Big Jack. Gnéhéhé ?
-Je... Je... vais te buter. Dis-je d'une petite voix. Me redressant avec quelques difficultés, l'homme se pisse littéralement dessus comme s'il venait de voir un fantôme et en même temps, je ne peux lui en vouloir. Face à lui, se redresse une morte (enfin... pas encore, merci Barbi-barbi no mi) avec la tête retournée à 180°, les yeux écarquillés et un air de vengeance plus que prononcé sur le visage.
-J'vous ! J'attrape ma tête. -Avais dit ! La soulève dans un plop. -De ne pas ! Et la replace dans un nouveau plop. -M'EN MÊLER !

Ma chevelure se sépare en deux tresses qui se plantent illico dans les épaules du malheureux qui, les larmes aux yeux, demande pardon. Mes deux lances chevelues s'enfoncent de plus en plus tandis que je m'approche du morveux. Puis, dans un geste délicat, j'appose mes paumes atour de ses tempes.
Apposition du girly

Les iris du pirate grandissent jusqu'à recouvrir les trois quart de ses yeux, de la bave lui coule aux commissures des lèvres tandis qu'il rigole de plus en plus fort. Secoué de petits spasmes, ces derniers prennent de l'ampleur jusqu'à donner l'impression que le pauvre homme est parcouru par de violentes vibrations. Ces mouvements sont chaotiques, son rire entre-coupé, sa respiration difficile, ses yeux révulsés.

-Ca te fait toujours rire ? Hihihi.

Je me concentre au maximum pour envoyer au maximum de ce flux rose si dangereux, si stupéfiants. Ses yeux révulsés sont passés du blanc au rose, la bave s'est transformée en écume. Son corps n'est maintenant plus que parcourut par de violentes secousses. Mes cheveux, sortant du dos au niveau des omoplates, viennent s'entourer autour de son front. Dernier mouvement de force. CRAACK.
-Qui est prit qui croyait prendre. Je tourne le regard vers le chef. -Alors ? Heureux ?  
https://www.onepiece-requiem.net/t7537-archeologue-en-devenirhttps://www.onepiece-requiem.net/t7591-chasseuse-de-tresor-levy-
Mahach
Mahach

♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 6743
Popularité: -650
Intégrité: -390

Sam 3 Jan 2015 - 17:52


Comme les autres, je reste con devant la gamine qui a le meurtre facile. Mais contrairement aux autres, je me mange pas de taulée juste derrière. Mon petit spectacle a du en calmer plus d'un. Je me tourne vers la blondinette.

- Je vois qu'on a pas besoin de moi ...

Pis je regarde le Joe. L'a l'air contrarié. Bah ouais Boss, je me suis trouvé un coeur faut croire. Et dis toi que ça me fait plus de mal qu'à toi !

Bref, je pensais que le jeu allait se dérouler dans pépin, sauf qu'entre temps, deux abrutis voulaient fuir.

Mais après Joe, la gamine a refait un tour de magie mortel. Dégueulasse. Vraiment. Et j'en ai vu de toutes les couleurs, et bien souvent, c'était moi l'artiste.

- Creapy la gamine ...

Un des mecs s'approche de moi et me souffle dans l'oreille :

- Hoy, t'as rien à lui envier, avec ta tête qui saute toute seule.

Je me tourne vers lui, tout sourire, et à mon tour de lui souffler dans l'oreille.

- Et toi ? Elle se décroche aussi toute seule ta tête ou faut que je force ?

Boum, Canon Ball en pleine tronchiole. Pas le temps de m'acharner, juste avant le Joe m'avait aboyé un ordre, buter les deux faibles qui se barraient.


Phantom


Je divise en plein de petites billes et je fonds dans la masse jusque derrière ces mecs. Fallait un tour de force pour combler la contrariété du Boss. Vite fait bien fait, j'avale la Couillue que m'avait passé Kiril. Me fallait bien ça pour faire ce que j'avais en tête ... avec leurs têtes.

- Apparemment, vous l'aimez beaucoup cette porte ...


Red Hyena


Mon torse et mes bras doublent rapidement de volume, quelques points de suture sautent, les plaies se rouvrent sans se déchirer davantage. Elles l'ont déjà fait sur l'île maléfique.
Je pose mes paumes au milieu de leurs fronts et je leur agrippe le haut du crâne. J'arrive à les soulever un peu et je leur fracasse l'arrière du crâne contre la porte qu'ils aiment tant. Pis je les relâche, ils tombent comme deux mouches mortes.
https://www.onepiece-requiem.net/t9050-mahachhttps://www.onepiece-requiem.net/t9150-sifflement-tiens-ma-fiche-
Joseph Patchett
Joseph Patchett
Crack Joe

♦ Localisation : Jotunheim
♦ Équipage : Saigneurs du Crack

Feuille de personnage
Dorikis: 5670
Popularité: -617
Intégrité: -428

Dim 4 Jan 2015 - 16:35

Le spectacle battait son plein et le Crack était aux anges. S'il y avait eu un petit ralentissement, l'animation avait vite repris. Il faut dire que l'adolescente y était pour beaucoup. Le coup de la tête qui tourne à 180°, niveau spectacle, ça se posait là. Le meilleur passage de sa prestation restant le moment où elle brise la nuque du pirate dans un craquement retentissant. Si Joseph était heureux ? Evidemment qu'il l'était. Il avait trouvé une recrue en or. Celle là n'était clairement pas une débutante. Il lui semblait avoir déjà vu sa tête quelque part en plus... D'ailleurs elle avait pas mentionné le fameux Capitaine Kidd ? Hum...

Petit coup d’œil à la salle où les corps continuent de tomber. Nouveau coup d’œil au chrono, humpf décidément ça avait été rapide. Il allait devoir siffler la fin de la récré s'il souhaitait avoir des recrues en état de mettre un pied devant l'autre.

PPPPPFFFFFfffffffFFUUUUUUUIIIIIITTTTT

Un sifflement assourdissant retentit dans la pièce. Les verres volèrent en éclats, les miroirs se brisèrent et les oreilles saignèrent. Crack Joe venait d'utiliser son pouvoir démoniaque pour réclamer le calme et il l'obtint. Les survivants s'entre regardèrent, semblant douter de la fin du petit jeu du Saigneur. Il n'y en avait pas un seul qui n'ait la gueule ou les poings en sang. Braves pirates. Poussez les un peu et ils se sauteront à la gorge pour un oui ou pour un non. Maintenant, il fallait s'assurer de la fidélité de ces zouaves et Joseph savait exactement comment s'y prendre. Une petite pression discrète activa l'un des audio dials caché à l'intérieur de son costume. Un Audio-Dial ayant un enregistrement du Cri qui Tue. Réaction immédiate, toute l'assemblée se figea et perdit des couleurs. Eux qui étaient si fiers un instant plus tôt semblaient sur le point de s'enfuir sans demander leur reste. Seuls Mahach et l'adolescente avaient l'air d'encaisser l'attaque inaudible... pour l'instant.

"Félicitations à vous, les survivants ! Vous êtes maintenant des Saigneurs, mes Saigneurs ! Pour fêter votre arrivée dans notre petite famille, je vous offre à tous un verre ! Patron, une tournée générale !"

Evidemment, le-dit patron était mort derrière son comptoir. Qu'à cela ne tienne, le Crack s'empara d'une nouvelle bouteille et entreprit de servir lui même la tournée générale pour la grosse vingtaine de rescapés. Il devait déjà avoir rempli une demi douzaine de verres, dans un silence quelque peu angoissé, quand il s'arrêta soudain, la bouteille à mi hauteur du septième verre.

"Morbleu, j'ai failli oublier. Vous allez tous aller voir l'gentil Mahach et lui donner vos blazes, vos primes si vous en avez et c'que vous savez faire. On fait pas ses timides hein ! Vous êtes tous dans la grande famille du Crack maintenant, pas d'secrets entre nous qui tienne ! Et attention, vous vous doutez bien que ceux qui serviraient à rien auront pas l'droit d'mettre le pied sur mon navire... Allez, allez. On s'met en rang d'vant le mec à crête. Vous prendrez vot' verre quand vous aurez fini."

Voilà comment on faisait un recrutement façon Saigneurs. Les nouvelles recrues étaient encore abasourdis. Le secret était de les noyer dans la peur et de ne pas les laisser réagir tant qu'ils n'étaient pas à bord. Cela étant dit, l'adolescente avait mérité que le Capitaine lui accorde un traitement de faveur. Le dial toujours activé, le Crack tendit un verre à la gamine qui le regardait du haut du comptoir tandis que les autres recrues se mettaient en ligne face au Mahach qui se retrouvait à devoir noter les informations sur des avis de recherches usagés. Avec un peu de chance, il se souviendrait qu'il devait emmener les nouveaux piller la réserve histoire de refaire les réserves de bouffe et d'alcool du cuirassé.

"Très impressionnant le coup de la tête qui tourne sur elle même et des cheveux tueurs. Si, si, j'suis vraiment impressionné. Tu sais t'y prendre pour attirer l'attention et avoir l'sens du spectacle, c'est très important. En plus c'était un très beau craquement et je m'y connais. C'est le genre de show qui mérite une boisson d'adulte ça. T'es pas d'accord gamine ? Ou devrais je dire Levy Queen ?"

Le Crack tentait sa chance. Après tout, il y avait un air de ressemblance entre la gamine et la tarée qui avait frappé un Tenryuubito. A en juger par l'accélération soudaine du rythme cardiaque de l'adolescente et sa mine déconfite, il avait vu juste. Il était temps de pousser l'avantage. Plus elle restait exposée au cri qui tue, plus elle se sentirait mal. Il se pencha en avant et s'empara d'une des mèches de cheveux de la blonde, encore tâchée du sang du premier pirate dans lequel elle avait plongé. Crack Joe arracha la mèche d'un coup sec avant de la porter à sa bouche, suçotant le sang qui s'y trouvait. De son regard froid, il couvait la blonde, semblant la défier d'agir contre lui. Et la réaction ne manqua pas de venir mais ce ne fut pas celle qu'attendait le Crack. Si l'adolescente avait bien dit "aïe" comme on était en droit de s'y attendre. Le fait que sa mèche repousse aussitôt était très inhabituel. Le fait que la dites mèche tente de planter Joseph au niveau de la carotide tenait carrément du jamais vu.

Mèche de cheveux en bouche, le Crack saisit au vol la mèche tueuse tandis qu'il chargeait son effet Beat dans son autre poing. Il décocha un crochet à l'adolescente en pleine face, faisant faire à sa tête un tour à 90° particulièrement anormal qui eut le mérite de calmer la mèche tueuse. Quand la gamine remit sa tête en place, Joseph fut très désappointé de constater qu'elle n'avait pas de sang qui lui sortait des narines ou des oreilles. N'aurait elle donc pas d'organes internes à endommager ? Et puis il avait eu une curieuse sensation en la frappant, quelque chose clochait chez elle. La preuve, elle n'avait même pas de bleu sur la joue ! C'était plutôt comme si elle était déformée. La gamine lui sourit en coin et le Crack lui rendit un sourire, encore plus large. Pas de doutes, on était là aux prémices d'une belle amitié.

"Hum... Délicieux avec un petit arrière goût de Rhum. J'me disais bien que ta tête me rappelait quelque chose. M'semblait que t'avais un peu plus de formes que ça sur l'affiche c'la dit bwéhéhé. J'prends pas un gros risque en disant que y'a un lien entre ton nouveau physique et l'capitaine Kidd vu comment tu beuglais son nom. Bwéhéhéhé. J'pensais pas trouver quelqu'un de ton calibre sur Armada. T'es engagée ma grande !"


Dernière édition par Joseph Patchett le Dim 4 Jan 2015 - 18:30, édité 3 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t6519-joseph-patchett-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t6586-crack-crack#80645
Levy Quinn
Levy Quinn

♠ As de la révolution ♠

♦ Localisation : ?
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 4370
Popularité: 317
Intégrité: -390

Dim 4 Jan 2015 - 17:34


J'ai mal, très mal. Merde, c'est qu'il a vraiment de la force ce mec, ce blondinet. Ma joue s'en est même incurvée, bordel, était-ce sa force maximale ? J'espère, mais à vrai dire j'ai beaucoup de doutes là dessus. A mon avis, pour lui, il s'agissait plus d'une petite baffe, une remise en place et en ordre. Je ne peux rien faire d'autre que lui sourire en coin. Ne pas baisser la face, essayer de lui montrer que rien ne peut m'atteindre. Mais là, je suis complètement coincée. Pourquoi suis-je allée dans ce bar déjà ? Pourquoi ai-je quitté le Trio révolutionnaire en faite ? Pourquoi j'ai pas réussi à la fermer face au Kidd ?
A croire que tous les enseignements de la Rua Anrior sont entrés par une oreille et ressortis par l'autre. En même temps... ai-je encore quelque chose sous le crâne ? Je pense, je réfléchis, je vis, j'ai mes souvenirs, mes envies, mes buts, les craintes mais l'intérieur est vide. Ma nature pourrait faire réfléchir les plus brillants scientifiques. La place de l'âme dans notre monde technologique, vérité ou mensonges ? Peu importe la réponse, pour le moment, je dévisage mon nouveau patron. Patron à mi-temps, je l'espère fortement. La réputation des Saigneurs n'est plus à faire ni à répandre. Leur barbarie, leurs accès de violences sont connus de tout un chacun.

Cette situation ne m'enchante guère, moi qui me suis engagée pour arrêter toute injustice, me voilà prisonnière de ces forbans, tueurs, qui vendraient la veuve et l'orphelin pour un morceau de pain. Mes seuls ennemis étant les dictateurs, je me retrouve embauchée de force par l'un d'entre eux.
M'enfuir ? Ahah, bien impossible. En plus du rade bouclé, il me faudrait passer au dessus des deux autres. Le créteux n'a pas l'air si terrible, à ne pas prendre à la légère non plus, s'il n'avait que lui j'aurais pu tenter une échappée belle. Mais avec Patchett dans les parages, impossible d'y penser.
Je me résouds donc à atteindre les prochaines instructions.
J'espère qu'elles ne seront pas si terrible que ça et qu'il ne s'en prendra pas à l'un des notres ou à des civils. Cette fois, il ne s'agissait que de pirates. Passe encore, ils ont choisi leur vie et acceptés les risques du métier. Des pirates qui s'entre-tuent c'est pas la fin du monde, bien au contraire. Par contre, je ne sais pas comment je réagirais dans une autre situation. J'en ai la chair de poule, enfin, ce qui pourrait s'apparenter à la chair de poule vu que j'ai pas une once de poils sur les bras.

Assise sur un tabouret, je baisse les yeux et observe le sol couvert d'un sang vermillon. La raison principale n'est pas la fatigue mais bien la peur. La peur qu'il lise au fond de mon regard comme dans un livre ouvert, la peur qu'il comprenne mes craintes et qu'il les utilise contre moi. Réaction enfantine vous me diriez ? Et quoi ?! Je suis qu'une enfant non ?.


-Pouquoi qu'elle fait pas la queue com' tout'le monde elle ?
-...
-T'réponds gamine. Hey ! T'm'entends.

Il attrape mon épaule d'un main que je saisis et tord automatique au niveau du poignet et le regarde avec un air rempli d'une colère désespérée ce qui le fait taire aussitôt. Je continue à forcer malgré ses tentatives de retrait. Ça ne me fait pas plaisir, au contraire, je sens le blocaque osseux mais je n'arrête pas. Il faut que j'montre ma détermination, il ne faut pas qu'il me perce à jour. Un sourire forcé sur le visage, il me dévisage avec crainte maintenant. Je peux voir la douleur l'envahir une fois que je relâche la prise après un léger craquement. L'homme se retire et se place en rang. Avec une mèche j'attrape une bouteille de whisky, d'une autre la dé-bouchonne et boit plusieurs longues rasades. Bien... en avant pour une virée chez les pirates.
https://www.onepiece-requiem.net/t7537-archeologue-en-devenirhttps://www.onepiece-requiem.net/t7591-chasseuse-de-tresor-levy-
Mahach
Mahach

♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 6743
Popularité: -650
Intégrité: -390

Dim 4 Jan 2015 - 19:47

Putain, voilà. Voilà un moment pourri où le Joe me refile la paperasse ! C'est lui le Boss, c'est lui qui doit connaitre ses hommes bordel !

Sauf que bon, en chien docile, je vais pas me rebeller. C'est un coup à crever facile ça. Du coup, je prends de quoi noter.

- Bon, quand faut y aller ... Avancez un par un, et me les brisez pas, c'est aussi chiant pour vous que pour moi.

Si la plupart se tenaient à carreau, deux blonds casse-couilles se tiraient encore la bourre. Je me penche pour capter leur attention. Rien. C'est les autres qu'en ont marre. Et moi aussi.

- Oh, Tito et Toti, vous vous calmez ou faut que je vous calme ?


Ca y est, j'ai leur attention. Ils s'arrêtent et se penchent à leur tour pour me regarder.

- Oh ?
- Kishishi !


Je vois qu'ils ont des couteaux plantés un peu partout, et ils pissent le sang. C'est dégueulasse mais c'est leur problème. D'ailleurs, ils se les retirent et ils ont pas l'air de douiller. Bande de barjots.

- Toi, "Cheveux longs", viens là.

Il s'approche et ce qui semble être son frère jumeau se marre encore.

- Ton nom, ta spécialité.
- Ezekiel, chirur ...
- Boucher !
- Ta gueule !
- Qui ? Lui ou moi ?
- Toi.
- Moi ?
-VOS ! GUEULES !


Retour au calme plat, sauf, bien sur, leurs deux "Kishishi". Putain, quel rire de merde. Et ils me gavent déjà.

- Bon, le Blondinet en second, viens aussi. Je veux ton nom et ta spécialité.
- Azazel, chirurgien.
- Toi aussi ?
- C'est moi le premier à être devenu chirurgien !
- Menteu ...
- VOS GUEULES BANDE DE TARES ! VOUS ME PRENEZ DÉJÀ LA TÊTE ! FERMEZ LA, TOI A GAUCHE ET TOI A DROITE ! ET SI VOUS ÊTES PAS FOUTUS DE VOUS TRUCIDER LA GUEULE, Y'A QU'A DEMANDER !


"Kishishi". Encore. Tous les deux.

- Suivant ...

Et des noms et des spécialités, j'en ai écris à la pelle, parfois commentés de deux rires des Jumeaux. Mais un regard suffisait pour qu'ils ferment leur gueule. Pour quelques minutes au moins.

Nom : Gros Dan
Spécificité : Le mec le plus gros
Poste : Timonier
- Tu te fous de ma gueule ? Cuisinier ? On va être en rupture de stock avant de lever l'ancre ! On court droit à la mutinerie ! Nan nan, je te colle à la barre.

Nom : Maria
Spécificité : Cheveux gras, regard vicieux et sadique, empoigne tout le temps une dague
Poste : Cuisine
- Bon, comme tu sembles connaitre le corps humain à force de le découper en rondelle, je te mets en cuisine, tu verras, c'est pareil. Par contre, si le Gros Dan essaie de rentrer dans la cuisine, je te donne le droit de lui foutre un coup. Mais le bute pas hein ! Pas de mort, pas de rondelle.


Nom : Gérald
Spécificité : Chemise ouverte et touffe qui ressort
Poste : Sabreur
- Vu la gueule de ta lame, tu tacheras d'en chopper une potable sur un mort. Mais sors la pas en public, si tu blesses un des nôtres, tu vas lui refiler le tétanos.

Nom : Marek
Spécificité : Grand noir tout fin
Poste : Vigie
- Tu tiens ta jumelle ton grand père ? Je te colle à la vigie, mais garde tes yeux pour le moment, ils ont au moins le mérite d'être moins vieux.

Nom : Marcus
Spécificité : Vieux croulant avec un piaf sur le crâne
Poste : Aide à la navigation
- Bon, d'accord, ton arthrose aide pour le mauvais temps et ton hirondelle pour le beau temps. Mais t'es pas le navigateur principal. Estime toi heureux d'être des notres et remercie ta canne lestée de plomb.

Je te hais Joe
Nom : John Fol-Oeil
Spécificité : Oeil de verre dégueulasse qui bouge
Poste : Navigateur
- Faudrait voir avec les ingénieurs si ton oeil de verre qui tourne pour montrer le nord comme une boussole peut pas servir de log ...

Nom : Minus
Spécificité : Déprime qui a l'oeil sur sort de son orbite
Poste : Sniper
- Deuxième déglingué avec un oeil tout dégueulasse ... Tu quoi déjà ? Quand tu le sors, tu vises mieux ? Ouais bah vise pas dans ma direction, je vais finir par me vider les boyaux.

Nom : Cortex
Spécificité : Petit à la tignasse grise
Poste : Scientifique - médecin

- Qu'on soit clair : le cobaye, c'est toi ; pas les autres. Alors trouve des remèdes mais crève pas.

Nom : Boon
Spécificité : Tas de linges
Poste : Médecin en second

- C'est pas parce que tu crois que t'as toute les maladies que tu dois blinder les autres de potion, d'onguent et de toutes les merdes de médecin de pacotille.

Nom : Jim le Carré
Spécificité : Lunette, l'air strict
Poste : Chirurgien

- 'Sais que tout n'a pas besoin d'être millimétré ou mesure ? On est des pirates bordel, pas des Marine. Et tente plus jamais de me planter un scalpel dans la main !

Nom : Sieur Muscle
Spécificité : Le mec le plus baraqué
Poste : Canonnier

- Ouais, okay, tu peux lancer ou arrêter des boulets à mains nues. Mais on te demandera juste de placer les canons, ils font le job très bien.

Nom : Pierrot
Spécificité : Ressemble à un clown
Poste : Second de Kiril, à la charpente

- Arrête de chialer on te prend ! T'aideras Kiril à la charpente, tu serais sous ses ordres. Tu verras, l'est cool. Putain arrête de chialer ou je te passe par dessus bord dès que t'auras mis un pied sur le cuirassé !

Nom : Harrison Jones
Spécificité : Chapeau et pioche
Poste : Archéologue

- Avec ta pioche, tu pourras au moins fendre des crânes ou enterrer vivant, c'est cool.

Je te hais vraiment Joe
Nom : Indiana Ford
Spécificité : Drama Queen

Poste : Acteur - truquiste
- Ta gueule un peu ! Arrête de péter plus haut que t'as le cul. Pis arrête de faire croire que tu meurs quand je te gueule dessus, tu peux pas saigner je t'ai pas cogné.

Nom : Maiténa
Spécificité : Grosse avec un hachoir et un rouleau à pâtisserie
Poste : Maitre Queux
- Tu marques un bon point quand je te demande de ME faire un gâteau à l'image des Saigneurs avec vraiment pas grand chose et que tu m'en fais un tellement gros que TOUT LE MONDE aurait le bide qui craquerait mais on est d'accord : plus jamais tu fous du sang dans la bouffe.

Nom : Bill Barrières dit Double B
Spécificité : Dégueulasse à lunettes
Poste : Ingénieu
r

- Si c'est toi qui a vraiment fait ton bras électronique, bah ta place est toute désignée.

Nom : Jacques d'Esparreau
Spécificité : Mec relou dès que tu le vois
Poste : Historien
- Je sais pas si tu seras vraiment utile. M'enfin t'essaieras d'assommer les mecs avec tes bouquins qu'on dirait des parpaings, ou de leur endormir avec tes anecdotes moisies sur l'histoire.

Nom : Zikos
Spécificité : Bonnet à la con
Poste : Musicien
- Tu feras attention de pas jouer de ton crin-crin pourri vers le Joe, il a l'oreille sensible.

Nom : Erma d'Ertiam
Spécificité : Armé jusqu'au dent
Poste : Entraineur

- Je t'ai vu te battre et t'as fait plus que tes preuves. Pas contre, pas de morts chez nous hein.

Nom : Big Fish
Spécificité : Homme-Poiscaille
Poste : Explorateur de fond Marin

- Bah ... si tu maitrises pas le Karaté des Hommes-Poissons, tu pourras au moins aller chercher les potentiels noyés ...

Nom : Arti Phiciet
Spécificité : Un baril de poudre dans le dos, et plein de fusées
Poste : Artificier

- Sois prudent avec la merde que t'as dans le dos, faudrait pas nous faire un spectacle de pyrotechnie avec notre bateau en pleine mer.

Putain que je te hais Joe !
Nom : Eric Hantonay
Spécificité : Yeux bridés
Poste : Ingénieur en second

- Bon, tu fais que de la bidouille, mais tu la fais vite. Essaie de prendre ton temps histoire de pas fabriquer un truc qui pète dans l'heure.

Nom : Je sais pas
Spécificité : Il se planque tout le temps pour pioncer
Poste : Inutile – pourrait infiltrer s'il roupille pas tout le temps
- Oh ! Réveille toi Ducon ! Quoi ? T'es encore vivant parce qu'on te croyait mort ?!

Je soupire un grand coup. Tout le monde était enfin passé. Tout le monde avait enfin son verre dans les mains. Sauf que faire la fête c'est bien beau, mais faudrait se bouger le cul maintenant !

- Oh ! Je parle !

Tout le monde s'était arrêté. Sauf les deux jumeaux qui rigolaient dans leur coin. Regard noir et plus personne. Bon, j'allais pouvoir leur dire quoi faire à tous maintenant.

- Maintenant que z'êtes des nôtres, c'est bien sympa, mais faudrait prouver votre loyauté. 'Savez quoi faire, z'avez une heure !

C'était l'heure des comptes. Je m'approche de Joe et je lui tends le tas de vieux contrats sur lesquels j'ai griffoné les infos sur les gars. Je dis à Tito et Toti de s'approcher. Ils se marrent encore.

- Fermez vos mouilles si vous voulez pas que Joe vous éclate la tronchouze.


Je me tourne vers le capitaine et je lui tends les feuilles.

- C'est bon, Boss. Par contre, je me garde ces deux gugusses, je préfère les avoir à l’œil, sont du genre débiles profonds et ils se pourraient que je les passe par dessus bord dès notre départ. Je voudrais pas taper dans l'effectif, peut être même que c'est eux qui le ferait.
https://www.onepiece-requiem.net/t9050-mahachhttps://www.onepiece-requiem.net/t9150-sifflement-tiens-ma-fiche-
Joseph Patchett
Joseph Patchett
Crack Joe

♦ Localisation : Jotunheim
♦ Équipage : Saigneurs du Crack

Feuille de personnage
Dorikis: 5670
Popularité: -617
Intégrité: -428

Lun 5 Jan 2015 - 20:14

Pour un gars originaire du Grey T, Mahach s'était carrément bien débrouillé comme scribe. C'était maintenant une belle liasse d'avis de recherches, plus ou moins usagés, que le Crack tenait entre ses mains avec au dos les C.V. particulièrement expurgés de ses nouvelles recrues. Pour ce qu'il en avait vu en les parcourant rapidement, il s'agissait quasi exclusivement de pirates. Comme quoi la sélection naturelle ça avait du bon. Joseph était de bonne humeur, de très bonne humeur même. Il se servit un verre, le brandit bien haut, imité par ses camarades.

"Aux Saigneurs !"

"Aux Saigneurs !"

Vingt huit gorges déglutirent simultanément. Maintenant qu'ils avaient partagé un verre, il était temps qu'ils partagent un délit. En l'occurrence il s'agissait du pillage en règle de la réserve du Brise de Mer. La fête avait assez duré, il était temps de se remettre au travail.

"Première mission pour vous mes nouveaux Saigneurs ! Pillez moi ce bouge ! J'veux que tout c'qui se boit ou qui se mange soit embarqué à bord d'votre nouveau foyer, not' beau cuirassé !"

Bah quoi ? Il n'y avait pas de petits profits. Tandis que les nouvelles recrues du Crack s'occupaient de piller le bar, la cuisine et la réserve du Brise de Mer, le Crack fit main basse sur la caisse. Privilège de Capitaine oblige. Une à une, les recrues revenaient dans la salle principale, les bras chargés qui d'un tonneau de bière, qui d'un jambon gigantesque, qui d'un plein cabas de légumes, etc... Un spectacle on ne peut plus plaisant aux yeux de Joseph qui observait la colonne passer devant lui au niveau de la porte d'entrée. Une fois le dernier passé et la Brise de Mer uniquement peuplée de morts et d'agonisants, le Crack referma la porte et y attacha un écriteau "Partis en vacances", petit clin d'oeil au grand Tahar. Le Crack était tellement heureux que, sur le chemin du retour, il se laissa même aller à pousser la chansonnette, une fois n'était pas coutume.

"Il est venu le temps de faire le maaaaaaaallleeuuuuuh. De semer le chaaooooos ! Je suis de retour dans le business !!! Alors à moi les gros juteux trésoreeeeeuuurs, les berrys à gogo. Je vais m'en mettre plein les fouilles ! On a enfin largué c'putain de gorilleeeeuuuuh ! Les Saigneurs sont à moiiiii jusqu'à la fin des millénaireeeees. Bwéhéhéhé !!"
https://www.onepiece-requiem.net/t6519-joseph-patchett-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t6586-crack-crack#80645
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1