Le deal à ne pas rater :
Mangas Kazé : 2 achetés = 1 manga offert
Voir le deal

NAKAMURA D. Akane, le Vent Imperceptible / l'Ouragan Rouge.

634667aka10v2.png
Qui écrit l'histoire d'Akane?
1429995261-psycho10.png

Ce compte est-il un Double Compte / Triple Compte ou un Reroll?
• Il s'agit d'un Triple Compte. C'est Lilou B. Jacob qui me l'a autorisé. Il y a fort longtemps, cependant. Le lien est ici.

Codes du Règlement:



Prénom:
• Il faut faire des IRLs avec moi pour le savoir.
Âge:
• 29 ans et toutes mes dents.
Aime:
• Créer, penser, imaginer et innover. Le parfait.
N'aime pas:
• La réalité. L'imparfait (du subjonctif What a Face).
Personnages préférés de One Piece:
• Roronoa Zoro, Dracule Mihawk, Don Quichotte Doflamingo, Sir Crocodile, Trafalgar D. Water Law, Eustass Kid, Marshall D. Teach, Edward Newgate, Smoker, "Fujitora", "Akainu", "Aokiji", "Kizaru", Ener, Nefertari Vivi, etc...
Caractère:
• Créateur exigent et perfectionniste. Emphatique et taciturne. Méprisant et méprisable. Terriblement lent.
Pratique le RP depuis:
• 2011. affraid
Disponibilité approximative:
• Variable. Change principalement en fonction de mon humeur.
Comment avez-vous connu le forum?
• Par une ancêtre des temps immémoriaux, Sören Hurlevent.
Quelles sont les informations sur Akane?
1429994961-prysen11.png

Épithètes:
• La Samouraï Silencieuse.
• Le Vent Imperceptible / L'Ouragan Rouge.
Nom "particule" prénom:
• NAKAMURA D. Akane.
Âge:
• 26 ans. Née en 1602.
Sexe:
• Femme.
Race:
• Humain.

Lieu de naissance:
• En mer, Grand Line.
Lieu de résidence durant l'enfance:
• L'Île de Mû / l'Île du Crabe, West Blue / Calm Belt.

Métier / Rôle:
• Samouraï.
• Chasseuse de gibiers.
• Chasseuse de Primes.
Groupe:
• Chasseuse de Primes.

Desseins:
• Casser les traditions des pays -japonisants- en vivant une vie sans attache et sans contrainte. Ne pas être dépendante d'un époux. Fuir les responsabilités de jeune femme en devenant une samouraï respectée et appréciée. Voyager libre et voir le monde par elle-même.
• Affirmer que la femme est capable d'assimiler les techniques du sabre en se surpassant, et ainsi, prouver sa valeur en devenant une épéiste mondialement reconnue.
• Être une Chasseuse de Primes considérée comme étant une experte dans la traque. Et par extension, être crainte par les criminels les plus recherchés.
• Retrouver le trésor dérobé appartenant au patrimoine de Mû afin de pouvoir rentrer sur son île natale la tête haute.

Équipements:
Hahen (破片): Il s'agit d'un bokutō, c'est à dire un sabre en bois destiné normalement aux entraînements. Son nom signifie "Écharde". Lorsque cette arme est utilisée seule, c'est pour ridiculiser l'adversaire tellement celui-ci est jugé insignifiant aux yeux d'Akane.
Ichidodake kimeru hito (一度だけ決める人): C'est une épée ordinaire qui veut dire "Celui qui tranche qu'une fois". Lorsque cette arme est utilisée seule, c'est principalement pour segmenter des choses ordinaires. De préférence, végétal ou minéral.
Hanareru hito (離れる人): C'est un simple sabre dont la signalisation est "Celui qui sépare".
Gurasukattā (グラスカッター): C'est un katana basique qui déclare "Coupeuse d'Herbes". Lorsque cette arme est utilisée seule, c'est généralement pour découper des êtres organiques.
• Un sabre prestigieux. Lorsque cette arme est utilisée seule, c'est essentiellement pour un événement unique ou pour affronter un adversaire digne.

Hari (針): Il s'agit d'un couteau insignifiant qui veut dire "Aiguille". À vrai dire, c'est plus un outil pour dépecer les bêtes qu'une arme de combat. En de très rares occasions, Akane peut s'en servir comme une épée très courte.
• Un sac artisanal avec quelques provisions et bricoles diverses de survie.
• Une aumônière avec quelques herbes médicinales.

Styles de combat:
Ittōryū (一刀流) - "Technique à un sabre":
Le maître NAKAMURA D. Kōtarō, a enseigné à Akane la voie du sabre. Ce dernier lui a transmis plus particulièrement son style à une lame, le ittōryū. La rousse s'est entraînée vigoureusement dans cette discipline dès son plus jeune âge. Elle a appris les bases, à tenir son katana correctement dans les mains, à adopter plusieurs positions, à bien maintenir sa garde, à aiguiser ses sens, à rester vigilante, à écouter son environnement, à faire le vide intérieur, mais surtout, à être prête de mourir et d'être loyale.

De plus, son éducateur lui a apporté un second savoir. L'art du iaijutsu, une discipline martiale qui se focalise sur l'acte de dégainer le sabre et de trancher en un seul mouvement. Cette spécialisation met l'accent sur la vitesse et le réalisme de la coupe. La justesse et la vertu résument cette pratique. L'idée est d'éviter les gestes inutiles, d'être précis, de ne pas se reprendre à plusieurs fois et d'être efficace en une seule attaque.

Nitōryū (二刀流) - "Technique à deux sabres":
Akane a appris de TANAKA Kōshirō le style à deux sabres, le nitōryū. Mêlant ses précédentes maîtrises, la samouraï a été en mesure de manier un katana dans chaque main. La rouquine a donc étudié cet art jusqu'à la fin de son adolescence afin d'être habile avec ses armes. Adoptant des postures différentes, elle a su gagner en dextérité et à utiliser ses lames adroitement.

Santōryū (三刀流) - "Technique à trois sabres":
Afin de mettre au point une manière de combattre plus belliqueuse, Akane s'est rendue auprès de TAKAHASHI Asako, une ermite qui maîtrise le style à trois sabres, le santōryū. Étant complètement différent des autres arts, cette technique demande un équilibre parfait et une dextérité hors norme. Utilisant une lame dans chaque main et une dans la bouche, la samouraï peut dévoiler une agressivité non attendue lors d'un combat.

Shitōryū (四刀流) - "Technique à quatre sabres":
Après considération, Akane a décidé d'innover totalement en devenant l'unique personne maîtrisant le style à quatre sabres, le shitōryū. Attachant une dernière lame aux extrémités de ses cheveux, la rousse est en mesure de se battre avec plus de katanas qu'auparavant. Pour utiliser l'arme fixée à sa chevelure, elle se contente de faire des mouvements de tête au moment décisif. Étant très longue, la coiffure peut alors se mouvoir facilement et agir un peu comme un fouet.

Avec la maîtrise de ces styles de combat différents, la jeune samouraï ajuste le nombre de katana à prendre en fonction de la situation ou de l'événement, mais par défaut, elle privilège l'usage des trois ou quatre épées. Généralement, plus la rouquine ajoute une lame à sa posture, plus elle juge son adversaire particulièrement puissant. Consciente de sa faiblesse, la rousse préfère se focaliser sur sa vitesse et sa précision pour défaire son ennemi le plus tôt possible. En fin de compte, peu importe le nombre de sabre à disposition, elle lance sans hésiter des attaques frontales et rapides. Toutefois, lors d'un affrontement particulièrement difficile, elle peut aussi changer son approche pour quelque chose de plus instinctive et de plus imprévisible, voire bestiale.
À quoi ressemble Akane?
1429995101-physiq10.png
À cause de ses nombreuses cicatrices et de son air renfrogné, la jeune femme n'est pas particulièrement belle à regarder. En effet, d'une forme ovale, son visage balafré est abrupte, froid, ferme et jamais souriant. Akane ne suscite peu d'intérêt aux coureurs de jupes si ce n'est bien évidemment ses abondants cheveux rouges sangs. Difficile pour elle d'être discrète avec un crin flamboyant aussi long, mais elle sait se montrer tranquille la plupart du temps. Afin de maintenir sa crinière de feu en arrière, elle se coiffe d'un serre-tête en métal cuivré et de baguettes. En queue de cheval, sa chevelure naturelle descend tout le long de son échine. Par ailleurs, c'est le seul endroit épargné par les entailles.

Concernant le visage d'Akane, son front ample et dégagé permet de voir des sourcils de même couleur que sa coiffure. On note en son milieu, une discrète coupure verticale descendant jusqu'à son nez pointu. Ses pupilles mystérieuses sont aussi vives que celles d'un aigle. Ses iris sont bruns aux éclats noisettes. Malgré son jeune âge, on peut lire dans ses yeux bridés de la rigueur acquise de ses expériences de chasseresse. Quant à son regard endurci, il est à la fois méfiant et perçant. Déstabilisant, presque.

Au premier regard, la samouraï se montre peu avenant et plutôt réservée. Pourtant déterminée, elle peut être timide dans certain contexte. Silencieuse par principe, elle ouvre sa bouche charnue seulement si nécessaire. Elle utilise plutôt toute une gestuelle pour s'exprimer plutôt que de prendre la parole. En effet, elle n'aime pas vraiment que tout le monde entende sa voix rauque. Elle bafouille souvent à son goût et complexe beaucoup sur sa façon de parler. Cependant, cela ne l'empêche pas de lui faire sortir quelques tirades biens placées.

Ceci étant dit, ce qui vient frapper l'observateur en second lieu, c'est certainement sa tunique indescriptible et invraisemblable de couleur blanche. En effet, un bandeau en soie vient d'abord serrer sa poitrine tout en laissant le bras droit nu. On peut y remarquer quelques cicatrices et un simple bijou en cuivre qui vient s'enrouler autour de son biceps. Se satisfaisant de ce haut qui pourrait fâcher plus d'une nonne, Akane expose son ventre aux yeux de tous. On y constate alors deux chéloïdes et des abdominaux développés. Le reste de sa tenue se cintre au niveau de ses hanches où on entrevoit une lanière attachant quatre fourreaux sur son flanc gauche et un dernier de l'autre côté. Répétant le même schémas en symétrie inversée, le bas semble flotter tout autour de sa jambe droite. On observe que ses deux membres inférieurs sont également marqués. Concernant les pieds, la sabreuse se chausse de tabis sombres.

Le teint frais et clair, ses poignets sont enveloppés d'un bracelet de force en cuir. Le dos de ses deux mains possèdent aussi quelques traces. Ses membres supérieurs sont rudes à cause des entraînements, mais habiles. On réalise que la traqueuse possède des doigts d'artisan. Quand Akane est nerveuse, elle tapote souvent les étuis de ses katanas, prête à dégainer au moindre danger. Hormis ce détail, la bretteuse ne semble pas vraiment avoir d'autres tics.

D'un aspect athlétique et relativement élancé, sa taille relativement grande peut parfois lui donner l'air d'un prédateur. Encore plus rare, en sa présence, on pourrait se sentir mal à l'aise tant elle dégage une aura d'un bête indomptable. Sa démarche est celle d'une jeune femme indépendante, sûre d'elle et prête à tout pour sauver l'honneur. Se dressant de toute sa hauteur, Akane se montre fière et quelque peu hautaine par moment. Semblable à une tigresse, son allure sportive se remarque assez vite. En effet, son corps aussi souple qu'un félin gracieux est aussi fort qu'un fauve en chasse. Grâce à ses entraînements réguliers depuis l'enfance, elle entretient chaque jour ses muscles et sa forme physique.

Pour conclure, on devine que la samouraï veut qu'on accepte sa façon d'être, d'où son vêtement quelque peu extravaguant, peut-être? On pourrait la croire provocatrice, alors qu'il s'agit simplement une manière pour elle de démontrer son indépendance. Elle souhaite avant tout se démarquer des autres femmes qui se laissent embobiner dans des relations amoureuses. Être tout bonnement insaisissable auprès des hommes. Elle confirme sa féminité en prenant soin de son corps, en soignant ses cheveux tous les jours et en faisant attention à son hygiène. Par contre, elle ne supporte pas les produits cosmétiques, jugeant ces choses-là indignes pour une femme.
Quel est le caractère d'Akane?
1429995261-psycho10.png
Akane suit depuis son enfance la voie du guerrier, une philosophie appelée le bushidō. Il s'agit d'un code que les samouraïs sont tenus d'observer jusqu'à leur mort dont les vertus sont la droiture, le courage, la bienveillance, la politesse, la sincérité, l'honneur et la loyauté. Depuis toute petite, elle aspire à ce qui est équitable et recherche assidûment l'égalité entre les races et les classes. D'une manière très générale, elle n'aime pas le genre masculin et ne supporte pas l'injustice. Cette soif d'impartialité entre l'homme et la femme est probablement du à sa faiblesse qu'elle accumule depuis sa naissance. Parfois, elle se désole d'être une jeune fille et s'offusque de voir tous les désavantages qui peuvent en découler. Même si par moment, elle se révolte contre elle-même en cas de défaillance, elle demeure pas moins une combattante avec beaucoup de volonté. Malgré ses handicaps certains, elle fait preuve d'une grande opiniâtreté.

Si le bushidō guide la rousse dans une morale guerrière noble, elle est aussi conduite par des attitudes portées par le zen. Quand les émotions se bousculent dans sa tête ou qu'elle perd son objectif, elle se met alors à méditer sagement et paisiblement. Pour pratiquer cela, elle préfère s'isoler dans une forêt ou dans une plaine, loin des présences humaines. Elle se concentre sur l'instant présent et écoute son corps. D'ailleurs, son sens sensoriel le plus développé est l'ouïe. Depuis toute petite, elle apprécie ses retraites spirituelles qui viennent la soulager et la réconforter. Plus à l'aise au contact avec la nature, elle en profite également pour s'entraîner et maintenir sa forme physique.

Vivant plus facilement de la chasse, la samouraï se sent nettement mieux seule qu'accompagnée. En effet, introvertie et méfiante par excellence, elle éprouve des difficultés à s'ouvrir aux autres. Elle parle très peu de ses sentiments spontanément. C'est même un signe de respect et d'admiration si elle le fait. Elle utilise comme excuse son problème de locution, alors qu'en vérité, c'est qu'elle est terriblement gênée à l'idée d'exposer ce qu'elle ressent. D'autant plus qu'elle ne se trouve pas intéressante et qu'elle déteste montrer son impuissance. De plus, elle ne se plaint jamais ouvertement. Lorsqu'elle grelotte à cause des bases températures ou sue à cause de la chaleur, elle estime inutile de dire qu'elle a froid ou qu'elle a chaud puisque ça se voit. Par ailleurs, elle ne s'énerve en aucune circonstance et n'entre jamais dans la provocation, car elle n'aime pas les conflits quelle qu'en soit sa forme. Afin d'éviter une conversation qui ne mène à rien, elle garde plutôt le silence et ne partage pas son avis.

Outre le fait qu'elle soit taciturne, la rouquine sait se montrer sympathique et être appréciée pour sa douceur ou sa gentillesse. Possédant une bonne disposition de cœur, elle éprouve beaucoup de compassion envers les faibles et est très empathique. Cependant, même si sa sensibilité envers une chose se manifeste intérieurement, elle ne fait pas pour autant d'effort pour aider. Par exemple, voir un mendiant lui donne de la pitié, mais malgré cela, elle ne lui offre pas d'argent ou de vivre. Comme nombreux sont les problèmes qui existent dans le monde, elle ne sait jamais par quoi commencer. En réalité, elle ne veut pas vraiment porter un fardeau supplémentaire, car elle juge avoir assez de travail à faire sur elle avant de pouvoir le faire sur d'autres. Du moins, tant que son aide reste dans la limite de possible, elle le fait généreusement sans réfléchir. Sinon, elle laisse tomber.

Sans doute trop perfectionniste, l'épéiste ne supporte pas ses échecs. Il faut dire qu'elle est sacrément exigeante envers elle-même. Si elle devient contrariée, elle peut faire des blocages pendant un certain temps. C'est-à-dire qu'elle part s'isoler et ne fait plus rien de concret au point de se morfondre et de faire preuve de défaitisme. Toutefois, cette psychologie reste assez rare. De plus, elle refuse de révéler ses failles et tout particulièrement ses vices, car elle en a trop honte et souhaite pouvoir s'en débarrasser d'un coup de baguette magique. Par exemple, elle ne peut pas s'empêcher de juger du regard un individu ou de médire silencieusement quelqu'un qui l'embête. Même si elle ne l'exprime pas, ce sont des attitudes déplorables. Au fur et à mesure qu'elle passe du temps à méditer et à réfléchir sur soi, elle réalise qu'elle possède des défauts insoupçonnés. Savoir qu'elle reste imparfaite la pèse beaucoup et s'améliorer la fatigue énormément. Pessimiste, elle ne croit pas en un avenir meilleur et ne voit que le mauvais côté des choses.

La bretteuse base essentiellement ses analyses sur de l'observation. Parfois, ses résultats peuvent être le fruit d'une mauvaise spéculation. Toutefois, elle est capable de comprendre rapidement une situation sans devoir questionner publiquement. Elle possède la faculté de deviner les choses comme un pressentiment. Elle est même en mesure d'évaluer d'un simple coup d'œil la force d'un adversaire. Cela dit, elle ose très difficilement solliciter quelqu'un, parce qu'elle a peur de déranger et qu'elle est même gênée. En cas d'erreur, elle peut se remettre en question, car elle préfère être dans le juste plutôt que d'avoir tort. Comme elle déteste être dans le faux, demander pardon lui coûte et elle n'arrive malheureusement pas à l'exprimer.

En dehors de ses compétences liées à la chasse ou du maniement du sabre, la femme aux cheveux rouges est quasiment incapable d'exécuter la moindre tâche sans la rater. Plus qu'une phobie de mal faire, elle ne se sent pas à l'aise de palier son manque de connaissance dans les autres domaines même au strict minimum. Analphabète et quelque peu inculte, elle ne fait aucun effort pour développer sa curiosité bien qu'elle peut être émerveillée face à une chose. Étudier lui demande beaucoup d'effort et elle aime mieux se concentrer sur ses entraînements ou sur ses méditations. Par exemple, il ne faut surtout pas lui demander de préparer un repas élaboré en mélangeant plusieurs ingrédients, parce que cela risque d'être infecte! Faire la vaisselle ou du ménage est la pire chose qu'elle puisse faire, car le résultat est plus que désastreux. De plus, du fait qu'elle vit au jour le jour, elle peut paraître naïve. Par ailleurs, elle ne court pas après l'argent et préfère troquer ou rendre service gratuitement. Il est même très facile de l'arnaquer et les opportunistes prennent un malin plaisir à profiter de sa crédulité.

Ce qui caractérise par dessous tout la jeune guerrière, c'est son fort désir d'indépendance et elle se donne les moyens. En effet, elle ne supporte absolument pas d'être redevable. Elle veut tout faire par elle-même non pas par égoïsme, mais pour éviter d'être reconnaissante envers quelqu'un. Si par malheur elle se retrouve avoir une dette ou devient fautive de quelque chose, elle s'agace et médit contre elle-même. Elle fuit également devant les responsabilités et s'acquitte de tous devoirs qu'elle juge inutile. Par exemple, elle refuse d'avoir un vrai travail. Encore plus que tout, elle ne souhaite vraiment pas avoir un mari et des enfants, même si ce premier possède toutes les qualités du monde.

Parfois, à force de contenir tous ses défauts, de ne dévoiler en aucun cas son intimité et de ne révéler sa colère à personne, la trappeuse perd le contrôle de son corps. En effet, en arrivant au paroxysme de sa fatigue physique et morale, elle s'écroule sur elle-même et se recroqueville, dévoilant alors ses vrais sentiments. Pourtant de nature posée et humble, elle ne se rend pas encore compte qu'elle cumule depuis l'enfance de la haine et de l'irritation. Son indignation ne demande qu'à se manifester, mais elle le refoule constamment machinalement. Étant alors acculée et retranchée au plus profond de son être, elle laisse place à sa double personnalité qui prend alors en main les choses durant quelques instants. Lorsqu'elle fait une crise d'angoisse de ce genre, elle ne sait pas comment elle agit. Ce phénomène est si rare et si bref qu'elle n'en a même pas conscience. À ce moment-là, les témoins ne perçoivent qu'une tempête zébrée de rouge qui ne dure qu'un court moment.


Dernière édition par Nakamura D. Akane le Mer 5 Aoû 2020 - 18:11, édité 150 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22295-la-samourai-chasseresse#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22267-nakamura-d-akane-samourai-silencieuse-l-ouragan-rouge
634667aka10v2.png
Quelle est l'histoire d'Akane?
prolog10.jpgPrologue 00 - Les origines
Descendant d'une famille issue de l'Île de Mû, à l'âge de 16 ans, NAKAMURA D. Kōtarō se met au service de sa patrie, le Royaume de Wano Kuni. Pour cela, il s'enrôle dans l'armée en tant que soldat afin de mettre à profil ses talents de sabreur qu'il a acquis durant sa jeunesse. Désireux d'être utile pour l'Empereur, il protège humblement les citoyens des criminels, ce qui lui donne rapidement un certain prestige. Ignorant les origines de ce dernier, SASAKI Raytōku, nommé aussi l'Intrépide, est son meilleur ami depuis l'enfance. Envieux, il le rejoint en espérant devenir populaire à son tour. Durant quatre longues années, ils parviennent à se distinguer par leur prouesse et à gagner de l'estime auprès de leurs supérieurs.

Bien que les deux camarades se connaissent depuis un moment, une véritablement rivalité commence à s'installer. En effet, Kōtarō est davantage apprécié pour sa nature plus avenant que son frère d'armes, ce qui suscite auprès de ce dernier une certaine jalousie. Une fois, ils réussissent à faire un haut-fait en arrêtant des mafieux avec leur précieuse marchandise. Parmi le butin, une lame particulièrement bien faite s'y trouve. Il s'agit d'Akuma no chinmoku, un meitō réputé signifiant Silence du Démon. L'un et l'autre prétendent l'avoir vu en premier au point de se quereller régulièrement. Pour trancher la poire en deux définitivement, leur supérieur décide que monsieur NAKAMURA soit le propriétaire légitime. Seulement, son compagnon accepte très difficilement cela.

En 1597, Kōtarō est âgé de 20 ans. Il se fiance après une décennie d'amitié avec SASAKI Inari, la sœur benjamin de Raytōku. Déjà que ce dernier considère être le seul à pouvoir porter le meitō, la nouvelle ne lui plaît pas du tout. En effet, désireux de s'offrir une bonne place dans les hautes sphères de la société, il s'est imaginé la joindre à une famille influente à la place. L'union avec son meilleur ami gâcherait ses plans! Depuis ce jour, l'Intrépide hait son compagnon comme s'il s'agissait de son plus grand ennemi. Renonçant alors à toutes les années passées de camaraderie, il se met en tête de tout faire pour le déshonorer. Pour cela, il prépare secrètement un piège et apprend à devenir très patient. Se détachant de plus en plus émotionnellement, il se concentre dans sa carrière afin de monter en grade tout en s'intéressant à la politique. Finalement, au bout d'un an, le mariage se déroule sans problème. Neuf mois plus tard dans la même année, Inari accouche d'un garçon nommé NAKAMURA D. Kazuo.

Quatre années s'écoulent sans que Raytōku ne manifeste ses méfaits. Alors que sa sœur est enceinte d'un second enfant, l'armée fait appel à tous ses effectifs pour défendre le pays d'une invasion de grande ampleur de la part des Pirates de la Mer des Brumes. SOAO Suong, la tante de SOAO Sing, est à la tête de cette légion et semble être bien préparée, ce qui donne beaucoup de fil à retordre aux soldats. Grâce à un stratagème infâme, l'Intrépide attire son supérieur et son meilleur ami dans un piège. Lors d'une bataille particulièrement sanglante, il s'arrange pour faire croire que le gradé soit mort à cause de Kōtarō. Il manigance si habillement que même le peuple pense réellement que c'est son frère d'armes qui a assassiné l'officier. Ainsi, le déshonneur tombe sur le nom des NAKAMURA.

Humiliée, Suong se retranche chez elle. De son côté, Kōtarō s'apprête à se faire juger par les autorités. Destitué de ses droits et de son grade, il ne montre aucun signe de protestation durant les procédures judiciaires. Cependant, sa femme ne peut tolérer cette injustice. Elle mène alors son enquête malgré la situation désespérée, mais faute de temps, elle parvient seulement à trouver une petite piste. Elle n'arrive pas à dénicher une seule preuve, mais elle devine qui est le responsable. Écœurée, elle explique à son mari qu'il ne doit pas passer devant le juge et qu'il vaut mieux s'expatrier. Quitte à tout perdre, ce dernier accepte de partir en exil avec sa famille avant que la sentence ne tombe. Conscient d'être considéré comme un criminel par son pays, il décide de fuir en direction de l'Île de Mû, une province indépendante qui refuse également l'autorité du Gouvernement Mondial. Raytōku ne peut retenir sa sœur et se contente de rester au Royaume de Wano Kuni pour assouvir son objectif premier. En effet, son orgueil le pousse à vouloir tuer l'Empereur et prendre sa place.

C'est donc en 1602, durant la traversée en mer qu'Inari accouche prématurément. Elle donne naissance à NAKAMURA D. Akane. Les cheveux rouges de cette dernière se manifestent déjà. Dans la lignée de ce patronyme, cela est perçu comme étant un mauvais présage, voire comme une malédiction. Toutes les trois ou quatre générations, un enfant né avec une chevelure de la couleur du sang. Kōtarō n'y prête pas plus attention, considérant alors la chose comme une légende. Pendant le séjour sur Grand Line, la rousse révèle déjà une santé pas très solide. En effet, elle fait de l'asthme. De plus, elle est atteinte de narcolepsie, appelé aussi maladie de Gélineau. Enfin, son cœur est déporté sur le côté droit du thorax. Il s'agit d'une anomalie connue sous le nom de situs inversus. Est-ce là le signe d'une malchance qui lui prédestine une condamnation à vie?

Un an plus tard, Kōtarō et sa famille arrivent finalement à destination. Appelé l'Île de Mû par sa population et l'Île du Crabe par les étrangers, c'est un endroit qu'il est sûr que son rival ne découvrira jamais. En effet, très peu de gens connaissent l'emplacement exact. Bien qu'une légende raconte qu'un trésor repose dans une grotte, les pirates préfèrent l'éviter. Pour autant, ce havre n'est pas fermé aux pérégrins puisque des navires de commerce y font escales régulièrement. Ne s'aventurant pas au-delà du premier village, les marchands achètent principalement des perles, des denrées issues de la mer ou de l'agriculture, de la fourrure, du bois et du minerai. Ce lieu est à cheval entre West Blue et Calm Belt. D'une forme semble à l'animal qui lui a donné son nom, le massif rocailleux jouit d'une tranquillité certaine. Un côté présente des récifs et l'autre est infecté par les Rois des Mers, ce qui rend la navigation compliqué pour les non-initiés.

Des falaises relativement abruptes bordent principalement Mû, ce qui donne un avantage certain contre des éventuels assaillants. Plus loin dans les terres, l'Île du Crabe bénéficie de paysages variés et est parsemée de plusieurs bourgades. Des rizières au cœur des vallées, des forêts luxuriantes et des montagnes escarpées façonnent son relief. La partie de Calm Belt est nettement plus dangereuse en terme de faune et abrite un vieux sanctuaire. Par sécurité, les habitants sélectionne l'autre zone plus facilement. Une fois par jour, se ressentant particulièrement dans les vals, un vent fort ayant donné son nom à l'île souffle l'espace d'un instant. Les villageois ont pris l'habitude d'arrêter leur activé à ce moment-là pour sentir la brise sur leur corps.

Afin de pouvoir s'établir avec sa famille, Kōtarō doit passer devant l'Ordre des Érudits. Cette assemblée est nommée aussi le Conseil des Cinq. Il s'agit d'un groupe de doyens de trois femmes et de quatre hommes. Les membres s'appellent TAKAHASHI Aoi, HAYASHI Kumiko, MORI Hiroko, ENDŌ Daiki, MAEDA Osamu, FUJIWARA Hideaki et KANEKO Reita. D'une certaine manière, ce sont eux qui dirigent Mû. En fait, le pays se refuse d'avoir un seul chef, d'où l'existence de ce cercle de vétérans. Afin qu'il puisse représenter le pays de Wano Kuni dans son art, les vieux lui accordent la possibilité d'ouvrir son dojo. Son style est très différent de celui du maître déjà présent, TANAKA Kōshirō. Malgré l'influence de ce dernier, ses techniques deviennent de plus en plus populaires. Voyant son succès naissant, un des anciens le met en garde que l'Île du Crabe reste libre et que nul ne peut imposer ses mœurs.

« Les coutumes et les traditions de l'Île de Mû ne sont pas forcément les mêmes que ceux de Wano Kuni. »
▬ Doyen MAEDA Osamu à Maître NAKAMURA D. Kōtarō.

Effectivement, refusant les coutumes de Wano Kuni, de Kanokuni ou d'autres pays similaires, les citoyens acceptent n'importe quelle personne qui souhaite apprendre un sport de combat. En effet, en plus de s'occuper dans les champs ou pour le bien de la communauté, beaucoup d'hommes et de femmes se perfectionnent dans un art martial. D'ailleurs, rares sont ces dernières qui préfèrent s'assigner aux tâches en rapport au foyer. Chaque année, des représentations et des duels sont organisés. De cette manière, en cas d'invasion, une bonne majorité des citoyens savent se défendre d'eux-mêmes et sont en quelque sorte des réservistes. Il n'existe pas de soldats dédiés à la protection ou la surveillance. Tout se repose sur le secours de chacun.

Enfin, faisant la fierté des habitants, il existe un meitō exposé parmi divers objets dans un temple du village portuaire. Plus que les autres pièces de collection, il est considéré comme étant le trésor national de Mû. Il s'appelle Kami no chinmoku, ce qui signifie Silence du Divin. Cette arme a surtout une grande valeur sentimentale pour la population. Les incroyables histoires de cette lame d'exception sont racontées de génération en génération. Elle semble faire partie intégrante aux chroniques de l'île. Normalement peu surveillé, ce bien reste en évidence chaque jour, faisant appel à la bonne conduite de chacun. En principe, aucun villageois ne désirent se l'approprier. Ce n'est seulement en présence des étrangers que tout le monde fait attention.

1430002305-1430000806-nariko-01-850x400.pngChapitre 01 - L'enfance
De part sa faible constitution, Akane est le centre d'intérêt principal au sein de sa famille. À cause de sa santé, elle demande beaucoup d'effort pour lui éviter toutes sortes de danger. Son père et sa mère cherchent à préserver leur fille d'une manière ou d'une autre. Comme le climat de Mû est agréable et qu'il fait bon vivre, ils espèrent bien voir une amélioration, mais sans succès. Malgré l'absence de changements notables, la rousse grandit dans une atmosphère saine. Souvent, en plus d'Inari, Kazuo s'occupe d'elle et se réjouit d'avoir une petite sœur même si on se focalise régulièrement sur elle.

En 1604, Inari met au monde NAKAMURA D. Junko. Akane se félicite à son tour de pouvoir chouchouter quelqu'un. Comme son problème de narcolepsie se manifeste de plus en plus, les deux parents font venir un moine qui fait office de médecin à l'occasion. Il se nomme KONDŌ Yashiro, mais celui-ci ne peut ôter le trouble. Inquiets, le papa et la maman gardent alors de plus en plus à l'écart la petite malade.

À cette époque, au Royaume de Wano Kuni, Raytōku devient de plus en plus apprécié et respecté par les citoyens. De plus, il commence peu à peu à gagner de l'estime auprès des autorités. En effet, un jour, il réussit à retrouver Suong dans la Mer des Brumes. Après un combat acharné, il réussit à la défaire. Ce fait historique le propulse alors dans la hiérarchie militaire. S'étant alors assuré une bonne place dans l'armée, il veille également à garder le peuple avec lui. Parallèlement à ses prouesses mémorables, il garde un pied dans la pègre locale afin d'étendre son influence grandissante. Soucieux d'être indélogeable, il fait attention à maintenir un entraînement intensif avec son katana.

En 1606, du haut de ses 8 ans, Kazuo entre tout fière dans l'école de son père. Il apprend rigoureusement à manier le sabre. De tous les étudiants de sa classe, il se surpasse, faisant alors preuve d'une forte volonté. En voyant cela, son géniteur lui porte beaucoup d'estime et l'encourage à persévérer afin qu'il puisse un jour reprendre le flambeau de l'entreprise familiale. Étant plus proche de son aîné, Akane lui témoigne aussi beaucoup d'affection et d'admiration. Malgré son âge, en l'observant, elle rêve de devenir une vaillante et courageuse samouraï comme lui. Il faut dire que la philosophie de Kōtarō pour battre un adversaire reste gravée dans son esprit.

« Le premier coup est primordial. Souvent, il supprime le besoin d'un second. »
▬ Maître NAKAMURA D. Kōtarō à ses élèves.

L'année d'après, les Saltimbanques, un équipage de pirates amicaux et inexpérimentés, échouent sur le massif rocailleux. Le Conseil des Cinq accepte qu'ils séjournent le temps des réparations. Ils sont appréciés par la population, car ils ne font pas d'histoire et les divertissent. Ils désirent recruter quelques personnes, mais les doyens ne sont pas enclins à accepter. En effet, les ancêtres ont peur que si l'un des leurs devenait pirate, la réputation de l'île soit entachée. Seulement, Asako, une adolescente de 16 ans et fille unique de TAKAHASHI Aoi, décide de fuguer. Clandestinement, elle entre à bord du navire alors que celui-ci reprend le large. Cet événement est très contesté dans la communauté, car autant d'avis sont partagés au sujet de cette jeune et de son choix...

Sans doute attiré par la légende du butin caché ou par Kami no chinmoku, un an plus tard, un autre équipage de pirates arrivent. Cette fois-ci, il s'agit de mauvaises personnes. Croyant avoir affaire à de simples civils, les criminels les dépouillent et font des ravages. Durant cet incident, Inari se met à l'abri dans sa maison avec ses enfants, mais Akane s'échappe dans une autre pièce malgré l'interdiction. Fouillant alors par hasard la bâtisse, sabre en main, un des brigands découvre la famille dans leur cachette. Malgré ses efforts, Kazuo ne parvient pas à repousser le bandit avec son katana d'entraînement. De son côté, afin de prouver sa valeur et voyant que son aîné ne fait pas le poids, la narcoleptique décide d'agir. Elle trouve discrètement Akuma no chinmoku sur son réceptacle. Rigolant de la situation, le truand prend son temps pour se moquer du petit qui le menace. S'avançant doucement, il s'apprête à faire son méfait, quand soudain, venant de son dos, la rousse revient avec frénésie en plantant la lame dans sa cuisse. Surpris plus que blessé, ce dernier se retourne alors pour comprendre ce qu'il lui arrive. À ce moment-là, le jeune NAKAMURA profite de cet instant pour lui piquer son sabre des mains et le pourfendre à son tour. Alerté par les cris, Kōtarō fait son apparition dès lors et constate la scène. À l'extérieur, les pillards se font écraser face aux nombreux réservistes. Étant de très bons combattants, ils mettent en déroute les forbans et réussissent à sauver le trésor national de Mû.

Suite à cela, Akane ne cesse de réclamer son droit pour entrer dans l'école de son père, mais celui-ci refuse catégoriquement. Il se justifie en disant que c'est bien trop dangereux pour elle. En vérité, il ne souhaite pas la voir suivre la voie du bushidō par peur de la perdre prématurément. En réfléchissant, Inari se dit que sa fille peut également pratiquer cet art afin de gagner en consistance. Kazuo pousse aussi son paternel dans ce sens, car il désire voir sa sœur progresser dans ce sport qu'elle rêve de faire depuis 2 ans. Il faut dire que depuis la tentative de pillage, il lui témoigne beaucoup d'estime. Afin de lui laisser une chance d'exercer cette discipline, sa maman fait appel à Yashiro pour fournir plus d'arguments. En effet, comme ce dernier suit de près l'état de la rouquine, il parvient à faire changer d'avis Kōtarō. Il lui rappelle même les mots d'Osamu. De l'entraînement régulier pourrait améliorer la santé de la narcoleptique. En attendant, elle se voit gratifier d'une retraite spirituelle auprès du moine. Il veut lui transmettre la méditation et lui expliquer quelques points importants pour qu'elle ne sombre pas dans quelque chose de mauvais.

« Ceux qui choisissent de vivre par l'épée, mourront par l'épée. »
— Moine KONDŌ Yashiro, à NAKAMURA D. Akane.

Celui qui est acteur de la violence sera victime de cette même agressivité. Akane est loin de comprendre cette citation, mais elle cherche à faire des efforts pour apprendre. Bien qu'elle n'aime pas lire, elle sait tenir compte des sages paroles de son mentor. C'est grâce à ce dernier que son sens du respect et sa maîtrise de soi se développent. Celui-ci cherche à préserver la malade de devenir une criminelle au mépris d'elle-même. Malgré son jeune âge, sans doute inspirée par Asako, elle souhaite déjà être pirate afin d'être libre. Pour s'y résoudre, elle se dit qu'il est important qu'elle sache manier le sabre afin de se défendre toute seule.

Parvenant à échapper aux corvées de la maison, ce n'est que deux ans plus tard que la jeune chétive commence à suivre les enseignements de son père. Se montrant peu enclin, celui-ci lui fait faire des exercices pour dégoûter sa fille, mais sans succès. Elle s'accroche à son rêve malgré les échecs. Cependant, tout en s'entraînant, elle se met à développer une haine farouche contre elle-même à chaque fois qu'elle fait des erreurs. Elle travaille avec peine, mais montre plein d'espoir. L'asthme semble disparaître peu à peu alors que la maladie de Gélineau reste bien présente. La rousse gagne en muscle et en forme physique.

Durant sa formation, Akane devient amie avec KIMURA Miyako, une fille plus grande qu'elle d'un an. Plutôt solitaire par nature, la jeune épéiste se réjouit d'avoir une personne avec qui elle peut partager du temps. Sans doute à cause de ses cheveux rouges ou par ses habitudes étranges, elle se fait très souvent taquiner. Même si Mû refuse de copier les traditions des autres pays de samouraïs, il existe encore chez quelques garçons un mépris total pour le sexe opposé. D'ailleurs, le géniteur de la narcoleptique ne manque pas de lui rappeler qu'elle ne devrait pas suivre la voie du bushidō. Compte tenu des enfantillages, la malade préfère faire des escapades dans la campagne et s'exercer tranquillement là-bas. Consciente de ne pas avoir le niveau, elle demande très souvent à son frère ou à Miyako de l'aider dans sa progression.

Autour du village portuaire où habite la famille NAKAMURA, des ours, des tigres ou des sangliers peuvent parfois faire quelques ravages. Pour empêcher cela, des chasseurs s'occupent de les repousser, de les traquer et de les tuer. En plus de protéger la population de menace naturelle, ils fournissent de la fourrure et des vivres pour les citoyens. Ainsi, en 1612, âgée de 10 ans, Akane s'intéresse de plus en plus à cette pratique. Étant assez grande pour commencer une formation en plus de ses heures d'entraînement et de méditation, elle demande alors à suivre ce nouveau savoir à ITŌ Kuma, un trappeur expérimenté dans le domaine. Comme la rousse cherche à être autonome quand elle sera adulte, elle se dit que cette discipline peut lui convenir parfaitement. De plus, elle aime le contact avec la nature plutôt que les zones urbaines.

Cette même année, Asako devient la Capitaine des Pirates du Lotus Écarlate. Elle gagne en force et en renommée. Après un bon moment à vadrouiller sur West Blue, elle se retrouve sur Grand Line, la route de tous les périls. Doucement mais sûrement, elle remonte sa voie en affirmant de plus en plus son style à trois sabres. Son sillage est de plus en plus empli de haut-faits et elle est même primée à ฿ 30.000.000. En apprenant la nouvelle, Akane imagine elle aussi se libérer de son île. Après tout, elle espère bien voyager à son tour. Pour cela, elle doit d'abord finir tous ses enseignements. Désormais, la rouquine apprécie encore plus le flibustier que son frère. Usant de patience, elle double ses efforts et aspire d'avantage à devenir pirate. D'ailleurs, elle et Miyako, elles se font la promesse de rester célibataires à vie pour sceller leur désir d'indépendance.

Deux ans plus tard, alors que Kazuo reçoit son diplôme et son premier katana auprès du forgeron MATSUDA Kenshin, l'asthme d'Akane disparaît totalement. Les exercices physiques donnent à la rousse une meilleure santé. Son père est content du résultat malgré tout, mais s'inquiète davantage à son sujet. Comme elle prend comme modèle son aîné, la sabreuse commence à perdre un peu confiance. De plus, quelques garçons la chahutent toujours au point de la faire replier davantage sur elle-même. À côté de ça, avec les histoires que les anciens ou les étrangers lui racontent, la fille aux cheveux rouges se fait une sombre image du monde. Dès lors, elle ne montre plus aucun signe de gaieté et garde le silence plus facilement. Elle doute sur le fait de pouvoir un jour quitter son île libre ou de prouver que la femme est l'égale de l'homme. Elle oublie aussi qu'elle part sur des lacunes. À chaque échec, elle refoule profondément ses sentiments. Elle étouffe ses aspirations dans son for intérieur. Après une défaite lors d'un duel amical contre son frère, Akane s'écroule à terre complètement recroquevillée. C'est sa première crise d'angoisse.

1430002436-1430000813-jungle-nariko-850x400.pngChapitre 02 - L'adolescence
Kōtarō et Inari n'ont jamais révélé l'existence de Raytōku à leurs enfants. De plus, bien qu'ils savent ce que ça apporte, ils ont caché la particule "D." dans leur nom dès leur arrivé sur l'Île du Crabe. C'est en observant la témérité, la détermination et la force grandissante de Kazuo qu'ils se rappellent que leur famille est sans doute destinée à de grandes choses. Peu enclins à faire bouger le monde, ils adoptent la politique de l'autruche en restant cachés dans leur pays. Ils redoutent d'attirer les regards sur eux les années à venir, ou pire encore, l'Intrépide. En plus d'Akane, son frère aîné souhaite également voyager malgré l'amour qu'il porte pour Mû. Peut-être qu'il se sente étranger?

En 1615, des Marines font un ravitaillement sur l'Île du Crabe. Ils en profitent pour envoyer des émissaires auprès de l'Ordre des Érudits. En effet, le Gouvernement Mondial aimerait bien s'approprier l'endroit, car elle regorge beaucoup de mines à exploiter, de forêts à déboiser et de bancs de poissons à pêcher. Et surtout, de par sa géographie particulière, ce lieu est incontournable pour y édifier une forteresse dans le même modèle que Navarone et faire fructifier des hangars pour construire des cuirassés. Heureusement pour la population, le projet est encore loin d'arriver, car nombreux sont ceux qui refusent catégoriquement. Ils préfèrent conserver l'indépendance de l'île. Diamétralement, une petite minorité trouve l'idée d'implantation raisonnable. Pour eux, ça permet de laisser des combattants professionnels repousser les invasions à leur place. Ils considèrent que la pratique des arts martiaux est d'abord un loisir et non un devoir pour se défendre.

Cette même année, du haut de ses 13 ans, Akane en apprend toujours plus sur la chasse, la philosophie et le maniement du sabre, mais peine de plus en plus pour le reste. Elle demeure analphabète et éprouve des difficultés à parler. Jusqu'à présent, elle s'est toujours montrée avec une grande détermination malgré ses doutes ou incapacités. Elle se dit que ça ne vaut peut-être pas le coup de prendre la mer quand elle sera plus âgée si c'est pour faire face à des contraintes encore plus agaçantes que sur son île. De plus, elle suppose que son père ne l'aime pas, car celui-ci cherche toujours à la démotiver. Elle témoigne d'avantage de fatigue, particulièrement quand il faut faire un effort. Comme elle n'arrive pas à surpasser son frère, elle continue à avoir de mauvaises pensées sur elle-même. Se repliant davantage, elle refuse de faire part de ses émotions. Elle croit de plus en plus que sa faible condition ne fait que prouver qu'elle ne peut pas devenir samouraï à son grand regret. Par moment, elle a l'impression d'être incomprise. Le sort s'acharne t-il sur elle?

Lors de ses sorties dans les forêts environnantes, Kuma remarque à quel point Akane se sent mieux. Du moins, il n'arrive pas à savoir si c'est une façade. Il constate également qu'en plus de tous ses maux, elle souffre d'un instinct bestial, voire démoniaque. Il devine qu'elle n'est pas une enfant normale et que quelque chose habite en elle. Sans doute l'idéale qu'elle rêve d'être? C'est probablement durant cette période qu'une double personnalité commence à naître en son for intérieur. La fille aux cheveux rouges en n'est pas consciente. Inquiet, le chasseur divulgue discrètement à Kōtarō et à Yashiro ce fait. Tous les trois réalisent que l'adolescente arbore un sourire en coin quand elle sous le sommeil du à sa narcolepsie. Ne sachant quoi faire, ils songent à lui faire arrêter le maniement du sabre, mais la malade y refuse catégoriquement. Quelque part, la rousse s'accroche toujours quitte à devoir souffrir. Même si elle apprécie la compagnie de sa famille ou de sa meilleure amie, elle s'isole de plus en plus, préférant être en harmonie avec la nature.

D'un âge honorable de 78 ans, KANEKO Reita meurt de vieillesse en 1617. S'étant bien intégré sur l'île, Kōtarō se présente pour le succéder. Après un vote, le Conseil des Cinq l'accepte. Il participe au bien de la communauté et devient encore plus respecté qu'auparavant. Quant à Miyako, elle parvient à obtenir son diplôme et son katana, mais renonce à son rêve d'épéiste en aidant sa famille dans les champs. Akane prend très mal le choix de son amie, elle se sent terriblement blessée. Elle pense être désormais seule à vouloir prouver que la femme mérite la même place que l'homme.

Durant cette même période, Asako fait parler à nouveau d'elle avec une prime de ฿ 150.000.000. Connue comme étant désormais la Tigresse du Lotus, elle rentre dans le Nouveau Monde et elle commence à éprouver des difficultés sérieusement. Étant habituée aux victoires faciles de Grand Line, elle se heurte à des personnes bien plus fortes et plus coriaces qui ne manquent pas l'occasion de lui prouver qu'elle est faible. Elle qui aspire à devenir une femme crainte dans la piraterie, elle voit ses rêves s'effondrer les uns après les autres. Elle perd également davantage de compagnons sur cette nouvelle mer. Elle s'accroche néanmoins comme elle peut, mais elle réalise à quel point elle ne fait pas le poids. Elle se remet de plus en plus en question.

L'année d'après, les Ombres du Chaos, un équipage pirate, font irruptions violemment sur l'île. Ils attaquent de nuit et sont plus dangereux que les forbans de la dernière fois. Ils mettent cette fois-ci en déroute la plupart des habitants qui tentent de les repousser. Seuls les maîtres et quelques élèves prometteurs réussissent à faire barrage. Malgré leur aide, beaucoup de victimes sont à déplorer au sein de la population. Ce coup-ci, une poignée de criminels pénètrent dans la maison des NAKAMURA alors que Kōtarō est occupé à se battre ailleurs. Kazuo doit gérer la situation dans une mauvaise posture. Encore une fois, ni une, ni deux, Akane prend à nouveau Silence du Démon de son présentoir et l'utilise pour prêter main forte. Même si ce n'est pas encore gagné, ils font ce qu'ils peuvent avec leur moyen. À ce moment-là, la rouquine se fait grièvement blesser à la poitrine. Heureusement, grâce au situs inversus, elle s'en sort in extremis. Endolorie, cette défaite amère la pousse à faire sa deuxième crise d'angoisse en plein milieu de l'agitation. Pleurant de douleur, de haine et de désespoir, la narcoleptique crie à l'injustice. Encore une fois, par chance, Silence du Divin reste en sûreté.

Suite à cet événement qui donne crédit à ceux qui veulent la présence de la Marine sur Mû, Kōtarō se dit que sa fille est finalement maudite, conformément à la croyance des générations précédentes. En voyant le meitō dans les mains de son enfant, il se met à croire que c'est la lame qui l'a choisi et non l'inverse. Il ne peut se résoudre à accepter plus de souffrance. Même si c'est l'année de la remise de diplôme, il décide de stopper définitivement son enseignement auprès d'elle. Sortant de sa convalescence, elle apprend qu'elle doit suspendre. Pour elle, c'est le coup de grâce. Même si elle apprécie énormément la chasse, elle souhaite toujours devenir une combattante hors paire dans ce milieu. Elle veut être indépendante quoi qu'il arrive et pratiquer cette discipline lui permet d'être effectivement autonome. C'est à elle de choisir d'arrêter ou non. Elle se dispute alors avec son géniteur, ce qui est bien la première fois où elle n'est plus elle-même.

Après avoir réfléchi pendant son rétablissement, Akane se dit que ce n'est pas elle qui n'est pas douée. En fin de compte, l'art de son paternel ne lui permet pas d'être à la hauteur. Elle s'oriente alors malgré l'interdiction de son père vers TANAKA Kōshirō, le second maître expert du nitōryū, la technique à deux sabres. Plutôt réticent au début à cause de ce que Kuma raconte sur elle, il accepte de lui donner son savoir pour quatre ans. Bien sûr, Kōtarō s'en mêle, mais son homologue lui fait remarquer qu'il n'a pas à décider pour lui quel élève prendre. La rousse se fait gronder, ce qui la réconforte encore plus dans l'idée que son papa ne l'aime pas, ce qui est évidemment faux. Elle espère faire mieux que jusqu'à maintenant et se dit qu'il faut qu'elle prouve sa valeur pour que son désir de devenir samouraï soit justifiable. N'oubliant pas ses précédentes maîtrises, la narcoleptique se perfectionne dans ce nouveau style de combat avec beaucoup d'opiniâtreté. Grâce à ses compétences de trappeuse, elle retient plus facilement les paroles de son mentor.

« Une lame s'émousse et une armure plie. La vie nous enseigne que l'instinct est la seule chose qui soit essentielle à un vrai guerrier. »
▬ Maître TANAKA Kōshirō à ses élèves.

Au départ, la relation entre Miyako et Kazuo reste superficielle, mais avec le temps, elle finit par s'affiner. Âgée de 18 ans en 1619, cette dernière commence à le fréquenter sérieusement au point de trahir sa promesse. Son désir d'être avec un mari gentil est plus forte que d'être célibataire à vie. L'annonce déplaît fortement à la samouraï. À partir de là, la sabreuse se sent vraiment seule, car elle considère que son frère ne vaut pas mieux que sa meilleure amie. Désormais, l'épéiste s'accroche à son rêve de partir à l'aventure et de rester libre. Elle redouble alors ses efforts dans son apprentissage tout en ignorant les garçons qui se moquent d'elle. Depuis, Akane considère les hommes comme n'étant pas fiables et renforce son idée de devoir prouver sa valeur en tant que femme. Elle arrête les entraînements avec son aîné et préfère s'isoler comme à son habitude pour assimiler les nouvelles techniques.

En 1620, dans le Shin Sekaï, une très jeune femme fait parler d'elle. C'est une première dans le monde de la piraterie. En effet, à peine âgée de 17 ans, TASHAHARI Kiyori devient Impératrice et assoit son pouvoir dans cette partie du globe. Sur son chemin, elle se dresse face à une criminelle réputée. Il s'agit d'Asako dont sa prime s'élève maintenant à ฿ 380.000.000. Cette dernière se fait battre sévèrement. Elle perd tout. Néanmoins, elle réussit à s'enfuir avec un profond sentiment mêlant tristesse et haine. Consciente de ne peut pas pouvoir se cacher éternellement à cause de sa réputation, elle décide quand même de rentrer chez elle. Elle veut renoncer à sa vie de forban et prendre sa retraite dans le métier. Désormais, elle souhaite se faire ermite pour expier ses péchés. Ayant beaucoup d'estime pour elle, Akane compatit en apprenant la nouvelle.

Un an plus tard, Asako arrive enfin à débarquer sur l'Île du Crabe. Son retour n'est pas appréciée du tout par l'Ordre des Érudits et la plupart des habitants ne savent pas s'il faut l'accueillir en héroïne ou s'il faut la blâmer pour ce qu'elle est devenue. Le Conseil des Cinq craint que sa présence puisse attirer des criminels célèbres ou que le Gouvernement Mondial dise que Mû protège des flibustiers dangereux. La Tigresse du Lotus n'arrive même pas à regarder sa mère dans les yeux et préfère se retirer silencieusement dans les montagnes de l'île, un endroit plutôt isolé qui se situe du côté de Calm Belt. À cause de sa réclusion, Akane rate l'occasion de la rencontrer. Maintenant, la rousse peut prendre plus de temps pour se perfectionner avant d'aller la voir, vu que cette dernière ne compte plus repartir en mer.

Étant maintenant autonome dans ce domaine, l'adolescente aux cheveux rouges pratique toujours la chasse auprès de Kuma. Cependant, elle délaisse un petit peu ses temps de méditation. En parallèle, elle parfaire son maniement du sabre dans l'école de Kōshirō. Kazuo vient de temps en temps la voir comment elle progresse. Cette dernière n'éprouve plus autant de haine qu'auparavant et accepte de le recevoir. Pour l'heure, il reste le seul homme qu'elle apprécie véritablement, et ceux, malgré le fait qu'il fréquente sa meilleure amie. Son aîné lui explique même que le mariage approche. De plus, il lui annonce qu'il s'est dégoté un travail au sein du Gouvernement Mondial.

Kazuo et Miyako font donc leur épousailles en 1621. Tout se déroule bien et tout le monde est content. Neuf mois plus tard, Akane devient tante à l'âge de 20 ans d'une nièce prénommée NAKAMURA D. Nariko. La venue de cette petite dernière semble apaiser un peu chacun. La rouquine se réjouit pour son frère et n'est plus en mauvais terme avec son géniteur. Elle commence peu à peu à renouer un lien avec lui. Une bonne ambiance s'installe à nouveau dans la famille. La samouraï se dit que c'est tout ce qu'il compte. Malgré les désaccords avec son paternel, elle retrouve confiance en elle et comprend que ce dernier l'aime quoi qu'il arrive.

Enfin sa formation achevée, Akane reçoit fièrement son diplôme et s'en réjouit. Les quatre années dans le dojo de TANAKA Kōshirō ont été très bénéfiques pour sa santé moral. Elle se sent plus forte, plus robuste, plus sûre d'elle et plus vivante. Sans plus attendre, elle demande au forgeron Kenshin de lui faire deux katanas sur mesure. Maintenant, elle espère pouvoir enfin partir et faire ce qu'elle veut. Contrairement à son frère, elle désire toujours devenir pirate. Un jour où ce dernier rentre du travail, la narcoleptique le défie afin de lui prouver sa valeur. Plus imprévisible que les fois d'avant et portée par un instinct animal, la rousse donne du fil à retordre. À la surprise de tous, le duel se termine par un match nul. Pour elle, perdre ou faire ex æquo, ce n'est pas gagner. Elle préfère quitter le jour où elle se sentira véritablement prête. Elle repousse donc l'heure de son départ pour reprendre un entraînement plus poussé. Malgré tout, son aîné lui témoigne une grande affection et lui dit que ses progrès méritent d'être loués. Réconfortée par ce dernier, elle ne cède pas à une crise d'angoisse. Il lui donne même un conseil.

« La force des coups est deux fois plus puissante quand on tient son arme avec les deux mains. »
▬ NAKAMURA D. Kazuo à NAKAMURA D. Akane.

Quelques mois plus tard, au royaume de Wano Kuni, SASAKI Raytōku est pratiquement au sommet de sa gloire. Seulement, de révélation en révélation, le peuple découvre finalement la supercherie. Les autorités mettent même à jour les magouilles qu'il a utilisé contre la famille NAKAMURA. Il se fait alors destituer de son titre et de ses biens. Il perd également le respect et l'admiration de ses citoyens. Même s'il est loin de lui, il considère que c'est la faute de son ancien compagnon d'arme. Il décide ainsi d'aller le retrouver où qu'il soit, quitte à perdre des années supplémentaires. Il fuit donc le pays avant d'être condamné et que la situation ne se complique. Aspirant à se venger, il remonte doucement Grand Line dans l'espoir de revoir son beau-frère. Il en profite également pour rencontrer des mafieux et nouer un lien avec eux.

1430002316-1430000809-nariko-02-850x400.pngChapitre 03 - Jeune adulte
À Las Camp, toujours en 1622, Roza ZAÏTSEV est la fille de deux parents pauvres, Anna et Dmitri. Ces derniers s'occupent d'une auberge au niveau du port. Tous les jours, ils voient des marins de tous les horizons raconter des récits issus de leur voyage. Régulièrement, les taverniers doivent faire face à des crapules et à des Marines corrompues qui ne se privent pas de les arnaquer. Pirates impitoyables, criminels en tout genre, mafieux ingrats et soldats vénaux constituent la majorité de leurs clients. Maltraités, ils sont obligés de se taire sans le moindre désir de rébellion. Ils se contentent de les servir dans la plus grande des soumissions. Ayant la vie misérable à cause du mauvais environnement, Roza espère un jour pouvoir s'enfuir de cet enfer morbide. Depuis longtemps, elle se fait des économies pour s'acheter une licence de chasseur de primes afin de pouvoir vivre librement. Travailler pour le Gouvernement Mondial ne l'inspire pas à cause du mauvais modèle présent dans sa ville et elle dédaigne les sans foi ni loi depuis toujours.

Boris, le frère de Dmitri, est marchand et voyage beaucoup. Souvent, il emmène sa nièce avec lui lors de ses périples. C'est pour elle une occasion en or d'échapper à son quotidien cruel. Elle en profite pour être habituée à la mer et à la comprendre. Elle apprend alors à devenir navigatrice et à mettre en pratique ses connaissances. De plus, ayant l'esprit tenace, elle aspire à se défendre en tenant ses adversaires à distance. Pour cela, son oncle lui permet de s'entraîner avec son fusil et lui enseigne quelques astuces. Autant, au milieu de l'océan, Roza se déchaîne et fait preuve d'acharnement, autant, à Las Camp, elle reste tranquille. De temps en temps, ça lui arrive d'avoir des accrochages avec des brigands au point d'attirer des ennuis à ses parents.

Désormais jeune adulte, Akane décide de rendre visite à la fameuse Asako. Usant de son statut de doyen, avec l'aide de Yashiro, Kōtarō tente de lui expliquer que ce n'est pas sage. Malgré la mise en garde de son paternel, elle s'aventure sur la partie la plus dangereuse de l'île. Elle doit faire face à des créatures plus mortelles que de simple ours, tigres ou sangliers. Même Kuma ne se rend pas seul dans cette zone! La rousse affronte alors les difficultés de la jungle où règne la loi du plus fort avant de pouvoir gravir la montagne. En effet, l'ermite s'abrite dans un vieux sanctuaire perché en haut d'un pic abrupte. La narcoleptique parvient à l'escalader, mais grâce à son mantra, l'ancienne pirate sent sa présence et simule une absence pour la décourager. La fille aux cheveux rouges ne se laisse pas berner et arrive à la localiser. Elle explique son désir profond d'apprendre le santōryū. Rempli de remords, l'ex-supernova lui fait comprendre qu'elle ne veut pas partager son style et refuse encore plus de laisser quelqu'un devenir forban. Toutefois, elle reste impressionnée par la prouesse de son interlocutrice. Méfiante, elle cache quand même la joie de voir quelqu'un qui ne souhaite pas la mépriser.

Décelant une forte volonté chez la samouraï, la Tigresse du Lotus décide de passer un marché. Elle espère la démoraliser ou voir jusqu'où sa foi peut-elle la guider. Comme les bêtes aux alentours sont féroces, elle demande à la petite bretteuse de survivre pendant un an au pied de la montagne. La trappeuse relève le défi, le sourire en coin. Quittant le sanctuaire abandonné pour la jungle, elle se résolve à montrer ses facultés à résister aux caprices de Mère Nature et à dévoiler une forte détermination. Appliquant ses connaissances de la chasse, elle réussit à vivre seule sans aucun problème. De toute manière, la rouquine se sent vraiment bien dans ce genre de milieu et n'hésite pas à s'exercer toujours davantage. Quotidiennement, ses activités se résument à s'entraîner, méditer, traquer, manger et dormir. Gagnant en confiance et en endurance chaque jour, elle s'accroche sans cesse à son rêve. Cependant, la guerrière ignore que l'ancienne pirate surveille de loin son avancement grâce à son Haki de l'Observation.

Ainsi, en 1623, la jeune sabreuse se présente à nouveau chez Asako. Ne montrant aucun signe d'accablement, la rousse lui rappelle son engagement. Forcée de l'admettre et voulant honorer sa parole, l'ex-supernova se retrouve à accepter à contre-cœur. De plus, en regardant Akane dans les yeux, elle ne peut pas s'empêcher de voir son propre reflet. Pour elle, l'épéiste qui lui fait face est en quelque sorte la petite sœur qu'elle n'a jamais eu. La Tigresse du Lotus met tout de même en garde que l'apprentissage risque d'être long. Elle demande avant tout que l'usage de son style ne doit pas être fait contre des innocents. D'une certaine manière, c'est pour manifester sa repentance. De plus, l'ancien flibustier explique que la voie de la criminalité n'est pas une bonne idée d'emprunter. Il existe bien d'autres moyens d'être libre tout en ne s'attirant pas les foudres de la Marine ou des autres écumeurs. Appréhendant le style de son élève, elle lui enseigne un point important.

« La force et la vitesse seules ne suffisent pas pour combattre un adversaire. »
▬ Maîtresse TAKAHASHI Asako à NAKAMURA D. Akane.

La même période, Kazuo fait du chemin au sein du Gouvernement Mondial pour finalement devenir un agent du Cipher Pol 1. Désirant ardemment que le G.M. implante une base sur Mû, c'est pour lui un bon moyen de commencer sa relation avec cette organisation. Étant maintenant dans le services de la propagande, il admet qu'il s'ennui un peu quand il est dans les bureaux et ne pas se servir de son katana le démange assez. Au moins, il apprend de plus en plus à quoi ressemble vraiment le monde lors de ses voyages. En effet, le boulot l'amène à maintenir les liens particuliers tissés avec des royaumes encore assez autonomes. Se sentant utile, même s'il est affilé à une faction, il reste très apprécié par les habitants de l'Île du Crabe. S'occupant plutôt de sa femme et de sa fille quand il rentre au pays, il laisse Akane tranquille même s'il espère la rencontrer à nouveau afin de voir à quel point elle grandit.

En 1624, après avoir écumé d'autres mers, Raytōku est proche de son but. Toujours à la recherche de son ancien compagnon d'arme, il parcourt South Blue sans relâche. Cependant, il est loin d'imaginer que l'île qu'il convoite est à cheval sur Calm Belt. Il perd encore quelques années à récolter de maigres informations. Il faut dire que le nom des NAKAMURA ne raisonne absolument pas sur les Blues. Aucune remueur ne parle d'un traite de Wano Kuni ou de sabreur talentueux ayant le comportement de son beau-frère et son âge.

La même année, un homme mystérieux et bien habillé arrive sur l'Île du Crabe. Il demande à payer le trésor national de Mû pour une grande somme d'argent, mais les doyens refusent. Un, la population n'a pas besoin d'autant de berrys. Deux, le bien appartient au temple depuis toujours. Les ancêtres le laissent séjourner quelques jours, mais gardent un œil sur lui. La semaine suivante, l'individu soupçonneux réalise son méfait en ne laissant aucune trace et en disparaissant aussitôt. Tout le monde sait que c'est lui, mais impossible de le revoir. Le Conseil des Cinq décide de sauver l'honneur du pays. Et pour ça, on demande des volontaires pour savoir si des personnes veulent s'acquitter de cette mission. Une poignée de candidats se présentent dont Kazuo. Ce dernier pense pouvoir retrouver rapidement le voleur grâce à son travail, mais malheureusement non.

De son côté, la samouraï passe encore deux années supplémentaires à s'entraîner avec Asako et à maîtriser de plus en plus le santōryū. Parallèlement aux exercices quotidiens, les deux femmes apprennent à se connaître. Se livrant l'une à l'autre, elles se sympathisent au point de ne plus avoir de relation professeur-élève. Plus que de simples amies sincères, elles se confient tout. La Tigresse du Lotus décèle un grand potentiel auprès de son étudiante et lui apporte beaucoup de connaissances. Par exemple, elle raconte souvent les erreurs qu'il ne faut surtout pas faire durant son existence. De par son expérience de pirate, elle lui récite les nombreuses tuiles qui lui sont tombées dessus. La vie de forban n'est pas tout rose, loin de là. En écoutant assidûment ses paroles, la narcoleptique accepte peu à peu de ne pas suivre la voie de la criminalité. Se sentant comprise et s'épanouissant enfin, l'épéiste partage également ses savoirs sur la méditation. Ainsi, elle apaise un peu plus son mentor, mais cette dernière estime ne pas être prête de refaire surface. Même si un second souffle lui est accordé en la compagnie d'Akane, elle préfère éviter les problèmes en restant cachée ici.

Sa formation étant achevée en 1625, Akane rentre chez ses parents plus forte que jamais. Tout le monde est là. À sa bonne surprise, chacun se réjouit de la retrouver, surtout son frère qui s'apprête à être papa pour la seconde fois. Tous constatent qu'elle se sente mieux aussi bien physiquement que moralement. Junko en profite pour lui annoncer ses fiançailles avec KONDŌ Takeshi, le petit-fils de Yashiro. La malade s'ébaudit d'entendre toutes ces bonnes nouvelles et partage sa joie. Elle décide de prendre un peu son temps pour chouchouter Nariko. Elle révèle également qu'elle est enfin prête à quitter l'Île du Crabe. Elle indique qu'elle peut revenir à l'occasion, particulièrement pour voir sa nièce grandir. Kōtarō lui parle également du meitō volé et lui explique à quel point il est important de remettre la main dessus. Afin de lui témoigner sa fierté envers elle et aussi pour se faire pardonner de l'avoir entravé durant sa jeunesse, il lui remet une lame prestigieuse. Émue, la bretteuse accepte et l'excuse du fond du cœur.

Peu de temps après, alors que KIMURA Miyako met au monde une fille nommée NAKAMURA D. Airi, Akane se lance à la recherche de Kami no chinmoku malgré son retard. Afin de savoir les détails, elle se présente à l'Ordre des Érudits. Pour elle, elle pourrait prouver à tout le monde son dévouement et que même une femme peut faire ce devoir. Elle embarque alors avec des marchands de passage et découvre à quel point ce milieu est particulier. En effet, elle doit faire face à des hommes suspicieux qui imaginent un tas de malédictions quand une personne de sexe opposée est à leur bord. Durant la traversée, elle réalise qu'elle n'a pas le pied marin et qu'elle ne sait pas nager.

Elle débarque alors dans la Baie de Jing à Kanokuni. C'est la première fois qu'elle séjourne dans une ville de cette envergure. Elle reste impressionnée, mais elle ne se sent pas si dépaysée pour autant. Comment les rumeurs vont bon train à cet l'endroit, elle galère à démêler le vrai du faux. Cherchant des informations dans une taverne, elle croise Raytōku qui vient juste d'arriver sur sa Blue sans savoir qui il est et sans que lui-même sache qui elle est. Comme il est très respectueux des traditions, il ne peut pas s'empêcher de faire une critique désobligeante au sujet de la rouquine. Témoignant son dégoût, il tente de lui expliquer qu'elle ne doit pas faire usage de ses armes.

« Ce n'est pas parce que tu portes le sabre que tu sais t'en servir. »
▬ SASAKI Raytōku, l'Intrépide à NAKAMURA D. Akane.

Ayant gagné en sagesse, la samouraï se contente de garder le silence. Toutefois, son oncle l'interroge pour savoir de quel pays elle vient. Elle lui répond simplement que sa terre natale se nomme Mû. Son tonton ne fait pas encore le rapprochement avec l'Île du Crabe.

Suivant un indice qui l'emmène à Poiscaille, Akane réalise tardivement qu'elle fait fausse route. Elle remarque néanmoins à quel point l'île est distincte de la première. N'appréciant pas de perdre du temps, elle parvient à partir sur un autre sentier. Elle éprouve énormément de difficulté à trouver le moindre début de piste. Même si elle reste encore dépendante pour voyager d'un point à un autre, elle voit sa vie prendre un nouveau tournant, ce qui la réconforte. Toutefois, après avoir séjourné dans plusieurs pays, elle constate que le monde est vraiment pourri. L'image qu'elle s'en fait depuis petite n'est pas si différente. De plus, elle commence à s'attirer des ennuis en mettant le nez dans des endroits insalubres. Chaque lieu visité est quasiment unique pour elle. Parfois, le choc culturelle est si intense que cela lui cause des problèmes. Elle se dit que si vivre libre lui procure des dommages, alors pourquoi ne pas devenir pirate? Elle garde cependant en tête les enseignements d'Asako afin de ne pas sombrer dans une mauvaise voie.

À Las Camp, la Loi Martiale est définitivement levée en 1626. Malheureusement, la criminalité est toujours beaucoup trop présente pour Roza. Cette fois-ci, son oncle ne peut pas l'embarquer avec lui. Ne pouvant pas encore prendre son indépendance, elle aide à contre-cœur ses parents. Un jour, Akane se fait déposer sur l'île et constate à quel point c'est anarchique. Plusieurs fois, les marins lui ont prévenu de ne pas se rendre ici à cause de la dangerosité. La rousse n'y prête pas attention, car une nouvelle piste l'amène en ce lieu. Elle désire accomplir son devoir avant tout même si l'atmosphère l'étouffe quelque peu. Elle ressent à quel point l'agglomération est sinistre. Ne pouvant pas crécher à l'extérieur de la ville, elle décide de se rendre dans l'établissement des ZAÏTSEV. À ce moment-là, Roza croise son regard. Elle y voit de la détermination et imagine sa force. Elle lui demande si elle est étrangère, ce à quoi l'épéiste répond oui. Ensuite, la fille aux cheveux rouges commande le plat du jour à Dmitri. Plus tard dans la soirée, celui-ci prétend se rendre au bar avec des amis pour déstresser.

Après avoir fait ses repères et son enquête de la journée, Akane décide d'entrer par effraction dans un entrepôt. Des mafieux de la Lune Opaque sont présents et ne comptent pas la laisser faire. Elle s'en débarrasse facilement et part immédiatement intercepter leur chef qui prend la fuite. Elle tombe sur Dmitri et le reconnaît. En effet, depuis seulement un an, il est obligé de se mouiller à contre-cœur afin de joindre les deux bouts. Et ça, il en a trop honte pour le dire à sa femme et à sa fille. Ni étonnée, ni écœurée, la narcoleptique lui demande ce qu'il sait à propos du trésor national de Mû. Il lui indique qu'il est trop tard, car un mystérieux acheteur est reparti avec depuis peu. Ne sachant pas réellement si l'épéiste est prête à le tuer s'il ne collabore pas ou par espoir de se libérer de son patron, le père de Roza explique qu'il est sous les ordres d'un certain Marcus MORAVEC et qu'il est le seul à connaître l'identité du cessionnaire.

Exaspérée, Akane part sans plus attendre dans un autre endroit de la ville appelé Last Joy. Pris au dépourvu, le supérieur de Dmitri tombe nez à nez avez la samouraï. Cette dernière lui annonce qu'elle ne s'intéresse uniquement au meitō et qu'elle se fiche de ses magouilles. À défaut de pouvoir la tuer de ses propres mains, Marcus profite de sa crédulité pour l'envoyer dans une mauvaise direction. Il est très mécontent de constater que son entreprise subit la colère d'une épéiste lambda. Laissant repartir la fille aux cheveux rouges, il fait appel à un collaborateur, Wernher VAN DONGEN, dit le Laniste. Ce dernier accepte de l'aider à corriger la famille ZAÏTSEV, mais en échange, il veut capturer la sabreuse pour alimenter ses combats clandestins.

Insomniaque, ce n'est pas la première fois que Roza voit son paternel rentrer très tard et se doute de ce qu'il fait vraiment. Connaissant le prix de sa trahison, cette fois-ci, au lieu de retourner chez lui discrètement, Dmitri rapplique en étant paniqué, ce qui réveille sa conjointe. En effet, Marcus ne tolère pas les divulgations et veut montrer l'exemple. Rassemblant ses proches, il explique alors la situation, mais les gangsters de Wernher font irruptions. Arrivant à son tour, Akane réalise à quel point elle sème la pagaille. Agacée d'être fautive, elle tente tant bien que mal de repousser les mafieux qui se montrent de plus en plus impitoyables. La famille ZAÏTSEV comprend que la samouraï cherche à les protéger. Cette dernière se débarrasse des criminels, mais ils sont trop nombreux et elle tombe rapidement à bout de souffle. Roza essaie également de tenir à distance leur agresseur, mais ils sont vite acculés sur la jetée. Attiré par le grabuge, la Marine cherche à protéger les citoyens. Néanmoins, les fuyards réussissent à prendre une barque de fortune pendant que les soldats s'avisent de remettre de l'ordre. Finalement, grâce à leur intervention, ils réussirent à distancer leurs poursuivants. Exténuée, la bretteuse se fait rattraper par sa narcolepsie. Étant maintenant en sûreté, la tireuse d'élite en profite pour narguer ses ennemis.

« Talent, force, intelligence... Rien de tout cela n'est utile si vous n'avez pas le cran de vous en servir. »
▬ Roza ZAÏTSEV à Invité.

Le lendemain, la malade s'explique qu'elle se sent coupable. Pour se faire pardonner, elle suggère à Dmitri et à Anna de se réfugier dans son pays. Ces derniers acceptent, mais la rousse ne sait pas comment retourner sur Mû. Elle conseille de se rendre d'abord au Quartier Général de West Blue afin d'y trouver son frère, car ce dernier fait souvent des allers-retours. Roza apprécie et propose même d'acheter une licence de chasseur de primes. Elle lui fait également part de son désir de voyager libre en sa compagnie. Elle lui avoue qu'elle reste impressionnée par ses prouesses d'épéiste et qu'elles pourraient toutes les deux se compléter. De plus, la jeune ZAÏTSEV voit en Akane la sœur qu'elle n'a jamais eu. La rouquine approuve l'idée. Une fois au Q.G. de la Marine, elle parvient à croiser Kazuo et lui expliquer la situation. Ce dernier promet de faire le nécessaire, et dans sa générosité, offre le droit de devenir CdP aux deux filles. Par la même occasion, il lui indique comment faire pour revenir sur Mû. Il faut dire qu'il est heureux de constater que la narcoleptique ne sombre pas dans la piraterie malgré les complications.

Après cela, pendant deux ans, Roza et Akane partent à la recherche de Silence du Divin. Régulièrement, elle se confrontent aux mafieux et aux pirates. Parfois, elles se heurtent à des Chasseurs de Primes de la Bounty National Agency qui n'hésitent pas à leur voler leur cible. De temps en temps, des membres de cette organisation les traitent de novices. Nonobstant, elles ne trouvent aucune trace du meitō, mais elles ne perdent pas espoir. Au contraire, elles redoublent d'effort à chaque fois. Parallèlement, elles apprennent à se connaître et à s'apprécier malgré les quelques divergences. La samouraï aime vraiment la compagnie de la tireuse d'élite et est soulagée de pouvoir partager sa vie avec quelqu'un qui peut la comprendre.

En 1627, elles font une apparition sur l'Île du Crabe pour célébrer l'union entre Junko et de Takeshi. Après cela, elles reprennent la chasse. Un jour, elles y rencontrent un certain Peeter G. DICROSS lors d'une altercation contre des truands. Toutefois, après les rencontres diverses avec des criminels, la sabreuse reste convaincue que le monde est pourri. Elle endurcie davantage son cœur au point de faire surgir une double personnalité. Tout ce qu'elle n'ose pas exprimer ressorte alors quand son état second prend place, mais elle n'en est pas consciente. Désormais, elle se met en tête de traquer des brigands célèbres pour montrer qu'elle a aussi sa place parmi les grands épéistes.

En 1628, Akane retourne avec Roza sur Mû afin de pouvoir participer à la fête des 30 ans de mariage de ses parents. Elles tombent exactement au moment où Raytōku défit Kōtarō dans un combat singulier. Elle le reconnaît. Ce dernier révèle à plusieurs reprises la véritable identité de son beau-frère pour l'agacer. L'Ordres des Érudits, Kōshirō, Kazuo, Kuma, Kenshin, Yashiro, Anna, Dmitri et plein d'autres encore observent le duel depuis un moment. Tous sont abasourdis. Évidemment, Inari supplie son frère et son mari d'arrêter, mais sans succès. Ce dernier refuse qu'on l'aide, car c'est une question d'honneur. Perdant ses moyens, la sabreuse tente de s'interposer, mais elle se fait repousser facilement. Son géniteur lui rappelle qu'elle n'a pas à s'emmêler. Indignée, elle court alors chercher Asako. Pour la première fois, la rousse éprouve une grande crainte. Elle trouve la Tigresse du Lotus et lui expose la situation. Cette dernière accepte aussitôt. Bien que le duel s'éternise depuis un temps, l'oncle de la rousse commence à prendre le dessus. En revenant, la rouquine est désespérée. À la grande surprise générale, en une fraction de seconde, l'ex-flibustier désarme à la fois Raytōku et Kōtarō. Les deux guerriers sont mécontents, mais ils doivent s'avouer vaincus.

Les anciens ne savent pas quoi faire de l'Intrépide. Il ne peut pas repartir, car il reviendrait retenter sa chance. Depuis sa rencontre avec Akane, Asako se demande si elle doit reprendre la mer. De plus, elle réalise que sa présence n'est vraiment pas appréciée. Consciente du danger que cela représente si elle refait surface, afin d'expier ses péchés totalement, elle suggère aux doyens de ramener le frère d'Inari dans son pays. Ces derniers approuvent. Une trêve est donc faite. Tout le monde apprend à ce moment-là qui est qui. Kōtarō explique à ses enfants la signification du "D." et demande de garder ça secret. Comme il se fait vieux et que Kazuo ne souhaite pas reprendre son école, il se dit qu'il est temps de prendre une retraite spirituelle et de se retirer de la voie du bushidō.

Après la fête, la fille aux cheveux rouges croise les informations avec son aîné pour sa quête. Il s'avère que le trésor national de Mû est maintenant quelque part sur Grand Line. Ensuite, elle raconte à Asako ce qu'elle a observé pendant ses trois ans de voyage. L'ex-supernova propose à Akane de la revoir à Little Garden pour l'aider à devenir plus forte. Elle est même soulagée de constater que la samouraï soit devenue une chasseuse de primes plutôt qu'une pirate. Afin d'être mieux préparée, la sabreuse demande au forgeron de lui faire un dernier katana. Une fois ressourcée, la rouquine se remet alors en mouvement avec Roza en direction de la Route de tous les Périls. Elle est prête à affronter les dangers du monde entier et à expérimenter le shitōryū, la techniques à quatre sabres.

« Chaque cicatrice est une leçon et chaque combat teste ce que vous avez appris. »
▬ NAKAMURA D. Akane à Invité.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22295-la-samourai-chasseresse#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22267-nakamura-d-akane-samourai-silencieuse-l-ouragan-rouge