Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

Le jour le plus long. [Légion de fer]



Le meilleur chemin, c'est la ligne droite. Mais ça ne change pas que cette histoire va forcement finir dans un énorme carnage, même si je ne sais pas réellement de quel côté il va être le plus violent. Mon équipage nouvellement formé est présent, pendant la traversée j'ai été claire, même si je respecte ma promesse envers Red de le soutenir, car c'est quand même un énorme morceau, par la suite c'est repos et ensuite préparation pour le Nouveau Monde. Enfin pour ceux qui seront encore en vie pour voir la suite et j'ai dans la vague idée que si on ne fait pas attention il n'y aura personne pour voir une éventuelle suite.

"J'ai déjà était claire à ce sujet, mais je répète au cas où. On est là pour soutenir les plus gros thons, pas pour jouer aux héros. Je n'ai pas besoin de martyr, mais d'Hommes et de femmes vivantes. Donc on bombarde tranquillement jusqu'à ne plus avoir de munition, qu'ils abordent ou que plus rien ne bouge puis seulement on débarque. Je ne suis pas fan de tirer d'abord et poser les questions ensuite, mais ici de toute manière il n'y aura ni civil, ni innocents donc faits gaffe à votre peau et celles de vos compagnons en priorité !"

On n'est pas encore arrivé, mais au loin l'ombre de l'immense navire, de Thriller Bark est suffisamment perceptible pour que déjà certains esprits et corps tremblent. Pour les plus idiots d'impatience, pour les plus mesurer de peur et les autres... Un mélange homogène des deux je dirai et j'en fais partie. Je ne suis pas un Red, un Reyson et encore moins une Izya. Je sais pertinemment que je suis dans un autre monde et je leur laisserai bien volontiers. En plus ce coin est vraiment gentil avec nous, un grand bassin en cercle permettant d'être toujours en mouvement ET de continuer à être utile... Mais de loin... Un peu comme un support d'artillerie, mais avec une plus grande survivabilité.

"Cela peut paraitre ridicule, mais c'est important qu'on les soutienne et si le navire à la pointe de la technologie ne vient pas pilonner un peu je vois mal qui le ferait aussi efficacement. Néanmoins, restez sur vos gardes, à un moment donné ou un autre on se fera certainement aborder. "

Bon, déjà les obus sont préparés, les lames sont bichonnées et les fusils nettoyaient. Tout cela sent déjà la poudre, le fer et le sang. Alors qu'on approche d'une bataille sans merci, je tourne et vire un peu partout où c'est possible en fumant cigare sur cigare, mes poumons seront les premières victimes de tout ce foutoir...


Dernière édition par Rei Yanagiba le Jeu 15 Sep 2016 - 9:51, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armuriere
Eydie se tient assise sur l'un des rebords du bateau face à la mer, laissant ses pieds se balancer dans le vide. Elle regarde songeusement la silhouette au loin, qui d'après les indications données par la capitaine, est leur destination. Elle est assez calme, trop occupée à se demander ce qui s'y passera.

« J'ai déjà était claire à ce sujet, mais je répète au cas où. On est là pour soutenir les plus gros thons, pas pour jouer aux héros. Je n'ai pas besoin de martyr, mais d'Hommes et de femmes vivantes. Donc on bombarde tranquillement jusqu'à ne plus avoir de munition, qu'ils abordent ou que plus rien ne bouge puis seulement on débarque. Je ne suis pas fan de tirer d'abord et poser les questions ensuite, mais ici de toute manière il n'y aura ni civil, ni innocents donc faits gaffe à votre peau et celles de vos compagnons en priorité ! »

Un grand sourire s'affiche sur le visage de la demoiselle. Elle regarde les armes qui jonchent le navire, les imaginant tirer. Elle a hâte de voir le bateau de guerre à l'acte. Elle ne se préoccupe pas trop du potentiel abordage ou autre, à l'inverse de ses compagnons. Ils restaient auprès d'elle, dans son dos, à faire les cent pas. Il lui répètent de temps en temps qu'elle ne devra en aucun cas se séparer d'eux et qu'ils veilleraient à sa sécurité. En fait, c'est plus pour se rassurer eux même qu'ils radotent. Ils appréhendent tous plus ou moins sereinement le combat à venir.

« Cela peut paraître ridicule, mais c'est important qu'on les soutienne et si le navire à la pointe de la technologie ne vient pas pilonner un peu je vois mal qui le ferait aussi efficacement. Néanmoins, restez sur vos gardes, à un moment donné ou un autre on se fera certainement aborder. »

Eydie s'enjoue à nouveau. Un navire à la pointe de la technologie ! Les propos du capitaine les mettent plus en confiance, et attisent l'impatience de la petite. Elle balance vigoureusement ses jambes dans le vide et se cramponne au rebord, dévorant des yeux la silhouette de l'île. Son comportement sidère les passants, qui viennent à remettre en question la présence d'Eydie sur le navire mais qui se disent qu'après tout, si elle a été embauchée ce n'est pas pour rien, et repartent donc vaquer à leurs occupations.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t18116-ft-de-kyute-eydie
  • https://www.onepiece-requiem.net/t18086-kyute-eydie
Déjà quelques jours que l’équipage avait pris place sur le bateau, Akane n’avait d’ailleurs jamais vu de navire comme celui-ci, fait de métal et d’appareil technologique. Tachibana eu également le temps de connaitre le navire sur lequel il se trouvait, il était d’ailleurs émerveiller par toutes ces technologie ces canon qui avait l’air suffisamment fort pour faire de lourd dégât, une coque en métal qui pourrait réduire en petit bois de simple navire rien qu’en passant à travers, Il était clair que celui qui avait conçu ce navire était un génie de même que celui qui le construisit mais Akane s’intéressa de plus près au système de navigation. Le jeune héros mit du temps à s’habituer à l’équipement de navigation mais après plusieurs heures à plancher dessus il était au point Tout le monde apprenais a ce connaître sur le bateau a par certain qui c’était déjà vu auparavant Tachibana laissais les autres venir à lui c’était plus simple pour se présenter, a bord il avait réussi à sympathiser avec plusieurs personnes, mais là n’est pas le sujet au loin on pouvait voir une forme qui se dessinais à travers le paysage c’était surement leur destination.


Rei s’adressa à tous l’équipage pour donner les derniers détails des évènements qui vont suivre, si le plan se déroule sans accroc on devrait s’en sortir sans trop de dommage la légion de fer sert juste de soutien aux autres groupes présent, mais comme le dit le capitaine il faut être prêt à tout. Au fur et a mesure que le temps passe la forme commence vaguement à dessiner un navire au loin, sur le Négociation Agressive une partie de l’équipage commençait à tremblait en réalisant vers quoi on s’avançait d’autres avait l’air impatient, jamais il ne le dirait mais Akane faisait partie des impatients il n’était pas du genre à foncer tête baisser mais il allait participer à une bataille entre pirate très connu peut-être aurait-il la chance d’en croisé plusieurs. Tachibana avait opté pour une tenue plus apte au combat il sortit ses deux katana juste comme ça sans raison valable il attendait maintenant les dernier ordres du capitaine et se tenait prêt pour ce qui allait suivre.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t482-fiche-tachibana-akane
  • https://www.onepiece-requiem.net/t440-tachibana-akane-termine
Le tonnerre gronde, tombe même, mais il est totalement artificiel. C'est un véritable déluge de métal, d'acier et de plomb qui vient s'abattre sur l'entrée de Thriller Bark comme une tempête de feu. Rapidement, la furie des navires de la flotte de Red à raison de cet immense édifice, laissant la porte ouverte à ceux-ci pour qu'ils puissent débarquer. On est un peu en retrait avec un navire des Red's pirate en soutient, puisqu’on n'a pas la capacité à bord pour tenir un abordage, ni la place d'ailleurs, il est ici pour servir de tampon et me permettre de me battre sans occasionner trop de dégât sur le négociation agressive. Puis une fois arrivé au nord-est, on débarquera ensemble pour faire une belle prise en tenaille des familles. La foudre ne tombe jamais deux fois au même endroit ? Et bien cette déferlante vient de prouver le contraire, alors qu'on passe dans un épais nuage noir, une intense odeur de poudre brûlée nous rappelle que tout a commencé et que ce n'est qu'un début. Maintenant, viens de commencer ce qui sera certainement pour notre équipage, le jour le plus long de son existence présente ou future.

"Tachibana, comme prévu tu vas devoir relayer en continue les informations de navigation aux l'équipe d'artilleurs pour vous coordonner. La moindre touche compte dans ces circonstances."

Je ne peux pas être partout à la fois, même si ce n'est pas l'envie qui me manque de me mettre derrière un canon pour le faire tonner au gré des appels et demandes de soutiens par escargophone. Même s'il fait relativement beau, une certaine averse nous accueille en retour et elle est toute aussi artificielle et mortelle. Évidemment a aucun moment on s'est attendu à ce qu'ils présentent le drapeau blanc après quelques civilités, heureusement, la coque d'acier de notre navire nous évite de nous soucier des plus petits calibres, mais on commence tout de même à zigzaguer et à faire faire de même à notre suivant pour éviter que l'on ait du plomb dans l'aille. Pour le moment on est plutôt là de manière... Figurative ? Pas très certaine du terme, mais la situation laisse peu de temps à la réflexion et encore moins pour aller ouvrir un dictionnaire.

Le plus gros des forces affronte les navires qui viennent contre eux et Red s'essuie les pieds dessus en quelques sortes, même si cela a plus ressemblé à une vague de feu contré par une vague d'obscurité. Finalement le débarquement, on peut voir comme une suite de vague successive, les plus gros navires, le grand cortège lâcher ses troupes par centaines. C'est le début du plus gros des hostilités et dés lord on commence déjà à faire un bombardement préventif pour éviter qu'ils se fassent trop méchamment cueillir dès le début. C'est maintenant à nous d'entrer dans l'orchestre et même si comparé aux plus grands, on fait plus office d'harpe lente et précise, un son plus léger ne veut pas dire moins efficace. En tout cas, difficile d'imaginer qu'un aussi gros bordel soit coordonner, mais c'est le cas et on verra bien si cela suffira fasse à un empereur.

Ils font leurs jobs, on essaye tant bien que mal de faire le nôtre, évidemment quand on a des instructions qui ressemblent à "ils sont tout droit derrière Intel structure" sans préciser la direction ou la distance c'est tout de suite tendu d'être rapide pour faire un tir en réponse. Mais globalement, certains on quand même plus de capacité et/ou l'envie d'éviter un tir ami et sont un peu plus précis dans leurs coordonnées. Tout cela, alors qu'on contourne le plus gros des combats par le chenal en direction de l'est... Enfin l'est par rapport à la porte, je ne saurais dire si Thriller Bark est tournée pile plein nord, ça serait trop pratique tout de même. Les équipes d'artilleurs ne sont pas au combat, mais ça ne les empêche pas de travailler à pleins régimes et pourtant le pire est seulement à venir. On est au sud-est, rapidement on rejoindra notre zone de débarquement à cette allure.

Devant nous, c'est de vie et de mort, même si on l'observe de loin tout de même, un peu comme des enfants dessus une fourmilière qui les observent sans se sentir concernée. On peut dire qu'avec nos canons, c'est comme jouer avec une loupe par-dessus aussi, sauf qu'au moment où les fourmis viendront nous béqueter, cela fera beaucoup plus mal. À force d'observer cela en me contentant de donner des ordres, j'en viens presque à voir, à ressentir des choses. C'est diffus, comme de petites flammes au loin qui s'éteignent les unes après les autres. Ah ! Le pouvoir de l'imagination... Mon esprit doit vraiment dériver pour penser à ce genre de chose au milieu d'un débarquement aussi massif et important.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armuriere
Eydie est toujours sur le pont, à regarder avec admiration les canons à l’œuvre. Elle n'a encore jamais vu de vrais conflits de cette taille. Elle ne sait donc où poser les yeux, les boulets filants à toute allure dans l'air, et les explosions ainsi que les affrontement entre les deux camps sur la terre s'enchaînant sans relâche dans un vacarme assommant qu'est celui de la bataille. Les membres de l'équipage défilent autour d'elle en courant, exécutant scrupuleusement les ordres donnés par la capitaine. Mais Eydie se tient là, au bout du pont à l'avant, médusée par toute cette agitation.

Elle pourrait rester là toute la journée à contempler le grandiose spectacle, mais les canons l’intéressent à présent d'avantage. Elle choisit en conséquent d'aider comme elle peut pour au passage mieux en apprendre sur les engins qui recouvrent le navire. Elle prend au mouvement, et contribue comme elle peut, ne pouvant malheureusement effectuer que des tâches mineurs. Elle s'interrompt de temps en temps pour noter quelques observations sur l'armement, écrivant en fait une description de plus en plus poussée de chacun d'eux, histoire de comprendre leur fonctionnement. Il n'y a rien de plus intéressant et instructif que de les observer à l’œuvre. Elle ne réalise pas l’ampleur du conflit auquel elle prend part, sûrement la cause de son absence de doute et de peur, la portée de ses pensées s'arrêtant au contour extérieur du navire.

Sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte, ses cinq subordonnés la suivent ou la surveillent très attentivement, inquiet de l'insouciance de la demoiselle et à l’affût de la moindre détresse. Ils s'occupent donc ni vu ni connu de lui faciliter la tâche, ou de rectifier ses étourderies.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t18116-ft-de-kyute-eydie
  • https://www.onepiece-requiem.net/t18086-kyute-eydie
En un clin d’œil, et sans prévenir, un choc bruyant fit valser le navire de guerre. Des hurlements retentissent. La peur et la panique se fait entendre. Après avoir reçu le coup de plein fouet, le navire balance à nouveau, bien que moins fortement du côté opposé, son poids et le courant le faisant chavirer tel un culbuto. Les munitions, barils, et toutes autres fournitures sur le pont accompagnent le mouvement avec un petit décalage. Eydie s’est cramponnée à l’un des mâts pour éviter de passer par-dessus bord lors du premier choc, et maintenant que toutes sortes d’objets heurtent tour à tour tout ce qui se trouve en leur chemin, elle enroule ses jambes autour de ce même mât. Elle ferme les yeux, attendant que le bateau cesse de tanguer à l’en faire tomber à la mer. Mais deux larges mains la saisissent par les côtes et la détachent aisément. Elle se retrouve le ventre posée sur une large épaule musclée, et en reconnait son détenteur.

« Reste pas là petiote c’est dangereux. »

Kayle la transporte tant bien que mal hors de tout ce raffut, c’est-à-dire vers l’arrière du pont où il n’y s’y trouve aucun objet dangereux en mouvement. La demoiselle reprend son calme, et glisse en arrière pour se retrouver sur ses deux jambes face au grand gaillard. Elle garde tout de même son bras aux creux des sien, contre elle, pour garder l’équilibre.

« C’était quoi ça ?!
- On n’a pas pu éviter l’un des projectiles. On s’l’ait prit en pleine face, la coque doit être endommagée. »

Un vent de panique submerge Eydie.

«  On va couler ?!
- Non, on va amarrer, ordre du cap’taine. La coque n’est pas tant q’ça abîmée mais on n’peut pas risquer de rester en mer trop longtemps. »

Eydie soupire, et se détend vaguement. Mais cela signifierait tout de même qu’ils iraient se battre sur la terre ferme… Ce qui l’inquiète. Le plus vieux le remarque et ébouriffe ses cheveux de sa main libre.

« T’en fait pas, avec nous tu n’risques rien. »

Les balancements cessent. Eydie lâche doucement son bras, pensive. Bien qu’elle sache qu’ils seront à ses côtés pour la protéger, elle se méfie des combats à venir. Elle jette un regard à l’île, et un vague sourire revient sur son visage. Elle pourra en voir un peu plus, cela la réjouit et la réconforte.

Le navire endommagé se dirige comme convenu vers la rive. Par chance, et surtout sûrement grâce au talent des navigateurs, il essuie tout autre projectile qui risquerait de l’envoyer dans les fonds marins une bonne fois pour toute. Malgré la retraite, les canons tirent toujours sur l’ennemi, ne laissant pas à l’équipage un instant pour souffler. La tension est à son comble, il faut tirer, éviter, et prier pour rester sur l’eau encore quelques instants dans cet enfer.
Eydie reste reculée, derrière les membres de l’équipage qui s’apprêtent à descendre l’arme au poing. Ses cinq subordonnés la gardent près d’eux mais dans leur dos. Capitaine Rei se place sur un baril pour surplomber toute personne sur le pont. Elle annonce un discoure final, donnant les derniers ordres et paroles d’encouragement pour raviver les troupes et se lancer dans un conflit sûrement sanglant.

On peut entendre des cris ennemis venant de la rive. Ils s’intensifient au fur et à mesure que le bateau s’en rapproche, enflammant de courage, de détermination et de rage les deux partis. Ils accostent enfin. La capitaine hurle à la charge, le poing dans les airs, et tous les occupants du bateau se jettent furieusement sur leurs opposants à terre, criant eux aussi, prêts à ravager tout ce qui se trouve sur leur chemin.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t18116-ft-de-kyute-eydie
  • https://www.onepiece-requiem.net/t18086-kyute-eydie