Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Brouillons et essais

Rappel du premier message :

Scénario Quatrième Voie

    Partie I

- Arrivée de Tenko à Gueule de Requin.

- Rencontre avec Kandy Ziva.

    -> Les deux personnages se laissent une impression assez neutres. Ils sont des partisans loyaux de la cause gouvernementale et entendent mener leur actions dans ce sens. Kandy Ziva a peu d'estime pour Tenko à ce stade et cherche encore à le jauger. L'officier doit faire ses marques dans cet univers où il n'est que le dernier arrivé.

    -> Les Requins sont assignés comme division mobile du G-9. Leurs quartiers sont dégagés le temps de leurs visites et servent à autre chose le reste du temps. Très vite, Kandy Ziva fait le topo sur la Quatrième Voie à Tenko. Les révolutionnaires y sont particulièrement actifs, mais se dissimulent avec insistance.

- Les Requins sont envoyés vers le Royaume de l'Absurde, sous couvert d'un exercice militaire.

    -> Arrivés sur l'île, Tenko et ses hommes s'adonnent à la tâche malgré leur désemparement. Assez rapidement, un simple soldat nommé Ed Duke aborde le Commodore. Le cadet se désigne comme une "tierce partie" qui indique à Tenko la nécessité de chercher des révolutionnaires au sein de l'île. Quelques heures plus tard, personne n'a jamais entendu parler de lui ou ne l'a même aperçu.

    -> Usant de sa position, Tenko décide d'enquêter sur Ed Duke sans en référer à sa hiérarchie. Il fouille dans les registres de la base, vérifie les enregistrements de départ de l'île mais ne trouve rien. Au hasard d'une ruelle, il rencontre pour la première fois la Milice Malicieuse. Trois hommes habillés d'uniformes ridicules et dépareillés s'occupent de frapper un quatrième individu, au sol. Après un bref échange, ils partent en ignorant les avertissements de Tenko, qui récupère la victime et la ramène à la base.

- Quelques jours après son altercation avec la Milice Malicieuse, Tenko reçoit la visite de Bleurouge, émissaire personnel de Wakopol.

    -> Personnage froid et austère, il prévient le Commodore d'éviter les remous au sein de la capitale pour ne pas froisser les rapports cordiaux entre le Gouvernement et le Royaume de l'Absurde. Peu après, Alphazoulou se présente enfin à Tenko pour lui remonter les bretelles au sujet de l'altercation. Le Colonel se fait accueillir par son égal hiérarchique.

   -> Tenko, trouvant la situation assez louche sur l'île, décide de commencer ses investigations. Il prends son mal en patience et fais patrouiller ses hommes dans les même secteurs que la Milice Malicieuse. Il en profite pour rechercher Ed Duke, accompagné de quelques hommes cette fois-ci.

- Après deux semaines, une affaire attire l'attention de Tenko.

    -> Une inconnue est retrouvée morte, pendue par les pieds dans un hangar vide. Au sol, une note précise les mots suivants: "Service rendu au Peuple"


    -> Très rapidement, la Milice Malicieuse fait son apparition et dispute l'affaire aux Marins. Tenko décide de jouer le coup de bluff et fait interdire aux forces locales l'accès à l'entrepôt, faisant jouer la primauté de la Marine dans les territoires affiliés au Gouvernement. Sachant qu'il ne fait que gagner du temps, il en profite pour envoyer Karnak remonter la piste.

    -> De nouveau, Bleurouge se déplace pour venir avertir l'officier. Celui-ci se défend du mieux qu'il le peut pour gagner du temps. Puis il concède finalement et présente ses excuses au diplomate. Karnak revient alors que la nuit se couche, après avoir finalement identifié l'identité de la jeune femme: Mari Duke.

    Partie II

- Tenko se dirige alors incognito vers l'adresse que lui fournit Karnak.

   -> Il découvre une maison vide, mais régulièrement visitée. Alors qu'il cherche le moindre indice, la Milice Malicieuse fait son arrivée. Attentif, il se dissimule dans une armoire murale pour voir apparaître Bleurouge, déguisé en milicien, accompagné d'une femme. Les deux discutent d'échanges financiers suspects et le diplomate laisse entendre que la Marine devient envahissante. La femme se contente de lui répondre que c'est son travail à lui de s'occuper des marins.

    -> L'échange se termine et les visiteurs laissent la maison abandonnée. Tenko attends prudemment et finit par sortir de sa cachette. L'acier d'une lame froide lui touche alors le dos. Ed Duke lui intime de rester calme et baisse son arme. Le Commodore suit l'homme à l'étage.

   -> Ed Duke explique son appartenance au CP6 et dévoile à Tenko son rôle à jouer dans l'opération Asylum Freed. Il lui explique que le Royaume de l'Absurde joue sur les deux tableaux et finance la Révolution tout en s’accoquinant avec le Gouvernement Mondial. Il explique à Tenko qu'il est en contact direct avec ses subalternes infiltrés dans le Mouvement Révolutionnaire au sein de l'île et qu'un immense coup de filet se prépare, au nez et à la barbe de Wakopol.

- Tenko rentre à la base en toute discrétion, suivant le chemin que lui a indiqué Ed Duke.

    -> Le lendemain, il fouille les archives de la base à la recherche d'individus en conflit avec le gouvernement de l'île et la Marine locale. Il finit par tomber sur le dossier d'un certain John Strauss, notaire de profession. Il note son adresse et envoie Karnak le récupérer. Le lieutenant ramène le jeune homme quelques heures plus tard.

    -> Tenko l'interroge sur ses antécédents et commence à le faire mijoter. Il s'entretient avec Karnak et lui explique alors une partie du plan qui se met en place. Il lui demande alors d'assurer la sécurité d'une imprimerie précise, près de la base.

    -> Le Commodore revient à la charge avec John Strauss, qui a passé une nuit attaché à une table. Fatigué, le jeune homme n'en est que plus impressionnable. Tenko appuie sur ses peurs pour le pousser à coopérer, en lui promettant sincèrement l'oubli de ses antécédents en cas d'aide. Il lui demande alors de reprendre l'écriture de ses pamphlets contre le gouvernement local et lui demande de les faire placarder en échange d'une protection.

- John Strauss accepte l'offre et repart, suivi par deux soldats.

    -> Tenko se rend à l'imprimerie et supervise l'impression des pamphlets. Il charge des patrouilles de surveiller leur placardage, mais c'est bien le notaire qui doit s'en charger lui-même, au vu et au su de tous. Le Commodore continue la formation des troupes locales, en attendant que le poisson morde à l'hameçon.

    -> Au bout de quelques jours, l'incident diplomatique se produit enfin. La Milice Malicieuse retrouve John Strauss et les Requins s'interposent à temps pour protéger le notaire. Bleurouge convoque Tenko au palais royal. Le militaire refuse de répondre à la convocation, expliquant ne répondre que de la base G-9. Il décide d'envoyer une poignée de marins à la mer, guidés par Karnak.

    -> La Milice Malicieuse encercle la base de la Marine. Les tensions montent entre les soldats et les miliciens. Tenko laisse fermenter, en interdisant formellement à ses hommes d'engager le combat. Il reçoit un appel de Kandy Ziva, visiblement mise au courant de la manigance. Elle décide de ne pas se mouiller mais l'avertit qu'en cas d'échec, il ne s'arrêteront probablement pas au licenciement. Le Commodore ordonne à ses hommes de revenir sur l'île.

    Partie III

- Tenko sort de la base pendant la nuit grâce à ses pouvoirs et rejoint sur le port civil la trentaine d'hommes qui étaient partis en mer quelques jours plus tôt.

    -> Ils se divisent en trois groupes. Le premier, commandé par Karnak, prends la direction de l'assemblée législative. Le deuxième, commandé par Ed Duke, doit s'emparer des quartiers de la Milice Malicieuse. Enfin, Tenko conduit le troisième groupe, qui doit prendre le palais. Chacun d'entre eux possède une fusée de détresse, qui doit être tirée une fois que la mission est accomplie.

    -> Tenko et ses soldats s'approchent du palais. Deux soldats se portent volontaires pour faire diversion. Ils s'approchent du portail et prétendent jouer les émissaires pendant que le Commodore et le reste de ses hommes rentrent à l'intérieur des jardins du palais.

    -> Ils neutralisent les gardes sur leur chemin, se faisant le plus discret possible. Le groupe progresse de pièce en pièce, auscultant les couloirs. Sentant que la surveillance se resserre de plus en plus, Tenko prend la décision d'avancer en solitaire. Il donne l'ordre à ses troupes d'avancer à leur rythme, sans engager le moindre combat, pendant qu'il fonce vers la chambre de Wakopol.

- Tenko s'engage donc dans les couloirs, usant de ses pouvoirs pour se débarrasser des gêneurs.

    -> Au bout de quelques instants, l'officier débouche sur l'antichambre du monarque. Bleurouge l'y attend, en compagnie d'une bande de miliciens. Ils se ruent sur le jeune homme qui peinent à les maîtriser tous. Quand il y parvient, l'émissaire a filé.

    -> Tenko pousse la porte de la chambre du roi, mais n'y trouve évidement pas le monarque. Il décide donc de se rendre dans la salle du trône, bien décidé à retrouver Wakopol. Alors qu'il passe dans une galerie, il aperçoit une fusée de détresse du côté de l'assemblée.

    -> Le Commodore pénètre dans la salle du trône. Ses hommes ont été capturés et sont attachés aux pieds du monarque, sur son séant. L'émissaire se tient là, de même qu'une bonne poignée de miliciens. Tenko engage le dialogue alors qu'une autre fusée vient éclairer le ciel. Wakopol reste jovial, assurant le jeune homme de sa bonne volonté. Ce dernier lui rappelle les infractions commises par le régime à l'égard du Gouvernement Mondial et la possibilité de la Marine de récupérer l'autorité locale le temps d'établir un pouvoir plus pragmatique. Alors qu'il finit sa phrase, une explosion détonne au loin. La base de la Marine vient d'être victime d'une attaque.

- La Milice Malicieuse en profite pour se ruer sur Tenko.

    -> Ce dernier utilise ses pouvoirs et se disperse dans la pièce, pour se reformer derrière Wakopol. Les miliciens se figent et le Commodore leur ordonne de libérer ses soldats. Ils obtempèrent et les marins les font rapidement prisonnier. L'ensemble des insulaires présents sont attachés par les Requins.

    -> A l'aide d'un escargophone, Tenko reprends contact avec Karnak. La guerre a éclaté dans les rues. Les révolutionnaires, infiltrés au sein de la Marine, ont fait sauter toute une aile de la base. Les combats se sont engagés alors que la Milice s'est dispersée dans les rues. Trois camps s'affrontent. Tenko ordonne à ses troupes de converger vers le palais avant de donner la riposte.

    -> Alors que les troupes se frayent un chemin, des miliciens essayent de prendre d'assaut le palais. Tenko les repousse depuis la salle du trône, tenant le coup jusqu'à ce que les renforts arrivent. Les groupes de Karnak et Ed Duke finissent par arriver, le second sans son leader qui est parti superviser la capture des chefs révolutionnaires. Une paire d'heures plus tard, la Marine est là.

    Partie IV

- Tenko pousse le combat en dehors du palais, balayant la Milice Malicieuse à l'aide de ses hommes.

    -> Alphazoulou, ayant été blessé pendant l'attaque de la base, confie à contrecœur la direction des affaires militaires au Commodore. L'officier demande à ses hommes de laisser les miliciens en vie et de tenter la capture, dans la mesure du possible. Il exige par contre que les révolutionnaires soient abattus à vue.

    -> Alors qu'il mène le combat, Ed Duke réapparaît, assez grièvement blessé. Il explique à l'officier que la plupart des chefs révolutionnaires ont été attrapés mais que leur officier référent était maintenant en fuite. Il lui révèle que John Strauss est en vérité ce fameux officier et qu'il possède les preuves du coup d'état, pouvant salement nuire au Gouvernement Mondial sur la Quatrième voie.

    -> Tenko se rue à la recherche de Strauss pendant que Jana, médecin-chef des Requins, évacue les hommes du CP6. L'officier délègue la gestion du combat à Karnak, préférant privilégier la réputation du GM aux affrontements.

- Tenko fouille le port mais ne trouve personne.

    -> Il réfléchit quelques minutes et réalise que l'un des meilleurs endroits pour se cacher, avec le repli de la Marine, reste la base désertée. Il s'y rends au plus vite et fouille prudemment l'édifice. Au détour d'un couloir, John Strauss l'attaque par surprise.

    -> Un combat s'engage entre les deux hommes. Le révolutionnaire dispose des pouvoirs du fruit du froid. Il tient dans sa main gauche une mallette et repousse sans difficulté les assauts de Tenko. Ce dernier garde son pouvoir en réserve, cherchant une occasion pour attraper la mallette.

    -> Acculé, à bout de souffle, Tenko utilise ses pouvoirs pour passer derrière son adversaire et récupère la mallette. Il envoie sa main dans une autre pièce pour cacher la mallette. Alors qu'il subit une autre brûlure au gel, il réveille la couleur de l'armement et reprends progressivement le dessus sur son adversaire. Il finit par fendre John Strauss d'un coup de sabre.

- Tenko regagne péniblement la ville, où les affrontements ont tourné en faveur de la Marine.

    -> Les révolutionnaires se sont retranchés dans un immeuble privé et livrent un combat acharné. Karnak, voyant son supérieur arriver, lui demande la marche à suivre. Le Commodore propose aux révolutionnaires de se rendre, sans quoi le bâtiment sera détruit à l'artillerie. Personne ne bouge, l'immeuble est rasé.

    -> Une semaine plus tard, un convoi diplomatique est venu régler le sort du Royaume de l'Absurde. Il est renommé selon son nom officiel, Marie-Hélène. Tenko laisse Wakopol être emmené par un convoi spécifique à son incarcération. Les Requins participent aux réparations nécessaires après les combats. Un gouverneur est mis en place sur l'île, le temps d'organiser des élections démocratiques.

    -> Sur le départ, Tenko reçoit la visite d'Ed Duke. L'agent le remercie de sa coopération et lui laisse un numéro d'escargophone à contacter en cas d'urgence, partout sur Grand Line. L’Émérite reprends le chemin du G-9, ramenant les Requins à la base.






Dernière édition par Tenko Sozen le Lun 11 Jan 2021 - 22:21, édité 253 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Une brume épaisse recouvrait la surface des flots. Les trois bâtiments de la Marine progressaient lentement vers leur objectif, chargés de centaines de mouettes sur le pied de guerre. Tenko était à la barre de l'Astrale, qui menait la tête du convoi. Le jeune troisième classe manipulait le navire selon les directives de ses supérieurs, qui semblaient tout aussi nerveux que lui. La 388ème division de Poiscaille était accompagnée d'un détachement de la 153ème, une division d'East Blue qui s'était trouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Ils faisaient tous route vers une de ces îles-colonies qu'avait pu disséminer le Gouvernement Mondial sur tout les océans. Bridge-Town produisait du sucre de betterave depuis 1580, date à laquelle le bout de terre avait été découvert. Privilégiant au départ une main d'oeuvre qu'on exonérait d'impôts pour l'établissement, le faible rendement de Bridge Town avait vu l'arrivée en 1623 de taxes, accompagnée de main d'oeuvre servile, non-rémunérée. Le marché aux esclaves et la fin de l'exonération fiscale avait fait fondre la bienveillance des habitants envers le Gouvernement Mondial comme neige au soleil. Les colons s'étaient réunis en comités et avaient constitués des lettres de doléances qui n'avaient jamais trouvé de réponse. Quand enfin le Gouvernement Mondial avait daigné se pencher sur le cas de l'île, il avait ordonné à la 566ème, en poste sur Bridge Town, de dissoudre les "comités révolutionnaires" manu militari. La moitié de la garnison étant constituée de locaux, ils avaient rapidement fait sécession et c'était comme cela que le conflit avait dégénéré dans de telles proportions.

"Arrête de bailler aux corneilles, Sozen."

Le lieutenant Creek était adossé au bastingage arrière, fixant l'horizon noir qui leur faisait face. C'était un officier entre deux âges, marqué d'un large cicatrice au niveau du coup. Cela ne faisait que quelques semaines qu'il était arrivé au sein de la 388ème quand ils avaient embarqué sur l'Astrale. Tenko n'avait eu l'occasion de ne travailler que quelques fois sous ses ordres. Creek était aussi flegmatique que muet.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Les mats de l’Émérite craquaient sous la puissance du vent endiablé. Les vagues s'écrasaient contre sa coque, déversant leurs torrents sur le pont de la frégate. Les marins criaient pour couvrir le bruit de la tempête. A la barre, Tenko essayer de transpercer le voile de brume qui gênait sa vision. Il avait laissé ses habits d'officiers dans sa cabine et n'avait pas eu besoin de le demander à ses subalternes pour qu'ils s’exécutent. Les Requins luttaient toujours comme un seul homme dans la tempête. La chaîne de commandement n'avait pas besoin d'être vue, simplement d'être entendue. Cela renforçait la cohésion. Et sous la pluie torrentielle, on n'y voyait de toutes manières pas à plus de cinq mètres. Karnak avait le visage enfoui sous sa casquette gorgée d'eau. Ça lui donnait un aspect presque bouffon, lui qui essayait de s'allumer une cigarette plus par habitude que par réelle envie. Le lieutenant vociférait les ordres de bord. C'était un marin beaucoup plus expérimenté que son supérieur et c'était pour cela que Tenko lui laissait le soin de diriger son navire.

"Ca fait une paye que j'ai pas vu ça sur West Blue, Commodore!"

"Bah je m'en serai bien passé moi, franchement!"

Jana se tenait sur le château du navire, son équipe d'infirmiers militaires sur le qui-vive. La jeune femme avait rejoint l'équipage quelques semaines auparavant, alors qu'elle s'occupait de Tenko pendant sa convalescence. Elle avait déjà mis sur place un contingent d'infirmiers de terrain. Elle leur avait enseigné, et continuait d'ailleurs à leur apprendre les gestes qui pouvaient sauver des vies au plus vite. Quelques mois plus tôt, la division entière avait subi un revers immense sur Las Camp. Dans une guerre du crime qui avait mise l'île à feu et à sang, les marins s'étaient battus avec férocité, même après que leur officier commandant soit tombé au combat.

"C'est la mer ça! C'est ce qui fait son charm...!"

"TERRE EN VUE!"

Aussi loin qu'il lui était possible de voir, Tenko discernait l'immense masse sombre de Red Line. Le continent découpait l'horizon sur toute sa largeur. Un bloc de roche qui semblait presque s'étendre aux limites de l'univers. Le pont tout entier se tourna vers la montagne immense qui se rapprochait à une vitesse folle.

"Réduisez la voilure!"

Le lieutenant n'avait pas hésité une seule seconde. Les récifs avaient causé la perte de dizaines d'équipages expérimenté et il était insensé de continuer sur une telle lancée. La tempête avait commencé à se calme mais c'était maintenant le tumulte des courants qui maltraitait le navire. Les vents qui couraient le long de la surface rocheuse chassaient les nuages et dissipaient la pluie. Les abords du continent offraient des micro-climats qui pouvaient s'avérer surprenants. Tenko lâcha un soupir d'admiration. Il avait souvent aperçu le continent au loin mais jamais il ne s'était approché de ses courants ascendants. L'eau remontait tranquillement la montagne, comme si la gravité n'avait jamais eu de sens. Pourtant, la puissance à l'action, derrière ce mécanisme d'ascension, était certainement prodigieuse. Plus grande que tout ce que les civilisation du bas-monde pouvaient bien concevoir. Un arc électrique déchira le ciel à quelques dizaine de mètre du navire, s'écrasant sur un pic rocheux qui effleurait la surface de l'eau à son sommet. Les soldats ne détournèrent pas leur regard de Reverse Mountrain, abasourdis par le spectacle. Karnak tapa sur l'épaule de Tenko.

"Commodore, si vous permettez."

Tenko acquiesça sans donner de réponse orale. Il était resté muet depuis l'aurore, tracassé par son passage sur Grand Line. Il n'était pas particulièrement inquiet; mais l'idée de passer sur une mer aussi remplie de mystère que celle-là le laissait muet. Il se déplaça et laissa Karnak se saisir de la barre. Le lieutenant exerça un virage de sa main experte. Alors que le navire prenait la direction de la pente, il commença à dévier sur babord, tout en douceur. La manœuvre était périlleuse.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
La chaleur qui régnait dans le bureau de Tenko était en passe pour devenir affreuse. Il était habitué au climat froid de West Blue, à ses températures jamais trop froides, mais jamais trop chaudes non plus. Et beaucoup de pluie, une quantité incroyable de pluie. Il s'essuya le front, plein de sueur. Au dessus de ses papiers, ils cherchaient la raison pour laquelle Kandy Ziva l'avait envoyé dans ce trou paumé là. Le Royaume de l'Absurde était une île d'une certaine importance. Elle comportait une capitale qui s'appelait Bienvenue-les-Danseuses depuis que les Requins étaient arrivs. Rien de mieux pour illustrer les dérives législatives du monarque. L'officier soupira un bon coup en s'étirant sur sa chaise. La Vice-Amirale l'avait envoyé pour entraîner, avec le soutien de sa garnison, les marins qui campaient dans le coin. Des matelots formidables, capable de prouesses maritimes. Mais des incapables comme ils n'en avaient jamais vu pour tout ce qui touchait de près ou de loin aux usages terrestres. Ils étaient incapable de patrouiller correctement, le combat ne les attirait pas plus qu'une bonne sieste et ils ignoraient tout bonnement les criminels qui passaient sous leur nez.

"Chaleur de merde."

Il observait les rapports de section que les sous-officiers du coin s'étaient chargés de rédiger. Ils faisaient montre de lacunes étonnantes pour une garnison de Grand Line. Les menaces étaient loin d'être anecdotique sur cette mer mais la hiérarchie semblait persuadée que rien ne pouvait l'atteindre. La position du Royaume de l'Absurde dans le jeu géopolitique en faisait une cible difficile à atteindre pour les criminels qui écumaient les mers mais il ne fallait rien négliger. Trois coups résonnèrent sur la porte.

"Commodore?"

"Entrez, Bill"

Le lieutenant Karnak ne se fit pas prier pour entrer. Il avait lui aussi laissé tomber la veste pour survivre à l'accès de chaleur qui sévissait sur la semaine. Il s'installa en face de Tenko, le même air blasé sur le visage. Ils étaient arrivés seulement cinq jours plus tôt. Mais rien ne semblait bouger. Ils occupaient des dortoirs prévu à l'accueil de congrégations diplomatiques. Ils ne regrettaient pas pour le moins du monde leurs couchettes dans la Gueule de Requin.

"Va falloir que vous veniez voir ça..."

Tenko pencha de nouveau sa tête vers ses dossiers. Il avait autant pris la journée dans le bureau pour cerner les lacunes protocolaires que de s'éloigner du spectacle qui se déroulait dehors. Si on lui avait dit que l'un d'entre eux tenait son fusil à l'envers, il n'aurait pas eu de mal à y croire.

"Dites-moi qu'ils s'en sortent mieux qu'hier."

"Ils régressent. C'est presque fascinant."

Le jeune homme soupira alors que son second passait la porte les mains dans les poches. Il n'été pas franchement étonné de la réponse de Bill. Il s'en doutait plus ou moins. Il se leva, attrapa son sabre et sortit de son bureau. Les couloirs étaient déserts, en dehors des soldats qui montaient la garde devant les endroits clés. Des hommes qui servaient sous les ordres de Tenko. Les Requins avaient attaché un foulard autour de leur bras gauche pour se différencier des locaux qui n'en portaient tout simplement pas. Le commodore se dirigea vers la cour intérieure.

"On lève sa garde, on ne fléchit pas!"

Un sous-officier donnait son maximum pour ne pas étrangler les bleus qui massacraient les lettres de noblesse de l'escrime militaire. Tenko se glissa près des sous-officiers, mélangés, qui s'échangeaient leur méthodes entre divisions. Les soldats de la base étaient des feignants comme la nature en avaient rarement fait. Ils étaient si peu enthousiastes qu'ils en passaient pour des buses.

"Commodore."
  • https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
    Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum