Le Deal du moment :
SITRAM – Batterie de cuisine 15 pièces ...
Voir le deal
63 €

Deal with it : some cash

Je suis assis à une table, dans une taverne de la ville portuaire du Royaume de Drum. Même si je regarde par la fenêtre, je sens bien que la jeune femme blonde assise non loin de moi me regarde avec insistance. Mais qu’est ce que j’ai qui ne lui revient pas bordel ? Je me suis pourtant vêtu normalement, je ne devrais pas attirer l’attention plus que nécessaire ... Elle va tout faire capoter !

Visiblement irrité, je continue à scruter le port à la recherche d’un grand gaillard chauve, avec juste une petite houppette blonde. Le genre de type qu’on ne peut pas rater, un excentrique.

J’entends des pas qui s’approchent de moi, je tourne la tête, toujours cette jeune femme blonde. Elle me sourit, mais je vois bien que ses traits ont été durci, elle a du vivre quelque chose d’éprouvant mentalement.

- Excusez moi de vous déranger mais vous ne sortez pas de chez moi ?
- C-Comment ça ?
- Je tiens une petite boutique de bio-mécanique, je fabrique, répare et greffe des membres de métal. Et je n’ai jamais vu de telles choses ! C’est du génie que ce que vous avez !
- Ah, ça. C’est de moi.
- Quoi ?!
- Oui, c’est moi qui ai imaginé les plans et qui me suis implanté la technologie tout seul, la plupart du temps.


Elle écarquille les yeux, je crois qu’elle me prend pour un fou. Ca me laisse le temps de jeter un oeil par la fenêtre.

- C’est du bon travail ! Je peux regarder ?

Sauf que mon colosse ridicule avec sa mallette, tout penaud !

- Hein ? Euh plus tard ! Je dois y aller, désolé !

Je ne prends pas le temps de regarder son visage décontenancé, je sors de cette taverne. King l’a dépassé, et la folle de bio-mécanique est encore sous le choc de notre étrange rencontre, j’en profite pour appeler ma cheffe dans un coin tranquille.

Purupurupuru ... Katcha !

- Meredith ? Il vient d’arriver, il se dirige vers vous.
- Compris. Filez le en toute discrétion. Et souvenez-vous : essayez de rester le plus naturel possible, nous ne sommes pas en terrain conquis.
- Entendu.


(..)

Après quelques minutes à le suivre sans me faire remarquer, malgré les quelques fois où il s’est retourné pour voir s’il était suivi ou pas, j'atteins la position de ma rousse de cheffe. Joseph King, le Sergent d’élite corrompu, est à une centaine de mètres devant nous, debout, à guetter l’arrivée de son partenaire, peu après la sortie de la ville, dans un recoin tranquille.

(...)

Après quelques dizaines de minutes, le pirate arrive enfin, avec lui aussi autant de méfiance et une mallette en main. Quand il passe à notre niveau, nous nous cachons davantage. Meredith dégaine son pistolet et son air déterminé.

Les deux hommes se croisent enfin, se serrent la main, jettent un dernier coup d’oeil aux alentours. Elle et moi nous rapprochons d’eux silencieusement afin de les interpeller sans risque qu’ils ne nous échappent et nous distance. Et au moment qu’ils échangent leur mallettes avant de s’être assurés du contenu de celle de l’autre ...

- Cipher Pol 3 ! Vous êtes en état d’arrestation !

La rousse braque son pistolet sur les deux hommes qui sont surpris et qui commencent à détaler. J’active mon Radiant Core, et nous les rattrapons en deux ou trois Soru.
King essaie de se dépêtrer de Meredith en lui donnant un violent coup de poing au visage mais elle esquive gracieusement l’attaque, saisit le poignet de son adversaire, et le tord en clé de bras.

De mon côté, le pirate ne s’attend pas à ce que je réapparaisse devant lui, je lui balance un flash de lumière blanche qui l’éblouit, il répond en tentant un coup de pied désespéré que j’évite sans mal, je lui donne un taquet pour le déstabiliser, et lui à nouveau un coup de pied que je bloque avec le bras.

- Gelure !

A mon tour de faire des ronds de jambes : je lui mets un joli Shigan du bout du pied dans le ventre, il s’écroule dans ce qui va devenir une flaque de sang. Mais rien de mortel.
Alors que nous les maintenons fermement au sol, Meredith relâche son étreinte et se relève, provoquant mon incompréhension totale. Je la regarde, hébété, mais semble me fuir.

- Bon, le pourri, tu préfères être un peu moins riche que prévu, ou vous privez de soleil tous les deux pendant quelques années ?
- Quoi ?!


La bouche de King se tord en un rictus moqueur.

- Je vois, c’est un nouveau pas vrai ?
- Ouais. Sinon, je vous ai posé une question.
- Meredith ! Qu’est ce que ...
- Précisément. J’allais vous demander si vous préfériez arrondir votre fin de mois ou grappiller un peu d’honneur. Pour que ce que ça rapporte ...
- Hors de question d’accepter ce chantage !
- La ferme, Skullson !
- Et votre résolution Meredith ? Hein ? Votre loyauté, votre sens du devoir, vos bonnes manières ? Vous les avez oubliés ?
- Vous osez lever le ton face à votre supérieure ? Vous n’êtes qu’un Agent en Formation, Skullson. Vous ne comprenez rien à rien ! Nous, le CP3, nous pouvons justement nous permettre ça ! Nous pouvons faire chanter ceux que nous traquons ! Nous en avons les moyens !
- On dit 50-50 ? 25 pour vous, 25 pour votre collègue ?
- Entendu.
- Non !
- Acceptez Skullson, ça vaut mieux pour tout le monde.
- Non ! Jamais !


Ce connard de King rince grassement cette salope de Meredith ! Elle cache bien son petit jeu la rousse, profiter de sa fonction pour mettre la pression. Elle ne vaut pas mieux qu’eux ! Le colosse bizarre s’approche de moi et me tend une grosse liasse de billet. Je la regarde avec dédain, puis lui, puis Meredith.

- Acceptez je vous dis, c’est mieux que rien.
- Ce n’est certainement pas mieux que faire notre travail convenablement, avec nos méthodes, légales elles. Ne devions nous pas nous servir de leurs méthodes ? Je vous rappelle que ce sont vos mots, que vous ne me le permettiez pas !
- Ce que vous pouvez être naïf ... Il va falloir que je vous travaille encore un peu, il y a fort à faire ...
- Et le rapport ?
- Allons, allons. Vous savez bien que nous sommes le Cipher Pol, nous pouvons ajuster la réalité à notre convenance. Tenez, par exemple, avez-vous vu aujourd’hui la trace du Sergent d’élite King ? Pas moi. Ils ont du nous échapper.


Putain, la garce ! Je n’arrive toujours pas à y croire ! Et pourtant, c’est vrai que c’est une des spécialisation du Cipher Pol ...

King tend la liasse qui m’est destinée à Meredith avant de repartir comme si tout allait bien.

- Libérez le pirate, c’est un ordre.

Je me lève, mais à contre coeur.

- Je vous laisse ça régler en interne n’est ce pas ? C’est une querelle intestine à laquelle je n’aimerais pas être mêlé, héhéhé.
- Bien sûr Sergent. Allez Skullson, tenez.


Les deux complices s’éloignent dans un sourire triomphant. Je tends la main, comme si quelqu’un d’autre me pilotait, en absence de ma conscience qui s’est écrasée contre le mur de la vérité. Sauf qu’au dernier moment, au moment où cette satanée Meredith laisse tomber cette foutue liaisse dans ma main, je la retire juste à temps. Les billets tombent dans la flaque de sang. La rousse corrompue me regarde, étonnée.

- Je ne mange pas de ce pain là. Je ne dirais rien pour autant, mais allez au diable ...

Je commence à partir, elle reste exaspérée.

- Décidément Skullson, vous êtes le dernier des sombres crétins.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13335-fichier-de-l-agent-skulls
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13245-agent-bjorn-skullson