Le Deal du moment : -29%
Kit de mémoire vive PNY XLR8 2X8 (2 x 8Go) ...
Voir le deal
49.91 €

Innocent Island. (Arc II)



La chasse à l'homme. Voilà le plus beau sport du monde à mes yeux ! Le plaisir de la traque, l'excitation de la course alors que sa victime tente désespérément de vous semer, la ruse dont est capable un être humain pour sa survie et que nul animal n'aura jamais. L'homme est le plus beau gibier sur qui je n'ai jamais eu à porter mon attention. Tout est réuni en lui pour m'apporter défi et jouissance lors de la curée. Si en plus il s'agit d'une jolie proie à 49 Millions de berrys, c'est la cerise sur le gâteau huhuhu. Surtout que notre brave Rowbert fait preuve d'une capacité impressionnante à rester en vie, réussissant une course poursuite plus qu'honorable malgré la quantité astronomique de coups que j'ai fais pleuvoir sur lui. Un vrai gibier comme je les aime !

Autant par stratégie que par sadisme, je fais durer le jeu en courant avec juste ce qu'il faut de vitesse pour rester derrière lui, sans pour autant le perdre de vue. Il sait que je suis sur ses talons, il le sent. Sa peur et son envie de me fuir n'en sont alors que plus grande, ajoutant la panique au panel d'émotions que j'aime tant retrouver chez mes proies. Ce gentil pirate va m'amener droit vers sa vraie planque, sinon il aurait logiquement fuit vers son navire, ou il aurait plutôt tenté de se cacher. Non, quelqu'un doit probablement l'attendre quelque part... Dommage que jn'ai pas eu le temps de discuter avec Ryuuku, il semblait un poil plus au courant que moi sur le coup... Pas grave, j'verrai bien le moment venu. Ils sont où d'ailleurs caoutchouc-boy et lui ? Boarf, ils me rattraperont bien...



La course poursuite dure ainsi plus d'une heure. Une heure d'effort et de douleur pour Rowbert, craignant à chaque instant que je ne le rattrape. De temps en temps, je tape un petit sprint juste pour lui remettre un coup de pression supplémentaire. C'est fou comme je m'amuse ! Nous quittons ainsi le petit port de plaisance pour emprunter les chemins menant vers le centre de l'île. Rapidement nous arrivons au spectacle au combien impressionnant mais ridicule à mes yeux de la plus formidable fête foraine depuis Shabondy ! Grandes roues, stands, boutiques, montagne russes ! Tout y est pour le plus grand plaisir de la foule monstrueuse d'adultes mais surtout de mômes qui s'y regroupent. Bientôt nous courons dans un chaos de lumière et de musique, tâchant de focaliser notre attention au mieux sur notre course pour pas se perdre de vue. Heureusement pour moi, Rowbert me créer une véritable tranchée avec son énorme ventre, facilitant mon repérage et ma poursuite. D'un coup de coude je dégage un môme trop collant, d'un autre je balaye un stand de frite sur le côté. Rien ne saurait me détourner de mon but.

Rien ? Peut être que si... Voilà que Rowbert se dirige sans le moindre doute vers cette immense tour argenté de 50 mètres de haut pour une vingtaine de large, sans la moindre aspérité ni ouverture. Seule se démarque une immense porte, où s'engouffre le pirate après avoir tapé avec frénésie aux battants. Lorsque j'y arrive à mon tour, une minuscule trappe laisse entrevoir le regard confiant du portier, bien caché à l'intérieur. Prenant ma plus mauvaise mine, je lui laisse apercevoir mon uniforme et mes galons, avant de l'invectiver avec autorité.

« Hey gamin ! Au nom de la marine et du gouvernement mondial tu vas m'ouvrir cette porte fissa. J'ai clairement pu voir un pirate rentrer ici, alors tu va me laisser l'embarquer sans histoire sinon je v*... »

« Non. » m'annonce-il sans la moindre trace de doute.

« Qu... quoi ?! Comment ça non ?! Dis donc l'asticot, j'ai toute autorité pour te mettre en taule alors tu vas pas me*.. »

« Non. Vous voyez cette marque au dessus de la porte Marine-sama ? C'est celle des Tenryuubito. "Mon Père" l'a reçu des mains de la noblesse, se soustrayant ainsi à toute autorité à part la leur. Vous n'avez donc aucun pouvoir ici monsieur. Si vous voulez entrer, il faudra le mériter comme tout le monde »

Interloqué par cette effarante vérité, je constate effectivement ce maudit symbole, qui place "Mon Père" et son domaine bien au dessus de ma sphère d'influence. J'pourrais très bien entrer de force, mais si j'me plante sur toute la ligne ce sera un aller direct pour Impel Down... Très peu pour moi merci. Il va donc falloir que moi et mes hommes nous plions aux exigences de ce maudit portier.

« C'est quoi ces putains de conditions ?... grmmmllmelem... »

« Comme tout le monde, si vous voulez entrer faire la fête dans le palais des plaisirs, il vous faut simplement gagner trois tickets dans n'importe quel stand de la fête foraine. Amusez vous bien. »



Le temps que j'ouvre la bouche le voilà qui me claque le petit battant au nez, me laissant seul avec mes Sea Wolfs sur le seuil... Putain j'enrage ! Gagner des foutus tickets de jeu ?! Mais il m'a prit pour qui ?! Va falloir se creuser les méninges si l'on veut pas avoir à se mêler à la foule de morveux et à leurs stands débiles pour se prêter à cette farce.

« Bon les enfants... Quelqu'un a une idée ? »




Dernière édition par Toji Arashibourei le Mar 9 Aoû 2011 - 10:23, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Charles Watson. Matelot première classe, originaire d'East Blue.

Caporal, caporal ! il y a une baraque en feu prêt du port, je demande la permission d'y aller...Comment ça ? Quand les poules auront des caries ? Monsieur avec tout mon respect, vous allez rester là sans rien faire ?

Cela faisait à peine une semaine que j'étais affecté sur cette île et j'avais remarqué les comportements plus qu'étranges de ces marines, ils manquaient à leurs devoirs, fermaient les yeux sur des faits graves. Ils n'avaient aucune notion de la justice, ils ne sont pas digne d'être marin ! Mais que pouvais je faire, je n"étais qu'un simple matelot et si je risquais de parler un peu trop, on allait surement me tuer.

Mon choix était fait...je déserte le campement ! J'avais volé un escargophone et je m'étais dirigé vers la bâtisse en feu..après quelques minutes...une fois arriver, je tremblais comme une feuille morte face aux bruits de l'affront, des cris, des coups de feu... Mes yeux me montraient que je n'étais rien comparé à ce groupe qui se battait contre ces pirates. J'attendis donc patiemment dans mon coin, observant le champ de bataille. Mon coeur battait de plus en plus fort, et je ne pouvais m'empêcher d'appeler des renforts, je composais donc le numéro d'un navire voguant actuellement sur calm belt décrétant l'état d'urgence avec panique. Je leur demandais de venir au plus vite sur Innocent Island !

Les poutres tombaient, la baraque allait s'effondrer, de nombreux cris retentissaient dans le creux de mes oreilles. Puis je vis un gros barbu sortir en courant, ainsi qu'une personne en uniforme...Cet homme...ou dirais-je, ce poisson humain était un officier de la marine ! Qui plus est, je ne l'avais jamais vu sur cette île !! Ce n'était surement pas ces lâches qui prétendaient faire régner la justice...

Enfin tout se calmait, j'apercevais une jeune femme avec un homme dans ses bras, puis un autre homme sortir de la structure incendié WOW ça c'est de la marine ! Un jour je deviendrais comme eux ! Il donna ses ordres à sa subordonnée et aussitôt, elle s'exécuta. Laissant seul l'homme mystérieux et l'autre marine inconscient. D'un pas léger, je m'avançais vers eux, avec hésitation, lorsque je vis l'homme s'effondrer à terre, je lui tapota l'épaule et me mis au garde à vous.

Matelot première classe Watson ! Affecté à caserne d'Innocent Island !

*Hein l'escarcophone sonne...*
Pelup pelup...Mushi mushi, nous sommes arrivé avec notre plus grande vitesse, on peut remercier nos réacteurs à vapeur. Quel est la situation ?...Je répète, qu'est est la situation ?


Heuu nous avons un blessé grave...

Monsieur...Nous devons absolument l'emmener voir un médecin, on est tout prêt...

***

Le Colonel Hiro Shima était inconscient et son coeur s'était arrêter depuis quatre minutes. Le sang ne circule plus le long de son corps, encore un autre lap's de temps et ça sera la fin. Il était impératif qu'on lui soigne sa blessure à la jambe ainsi que de lui faire un massage cardiaque d'urgence...Malheureusement il n'y aucun médecin aux alentours...

***
Charles Watson...

Monsieur, laissez moi m'occupez de votre ami, on doit absolument maintenir la pression au niveau de sa jambe, aidez moi, appuyez là. Les renforts ne vont pas tardez, vous les voyez au loin...Ils ont posé pied.

Respire ! 1...2..3...1...2..3 !


Un jour je serai un Amiral de la marine afro
Et tous les pirates auront peur de moi !

Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique.


Dernière édition par Hiro Shima le Lun 30 Mai 2011 - 23:36, édité 1 fois
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t296-
Cela faisait maintenant plusieurs minutes que Lin était repartie, laissant Hiro aux soins de Ryuuku et de renforts apparemment. Bref, la voilà courant à travers les rues serrant les dents à causes de son bras blessé. Après quelques minutes elle finit par arriver dans un lieu plutôt singulier, une fête foraine ? Cela en avait tout l'air surtout avec la grande roue et les montagnes russes. Mais bordel c'est qu'il y'avait du monde ! Comment allai-elle retrouver son capitaine dans ce foutoir de lumière, de sons et de monde ?!Déboussolée, elle s'avança poussant un peu violemment les gens devant elle, c'est alors qu'un groupe de môme vint se poster devant elle, bruyant et le faisant visiblement exprès.

- Dégagez !

Elle força le passage, que les gens sont cons, y'en a pas un pour rattraper l'autre, y'en a pas un pour se pousser quand quelqu'un veut passer. Il fallait cependant avouer que la commandante semblait adorée le lieu, elle semblait beaucoup aimée l'ambiance qui régnait dans cette fête foraine. Bref, elle s'extirpa finalement pour atterrir à proximité d'une grande tour argentée, intriguée elle s'avança étant donné que cela dénotée des bâtiments environnant. Coup de chance, la rouquine y retrouva son capitaine, visiblement en train de s'énerver contre son interlocuteur bien à l'abri derrière la porte de la tour, lui parlant à travers une petite lucarne. Elle s'approcha et pu entendre la fin de leur conversation.

*Gagner des tickets hein ?*

C'était vraiment une condition à la con, sérieusement... Toji se retourna, faisant face à Lin, demandant ce qu'ils devaient faire maintenant. Notre héroïne fit la moue, se tenant son bras blessé.

- C'est claire que j'aimerais foncée dans le tas.... mais son truc de noble là, ça à l'air sérieux, même si ça m'enchante pas on peut très bien... faire ces foutus tickets non ?

Elle semblait légèrement timide dans ses mots, pourquoi ? Nan en fait Lin voulait faire les stands depuis le début mais elle avait trop honte de le dire alors elle faisait genre pour ne pas perdre la face, elle soupira puis reprit.

- Enfin voilà, je pense qu'on a pas le choix.

Elle tourna la tête vers les stands, l'air légèrement impatiente, en attendant la réponse de son capitaine.



Dernière édition par Ayzami Lin le Sam 13 Aoû 2011 - 11:35, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-terminee


"Enfin voilà, je pense qu'on à pas le choix."

Par les poils de cul de sainte louloute on dirait bien que la mouflette a raison... Fasse à notre incapacité à trouver une solution pacifiste nous allons devoir nous prêter à cette mascarade grotesque. Dire que j'ai traversé Reverse Mountain pour trouver des aventures aussi passionnantes que dangereuses... me voilà bien mal verni. Raaaaaah j'enrage !

Cette maudite marque ne nous laisse cependant aucun choix... Même si nous avions raison sur la présence et la complicité du maître des lieux avec un pirate, le simple fait que les Tenryuubito lui aient accordé leur confiance le rend intouchable. Oser ne serait-ce que poser de tels accusations de la part d'un marine l'enverrait à Impel Down pour le restant de sa vie, alors je vous laisse même pas imaginer si un type comme moi s'y livre à une arrestation musclée... C'est le démembrement en place publique assuré voilà tout ! Entre ma gueule et les états de services et plaintes que traîne mon équipage, autant vous dire qu'on a pas l'droit à la moindre erreur. Jouer les électrons libres possède ses bons côtés, mais lorsque vous faites un mauvais pas c'est en général le dernier. Nous nous retrouvons donc devant un sacré défi... Entrer au plus tôt dans cette saloperie de tour avant que Rowbert ne se prépare à notre arrivée, puis l'arrêter sans faire de vague... Quand on s'appelle à raison « Père Tempête » ça hypothèque sévèrement vos chances de réussite. Mais bon, c'est pas ça qui va nous arrêter moi et mes loups.

« Bon les enfants, quand faut y'aller... Chacun se fait ses trois stands en vitesse et on s'retrouve ici dans dix minutes.
Fais pas cette gueule Karl, j'veux pas d'excuses seulement des solutions. Allons-y.»





Nous voici donc errant dans les stands les plus proches, cherchant du regard ceux auxquels nous avons le plus de chance de gagner ces fameux tickets... Nan mais franchement, qu'est ce que j'peux me sentir con ! Moi ! Au milieu de tous ces rires et de toutes ces lumières ! J'pourrais presque me croire au pays merveilleux des petits kawaï... Rien qu'en laissant traîner mes yeux autour de moi j'en ai la nausée. Et c'est sans compter les flots ininterrompus de marmots taquins qui courent et volent autour de moi. Pire que des mouches ces saloperies là ! Raaaah barrez-vous cons de mômes ! C'est donc avec une certaine impatience que je me rue sur les stands où il sera le plus probable que je gagne mon billet de retour hors de cet enfer.

. Premier stand, facile. Dès que j'ai vu l'épreuve du maillet je me suis jeté dessus, arrachant la masse aux mains fragiles d'un brave père de famille qui s'est sauvé en courant. Faut croire que ma gueule reflétait assez bien mes pensées du moment. Face au visage hideux d'un petit ourson avec le nez en forme de cœur qui trône au centre de la cible j'abats de toutes mes monstrueuses forces la masse de métal ! Le fer se fend aussitôt en deux sur toute sa longueur tandis que retentit le tilt de la machine. Pour sa part le compteur affiche un superbe 4000 avant d'exploser tandis que le mécanisme continue sa course dans le ciel. Il ne redescendra que cinq minutes plus tard... Fier de ma performance, je saisis pendant ce temps le ticket que me tend abasourdit le forain avant de repartir à grandes enjambées. Me voilà déjà un peu calmé... huhuhu c'est vrai que je tape fort dis-donc...

. Deuxième stand. Comment vous dire ça ?... Disons simplement que la machine à bras de fer n'est plus vraiment utilisable et que l'affreux gorille mécanique devra se curer le nez d'la main gauche si vous voyez ce que j'veux dire huhuhu. L'air de rien j'commencerais presque à m'amuser moi !

. Troisième stand... J'ai parlé trop vite... Voilà plus de cinq minutes que je suis bloqué devant ce putain de stand d'adresse et qu'un foutu trou-du-fion de civil s'amuse à gagner à ma place. Évidemment, pas de ticket pour les deuxième place. Et le pire c'est que cet inconscient ne comprend même pas qu'il est en train d'user la corde de sa vie et se faisant un plaisir de me mettre des bâtons dans les roues. Zeeeen Toji... Vas pas tuer ce plouc, il n'en vaut pas la peine... Zeeeen... Je prends donc une minute de pause pour me calmer les nerfs et me reconcentrer.
C'est alors que je vois la vision surréaliste de mon équipage aux prises avec leurs stands, peinant pour obtenir leurs trois malheureux tickets. Ils semblent totalement perdus ! Eux qui ont traversé tant de tempêtes et de mares de sang sont impuissants devant tant de joie et d'innocence. Merde... j'hallucine devant la vision du sergent Rolph à la pêche au canard, essayant avec application d'attraper sa cible avec une canne à pêche six fois trop petites pour lui... J'ai vu ce mec arracher les yeux d'un pirate avec les dents il y a même pas deux mois ! Et là ! Putain mais c'est le major Xan ?! Ce mec s'est fait un collier avec des oreilles de révolutionnaires au siège de Miscardia ! Et là il a deux mômes sur les épaules et une demi douzaine d'autres en train de faire le cheval sur son dos... Un instant je croise son regard, qui au lieu d'être tranchant comme le métal reflète le plus profond désespoir. Raaaah ! Mais qu'arrive-il à mon équipage ?! Il faut qu'on se sorte de là !

Je me précipite donc à mon stand, bien décidé à gagner le dernier ticket manquant. Il faut à tout prix que j'avance ! Bien évidement, mon rival provisoire m'attend tranquillement, sûr de sa future victoire et du plaisir qu'il en tirera. Toi mon coco, tu vas apprendre à me connaître c'est moi qui te l'dis. Au moment où nous nous mettons en position pour tirer sur nos petits nuages multicolores je lui fauche les jambes d'une discrète balayette, lui éclatant par conséquence le menton contre le comptoir ! Dans la seconde qui suit je dégaine en un éclair mon immense poignard que je lance comme un trait de baliste ! La lame décapite nette la tête de la grande poupée que le père de famille essayait de gagner pour sa morveuse. La vision de la petite tête de cire roulant aux pieds de l'enfant est tout simplement jouissive. Mwouahahaha ! Tandis que la pisseuse refrène des hoquet de terreur je passe par dessus le comptoir pour récupérer mon arme et arracher le ticket gagnant de mains du forain terrifié. Voilà ! A jouer aux cons vous avez fini par me mettre de mauvais poil... Faudra pas vous plaindre que je sois taquin maintenant. Non mais quelle idée de gagner contre moi aussi... j'vous jure...



Maintenant heureux possesseur de trois tickets plus ou moins âprement mérités, je me dirige sans plus attendre vers la tour. J'me demande bien combien de Sea Wolfs ont réussi à obtenir ces « passes-droits »... Pas beaucoup visiblement. Tant pis, on n'peut pas se permettre d'attendre plus longtemps !

  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Ça y'est Toji avait donné ses ordres et c'est avec pleins d'étoiles dans les yeux que Lin partie dans le parc. Elle avait honte hein, mais contrairement à son capitaine elle adorait les parcs d'attraction. Enfin bref, vers où la rouquine allait-elle se diriger ? Machinalement elle se dirigea vers le stand du marteau histoire de faire péter la machine mais c'était sans compter son capitaine qui avait déjà passé ses nerfs dessus quelques secondes avant elle.

Blasée de s'être fait sapée sa première idée de stand elle se retrancha vite vers un chamboule-tout, autour d'elle des civils qui peinaient à dé-zinguer toutes les boites de conserves en un coup. Naïve Lin essaya se disant que c'était facile mais bon, quand elle vit qu'elle n'avait réussie à toucher que deux boites sur le tas elle tira la gueule. Légèrement sur les nerfs, alors qu'elle, la seule femme sur le stand était en proie à des moqueries dans son dos de la part de ces putins de civils. Elle respira un grand coup, pris un second projectile et réalisa un magnifique strike en shootant toutes les boiboite. Contente d'avoir pu prouvée qui était faible sur ce stand et qui ne l'était pas, soulagée d'avoir pu passer son énervement sur quelque chose, elle pris son premier ticket avec un grand sourire devant le forain légèrement craintif.

À la recherche de son second stand, elle fut vite interpellée par un forain.


- Aller aller mesdames et messieurs, c'est facile, tout le monde peut gagner, vous là oui vous la petite rouquine je suis sur que vous avez envie d'y jouée !

Elle s'approcha du stand, ne sachant pas absolument pas de quoi il s'agissait, une fois devant le forain elle leva un sourcil. Il s'agissait d'un stand de tir..... oui de tir, pour faire simple avec un fusil en main Lin est un danger plus grand pour ses alliés que ses cibles.

- Euh je crois pas no....

- Aller mais si soyez confiante ma p'tite dame.

Ne voulant pas que l'autre lourd de forain continue de la provoquer involontairement elle accepta, elle se retrouva avec la carabine, elle devait tirer au centre de la cible pour gagner. Elle mit la cible en joug, concentrée puis elle tira... à quelques centimètres de la tête du forain qui tenait le stand. Ahem... bon ce n'est pas grave c'est des choses qui arrivent, seconde tentative, cette fois c'est un pauvre civil à côté d'elle qui a failli y passer.
Rouge de honte, elle commença à s'énerver, troisième essai, c'était le forain qui avait encore failli y passer.


*BORDEL*

Bien sur son honneur lui interdisait d'arrêter là, elle souffla un grand coup, se concentrât, allait-elle tuer quelqu'un ? Et bien non ! Elle toucha en plein dans la cible ! Enfin, la cible à coter de la sienne.
Alors qu'elle allait pétée un plomb arriva le gérant avec un ticket.


- Mais...

- Mais si mais si t'a toucher en plein de le mille aller voilà ton ticket !

- Mais...

Il attendait la première occasion pour ôter cette carabine des mains de ce danger public ce qu'il fit.
Bon même si elle avait pas touchée la bonne cible au moins elle en avais touchée une ! Plus qu'un stand aller !

Troisième stand, enfin quelque chose qui ressemblait à la commandante. L'évolution du classique punching-ball pour tester sa force de frappe, plusieurs cibles se levaient à tour de rôle et le joueur devait toutes les frapper avant qu'elles ne se replient d'elles-même. Adresse, vitesse et force, c'est ce qui lui plaisait ! Les premières cibles se lèvent, Lin les frappes facilement dans l'ordre, puis d'autre, puis d'autre et petit à petit Lin commença à réaliser qu'elle commençait à plus sentir un de ses bras. Et oui elle est blessée à la base hein donc forcément sa picote un peu au niveau du muscle ! Mais elle ne pouvait plus s'arrêter une fois que le jeu était commencé, elle frappait, ça restait facile donc ça aller en fait. Enfin non ou pas, le rythme commençait à s'accélérer et sa devenait dur à tenir pour elle, Lin était à fond dans son truc hyper concentrée allait-elle y arriver ? Bien sûr ! Elle vint à bout de la machine infernal d'un magnifique crochet du droit déboîtant la dernière cible à frapper au passage. La commandante reprenait son souffle, le ticket sorti de la machine et là... un sale gosse le faucha.


- AH NON !

Dans la seconde elle se mit à courir comme une damnée pour rattraper le sale gosse, c'était le 3ème ticket bordel elle avait enfin réussie ! Après une petite course poursuite dans le parc elle trouva une occasion de le chopper. Elle bondit et plaqua le gosse au sol. Elle prit son ticket et repartie, sans se soucier de si le gosse était blessé elle s'en foutait royalement même si tout le monde la regardait mal. La tigresse était de retour à la tour, Toji était là, elle montra fière d'elle ses trois tickets de la fête foraine !

- Et maintenant la suite du programme ?


Dernière édition par Ayzami Lin le Sam 13 Aoû 2011 - 11:45, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-terminee

« Et maintenant la suite du programme ? »

La suite du programme ? C'est pas évident nom d'un cigare humide ?! On rentre, on traque, on dépèce. Simple et de bon goût. La seule subtilité reste d'éviter que « Mon Père » se retrouve publiquement lié à notre petite affaire. Les Tenryuubito ne doivent perdre la face sous aucun prétexte, quitte à cacher la vérité de façon éhontée. Comme si c'était une nouveauté... Du coup je n'ai plus qu'à jeter un dernier coup d'œil à mes hommes présents avant de mettre en place ce plan si simpliste. Pour tout dire on est pas nombreux... La mouflette, Ryuuku, moi et moins d'une demi douzaine de Sea Wolfs. Cette putain de fête foraine à eu raison de plus de mes hommes qu'aucune bataille jusqu'à ce jours... Mais à défaut du nombre nous auront la hargne avec nous ! Je peux lire dans tous les regards cette envie de faire payer cher la terrible épreuve qui vient de nous scier les nerfs. Ça va chier pour votre pomme la flibuste.

Quelque coups vigoureux contre les battants jusque-là clos, suivit de l'exhibition d'une poignée de tickets nous ouvrent enfin les portes de notre nouveau terrain de chasse. Dans un silence feutré les battants glissent ainsi sur leurs gongs, nous laissant moi et mes hommes pénétrer dans cette mystérieuse tour. Le portier à quant-à-lui eu la présence d'esprit d'aller se planquer dans un coin sombre, nous ôtant l'envie de lui faire payer son zèle. La chose qui me frappe alors, c'est l'étrange ambiance qui imprègne les lieux. Tandis que se referment derrière-nous l'immense porte, une atmosphère de mystère et d'intimité nous envahit, étrange mélange de silence et de musiques étouffées. Au fur et à mesure que nos oreilles s'habituent aux lieux, d'extravagante mélodies nous parviennent depuis les multiples corridors qui serpentent dans la structure. Tant de chemins, si peu de pistes...

« Sergent Xan, prenez vos hommes et fouiller les sous-sols. Ryuuku et la mouflette, vous me coller aux basques, mon petit doigt me dit que c'est dans les hauteurs qu'on va s'amuser. Exécution. »


(…)


Quel étrange lieu vraiment... Le palais des fêtes porte bien son nom. Au fil de notre exploration nous passons devant d'innombrables alcôves et salles de jeux, où s'amusent petits et grands dans des ambiances aussi diverses que variées. Bien que rien ne l'indique vraiment, y a un truc qui m'chiffonne ici... un truc glauque et malsain dans ce lieu portant si innocent d'apparence... Comme si nous sentions la pourriture derrière le vernis de l'honorabilité. Ce doit être notre instinct de marine qui prend l'dessus. Pourtant, aucune preuve tangible de la moindre présence de renégats ou bien d'infraction à la moindre loi, si ce n'est celle du bon goût par moment. Mais une petite voix me souffle dans le creux de l'oreille qu'il ne faut jamais accepter de bonbons de la part d'inconnus souriants. Quel rapport avec la choucroute ? Putain j'en ai pas la moindre idée mais je compte bien le découvrir !

Ce qui m'emmerde le plus par contre, c'est de savoir que Rowbert a eu tout son temps pour prévenir ses petits copains de notre arrivée, ce qui implique que le comité d'accueil risque d'être à la hauteur. Ce qui m'amène à un détail auquel j'ai enfin réussi à faire attention. Toutes les portes fermées et les épaisses tentures tirées forment comme un corridor... Un joli petit sentier fléché pour nous indiquer où aller... Soit c'est le piège le plus grossier que je n'ai jamais vu, soit notre adversaire est particulièrement confiant dans ses capacités à nous mettre une taule à domicile. Mais il ne sera pas dit que les Sea Wolfs se dégonflent facilement. Piège ou pas nous allons venir de face, fièrement et avec assurance. Nous ne craignons rien ni personne et il est temps que nos mystérieux opposants en prennent conscience. De toute façon je n'ai même pas à prononcer un mot pour que mes officiers redoublent de vigilance, ayant eux aussi senti le danger enfler à chacun de nos pas.

Finalement, nous voici devant une immense tenture rouge carmine, se dressant devant nous tel le rideau d'un théâtre ou d'un opéra. Drame, mascarade... Nul ne sait encore se qui va se dresser derrière. Après un dernier regard entendu avec mes deux subordonnés, je déchire donc d'un geste vif tout un pan de tissu, vite suivi par la treille et l'ensemble du mobilier. Une voix forte et claire nous accueille aussitôt.



« Bienvenue Marines ! Bienvenue... Mon cher associer Rowbert m'avait gentiment prévenu de votre vaillance et je vous avoue que je ne suis pas déçu. Bien que dans le cas présent cela tienne plus de l'inconscience. Vous n'auriez jamais dû venir ici.»



La personne qui s'adresse à nous avec tant de confiance n'est autre qu'un charismatique gentilhomme au regard perçant et à la mine déterminé. Nous dominant depuis une alcôve situé au fond d'une grande pièce, il ressemble à s'y méprendre au dictateurs d'antan s'apprêtant à voir ses fauves faire une mise à mort. A ses côtés dans le rôle du ministre revanchard nous trouvons Rowbert, qui semble avoir le plus grand mal à se remettre de ses blessures. Brave petite proie qui m'a conduite à sa tanière, tu ne me sers plus à rien désormais. Puis à la limite de mon champ de vision, se trouve un petit homme aux vêtements fantaisistes mais au combien précieux, cramponnant dans ses mains tremblantes un petit coffre de bois. Vu sa mine hésitante, nul doute qu'il ne s'agit pas d'un guerrier. Je s'rais prêt à parier une de mes couilles qu'il s'agit de « Mon Père » et qu'il n'est pas rassuré de savoir la marine chez lui. Voilà qui me suffit alors de preuve pour établir sa culpabilité héhéhé.

Bon, pour résumer nous avons un pirate plus que mal en point mais à la détermination inébranlable, un bourgeois craintif, plus un homme aux pouvoirs inconnus mais qui semble à la hauteur de sa confiance. Ce qui m'étonne c'est que le rapport de force penche ainsi clairement en notre faveur sans pour autant que l'homme qui nous toise en semble inquiéter... Putain de chienlit, qu'est-ce qu'il nous réserve ce con ?... C'est alors que je les vois. Pas moins d'une trentaine de gamins d'une douzaine d'années, vêtus dans un même drap blanc d'une étrange sobriété... Toute cette marmaille reste tranquillement sur le coté, imperméable à la tension qui se développe autour de nous. Une putain de cocotte minute prête à exploser et ces mouflets continuent à nous zieuter comme si de rien n'était ! Ça sent pas bon bordel... C'est trop facile, bien trop facile...

C'est alors qu'une gamine aux longs cheveux noirs comme le jais se dirige vers moi, sous le regard bienveillant et confiant du mystérieux gentilhomme. Elle fini par se poser à moins d'un mètre de moi, nullement impressionnée par ma carrure. Le temps que je comprenne de quoi il retourne, la voilà qui sort de sa robe un flingue qu'elle n'hésite pas à me pointer sous le nez ! Par les hémorroïdes de Lucifer, c'est ça que tu comptes nous opposer ?! Une armée d'enfants ?! Putain mais c'est une blague ! Tu va voir ce que j'en fais de ton bataillon en couche... Baissant mon visage au niveau de celui de la gamine, je lui fait mon plus effroyable sourire tandis que je laisse jaillir mes pulsions les plus meurtrières. Nombreux sont les pirates qui se croyaient déterminés et qui ont tremblé comme des feuilles face à cette technique, alors j'vous parle pas d'une pisseuse ! *Terreur abyssale.*

« Bouh !... »

(…)
Dans un long silence gênant le visage de la gamine reste parfaitement impassible, ne laissant transparaître la moindre émotion, si ce n'est un certain scepticisme... Pour faire simple j'ai l'étrange sentiment de passer à côté de la plaque, et plus d'avoir l'air con... C'est la première fois que ça me fait l'coup... j'comprends pas, vraiment... Le cliquetis du chien qu'elle arme retentit alors atrocement à mes oreilles, repris en cœur par tous ceux des 29 autres gamins qui nous entourent... Euh... là on est mal.

« La mouflette ! » Hurle-je alors que la salve s'apprête à nous faucher !

  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Enfin les Sea Wolfs entraient dans la tour où devait se cacher ce pleutre de Rowbert. Toji endossa à la perfection son rôle de capitaine, donnant les directives. La rouquine et le cuistot étaient donc les seuls à escorter l'homme-poisson !
Le petit groupe se mit donc à explorer la tour, ils passaient devant nombre de salles de jeu où petits et grands s'amusaient, étrangement cela gênait Lin, peut être le côté trop propre sur soi du lieu combiner à la marmaille s'amusant bruyamment ça faisait tâche.
Maintenant qu'elle y pensait les gosses de cette ville sont affreusement nombreux, pas un coin où elle n'en trouve pas depuis son arrivée au parc d'attraction ! Enfin bref c'était pas le sujet, elle suivait, contente de pouvoir se relaxer un peu maintenant que l'action s'était plus ou moins relâchée. Elle regardait son capitaine, devant elle, il ne semblait pas aussi détendu que la jeune femme, il flippait de ne pas arriver à attraper Rowbert ? Peu de chance que ce soit ça, dans ce cas pensait il que même dans la maison de ce noble nous ayons encore quelques choses à craindre ? Lin était un peu plus naïve que son supérieur, la faute à son manque d'expérience sur le terrain.

Elle réfléchissait, Rowbert était blessé, il s'était réfugié dans la maison de ce noble, noble qui est protégé par le gouvernement mondial qui plus à cause de la marque sur sa maison. Euh.... y'avait pas un problème dans ce résumé ? Un pirate qui se planque chez un noble ? Alors, soit il avait forcé le passage et avait pris le maitre des lieux en otages, soit ils étaient de mèches. La seconde option était celle à envisager étant donné que le connard de majordome de l'entrée ne semblait pas plus paniqué que ça.
Elle soupira, faisant craquée sa nuque et puis quoi ? De toute façon le pirate est blessé, le noble doit être du genre faible, aucun soucis, on entre, on casse la gueule de Rowbert, on inculpe le noble de complicité si on peut et on sort.
La rouquine reporta son attention sur Ryuuku, était elle la seule à ne pas se soucier du danger ? Il faut croire... se sentant légèrement idiote, elle effaça ses idées de victoires préconçues, le groupe fonçaient vraiment dans un pièges ? Lin en doutait honnêtement mais bon, il vaut mieux prévenir que guérir. Alors que les trois Sea Wolfs passent une dernière porte ils se retrouvent face à un immense rideaux rouge comme ceux qu'on trouve dans les salles de spectacles ou de théâtres.

Toji regardât Lin, définitivement il y'avait un truc extrêmement louche là-dessous, elle leva un sourcils et acquiesça de la tête à son capitaine tout en accrochant à son marteaux plat, son favoris, sa corde qu'elle à toujours sur soi.
Le Père Tempête déchira le rideau et aussitôt, une voix vint déranger les oreilles du groupe.

C'était lui le noble ?! La commandante jeta un oeil, à ses côtés Rowbert et un homme tout chétif et tout craintif... non définitivement le noble c'était pas celui qui venait de les accueillir comme le ferait un maitre de cérémonie. En tout cas il semblait sûr de lui, ce petit air suffisant qui se dégageait de lui donnait franchement la rage à la jeune femme qui n'avait envie que d'une chose, envoyer son marteau dans sa sale gueule... qu'elle est bonne cette idée tien ! Elle prit le marteau accrochée à la corde et se mit à esquisser un petit sourire, mais très vite elle fut interrompue dans sa future action.
Alors qu'elle projetait d'envoyer son marteau dans la sale gueule de ce type qui à une grande gueule elle se rendit compte qu'ils n'étaient pas les seuls sur la scène elle-même.

- Mais que ?!

Des gosses, oui des putins de gosses, ils étaient encerclés par une bonne trentaine de gamins, habillés sobrements, de la même façon, l'air extrêmement calme, non clairement y'avait un truc louche, aucun enfant jusqu'ici n'était calme, eux ne se comportaient pas normalement.

*Qu'est-ce que c'est que ce bordel...*

Une jeune fille s'approcha du terrifiant Toji.

*Si ils veulent attendrir le boss ils sont mal partit, ça ne mar... HEIN ?!*

D'un coup la gamine sortit un flingue et le pointa sur Toji, choquée, Lin fit les gros yeux, c'était ça leurs plans ? Nous faire combattre des gamins ?! Alors que Toji se la joue grand méchant loup en tentant de terrifier la gamine, Lin elle, regarde les autres enfants...

- Euh Toji...

Mais il ne l'entend pas, blasé d'avoir fait un bide avec son "bouh" alors que tout le monde s'en fout en fait. Bref, c'était pas ça l'important, Lin voyait les gosse sortir chacun leurs tours un flingue, oh bordel là il allait falloir assuré ! Elle essayait de se rassurer, c'était du bluff, 30 gamins tirant de sang froid sur des marins ça n'existait pas se disait elle !
D'un coup un cliquetis multiple se fit entendre, oh putin là c'était réellement la merde. Dans un élan presque simultanée Toji hurla pour prévenir la jeune femme alors qu'elle reprenait armée de son marteau.

- BORDEL !

L'idéal aurait été de pouvoir utiliser son fruit, mais là elle n'en aurait simplement pas le temps, à peine serait elle transformée que les 30 balles l'auraient atteinte. Alors que les gamins lèvent leurs armes, mettant en joug les marines, la commandante lance son marteau sur le groupe tentant des les fauchés avec la corde, tout en se lançant en arrière pour pousser au sol ses coéquipiers. Faute de fauchés les trente enfants elle était sûre de dévier un maximum de balle. Elle avait cependant poussé ses coéquipier juste assez pour les faire chanceler, ne les empêchant pas d'agir à leurs tours par la suite.


Dernière édition par Ayzami Lin le Sam 13 Aoû 2011 - 11:55, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-terminee


Bien joué la mouflette ! Trop choqué de mon échec cuisant face à cette révolutionnaire en culotte courte, j'en suis resté la gueule grande ouverte quelques secondes de trop... Secondes qui m'auraient été extrêmement désagréables si ma subordonnée n'avait pas prise les choses en main avec son tact coutumier. A peine son coude m'a-t-il effleuré que je pars instinctivement dans une superbe roulade arrière, tirée directement de mes manuels de karaté. Lorsque je relève la tête l'instant d'après, c'est pour voir la vision surréaliste d'une pluie de gamins en linceuls. Fauché par la corde, la trentaine de mômes volent culs par dessus têtes dans toute la pièce, crachant leurs plombs au gré du hasard. C'est que la mouflette a plus de force qu'elle ne voudrait le croire huhuhu.
En tout cas ce sera le mobilier de la pièce qui en fera ainsi les frais, les dorures et petits angelots des décorations volant à chaque impact de pistolet avec autant de grâce que les tireurs. Par contre, y a vraiment un truc de louche dans cette affaire ! Des morveux qui braquent des marines, le tout sans la moindre trace de peur ni de doute ? Putain j'ai jamais vu ça dans toute ma carrière ! Surtout qu'ils n'ont pas l'air lobotomisé pour un brin, leurs mimiques de gamin de dix ans sont criantes de vérité... C'est juste qu'ils ne montrent pas la moindre trace de cette terreur attendue. Bizarre...

La vision de la gamine aux longs cheveux noirs se baissant sous la corde de Lin pour lui braquer son flingue calmement vers son ventre me ramène à la dure réalité. Pas de temps pour les réflexions, place à l'action ! Non mais d'où tu crois pouvoir tirer sur un de mes hommes ?! Attend un peu toi ! D'une impulsion je me jette alors devant la gamine en lui arrachant le pistolet de ses petites mains ! « Mon fusil s'appelle charlene ». Le temps qu'elle ne le réalise son joujou n'est plus qu'une masse de métal tordu glissant entre mes doigts... Voilà, punie. C'est alors que je la vois, cette petite larme se créer doucement aux coins de ses yeux ! Ahahah voilà ! Il suffisait finalement de pas grand cho*...

« Yuuki yuuki no mie ! »




Au moment où la morveuse va enfin partir en sanglot, un étrange rayon doré la traverse de part en part, visiblement sans lui causer le moindre dommage. L'instant d'après la gamine ravale ses larmes en se fendant d'un visage que les plus déterminés des marins devraient envier. Du doute ou de la peur ? Plus la moindre foutue trace en moins d'une seconde ! Nan mais ça commence à m'porter sur l'système ce merdier ! Si les gens n'ont plus peur de moi où va le monde j'vous l'demande !

« Tu peux disposer Hélénia... Je m'occupe du méchant monsieur à partir de maintenant. File te mettre à l'abri ma chérie. » Annonce une voie clame et rassurante comme une brise d'été. La putain de même voix qui nous a accueilli à notre arrivée.

« T'es qu'un vilain et Jeremiah-aniki va te mettre ta pâté ! » Me lance la morveuse en me tirant la langue avant de s'enfuir à toute jambe.



Je la regarde ainsi médusé prendre la poudre d'escampette avant de me retourner lentement vers mon nouvel interlocuteur. L'homme s'approche lentement de moi avec calme, une belle rapière dans une main et des étranges ondes dorées finissant d'émanée de l'autre. Direct' je classe ce gars là dans les crétins utopistes... Un révolutionnaire à n'en pas douter. Il en a l'odeur j'en mettrais ma main à couper. En tout cas je peux lire ça à son regard dégouté lorsque ses yeux se portent sur mon uniforme et le symbole dictatorial que je dois représenter pour lui... Quoi que crétin ne soit pas le mot juste, car je peux lire en lui de l'intelligence et de la détermination... Beaucoup de détermination ça c'est sûr. En tout cas l'homme ne m'a pas attaqué dans le dos... Une belle occaz de manquer selon moi huhuhu.

« Capitaine Arashibourei... » me lance-il comme une insulte « J'ai beaucoup entendu parler de vous et de votre triste réputation. J'avoue que j'espérais depuis longtemps avoir l'occasion de débarrasser l'Humanité d'un monstre tel que vous. Voyez-vous, s'occuper de ce centre de recrutement depuis quelques temps aide surement la noble cause de la révolution, mais il me manquait de combattre moi-même l'injustice. Chevalier Jeremiah Berett, pour vous servir. »


Profitant de la légère révérence de mon adversaire, je gagne quelques secondes pour faire le tri dans mes pensées. Bon voilà qui explique bien des choses... Un centre de recrutement de la révolution sur la première île de Grand Line ? Voilà qui n'est pas con... Là ils sont sûrs de récupérer au plus vite les bons éléments pour leur « cause » ridicule. Par contre son nom ne m'dit rien, aucune prime... Un mec discret jusqu'à présent donc... aucune idée de son potentiel. Mais ça, j'vais m'faire un plaisir de le découvrir tout de suite huhuhu.
Je me met donc calmement en garde, mon habituel sourire en coin sur le visage. Me déçoit pas beau gosse, j'en ai chié pour venir à toi alors j'espère que tu vaux le déplacement. Le signal de notre duel sera l'arrivée massive de Rowbert à nos côtés, bien décidé à m'exploser la gueule comme il vient de le faire avec les lattes du plancher. Je ne fais même pas attention à lui, préférant ne pas faire la sottise de lâcher le révo' des yeux. Un coup de lame est si vite arrivé, surtout que j'ai ma mouflette préférée pour couvrir mes arrières.


Par contre j'espère que Ryuuku aura la bonne idée de courir après cette p'tite fouine de « Mon Père ». On va avoir besoin de lui pour tirer le fin mot de cette histoire, en un seul morceau sinon ça risque de barder pour nous. Un protéger de la noblesse, ça ne se maltraite pas n'importe comment... Idem pour les mômes dont j'espère qu'il s'occupera aussi... Mais où il est Hiro d'ailleurs ?! Son gomu no mie aurait été plus qu'utile ici ! Foutu asticot... Jamais là quand il faut … gremerlmlm...



Dernière édition par Toji Arashibourei le Jeu 11 Aoû 2011 - 11:42, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Le fauchage était une casi-totale réussite, heureusement c'était des enfants, face à des adultes, Lin n'aurait surement pas réussi à fauché l'assemblée. Alors qu'elle venait de pousser Toji, se firent entendre des coups de feu lancés aux hasards dans la pièce, les gamins étant totalement déséquilibrés, les Sea Wolfs purent s'en sortir à bon compte dans cette action grâce à elle.
Une balle perdue frôla la joue de Lin, l'égratignant, alors qu'elle se frottait la joue par réflexe à cause de la douleur, la gamine que Toji essayait d'effrayer un peu avant tenta de tirer tout bonnement dans le ventre de la Commandante.
Fort heureusement le capitaine était là, ni une ni deux il sauva à son tour la tigresse de cette petite fille ! Arrive alors le "maitre de cérémonie" sur la scène, alors qu'il entama la conversation si on peut appeler ça comme sa avec le père-tempête, Lin quant à elle tira sur la corde pour tenter de récupérer son marteau.


*Hein ?*

C'était incompréhensible, certains des enfants se relevaient déjà pour tenter d'empêcher la rouquine de récupérer sa corde et son marteau. Acte désespéré étant donné que même à plusieurs la force n'y était tout bonnement pas. Un autre tire sur la jeune femme qui esquive, dans la seconde elle fonce sur le gamin, le poussant violemment, le désarmant par la même occasion.
D'un coup se fait entendre un poids arriver sur la scène, c'était Rowbert qui avait sauté jusqu'ici ! Juste à côté Toji engageait le combat contre le révolutionnaire. Ça allait devenir encore plus compliquer si l'on devait combattre deux vrais adversaire avec des enfants dans les pattes.
Rowbert fonçait maintenant sur Toji, ils voulaient y aller à deux contre un les enfoirés ! Et puis merde on s'en fou du marteau elle aurait bien le temps de le récupérer plus tard, elle se retourna et chargea Rowbert de tout son poids.


- DÉGAGE GROS PORC !

L'effet de surprise permis de stopper le pirate ainsi que d'attirer son attention, légèrement déséquilibré il était tombé assis. Alors qu'il se relevait Lin se mit en garde serrée, prête à foncer au corps à corps comme une brutasse alors que le fruit du tigre changeait son apparence pour lui faire prendre sa forme hybride. Étant blessée il fallait abuser de son pouvoir qui lui donnait une plus grande endurance, une meilleure force, une meilleure vitesse, bref une meilleure condition physique quoi ! Même si Rowbert était blessé il n'en restait pas moins un pirate féroce, se retenir à cause de quelques blessures mineurs n'était pas envisageable, surtout pas pour Lin.

Le combat était entamé à côté, Jeremiah faisait face à Toji, il ne fallait pas que Rowbert ai une seule occasion d'emmerder le capitaine des Sea Wolfs. Nan car il semblait sous-estimer la rouquine au vus des nombreux regards qu'il portait encore vers Toji. Lin profita d'un de ses regards perdus pour foncer sur son adversaire, amorçant un direct du droit dans le ventre de pirate.

- Ça c'est parce que tu ose encore penser que mon boss vas se bouger pour affronter un cancrelat comme toi.

D'un coup elle enchaina avec un violent coup de pied que Rowbert parvint plus ou moins à contrer cette fois, faisant reculé d'un coup les deux opposants.

- Et ce que tu vas mangé maintenant...

Rowbert est fort, Lin venait de le sentir avec ce contre, aucun doute ce combat allait être difficile, mais bordel c'est ça qui est bon ! Ses yeux luisaient comme ceux d'un prédateur.

- C'EST POUR ENCORE ME SOUS-ESTIMÉE !

La garde serrée cette fois encore, elle fonça sur Rowbert, maintenant à portée de coup l'un de l'autre, le combat allait être bestial. Le premier coup pour notre héroïne dans la mâchoire de l'homme, le second pour lui avec un magnifique uppercut au menton, puis un second coup du pirate que Lin bloqua, ils échangèrent quelques coups, Lin était manifestement plus rapide, mais putin qu'est-ce qu'il tapait fort ce Rowbert. Elle finit par reculer en bloquant un coup de son adversaire.

*Arg... je vais pas pouvoir encaisser comme ça trop longtemps, je dois être plus rapide... oui plus rapide que lui !*

Sa garde se relâcha un peu, elle amorçait maintenant l'enchainement du tigre sur Rowbert. Le pirate pas encore assez méfiant se fit fort heureusement toucher par le premier coup, la tigresse pu alors continuer son fameux enchainement de coup de poing pour finir par un coup de pied retournée, ce dernier propulsa Rowbert vers Toji et son adversaire qui étaient en plein corps à corps.

- Attention Capitaine !

Toji allait il esquiver ? Ça à la limite Lin ne s'en inquiétait pas, elle savait par contre que Rowbert n'allait pas s'avouer vaincu pour si peu et maintenant il connaissait la force de la charpentière des Sea Wolfs, il ne se ferrait plus avoir aussi grossièrement. Le combat ne faisait que commencer ! La force supérieur de Rowbert contre la vitesse de frappe impressionnante de Lin, qui allait gagner ?


Dernière édition par Ayzami Lin le Sam 13 Aoû 2011 - 12:02, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-terminee

Spoiler:


Immobiles dans le chaos qui maintenant nous entoure, Jérémiah et moi nous observons en silence. Aucun d'entre nous n'a encore fait le moindre geste, nous contentant de nous jauger tout en échafaudant nos plans pour terrasser notre opposant. Avant toute chose, c'est un affrontement mental qui nous oppose... La tension s'instaure, lentement... Le remue-ménage qui produit la mouflette est ce brave Rowbert ne nous effleure même pas, tout comme la réaction de Ryuuku à l'assaut des morveux. Nous sommes dans une autre dimension... notre dimension.
Par contre ça me fait mal au cul de d'voir l'avouer, mais ce gars là a du cran... plus de cran que je n'en ai jamais vu chez aucun des hommes que j'ai affronté jusqu'ici. Tout comme chez la gamine je ne vois dans ses yeux la moindre trace de doute ou d'impatience... un putain de sang-froid ! Bon sang et moi qui commence à perdre patience. Faut dire que l'attente n'est pas mon fort, et pour peu qu'on me résiste j'ai tendance à m'énerver assez vite. C'est donc très logiquement que je m'élance le premier dans sa direction, rompant notre petite scène figée en une brusque impulsion !

Mais au moment où je pars d'une feinte sur le côté, l'homme fait une rapide vrille de poignet dans ma véritable direction, projetant aussitôt une onde tranchante vers ma gorge ! Arrh il est perspicace en plus d'être calme... dangereuse association. J'arrive tout juste à dévier par la lame de mon poignard cette onde , qui va alors couper en deux un pilier derrière moi ! Conscient de ma position précaire, je jaillis alors à nouveau vers lui, diminuant la distance rapidement, la pointe de sa rapière se dresse alors tel un serpent sous mon nez, manquant de me transpercer un œil sous l'effet de l'inertie. Je glisse alors sous sa lame, avant de me redresser en striant l'air d'un coup de poignard vindicatif ! Mais voilà qu'à son tour l'homme esquive sans peine, se faufilant sous mon bras avant de laisser courir le tranchant de sa rapière sur mon flanc. Aaaarh ! Par tous les saints de Skipia ! Ce gus s'est faufilé à quelques millimètres de mon poignard pour gagner un temps précieux, le tout toujours sans la moindre trace de doute ! Il a des nerfs en acier trempé ou quoi ?!


Ahahaha
, en tout cas voilà un gars qui va me donner du plaisir à n'en pas douter... T'as gagné le premier round mon beau, mais attend que je passe la seconde. T'es encore loin de m'égaler j'te rassure huhuhu. C'est donc avec une joie malsaine que j'abaisse mon centre de gravité avant de replonger vers lui ! Au moment où sa rapière se tend vers moi, je bondis dans les airs avant de le gratifier d'un retourné-facial de ma jambe droite ! Tandis qu'il se baisse, je passe au-dessus de lui avant de l'enchaîner d'une série de coups de poignard et de coude à mon atterrissage ! Parades, ripostes, nous enchaînons les passes d'armes toujours plus rapidement, les étincelles commençant à pleuvoir sur notre passage. Petits à petit mes doutes disparaissent... chacun de nos échanges me prouvant que je lui suis supérieur sur bon nombre de points. Force, vitesse, expérience... je le domine d'un cran dans chacun des domaines. Pourtant, il arrive tout de même à tenir le change, le tout grâce à une détermination hors norme. A aucun moment ses yeux n'ont quitté mes gestes, ni cédé à la panique... Y a décidément un truc de louche là aussi. Bah, j'le verrait peut être au bilan d'autopsie huhuhu.



« Attention Capitaine ! »
Hein ?! Au moment où retentit le cri de la mouflette derrière moi, me voilà plonger dans un cruel dilemme. Me retourner pour éviter le mystérieux danger au risque de me faire empaler par Jérémiah ? Ou bien résister stoïquement et ne surtout pas lâcher le révo' du regard ? Putain je sais pas quoi choisir moi ! Le temps que je me décide mon corps a parlé pour moi, me faisant faire un volte face réflexe, alors bien campé sur mes nouveaux appuis. Voilà alors la masse imposante de Rowbert qui me fonce dessus... N'ayant pas le temps d'esquiver, je me mets en position de défense, les bras bien en avant pour amortir le choc. Mais ça me fout une rage pas possible qu'on puisse m'interrompre dans mon combat. Tu m'as assez amusé tout à l'heure Rowbert, je suis las de toi maintenant... Alors t'es gentil, mais tu dégages !
Au moment où mes pensées virulentes se forment dans mon esprit, je sens la bête monter. Sans bien comprendre ce qui m'arrive ni avoir le temps de la réguler, la force qui sommeille en moi refait ainsi surface violemment ! Un terrible bouclier invisible me semble alors jaillir de mes mains, se dressant tel une armure devant moi. Le pauvre pirate s'y heurte avec force, avant de rebondir dessus et de repartir en direction de la mouflette. Euuuh c'était quoi ça ?... Ça ressemblait aux sensations que j'ai découvert avec le Haki, mais j'avais encore jamais fait un truc comme ça … Cooooool....

Perdu dans la douce euphorie que la découverte de puissance m'offre toujours, je n'ai pas vu Jérémiah profiter de l'occasion pour s'élancer dans ma direction. Ce n'est que trop tard que je le verrais arriver, envoyant alors un direct au hasard dans sa direction. Comme précédemment l'homme se décale avec calme loin de ma riposte avant de m'offrir un jolie cicatrice supplémentaire sur le visage ! Aaaargh... heureusement j'ai le cuir solide et sa lame est légère... Au moment où je m'apprête à lui rendre la monnaie de sa pièce j'aperçois à l'angle de mon champ de vision trois gamins me visant de leurs pistolets. Un « Soru » salutaire m'évitera de recevoir ces trois balles dans la peau, préférant largement les voir ainsi s'encastrer dans les dorures d'une colonne. Nan mais c'est pas bientôt fini ces incrustes en série là ?! J'voudrais m'fritter en paix bordel !


Nous voilà donc reparti à zéro, bien que cet utopiste de Berett mène maintenant de deux points. Inutile de vous dire que c'est loin d'être à mon goût... J'dirais même que j'commence à l'avoir mauvaise ! C'est donc la rage au ventre je m'élance de nouveau vers lui ! Feintes du regard puis d'épaule précèdent un rapide plongeons sur le côté d'où part un puissant revers de ma lame, vite paré par sa rapière. Aussi sec j'enchaîne de coups auxquels je mêle habilement feintes et parades tandis que mon opposant en fait de même. Une fois de plus l'équilibre s'instaure péniblement...
C'est alors que j'entends juste derrière moi les cris rageurs de Lin, dont le combat s'est aussi déplacé dans notre direction. Au moment où Jéremiah se fend en avant pour m'embrocher, je bondis loin en arrière dans les airs, passant en vrille au dessus de ma subordonnée. Emporté par son élan le révolutionnaire lui fonce alors dessus, la découvrant au dernier moment maintenant que ma large silhouette ne la masque plus. Avec un peu de bol elle comprendra la manœuvre et aura le réflexe d'en profiter. Pour ma part je tombe à bras raccourcis sur Rowbert, à qui j'enlève une paire de dents d'un puissant coup de poing dans la mâchoire !

Je roule ensuite sur lui, me relevant d'un bond tandis que Jéremiah se détache à son tour de la mouflette. Notre assaut repart ainsi de plus belle ! Mais plus je le regarde, plus il me semble m'apercevoir que notre homme baigne dans un léger halo doré... tout comme l'étrange rayon qui a frappé la gamine un peu plus tôt. Cette nouvelle donnée à l'esprit je me relance une énième fois dans la bataille, bien décidé à massacrer mon adversaire pour de bon cette fois-ci, mystère résolu ou pas.



Dernière édition par Toji Arashibourei le Jeu 11 Aoû 2011 - 11:45, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei

Déjà plusieurs dizaine de minutes... Déjà beaucoup de temps, beaucoup trop même. Ryuuku a pris trop de retard ces derniers temps... Tout d'abord, il avait voulu aider Hiro. Des marines étaient heureusement arrivés pour prendre soin de Hiro. Un plan pouvait enfin être échafaudé par notre marine, mais il n'avait pas beaucoup de temps, il devait rattraper les autres. Il se rappela. Un train, oui, il y avait un train qui faisait le tour de l'île. Il l'avait vu. Il prit un costume neuf, et donna son uniforme à un marine. Il décida d'y aller de manière classe, il ne savait pas vraiment pourquoi, mais ça le mettait en confiance.

Il chercha le train, qu'il trouva sans grand problème. Réajustant sa cravate, il s'assit dans le train. Gakuen avait la mine refermée, comme toujours. Et être à côté de tous ces enfants joyeux, qui sautaient, dansaient, riaient... C'était trop difficile de se concentrer avec tout ça. En y pensant, notre Colonel ne savait pas où aller. N'avait-il pas entendu parle de suivre Toji ? Si, sûrement... Notre penseur fut tout d'un coup arrêté dans ses pensées. Le train s'était arrêté. Pour quelle raison... Il sortit du train en vitesse. C'était mauvais pour son timing ça. Le train ne pouvait repartir, une pièce de machine d'un jeux où il fallait très fort venait de retomber sur le train.

Toji ? Sûrement lui, seul un mec comme lui pourrait faire un coup de cette puissance. Tout d'un coup, notre homme vit ce qu'il lui fallait. Une grande roue. De là, il pourrait facilement trouver ses compagnons. Il courra. Arrivé à la grande roue, on lui dit qu'il recevrait un ticket s'il osait monter dans la grande roue. Aucune importance pour notre marine, mais il monta, et prit le billet. La roue tournait encore assez vite, et Gakuen arriva à voir où se trouvaient les autres marines. Mais que faisaient-ils ? Pourquoi s'amusaient-ils ? Toji semblait, fier de lui, ayant trois tickets en main, tout comme Lin, qui elle, avait l'air si heureuse de loin...

Mais bon, il fallait donc trois tickets. Pour quelle raison ? Peu importe, ils les fallaient, et vite. Notre marin descendit de la machine, et courra en direction de l'endroit où se trouvaient les autres. Il lui manquait donc deux tickets. Tout d'abord, il y avait là, devant lui, un stand avec un joueur qui avait rois gobelets. Il fallait suivre une bille du regard, sans la perdre de vue pour gagner. Une seule chance par personne, cela suffirait à Ryu. Il suivit la bille. Gauche-Droite-Fauche-Milieu-Que... Il venait de mettre la bille dans sa manche droite. Notre Colonel ria, et montra la manche de l'homme, qui à son tour rigola.

Mais pas d'un même rire, plus d'un rire jaune pour le standeur, qui s'était fait cette fois-ci, lui-même avoir par plus malin que lui. Il ne lui manquait plus que un ticket. Presque tous les marines étaient maintenant regroupés devant une bâtisse, c'est là qu'il fallait aller avec les tickets donc. Un troisième... Stand de tir ? Non... Pêche au canard ? Non... Mais que restait-il ? Non, quand même pas le stand de maquillage... Si, ça irait vite. S'il osait se faire dessiner un papillon sur la tête, il recevrait un ticket. Quelques minutes plus tard, notre homme avait enfin ses trois tickets, et un papillon sur la tête.

Il mit de l'eau sur sa tête, et la plupart de son maquillage partit. Il ne semblait pas le seul des marines à avoir souffert. Ils rentrèrent tous, en montrant leurs tickets. C'était donc pour ça... Enfin bon, quoi qu'il en soit, Ryuuku entra dans le bâtiment avec les autres. Il avait pour ordre de suivre le patron et la charpentière pour aller dans les hauteurs du bâtiment. Rowbert serait donc toujours en vie aussi... Ils cherchèrent un peu dans les couloirs, le Colonel sentit le regard de Lin se poser sur lui. Il ne savait pas du tout où ils allaient, mais il se sentait plutôt sur la défense. Une mauvaise tension s'installait dans l'air...

Une tenture rouge tirée plus tard, ils arrivèrent dans une grande salle. Sans vraiment écouter les discours de chacun, il regarda tous les détails de la pièce. L'homme avec le coffre, sûrement que la chose qui se trouve dedans est importante. Mais pas le temps de penser plus à ça, car il est éjecté en arrière par Lin, ce qui lui fait échapper à une salve de tir. Les combats se commencent, Toji se combattra contre l'homme mystérieux et confiant, et Lin contre Rowbert. Il restait donc Gakuen, qui s'occuperait des enfants. Et de ce coffre là-bas. Mais comment s'occuper de trente enfants armés ?

Une idée tilta dans l'esprit de Ryu.

Mais oui. Utiliser l'homme là-bas, qui courait vers les enfants, dans le but de se réfugier. Il courra à son tour. L'homme en gros semblait chanceler lui-même sous son poids. Les enfants quand à eux semblaient être en train de tous s'aider à se relever, machinalement. Ils semblaient entraînés au combat. Quelle sorte d'enfants étaient-ils? Le marin arrêta d'y penser, et sauta sur le gros pour l'arrêter. Sans le faire tomber bien entendu. Notre Colonel avait reconnu que s'était "Mon père", un bourgeois. Il lui posa une petite question.

-Ces enfants qui tirent sur des marines, sont-ils vos alliés ? dit calmement Ryuuku.
-Euh, non... non ! dit-il sans vraiment être maître des mots qu'il prononçait.

Parfait alors. Maintenant, Ryuuku pouvait mettre son plan à exécution. Trois gamins avaient déjà réarmés leurs fusils, et avaient tirés sur le patron, qui heureusement réussit à s'en sortir. Ok. Ces gamins, n'étaient pas dans leur état normal. Le marine demanda d'emprunter le grand médaillon que portait "Mon père". Il lui donna, tremblant. Espérant que son plan marcherait, le marine cria.

-Regardez ce médaillon, regardez ce grâce à quoi vous allez mourir!

Au vu du mot "mourir", les enfants regardèrent dans ma direction, ou plutôt vers le médaillon. Sur le médaillon, se reflétaient tous leurs visages. Certains tombèrent par terre, d'autres commençaient à s'évanouir. Tous au moins, lâchèrent leurs fusils. Comment en était venu le voyeur à savoir que ces petits seraient "désenchantés" à la vue de leur propre face ? Car dans toutes les pièces que Ryu avait traversé, et plus particulièrement dans celle-ci, il n'y avait aucun miroir. Plutôt rare dans un palace... Quoi qu'il en soit, cela avait marché. Pendant ce temps-là, les combats faisaient rage.

Mais où était passé "Mon père" ? Le battant d'une porte qui grinça permit au marine de savoir par où aller. Il fallait le retrouver, il était en tord d'avoir fui comme ça... Quoi qu'il en soit, il fallait le rattraper... Et Ryuuku courra encore une fois, s'essoufflant assez vite. La fatigue commençait à arriver. Il ne s'était pas beaucoup arrêté ces derniers temps... Mais il venait de faire que tous les petits étaient tombés à terre. Ce qu'il ne vit pas en poursuivant "Mon père", c'est la petite fille qui le suivait, avec un visage neutre, et une arme bien chargée...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t146-ryuuku-no-fiche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t99-rp-donwload-100-100-ryuuku-gakuen

Comme prévu Toji avait manoeuvré de sorte à éjecter Rowbert vers la rouquine qui profita de ce coup salutaire, comme on envoie une balle au volley-ball, Lin attendait la grosse balle qu'était Rowbert. Elle bondit avec un timing parfait pour le retour du gros porc pour lui assener un violent coup de pied dans le ventre.
Avantage Mouflette ! Comme dirait l'autre, alors qu'il se relève, Lin ne compte pas s'arrêter là, le pirate lève la tête que Lin est déjà en garde prête à lui caler un autre coup dans le visage, ce qu'elle fit. Son adversaire était sonné il fallait en profiter. Alors que la tête de Rowbert reviens elle se prépare à amorcer un uppercut, mais elle était trop gourmande...


*Merde !*

Le gros pirate l'avait senti venir, alors que sa tête revenait dans un effet de balancement, un crochet du gauche l'accompagnai, il contra le finish de la rouquine qui le prit de pleins fouets. Elle tomba au sol, sonnée. Alors qu'elle tentait de se relevait, son fourbe d'adversaire lui asséna un coup de pied au sol.

- ARGH !

La commandante bouillait de se prendre des coups aussi bas. Elle finie heureusement par se relever, elle cracha un peu de sang et se remit en garde, on voyait sur son visage qu'elle venait d'en prendre pour son grade sur ce coup. La bête grondait à l'intérieur de la marine, prête à se déchainer, mais face à ce genre d'adversaire, se laissait aller sans faire attention restait trop dangereux. Elle ne devait pas abandonner son plan de base, le prendre de vitesse ! Elle re-fonça sur lui, un nouvel échange de coup, cette fois-ci pas de réel coup d'éclat. C'est alors qu'apparait Toji, merde ! Ils avaient dévier vers le combat de son capitaine, par réflexe elle se retourna, son capitaine venait de lui laisser Jérémiah en plein estoc, un coup à finir en brochette de marine !
Comme un réflexe quand elle vit la pointe de la lame face à elle, elle baissa son corps tout en se propulsant vers Jérémiah, dans son élan il ne pourrait esquiver totalement une contre-attaque. Armant son poing, elle frappa de toutes ses forces d'un coup à faible distance dans le foie du révolutionnaire qui se raidit sur le coup. Après quoi dans un mouvement circulaire magnifique de son bassin et de son buste elle asséna un crochet dans la face de l'adversaire de Toji, avant de se reculer en arrière.


*Wow...*

Alors qu'elle croisait Toji qui se déplaçait vers l'arrière aussi, sans doute pour retourner à son adversaire, Lin était encore étonnée de ce qu'elle venait de faire, c'était rapide, puissant, net et précis. Mais pas le temps de se poser des questions ! En espérant que le père-tempête profite de la frappe de la rouquine elle se retourne sur Rowbert qui au vu du sang sur sa gueule, venait de se manger le plus grand bourre-pif de sa vie.
Il semblait aveuglé par la rage et donnait maintenant des coups ample, Lin lisait en lui comme dans un livre, elle frappa une première fois dans la garde de Rowbert, puis une seconde en essayant de réitérer la frappe de tout à l'heure, sans succès, les coups de la tigresses heurtaient violemment le pirate qui semblait toujours aussi résistant et Lin esquivait les coups du mieux qu'elle pouvait alors que ses mouvements marquaient de plus en plus un schèma entre chaque coup, comme une forme circulaire. La rouquine était cependant trop sûre d'elle, aveuglée par son envie d'en finir et le fait que Rowbert est plus prévisible, elle finit par prendre un violent coup qui la propulsa en arrière vers son capitaine, elle était totalement désorientée, se relevant avec difficulté, commençant à accuser le coup.


*À ce train... je vais pas... m'en sortir...*

La tigresse cracha une gerbe de sang, elle leva la tête, elle vit son bourrin de capitaine envoyait valser Rowbert dans le décors. Elle s'avance, voit Jérémiah tenter une attaque fourbe sur son capitaine, qu'elle dévie en taclant le révolutionnaire. Pendant que les adversaires respectifs des deux marines se relevaient, la charpentière passe devant le Père-tempête, il la regarde brièvement, elle s'arrête quelque seconde, posant sa main sur l'épaule de son capitaine.

- Il est pas née, le barbue qui me mettra à terre...


Elle lui adressa un sourire et se remit en garde en s'approchant de Rowbert qui se remettait d'une méchante mandale de la part de l'homme poisson. Elle venait de promettre la victoire à son capitaine, c'est pas maintenant qu'elle devait se dégonflée.

- Cette fois, c'est à moi de frapper mon gros !

Déclara-t-elle, son corps la faisait souffrir, si elle se faisait encore envoyer au sol s'en serrait finie, ce serait la défaite.
Rowbert prit l'initiative, il frappa dans la garde de Lin qui ne bougea pas d'un poil, il retenta sa chance, elle l'esquiva, puis un autre, elle fit de même, le pirate frappait alternativement entre la gauche et la droite de manière régulière. La tigresse en esquivant commençait à dessiner un huit avec son buste, alors que sa vitesse augmentait. Rowbert ne savait plus ou frapper, quand d'un coup ! Le poing de la tigresse vint frapper Rowbert qui se protégea in-extremis.
Lin inspira, toujours en bougeant son buste de la même façon alors que Rowbert allait donner un nouveau coup, Lin explosa pourrait-on dire, alors que son poing gauche vint se loger dans le visage de Rowbert, son buste oscilla de l'autre côté et c'est sa droite qui vint frapper la sale gueule du pirate.


- AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!

Elle venait de déclencher pour la première fois, grâce à l'assaut de Jérémiah que Toji lui avait offert, grâce aux attaques régulières, répétée et prévisible de Rowbert, sa nouvelle technique, le Dempsey Roll !
Dans un cris de rage aiguës elle frappait à tour de rôle de gauche à droite alors que Rowbert ne pouvait que subir l'assaut de la mouflette enragée qui pouvait enfin assouvir toute sa rage sur le pauvre barbue.

Finalement elle finit par stopper son attaque, dans une ultime droite, donnée avec tout ce qui lui restait, écrasant la gueule de Rowbert contre le sol.
Il gisait maintenant au sol, alors que la commandante se reculait en titubant, à la fois épuisée et espantée par ce qu'elle venait de faire.


*Qu'est-ce que j'aurais aimé que le capitaine vois-ça...*

Elle n'avait pas la force de se retourner mais Toji était peut être encore dans son combat. Elle ne pouvait pas se retourner, Rowbert était un pirate extrêmement résistant pour subir les assauts de Toji et Lin, rien ne dit que cet enchainement aussi violent et puissant soit il en ai finit avec lui.

*Par tous les dieux des mer qui existent, ne te relève pas, misérable !*

C'est ce qu'elle souhaitait le plus en ce moment, avoir vaincu ce féroce pirate, elle savait qu'elle n'aurait peut être plus la force de lui tenir tête, elle sentait ses muscles en feu, elle n'osait même pas imaginer la douleurs quand elle n'aurait plus de force du tout et que son fruit du démon cesserait de fonctionner qu'elle le veuille ou non.
Elle se tenait le bras, les yeux rivés sur Rowbert, guettant le moindre signe de mouvement chez lui, prête à aller le frapper au sol pour éviter qu'il se relève si il faut.
Était-ce la victoire de Lin ?



Dernière édition par Ayzami Lin le Sam 13 Aoû 2011 - 12:11, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-terminee



Dans leurs tuniques d'un blanc immaculé les enfants de « Mon père » encadraient la mêlée qui faisait rage, comme tout autant de petits angelots voletant autour du combat homérique qui régnait dans la salle. Leur mentor, leur idole, se battait ici-même contre un monstre venu des plus profonds des abysses pour les dévorer. En tout cas c'est bien l'image que la confrontation pouvait donner. Le révolutionnaire -si beau et si droit- ne pouvait-il pas représenter uniquement le bien de ce monde ? Et le marine -si violent et si terrible- n'était-il pas l'incarnation de tous les pêchers des hommes ? C'est donc avec les meilleurs intentions du monde qu'ils essayaient de viser le dos de l'homme poisson pour le cribler de leurs balles bénis par leur innocence. Mais alors que la salve allait partir...

-Regardez ce médaillon, regardez ce grâce à quoi vous allez mourir!




Du coin de l'œil je vois la bande de marmots s'effondrer tous en bloc, victimes de l'intelligence de mon second. Bravo Ryuuku ! Propre et sans bavure ! J'aurais eu du mal à m'en débarrasser sans faire couler le sang, ce que ma hiérarchie désapprouve en général quand les victimes ont moins de douze ans. Ça se voit que c'est pas eux qui sont confrontés à ce genre de chienlit. C'est donc avec une certaine joie malveillante que je raille mon adversaire qui vient de perdre un bon nombre de ses troupes dans l'affaire.

« Alors mon chère Jérémiah... On dirait que tes jeunes drogués ne tiennent pas le coup.
Faudra réviser tes méthodes d'hypnose la prochaine fois. S'il y a une bien sûr huhuhu. »


L'homme se redresse d'un air presque outré en balayant la scène du regard avant de se focaliser à nouveau sur moi. On pourrait presque croire que je viens de l'insulter tant il semble scandalisé.

« Je n'ai nullement drogué mes petits anges. Je leur ai donner le courage d'affronter les démons oppressifs que vous êtes, chiens du gouvernement. Ils ont pour eux l'innocence et je me contente de leur offrir le courage nécessaire aux buts qu'ils se fixent. » Me lance-il plein de verve tout en levant sa main libre devant lui. Elle se met alors à auréoler de cette lumière d'or vue plus tôt.

« Vois-tu marine, ceci est le pouvoir que me donne le fruit du courage dont la révolution m'a fait grâce. Le yuuki no mie. Grâce à lui je peux libérer les hommes des chaînes que sont le doute et la peur. Chaînes dont vous abusez, vous autres du gouvernement. »



Aaaaaah... mais voilà donc la source de son pouvoir. C'est donc son foutu fruit qui lui donne tant de confiance. Je comprends mieux maintenant son sens du timing si précis, car sans la peur inconsciente de l'échec ses mouvements doivent être plus rapides et plus précis que nul autre. Foutus possesseurs de fruit du démon... J'ai toujours eu du mal à blairer ces gars là, hormis les rares cas de mon équipage. A croire que l'animosité de la mer à leur encontre se propage dans mes veines d'homme-poisson. Comment peut on vouloir se couper à jamais de l'océan ?! Beurk ! Toujours est il qu'il va falloir que j'adapte ma stratégie, tenter de jouer sur la stupeur comme j'le fais d'habitude étant voué à l'échec, j'aurais du le comprendre plus tôt. Du coup mon coco, si t'es un pro de la riposte c'est toi qui va venir à moi.

Je me campe donc sur mes appuis, l'invitant de la main à venir mettre sa haine envers moi en pratique. Prudent, l'homme ne se prive pas de me lancer aussitôt une rapide lame d'air en direction du visage. Navré gamin, mais si tu veux jouer à ça... « Wave Fist : 12 livres ! ». L'onde de choc qui se dégage de mon poing balaye son attaque avant de pulvériser tout un pan de mur derrière lui. Un deuxième coup du gauche confirmera à mon adversaire que si je préfère le corps à corps, les frappes d'artillerie sont aussi mon fort. Le voilà donc qui s'élance vers moi de toute sa vitesse, faisait serpenter la pointe de sa lame au raz du sol. « L'envol de l'épervier ! » me lance-il tandis que sa lame jaillit vers moi ! J'arrive à esquiver à moitié l'attaque qui me laboure la peau en superficie, avant de contre attaquer d'un puissant coup de pied dans sa cheville suivit d'une série de rapides coups de couteau. Tous seront esquivés par une remarquable pirouette de mon adversaire. Le combat reprend ainsi de plus belle, chacun redoublant d'efforts pour faire mordre la poussière à son opposant.

C'est alors que je sens dans mon dos la mouflette en mauvaise posture, accusant difficilement un coup rude de Rowbert. Décidément ce pirate a de la ressource ! Mais c'est sans la moindre hésitation que je profite d'une attaque de Jérémiah pour me faufiler sous son bras et ainsi me rapprocher du pirate. Le temps que le révolutionnaire ne me cible à nouveau j'en profite pour saisir Rowbert par la ceinture et le col, que je soulève alors au dessus de ma tête. Le temps qu'il ne comprenne, je lui brise l'échine en le lançant violemment sur un de mes genoux. Ouuh le joli bruit de vertèbre brisée ! Mais j'ai sous estimé le temps de réaction de Jérémiah, qui s'élance pour me percer un rein de sa lame. Un tacle bienvenue de la mouflette me donnera le répits nécessaire. Tin' si ça c'est pas un beau travaille d'équipe ! Attention les gars, les Sea Wolfs sont dans la place !

« Il est pas née, le barbue qui me mettra à terre... »



Voilà qui est bien dit ! C'est donc le feu au ventre que je repars à l'assaut de mon révolutionnaire. Celui-ci lui brille d'ailleurs une nouvelle fois de son aura... On fait des réserves de courage l'ami ? Bon il est temps qu'on en finisse... L'homme s'épuise au même rythme que ma patience et il temps de montrer l'écart de puissance qui nous sépare. J'ai assez joué avec toi et ton étrange pouvoir gueule d'amour, il est grand temps de te montrer qui est la vraie menace sur cette mer !
C'est donc avec une mine d'autant plus renfermée et sérieuse que je m'approche du balcon où l'homme nous a accueilli, que j'arrache à son support d'une main. La seconde d'après l'imposante pièce de pierre et de bois vole dans les airs. Comme je m'y attendais l'homme ne se laissera pas impressionner et fonce dessous, esquivant d'un cheveux pour se jeter sur moi. Il a vu une brèche dans ma garde et compte bien l'exploiter dans une attaque mortelle. « Jugement de l'innocenc*..! » commence-il tout en essayant de me percer le cœur !
Mais au moment à sa lame passe à l'intérieur de ma garde et se rapproche de ma poitrine, je me décale d'un seul coup tout en plongeant la main vers sa rapière. Huhuhu gamin, trop de confiance, pas assez de peur... dangereux mélange face à un pro du traquenard. Mon immense main palmeuse se renferme donc autour de la coque, qui se plie sous la pression que j'impose. J'étends alors ses phalanges se briser tandis que le métal s'enfonce dans sa chair. Mais malgré la douleur, le valeureux adversaire ne se laisse pas démonter. Prenant appui sur mon bras il me gratifie d'un rapide coup de pied dans la ventre... Qui rebondira sans effet sur l'armure de muscle que représentent mes abdominaux. Huhuhu, tu la sens la différence de gabarit, humain ?

Je le ballote alors dans tous les sens, le faisant tournoyer au-dessus de ma tête dans un grand éclat de rire sadique. La force centrifuge et la douleur qui foudroie ses articulations empêchent ainsi ma victime de s'extraire de ma prise. Je tiens enfin ma vengeance ! C'est donc avec joie que dans ma danse infernal je me rapproche d'un pilier, sur lequel j'encastre notre homme. Crack ! Le pilier vole en éclat ! Encore un ? Aller encore un, pour le plaisir huhuhu. Je m'attèle ainsi à violenter le révolutionnaire sur le moindre espace de décors que je trouve autour de moi, jusqu'à ce qu'enfin je le sente à point. Je le pose alors devant moi avant d'enserrer mes bras autour de son cou. La tension monte dans sa tête tandis que ses poumons souffrent du manque d'air. Ahahah pathétiques battements de jambe pour se libérer de mon étreinte, j'adore ça. Tandis que sa face devient cramoisie et que ses yeux manquent de jaillir de leurs orbites, je lui susurre à l'oreille.

« Alors mon p'tit Berett, on doute ? Rassure toi je n'vais pas te tuer, mes supérieurs se feront plutôt une joie de te rencontrer. Mais je tiens à te prévenir... Tu vas directement chuter de ton petit paradis... dans les enfers d'Impel down.
Mwouahahahah ! »



Moins d'une minute plus tard je me relève seul, avant de lancer un rapide regard aux alentours. Encore un beau merdier qu'on a foutu là. De Ryuuku nulle trace, mais je ne suis pas inquiet. Malin comme il est il devrait s'en sortir et avec un peu de chance nous retrouver ce fameux trésor dont il m'a parlé aux hangars de Rowbert. S'il pouvait le ramener « Mon Père » intact se serait le pompon. Quant à la mouflette... où elle est encore celle-là ? Ah, la voilà.

Je me rapproche de son dos lentement, avant de poser une main paternelle sur son épaule.

« Tu t'es bien démerdée la mouflette. C'est du bon boulot. »

  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Elle observait le corps tremblotant de Rowbert, la possibilité qu'il se relève tétanisait la jeune marine, au bout de quelques secondes il arrêtât de bouger, elle avait réussie, elle l'avait mis K.O !
Elle souffla un coup alors qu'elle reprenait forme humaine, dans le même temps Toji vint poser sa main sur l'épaule de la rouquine tout en lui disant qu'elle avait fait du bon boulot. Ce compliment ne pouvait faire que plaisir à la commandante qui était maintenant tout ce qu'il y'a de plus humaine.
Elle sourit, elle voulu se retourner pour dire merci à son capitaine mais quand elle se tourna face à lui elle se figea.


-Ah...

Elle commençait à ressentir la douleurs dans l'ensemble des muscles de son corps, c'était claire, entre les combats qu'elle avait menée et le Dempsey Roll qui demandait l'utilisation de la plupart des muscles du corps, heureusement que sa forme hybride lui donnait une meilleur constitution car là, sous sa forme humaine elle n'aurait pas pu tenir autant de pression.

- Cap'tain, je crois que...

Et avant qu'elle ne finisse sa phrase elle s'écroula net devant lui, la tigresse ne pouvait plus tenir sur ses jambes.

- Un p'tit coup de main ?

Lança t'elle du sol, la visage à moitié contre celui-ci, pas que l'envie de rester tranquilou ici jusqu'à la fin des opérations mais avec les gosses psychopathe qui trainaient dans la tour c'était peut être pas la meilleur idée.

- Y'a moyen de récupérer mes marteaux aussi ?

Ses armes était dans un petit coin de la scène, par terre, euh elle ok elle est un peu exigeante mais bon elle tenait autant à ses deux marteaux fétiches qu'a son propre corps donc bon.
Et ainsi elle patienta, voir si Toji aurait la bonté de faire quelques chose pour elle ou pas mais en tout cas, elle ne pouvait plus bouger et était à deux doigts de tomber dans les pommes.

*Aller faut que je tienne jusqu'à ce que tout soit finis.....*


Dernière édition par Ayzami Lin le Sam 13 Aoû 2011 - 12:13, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-terminee


Sans grand étonnement, je vois la conscience quitter inéluctablement le corps de ma subordonnée, fuyant comme d'un tonneau percé. Faut bien dire que la journée a été rude pour elle, faible humaine poussée dans la bataille face à des adversaires bien plus puissants qu'elle. Son mérite n'en est que plus grand et c'est sans honte qu'elle peut se permettre de se reposer un peu. Comme je l'ai dit, elle a vraiment fait du bon boulot. Pour un peu j'srais foutrement fière de cette p'tite teigne héhéhé. C'est donc un léger sourire aux coins des lèvres que la vois subitement s'effondrer sous mon nez, sans pour autant que je lève le petit doigt. Faudrait pas non plus qu'elle s'imagine que j'suis un mec sympa. Au cœur des combats chaque Sea Wolf peut compter sur mon aide, mais pour ce genre de mélo... non merci.


Je me détourne ensuite de ce petit corps inerte, semblant alors si fragile comparé à la terrible furie qu'elle était la minute d'avant. Ces humains sont vraiment d'étranges créatures... Perdu dans mes pensées, je n'entends qu'au dernier moment Ryuuku pénétrer de nouveau dans la pièce, deux colis sous les bras. Aaaah mais quels beaux cadeaux m'apportes-tu donc là mon cher second... D'une part un étrange coffret qui ne cessera d'éveiller ma curiosité jusqu'à ce que Ryuuku m'en dise plus, d'autre part « Mon père ». Bien jouer ! Ryuuku repose à mes pieds le petit noble terrifié, tremblotant comme un buisson dans la tempête. On dirait bien que cet utopiste sans cervelle est en train de comprendre qu'il a misé sur le mauvais cheval. Et non misérable, ta révolution n'aboutira jamais... Elle était condamnée d'avance, tout comme toi d'ailleurs. Plus je regarde cette vermine pathétique se liquéfier devant moi, plus j'éprouve une haine grandissante à son égard. Faible, stupide, l'homme cumule tous les défauts qui sont pour moi inacceptable sur cette mer. Je ne supporte plus l'idée que de tels faiblards puissent fouler ce monde, survivant par les relations et l'argent. La sélection naturelle possède ici une faille, que je m'efforce de combler systématiquement. C'est donc les yeux brûlant d'une lueur funeste que je m'accroupis à son niveau, plongeant profondément mon regard dans le sien. Mon nez à quelques centimètres de son visage, je m'adresse à lui d'un ton plein de menace.

«  Et bien « Mon Père » ? Qu'allons-nous faire de vous ? »

« … V.. vou... vous ne pou... pouvez rien me faire... V... vous n'avez pas le droit. J'ai reçu le soutient des Tenryuubitos. Ja...ja...jamais vous ne me ferez condamner ! » me souffle-il, le doute dans le voix.

Pas le droit ?! Par les cornes de Davy Jones ! Ce gus vit vraiment dans son monde. J'ai tous les droits que je me donne crétin ! Et c'est surtout pas une amibe comme toi qui va me dicter ma conduite ! Par contre, cet idiot n'est pas en tord sur le fond... Protégé officiellement par le gouvernement mondial, qu'il soit accusé de complicité avec la révolution jetterai le discrédit sur les Tenryuubito, ce qui est tout simplement impensable. La noblesse ne se trompe jamais, elle ne fait jamais d'erreur... Il n'y a là rien de plus faux, mais c'est le vernis qu'il nous incombe à nous marines de sauvegarder. Cependant, il est hors de question que ce traitre s'en sorte indemne. Qu'il ai voulu jouer, soit. Mais faut assumer quand on s'fait choper, jl'ai toujours dis. Une certaine forme de dignité et de fierté à avoir devant ses actes. Du coup il ne reste plus beaucoup d'options... Quoi qu'il en coûte, la Justice doit être faite, même si pour cela quelqu'un doit se tâcher les mains de sang. Et à qui on fait toujours appelle dans ces cas-là ? A bibi évidement. Comme quoi ils ont beau critiquer, mes habitudes sanguinaires sont parfois bien utiles à mes supérieurs. S'ils savaient le nombre de fois où j'leur ai sauvé leur foutue face. Une fois de plus la main vengeresse de la justice va s'abattre par mon intermédiaire. Mon père, pour toi aujourd'hui je me fais juge, jury et bourreau.



Je dégaine donc lentement la longue lame de mon poignard, laissant longuement le petit noble réaliser le destin qui l'attend. Il faut bien qu'il comprenne qu'on ne joue pas avec moi ni avec ma justice. Pas de compromis, pas d'échappatoire, une seule sentence. Mon autre main l'agrippe ensuite calmement pas les cheveux, le ramenant à moi tandis que je me redresse de toute ma stature. Les pathétiques sanglots qui le secouent comme une feuille n'y changeront rien. Le temps n'est pas à la pitié, il ne l'a d'ailleurs jamais été. Solennellement et pour une fois sans expression de joie sadique, je laisse glisser le fil de mon jugement sur sa trachée, fendant gorge, carotide et souffle. Sa vie le quitte alors peu à peu sous les regards durs de mes hommes qui arrive un à un sur les lieux. L'ensemble de mon équipage assistera dans un silence pesant à son exécution sommaire. Pas une once de doute ou de remord dans leurs yeux, chacun en aurait fait de même. Officiellement, « Mon père » vient de succomber aux coups des « enfants possédés » de Bereck avant notre arrivée, malheureux otage de la révolution, tous les témoignages l'attesteront. De toute façon, même si l'amirauté ne sera pas dupe, c'est surtout pour l'opinion publique que cette version est destiné. Sauver les apparences aux yeux de la plèbe, toujours...


(...)


En tout cas voilà qui clos magnifiquement notre rapide passage sur cette jolie petit île, comme quoi même dans les endroits les plus horriblement niais de la création on trouve toujours de quoi faire son boulot dans la joie et la bonne humeur huhuhu. Un équipage pirate démantelé, des primes à foison, un petit massacre de révo', On va pouvoir faire la fête ce soir pour saluer notre première victoire sur Grand Line. On va donc s'louer une auberge avec tout ce qu'on pourra trouver comme boisson, bouffe et prostituer dans les ports, et on va s'éclater jusqu'à ce qu'enfin on puisse mettre le cap sur notre prochaine destination. Grand Line n'a pas fini d'entendre parler de nous, j'peux vous le garantir. La 4ème voie sera bientôt vider de toute sa vermine, foi de « Père tempête ».


Surtout que d'la vermine il y en a visiblement... D'après les confessions des différents pirates de Rowbert qu'on a capturé sur Reverse Mountain et ici, la voie semble aux mains d'un sacré pirate : Drake le seigneur de guerre. Apparemment doté d'une puissance phénoménale, il aurait l'ambition assumée de devenir Empereur pirate une fois la voie entièrement sous sa coupe, rien que ça. Si ce type est aussi puissant qu'on me l'a laissé comprendre, j'ai hâte de l'avoir devant moi. En fait j'en frémis déjà d'excitation huhuhu. Du coup j'pense pas avoir la patience de m'coltiner tous les loosers qu'il a pu disséminer dans chacune des îles sous son influence. Raz-le-bol d'affronter des adversaires trop faibles ! C'est donc tout vu !


« Ho mes loups, écoutez-moi ! Je viens de prendre une décision !
A partir de ce jours nous allons remonter Grand Line aussi vite que nous le pourrons. Nulle place pour la chasse au menu fretin, nulle exploration inutile, nous irons à l'essentielle : Drake ! »


Je laisse quelques secondes à mon équipage pour assimiler la nouvelle et ce qu'elle implique. Aller d'île en île aussi vite que les log pose le permettent, fermer les yeux sur les pirates que nous pourrions croiser s'ils ne se montrent pas vindicatifs... En bref : tracer notre route. Je reprends ensuite mon élocution, lançant un court mais exalté discours de félicitation.

« En tout cas bravo les enfants, vous avez fais du bon boulot sur cette île ! Une fois de plus les Sea Wolfs ont montré au monde que nul n'est à l'abri de leur jugement ! Allons donc livrer les survivants puis nous perdre dans les fastes de la fête ! C'est moi qui régale ! Mwouahahahah !»

Hurle-je pour finir dans un concert d'acclamations de mes hommes.


Aaaah
que j'les aime bien mes salopards. De vraies teignes à l'âme noire, mais putain c'est pour ça que j'les adore ! Je me dirige donc vers le Fenrir et les tripots du ports, talonné par mes hommes portant victimes, prisonniers et marteaux de la mouflette, encadrés par mes valeureux officiers. Mais en parlant d'eux... il est où Hiro ? Ça fait un p'tit moment que jl'ai plus vu en fait...



Dernière édition par Toji Arashibourei le Jeu 11 Aoû 2011 - 11:57, édité 6 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
Après quelques couloirs, Ryuuku entendit deux halétements. Deux personnes qui commençaient à en avoir marre de courir, ou ces personnes n'en avaient tout simplement plus la force. Mais ce qu'il l'étonna, c'est que lui, allait très bien. Ses jambes étaient faites pour l'endurance, pas pour la rapidité, et ce n'est pour ça qu'il ne rejoint mon père que dans une pièce fermée. Par fermée, je veux dire avec une seule issue, barrée par le marine. Pendant la course, il avait eu le temps à plusieurs choses. Tout d'abord, qui était cette personne qui le suivait ? Lui faire un traquenard revenait à perdre la trace de Mon Père, et était donc une mauvaise idée.

Le seul choix s'offrant au Colonel, était d'attendre qu'une des deux personnes s'essouffle, espérant que ce soit celle derrière lui pour avoir le temps de capturer Mon Père. Car oui, il devrait le capturer. Il était protégé, mais surtout, notre marine était sûr que Toji lui préparait déjà un jugement digne de ce nom. Il fallait faire vite, ce n'était pas le moment de se faire attendre. Faire simple, bien, et vite. Pas toujours facile de combiner les trois. Ryu rajouta trois douilles à son flingue. Il savait maintenant par le marchand d'armes qu'il ne devait pas tirer plus d'une balle sans enlever le "chien" comme l'appelait le marchand. Sinon, il y aurait problème.

De toute façon, une balle suffisait. En arrivant dans la pièce, tous les détails s'offrirent aux yeux du "voyeur". Des tentures de partout, de larges fenêtres obstruées, et une noirceur pas possible. Un seul replis d'une seule des tentures était anormalement élevé. Une personne essayait difficilement de respirer tout doucement dessous le replis. Cette personne avait du mal à se cacher, et pensait même, comme le petit enfant qui cache ses yeux et croit qu'on ne le voit plus, et bien... qu'on ne le voit plus. Il ne bougerait pas, pensa Gakuen. Un simple plan s'improvisa dans sa tête. Il entendait déjà les pas de son poursuivant se rapprocher.

Ryuuku se mit juste derrière la porte attendit quelque secondes... Une petite fille passa devant lui, le marine referma la porte d'un coup sec, elle se retourna, pour voire une forme dans le noire, toute proche d'elle, qui lui tira dessus. Un coup au ventre, qui pour une petite fille de cet âge, la mit à terre. Elle se vidait vite de son sang, mais ne criait pas. Une force semblait encore lui dicter de surmonter ça, mais physiquement, elle ne pouvait plus. La pitié n'avait pas la place dans le cœur du voyeur, mais il se pencha tout de même vers la petite fille pour fermer ses yeux. Elle était morte maintenant.

Une autre forme noire vint chuter dans le noire. Mon Père venait de tenter de s'enfuir mais n'ayant pas vu le corps de la petite fille devant la porte, venait de se rétamer tout simplement. Son coffre s'ouvrit, laissant tomber un curieux fruit, qui attira la convoitise de Ryuuku.

-Quel est ce fruit, dis-moi la vérité. Et pour montrer qu'il ne rigolait pas, il enclencha le chien de son arme, pour armer une nouvelle balle.

-C'... C'... C'est MON fruit du démon ! Je l'ai acheté pour très cher, ne le prends pas ou je me plaindrais ! Je suis proté!...

Le pistolet pointé sur le nez de Mon Père le fit taire. Le "Voyeur" prit le Fruit du démon, et entama sa mastication. Qui sait ce que lui réservait le destin. Il savait que Fruit du Démon pouvait être synonyme de puissance, et c'était une bonne chose pour lui. Le marine lui dit ensuite de taire à jamais ce qu'il venait de voir, ou il le tuerait. L'homme était tellement tétanisé qu'il hocha simplement la tête. Ryuuku put l'emmener simplement à la salle où se trouvait Toji, faisant une tête de plus que Mon Père, si pas deux. Cet avant-dernier tua ce dernier.

Ensuite, le patron donna des ordres, Ryu fit signe qu'il était d'accord. Il pensait surtout à cette nouvelle puissance. Devait-il le cacher au patron ? Quand viendraient des changements ? Pour l'instant, rien, juste un mauvais goût dans la bouche... Beaucoup de questions auxquelles Ryuuku ne connaissait pas les réponses s'organisaient dans sa tête. Il devait y réfléchir, et une bonne nuit de sommeil lui serait profitable...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t146-ryuuku-no-fiche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t99-rp-donwload-100-100-ryuuku-gakuen
Enfin c'était terminer, à partir du moment où Ryuuku était revenu avec le noble, les Sea Wolfs venaient mener à merveille cette première escapade sur une île de Grand Line, le noble était mort de la mains de Toji, la rouquine pensait deviner qu'il omettra le fait que son poignard ai accidentellement heurter de façon précise la gorge du petit noble... bien sûr... les pirates eux étaient morts également ou plus en état de causés des soucis aux marins. Il allait bientôt être l'heure de fêter cette première victoire ! Enfin pas pour Lin non, portée par des marins qui avaient profités de la fin de la bataille pour investir les lieux, elle ne pouvait plus se mouvoir et était prête à tomber dans les pommes a tout moment. Elle était contente de voir que Ryuuku était revenu, tout avait du bien se passer de son côté, quand à Toji, son sourire encore plus monstrueux que jamais en disait long sur son état actuelle. Il était content le père tempête pour sûr !

Après avoir marcher un bon moments le groupe arrivât non loin du Fenrir, là l'esprit de Lin se mit à vaciller, elle sentait tout se flouter autour d'elle, il était temps de se reposer un peu... OU PAS ! D'un coup elle eu un frisson qui lui parcourue tout le corps, c'était la faute de son capitaine qui se mit à faire une déclaration à ses loups ! L'objectif des Sea Wolfs ne faisaient plus un plie, le dénommer Drake n'avait qu'a bien se tenir et cette annonce de son capitaine ne pouvait que faire plaisir à Lin qui aurait lever les bras en plussoyant à ses chef si elle l'avait pu.
Par contre elle fut par la suite un peu moins contente, le boss allait payer les boisson et elle ne pourrait même pas être là ! Avant même de pouvoir répliquer son esprit retomba dans le flou et finalement ce qui devait arriver arriva, Lin tomba dans les pommes. Son corps avait subit de nombreux dommages et elle en avait exiger beaucoup de son corps malgré tout, elle ne pouvait pas faire autrement que de ne plus bouger et se remettre doucement désormais.

Et oui... la fête ce sera pour la prochaine fois ! Au moins une chose était sûre, elle allait bien dormir après une victoire aussi éclatante. Enfin c'était de la théorie, son équipage est tellement tordus que Toji est très bien capable de forcer la rouquine à venir à la fête quitte à ce qu'elle doive ramper... mais non mais non se disait elle avant de perdre conscience il n'oserait pas...


((( Sorry le post est court mais c'était pour y apporter ma petite conclusion ^^ )))
  • https://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-terminee