AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le deal à ne pas rater :
[CDAV] -25€ dès 249€ d’achat sur tout le site avec le Code ...
Voir le deal

Surprises, surprises

Grey
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Mer 20 Jan 2016 - 13:59

- Là-bas ! Armada ! Je vois l'île !!

Tout le monde relève la tête. J'dis pas que j'suis omnipotent et que j'sais ce que tout le monde fait - encore qu'avec mon Haki je pourrais presque - mais c'est simplement que j'imagine pas que les gars, moi aussi je l'ai fait d'ailleurs, puissent faire autrement où qu'ils soient sur le navire.

Si on peut encore qualifier de navire l'épave qui nous transporte. Après les coups de canons et autres armes qui ont explosé plein de trucs, nous avons dû essuyer les foudres de Gap Waves, une espèce de tempête de GL où les vagues montent à 20/30 mètres. Grâce à l'ingéniosité d'un gamin de 15 ans et mon pouvoir qu'il a mis à profit, on s'en est sortis. Mais là encore le bateau a pris la dose. Entre l'eau d'une force folle et moi qui ai cramé quelques bouts, dont la vigie, une voile et la figure de proue, c'est un miracle qu'on ait pu continuer de parcourir l'océan jusque là. Et bien sûr ça s'en est ressenti sur notre vitesse. Si je me trompe pas, il nous a fallu 10 jours pour faire Navarone - Armada. 10 Jours ! En ligne droite ! On a bien failli crever de faim ! Parce que oui, une partie des réserves a foutu le camp avec les trous ici et là ! On a dû se rationner. Mais on s'en est rendu compte 3 jours après la fuite parce que tout se garde pas au même endroit. Donc les portions ont drastiquement diminuées après et pendant 7 jours.

M'enfin, c'est du passé tout ça. On a survécu. Presque tous. Y'en a cinq qui étaient entre la vie et la mort à cause de Navarone. Seulement deux s'en sont sortis. Je sais même pas combien de mecs au total ils ont perdu dans cet équipage. Ce que je sais surtout, c'est que leur Capitaine et leur médecin y sont passés. C'est moche. Un peu comme mon look en ce moment, tout recouvert de bandage. Je sais pas combien de temps ça va me prendre pour être remis. Leur apprenti Doc qui lui a pas clamsé a pu me faire d'estimation.


- On se met en place tout le monde !

Notre ami le navigateur a pris les choses en main. En même temps, sur un bateau qui vogue, si c'est pas lui commande, qui ce sera ?

Pour ma part, je me contente de poser ma canne improvisée contre une paroi, de m'accouder à un bord et de regarder. Il fait beau aujourd'hui. Ca change des derniers jours. Quelques mouettes se laissent porter par le vent.


- On y est.

Noa m'a rejoint.

Noa Shoichi:
 

C'est lui le môme de 15 balais qui a fait marcher ses neurones pour nous sortir des Gap Waves. Si si, il peut vraiment être intelligent quant il veut. Bon, je passe sur sa machine à pop-corn foirée qui nous a fait perdre 10 kilos de maïs...

- Oui. On va enfin pouvoir dormir sur nos deux oreilles.
- Toi oui, mais nous on va devoir faire gaffe au port.
- Ah bon ?
- Bah oui, quand les autres types sauront qu'on n'a plus de capitaine et qu'on a subi des dégâts, tout les types les moins recommandables vont venir rôder autour de nous pour prendre ce qu'il nous reste. La première fois qu'on est venus on a déjà dû faire face, mais on avait réussis parce qu'on était tous là et qu'on avait fait comprendre qu'on était sérieux. Maintenant...
- Hum...

Je ne savais pas que ça se passait comme ça. Bien sûr, les types les plus louches, je sais qu'ils existent, j'en avais moi-même croisé quand Armada n'était encore qu'un projet sur Tortuga. Mais oui, quand on y pense, c'est logique. Les voyageurs qui arrivent jusque là mais qui n'ont pas ce qu'il faut pour aller plus loin, ils se font croquer par les habitués.

- Peut-être que quand ils te verront descendre, ils n'oseront plus rien nous faire ?
- N'espère pas trop. S'ils voient que je suis pas dans le secteur, ils se priveront pas.
- C'est ce que je pensais...
- J'pourrai ptetre voir pour qu'on vous emmerde pas.
- Et comment ?
- J'ai qu'à parler aux bonnes personnes.

Suffit les interrogations, je te laisse avec ton sourcil levé plein de perplexité. On va bientôt accoster.


Dernière édition par Grey le Jeu 21 Jan 2016 - 13:49, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttps://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
Grey
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Jeu 21 Jan 2016 - 13:49

Je finis de descendre de la passerelle en claudiquant, appuyé sur ma canne. Et quand mes pieds se posent sur le ponton, je ferme les yeux et lève les bras, en signe de triomphe pur ce retour ! Mais rien. Pas de réaction. De personne.

- Bah quoi ? Même pas d'acclamations ou d'accueil chaleureux ?
- Pousse-toi !

Je m'écarte pour qu'un gros type chargé d'une caisse toute aussi grosse puisse me passer devant et aller rejoindre un autre bateau juste à côté. Lui, s'il avait vu qui j'étais, je pense qu'il m'aurait parlé autrement. J'ai vu l'effarement et la peur que je pouvais provoquer désormais. Ca doit être la prime et mon pouvoir.

- Oh la tronche du bateau ! Ca sent les ptits joueurs !
- Hahaha ! Il vous est arrivé quoi, les gars ?

Tiens, les grandes gueules du port. Ils mettent pas longtemps à se manifester ceux-là. A moitié torchés, binouzes en main, ils ont rien de mieux à faire que rabaisser les gens. Et déjà, du coin de l'oeil, je remarque deux ou trois gars louches qui s'intéressent discrètement au navire et ses occupants au moral plus que bas. C'est pour ça qu'ils ne répondent pas à la provocation. Certes on est arrivés jusque ici et c'est un soulagement, mais les pirates n'oublient pas les lourdes pertes qu'ils ont subi. Et ils savent qu'ils sont dans une position délicate. Ils pourraient tout perdre à rester trop longtemps au port en ayant l'air faibles. Et sans Capitaine pour répondre au nom de l'équipage... Ils peuvent se faire emmerder à tout moment. Ca commence avec des soiffards mais les autres que j'ai repéré pourraient déjà devenir plus chiants. Pour gagner un peu de temps, ce serait bien qu'ils captent qui je suis.

D'ailleurs, est-ce qu'on me reconnait avec tous ces bandages ? Dans le doute, je me débarrasse rapidement de ceux qui m'entoure la tête. Mes cheveux rouges dans le vent suffiront à rétablir mon identité. C'est presque guéri en plus, mes blessures se sont bien refermées.


- Bah alors, on a rien à raconter ?!
- Fermez-là !

Noa ? Moi qui m'apprêtais à intervenir...

- On revient de Navarone, ok ?!
- Haha ! Vous y êtes allé et vous vous êtes fait exploser ! C'est un miracle que vous soyez revenus !
- Il vous en a fallu du temps !
- On s'est battu contre la Marine nous ! On est pas restés à boire ici !
- Bah vous savez pas ce que vous avez perdu ! Y'a que les débiles pour aller s frotter à une base militaire !
- On...
- Laisse-les Noa !

Oh tiens, le Navigateur s'y met aussi !

- Ces crétins veulent attirer l'attention pour masquer le fait que ce sont des trouillards en puissance qui se cachent derrière la force d'Armada et qui n'ont jamais tenus une arme de leur vie.
- T'as dit quoi, là ?

L'alcoolo brise sa bouteille et la pointe vers le navigateur.

- Tu veux vérifier si j'suis un trouillard ?

Le deuxième sort un pistolet.

Comme une seule personne, tout les autres membres de l'équipage se rassemblent autour de Noa et du navigateur. Ils ont tous sorti la têtes des durs à cuir qu'il faut pas faire chier. Ca fait reculer d'un pas les deux gueulards.

- Vas-y, amène-toi.
- Vous... vous êtes un équipage entier !
- C'est l'équipage entier que tu emmerdes avec tes discours. Alors c'est l'équipage entier que tu défies. Si t'as pas ce qu'il faut pour nous tenir tête, tu fermes ta gueule et tu dégages !

Haha ! Ils peuvent jouer les durs s'ils veulent ! Et les types l'ont bien compris, ils remballent leurs armes et font demi-tour, les sourcils si froncés qu'ils pourraient se toucher. Je me tourne vers l'équipage. Le navigateur a croisé mon regard, et m'a fait un clin d'oeil. Oui, ça devrait aller pour eux pour le moment. Ils ont fait comprendre à tous les témoins de la scène que s'en prendre à eux se ferait pas sans dégâts. Et pour le coup je disparais complètement dans l'anonymat, mon retour est plus discret qu'une fourmi...

- Mr Grey ?

Ca me surprend ! Je me retourne et vois un pirate qui arbore les couleurs de l'Ancêtre. D'où qu'il me donne du Mr Grey ? On dirait un nom de millionnaire fan de SM voulant initier une journaliste.

- Ouais ?
- Ca fait un moment que le Capitaine attend votre retour.
- Quoi, les autres sont pas rentrés ?
- Eux si. Vous non.
- Ah, tant mieux. Oui, j'ai dû prendre un autre bateau et on a eu... des complications.
- Le Capitaine sera sûrement ravi d'entendre votre récit. Veuillez me suivre.

Et il se lance dans la foule. Il en a rien à battre de ce que j'ai à dire celui-là.

- Va moins vite, je peux pas suivre.
- Comme vous voudrez Mr Grey.
- Et arrête de m'appeler comme ça !
https://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttps://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
Grey
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Ven 22 Jan 2016 - 19:28

- Capitaine, le pirate Grey.

Le gars il m'annonce alors que je peine à finir de monter les marches de bois. J'ai même pas passé la porte encore !

- Il est enfin revenu ?
- Oui Capitaine. A bord d'un navire au pavillon inconnu et en très mauvais état.

Quand j'arrive dans l'encadrement de la porte, mon escorteur s'écarte pour me laisser voir devant. Une pièce carré, sommairement décorée. Des portraits, un miroir sur la gauche, un meuble avec quelques bonnes bouteilles devant, un petit salon aménagé avec une table basse et des chaises, un bureau en bon bois bien grand et solide au fond, et d'autres chaises pour y faire face. Sommaire. Pour quelqu'un de son rang. J'avais déjà remarqué ça la dernière fois, mais ça me frappe toujours. Je suis sûr que s'il voulait il pourrait en mettre plein la vue. A la différence de la dernière fois où je suis venu ici, l'Ancêtre est assis à son bureau. Y'a même quatre gus, droits comme des "i" qui doivent servir de garde.

L'Ancêtre:
 

Vieux bonhomme dont il est impossible de deviner l'âge, pipe entre les dents, vieille veste qui a vu le temps et les aventures défiler. Et l'un des brigands les plus réputés de Grand Line. Voilà qui j'ai en face de moi. Mais je vois aussi des fils. qui passent de sous sa chemise vers des tubes accrochés à des pendants en métal. Le type "assistance médicale". Son état s'est pas tellement amélioré depuis la dernière fois.


- Approche.

Dingue cette prestance qu'il arrive à dégager même dans son état. Tandis que je m'avance, il fait un signe de la main à mon guide pour le congédier. J'suis pas rapide, et ce petit voyage du port jusqu'ici m'a tiraillé les muscles blessés.

- Je vois que tu as encore croisé ton lot de problèmes.
- Comme vous dites.
- Assis-toi. Tu veux quelque chose ?
- Je refuserais pas un petit truc à boire. N'importe quoi tant que c'est bon.

Je m'assieds doucement pour pas me faire mal. Ca devrait le faire, la chaise est rembourrée. Plutôt confortable même. Et je pose ma canne contre le bureau. Le Vieux claque des doigts et un de ses gardiens quitte son poste pour prendre deux verres et une bouteille transparente laissant apercevoir un liquide orangeâtre. Il pose les verres sur le bureau débordant de paperasse, les remplis à moitié et les pose devant mon et son Capitaine. Après quoi il retourne à sa place. l'Ancêtre saisit son verre, je fais de même de ma main droite, la seule valide.

- A ton retour !

Je bouge ma tête en signe d'accord et porte le liquide à mes lèvres. Du rhum. Et du bon ! J'aurais pas été contre un peu d'eau avant mais tant pis. J'avais qu'à en demander.

- J'ai été surpris de ne pas te voir dans le bateau avec les autres. Plus encore quand on m'a raconté tout ce qui était arrivé. A en juger par ton état, c'est la vérité.
- Sans doute.
- J'aimerais bien connaître ta version des faits. Non pas que je doute de mes hommes, mais ça pourrait combler les quelques faits qu'ils ont eux-même eu du mal à comprendre.

Je m'y attendais. Je cherche par quoi commencer même si la réponse est assez évidente. Par le début. Alors je m'y mets, et je lui raconte ce qu'il veut savoir. Comment je suis entré en douce par le navire de la Capitaine Izumi. Comment j'ai rejoins un groupe du Vieux et leur ai dit de transporter tout ce qu'ils pouvaient de technologie vers le bateau. Comment j'avais tracé aux sous-sol pour rejoindre un passage secret menant aux Logs, ma galère pour récupérer un sac plein que j'avais ensuite confié à de ses hommes. Et comment j'avais loupé le bateau mais avais réussis à m'en procurer un autre. Puis les Gap Waves. Je ne me suis pas attardé sur les combats. Il ne m'a pas coupé une seule fois du récit, se contentant de croiser les mains, de me regarder gravement et de hocher de la tête de temps à autre.

- Hum... Ca colle en effet avec ce que j'ai entendu. Je comprends un peu mieux comment tu t'es procuré les Eternals. Mais j'ai le regret de te dire, surtout que je sais maintenant ce que tu as enduré pour les avoir, que le sac était rempli d'éternals en miettes.
- Pardon ?
- A deux ou trois près. A un moment ou un autre ils ont dû être un peu trop secoués. Que tu n'ais pas fait attention quand tu te battais ou pendant la fuite.

Non mais c'est pas vrai... Je suis enroulé comme une momie parce que j'en ai chié pour récupérer ce sac ! Et tout ça pour rien ?!

- Surtout que nous avons déjà des exemplaires des éternals encore intacts.
- Merci de retourner le couteau dans la plaie.
- Ce sont des choses qui arrivent quand on est pirate ! Estimons-nous heureux que d'autres n'aient pas mis la main dessus.
- Ca c'est pas sûr. Red en a peut-être récupéré grâce à son pouvoir.
- On verra ça au prochain Conseil des 9.

On est chacun dans sa réflexion. Un bip régulier de machine qui doit venir de dessous le bureau comble le silence.

- Et concernant les gadgets et les plans ? Vous avez pu en tirer quelque chose ?
- Oh, oui. Enfin, pas pour tout encore. Entre ce qui était cassé, les plans mouillés illisibles, les trucs sans noms... Pour être honnête, ça me dépasse un peu tout ça.
- A qui le dites-vous...
- Mais j'y ai mis des gens plus compétents que moi en la matière.
- Je pourrai aller voir ?

Il tousse.

- Bien entendu. On pourrait y aller de ce...
- Capitaine, n'oubliez pas, vous avez le...

C'est le mec qui nous a servi à boire. Il n'a pas bougé, juste parlé.

- Ah oui... Dans ce cas, nous irons demain.
- Ca me va.

Il prend un bout de papier sur lequel il griffonne rapidement avec une vieille plume qu'il passe dans un encrier. Après quoi il me tend l'inscription.

- On se retrouve dans ce hangar vers 10h demain matin.
- D'accord.
- Je crois qu'un repos bien mérité s'impose en attendant.

J'attrape l'adresse et la fourre entre deux bandelettes. Puis je force sur ce que j'ai d'encore valide pour me lever du siège. Je choppe la canne au passage et commence à sortir.

- Ah ! Au fait.
- Oui ?

Il avait déjà recommencé à se plonger dans ses papiers, lunettes sur le nez.

- Ce serait possible d'envoyer trois ou quatre hommes au port ? Tenir à l'oeil le bateau qui m'a ramené ici ? Ils auraient bien besoin de pas être dérangés pendant un ou deux jours. Si on voit que vos hommes sont là en tant que soutien, ça dissuadera certains pirates mal intentionnés.
- Je verrai ce que je peux faire.

Et cette fois je sors.
https://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttps://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
Grey
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Mar 26 Jan 2016 - 22:19

J'ai eu du mal à dormir cette nuit. Sommeil agité comme on dit. J'ai fait de mauvais rêves, je me suis réveillé. J'ai pensé à des trucs pas folichons. Puis rendormis, réveillé et ainsi de suite. Le genre de truc classique quand on ressort de bataille. J'ai pas eu de nouvelles des autres pirates aux côtés desquels j'ai combattu. Izumi, Galowyr... Du coup, tous ces tracas m'ont fait me lever tôt. Et j'suis arrivé facilement une grosse demi-heure en avance au hangar. J'ai pas eu de mal à le trouver, il est dans une zone réservée de l'Ancêtre. Quelques mecs du Vieux zonent et deux types sont officiellement à l'entrée pour garder les portes fermées. De grandes portes en bois solide... Pour cacher ce qui peut se passer à l'intérieur.

- Ah, tu es là !
- Vous êtes en retard !
- Kof ! Kof ! Que veux-tu, quand tu auras mon âge, tu seras moins rapide.

Lui aussi s'aide d'une canne pour marcher. Parce que naturellement mes blessures ne se sont pas refermées en un jour. J'ai toujours l'air d'une momie. La différence c'est que sa canne porte sa vieillesse. Il n'est pas entouré d'équipement médical aujourd'hui. Il cherche à sauver les apparences. Par contre les quatre bonhommes qui l'entourent sont pas là juste pour l'apparat. Ils doivent vraiment assurer sa défense. Tous équipés d'un sabre et d'un fusil. Et pas de Blade à l'horizon. Ca m'avait déjà frappé hier. Il est où Wild Blade, son Second ? D'ordinaire il lâche pas le Vieux d'une semelle.

- Blade n'est pas dans le coin ?
- Non. Kof ! Il est en mission pour moi. Il est parti il y a deux jours.
- C'est rare.
- Pas spécialement, non.

Il tousse encore. Vouloir jouer les durs que même le temps n'atteint pas, ça lui fait pas du bien. Il aurait dû emporter un petit quelque chose qui lui donne meilleure mine.

- Entrons.

Les gardiens de porte s'écartent en le saluant après avoir tapé une fois à une petite porte de service. Bah ouais, on va pas ouvrir les grandes à chaque fois qu'un mec va pisser. La porte s'ouvre, deux escorteurs passent, puis le Vieux, ses deux autres gardes, et j'entre à leur suite. Un grincement plus tard et la porte se referme.

Le hangar est divisé en deux, séparé par des poutres. La première partie où on vient d'entrer, bordélique remplie de trucs et machins, et l'autre qui pourrait faire entrer un bateau. D'ailleurs je crois qu'il y en a un qui se monte doucement dans le fond. Y'a la quille de posée et plein de bois stocké. Mais c'est pas éclairé. Vu tout le bordel qu'il y a de notre côté, ce serait pas étonnant qu'ils aient fait une pause pour voir les trouvailles de Navarone. Mais aujourd'hui, seulement deux ou trois types sont là hormis nous.


- Comme tu peux le voir, nous nous sommes pas mal organisés. Après tout, on a eu quelques jours avant ton arrivée.
- Ah...

Bin merde, moi qui qualifiais ça de bordélique. On avance au rythme du Vieux, qui est presque trop rapide pour l'handicapé que je suis. On avance dans une des nombreuses rangées crées en posant côte à côte les objets ramenés. Beaucoup de petits trucs, parfois en morceaux.

- On a pris le temps pour analyser chaque objet. Bien sûr, kof, plusieurs sont incompréhensibles. Il aurait fallu leurs plans. Et ironiquement, on a une rangée de plans mais sans l'objet qui va avec. On pourra peut-être, kof kof, en tirer quelque chose quand même.

Un des mecs déjà là avant nous est près d'une petite sphère en métal qu'il étudie sous toutes les coutures. J'vois pas de plan à côté. Un des trucs qu'on arrive pas à identifier ?

- Et y'en a beaucoup qui fonctionnent ?
- Ca dépend. Certains ont l'air en parfait état, mais on a pas encore pu les faire marcher. Ca fait une semaine que j'attends des scientifiques qu'on avait été délivrer sur Shabondy.

"On" avait délivré. Tu y étais pas le Vieux. C'est bibi et tes sous-fifres qui nous sommes coltinés le boulot.

- Sont sûrement occupés ailleurs.
- Ils ont intérêt à l'être, et que ce soit important. Si j'apprends qu'ils m'ont mis en attente tout ce temps pour un toboggan reliant le QG de Red a un bateau, ils vont m'entendre.

Hé, c'est que c'est pas con comme idée ! J'sais pas pourquoi, mais j'espère presque que c'est ça. J'irai rendre visite à Red si c'est le cas.

On continue de parcourir les rangées. Bon, y'en a pas tant que ça en fait.


- Hé, c'est quoi ça ?

Je m'approche d'une petite masse à peine plus haute que moi, recouverte d'une bâche blanche. L'Ancêtre n'a même pas le temps d'ouvrir la bouche que je retire déjà le tissu.

- Hé bah ça alors...
https://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttps://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
Grey
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Dim 31 Jan 2016 - 17:34

Quelle surprise !

- Le bateau mono place !

Bateau:
 

- Oui.

Je commence à en faire le tour en claudiquant. Je le regarde sous toutes les coutures.

- Il a été récupéré et transporté un peu avant que tu loupes le bateau de ce que j'ai compris. La dernière grosse pièce. Le reste des objets a été laissé sur le quai ou est tombé à l'eau.

Il m'a l'air en bon état. Ca mériterait un petit coup de peinture mais sinon... Ah non, là, y'a un truc qui va pas.

- On dirait qu'il y a... une écorchure.
- Oui.

Le Vieux s'approche de moi et regarde à son tour comme si c'était la première fois qu'il la voyait. C'est même plus qu'une écorchure d'ailleurs. Des lattes sont déchiquetées comme si un animal avait mis un coup de griffe dedans.

- On l'a noté. Ce sera réparé bien entendu.
- Et l'espèce de moteur, il fonctionne ?
- Non.
- Vous allez le réparer aussi ?
- Non.
- Pourquoi ?
- Parce qu'il n'est pas endommagé.
- Je comprends pas.
- Vois-tu, ce moteur comme tu dis, n'en est pas un.
- C'est quoi alors ?

L'Ancêtre s'éloigne en toussant et va se poser sur une caisse en bois, toujours encadré de ses gardes. Moi je continue d'inspecter le bateau, m'attardant plus sur ce "moteur qui n'en est pas un".

- C'est une sorte de réacteur, qui permet de propulser cette chose à bonne vitesse sur l'eau.
- C'est quoi la différence avec un moteur ?
- Il ne fournit pas l'énergie pour faire avancer le bateau. Il sert juste à transmettre l'énergie.
- C'est quoi l'énergie ?

Il pouffe de rire. Et tousse. J'sais pas dans quel ordre. Puis il pointe son doigt vers moi, le menton sur ses mains, reposant sur sa canne. Je fronce les sourcils.

- Toi.
- Pardon ?
- Tu es la source d'énergie.
- Le soleil a dû vous taper la tête en venant ici.

Ses gardes n'apprécient pas trop mes propos. Ils froncent les sourcils. Y'en a même un qui porte la main à son arme, sans toutefois dégainer. L'Ancêtre n'y prête pas attention.

- N'es-tu pas le feu ?
- Hein ? Oui et al... Ah !
- Tu as saisi ?

Je vois ! C'est évident quand on y pense, mais oui, il m'a fallu quelques secondes. J'avais jamais envisagé de me servir de mon pouvoir comme ça ! Déjà cicatriser les plaies de Galowyr c'était une nouvelle façon de faire. Je veux dire, autre que tout brûler pour faire du dégât.

- Alors... ce bateau est fait exclusivement pour moi ? Genre coup du destin ?
- Hm, oui et non. Tu pourras le faire fonctionner grâce à ton pouvoir, mais tu n'es pas le seul qui pourrait y arriver. Un autre détenteur de fruit du démon qui produit de la matière pourrait arriver à le faire bouger en le calibrant pour son fruit.
- Comme ?
- Eh bien, ton camarade Galowyr par exemple. Si on ajuste la machine qui transfère l'énergie pour que ça réagisse au sable, alors il pourra le faire naviguer.
- Wow...
- C'est loin d'être unique sur les mers. Ce genre de choses existe depuis un bout de temps. Même certains paramécias peuvent s'en servir si on ajuste la machine à leur pouvoir.

Impressionnant. Pourtant, il y a un truc qui me chiffonne.

- Alors pourquoi c'était dans un labo de nouvelles technologies ?
- C'est une bonne question. Nous n'avons pas le plan pour ce bateau. Ils voulaient sûrement tenter des choses dessus, simplifier peut-être le principe, l'appliquer à d'autres que les fruits du démon. Je ne sais pas. De ce qu'on a pu en voir, il n'a pas subi de modifications.
- Et donc, il marcherait pour moi ?
- Il faudra faire des tests, être sûr que ton feu est bien adapté.
- Combien pour l'avoir ?
- Pardon ?
- Je vous l'achète. Combien ?
- Kof, kof ! Tu as de l'argent, toi ?
- Pas beaucoup mais...
- Il est à toi.
- Ok ! Mais je paye comb...
- Rien.
- Euh...
- C'est ta récompense pour avoir rempli ta mission pour moi sur Navarone.

Je suis bouche bée. Mes yeux vont du bateau à l'Ancêtre et ainsi de suite.

- Je peux vraiment l'avoir ? Et le coût des réparations ?
- Prises en charge. J'essayerai d'avoir une réduction pour la totalité des objets. Si ces fichus ingénieurs viennent un jour.
- Wow...
- Tu devras naturellement revenir pour calibrer correctement l'engin à tes pouvoirs.
- Et c'est tout ? Je fais rien d'autre ?
- C'est pour avoir accompli ta mission je te dis ! Kof !

Il sort un mouchoir en tissu et se colle sur la bouche pour tousser un bon coup.

- Monsieur ?
- Ca va, ça va... Kof...

Il s'essuie la bouche et remet le mouchoir dans la poche de sa veste. J'ai cru avoir aperçu du rouge sur le tissu blanc, mais je ne relève pas. Sans doute qu'il le sait aussi. Je change de sujet.

- Et ça va vite un engin comme ça ?
- Ca dépend, tu règles ta vitesse en fonction de la puissance que tu y mets.
- Pas de risque de brûler les parties en bois ?
- Il y a toujours des risques, mais en principe c'est conçu de sorte à ne pas avoir de problèmes. Enfin, ceux qui s'occupent de ça t'expliqueront mieux que moi. Pour l'heure...

Il se relève à grand peine, forçant et refusant l'aide de ses gardes. Mais il finit par tenir sur ses jambes. Les quatre gus qui l'entourent se regardent avec l'air pas rassuré.

- ... j'ai d'autres choses à régler. L'accès à ce bâtiment te sera autorisé, viens quand tu veux.

Il se dirige vers la sortie, salué par quiconque est sur son chemin. Moi je ne bouge pas, je le suis du regard. Quand la porte se referme derrière lui, je suis toujours au même endroit. Je réfléchis. Il a l'air de plus en plus faible. Qui sait combien de temps encore ça durera ?
https://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttps://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1