AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-38%
Le deal à ne pas rater :
LEGO 71360 Pack de démarrage Aventures Super Mario
37.36 € 59.99 €
Voir le deal

Faites mariner à feu doux

Yvel Surcouf


Feuille de personnage
Dorikis: 1023
Popularité: 30
Intégrité: 25

Jeu 10 Nov 2016 - 11:20

Suite des événements joués ici.


***



- Ah le sale con !

- Moi sergent ?

Presque innocent, ou alors trop habitué à ce que le sergent Frobb ne lui rejette tous les tords de la planète sur le dos le tout enrobé d'un florilège d'insultes, Yvel se pointa du doigt comme interloqué. Frobb sortait des locaux des officiers d'un pas pressé et déterminé. Considérant sa réaction, on l'avait manifestement titillé là où il ne fallait pas.

- Non. Cette chiure de sous-amiral ! Quoi que, ça s'adressait à toi aussi remarque.

Insulté de bon matin par son sergent d'affectation, la journée n'aurait pu commencer commencer autrement. Surcouf fut néanmoins rassuré de voir le bougre le quitter à vive allure à peine sorti du bâtiment, il semblait consumé par une colère débordant sous la forme de répliques tonitruantes adressées à tout ce qui vivait et était moins gradé que lui. La joie du deuxième classe ne fut que de courte durée, Frobb lui avait fait signe de le suivre.
La cadence qui rythmait ses pas forçait presque Yvel à trottiner à ses côtés pour conserver la même allure.

- Le commandant m'a demandé d'écrire un rapport sur ce qui s'est passé en mer après qu'on ait quitté Poiscaille.

- Oh...

Le sujet était pour le moins sensible. Certains esprits chagrins prenant en compte le nombre de morts et le manquement au devoir de secours à des camarades de la marine auraient pu y voir une bavure de la pire espèce. C'était au sergent de nettoyer et de faire reluire les événements tragiques pour offrir une version édulcorée. Bien que rude, ne s'exprimant qu'à coup de gueulantes corrosives, l'expérience avait amenée Frobb à exceller dans la rédaction de rapports tendancieux de sorte à exonérer ses supérieurs. La rumeur voulait même que son doigté en la matière lui valait quelques pots de vin de la part de multiples hauts gradés.

- Seulement, voilà que l'autre con me convoque.

- L'autre con... On parle du sous-amiral sergent ?

D'un vif geste de la main, tout en continuant de marcher aux côtés du matelot, Frobb claqua la nuque d'Yvel.

- C'est une honte d'parler comme ça de tes supérieurs ! Mais ouais, c'est de lui qu'on cause.

Ruminant sa hargne un instant, le sergent tyran prit sur lui afin de ne pas hurler trop fort, que ce qu'il avait à dire ne tombe pas des oreilles indiscrètes. Vraisemblablement, un mauvais coup se tramait, Surcouf réalisa qu'il fut amené à être mêlé à cette sale histoire dès l'instant où il avait emboîté le pas à son sergent.

- Y'a un concours d'affectation à la huitième. Des tas d'apôtres de la mouette venus de tout West Blue vont affluer dans le coin pour rejoindre la huitième. Ces cons s'imaginent qu'ils se la couleront douce au Q.G... Bref ! Le sous-amiral Niromoto veut que je fasse partie des examinateurs. Seulement si je fais ça, j'aurais pas le temps de trafiquer le rapport !

- En effet c'est bête.

En réalité, Yvel ne suivait le fil de la conversation que d'une oreille. Les rapports bidouillés, les examens d'entrée au Q.G de West Blue ainsi que toutes les frasques de Frobb lui glissaient dessus comme sur les plumes d'un canard. Moins il en savait, plus il serait tranquille, le moindre prétexte pour fausser compagnie à son sergent d'affectation lui serait salutaire.
Soudain, la marche haletante se stoppa et les immenses paluches du sergent tombèrent sur les épaules de Surcouf qui ne manqua pas de tressaillir.

- C'est d'autant plus bête que si je m'occupe pas de ce foutu rapport, tout l'équipage de patrouille est dans une merde noire ! Toi et moi inclus ! Alors tu vas me remplacer pour les examens.

Remonter le temps. À bien y choisir, Yvel aurait aimé avoir le pouvoir de remonter le temps et rester dans le dortoir plutôt que de sortir pour aller s'entraîner et rencontrer Frobb en chemin. Toutefois, en l'absence de pareilles dispositions, il n'avait plus d'autre choix que d'obéir. L'attribution qui venait de lui être confiée mettait beaucoup de pression sur ses épaules, et contrevenait aux ordres de la hiérarchie. Une fois de plus, Frobb le mettait en porte-à-faux vis à vis des hautes instances de la marine.

Après avoir griffonné quelques mots sur un bout de papier, le sergent plaqua le rendu sur la poitrine d'Yvel qui s'en saisit après avoir repris son souffle.

Citation :
Moi, Sergent Ripert Frobb, déclare solennellement  faire du matelot deuxième classe Vivel Soucoupe mon mandataire pour organiser les épreuves de sélection au concours d'admission des troupes du Q.G.

La note était signée, et l'écriture navrante ne laissait planer aucun doute sur le fait que le sergent l'avait bel et bien écrite.

- C'est à dire sergent que je m'appelle pas Viv....

La paume large et caleuse dudit sergent se planta devant la tête d'Yvel, le stoppant net dans sa vaine tentative de rectifications. C'était une manière comme une autre de clore une discussion.

- Encore une fois petit, ta vie : je m'en fous. Si on te demande des comptes, tu montreras ça aux officiers. Ça a pas la moindre valeur légale, mais ça fera gagner du temps si on vient nous les briser. Allez ! Au turbin !

Déjà, Frobb avait disparu de la vision de son mandataire, resté là, planté comme un piquet au milieu de la cour, son papier entre les mains. Son "turbin" il ne savait même pas en quoi il consistait, ni par où commencer. Mais hélas, l'avenir du commandant Leke et une partie de la huitième division à laquelle il était affectée se jouait sur sa prestation d'examinateur.
Se ressaisissant, même si le cœur n'y était pas, Yvel finit par se ruer au bâtiment administratif afin de glaner le plus d'informations possibles sur les modalités d'épreuve. Il était onze heure du matin, les épreuves écrites du contingent de marines venus passer le concours avaient déjà commencées.

- Ils ont vraiment attendu le dernier moment... Bon... Si c'est de l'écrit, Frobb devait pas y être affecté.

Observant le planning, il serait question d'une épreuve physique à treize heure, ponctuée d'une épreuve de tir à seize heure et un entretien avec examinateur une heure plus tard. Frobb, en tant qu'ancien sergent instructeur de la marine, fort de plus de vingt ans de métier avait été assigné à l'organisation de toutes ces épreuves.

- Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa....

Genoux à terre devant le panneau d'affichage sur lequel étaient affichées de multiples fiches informatives, dont la planning d'épreuves qu'il consultait, Yvel fit s'abattre ses poings contre le mur de manière dramatique. Une colère morne et dépassionnée, voilà de tout ce dont il fut capable pour beugler son insatisfaction.

- Un problème soldat ?

- Non non, juste euh.... une carence en potassium.

Et, résigné toujours, le seconde classe Surcouf se redressa époussetant son pantalon. Aussi pénible allait être sa mission, il lui fallait la mener à bien. Cela valait mieux qu'être en mer à risquer sa vie pensait-il. Il lui restait deux heures avant de devoir commencer les hostilités. Il irait à la cafétéria pour cogiter l'estomac plein. Cela lui donnerait aussi l'occasion de jauger les candidats au concours qui ne tarderaient pas à sortir de leur épreuve écrite pour se repaître avant d'entrer dans le vif du sujet.
Peut-être y croiserait-il Tenko. Ce dernier s'était montré assez discret depuis leur retour de Poiscaille.



Mana
Mana
Matelot 1ere Classe


Feuille de personnage
Dorikis: 815
Popularité: 0
Intégrité: 0

Jeu 10 Nov 2016 - 21:00


----

- Ah l'empotée !


- Moi Monsieur ?


- Bah oui toi ! A qui veux-tu que je parle ?


Mana affichait un air résigné, depuis bien longtemps elle savait qu'elle ne pouvait plus être perçue d'une autre manière. Elle avait espéré que les derniers évènements changent quelque peu son image au sein même de la marine, mais son dossier était toujours aussi mauvais. Il était davantage une œuvre contant les aventures d'un boulet qu'une véritable mine d'information.

Alors elle frottait, encore et encore. Cela faisait depuis un moment déjà qu'elle s'était extirpée de la flotte effrayante de la 102 ème. Tantôt mise là-bas par une maladresse administrative, elle avait dû faire face  à l'urgence du moment plutôt que de se préoccuper de son avenir au sein du gouvernement. Les choses étant désormais passées, malgré un traumatisme assez profond de ce qu'elle avait pu voir ou vivre, elle avait essayé de relever la tête et de profiter pour se donner un nouvel avenir.

Ainsi, la voilà, elle dans toute sa splendeur, à se faire gueuler dessus par son supérieur par intérim. Elle avait mit du temps à trouver une autre voie possible à celle de la 102. Et désormais, elle comptait bien profiter de cette occasion pour changer son quotidien une nouvelle fois. Ce n'était pas qu'elle avait peur des affrontements, elle n'aimait juste pas se retrouver sur des champs de bataille, étant déjà un danger publique en temps normal.

- Fais gaffe à comment tu nettoies ! Tu es entrain de faire partir la peinture imbécile !


Regardant son énième erreur, elle soupira. L'anxiété rongeait chacun de ses gestes ces temps-ci. Elle avait du mal à relativiser, à ce porter vers le haut pour espérer voir de nouveau le soleil. Mais au moins, elle n'était pas piégée dans une sorte d'inactivité morbide où la plupart des marins allaient à se réfugier après leurs premières batailles. La mine préoccupée, et releva la tête vers le ciel tandis qu'elle se retrouvait vers le navire qui allait l'emmener jusqu'au QG de West Blue...


-----

Le QG de West Blue. Un bel endroit pour une personne n'ayant jamais mis les pieds au sein de cette base. Elle s'était toujours terrée au sein d'Hinu Town dans une formation sans fin et avait réussi le miracle de ne jamais mettre les pieds dans le QG principal de la Blue qui l'avait vu naitre. Tantôt émerveillée, il restait en elle cette émotion dévorante de stresse. Faillir ici, c'était oublier tout avenir au sein de la marine, ou pire encore, cela était synonyme d'une énième affectation sur un champ de bataille sanglant.

Elle voulu suivre ses camarades de promo mais comme à son habitude, elle tourna au mauvais endroit et perdit de vue la foule de candidat qui allait passer l'examen. Traversant les couloirs et sinueux de la base, elle suintait à l'idée d'avoir échoué à ne serait-ce que se présenter à l'examen.

Accélérant le pas, cela n'engendra qu'un fouillis de déplacement inutile l’empêchant encore plus de se repérer. Dans toute sa misère, elle tomba sur l'endroit le plus important de la base. La cafétéria était immense, capable de contenir une majeur partie de tout les affectés au sein de la base en même temps. Au moins, à défaut de savoir son chemin, son ventre allait pouvoir rester plein si elle devait passer des mois ici avant qu'une brave âme vienne la sortir de ce batiment labyrinthique.

Lâchant une profonde expiration, elle songea la salle d'un regard inquiet pour voir un individu particulier. Elle ne pouvait l'apercevoir que de dos, celui-ci semblait ruminer seul dans ses pensées. L'ancienne Mana se serait simplement réfugiée dans un coin de la pièce en espérant que le bon dieu veuille lui indiquer le chemin. Mais après tout ce qu'elle avait vécu, elle avait désormais la force de s'adresser à un inconnu d'elle même.

- Ex-ex-excuse moi. Vous pourriez m'indi... m'indiquer le chemin vers l'examen si possible ? Je me suis perdue lorsque j'ai pris au mauvais tournant. Puis ensuite, de mauvais choix en mauvais me voilà. Pourquoi je vous raconte cela... Cela doit certainement ne pas vous intéresser. Excusez moi ! J'arrête de vous embêter !


Forte... Tout était encore très relatif en réalité. Par ailleurs, elle avait débité cela avec tellement de rapidité que l'individu en question n'avait même pas encore pu retourner sa tête qu'elle avait déjà tout déblatéré et s’apprêter à saisir sa première idée qui était de se morfondre dans son coin.
Tenko Sozen
Tenko Sozen
••• Commodore •••

♦ Localisation : Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 3731
Popularité: 309
Intégrité: 248

Dim 13 Nov 2016 - 13:06

Épreuves, Épreuves

Tenko Sozen, Yvel Surcouf, Mana
Cela faisait maintenant un certain temps que la 388ème division avait été incorporée au QG de West Blue. Rapidement, la hiérarchie avait pris la décision d'intégrer ces hommes à la 8ème division, sous le commandement de Grag Leke qui avait perdu bien des hommes aux alentours de Poiscaille. La garnison de Tenko avait elle aussi souffert de larges pertes dans la bataille navale qui avait fait rage là-bas. Une quinzaine de soldats seulement en avaient réchappé, dont le jeune troisième classe. Néanmoins, afin de ne pas salir l'image de la Marine qui avait déjà essuyé un cuisant revers, l'agrégation des deux troupes avaient été présentée sous la forme d'un concours d'entrée au sein de la garnison du QG. Des mouettes venues de tout West Blue tenteraient aussi leur chance.

C'est son camarade de chambrée qui le réveilla ce matin là. Ils se connaissaient depuis leur cérémonie d'entrée dans la Marine. Son nom était Hen Grant. Les deux soldats n'avaient pas tant tissés de lien que ça au cours des mois passés sur Poiscaille. Autrefois d'un tempérament calme et doté d'une propension à la procrastination, il avait changé du tout au tout après la mort de son meilleur ami dans le naufrage du patrouilleur. Depuis ce moment là, il semblait bien plus sérieux, froid et ferme. Ils avaient pu apprendre à se connaître un peu plus et avaient aujourd'hui des relations cordiales.

"Lève-toi Tenko, tu veux pas refaire le coup d'Hinu Town et louper l'examen écrit."

Émergeant difficilement, il sauta hors du lit et se prépara consciencieusement. Autant donner bonne impression. Il se tourna vers son collègue et ensembles ils se dirigèrent vers la salle réservée pour l'épreuve. Il avait eu le temps de parcourir la base de nombreuses grâce au sergent Frobb qui avait disposé de cette main d'oeuvre non affectée à volonté. Il se demanda alors ce qu'Yvel pouvait bien faire en ce moment là. Il  avait rencontré le seconde classe colossal pendant les événements de Poiscaille, et le courant était bien passé entre eux. Ils n'étaient pas vraiment amis, mais on pouvait dire qu'il s'entendait plutôt bien.

"Regarde moi ce monde!

Poussant un sifflement d'exclamation, le jeune soldat fut impressionné par la quantité de candidats présents dans la salle. Il y avait bien de quoi remplir trois garnisons. Heureusement, les prétendants seraient éliminés au fur et à mesure. Faisant un signe à son partenaire qui s'éloigna pour trouver sa place, il s'installa devant sa feuille. Du moins son tas de feuilles. Conneries sur conneries, les bases demandées aux troufions. Il se demanda si on n'allait pas leur demander comment un balai devait être tenu. Il reposa bien vite les copies après s'être fait remarquer par l'examinateur.

L'épreuve commença. Il se lança dans le travail consciencieusement et tenta de donner le meilleur de lui même avant de bâcler la fin au vu de la facilitée. Lui avait eu la chance de recevoir une éducation, aussi sommaire avait-elle pu être, au cours de son enfance. Il jeta un regard dans la salle. Certains ne savaient pas comment tenir le stylo, d'autres déchiffraient visiblement mal les caractères. Ces soldats-là risquaient d'être affectés aux tâches les plus banales toute leur vie.

"Le temps imparti est écoulé. Ceux qui n'ont pas pu finir, vous pouvez rentrer chez vous. Les autres, épreuves de tir à 16h!"

Un flot de soldats déferla hors de la salle. Les uns ricanaient, les autres assez nombreux étaient en pleurs. Tenko observa les recalés attentivement. La plupart étaient jeunes et avaient des étoiles dans les yeux. Ils avaient du évoluer dans un milieu pauvre et le port de l'uniforme avait dû les bercer d'illusions quand à leurs capacités. On ne change vraiment jamais sans le vouloir.

"C'est dommage, peu importe s'ils ne savent pas lire..."

Tout les gens qui l'entouraient écarquillèrent les yeux devant tant de naïveté. Comment avait-il pu passé la première épreuve avec cet état d'esprit? Comment avait-il pu intégrer la Marine en premier lieu? Le troisième classe oublia assez vite ce qu'il avait entendu. Il se dirigea vers le réfectoire et une fois à l'intérieur, il s'arrêta, cherchant quelqu'un du regard. C'est alors qu'une petite main toucha son épaule.

"Excusez-moi... Je suis au bon réfectoire?"

Il reconnut cette petite voix douce, ce ton hésitant et renfermée, et sut avant même de la voir à qui il avait affaire. Mana, la jeune première classe qu'il avait rencontré sur Hinu Town au détour de circonstances hasardeuses. Il sourit en voyant la surprise s'afficher sur la surface du visage de son interlocutrice.

"Mana! Ça faisait un bail! Viens, je vais nous trouver une table!"

Sans trop lui laisser le temps de répondre, il l'entraîna vers un endroit bien préçis. Un homme au gabarit peu ordinaire mangeait seul, visiblement tracassé par quelque chose. Tenko s'assit en face de lui et fit signe à celle qui l'accompagnait d'en faire de même.

"Salut."

"T'en tires une de ces têtes Yvel! Frobb t'as demandé de récurer la base à la petite cuillère ou quoi?"

"Pire, il m'a refilé la surveillance des examens et sa place de jury..."

"C'est pas son genre de se défiler devant une occasion pareille de solliciter ses magnifiques poumons..."

"Il doit écrire un rapport sur..."

Il ne finit pas sa phrase en jetant un regard sur la jeune mouette qui les accompagnaient. Tenko avait bien compris à quoi le géant avait fait référence. Le naufrage du patrouilleur et l'absence de secours immédiat sur ordre de Leke. Il préféra orienter la conversation vers une autre direction en présentant ses deux voisins de table.

Ils discutèrent jusqu'à ce que vint l'heure de se rendre à la seconde épreuve. Le jeune troisième classe ne pouvait pas s'empêcher de penser à la délicatesse de la situation. C'est pour cette raison là que l'état-major avait décidé d'intégrer les quinze hommes à la huitième division. Autrement, des poursuites ou conflits se seraient certainement engagées entre les deux garnisons. Un mal pour un bien en soi.

La masse bien amoindrie des participants faisait face au champ d'entraînement et aux deux jurés dépêchés pour encadrer l'épreuve. A côté de l'examinateur de la première épreuve se tenait un Yvel luttant pour rester serein malgré la pression sur ses épaules.

"Bien, vous semblez tous être présents. Pour des raisons purement administratives, je me dois de laisser au seconde classe Surcouf ici présent le soin de veiller au bon déroulement de l'épreuve. Messieurs."

Il quitta les lieux, laissant au gabier une pression encore plus énorme à porter. Les choses sérieuses allaient commencer.


Dernière édition par Tenko Sozen le Mer 7 Déc 2016 - 23:09, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Yvel Surcouf


Feuille de personnage
Dorikis: 1023
Popularité: 30
Intégrité: 25

Lun 14 Nov 2016 - 12:13

Haletants, croulants sous la fatigue, chancelants par moment, les candidats regrettaient à chaque pas qu'ils posaient au sol, leur inscription au concours. Ils étaient habitués à ce qu'on leur assigne un nombre de tour de pistes à effectuer pour leur entraînement. Seulement cette fois, Yvel s'était contenté d'une simple consigné pour cette épreuve physique qui avait immédiatement suivi leur repas frugal :

- Courrez.

Personne ne savait pour combien de temps ou combien de tours. En soit, les instructions paraissaient simplissimes, et pourtant, en elles recelait un potentiel dévastateur. Courir sans savoir jusqu'où, sans savoir combien de temps était plus éprouvant encore pour le moral que pour les mollets. Une épreuve de course apparente, mais en réalité un tourment psychique visant à éprouver les limites psychologiques de chaque candidat.
Yvel était un tortionnaire qui s'ignorait. C'était davantage par inconséquence que par intransigeance qu'il avait lancé cette épreuve. Ne sachant pas comment s'y prendre, il avait décidé de faire au plus simple au grand désarroi des recalés dont les jambes et le souffle avaient flanchés. Cela faisait plus de deux heures que tous courraient, un bon tiers des aspirants à la huitième division avaient été écrémés.

Assis sur un banc, le deuxième classe Surcouf s'était posé pour lire un roman emprunté à la bibliothèque de la caserne. L'histoire lui avait paru particulièrement fade, mais la prose et le talent de l'écriture l'avaient captivé. Il était d'ailleurs si captivés que les souffles rauques et les pas cadencés des participants à l'épreuve n'étaient plus devenus que des bruits de fond à ses oreilles. Distrait qu'il était par sa lecture, il avait oublié les malheureux en train de s'épuiser sur la piste.

Ce n'est que lorsqu'il eut une crampe à la nuque à force d'être penché au dessus de son bouquin qu'Yvel revint à la réalité en se massant.

- Ah oui. Le concours. Merde.

Sans se brusquer, Surcouf se redressa et fit quelques étirements pour se dérouiller. Enfonçant les mains dans ses poches, il remarqua que le délai de l'épreuve avait été plus que dépassé. Pire encore, il n'avait pas pensé à poster les cibles pour l'épreuve de tir. Il manquait à tous ses devoirs. Devoirs qui n'étaient d'ailleurs pas les siens pour commencer.

- Bon. On va s'arrêter là je pense !

Étrangement, il n'eut pas besoin de se faire prier. À cette annonce, la quasi totalité des coureurs restants manquèrent de s'effondrer, ils n'avaient plus une once de force à offrir pour la plupart. Pour le deuxième classe, il n'était pas question de fournir le moindre effort pour la suite. Plutôt que d'ériger des cibles, ce qui lui aurait pris une vingtaine de minutes de son temps, il se contenta d'ordonner aux potentielles recrues restantes de s'emparer d'un fusil se trouvant dans une caisse apportée pour l'occasion.
D'un pas nonchalant, Yvel s'en alla dans le sable de la piste de saut en longueur et traça un cercle d'un diamètre de deux mètres.

- Vous vous positionnez derrière la ligne blanche de la piste à vingt-mètres et.... Vous tirez en l'air. Si votre balle retombe dans le cercle, vous passez, sinon, vous rentrez chez vous.

Lui même aurait été incapable d'une telle prouesse. D'ailleurs, la plupart des officiers du Q.G ne bénéficiaient pas de l'expertise nécessaire au maniement des armes à feu pour accomplir tel miracle.

- Faites attention au vent. Je suppose.

Retournant s'installer sur son banc, prenant soin de rester à distance pour éviter les nombreuses balles perdues qui ne tarderaient pas à pleuvoir, le deuxième classe Surcouf observait somnolant les premiers essais, se manifestant de temps à autre pour dire "recalé" plus souvent que "tu passes". Le moins il y aurait de candidat, moins il aurait d'entretiens individuels à subir par la suite. La difficulté avait été élaborée à cet effet uniquement. Un instant, il remarqua Tenko faisant la queue avant que son tour de tirer ne vienne. Il discutait avec une balafrée avec laquelle il semblait bien s'entendre.

- MMmmh... C'est vrai que ça manque de femmes dans la huitième.

Avec le pouvoir venait la responsabilité, avec la responsabilité venait la corruption, déjà Yvel nourrissait quelques projets que l'éthique réprouve.
Tenko Sozen
Tenko Sozen
••• Commodore •••

♦ Localisation : Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 3731
Popularité: 309
Intégrité: 248

Mer 7 Déc 2016 - 23:47

Pigeon au menu

Tenko Sozen, Yvel Surcouf, Mana


Tenko regardait les soldats être recalés les uns après les autres. La file d'attente diminuait à une vitesse folle. Leur examinateur consciencieux avait donné une consigne des plus absurdes pour l'épreuve: tirer en l'air en priant pour que la balle retombe dans une zone circulaire vingts mètre plus loin. Autant mouiller du feu. Le jeune troisième classe jeta un regard circonspect à son homologue de la 8ème division. Yvel était tout sauf préoccupé par l'admission du maximum de candidats. A vrai dire il ne dégageait pas vraiment grand chose, comme d'habitude.

"Hey, fais gaffe où tu marches!"

Juste devant lui, Mana se faisait gueuler dessus par une mouette qu'il n'avait jamais aperçu auparavant. S'avançant vers la jeune fille qui se confondait en excuses, il lança un regard noir au soldant tout en lui désignant du menton le fusil qu'on lui tendait. Pendant que le gus tirait sa balle, Tenko fit un sourire à la jeune femme qui lui rendit. Une main se posa sur son épaule et il se saisit du mousquet qui déterminerait son passage à l'épreuve suivante ou non.

"Hey Yvel, jettes au moins un regard avant de me renvoyer!"

"Mouais, tu n'en vaut pas le coup..."

Fidèle à lui même, le gabier montra autant d'intérêt à son collègue que s'il avait été un cactus. Le jeune troisième classe leva le canon de son arme et se concentra. Il n'aurait pas le droit à une seconde chance, alors autant tout donner. Il allait appuyer sur la gâchette quand un éternuement derrière lui le surprit. Il tourna sa tête et une bourrasque lui arracha presque son écharpe. S'il avait tiré, il aurait été affecté à l'image de la balle: loin de la 8ème division. Il lâcha une formule de politesse et se remit en position.

"Bon tu la chies ta pilule?!"

Derrière lui les gens s'impatientaient, mais il resta immobile, attendant une occasion de placer sa balle dans le cercle. Soudain, il actionna le mécanisme et regarda le fruit de son ingéniosité s'écraser dans le cercle. Un bruit sourd annonça la fin de la chute du pigeon qui avait eu le malheur de passer là. Il se tourna, plein d'arrogance, vers ceux qui étaient encore là à attendre.

"C'est un cerveau qu'il vous faut, pas des muscles!"

Il s'avança vers son homologue qui lui fit un signe de tête en guise d'approbation. Sans même attendre ses compagnons, il se dirigea vers les douches presto pour profiter de l'eau chaude avant de passer le dernier examen: le jury. Il se lava rapidement, évacuant la sueur qui s'était accumulé sur tout son corps. Si il devait être malodorant à un moment de sa vie, ce n'était pas celui-là. Quand il sortit enfin de sa chambre, il fonça droit vers le champ d'entraînement. Il ne restait qu'une poignée d'homme, qui prenaient leur mal en patience en visant un ciel désespérément vide. D'autres volatiles étaient venus s'ajouter à celui qu'avait descendu Tenko en premier.

Il s'approcha du gabier et resta à côté de lui en attendant la fin de l'épreuve. Pour tout dire, il n'avait pas un semblant d'idée d'où se diriger après. Il restèrent silencieux, jusqu'à ce qu'enfin Yvel brise la glace.

"Tu fais chier, maintenant ils attendent tous qu'un pigeon passe..."

"Faut dire que tu l'as cherché. On doit aller où après?"

"La cantine fera l'affaire. On pourra avoir la tambouille après au moins."

Acquiesçant silencieusement, Tenko s'en alla non sans ricaner en voyant l'expression sur le visage des cinq hommes qui observaient la chute du dernier volatile à des kilomètres à la ronde. Il lança une pique à leur attention et se dirigea vers le réfectoire. Tout semblait mener à cet endroit particulier dans cette base. Il fallait avouer que les soldats de la 8ème Division n’étaient pas connus pour leur zèle, mais plutôt pour leur paresse. Sauf les hommes de Leke. Le jeune seconde classe pensa alors au régiment qu'il essayait d'intégrer. Cela semblait tellement naturel pour lui. Il ne s'imaginait pas retourner à Poiscaille après avoir vécu tout ça.

Il arriva derrière une queue toujours trop longue et patienta une fois de plus. Il se serait presque cru aux services postaux. Il rongea son frein en détaillant les participants du regard. La plupart étaient lessivés. Yvel n'en ferait qu'une bouchée.

[/b][/b]
https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Yvel Surcouf


Feuille de personnage
Dorikis: 1023
Popularité: 30
Intégrité: 25

Sam 10 Déc 2016 - 10:38

Le reste de la journée s'écoula au milieu des sables du temps jusqu'à glisser en début de soirée. D'autres épreuves furent dispensées, et les résultats seraient affichés le lendemain. Une journée rondement menée pour le deuxième classe qui, faute d'avoir été officieusement recruté par son sergent, avait manqué à ses devoirs de simple soldat.

- SURCOUF ! J'aurais de cesse de te pourchasser jusqu'à ce que ta foutue carcasse ne flotte en haute mer !

Affairé à préparer son paquetage de mission dans les dortoirs déserts à l'heure du dîner, c'est une irruption prévisible mais fâcheuse qui explosa au visage d'Yvel. Frobb en avait manifestement terminé avec le rapport, il fallait qu'il s'occupe à ce qu'il savait faire de mieux : pourrir la vie de son entourage.

- Sergent ?

- Vingt sélectionnés ?!

- Vingt deux sergent.

Le sous-officier fondit sur sa proie, s'emparant de son col et le décollant du lit tout juste fait au carré. Surcouf devrait attendre la soufflante avant de cirer à nouveau ses bottes.

- Le vice-amiral en attendait au moins cinquante ! Et sur qui ça va tomber hein ?! Sur ma poire Surcouf ! Sur ma putain de petite gueule d'Apollon ! Pourquoi fiston ?! Pourquoi l'bon Dieu t'a t-il donc donné si peu de neurones pour me servir ?!

Enragé, il balança le deuxième classe sur le lit. Ce dernier n'avait pas vraiment cherché à résister, seule l'haleine du sergent avait été inconvenante, le reste demeurait habituel, routinier, voire même coutumier. Avec Frobb dans les pattes, à chaque jour suffisait sa peine.

- Mais tu sais quoi Surcouf ? C'est tant mieux ! Les emmerdes que je vais me bouffer demain, je vais te les chier à la gueule après digestion chaque putain de journée où t'auras la joie de m'avoir comme meilleure compagnie !

- Rien de nouveau sous le soleil.

Pisser face au vent était un passe-temps dont on se lassait rapidement. Le sergent fit mine de ne rien avoir entendu, Surcouf était irrécupérable et incapable de faire preuve de peur ou d'un quelconque sentiment quand on lui mettait la main dessus. Il eut été plus jouissif de faire la morale à un caillou que de se confronter à ce mur de vide que constituait le deuxième classe.
Toutefois, bien que lassé pour un temps, Frobb reviendrait à la charge bien assez tôt, c'était dans sa nature. Après tout, Yvel n'était qu'un chiffon rouge constamment dressé devant ses yeux apathiques de bovin furibond.
La furie était apaisée pour un temps.

- L'état major a même pas regardé le rapport, ils savent qu'on les a mis en échec et mat.

Peu loquace, Yvel ne sut quoi renchérir à ce qui s'annonçait comme une bonne nouvelle. Pour la huitième division tout du moins. Grâce aux manigances et l'habileté du sergent chef, jamais justice ne pourrait être faite sur les agissements honteux de Leke. Honteux d'après le code de procédure marin, car en définitive, le commandant, bien qu'impitoyable, avait fait son devoir.
La justice était une notion difficile à appréhender que Surcouf ne cherchait même pas à comprendre. Que ce soit Leke ou un autre qui donne les ordres, il obéissait, c'était encore le meilleur moyen d'éviter les ennuis.

- Résultat des courses, tout ce petit monde nous envoie chier à l'archipel vert dès l'aube. Y tiennent pas trop à nous avoir dans les pattes, ça tombe bien, l'sentiment et réciproque.
Tout ça pour dire...


La consécration enfin ? Frobb allait-il malgré tout remercier Surcouf pour l'avoir couvert pendant son absence ? Allait-il le reconnaître comme un rouage essentiel de la huitième division ? Avoir ne serait-ce qu'une once de considération à son encontre ? Yvel ne courrait après aucun susucre, mais la moindre forme de compassion du sergent aurait au moins le don de le toucher.

- ... Que tu dormiras pas cette nuit vu que tu vas nettoyer le réfectoire. Et que ça brille ! Demain, cinq heure, t'as intérêt à être le premier sur les quais.

Yvel ne baissa même pas les bras, il resta juste de marbre, comme à l'accoutumée. Tremblement de terre, apocalypse, corvée de chiotte, rien n'aurait su l'ébranler. Il prenait ce qui venait non pas avec philosophie mais avec passivité. Les choses arrivaient parce qu'elles arrivaient, et il n'y avait rien qu'il puisse faire pour l'en empêcher. Esclave dormant de sa destinée.
Spoiler:
 
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1