AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Du sang et des cendres

Tenko Sozen
Tenko Sozen
••• Commodore •••

♦ Localisation : Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 3881
Popularité: 310
Intégrité: 247

Ven 24 Fév 2017 - 19:11

Exécution à l'aube

Tenko Sozen

Des rayons de lumières traversaient péniblement ça et là le bois de la coque de noix dans laquelle le jeune soldat s'était réfugié pour guetter l'individu qui déambulait seul sur la plage. Tenko attendait là depuis des heures et commençait à perdre patience. Mais il tenait bon, conscient que la tournure de la journée ne tarderait pas à changer de cap. Il jeta un regard au bout de papier qu'avait discrètement glissé le lieutenant Décro Foin dans la poche du troisième classe. L'homme qu'il surveillait s'appelait Colombe et était connu pour ses rapports intimes avec la pègre de tout West Blue. Il était arrivé là deux jours plus tôt et il n'en avait pas fallu plus à l'officier fan d'équitation pour demander au jeune soldat de le filer. Mais le bougre ne se laissait pas faire. Malgré sa tenue de civil, la mouette avait eu l'impression d'attirer l'attention de l'homme au long manteau quelques fois. Ce dernier avait alors redoublé de prudence, ne laissant pas d'autre choix au col blanc que d'en faire de même.

Suivre une cible consciente de la filature relevait presque de l'impossible mais Tenko apprenait vite. Le soleil se levait lentement et la lumière permit au Marine à la courte de barbe de détailler le soupçonné malfrat une fois de plus. Il était plus grand que la moyenne et était vêtu de vêtements facilement distinguables sur une île comme Poiscaille. Un long manteau brun descendait jusqu'à ses genoux tandis qu'un bandana cachait un crâne visiblement chauve. Sa chemise laissait deviner un poids qui commençait à peser sur la forme physique du bonhomme. Il portait également une moustache drue, somme toute assez classique. C'était presque un homme ordinaire pour la plupart des grandes villes de West Blue, mais en comparaison aux pêcheurs de cette île-ci, le gus faisait tâche. Sa réputation, jamais appuyée par aucune preuve concrète, le précédait partout où il allait et il était habitué à être suivi par la Marine qui ne mettait même plus les formes pour camoufler ses filatures.

Mais cette fois-ci, la situation était différente. L'homme était connu pour faire disparaître les "problèmes" de ses employeurs et n'hésitait jamais à laisser des "disparus" derrière lui. Les cadavres n'étaient jamais retrouvés et rien ne permettait jamais de remonter jusqu'à lui. Et si le gouvernement n'avait jamais dépêché d'agent pour le faire supprimer, cela ne pouvait que signifier qu'il avait de la valeur en tant que potentiel allié. C'était pour cette raison que Décro Foin avait dépêché jeune troisième classe à sa suite, dans leur objectif de mettre à jour la corruption orchestrée entre le commandant de la garnison Big Zoubi et les grandes familles de l'île. Et pourtant, rien ne s'était passé depuis l'arrivé de "l'homme à tout faire." Aucun contact avec qui que ce soit, que des promenades sans intérêt. Colombe faisait les cent pas dans un espace de quelques mètres carrés, visiblement nerveux. Un bruit de branches se fit entendre dans la forêt qui bordait la plage et il se retourna vivement.

Tenko se saisit de son fusil et observa la zone attentivement, essayant en vain de distinguer quoi que ce soit dans la lisière. Colombe sembla se détendre quelque peu et s'assit dans le sable, piétinant mollement le sable devant lui. Un silence absolu régnait sur les lieux, presque comme si le temps retenait son souffle devant la tension ambiante. Puis soudain toute l'angoisse éclata alors qu'une flèche vint se planter, mortelle, dans l'épaule gauche du présumé tueur à gage. Un flot de sang fantastique s'échappa de l'aorte de Colombe, tandis que le jeune soldat restait immobile pour ne pas trahir sa couverture. Un cri s'échappa de la bouche de l'homme à l'agonie et des bruits de pas se firent entendre sans que personne n'émerge de l'orée du bois. L'homme au manteau tendit sa main, implorant pour sa vie, avant de s'effondrer. Une telle blessure vidait un homme de son sang plus vite que n'importe quel coup de sabre.

Tenko ne bougea pas d'un pouce pendant une heure supplémentaire, durée qu'il estimât suffisante pour se montrer sans risquer d'être suspecté. Il se rua auprès du corps qui avait commencé de se rigidifier et commença à le fouiller méthodiquement. Il retira plusieurs papiers qu'il rangea sans s'y attarder spécifiquement et couru chercher du monde dans les habitations les plus proches. Il avait pu enfiler à la hâte son uniforme, ne se voyant pas arriver près de la populace armé et vêtu en civil. Il demanda à deux pêcheurs de surveiller le corps et se continua sa course vers la base, tout en réfléchissant aux diverses options qui s'offraient. Colombe avait pu se faire des dizaines d'ennemis sur toutes les mers, ce qui pourrait expliquer cette exécution de sang froid. La vengeance n'était probablement pas personnelle, ou pas exécutée par la personne souhaitant sa mort, puisque l'auteur du crime ne s'était pas montré. Il réfléchissait à d'autres éventualités quand il fut saisi par ce qui se tenait devant lui.


Dernière édition par Tenko Sozen le Lun 27 Fév 2017 - 22:02, édité 2 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Tenko Sozen
Tenko Sozen
••• Commodore •••

♦ Localisation : Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 3881
Popularité: 310
Intégrité: 247

Ven 24 Fév 2017 - 20:00

Sergent à suspecter?

Tenko Sozen

"Troisième classe Sozen! Qu'est-ce qui vous presse à ce point?"

Tenko détailla une fois de plus la scène qui s'étalait devant ses yeux. Le commandant Zoubi, personnage au centre de l'affaire de corruption serrait la main à ce qui semblait être un sergent inconnu du jeune homme. Le détail qui marqua la jeune mouette fut l'arc qui pendait dans le dos du sous-officier. Était-ce une simple coïncidence? Foutrement non! Le sous-officier gratifia le jeune soldat d'un large sourire et posa un regard insistant sur lui, comme pour ironiser la situation.

"Commandant Zoubi, Sergent! Je revenais d'une patrouille en solitaire quand j'ai trouvé ce qui semblait être un corps sur la plage. Cela ressemblait à un meurtre mais je n'ai pas pu identifier l'arme au premier regard. Mais j'ai reconnu la victime, c'est Colombe qui est arrivé il y a quelques jours ici!"

L'officier sembla surprit par la tournure des événements, mais presque satisfait. Le sergent qui l'accompagnait s'introduisit alors dans la conversation, soucieux de prendre en charge cette affaire. Bien évidement.

"Si vous le permettez Commandant, j'aimerais prendre cette affaire en charge. J'ai déjà eu affaire à l'individu par le passé et je pense que mon expertise et mon dynamisme pourrait nous donner une longueur d'avance."

Zoubi ne rechigna pas à se décharger de ses responsabilité et enjoignit le sergent à prendre une escouade avec lui et à enquêter sur le mystère de la mort de "l'homme à tout faire." Tenko se retint de trépigner d'excitation, conscient qu'il ferait partie de ces hommes et pourrait donc surveiller son suspect principal de plus près. Mais la tête de blonde refusa et désigna le jeune troisième classe comme le seul homme dont il avait besoin pour mener à bien sa mission. Ne se laissant pas décontenancer, le jeune homme suivit les directives. Ils partirent en direction de la plage avec la bénédiction du Commandant. Sur le chemin, les questions du sergent ne s'interrompirent pas, comme si il voulait jouer la carte de l'innocence jusqu'au bout. Finalement, la mouette se risqua à demander à son supérieur ce qu'il faisait ici.

"Je suis arrivé cette nuit avec quelques recrues. L'affectation peut sembler bizarre mais la brochure disait que c'était un coin reposant! Par contre il y avait rien de mentionné pour l'odeur de poisson qui colle à la peau!"

Il se fendit d'un grand sourire et Tenko rit avec lui, voulant se montrer le plus complice possible. Il avait bien gardé de mentionner sa présence au moment des faits pour éviter le sermon. Le code de conduite exigeait de lui qu'il agisse mais ses objectifs l'en avaient empêchés. Le jeune col blanc demanda au sous-officier son nom, ce dernier étant tellement obnubilé par l'affaire qu'il avait oublié de se présenter. Il s'appelait Giri Saaros et avait dix bonnes années de plus que son interlocuteur. Il arborait une grande tignasse blonde qui rajoutée à l'absence de pilosité de son village lui donnait un air beaucoup plus jeune que son subordonné.

"Sergent Saaros, si je puis me permettre, vous avez mentionné la victime comme une de vos anciennes affaires. Qu'est-ce que ça concernait?"

Il arrêta de rire et sembla tout de suite plus sérieux alors qu'ils pénétraient dans le village. Les gens étaient amassés par groupes, et même les contremaîtres semblaient se joindre aux cancans. Cela montrait l'exotisme de cette mort.

"La disparition d'un officier. Un homme honorable, vraiment pétri d'un sens de la justice irréprochable. Colombe se trouvait sur l'île au moment de la disparition et de ce que j'ai pu comprendre, il avait tendu un traquenard particulièrement violent au Lieutenant. Bien sûr personne n'a parlé et fautes de preuve j'ai du arrêter de chercher. Pas de corps, pas de meurtre. C'était comme ça que ce type fonctionnait. Ça rend sa mort ironique j'imagine?"

Oh je suis sûr que tu as creusé profond si ça concernait un personnage honorable. Tenko ne pouvait que constater les coïncidences qui s’accumulaient dans cette affaire. Colombe devait être un témoin gênant ou une tierce partie trop impliquée et on avait demandé au tandem qui le couvrait de mettre fin à l'existence du gêneur. C'était la théorie la plus probable qui venait à l'esprit du soldat. Il allait devoir ruser pour mettre à jour la vérité, mais ça ne serait qu'un entraînement supplémentaire pour faire tomber le château de cartes. Ils finirent par arriver sur la plage, et Saaros se pencha sur le cadavre pour l'analyser.

Deux bonnes heures s'étaient maintenant écoulées et le tueur avait tout le loisir de contempler son oeuvre. Une certaine pâleur avait commencé à s'installer sur le visage du mort dont la dépouille se dégradait rapidement à cause de l'humidité ambiante. Le sergent finit par se relever perplexe, jetant un regard sur les flèches qui étaient là dans son carquois. Il regarda en direction de la forêt avant de se tourner vers quelques gaillard qui essayaient de poser leur mirettes sur le cadavre.

"Vous quatre, venez par là! Vous allez m'emporter cet homme jusqu'à la base, et en un seul morceau! Pas une magouille ou je vous fais plonger comme complices!"

Les pêcheurs s'en furent sans broncher, effrayés par ce sous-officier qui ne manquait pas de mordant. Tenko réprima un ricanement alors que Saaros se tournait vers lui.

"Sozen, on va aller inspecter la forêt. Je mettrais ma main à couper que le tireur était là."

"Oui, Sergent!"

Tu parles que tu sais où il était, mais ce que tu sais pas c'est que moi aussi j'étais là! C'était soit un sergent compétent, ce qui était rare sous ces latitudes, soit l'auteur du crime. Tenko avait une préférence pour la deuxième option. Ils foulèrent les buissons de leurs pieds et pénétrèrent dans le sous-bois. Les arbres étaient fins mais assez rapprochés, empêchant un archer d'effectuer un tir long. Saaros sembla marcher d'un pas assuré vers une direction puis dévia brusquement sur la droite. Il décrocha alors son arc de son dos et le banda en direction du soldat. Savait-il? Dans le doute, Tenko sauta sur ce qui semblait être un adversaire sans lui laisser le temps de l'abattre.

https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Tenko Sozen
Tenko Sozen
••• Commodore •••

♦ Localisation : Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 3881
Popularité: 310
Intégrité: 247

Ven 24 Fév 2017 - 21:16

Interrogatoire

Tenko Sozen

Giri Saaros se réveilla avec un affreux mal de tête et voulut toucher son front quand il se rendit compte qu'il était attaché à un arbre un poil plus gros que les autres. Le troisième classe se tenait face à lui, assit avec son fusil à la main, le dévisageant. Il essaya de se rappeler ce qui avait pu se passer mais rien ne lui revint.

"On se réveille, sergent Saaros?"

Tenko avait bien insisté sur le grade de son otage pour lui faire comprendre la situation. Le sous-officier semblait interloqué, mais son interrogateur mit ça sur le compte de la comédie supposée. Après lui avoir sauté dessus, il avait utilisé la crosse de son fusil pour neutraliser le blondinet, mais le coup violent l'avait assomé pendant près de vingt minutes. Il se fit la réflexion de frapper moins fort la prochaine fois, histoire de gagner du temps. Il avait pris la précaution d'écarter toute arme du sous-officier afin de ne lui laisser aucun pouvoir offensif, même si ce dernier ne semblait pas aussi adroit que le troisième classe. Une ironie de plus. Ne le laissant pas trop reprendre son souffle, le jeune soldat commença son interrogatoire, ne laissant aucun doute sur la conviction qu'il avait de se trouver face au tueur.

"Comme c'est drôle sergent Saaros. Je suis cet homme dans toute la ville depuis deux jours, rien ne lui arrive, il semble juste profiter de Poiscaille et soudain il décide de se ruer sur la plage où il est abattu quelques heures plus tard d'une flèche? Et laissez moi vous dire que cette ile n'est pas réputée pour ses archers, parce que vous êtes le seul!"

"Mais qu'est-ce que vous chantez? Je suis arrivé dans la nuit avec d'autres hommes, j'ai à peine dormi cette nuit et au lever je vous trouve avec cette affaire! Vous avez intérêt à me détacher ou ça va barder pour vous Sozen!"

Il démord pas le salaud! Pourquoi il s'obstine avec ses salades? Tenko pointa son fusil a quelques centimètres du visage du sergent qui déglutit discrètement. N'importe quel homme sait qu'il doit se taire quand un mousquet est prêt à lui trouer la tête sans aucun jugement. Le troisième classe laissa durer la menace avant de poser à nouveau une question.

"Qui vous a envoyé ici? Et pourquoi cette personne voulait-elle la mort de Colombe? Vous avez juste à répondre honnêtement à ces questions et tout ira bien pour nous deux."

"Très bien, très bien. C'est Décro Foin qui m'a fait muter ici. On se connaît depuis les classes et il m'a dit qu'il avait besoin de mon aide pour mettre à jour un merdier sans nom. Colombe, j'avais aucune idée qu'il était là, mais ce que je sais c'est que les pontes du Cipher Pol le couvraient. Jusqu'à ce matin on dirait.."

Le soldat barbu resta dubitatif. Il n'y avait que deux raisons qui pouvaient expliquer la connaissance qu'avait Saaros du projet commun que nourrissait Tenko et le Lieutenant: soit il disait la vérité et le jeune homme s'en était pris à lui par erreur; soit il n'était au courant que parce qu'il allait tout faire pour les empêcher de mettre leur plan à exécution. Mais comment pouvait-il savoir, alors que la seule personne de confiance jusque là avait été le Lieutenant. Mais il savait qu'il avait une décision à prendre, rapidement.

"Cet arc, pourquoi vous l'avez braqué sur moi?"

"Vous vous êtes pas demandé si je voulais juste tenter un tir pour vérifier la position du tireur par hasard?! Mais vous m'avez sauté dessus avant que je puisse dire quoi que ce soit!"

Tenko baissa son arme et détacha son supérieur. Il y avait une possibilité que le tueur ne soit pas cet homme et il devait la garder en tête, quoi qu'il arrive. Il s'excuse brièvement avant d'exposer les raisons qui l'avaient poussé à agir de la sorte.

"Le merdier pour lequel vous avez été appelé, je nage aussi en plein dedans.. Je me devais d'être prudent et quand vous avez bandé l'arc je devais agir, même si vous êtes innocent. Je n'ai pas encore totalement confiance en vous mais si un tueur potentiel de balade sur Poiscaille on doit l'arrêter. Mais je n'écarte pas l'hypothèse selon laquelle vous êtes cette personne."

Le sergent se releva, un regard noir adressé à son subalterne mais il semblait comprendre le raisonnement de ce dernier. Décro Foin avait toujours eu le chic d'être horripilé par la malhonnêteté et aurait tout fait pour faire tomber un réseau de corruption.



Dernière édition par Tenko Sozen le Mar 28 Fév 2017 - 7:43, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Tenko Sozen
Tenko Sozen
••• Commodore •••

♦ Localisation : Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 3881
Popularité: 310
Intégrité: 247

Sam 25 Fév 2017 - 11:43

Dans le brouillard

Tenko Sozen

Les deux mouettes se mirent à nouveau à fouiller l'endroit, l'envie d'un test balistique ayant passé au sergent maintenant affligé d'un bon mal de tête. Sa blessure saignait abondamment mais ne semblait pas trop profonde. Ce serait dur de faire passer ça pour un simple choc avec une branche. D'ailleurs, le sous-officier avait-il vraiment envie de sauver la peau du subordonné qui pourrait tout aussi bien être radié de l'institution pour un tel acte? Tenko n'était pas vraiment préoccupé par la question à ce moment précis. Ils se devaient de trouver une quelconque piste à remonter, sinon quoi Saaros demeurerait le seul suspect de cette affaire. De son côté, l'homme à la blonde tignasse se caressait le front comme s'il pouvait empêcher la bosse de faire surface. Le coup était venu de nulle part et l'avait immédiatement mis au tapis. Il n'y avait aucun doute, le troisième classe était plus fort qu'il n'y laissait paraître.

"Il n'y a rien, c'est pas la peine de perdre plus de temps. C'est à un professionnel que nous avons affaire."

Le jeune soldat opina du chef, repassant les événements dans sa tête. Tout semblait effectivement indiquer que l'assassinat avait été exécuté par un expert en la matière. Il se tourna vers son supérieur et l'interrogea à propos de l'archerie.

"Cela prends des mois de toucher une cible en mouvement, surtout une de la largeur d'un homme. Mais le tir que le tueur a effectué, c'est digne d'un maître en archerie."

"Les prodiges de l'arc doivent pas courir les rues! Vous connaissez le milieu non?"

Saaros sembla réfléchir un instant, puis d'un seul coup réalisa l'absence d'un détail crucial: la flèche avait été retirée du cadavre!

"Vous avez vu la flèche pas vrai? Je veux dire quand vous vous êtes approché du corps."

Tenko prit la peine de visualiser la scène une fois de plus, mais à son grand étonnement il n'avait gardé aucun souvenir du projectile. Comment avait-il pu disparaître pendant le laps de temps qu'il avait passé à fixer le cadavre, pendant une heure après le meurtre.

"J'ai déjà connu des dispositifs explosifs. Un liquide plutôt instable est placé à l'intérieur de la flèche, au creux du tube. Pendant le vol, le liquide est stabilisé par la poussée mais une fois qu'il percute l'objet, boum il s'effondre et provoque une explosion. Il ne reste généralement que la pointe, qui a été propulsée vers l'avant par l'explosion. Ce type s'est fait déchirer la cage thoracique..."

Il s'empressa de rajouter devant le regard inquisiteur de la jeune mouette:

"Seuls les tueurs fortunés ou ceux du Cipher Pol peuvent utiliser un tel arsenal. C'est au-delà de la portée des archers classiques!"

On patauge dans quelque chose de gros là, j'aime pas l'envergure que cette affaire pourrait avoir. Tenko acquiesça et enjoignit son partenaire à rejoindre la base pour examiner le corps et demander un blocus du port de pêche pour éviter la fuite du tueur. Le troisième classe commençait à faire confiance au sergent visiblement dépassé par la situation. Il fallait avouer que Saaros semblait sincère, et la mention de Décro Foin lui avait mis la puce à l'oreille. Mais pourquoi le Lieutenant avait-il donc demandé du renfort sans avertir son principal allié? Son affection pour la discrétion avait failli coûter cher à l'opération toute entière. Il passa sa main dans sa poche et agrippa les papiers que Colombe portait sur lui au moment de sa mort. Il les sortit un à un et les feuilleta, tandis que son supérieur laissait glisser ses yeux par dessus son épaule. La plupart étaient des contrats pour des interventions mineures, de l'intimidation de façon générale. La plupart étaient anonymes et proposaient de lourdes rétributions. Mais peu d'informations étaient exploitables de ces feuilles-là, c'était d'ailleurs le but de ceux qui les rédigeaient.

Il finit par mettre la main sur ce qui ressemblait étrangement à une lettre. Tenko s'arrêta pour la lire attentivement, alors que les premiers mots saisissaient son attention:

"Colombe,

Fut un temps où vos service étaient alloués non au plus offrant mais au sens de la Justice. C'est à cet homme que cette lettre est adressée, car ses compétences pourraient permettre de mettre à jour une affaire qui nuit à la paix sur Poiscaille. Des rumeurs m'ont poussé à croire que vous aviez rangé vos mauvaises habitudes et que vous étiez revenu dans le droit chemin. Si c'est le cas, manifestez vous sur l'île citée plus haut. J'enverrais quelqu'un à votre suite, mais il vous faudra trouver un endroit discret pour qu'il puisse vous contacter.

Cordialement."


La lettre était signé d'un grand E majuscule. L'écriture semblait familière au jeune soldat, mais ce fut Saaros qui le premier fit le lien. Il attrapa la lettre et se saisissant d'un briquet la réduisit en cendres. Les yeux grands ouverts, Tenko réalisa alors pourquoi la police lui semblait si familière. Il sortit de son autre poche le mot que lui avait laissé, constatant que l'officier avait légèrement modifié son écriture dans sa lettre à Colombe.

"Pourquoi est-ce qu'il a fait appel à lui? Ça n'a aucun sens!"

Ne pas prononcer le nom du Lieutenant restait vital alors qu'ils traversaient le village le plus peuplé d'oreilles traînantes.

"Il a besoin d'allié pour son plan, c'est évident. Mais il se montre bien cachottier!"

Une confusion de plus en plus profonde s'installait dans le cœur des deux hommes qui ne parvenaient pas à comprendre le plan de leur allié Décro Foin. Combien de ramifications encore avait-il mis en place? En qui pouvaient-ils avoir confiance, si ce n'était qu'en eux-mêmes. Ils continuèrent leurs chemin vers la base sans parler, au pas de course, quand ils tombèrent sur les quatre hommes qu'ils avaient tantôt chargés de transporter le corps de Colombe jusqu'à la base. L'un d'entre eux était allongé face contre terre, une flèche planté à la base du dos. Deux autres gisaient près de la forêt là où le sentier la bordait. Le dernier d'entre eux était appuyé contre un arbre, tout à fait de l'autre côté, une flèche dans la cuisse. Il ouvrit grand les yeux en voyant enfin les deux soldats arriver près de lui.

https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Tenko Sozen
Tenko Sozen
••• Commodore •••

♦ Localisation : Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 3881
Popularité: 310
Intégrité: 247

Sam 25 Fév 2017 - 16:07

La Reine des Cendres

Tenko Sozen

Tenko se rua auprès du pêcheur et essaya d'examiner son état de santé. Il semblait stable, mais la flèche plantée dans sa jambe avait probablement fait mouche dans un sale endroit. Il essaya de calmer l'homme qui s’agitait dans tout les sens et lui posa quelques questions. A quoi ressemblait l'archer? D'où était-il arrivé et par où était-il reparti? Depuis combien de temps l'attaque avait-elle eu lieu? Le jeune soldat s'efforça de poser ses questions calmement, tandis que le sergent prenait son arme à la main et encochait une flèche, prêt à toute éventualité. La pression était tombée sur leur tête comme une averse sous un ciel bleu. Le gros marin prit une grande inspiration pour se calmer et demanda des soins que le soldat lui promit si il restait calme et répondait de son mieux. Il fallait savoir se montrer humain dans le métier.

"Je crois que c'était une femme... Une flèche est sortie de nulle part et Porm est tombé... J'ai, j'ai, j'ai..."

Sa voix se brisa alors que des larmes coulèrent de ses yeux. L'homme avait subi un traumatisme dont il mettrait des années à se relever. Bien qu'agacé par le manque de contrôle de l'homme dans une telle situation, la jeune mouette prit son mal en patience et se tourna vers Saaros qui scrutait sans faillir l'intérieur de la lisière. La luminosité était forte mais les branchages ne permettaient pas de déceler quoi que ce soit à plus de vingt mètre au delà des premiers arbres. Il décrivait un demi-cercle autour du blessé et du troisième classe, voulant bloquer toute attaque dans leur direction au cas où l'attaquant observait toujours la scène.

"Elle portait un masque et elle est sortie du bois avec deux flèches à la main. C'est là qu'elle a eu Bart et Krups..."

Il renifla fortement avant de raffermir son expression alors que Tenko l'encourageait à continuer de parler.

"Est-qu'elle a dit quoi que ce soit avant de prendre le corps?"

"Elle s'est juste approchée de moi et a tiré ça avec une sorte d'arbalète de poing dans ma jambe... Et puis là elle a dit..."

Un cri déchira le silence environnant. Le sergent Saaros s'effondra sur ses genoux, une flèche plantée en travers de la jambe droite. Avant que le troisième classe sous le choc ne puisse agir, un deuxième projectile transperça le bois de l'arbre fin et le pêcheur émit un son étouffé qui ressemblait presque à un cri de chien suppliant. Une silhouette émergea des arbres, mortellement silencieuse. Impossible de distinguer la réelle apparence de l'individu qui dissimulait son visage derrière une sorte de masque à gaz. Le reste de son accoutrement était basique mais ça et là apparaissaient bandages et protections qui servaient surtout un but ornemental. Tenko se releva et brandit son fusil droit vers l'assassin, bloquant sa route vers le sergent à terre.

"Laissez leur savoir que la Reine des Cendres est passée par là."

"Quoi?"

"C'est ça que je lui ai dit avant d'emporter Colombe."

Elle venait d'avouer de but en blanc le meurtre du tueur à gages. La jeune mouette ressera la prise sur son son arme et lui demanda de poser ses armes à terre. Le ton dans sa voix ne laissait place à aucune hésitation, même si une voix au fond de lui semblait lui suggérer de prendre ses jambes à son cou. Ses jambes tremblaient très légèrement, mais elle sembla capter ce mouvement presque insoupçonnable. Saaros avait bandé son arc en direction de la femme, visiblement déterminée à ne pas la laisser s'en tirer.

"Vous avez compliqué ma mission, sergent Saaros. Vous étiez ma porte d'entrée mais vous deviez simplement garder ce rôle et ne pas fouiner plus."

"Votre porte d'entrée? Vous étiez parmi ces bleus?"

"Effectivement, mais vous n'aviez aucun moyen de savoir."

Elle se tourna alors vers Tenko, qui caressait l'idée de l'abattre sur place plutôt que de la laisser agir. Mais la peur le tétanisait. Il n'avait jamais combattu que des criminels de bas étage, et toujours avec un soutien cohérent. Cette fois-là, il devait faire face à une experte dans l'art de tuer. Et il devait se battre seul pour défendre un blessé.



Dernière édition par Tenko Sozen le Lun 27 Fév 2017 - 18:07, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Tenko Sozen
Tenko Sozen
••• Commodore •••

♦ Localisation : Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 3881
Popularité: 310
Intégrité: 247

Lun 27 Fév 2017 - 15:06

Fin de la partie

Tenko Sozen

Une flèche se planta au travers de l'arbre derrière lequel s'était réfugié Tenko, qui essayait d'échapper aux projectiles mortels de son adversaire. Après sa soudaine apparition qui avait laissé le sergent Saaros au sol, une flèche en travers de la jambe, la tueuse à gage avait menacé le jeune troisième classe qui la tenait en joue de son fusil. Le coup de feu était parti mais la précision légendaire du timonier lui avait encore joué un tour. Il s'était décalé pour éviter un quelconque coup d'arbalète mais son adversaire était pleine d'adresse et lui avait ouvert le flanc avec son carreau. Il l'avait alors chargée, dégainant son sabre dans la foulée, et une fois au contact avait profité d'une ouverture pour s'engouffre dans la forêt. Les opportunités de tirs étaient beaucoup moins nombreux dans un espace comme celui-là, et il comptait bien en jouer. Il allait retarder la confrontation de manière à augmenter les chances qu'une patrouille tombe sur le sergent laissé au beau milieu du chemin. Saaros s'était révélé être un innocent aussi la jeune mouette ne pouvait se permettre de le laisser à la merci de l'assassin.

"Tes flèches ne te sont d'aucune utilité dans une forêt! La garnison ne va pas tarder à arriver, tu devrais te rendre maintenant, sans faire d'histoires!"

Ses invectives ne trouvaient pas de réponse. Il passa sa main sur l'estafilade qui parcourait le côté de son ventre, grimaçant sous la douleur. La blessure était peu profonde mais le brûlait intensément. Il jeta un coup d'œil rapide, ne voulant pas s'éterniser et devenir une cible facile à atteindre. Le contour de la coupure avait noirci et la coloration prenait également dans les veinules qui parcouraient la zone dans laquelle l'ouverture s'était faite. Elle m'a empoisonné? Mais il ne lui semblait pas avoir ressenti un quelconque changement d'état. Ses jambes étaient lourdes, mais c'était probablement dû à la course qu'il avait mené entre les arbres. Il s'orienta rapidement et s'élança en direction de l'Est. S'il avait correctement calculé sa trajectoire, il ressortirait exactement là où il avait laissé le chemin. Il s'élança, toujours à l'écoute du moindre bruit pouvant lui signaler la présence de la Reine des Cendres et franchit l'orée de la forêt, trouvant Saaros inconscient.

A peine s'approcha-t-il de son supérieur qu'une flèche lui transperça le bras. Il lâcha son sabre alors qu'une vive douleur parcourait tout son membre. Il se tourna dans la bonne direction et un second projectile lui transperça le pied cette fois-ci, le forçant à poser un pied à terre. La femme masquée s'approcha lentement et écarta les armes du jeune soldat hors de sa portée. Puis elle saisît un couteau rangé à sa ceinture et se rapprocha du sergent toujours inconscient. La peur agitait Tenko de spasmes. Il n'avait jamais été à la merci d'un ennemi de cette manière là. Tout au plus avait ressenti une forte pression quand il avait combattu en duo une troupe de pirates lors de sa première mission. Il voulut parler, mais les mots restèrent bloqués dans sa gorge. La lame pénétra la chair autour de la blessure infligée par l'arc de la tueuse à gage, qui parvint à extraire sa flèche méthodiquement. Giri se réveilla alors que le couteau lacérait sa jambe déjà meurtrie par le projectile qui l'avait transpercée.

"Pourquoi s'attaquer à nous?"

La question pouvait sembler naïve alors que les deux hommes avaient tout fait pour mettre la main sur celle qui les avaient finalement vaincus. Mais elle prenait sens dans la mesure où elle aurait pu quitter l'île depuis un bon moment sans qu'ils n’apprennent jamais son existence.

"Vous aviez des documents qui m'intéressent. Et au delà de ça, votre manque de perspicacité ne m'a pas laissée de marbre, il fallait que je vous aide à mettre un nom sur l'assassin de Colombe."

Elle s'avança calmement vers Tenko qui ne bougea pas d'une once quand elle se pencha vers lui pour récupérer les papiers dissimulés dans sa poche. Il essaya d’apercevoir un visage au travers du verre des œillères du masque mais rien n'y faisait. Elle glissa les papiers dans son sac et resta accroupie auprès de la jeune mouette. Elle posa sa main sur sa bouche et retira les deux flèches de son corps sans lui laisser l'occasion d'user de ses cordes vocales. Puis elle se redressa et jeta un dernier regard sur les deux soldats affalés.

"Nous nous recroiserons, j'en suis certaine. Vos blessures peuvent sembler graves mais elles n'affecteront que temporairement vos capacités."


Elle commença à prendre la direction du village quand le jeune troisième classe trouva enfin la force de lui poser une question.

"Pourquoi nous laisser en vie?"

Elle marqua un temps d'arrêt, et même s'il ne pouvait apercevoir son visage, Tenko jura qu'un sourire tapissait ses lèvres.

"Parce qu'il me l'a demandé bien sûr!"

Sans même leur laisser l'occasion de continuer l'interrogatoire, elle s’éclipsa comme un coup de vent. Les deux hommes essayèrent d'appeler à l'aide mais ils n'avaient pas assez de force pour s'époumoner sans risquer d'aggraver leur situation. Et personne ne semblait venir.

"Tenko... Regarde-moi! Je veux pas crever comme un chien sur cette foutue route, ok?"

"On va s'en tirer sergent, il le faut!"

"J'espère que tu ne doutes plus de moi... Ce serait con que la dernière personne avec qui..."

"Écoute Saaros, ta jambe va être soignée et tu vas arrêter de te vider comme un cochon pendu à un crochet! Maintenant boucle-là!"

Le jeune troisième classe avait été dur mais il avait simplement réagi à la peur qui avait pris possession de l'esprit du sous-officier.

"Je me suis battu pour que tu restes en vie, c'est tout ce que je pouvais faire pour un innocent et un collègue."

Une patrouille qui se dirigeait en vitesse vers le village finit par passer sur le chemin. Ils furent ainsi ramenés à la base où ils reçurent les soins appropriés. Une semaine plus tard, ils étaient remis de leurs blessures tu purent reprendre du service. Mais quelque chose avait changé!

https://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1