Le deal à ne pas rater :
Tome 34 édition collector de My Hero Academia : où le précommander ...
17.25 €
Voir le deal

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Comment bronzer correctement en une leçon

Rappel du premier message :


Le coffre-fort de l’île aux mille richesses. Rien que ça ?

« Toi tu as frappé contre quoi pour améliorer ton bronzage ? »

Ou le haki de l’armement, selon comment il préfère le nommer. Nous nous trouvions à l’intérieur d’un véritable kraken, une bête abyssale aménagée pour la navigation. J’étais un peu pâle durant le voyage, dû à de mauvais souvenirs d’un ancien passage dans l’estomac d’un roi des mers, qui se trouva dans l’estomac d’un autre poisson gigantesque… Izya était avec cette fois-là. Elle aurait pu compatir à ma peine si elle ne s’était pas rendue sur les Blues avec ce… Ce blondin qui tente de me voler ma place auprès d’elle !

Mais restons calme. On inspire profondément par le nez, et on expire par n’importe quel trou.

Autour de mon bras, il y avait encore le vieux bagne d’Impel Down que je gardais comme une promesse, un trophée, ou une cicatrice. Il n’y avait pas beaucoup de place dans le kraken qui avançait par à-coup comme s’il incitait à la nausée. Red était là, évidemment. Mais pas que.

« Une nouvelle recrue ? Elle a déjà des seins, mais tu la prévenus pour le risque de moustache ? »

Histoire qu’elle sache ce qu’elle a signé. Je ne la connaissais pas. Avait-elle une grande prime ? D’où venait-elle ? Du moins que ce n’était pas un marine auparavant. On avait déjà Red, ça ne serait pas très original d’avoir une rebelote.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine


Boum, une pluie de boulons et de mécanismes divers s'abat dans le couloir. Rei a décidément de la ressource, on dira ce qu'on veut, mais la marine sait y faire niveau formation des officiers. Y'a bon nombre de capitaines pirates qui feraient bien d'en prendre de la graine plutôt que dénigrer les mouettes...

Toujours pas déconfits pour un berrys, les automates roulent sur les corps éparpillés de leurs congénères pour revenir à l'assaut, encerclant à nouveau le duo de tête dans une dernière tentative de venir a bout de ses encombrants intrus.

Dernière ? Oui. Après avoir surgi en masse depuis des corridors ménagés dans les murs tout autour de l'immense couloir principal, le flot des assaillants s'est peu à peu réduit, et ne s'alimente maintenant que de façon sporadique, quand un automate retardataire rejoint le troupeau depuis une zone de patrouille surement lointaine.

L'étau se referme, et supposant que Reyson et Rei ont maintenant attirés tout le monde, je me décide à faire plus que démolir les quelques mécaniques que Reyson a habilement dévié de mon coté.

Mes mains se couvrent de la couleur de l'armement,

...Soru...

Et je disparais. Laissant le mantra me guider dans mes mouvements, je me déplace si vite que pendant un bref instant je pourrais aussi bien être partout à la fois, apparaissant simultanément devant chaque ennemi pour le combattre et le détruire.

...Shikkan...

Rendus par le Haki plus meurtrier et destructeur que n'importe quel meitou, une centaine de poings traversent en une seconde le métal des constructs, perforant leur carapace sans ralentir pour broyer d'un seul coup les organes qui leur servent de moteur et de simulacre de vie.

Et alors que je réapparais a coté du tout nouveau biome de choc, les automates restent quelques secondes figés. Le temps pour les mécanismes de prendre en compte la fin de vie du matos, avant de s'effondrer de concert tout autour de nous.

-J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour toi Rei...

Et a coté d'elle, Reyson sourit.

-La bonne, C'est que tu vas comprendre pourquoi Reyson arrive encore a faire des blagues avec les deux mains cassés.

La mauvaise, c'est qu'il y a prix capillaire à payer pour ça.

Pas vrai poussin ?


Parce que bon c'est pas faux. Raptor ça allait pas...


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine

Pourquoi elle n’avait pas dit coq ? Ou grand empereur ? Ou simplement ajouter un mélioratif à poussin ? Pourquoi poussin d’ailleurs ? J’étais jaune peut-être ? Non. Je ressemblais à un bébé ? Non. Je sortais d’un œuf ? Non plus ! Ca se dit nouvelle recrue et ça parle familier dès le premier jour ? Non de non ! Avait-elle oublié à qui elle avait à faire ?

Si seulement elle n’avait rien dit, elle aurait eu droit à quelques boutades supplémentaires sur Red concernant sa dernière action. Notamment qu’il court souvent comme ça après chaque repas, histoire de favoriser le transit. Sauf que Rei avait utilisé le code pour lancer l’opération moustache. Bon, faut dire qu’elle s’était excusée. Mais sa justification ne me convenait pas. Poussin quoi.

Alors, exprès pour elle, je fis l’effort de recroqueviller un doigt vers son collègue adjacent et me voilà débordant de testostérone pour l’environnement. Rei devint alors plus beau, plus fort et plus soyeux. Plus viril surtout. Un poussin avec des baloches. Et comme j’irradie vraiment beaucoup, faute à la provocation, Red écope également d’une discrète moustache. Les attributs aussi, si jamais il les avait oublié à Armada. Mais je crois bien l’avoir soigné de sa dernière aventure okama, et de bon gré malgré ses menaces. Je crois.

Mais revenons plutôt à Rei et le sol tremblant à chacun de ses pas, transpirant le pouvoir brute de la masculinité… Sauf qu’elle ne bougeait pas, occupée à constater son nouveau corps parfait. Hum ?  

Spoiler:

Un robot taille maxi. Le boss de la maison, ou bien la gouvernante. Etrangement, il portait lui aussi une moustache. Etait-ce pour cela qu’il paraissait énervé ? Ses petits camarades en bouillis portaient le même attribut pileux. C’était bien la première fois que mon débordement de testostérone atteignait des êtres non organiques. Peut-être parce qu’il s’agissait d’hommes refoulés répondant à l’appel de la liberté et de la fraternité des moustachus ? Peut-être.

Red et moi fîmes un pas en arrière, comme de concert.

« C’est le moment de poser tes couilles sur la table et de convaincre le poussin à faire éclore tes seins si tu veux les revoir un jour. »

Bon, le vrai défi aurait été de le battre en tant que femme, car là je lui donnais un avantage par rapport à avant. Soit.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Mes accompagnateurs fournis par le boss pouffent de rire, marmonnent dans leurs toutes nouvelles moustaches... Pourquoi est-ce que je n'ai pas fermé mon clapée, pourquoi il a fallu que je me laisse aller ?! Mais surtout, pourquoi ai-je l'envie étrange et incontrôlable de prendre des poses viriles en gonflant mes muscles... Depuis quand j'en ai autant d'ailleurs ! Et pourquoi même mes prothèses ont gonflé comme des ballons de baudruche ?! En plus, la moustache, sa gratte !

"Je suis tellement... Tellement..."



"MuStrong !"

Mustache... Strong... Laissez-moi mourir... Reyson, je te hais tellement à cet instant précis, mais il y a plus important, alors que je prends des postures toutes plus masculines les unes que les autres en exhibant littéralement une virilité que je n'avais absolument pas quelques instants plus tôt. Alors que je pointe d'un doigt solide d'homme la monstrueuse machine, mon prochain défi en laissant ma toison dorée et étincelante comme un magnifique champ de blé sous les lueurs chaudes et bienfaisantes de l'astre solaire, d'une voix de baryton absolument crédible...

"Toi le gros sac de plomb, je vais te montrer qui a la plus grosse force de frappe !"

Plus c'est gros, plus c'est lent enfin en général, c'est comme ça. Du coup, me disant que peu importe l'arme, je ne lui ferai rien, je décide de reprendre le canon rotatif, au moins ça va l'occuper avec un spectacle son et lumière. Me disant que ça va quand même beaucoup remuer, je fais signe à mes suivants de partir.

"Allez-vous planquer, ça va barder !"

Bon par contre le couloir ce n'est pas génial pour tourner autour d'un truc de cette taille, mais ça va le limiter aussi n'est-ce pas ? Que c'était mignon de naïveté de penser ça... Alors que j'essaye de le contourner par la droite dans une charge héroïque en beuglant et tirant... Il m'écrase contre un mur du revers de la main comme si je n'étais qu'un vulgaire moustique et croyez-le ou pas, mais il est rapide le bestiau. Au moment où il retire sa paluche, je suis littéralement encastré dans le mur et montre que je suis encore en vie en levant un pouce en l'air même si mon bras fait un angle bizarre et en crachant du sang et trois de mes dents. Leçon numéro X : l'apparence est trompeuse sur la route de tous les périls.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armuriere

Belle bête. Et non, je ne parle pas de notre toute nouvelle puissance Mustrong, mais bien de l'automate modèle king size qui joue les empêcheurs de braquer le coffre tranquille. Voila un modèle qui vend du rêve. Y'a toujours un coté un peu kitch, mais au moins y'a du lourd.

A propos de trucs lourds d'ailleurs...

Lissant soigneusement la courbure de ma moustache, je regarde Reyson partir à la rescousse de Rei en attaquant le monstre à coup de pieds. La volonté c'est bon, mais le Haki peine encore un peu a venir a tous les coups. L'automate tape vite, fort, et encaisse au moins aussi bien que la porte d'entrée. Rien que le duo testostéroné ne puisse surmonter je pense. Du moins jusqu'a ce que le monstre dégaine un lance flamme.

La quand mème, c'est tricher. Surtout dans un couloir, parce que même s'il est vaste, la taille de l'arme ne laisse que peu de doute sur son rayon d'action probable, partout.

La veilleuse du lance flamme s'allume, et dans l'instant je saute sur le cyborg, frappant du poing sur le bras porteur de l'arme que je concasse brutalement. La frappe enfonce les canons et tuyaux de l'arme, coupant net tout chance de l'arme de continuer à projeter du liquide inflammable dans une direction choisie. Le mécanisme émet de couinements paniqués, le lance flamme se met à fuir de partout. Et pressentant une catastrophe imminente, je frappe l'engin de la paume en plein milieu du torse. L'envoyant voler en arrière comme un vulgaire projectile, et traverser la porte du coffre juste avant que l'incident de tir ne se produise.

Bruit d’embrasement soudain, flammes, chaleur.

Probablement une des raisons pour laquelle le syndic stocke uniquement de l'or en barres ou en pièces. Filer un lance flamme à un garde chargé de protéger de la monnaie de papier ne serait pas très malin.

Suivant la trajectoire terminale de l'automate, nous passons la porte du saint des saint. Pénétrant dans ce qui passe pour le plus grand coffre de banque de Grand Line, la gigantesque réserve d'or du très riche et très renommé Syndic des frappeurs de monnaie.

Une vision de rêve pour tout les pirates courant après autre chose que les mythes, et qui me laisse figé entre les deux battants brisés de la porte. Ignorant du reste, comme de la présence de l'automate, bras pulvérisé mais a peine roussi, qui se redresse déjà pour revenir nous faire la peau.

Et surtout garder le secret qui se trouve planqué au cœur de ce coffre mythique.

Il est presque vide...

-Alors ça. C'est vraiment écœurant...


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine

Dommage. Vraiment dommage. Elle, ou plutôt il, était pourtant bien parti. La virilité était là, quoiqu’il ne s’agissait pas forcément de l’homme parfait. Pour avoir un tel comportement masculin, l’origine féminine devait déjà être pas mal fêlée. Au moins, le nouvellement il ajouta un peu plus d’esthétisme dans ce couloir. Au lieu d’une sculpture, elle venait d’inventer la gravure sur mur version autoportrait.

Après quelques échanges, Red vint remettre les pendules à l’heure avant que nous puissions admirer le néant de la richesse. Un vide infiniment doré.

« Je vous avais bien dit que c’était l’autre tour… »

Mais on ne me croit jamais. Le flair des pirates je vous dis, des vrais. Pas ceux qui ont porté l’uniforme auparavant.

« Ou bien ils ont mis tout leur or dans l’armature des soldats robots ? »

Et c’était justement à ce moment que la grande ferraille se décida à nous rappeler sa présence. Je décidais donc d’ajouter un nouveau cocktail dans mon irradiation. Les muscles des personnes autour se développèrent tout à coup, comme s’ils venaient de passer une décennie à faire de l’amour des haltères, ou haltérophilie.

« Rei, deuxième round. Tu nous amènes sa carcasse, et nous on prend rares coffrets avec nous. »

Et une fois qu’elle retourne tester ses nouveaux muscles, j’ajoute :

« Red, tu as une meilleure capacité que moi, avec ou sans bras… Je me charge donc… d’inspecter les travaux finis. En route mauvaise troupe. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Et pendant qu'ils papillonnent, je vais devoir m'occuper de Rufus... Il a un nom à s'appeler Rufus ce géant de métal. Même avec de nouveaux muscles, cela va être au-delà de dur, si j'étais moi-même je lui signalerais clairement. Sauf que depuis quelques instants, j'ai l'impression que mon cerveau a fondue et qu'il a glissée dans mes biceps et peut-être même un peu entre mes jambes... Autant dire que cela ressemble plus à un défi pour un homme solide que la mise à mort que cela est réellement si on réfléchit un minimum. Enfin, peut-être que c'est la capacité d'agir sans trop perdre de temps à élaborer une stratégie qui me permettra de ne pas mourir trop vite, même si cela sera la fin inéluctable de cette parodie d'héroïsme.

"Je le jure sur le jolly roger d'Armada, tu vas tomber Rufus !"

Rufus ça lui va bien, d'ailleurs il le pense aussi puisqu'il me regarde, il doit se sentir concerné non ? Ou alors c'est juste parce que je suis la source de menace la plus immédiate, plus probablement même. Avec l'intervention de Red, ses bras ne tiennent plus aussi bien qu'avant, cela ne l'empêche pas d'essayer de me frapper avec comme la machine loyale et sans autonomie de décision qu'il est. La seule chose qui m'a sauvé cette fois, c'est qu'il bouge comme si ses bras n'étaient pas endommagés, aussi puissants puis-ce t-il être, aucune machine ne peut réagir à des choses complexes et s'adapter par exemple à des dégâts aussi sévères. Un pacifista pourrait le faire, mais le côté cyborg explique cela, à moins que ce soit juste son inventeur qui soit génial... Les deux.

Bon, l'adrénaline ne tombe pas, mais mon cerveau se remet en marche, asses pour comprendre que la force brute ne résoudra pas ce problème. Enfin, pas seul en-tout-cas, j'essaye de lui arracher un bras et... Forcement je n’y arrive pas, je ne sais pas si c'est par pitié ou parce que mon comportement est illogique, mais j'ai eu le droit à un instant de répit. Juste assez de temps pour réussir à lui enlever un simple doigt ce qui n'est déjà pas si mal. Je grimpe alors sur lui, non sans me prend une claque qui m'envoie au sol... Au deuxième essai et toujours plus blesser je finis par y arriver. Les évacuations a fumée ce n'est pas la pour faire jolie, je le sais pertinemment et j'en bouche d'un une avec le morceau récupéré plus tôt... Est-ce que ça veut dire que je lui ai mis un doigt ? ... ... .. Mais quelle horreur ! Est-ce que les hommes pensent tous comme ça ou c'est juste moi qui y pense de cette manière uniquement à cause de mes hormones ? En tout cas, si c'est ça d'être un homme, je veux redevenir immédiatement une demoiselle ! Je serais même prête à me marier et avoir une petite maison, un chien et des enfants justes pour ne pas ré avoir de pensée aussi tordue lors d'un évènement qui n'a absolument aucun rapport avec ce genre de saleté !

Alors que monsieur inspecteur des travaux finis et Red s'occupe d'autre chose, j'ai embrassé une fois encore un mur. Cette fois-ci je n'ai plus un nez, mais un chou-fleur ensanglanté. Mon bras droit est mort et j'ai diverses blessures et autres brulures sur tout le corps. Mon instinct de survie seul est-ce qui me tient encore debout, car si je lâche alors ça sera la dernière chose que je ferai en ce bas monde. C'est avec mes dernières forces et ma volonté que je réussis à profiter d'un de ses coups pour monter sur son bras gauche, escalader tant bien que mal et insérer la première chose à porter dans l'un de ses orifices... Oh et merde je te hais corps ! Je te hais Reyson et je... Je t'aime Rufus, ce n'est pas de ta faute à toi.

Je crache encore un peu plus de sang, je suis près de ce qui reste de la porte et du cadavre de mon canon rotatif... Je vais être bonne pour en refaire un. Il tiendra idéalement une rafale longue ou deux avant de l'exploser dans les mains... Ou ailleurs. Troisièmes essais, je réussis par miracle à lui remonter dessus par le dos, il se jette avec celui-ci en avant droit dans un mur, mes jambes y passent... Je vais en plus de nouveau ressemble à une fe... un homme-tronc cette fois, géniale. Mais mon canon à presque rien prit lui, dans un dernier effort surhumain, je plante celui-ci dans la dernière tuyère libre et l'active de sorte à ce qu'il crache ses munitions jusqu'à la fin. Les multiples bruits de ricochet à l'intérieur de la machine tendent à prouver qu'elle est vraiment solide puisque rien ne traverse. Mais rien ne dit qu'aucun composant important n'est pas touché et d'ailleurs, le colosse bouge étrangement. Alors qu'il est rentré dans ce qui s'approche le plus d'une rage furieuse, je m'accroche à sa tête et finalement il trébuche sur un débris et finit au sol.

Comme un fou ou une sorte de zombie, j'en profite pour me faufiler dans ses entrailles mécaniques et y débrancher ce qui semble être... On va appeler ça un cœur même si le terme n'est pas très juste. Finalement dans un dernier râle, la machine s'immobilise. Tenant fermement de mon dernier bras mon butin de guerre, un superbe cœur de géant plaqué or... Je me rends compte d'un petit souci. Car même si je lâcher mon petit trésor.

"Reyson ? Red ? Vous allez rire... Je suis coincée..."

Je suis à quatre cinquième morte, trois de mes membres sur quatre sont en morceau, mais on a gagnés, youhou !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armuriere


-T’inquiètes, l'avantage de la gonflette, c'est que ça désenfle aussi vite que ça apparait...

Les coffres disparaissent dans le trou noir créé pour eux. Et Reyson jouant ostensiblement le mec qui ne peut rien porter, c'est moi qui me retrouve en charge de ramener Rei et la carcasse qu'elle veut démonter. Et l'une étant déjà emballé dans l'autre, j'opte pour la solution de facilité, et attrapant un bout de l'automate, j'entreprends de le trainer jusqu'au navire, suivi par mon nouveau sabreur manchot.

-Soit ils l'ont cachés ailleurs, soit ils ont plus une thune. Franchement, y'a quoi dans ces coffres, maximum... Deux cent millions...

Si ça se trouve leurs mines produisent plus rien !

-Ouais mais ils font des pièces non ?
-Ils pourraient emprunter. Quel banque refuserait de prêter de l'or a des types qui ont censément la meilleur garantie du monde en cash ?
-C'est tordu.
-Y'a des fois je regrette presque de plus être au Cipher Pol. Mon instinct me dit que ça pue la magouille...
-Moi il me dit que j'ai mal aux mains. Et que les ennuis reviennent.


Et effectivement, l'infaillible instinct de Reyson a vu juste. Profitant de notre progression à l'intérieur, le Syndic a battu le rappel de ses troupes et une foule de soldats en rang serré se sont rassemblés devant les portes, prêt à nous truffer de plomb pour nous interdire l’accès au navire.

-Halte ! Plus un pas !
-Pourquoi tu crois qu'ils veulent qu'on s’arrête ? Tu crois qu'ils ont mesurés la portée de mon Haki.
-Possible.
-On va pouvoir vérifier si tu portes vraiment plus loin.
-Évidemment...
-Moi je parie que non...
-Moi je préférerais qu'on en rajoute pas !
-Désolé Rei, ça va couper.


Concentration. Je cherche dans mon esprit ce sentiment que j'ai eu en entrant dans la salle de coffre. Cette surprise, cette colère, ce mépris. Et une fois trouvé je le nourris, je l'alimente, jusqu’à en faire quelque chose de suffisamment physique pour heurter la conscience de tous ses types qui nous ont volés nos efforts.

La couleur du Conquérant.

C'est comme une onde laissé a la surface d'un lac par un caillou. Comme une vague invisible qui se répand dans toutes les directions, une vague qui bouscule les hommes comme on le ferait d'une suite de domino, la chute des premiers entrainant tout les autres. Et nous laissant une fois de plus seuls debout au milieu d'une foule de gens couchés à nos pieds.

Royal ouais. Un nom qui colle bien.

-Et voila, t'as assommé Rei.
-Ouais, mais je me suis excusé. Et je vais plus loin...
-Frimeur.
-Allez, tirons nous de ce trou. Je supporte pas les coins qui mentent sur leurs brochures touristiques.
-Comment tu comptes ramener le truc ? Il va jamais rentrer dans le bateau.
-Rufus ? Il va rester dehors, et le Kraken va le choper dans ses tentacules pour le transporter.
-Je suis pas sur que Rei soit d'accord.
-Pas faux. On va la sortir avant, tu mets un coup de sabre ?
-Pas de mains, pas de sabre.
-Faut vraiment que je fasse tout ici...
-T'avais qu'a faire des leçons moins dangereuse !



Je sens que le voyage de retour va sembler encore plus long que celui de l'aller...


-Faudra que tu remettes Rei en femme quand même, avec cette dégaine de culturiste, on va jamais réussi à la faire tenir sur une couchette...


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
    Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum