AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -48%
-48% sur le Compresseur digital programmable Michelin ...
Voir le deal
41.88 €

Belladonna ~ Partie I

Myosotis De Ville
Myosotis De Ville


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Dim 18 Sep 2016 - 23:23

Missive au Primat de l'Orchidée : L'opération Dubois est un véritable échec, tout est de votre faute, vous avez négligente. Nous risquons d'avoir été découverts.

Réponse au Primat du Chrysanthème : Vous vous inquiétez beaucoup trop. Je contrôle parfaitement la situation.

~

- Vindiou d'vindiou d'vidiou ! Faut pas vous prendre l'chou comme ça M'sieur !

- Raaaah ! Ça se voit que c'est pas vous qui tournez en rond depuis une semaine sans rien trouver !

- Z'en avez d'belles, jamais entendu parler d'vos Nostalgiques moi...

Faisant les cents pas dans la maisonnette de Qassim , Myosotis serrait nerveusement sa canne entre ses mains en tournant et retournant tout autour de la pièce. Comme à son habitude, Scarlett restait silencieuse et flegmatique, assise sur un fauteuil près d'un âtre éteint. Elle sirotait une tasse de thé aux arômes de menthe, la spécialité du coin paraîtrait-il. Visiblement c'était bien le cas, presque tout les cafés du Vizirat de Rosetta en proposait. Les pétaliscains du coin en raffolaient et en buvait tellement qu'ils devaient certainement en descendre des citernes par jour... Ramsès, le petit poulpe qui les accompagnait dans toutes leurs aventures, était là lui aussi. Confortablement installé sur un des accoudoirs du fauteuil de Scarlett, l'invertébré jetait des regards curieux un peu partout, étonnamment intéressé par le mobilier de la maison de leur hôte.

Que faisaient-ils là déjà dans ce formidable Sultanat où les fleurs règnent en maître ? À vrai dire, ça faisait plusieurs semaines que Myosotis et sa sulfureuse équipière as de la gâchette enquêtaient sur un mystérieux groupuscule appelé « Les Nostalgiques » qui semblerait sévir dans l'ombre et tirer nombreuses ficelles loin de tout les regards. Le jeune homme avait trouvé une note dans le journal d'un cambrioleur local qu'il avait arrêté et qui travaillait manifestement pour ces manitous invisibles. Outre le fait qu'ils employaient des montes-en-l'air de bas-étage, ils semblaient préparer une révolution contre le Sultan Mym Pavois. Le Cipher Pol, en bon organisme mondial tentaculaire qui s'est dit que ça serait une bonne idée de se mêler d'absolument toutes les affaires des royaumes, avait mandaté le vil stratège maître des bulles et féru de manteaux de fourrures ainsi que sa fidèle acolyte toute de rouge vêtue d'enquêter sur ces fameux Nostalgiques. Qui sait ? Peut être que ces types seraient affiliés à ces infâmes altermondialistes qui veulent changer la justice d'un gouvernement déjà juste...

Mais tout le monde s'en fichait après tout de tout ça du moment qu'il remplissait sa mission ! Une semaine durant ils avaient réfléchi à un moyen d'approche pour tenter de trouver ces Nostalgiques mais rien n'avait été probant. Les deux agents étaient dans une impasse et ne savaient pas franchement comment s'en sortir. Ils avaient néanmoins décidé de s'adresser à Qassim. Natif de Pétales et habitant de Rosetta, Qassim était un fermier bon, altruiste et généreux, qui les avait déjà aidé par le passé. En effet, durant leur enquête pour arrêter Robin Dubois le cambrioleur, l'agriculteur les avait conduit gentiment jusqu'au Vizirat de Verminia où il partait vendre le produit de ses récoltes. Cet autochtone les aiderait à mieux comprendre la situation de l'île et du royaume, et peut être les aiguiller au sujet de possibles révolutionnaires au sein du pays. Malheureusement, tout ne se passait pas comme prévu...

La maison de Qassim n'était pas très grande, elle avait été construite à l'intérieur d'un champignon rabougri et de petite taille. Le pied du champignon n'avait pas permis d'aménager quoi que ce soit et servait simplement d'escalier pour rentrer dans le chapeau, lequel était divisé en trois pièces distinctes : la pièce à vivre, la chambre à coucher et une minuscule salle de bain composée d'un grand bac et d'un miroir. Les agents avaient été invités dans la pièce à vivre, une salle à manger garnie d'une cuisine avec quelques fauteuils posés en fond qui faisaient office de salon. L'épouse de Qassim, une femme maigrelette voilée d'un foulard de soie rose, leur avait préparé du thé avec des biscuits secs. Elle ne voyait que rarement du monde, trop occupé à aider son mari sur les récoltes, mais était relativement ravie de voir des visiteurs dans son salon.

- Oh bah vous savez, on est des paysans. Les affaires de la politique on s'en occupe pas hein ! Fit-elle en prenant du temps pour prononcer correctement chacun de ses mots.

La pauvre essayait de jouer aux mondaines en s'adressant à Myo' et Scarlett mais son accent et son manque de vocabulaire la trahissait. Myosotis continuait de fulminer en tournant et retournant dans la pièce.

- Donc vous êtes certains que vous ne savez rien ? Vous êtes forcément au courant de ce qui s'est passé ici ces dernières années non ?!

- Oh bah oui mais... Commença Qassim, timide.

- Alors expliquez nous ! C'est extrêmement important.

- Vous savez, ça a pas été facile pour nous les agriculteurs. Y a dix-sept ans, y eu des milliers de sauterelles qui sont venues détruire plein de récoltes, elles ont déboulé de nulle part. Une vraie malédiction ! Notre ancien roi a voulu aider le royaume avec une loi, mais ça a pas marché ! Des pov' gens qui avaient des terres sont sortis mécontents de chez eux vu qu'ils avaient été dépossédés et y a eu trois ans de guerre civile...

- Vous étiez dans quel camp ? Fit Scarlett, curieuse.

- Ooh moi vous savez...j'étais qu'un employé avec ma femme. On trimait pour un ancien propriétaire de terres. On a fuit les combats le temps qu'ils se terminent et on a fini par acheter un lopin de terre quand sa Majesté le Sultan est monté sur le trône. On vit bien comme on peut...

*Super...toujours rien... *

Myosotis ne s'attendait pas à ce que le fermier leur donne toutes les clés de l'énigme sur laquelle ils planchaient, mais de là à ne récolter qu'un bref cours d'histoire éludé...Au moins il comprenait mieux la situation du pays. Un groupe de révoltés contre la montée sur le trône du Sultan, sans doute des amoureux de l'ancien régime. C'était sûrement pour ça qu'ils se nommaient Nostalgiques...Qassim venait de lui fournir une potentielle piste qui était on ne pouvait plus crédible. L'ancien roi Racine Dujardin était quelqu'un de bon, d'altruiste, qui faisait ce qu'il pouvait pour rendre son peuple satisfait, mais l'arrivée soudaine de ces sauterelles détruisant les récoltes et causant la famine n'avait pas dû l'aider. Au contraire, elles avaient causé sa perte...La maison Pavois a dû en profiter pour monter sur le trône par le biais de magouilles et autres trahisons suite à cette guerre civile. Une partie d'échecs où le roi avait perdu, vaincu injustement par ses propres pièces...

Cependant, bien que la situation du Sultanat de Pétales soit plus claire à ses yeux, le jeune homme n'en était pas plus avancé quant à la marche à suivre pour trouver ces Nostalgiques. Des révoltés contre l'autorité du Sultan ne courraient certainement pas dans la rue en criant haut et fort qu'ils voulaient changer le régime. Ils risqueraient de se faire attraper par les miliciens de la Garde des Ronces puis se faire enfermer dans une geôle sordide après avoir été lynchés et passés à tabac, leur corps meurtri et lacéré. Leur enquête ne risquait pas d'avancer, Myo' s'affaissa à son tour sur un fauteuil à côté de Scarlett. Cette dernière se tourna vers lui en lui lançant un air compatissant :

- Ne sois pas déçu chéri, on aura appris quand même des choses intéressantes. Et le thé était très bon.

- Je perds clairement patience. Une semaine qu'on avance à rien à chercher quelque chose d'impossible à trouver !

- Sans doute devons-nous changer de Vizirat. Nous avons passé Rosetta au crible, sans doute retourner à Verminia...

- Oooh non...Pas cette immense boîte de conserve aux couloirs labyrinthiques, j'en ai déjà assez...

- Je peux vous emmener ! Fit Qassim d'un air triomphal en levant le doigt en l'air.

Meooooow... !!

Un cri inattendu alerta leur attention à tous. Dans l'encadrement de l'entrée menant à l'escalier se tenait, assis, un petit chat tigré et gris. La longue queue panachée se balançait de droite à gauche en frottant le sol. De ses pupilles vertes il scrutait chacune des personnes présentes avant de fixer son regard vers l'androgyne. En le voyant, il ramassa quelque chose qu'il avait posé sur le sol en l'attrapant dans sa bouche et l'amena nonchalamment au garçon en se dandinant élégamment.

- Vous avez un chat ?

- Non, nous ne l'avons jamais vu...

Le petit félidé sauta sur les genoux de l'éphèbe pour déposer dans sa main ce qu'il tenait dans sa gueule, une petite note de papier déchiré et grossièrement plié. Il déplia le billet avant de l'ouvrir pour découvrir avec stupeur ce qui avait été inscrit à l'intérieur :

- Au secours. Nostalgiques.

*Ce...ces lettres rouges. Du sang... ! *
https://www.onepiece-requiem.net/t15222-https://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myoso
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Dim 25 Sep 2016 - 20:54

Meoow... !

- Est-ce bien sage de suivre ce chat ?

Non, oh non ça ne l'était pas... À peine avait-il eu le temps de lire que le jeune s'était levé d'un bon de son fauteuil, avait saisi ses affaires et s'était élancé derrière l'animal messager. Ce dernier, aillant compris son rôle, se remis à sautiller pour redescendre les escaliers et sortir de la maison champignon du fermier pétaliscain. Scarlett et Ramsès le poulpe curieux s'était levés à leur tour pour poursuivre leur camarade partis trop vite. Qassim, pris dans toute cette agitation soudaine, avait suivit le mouvement en intimant à sa femme de rester à la maison. Cette dernière le regarda partir, inquiète, mais néanmoins heureuse de le voir participer à une mission aussi importante ! Une enquête de cet acabit, ça ne pouvait qu'apporter un peu de prestige à sa demeure ! Elle n'avait jamais eu d'aussi beau monde dans son salon, deux enquêteurs détectives qui furetaient pour les secrets du royaume, une grande première ! Elle jubilait toute seule en agitant son foulard en regardant son époux partir et ramassant les tasses de thé pour les nettoyer...

Dehors le chat avait traversé un plan de récoltes des agriculteurs, des plans de lavande qui n'avaient même pas encore poussé. Tous marchèrent sur entre les monceaux de terre sur un mince chemin de tréteaux de bois que Qassim avait placé là pour circuler entre ses divers morceaux de terre. Le félin filait à toute allure tout en s'arrêtant de temps en temps pour voir si le petit groupe le suivait toujours. Il continuait toujours plus loin vers le fond du terrain de Qassim, là-bas il avait une remise en bois montée de travers. C'était dans cette remise qu'il rangeait la plupart de ses outils et ses arrosoirs, plutôt mal rangé et à peine plus grand qu'un cabanon. Le trio et la pieuvre arrivèrent près de la cabane. Myosotis, suivit de près par Scarlett, cherchait le chat tigré du regard sans réussir à le trouver.

- Merde...Il est où ?!

- Polop !! Fit Ramsès en glissant auprès de son ami.

Le poulpe pointait une direction avec une de ses tentacules. En suivant la direction indique, Myo', Scarlett et Qassim virent effectivement le félin, bien caché entre deux fougères sous un poteau de bois de la clôture dressée autour du terrain. Passant par dessous, il trottina un peu en avant et se retourna vers les intéressés. Myo', Scarlett et Ramsès s'apprêtaient à le suivre mais Qassim les arrêta.

- Attendez vindiou ! Z'allez pas allez là-bas hein ?

- Et pourquoi pas ?

- Z'avez pas vu ? C'est l'bois aux Djinns derrière !

Ils relevèrent la tête et effectivement distinguèrent d'imposants arbres et d'autres fongus, tous en friche, qui se dressaient devant eux. La végétation était tellement présente au vizirat de Rosetta, tout les bâtiments étant construits à l'intérieur d'arbres ou de champignons, seuls les autochtones étaient capables de faire la différence entre la ville et la forêt tellement cette dernière était mince.

- Le bois aux quoi ?

- Aux djinns. Les djinns sont des génies ou esprits de la nature.

- Vraiment ? Vous croyez à ces contes de fées sur Pétales ?

- Pas vraiment m'sir ! Mais les étrangers qui partent dans la forêt ne reviennent jamais. Beaucoup d'gens pensent que c'est la forêt qui refuse de les laisser partir et qu'sont transformés en plantes ! Mais bon, ils meurent juste à cause des plantes venimeuses qui lâchent des poisons, faut faire attention. Vous tiendrez pas deux minutes tout seuls là dedans !

- Hm...Vous marquez un point. On ne connaît rien de la flore singulière de votre pays.

- Accompagnez nous Qassim, nous avons effectivement besoin d'un guide dans cette forêt.

- Meuh...J'sais pas trop m'sir...Fit le fermier, tout penaud. C'pas pour moi vos histoires de filouteries...

- Qassim...Fit Myo' en esquissant un sourire qui était tout sauf sincère. Vous savez, cette « histoire » comme vous dites ne concernent que des héros. Des héros comme nous...mais aussi comme vous. Vous avez une chance de faire une bonne action, et de nous aider une nouvelle fois. Et si vous avez peur pour vous ou pour votre épouse, vous n'aurez qu'à rester derrière ou vous cacher s'il y a du grabuge. Nous avons besoin de quelqu'un qui connaît les plantes de cette forêt, venez.

- Bon...bon...D'accord, j'accepte de vous aider. J'voudrais pas qu'il vous arrive malheur. Je vais v'nir avec vous.

- Excellent ! Vous faites le bon choix.

- Alors allons-y ! Suivons donc ce chat.

Meow !

Sautant du pylône de bois de la clôture, le chat reprit tranquillement sa marche en sautillant sur ses petits coussinets. Les autres passèrent par dessus la barrière pour continuer de suivre le matou qui, passant l'orée du bois, rentra enfin dans la forêt. L'intérieur de la forêt de Rosetta était bien plus inquiétante et étouffante qu'elle n'y paressait. Les fougères poussaient absolument partout et atteignaient les chevilles du petit groupe qui marchaient et masquaient le sol. Ce tapis de feuillages les empêchait de voir sur quoi ils foulaient le pas, il pouvait y avoir un serpent ou un trou qu'ils ne le verraient pas ! Ramsès s'était caché dans le sac de Myosotis afin de pouvoir rester en sécurité, l'animal ne voulait pas perdre de vue ses amis en plus de ça... Devant eux, le chat marchait sous les fougères, seul le bout de sa queue panachée était visible et leur permettait de le suivre tranquillement.

Myosotis gardait ses yeux fixés sur le chat pour ne pas le perdre mais Scarlett, de son côté, admirait parfois la nature qui les entourait. De superbes fleurs géantes bleutées avec d'immenses corolles et pistils qui s'élevaient à plusieurs mètres au dessus de leurs têtes, elles n'avait rien de dangereux d'après Qassim, il ne fallait simplement pas écarter ses pétales et tomber dans son pollen sous risque  d'avoir des allergies pour le reste de sa vie ! Le fermier les força également à se détourner à un moment du chemin que leur faisait suivre le chat pour éviter de fouler des orties papillons. Ces orties aux feuilles rosées et en forme de cœur étaient recouvertes d'une fine pellicule de poudre qui s'accrochaient aux vêtements. Il suffisait d'effleurer la poudre maculée sur les tissus pour être soudain pris de démangeaisons sévères, parfois les personnes les plus atteintes par l'urticaire de cette ortie pouvaient de se gratter jusqu'au sang...

Meooow !

Le chat gris continuait sa marche tranquille dans le bois aux Djinns, ils s'engouffraient peu à peu dans la forêt et les arbres et plantes devenaient de plus en plus imposantes...et étouffantes. Lorsqu'ils se retournaient, ils constataient qu'ils étaient bel et bien enfoncés dans les boyaux de la sylve. Humide et silencieux, le palais sylvestre les enserrait de toutes parts et les deux agents virent à se trouver relativement chanceux d'avoir Qassim à leurs côtés.

- Vindiou, fait chaud par ces bois m'sieurs dames !
https://www.onepiece-requiem.net/t15222-https://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myoso
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Mer 5 Oct 2016 - 15:19

- Rah j'en ai marre de cette forêt ! C'est sale et ça sent horriblement fort... ! J'espère que ce chat a bientôt fini de nous mener en vadrouille...

- C'est vrai que ça fait plus d'une heure qu'on marche. Cette forêt est immense mine de rien.

- Et oui ma p'tite dame, en on s'apprête à rentrer dans l'secteur des fongus.

- Le secteur des fongus ?

- Rempli de champis par là bas, ils jettent des spores un peu partout dans les airs ! Et encore plus d'orties et de ronciers.

- Vous pensez pas qu'on aurait réussi à progresser plus vite sur le dos de votre chameau ?

- Ouloulou non vindiou ! Y a plein de plantes dangereuses pour Gus-gus dans c'te forêt !

Gus-gus était le nom du chameau à trois bosses de Qassim, il s'en servait pour tracter sa grosse carriole remplie de pétales séchées lorsqu'il devait les livrer vers le vizirat de Verminia. Cette étrange espèce de chameau possédait deux bosses sur le dos comme tout ses homologues mais également une autre, plus petite, sur le sommet de son crâne. Les chameaux à trois bosses de Pétales se servaient de cette bosse sur leur tête pour stocker diverses odeurs afin de ne pas être perturbés par les changement de fragrances relativement fréquents dans l'écosystème du royaume.

- Formidable...Bon, Au moins on est capable de voir le sol maintenant. C'est déjà ça.

En effet, Myo' avait raison, le tapis de fougères qui leur arrivait jusqu'aux genoux il y a à peine un quart d'heure avait pratiquement disparu. Ic i, dans ce secteur de la forêt, c'étaient les champignons qui régnaient en maîtres et il y en avait de toutes sortes ! Des luisants, des bouquets, des trompettes, ceux avec des chapeaux volumineux, des vénéneux, des moisissures, des nécrophages, des parasites qui s'accrochaient et dévoraient peu à peu l'écorce des arbres, même certains qui projetait de la poudre au dessus de leur tête pour attirer de la nourriture comme des plantes carnivores. Qassim avait raison, le groupe était bel et bien tombé dans le secteur des fongus. Les arbres et les immenses fleurs géantes qu'ils croisaient tout à l'heure avaient complètement disparus, ils étaient cette fois-ci encerclés de toutes part par des champignons de la taille d'immeubles. Les agents avaient presque l'impression de se trouver dans un quartier de Rosetta, sauf que cette fois les végétaux pouvaient bien les tuer...

Caché dans le sac de Myosotis, Ramsès le poulpe sortit sa petite tête afin de regarder ce nouveau paysage. Il n'avait jamais vu une flore pareille et pour lui ce décor était absolument fascinant. Sa curiosité l'aurait presque poussé à s'élancer hors du sac pour aller toucher certaines de ces plantes, mais les gros bosquets d'orties et d'épines le dissuadèrent aussi sec si bien qu'il décida de s'enfouir à nouveau dans sa cachette pour piquer un petit somme. Trois mètres devant eux, le chat avançait tranquillement, sautant à l'occasion sur une racine ou un tronc pour les attendre avant de reprendre sereinement sa marche languissante. À l'image d'un métronome, le sommet de sa queue battait la mesure de droite à gauche au fur et à mesure qu'il progressait. Le félin s'arrêta un instant pour laisser échapper un petit bâillement avant de se remettre à marcher tandis que, à l'arrière, Scarlett se posta aux côtés de son équipier.

- Tu crois que ce chat nous mènera où comme ça ?

- Aucune idée...Mais il nous a livré un message de détresse. Quelqu'un est retenu captif par les Nostalgiques que l'on cherche et sait qu'on est sur l'île.

- Ça pose une question encore plus importante : comment est-ce que cette personne a su qui on est ?

- C'est justement ce qui m'inquiète. Je me demande même si les Nostalgiques sont au courant de notre identité.

- Si c'est le cas alors on est sacrément dans la mouise, le Sultanat interdit toute présence d'officiels ou représentants du Gouvernement Mondial sur son territoire. On risque gros si on se fait attraper.

- On s'est présentés à tout le monde comme étant des détectives, s'ils ont découvert qui on est réellement alors on fait face à quelque chose de bien plus terrifiant...

- Ce chat nous mène peut être jusque dans un piège.

- Peut être bien, mais je reste sur mes gardes. D'après toi, darling, pourquoi je laisse Qassim marcher devant ?

- C'est vrai que s'il se prend les pieds dans un collet ou dans une trappe on sera fixés.

- Vindiou d'vindiou vous avez dit quelque chose m'dame ?

- Non non, rien d'important Qassim, ne vous inquiétez pas !

- D'ailleurs...Fit Myo' pour changer de sujet afin de calmer la potentielle curiosité du fermier, dites nous Qassim, il n'y a pas d'animaux dans cette forêt ? Ça m'étonne de ne pas en croiser depuis notre entrée...

- Boh, pas vraiment m'sieur ! Y a surtout des insectes, quelques oiseaux, des serpents et rongeurs mais ils se cachent dans les branchages ou sous les racines. Sont assez craintifs !

- Ouais donc y a clairement des animaux... Marmona Myo'.

- Et dans la zone de fongus dans laquelle on est...Bah y a rien à part les champis ! Les insectes qui viennent par ici se font tuer puis consommer par les plantes, et les oiseaux ont pas d'arbres sur lesquels se percher. Peuvent pas aller sur les champis, c'est dangereux les spores ! Regardez celui-là à côté de vous, c'est de l'amanite lumis bleue, il luis pour attirer les mouches, les fourmis, les moustiques, les papillons ou les scarabées et il les parasite progressivement.

Tournant la tête, Myo' et Scarlett constatèrent effectivement plusieurs carcasses d'insectes couvertes de filaments blanchâtres au bout desquels poussaient de petits chapeaux. Effectivement, ces bestioles de la taille d'un point semblaient se faire nécroser par la plante qui absorbait ses nutriments pour se nourrir et se développer. Il y avait de quoi frissonner, les bêtes attirées ne pouvaient rien faire, complètement hypnotisées par les spores. Elles se laissaient vampiriser par le fongus, sans bouger, attendant patiemment une mort qui prendrait son temps pour arriver et les cueillir. Les mécanismes de défense de ces végétaux étaient effectivement fascinants, on comprenait pourquoi des foules de botanistes s'affairaient à visiter les recoins de la forêt pour leurs recherches. Ils n'en avaient pas croisé durant leur marche, sans doute étaient-ils trop enfoncés dans une zone où ils allaient rarement...De toute façon, ils s'en fichaient, ils n'étaient pas venus pour ça.

Meoooow !

- Qu'est-ce que c'est que ça ?

Un peu plus loin le chat gris les attendait, couché sur une pierre en train de léchouiller les coussinets de ses pattes avant pour les nettoyer. Leur marche avait été longue, très longue, et le pauvre avait jambes en compote ! Il finirait sûrement par s'endormir ou s'éclipser jusqu'à une tanière proche. Mais ce qui interloquait le groupe ça n'était pas la position détendue du félidé mais la grande structure qui se trouvait derrière eux. Sous le flanc d'une falaise escarpée se tenait un groupe de champignon pourpres, filiformes avec de volumineux chapeaux. Tous imposants et impressionnants, celui qui se démarquait le plus des autres était celui qui se tenait le plus à gauche. Immense, le plus grand champignon qu'ils n'avaient jamais vu. Il montait haut dans les airs et arrivait presque à la même hauteur que la falaise. Tout en bas, une ouverture ronde par laquelle passait de la lumière, un type encapuchonné et tenant une lance postée devant. Ils étaient arrivés devant une tour, et pas n'importe quelle tour : une prison.

La tour prison:
 
https://www.onepiece-requiem.net/t15222-https://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myoso
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Ven 14 Oct 2016 - 18:41

- Une prison ? Tu crois ?

- Oh oui. La note du chat qui appelle au secours, la taille du bâtiment. Ce champi est certes assez imposant, il n'en reste pas moins bien plus petit que la plupart des bâtiments qu'on a vu à Rosetta.

- En effet, le musée d'arts du vizirat paraissait bien plus grand. Qu'est-ce qu'on fait exactement ?

- Pas le choix, y a qu'une seule entrée. Va falloir qu'on force le passage pour libérer la ou les personnes prisonnières ici.

- Une tour...la tige doit être un escalier, la plupart des gardes doivent se trouver tout en bas. Quelques autres en haut. Le temps qu'ils descendent ça nous laisse le temps de faire le ménage en un tour de main !

- Qu'est ce que je fais moi vindiou m'sieur ? Fit Qassim, les deux autres l'avaient effectivement bien oublié.

- Euh...Montez la garde ici Qassim.

- Oui, en faisant le guet ici, ça nous sera bien utile. On vous appellera si on a besoin de vous. Et si y a du grabuge, allez vous cacher.

- Vindiou ! Ça marche m'sieur dame !

Délaissant Qassim qui paraît se dissimuler derrière un rocher, Scarlett et Myosotis s'avançaient désormais d'un pas décidé vers la tour-champignon qui les attendait. Ramsès était encore et toujours caché dans le sac de son ami, prêt à jaillir dehors si le besoin s'en ressentait. Quant au chat, il était resté auprès du fermier, toujours couché là où il s'était affalé un peu plus tôt et il commençait d'ailleurs à s'amuser avec une brindille qu'il mâchouillait. Il en fallait peu pour amuser ces petites bêtes. Une pelote de laine, un morceau de papier déchiré, un bout de bois ou un grelot, il suffisait de leur lancer et ils faisaient le reste ! Devant la tour, le type à la lance ne les avait pas encore vu et leur tournait le dos. Scarlett eut alors l'initiative de sortir ses pistolets, animée d'une forte envie de tester leurs nouveaux attributs qu'elle avait manqué d'utiliser lors de son duel contre Circé. Véritable travail d'orfèvre, ces magnifiques bijoux étaient respectivement armés d'un Pyro Dial et d'un Thunder Dial, donnant entre ses mains une mortelle combinaison.

- Éclair ou feu mon cher ? Demanda-t-elle doucement à Myo.

- Embrase le. Répondit-il en chuchotant.

- A ton service !

Pointant vers le garde le pistolet qu'elle tenait dans sa main droite, la belle appuya sur la détente. Une sphère de flammes jaillit alors de la gueule béante de l'arme pour filer droit vers le malheureux qui n'avait rien vu venir. Heurté de plein fouet, il partit en avant et, pris par surprise, vit sa cape et ses vêtements commençant à s'enflammer. Il était trop tard pour lui, la tireuse poussa une seconde détente située à côté de la première et cette fois-ci une détonation put se faire entendre. Une balle s'échappa à son tour du canon pour achever l'infortuné qui se débattait au sol, le tuant sur place et laissant les flammes lécher le reste de sa pelisse de même que sa peau. Trois nouvelles figures émergèrent alors, alertées par le fracas. La première silhouette à arriver fut la plus anodine, sortant de la tour, c'était un jeune homme qui avait l'air de l'âge de Myosotis. Aussi grand que lui, il avait les cheveux de la même teinte mais les siens étaient coiffés en bataille avec un grand épi qui surplombait son crâne. Il était habillé d'une simple tenue de voyage à haut rouge, un pantalon blanc avec des couvres-bras de fer et des chaussures de marche. Nouée autour de son cou, une longue écharpe jaune aux bouts poussiéreux et brunâtres, traîner sur le sol terreux ne l'avait visiblement pas aidé. Le plus curieux c'était, à sa ceinture, deux grands boomerangs bleus aux bords acérés. L'homme fut rapidement suivi par deux femmes-poissons trempées de boue. Entièrement nues, ces jumelles cachaient leur poitrine avec une veste de cuir, la première en avait une violette tandis que sa sœur l'avait jaune. Au bout de leurs mains, elles possédaient toutes deux des ongles longs et effilés qui ressemblaient étrangement à des serres de rapace. Elles se mirent à toiser immédiatement les deux agents lorsqu'elles virent qu'ils avaient abattu leur compagnon de l'entrée.

Garçon boomerang:
 

Jumelles poissons:
 

- Qu'est ce que...Qui êtes vous ?!


- Bonjour les ennuis, notre deuxième prénom !

- Nous sommes de retour, que vous le vouliez ou non !

- Afin de protéger le monde de la Révolution !

- Afin de rallier tout les peuples en une seule nation !

- Pour tout les orphelins qui n'ont rien demandé !

- Et tout mettre sur le dos des gens révoltés !

- Voici Myosotis !

- Et Scarlett !

- Notre équipe arrive, la plus perfide de l'univers !

- Rendez-vous tous immédiatement ou ça sera la guerre !

- Polo Poloooooop !!

Le poulpe fureteur sauta hors de la sacoche pour lui aussi participer à la devise, il fallait dire qu'il adorait ce genre de fantaisies et appréciait briller sous les projecteurs. Le petit animal invertébré agitait d'ailleurs ses tentacules en ondulant, sous les yeux interloqués des trois gardes qui ne savaient pas trop quoi faire. Celui aux boomerangs reposa les yeux sur leur compagnon abattu avant de se retourner vers les intrus, la bouche crispée par la colère.

- Pour qui est-ce que vous vous prenez ?! Les filles, j'vous laisse le garçon, massacrez le.

S'élançant vers Scarlett, il força cette dernière à sauter en arrière pour esquiver un coup de jambe qu'il avait voulu lui asséner. Esquivant le coup, elle eut le temps de voir Ramsès cracher un filet d'encre vers son assaillant qui finit par toucher son pantalon brun, le tachant au niveau des genoux. Ne voulant pas gêner son amie, il fila vers l'entrée de la tour pour se cacher dans l'ombre en changeant de couleur. Pointant le pistolet qu'elle tenait dans sa main gauche, la tireuse choisit d'utiliser sa nouvelle fonctionnalité. Là où l'autre, Hadès, était capable de projeter du feu grâce à un Pyro Dial intégré dans sa machinerie, celui-ci possédait un Thunder Dial qui lui permettait de tirer des arcs électriques. Un jet de foudre sortit de l'arme pour partir droit vers le garde, ce dernier l'esquiva à son tour en courant de côté et lui envoya un de ses boomerangs. Scarlett contra le coup en tirant deux fois sur l'arme qui, au lieu de retourner à vers son envoyeur, tomba au sol. La jeune femme voulu mitrailler de balles le veilleur mais ce dernier avait couru vers elle pour la frapper avec l'autre boomerang qu'il gardait dans sa main pour s'en servir à la manière d'un poignard. Ce type était vif, bien vif, et il ramassa son autre arme au passage pour continuer son avancée vers la demoiselle.

Un peu plus loin, Myosotis se retrouvait au milieu des jumelles poissons qui marchaient en cercle autour de lui. Elles avaient une démarche similaire à des oiseaux de proie, elles étaient prête à fondre sur lui désireuses de le lacérer et le déchiqueter à l'aide de leurs ongles pointus. Leurs jambes et leur ventre étaient étrangement couverts de boue, une sorte de limon de couleur vert pâle. Le jeune homme tiquait étrangement à ce sujet, comment est-ce qu'elles avaient réussi à se retrouver avec autant de terre comme ça ? Aucune importance pour l'instant, il tacherait de résoudre ce mystère plus tard, ou il l'oublierait. Pour l'instant il se concentrait plutôt sur le moindre de leurs mouvements.

- Vous allez marcher longtemps comme ça ? Qu'est ce que vous gardez exactement ici ?

- Ça ne te regarde pas ! Siffla celle au veston jaune.

- Tu vas crever de toute façon... ! Enchaîna l'autre.

- Hm...Je voulais simplement me montrer avenant, mesdames, mais puisque vous le prenez comme ça...

Levant son bras gauche en l'air, le bel androgyne laissa s'échapper un nuage de mousse qui se mis à l'entourer, forçant les deux femmes à reculer de plusieurs pas. A l'intérieur du nimbus mousseux, Myosotis était parfaitement bien caché, il aurait l'avantage de pouvoir attaquer le premier, les deux autres ne s'attendaient pas à la manifestation d'un pouvoir aussi singulier. Et si jamais l'une d'elles voulait jouer à la maligne et touchait la mousse, elle aurait la bonne surprise de voir sa vigueur aspirée pour ensuite tomber au sol. Quelle manœuvre devrait-il tenter pour se débarrasser de ces gêneuses ? Il pouvait tenter de former un nuage à l'aide de sa canne climatique, mais il devait avant les distraire suffisamment pour former le nuage qui les foudroiera. Et il avait la distraction parfaite pour ça ! Passant sa main dans une de ses poches intérieures, il attrapa une des cartes sur lesquelles il dessinait ses insignes du Color Trap, l'hypnose colorée.

*Noir...Excellent ! *

Visant celle au gilet de cuir pourpre, Myo' lança la carte qui partit se plaquer juste en dessous de sa poitrine. Le Color Trap noir était capable de dompter l'esprit de telle sorte que la personne affectée par ce dernier était forcée de trahir ses amis et se retourner contre eux comme s'ils étaient les pires ennemis du monde. La femme-poisson changea immédiatement d'expression lorsque la carte atterrit sur sa peau, ses yeux s'écarquillèrent et ses sourcils se froncèrent. Regardant sa sœur, elle ne put s'empêcher de foncer droit vers elle pour lui sauter dessus en la plaquant au sol. L'autre, prise au dépourvu, se mit à crier lorsque sa jumelle se mit à enfoncer ses griffes entre ses omoplates. Pendant que la garde hypnotisée s'adonnait à un charcutage en règle d'un membre de sa famille, Myosotis ne tardait pas à agir et, pointant sa canne au dessus de leurs têtes, utilisa ses propriétés de formation climatique pour matérialiser un grisâtre cumulonimbus miniature. Gorgé de foudre, il se déversa sur les deux femmes, électrisant l'hypnotisée et achevant l'autre qui agonisait dans le sang qui s'échappait de sa gorge.

De l'autre côté, Scarlett continuait d'esquiver les assauts répétés du garçons et de ses boomerangs-rasoirs. Les esquiver était plutôt délicat car les lançait de façon insisté sans jamais s'arrêter. Les armes courbées partaient et revenaient, pour repartir et revenir. Cycle inlassable dans lequel l'agente n'avait pas vraiment d'ouverture pour répliquer. Il espérait l'avoir à l'usure, elle le percevait bien, et c'est la raison pour laquelle il fallait qu'elle agisse vite et qu'elle le batte à son propre jeu. Jetant un œil en direction de son ami, Lady Scarlett remarqua que ce dernier émergeait de la mousse qu'elle avait créé, les deux femmes-poissons gisant sur le sol.

- Tu devrais abandonner mon mignon. Fit-elle en évitant un nouveau coup. Tu es tout seul à présent.

- Cyrillis ! Poétie !! Cria le garde en regardant ses amis à son tour. Je...Je vais...

- Tu t'en sors darling ? Lança Myosotis à son équipière, la regardant de loin.

- C'est du gâteau chéri !

- RAAAH !!

PAN ! PAN !

Les avants-bras du garde tombèrent brutalement sur le sol, laissant des jets rougeâtres jaillirent de ses moignons ballants. Le garçon, hébété, n'avait même pas compris ce qui s'était passé. Plus loin, Myosotis était parti rejoindre Ramsès pour le faire remonter dans la sacoche et s'en retourner vers le spectacle. Ce qu'il s'était réellement passé ? La tireuse pro de la gâchette avait tout simplement fait ricocher les boomerangs en tirant deux balles droit vers eux. Un retour à l'envoyeur brutal que le garde n'avait pas prévu et lui avait tranché les bras en deux. Elle s'avança droit vers lui, ne manquant pas de mettre un coup à l'un des membres découpés pour le faire rouler un peu plus loin, et lui colla un de ses pistolets sur le front.

- Navrée, je t'avais prévenu.

Et elle tira un dernier coup de feu pour le faire tomber au sol.


Dernière édition par Myosotis De Ville le Jeu 28 Fév 2019 - 17:35, édité 2 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t15222-https://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myoso
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Ven 21 Oct 2016 - 8:41

Les deux agents étaient à présent à l'intérieur de la tour, délaissant les corps des gardes qu'ils venaient d'abattre à l'extérieur. Elle semblait d'ailleurs bien plus grande à l'intérieur qu'elle ne le paraissait, et ils ne s'attendaient pas à trouver tant d'aménagements. Le poulpe qui était à peine rentré dans sa cachette s'en était extirpé pour marcher, ou plutôt glisser, aux côtés de ses amis pour lui aussi participer à l'exploration de cette nouvelle structure. Le hall disposait d'un grand meuble dans lequel plusieurs chaussures en bois étaient alignées, Myo et Scarlett en comptèrent trois paires et en vinrent à se demander à qui elles pouvaient bien appartenir.

- Les femmes poissons que j'ai abattu étaient presque nues, seulement vêtues de vestes. Et pieds nus, ça doit être leurs chaussures.

- Elles étaient deux, et pourtant il y a trois paires...

- Alors ça veut dire qu'un autre garde doit se trouver quelque part dans la tour. Restons sur le qui-vive.

- Polop !

Ramsès avait avancé un peu plus loin et pointait quelque chose du bout des tentacules. On aurait dit un bassin, une grande cuve de pierre remplie d'un liquide visqueux et compact. En se penchant au dessus, Scarlett en huma le fumet pour déclarer ensuite qu'il lui semblait reconnaître un parfum d'eucalyptus. Myosotis reconnu cette gadoue entre mille, c'était celle qui maculait les jambes des jumelles contre qui il avait bataillé. Ils en déduisirent que ces femmes devaient se baigner ici avant leur arrivée, d'où le fait qu'elles soient nues et aient laissé leurs chaussures dans le meuble d'entrée. Toutefois la nudité n'avait pas l'air de les déranger, il n'y avait aucun autre vêtement aux alentours. À côté du bassin de boue, des meubles de salon tous taillés en bois installés autour d'un poêle de fer éteint. Ils trouvèrent aussi une petite bibliothèque avec quelques livres et journaux, ainsi qu'un placard dans lequel les gardes avaient rangé plusieurs bouteilles d'alcool, du rhum et de la vodka essentiellement, quelques liqueurs également.

- Un vrai petit logis. Ils pourraient presque loger ici...

- Ils logeaient ici, regarde les hamacs là bas.

- Oh, en effet je ne les avais pas encore remarqué.

- Je crois qu'on a plus rien à tirer de ce rez-de-chaussée. On ferait mieux de monter. Reste ici, si jamais quelqu'un vient tu pourras me prévenir.

- Pas de soucis, je garde Ramsès. Fais attention, avec ce dernier garde encore dans les parages...

- Polop !!

Myosotis entamait son ascension du grand escalier de la tour, il lui fallait à présent remonter toute cette tige qui semblait aussi haute et massive qu'un phare. L'escalier était évidemment en colimaçon et ne possédait aucune fenêtre pour voir vers l'extérieur si bien que le jeune homme se sentait plutôt à l'étroit au sein de ce passage sinueux. Il ne valait mieux pas être claustrophobe avant de s'aventurer dans pareil tourbillon de marches. De temps à autre, une petite alcôve creusée qui permettait de s'asseoir et souffler un peu avant de reprendre à grimper les marches quatre à quatre. Il n'en voyait pas le bout et avait l'impression d'être dans ce colimaçon et de tourner depuis des heures déjà. Des marches, des marches, encore des marches ! Une lucarne ou une petite niche creusée à l'occasion...Pour faire passer le temps plus vite, Myo' en vint à imaginer ce que pouvait bien faire Scarlett en l'attendant. Il la visualisait bien se servir un peu de scotch pour s'asseoir dans l'un des fauteuils du petit salon et commencer un peu de lecture. La plupart des journaux étaient vieillots et de toute façons ils étaient bien au courant des nouvelles du monde. Les livres et romans rangés étaient pour la plupart des histoire d'aventures, de la littérature fantastique typiquement appréciée par les jeunes et les jeunes adultes rêveurs. Sûrement des ouvrages dévorés par le garçon aux boomerangs que la lady avait brutalement vaincu. Aussi, il lui semblait avoir vu quelques histoires à l'eau de rose. « Autant en emporte le blizzard de Drum », le nouveau best-seller « Cinquante nuances de couleur Taupe » ou encore le très célèbre « Roméo et Bougnette », des livres romantiques appartenant certainement aux jumelles poissons.

Les jumelles poissons...si seulement elles avaient été jumelles ! Myo arrivait enfin au bout de cet infernal escalier et arrivait désormais au niveau d'un long couloir. Seulement il ne s'attendait pas à ce que le gardien de ce couloir soit, encore une fois, une femme-poisson nue aux jambes couvertes de boue. Visiblement ces femmes étaient en réalité des triplés. Celle-ci, bien moins belle que ses deux sœurs, avait la peau verdâtre ainsi que l'air agressif. Elle était seulement vêtue d'une veste noir et rouge avec une capuche rabattue sur la tête et toisait le garçon d'un regard acerbe.

Troisième soeur:
 

- Tiens tiens...Encore de la friture...

- Vas-t'en avant que je ne te tue !

- Si tu te bats aussi bien que tes sœurs je ne donne pas cher de ta peau.

- Poétie, Cyrillis...Qu'est ce que tu leurs as fait ?!

- Moi ? Rien du tout, j'ai juste lancé une de mes cartes hypnotiques sur l'une d'elles. Oooh elle a fait tout le travail à ma place ! Elle s'est jetée sur l'autre pour la déchiqueter avec ses ongles. Et j'ai juste eu à l'achever derrière.

- N..NON ! Sale chien !

- Huhu, pauvre idiote...

Le couloir avait beau être étroit, Myosotis restait le seul et unique maître du combat. Ça ne serait même pas un duel, il maîtrisait déjà tout. Il ne s'embêterait même pas à faire jaillir un nuage 'éclairs ou à lancer une carte sur elle. Non, il pointait sa main vers elle et lança sur elle une salve de mousse qui vint maculer tout son corps. Le savon eut tout d'abord pour effet de nettoyer le limon qu'elle avait sur les jambes puis, dans un second temps, draina son énergie pour la faire tomber sur le sol. Elle était désormais piégée, incapable de bouger, complètement inerte et ne trouvant que la force de le maudire en gémissant et en soufflant.

- Pathétique...Tu ne vaux même pas la peine d'être tuée. Tes sœurs étaient bien plus douées que toi. Fit-il en la dépassant, ramassant au passage le gros trousseau de clé qui était tombé d'une de ses poches.

L'étroitesse du couloir n'avait pas aidé l'assaillante et, en continuant de courir droit vers lui, elle n'avait pas d'autre choix que de finir droit dans les bulles. Elle n'aurait pas pu sauter par dessus, le plafond n'était pas très haut et aurait été forcée de le heurter, son obstination et sa colère l'avaient mené à sa perte. Le garçon s'approcha de la porte pour la déverrouiller avec l'une des deux clés du trousseau volé et finit par l'ouvrir. Jamais il n'aurait pu deviner ce qu'il allait bien pouvoir trouver dans cette pièce. La geôle était une pièce ronde, petite et aussi basse que le couloir qui la précédait. Une lucarne située au plafond laissait passer un mince filet de lumière qui éclairait la figure qui était retenue prisonnière ici. C'était un maigre femme a bras menottés au mur, assise contre le mur. Le jeune homme ne pouvait pas voir son visage, caché par de longues boucles rousses. Elle portait également une robe bleue roi, moulant les formes de son corps ainsi que des escarpins aussi vertigineux que portait l'androgyne. Elle relevait péniblement la tête vers lui, laissant apparaître son visage ovale, son nez aquilin, sa fine bouche aux lèvres rouges et ses yeux fins aux pupilles noires puis rehaussés d'un fard mauve. La prisonnière, voyant Myosotis, écarquilla ses yeux et inspirant de soulagement lui coupa le souffle :

- ...Petit frère... ?
https://www.onepiece-requiem.net/t15222-https://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myoso
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1