AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Mwarharharh!

Sigurd Dogaku
Sigurd Dogaku
Le Boulimique

♦ Localisation : ^ Déconnez pas, vous étiez tous à hurler de rire.
♦ Équipage : Seul et triste

Feuille de personnage
Dorikis: 5018
Popularité: 750
Intégrité: 185

08.06.15 22:43

-Mmmmh, je me demandais… on a jamais rien fait d’aussi idiot avec des pirates, non ?, demanda Dogaku.
-Tout dépend, répondit sa comparse.
-Ah ?
-Pas depuis une semaine, en tout cas.
-Mwarharh. Rhooo, merde. On est vraiment si graves que ça ?
-Hihihi…


Aujourd’hui, nous retrouvions Sigurd, Haylor, l’Esprit de Nowel, une trentaine de marins de la Santagricole, et moitié moins de mercenaires œuvrant en bande au sein de la BNA. Tout ce petit monde s’était rassemblé sur l’une des îles méridionales du royaume de Zhu, un archipel aux traditions orientales qui avait su préserver son héritage séculaire et sa culture -même politique- tout en réussissant à s’intégrer dans le gargantuesque méandre diplomatique et administratif qu’était le gouvernement mondial.

En ressortait un pays dont le régent, communément appelé le monarque et dépositaire héréditaire d’un pouvoir détenu par toute une dynastie, faisait également office de gouverneur gérant le royaume sous le couvert du conseil des nations. On aurait pu penser que ces monarques auraient à composer avec les intérêts précaires de leur pays et de l’appréciation qu’en faisait le GM. Dans les faits, heureusement, le pays de Zhu était une nation florissante, une source de revenus et de rayonnement stable et acquise, qui profitait largement au gouvernement mondial. Bien assez pour qu’on lui laisse tout leste dont il avait besoin.

Mais rien de tout ça ne nous intéresserait aujourd’hui. Car si la petite bande des chevaliers de Nowel se trouvait là, c’était parce que l’île de Wu-Zeng, située à la périphérie sud-est du pays, constituait l’une des dernières escales notables de cette frange de North Blue avant que l’on n’arrive au large de Reverse Mountain. Et bien que la situation de la petite île aux communautés agricoles n’en fasse en rien un lieu où s’équiper convenablement pour l’âpre traversée de l’équateur, c’était un lieu de choix pour se procurer de vivres de la première fraîcheur en quantité. Tant et si bien que la demande était largement supérieure à ce que pouvait produire l’île seule, et que c’étaient des denrées en provenance de tout le royaume que l’on pouvait retrouver là.

Même les produits de la Santagricole avaient trouvé à être amenés ici. Et c’était bien là l’excuse qu’avait avancé Sigurd pour parcourir tout ce chemin depuis Luvneel sans que cela ne soit qu’une énorme perte de temps en cas d’échec.

Echec. Car le débarquement de cette cargaison n’était pas la réelle raison de leur présence si bas dans North Blue.

S’ils étaient là, c’était une nouvelle fois pour s’attaquer à des pirates, les délester de leurs navires pour les utiliser dans leurs propres négoces. Et pour combattre ces pirates, Suzukawa leur avait recommandé trois de ses spécialistes, des éléments à fort potentiel parmi ses agents de West Blue, en insistant très lourdement sur la nécessité pour les civils de s’accompagner d’éléments de choix s’ils voulaient que leur opération puisse aboutir sans complications.

Car aujourd’hui, ils ne s’attaqueraient pas à un pauvre petit équipage insignifiant, ni à une bande de hors la loi qui vivotaient paisiblement sur les mers bleues sans se donner les moyens de faire bien pire que cela. Ils s’attaqueraient à un équipage qui avait fait tout son possible pour faire gonfler les primes de son noyau de membres, quitte à commettre les pires méfaits et à s’essayer au plus noir de ce que pouvait être la piraterie, afin d’intéresser et de recruter un maximum de compagnons de qualité. Un équipage qui souhaitait maintenant se rendre sur la route de tous les périls, où ils comptaient se tailler la part du lion dans ces marées difficilement contenues par la marine.

Les civils et les chasseurs de primes avaient convenu d’intercepter ces pirates sur les abords de Reverse Moutain, et savaient que ces derniers avaient décidé d’attendre la date anniversaire de la constitution de leur équipage pour changer de mer. Ca ne serait pas dur. En l’occurrence, il était prévu que les trois spécialistes précités les retrouvent le lendemain, en milieu de journée. Ce qui leur laissait donc presque deux jours pour profiter de l’île avant leur arrivée. Ils n’étaient pas là en vacances, mais rien ne leur interdisait de mêler l’utile à l’agréable, loin de là. Les paysages champêtres et exotiques de Wu-Zeng, sa culture orientale, les lubies tantôt stoïques, tantôt kawai de ses habitants et tant d’autres encore pouvaient occuper des touristes pendant un mois sans qu’ils ne se lassent.

Sans surprise, personne dans l’équipage ne s’était fait prier.

-Oh, z’êtes déjà de retour ? On a commencé à faire le tour de la ville avec les gars, on nous a recommandé un endroit de dingue pour manger. Ca vous botte ? Ils cuisinent des crabes gros comme c’est pas permis et des pêches et des desserts qui vous feront pleurer tellement sont bons !
-Si vous me laissez le temps de me changer…

Les deux chevaliers de Nowel se situaient sur la longue jetée qui encerclait le modeste port de la ville où ils se trouvaient, et se dirigeaient maintenant vers leur navire, l’Esprit de Nowel. Contrairement au paresseux Sigurd, la miss s’était laissée tenter par les promesses des pêcheurs et des plongeurs grands habitués de ces cotes, et avait décidé de profiter de sa matinée pour explorer les fonds marins avec quelques amis dans l’équipage. Et à l’en croire, le paysage valait clairement la peine d’être exploré.

-Boah, tremper dans l’eau salée, j’ai déjà donné, grommela l’autre. Ca gratte la peau, ça pique les yeux, ç’a goût dégueu, ça brûle les cheveux…
-Et je vais prendre une douche, oui. Vous m’attendez ?
-Uh uh, confirma-t-il distraitement.
-Mmmh… quelque chose ne va pas ?
-Nan nan, s’pas ça, mais… j’ai beaucoup de mal à trouver des prétextes pour vous regarder et vous dévorer des yeux en faisant semblant d’être innocent, en fait. Des suggestions ?

Haylor en combinaison de plongée, fraîchement sortie de la mer. Une tenue qui épousait fidèlement sa silhouette mince, ce qui était assez inhabituel chez la jeune femme. La miss sortait tout juste de la mer, et chaque goutte d’eau qui perlait sur son visage et sa tenue parvenait à aimanter le regard de Sigurd avec un magnétisme ensorcelant. Mais tout ça n’était rien comparé à l’ouverture frontale en fermeture éclair de la combinaison, faisant maintenant office de décolleté très sympathique que Dogaku peinait grandement à ignorer.

-Hihi. Pas la moindre, désolée.
-Meh. Filez vous préparer siouplait, là z’êtes une tentation sur pattes. C’est trop horrible tellement ça me démange de vous prendre dans mes bras et de...
-Ooooh, tant que ça ?
-To-tale-ment. Et faîtes pas mine de vouloir m’embrasser avec votre regard de biche, parce que les bisous salés c’est bien gentil mais…
https://www.onepiece-requiem.net/t9504-sighttps://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
Yamiko
Yamiko
Prince de Lu | CDP de la B.N.A

♦ Localisation : Hungeria
♦ Équipage : Eagle Claws

Feuille de personnage
Dorikis: 4864
Popularité: +320
Intégrité: 240

15.06.15 19:42

ROUND I
La Folie de l'Ennui

- Quand-est-ce qu’on arrive ? Lança Yamiko, pliées en deux sur la rambarde du bateau, comme si elle était sur le point de mourir.
- Tu vas me poser la question toutes les dix minutes ou quoi ? Répliqua Fozia, qui était en train d’astiquer ses armes, assise non loin à même le pont du navire, le dos adossé contre le rebord de celui-ci.

Le regard vers le fond de la mer qui défilait, la jeune borgne espérait que ce voyage s’achèverait bientôt. Le Chevalier blanc de la Bounty Nationale Agence, les avait confié une mission qui les obligeait à se rendre à l’entrée de la Grande Line. Pour le déplacement, l’homme avait mis à leur disposition un petit bateau, facile à manœuvrer et dont la légèreté faisait avancer rapidement. Une légère brise, suffisait à le faire glisser silencieusement sur la mer translucide et bien trop calme au goût de Yamiko. Malgré la rapidité de leur moyen de transport, la jeune femme trouvait leur voyage bien trop long. La taille du bateau ne lui permettait pas de s’adonner à ses activités pour tuer l’ennui qui était l'un de ses pires ennemis. Les cordages des voiles, bien trop petits, ne lui permettaient pas de faire des acrobaties aériennes et le pont n’était pas assez large pour des figures au sol. Elle aurait bien passé la serpillière, comme elle l’avait fait maintes fois pour s’occuper au bord des navires, pour le plus grand plaisir des capitaines, mais le leur était déjà tout propre. Toujours dans sa position bien disgracieuse, pour la énième fois, la jeune borgne laissa échapper un soupir de lassitude.

- Yamiko ? C’est toi qui as mangé tous les fruits ? Gueula Sunny, le visage déformé par la colère, tout en se précipitant vers la jeune femme.
- Et alors ? Ils étaient là pour être mangés non ?
- Ce n'est pas une raison pour vider notre réserve comme tu viens de le faire, espèce d'égoïste ! Comment vais-je faire pour avoir ma ration de fruits du matin mainte …
- Fozia-san ! Tu ne pourrais pas me tirer dessus ? Réclama la jeune borgne par-dessus le geignement de Sunny, à qui elle n’accordait plus aucune attention. Tu vois, comme à l’entrainement !
- Je sais que tu t’emmerdes mais ce n’est pas une raison pour nous faire couler ! Et puis, j'ai pas envie de gaspiller mes précieuses balles parce que Mademoiselle s’ennuie !
- Non mais vous m’écoutez quand je par ... !
- Tais-toi un peu ou je te passe par-dessus bord ! Lança Yamiko d’un ton provocateur qui ne lui correspondait guère, tout en se redressant pour faire face à l’Excentrique de service.
- Tu veux te battre, c’est ça ? Répliqua Sunny tout en approchant son visage de celui de la jeune borgne qui, sans crier gare, lui offrit un coup de boule gentillet sur le front en guise de réponse mais qui avait suffi pour avoir le résultat escompté.

Fozia et Sunny:
 

Sunny attrapa la jeune borgne par les cheveux et cette dernière fit de même avec la tignasse arc-en-ciel de son compère, qu’elle avait provoqué expert pour pouvoir en découdre avec lui, afin de tuer l’ennui néfaste pour sa personne. Seulement, les deux personnages étant conscients que se battre sérieusement à bord les enverrait en fond de la mer, ils se contentèrent de se bagarrer tels des gamins. Une scène bien puérile qui fit secouer la tête de Fozia de désespoir.

Alors que Sunny et Yamiko s’adonnaient toujours à leur enfantillage, une flotte de la Marine se pointa, à peine quelques mètres d’eux. Les deux bagarreurs se figèrent un instant, pour fixer la scène, puis rapidement, Yamiko se libéra de l’emprise de Sunny pour aller se précipiter vers le navire qui était le plus proche du leur, qui tanguait dangereusement à cause des remous provoqués par le passage de l'escadre. Malgré les vacillements dangereux de leur petit navire, la jeune borgne réussit à se tenir en équilibre sur le bastingage puis, tout doucement, elle tendit les bras en direction de la caravelle la plus proche. Comprenant ce qu’elle s’apprêtait à faire, Fozia alerta Sunny qui, aussitôt, usa de sa capacité du retour à la vie pour saisir fermement avec sa tignasse, leur comparse qui s’apprêtait à utiliser la rope action pour aborder le navire de la Marine. L’Excentrique de service exerça une légère rétraction sur ses cheveux pour faire tomber la prisonnière sur le pont de leur bateau mais il ne la libéra pas que lorsque la flotte fut hors de portée. Furieuse, Fozia se rapprocha de la jeune borgne qui se révélait, pour lui flanquer une bonne raclée telle que, la tête de la victime pivota sur le côté.

- J’en ai ma claque de tes conneries ! Si tu veux mourir bêtement, fais-le loin de mes yeux veux-tu ?

Yamiko, qui ne souhaitait pas attiser la colère de son amie, se contenta de frotter sa joue en feu, tout en baisant le regard, telle une enfant réprimandée. Il était vrai que l'ennui lui faisait faire n'importe quoi, de ce fait, elle reconnaissait donc entièrement sa culpabilité.

- Désolée mais tu sais, je ne voulais pas les attaquer mais juste les parler !
- Les parler ? Mais de quoi ? … Cesse de croire que toutes les marines vont t’accueillir les bras ouverts ! Tu travailles peut-être, indirectement, pour eux mais cela ne fait pas deux tes amis, ni même tes alliés ! Et puis, dois-je te rappeler qu’on est en mission !? On n'a pas de temps à perde pour tes enfantillages ! Puis la jeune femme se tourna vers Sunny. Et c’est valable pour toi aussi ! Le prochain qui fait encore une connerie, je le calmerais avec une balle dans le crâne ! Pigez ?
- Non mais …

Une arme pointée vers lui, interrompit Sunny qui tourna le talon avec vexation, pour disparaître dans la petite cabine du navire. Une scène bien navrante mais qui avait souvent lieu entre le trio aux personnalités bien trop opposées. Un fait qui heureusement, n’empiétait pas trop sur le leur travail d’équipe. Si Suzukawa leur avait confié une mission, qui semblait si importante, à effectuer ensemble, c’était parce que leur trio avait déjà fait ses preuves.

Comme toujours, la tension ne fut que passagère mais la jeune borgne, qui en réalité, détestait les conflits, surtout envers ses amis, telle une punie, resta allongée dans une position fœtale, au milieu du pont. Elle n’en voulait à personne mais pour éviter de se laisser aller à ses pulsions enfantines, elle se forçait à ne pas bouger de sa position. Un choix qui était comme une torture, pour elle qui n’était pas habituée à ne rien faire.

Ce fut dans une ambiance calme, sans être tendue, que le petit navire des trois agents de la B.N.A., accosta l’île où ils étaient supposés retrouver celui qui avait sollicité leur aide. Sigurd Dogaku, un être dont le nom était connu sur toute sa Blue mais la jeune borgne, qui s'enfichait royalement des actions d'éclat de ses semblables, mis à part ceux de son mentor Frau, n’était au courant d’aucun de ses exploits. Elle savait juste que c’était un personnage qui œuvrait pour le bien et très apprécié par le Chevalier blanc. Raisons qui lui suffisaient amplement pour vouloir lui donner un coup de main.

À peine le bateau s’était immobilisé que Yamiko sauta de celui-ci pour se précipiter en direction de la ville et ce, sans prendre la peine de s’armer. Comprenant qu’il était inutile de tenter de l’arrêter, Fozia et Sunny se contentèrent de la regarder s’éloigner à grande vitesse.

Plus d’une heure s’était écoulée lorsque la chasseuse de primes aux cheveux blancs revint à bord de leur bateau qui avait été déserté, un sachet de pommes fraîches de trois variétés différentes dans une main. Elle trouva un message qui lui disait que ses deux camarades étaient allés à la rencontre de Sigurd Dogaku. Sans perdre de temps, elle s’équipa de ses armes : une épée à double lames, en diagonale dans le dos, et un sabre tanto dans son fourreau attaché en horizontale en bas de celui-ci. Elle partit ensuite à la recherche de l’équipage de mister Dogaku, qu’elle trouva sans mal à cause de leur indiscrétion flagrante. On aurait dit que la troupe était en vacances.

Sans aucune invitation, la jeune borgne monta à bord du bateau du meneur, devant qui elle se trouva rapidement à s’incliner légèrement, pour une salutation bien distinguée, comme le voulait la coutume.

- Enchantée de faire votre connaissance Monsieur Sigurd Dogaku, je suis Yamiko de la Bounty National Agency. J’espère que notre collaboration aboutira à un résultat positif !

Comme pour conclure ses mots, le sachet de pommes qu’elle avait amené avec elle à bord, car celui-ci était destiné à Sunny, se déchira. Les fruits roulèrent aux quatre coins du navire. Alors que Fozia se tapa la tempe de désespoir, Sunny, qui s’attelait déjà à pester avec quelques hommes à l’écart, cessa son activité pour fixer la scène principale. Yamiko se précipita dans tous les sens, pour ramasser les pommes rebelles qu’elle tentait d’amasser dans un bras, qui malheureusement, ne pouvait en contenir que quelques-unes. Lorsqu’elle se baissait pour en ramasser une, deux ou trois retombaient de son membre mais, telle une gamine, elle poursuivit sa vaine tentative.

- Ne vous inquiétez pas Monsieur Dogaku. Malgré l’apparence, elle est très fiable en tant que combattante. C’est juste qu’elle est … comment dire … un peu singulière !

Sachant l’importance d’avoir la confiance de celui qui les avait réclamé, en être responsable, Fozia tentait de rassurer Dogaku. De tous les trois, la Jeune borgne était sans doute la plus fiable, quand il s'agissait de gagner un combat, mais surement pas la plus mature et ce, malgré ses vingt printemps passés. Son caractère enfantin, la faisait, ordinairement, passer pour une naïve en qui un étranger ne ferait jamais confiance, sans avoir eu connaissance de ses exploits passés.

- Sinon, quand levons-nous l'ancre ? …
https://www.onepiece-requiem.net/t10689-yamiko-la-danseuse-du-vent-completedhttps://www.onepiece-requiem.net/t10809-fiche-de-la-danseuse-du-v
Page 1 sur 1