AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-19%
Le deal à ne pas rater :
SSD interne M.2 NVMe Crucial P2 (CT1000P2SSD) – 1 To
87.54 € 107.99 €
Voir le deal

Des glaçons ça fait mal

Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mar 7 Nov - 11:06

Teach est un monstre. Non seulement il a battu Red, mais en plus il a créé un arbre qui faisait la moitié de l'île. Un arbre qui a presque détruit Thriller Bark. Mais en plus, il a fusionné les deux pour créer une île volante. La puissance des empereurs n'est pas que physique. Ils ont tous un petit quelque chose. Teach a sa capacité qui lui permet de contrôler et faire pousser des plantes. Ravrak a son immortalité. Kyori a sa maîtrise du sabre et son meitou. Pour devenir empereur, il me faut autre chose. Mon logia ne suffit pas. Face aux adversaires qui m'attendent, il sera même plus un handicap qu'autre chose. Mon Hasshoken ne s'exprimera pas tant que je n'aurais pas le haki de l'armement. Mais ce n'est pas ma priorité. Je dois trouver et développer une capacité qui m'est propre. Un truc que personne n'a et qui me donne un avantage. Devenir cyborg ? Non, trop cher, pas assez rentable, trop facile à détruire. Il me faut un truc utile, chiant à affronter, qui ne puisse être que difficilement contrer. D'un seul coup, le den den d'alarme résonne. Je me précipite sur le pont supérieur pour voir ce dont il s'agit. Et dès lors, je le vois. Il est là. Il arrive. Le bateau avec son pavillon noir.


Les hommes sont paniqués. Je crois qu'il n'a pas trop aimé ce que j'ai fait à son île. Sur son navire, Akemi Polio me pourchasse depuis que j'ai massacré son île. Comment il 'ma retrouvé ? On est sur le Nouveau Monde, il ne peut pas simplement me suivre à la trace. Il ne peut pas non plus savoir vers quelle île je vais puisque moi même je ne le sais pas encore. On est au beau milieu de la mer, et pourtant, il est parvenu à me trouver. Ça fait près de deux semaines, mon corps a récupéré de son traumatisme. Sauf mon doigt sectionné, évidemment. Même si je m'en suis fait un en terre. Comment il a pu me retrouver ? Il a des pouvoirs de divinations ? Un fruit du démon ? Une capacité hors norme ? Une chose sur le Nouveau Monde est vraie, on y rencontre que des gens d'exception, c'est pas une mer pour débutant. On a beau activé nos hélices, libérer les voiles, le bateau ennemi nous rattrape par je ne sais quel moyen. Il fait la même taille que le mien, soit quarante huit mètres de long, la même largeur. Il est noir, presque intégralement, même les voiles. Il apporte la mort, c'est clair et net. On peut le sentir dès qu'on le voit. J'avale difficilement ma salive. Je repense à notre combat. M'échapper m'a presque coûté la vie. Je n'ai pas réussit à lui faire de dégâts malgré toutes mes techniques. Même le chat noir n'a quasiment rien fait. Comment va-t-on s'en sortir cette fois ? Bon, déjà, on se calme. On est pas abordé encore que je sache. Il faut qu'ils nous atteignent pour ça. Or, si on les coule avant, on sera tranquille de ce côté.

« Chargez les canons, ouvrez les sabords à bâbord, affalez les voiles. Préparez-vous à jeter l'ancre à tribord et à carguez les voiles à mon signal. Préparez le Panache Canon maintenant ! Vertical 10°, Horizontal 75°.
Mais … capitaine, vos ordres se contredisent. »

Un regard suffit à remettre le matelot à sa place. Je suis du genre tout ou rien, aucune demie mesure avec moi. Ça passe ou ça casse, comme on dit. Là, ça va forcément casser. Reste à savoir si c'est eux, nous ou les deux. Je crois en mon bateau et sa puissance. Je sais qu'il peut et va faire la différence. On a un vent arrière, mais eux aussi, puisqu'ils arrivent de derrière nous. Et ils vont plus vite, on ne peut donc pas les semer. Il ne reste qu'un seul moyen pour moi, le combat. J'suis pas connu pour mes tactiques navales, et j'espère que ça va changer. C'est pour cette raison que j'étudie les combats passés et que j'apprends plein de termes que je ne retiens pas forcément. Leur bateau sera bientôt à portée de tir. On gagne un peu en vitesse, et c'est tout ce qu'il me faut pour ma manœuvre légèrement risquée. Ça peut aussi nous couler le bateau. Mais sans sacrifice, aucune victoire. Je saute à l'arrière du vaisseau et envoie des lames d'air droit sur celui d'Akemi. Il les détruit avec les siennes sans effort apparent. Je laisse son bateau se rapprocher, et quand je trouve que c'est assez prêt, soit cinquante mètres, je débute ma manœuvre. L'ancre est jetée à tribord, les voiles sont carguées et les hommes sont bien accrochés. Aussitôt, le bateau se met à tourner sur lui même autour de l'ancre.

https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mar 7 Nov - 11:06

Les sabords étant ouverts, j'ordonne que les canons tirent sur le bateau ennemi. On se retrouve au beau milieu de leur navire, juste devant leur proue. Les deux bâtiments se percutent violemment et tremblent. Pendant une seconde, je crains que mon carénage spécial ne tienne pas le coup. Mais je suis vite rassuré. Résultat, nos canons détruisent la figure de proue et les canons qui y sont installés. Le bois explose, l'eau gicle, le métal vole. Les hostilités sont lancées et notre bateau continue de tourner, même s'il se fait emporter un peu. Mais ça fait parti de mon plan, et il doit l'avoir compris désormais. L'inertie de son bateau fait que le mien tourne plus vite. J'ordonne qu'on libère l'ancre pour regagner en vitesse et arrêter de tourner. Mes hommes sont surpris mais s'exécutent. Le bateau d'Akemi n'est en aucun cas en position pour tirer, mais on peut voir les sabords de tribord s'ouvrir. Je suppose qu'il fait charger les canons. L'odeur de la poudre me remplie les narines. On a le vent de face, donc on perd en vitesse. Je vois les hommes du criminel tenter d'aborder, mais le contre-sens et notre différence de vitesse rend la chose presque impossible. Ils laissent tomber les planches et sauter avec des cordes. Avec une vitesse de réaction qui me caractérise, je tranche l'air et les cordes d'un coup. Mais un truc atterrit sur mon vaisseau. Un truc gros. Un truc puissant. Un truc noir. Un truc qui parvient à abîmer le pont supérieur.


Je peux le voir dans le coin de mon œil droit. Mon haki me détaille la chose. Pourtant, je n'ai pas besoin de voir pour savoir ce dont il s'agit. L'aura meurtrière qui se dégage de la chose me donne toutes les informations dont j'ai besoin. Son sabre vole vers ma tête. Je me penche en avant pour esquiver. Avec une corde attachée à son arme, il la redirige vers le bas. Je roule sur ma droite et me tourne. Son poing rencontre mon menton et me soulève. Un coup de genou me fait définitivement quitter le sol et m'éjecte dans les airs. Je sens son poing arriver avec mon haki. Je me rétracte en petite boule de terre pour esquiver, son attaque passe à côté. Puis mon poing jaillit et le touche à la joue droite, protégée par son armure. Je sens le métal froid contre mes phalanges. Comment c'est possible ? Je sens aussi autre chose, mes forces qui me quittent rapidement. Je retire mon poing dans la milliseconde qui suit.

« On dirait que t'as compris.
T'as mis du granit marin dans ton armure. Intelligent. J'perds mes pouvoirs si tu me touches ou si je te touche.
C'est pas sa seule fonction. Tes ondes à la con ne pourront pas détruire cette nouvelle armure.
On parie ?
Ta vie.
J'vois déjà plusieurs failles dans ton plan. C'est impossible que tu ai pu recouvrir toute ton armure car déjà, le procédé est tenu secret par la marine, ensuite il faut des outils spéciaux, puis suffisamment de granit marin. Je doute que tu ai tout ça. Tu as sans doute fait couler un peu de granit par endroit, où tu l'as fait mélanger directement lors de la création de l'armure. Ça veut dire que ton granit n'est pas pur, mais il peut quand même me priver de mon logia. Du moins, si je le touche. Puisqu'il n'est pas présent partout, j'ai juste à l'esquiver.
Plus facile à dire qu'à faire.
On verra ça. »

Je déploie mon haki à son maximum pour ressentir tout ce qui m'entoure. Rien de ce qui se passe sur les deux bateaux ne m'échappe. Je me concentre particulièrement sur l'armure d'Akemi afin d'identifier les zones où je peux frapper et celles à éviter. Mais c'est impossible, le granit est dans l'armure, ce n'est pas une couche externe. Je ne connais pas la quantité de granit marin qu'il a mit, mais je suppose que ça ne doit pas être énorme. On va dire cinq menottes, parce que c'est déjà énorme. Il a sûrement obtenu le minerai en faisant fondre des menottes, donc c'est limité. En prenant en compte la taille de son armure, la quantité de métal et de granit marin, j'estime à 5% la concentration de granit. Maintenant, reste à savoir si ces pourcentages sont réparti équitablement ou pas. Sachant qu'il aime se battre avec ses poings, je suppose qu'il aura fait mettre plus de granit dans ses avant-bras, et moins dans les jambes. Le casque est essentiel pour sa survie, de même que l'endroit de la cuirasse qui protège le cœur. Le reste n'étant pas vital, on peut supposer que la concentration en granit sera moindre. Ergo, c'est là que je dois frapper.
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mar 7 Nov - 11:07

On se fonce dessus au même moment. Il frappe, j'esquive, je tape, il contre. Je vise les points cités précédemment pour voir si mon hypothèse est bonne. Quand je sens mes forces m'abandonner immédiatement, je sais que j'ai vu juste et je me retire. Je me contente d'esquiver ses coups. Ça me coûte bien moins d'énergie qu'à lui. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, rater ses coups ne l'enrage pas, au contraire. Il semble heureux d'avoir plus de temps pour me tuer.

« Allez, laisse toi faire. Tu manques à ton doigt.
Tout comme tu manques à tes villageois. »

Là, il semble mal le prendre. Son ardeur à me toucher double. Là, ça devient dur d'esquiver sans le toucher. Il martèle l'air tel un canon à air comprimé. Je ferme les yeux pour mieux me concentrer sur mon haki. Pendant ce temps là, tout autour de nous, nos hommes se tirent dessus avec leurs fusils, et les canons font de même. Son bateau se fait plus endommager que le mien grâce à nos tirs anticipés. Sa proue est en mauvais état, son flanc droit également. Les deux bâtiments vont bientôt se quitter, le combat doit se terminer rapidement. Tout d'un coup, je sens un truc, une perturbation grâce à mon empathie que lui ne sent ou voit pas encore. Je souris, il le voit et s’interroge.

« Tu es content de mourir ?
On verra ça la prochaine fois. LASER DANS 15. Carguez les voiles.
Parce que tu penses en réchapper ? »

Il ne comprend pas ce que j'hurle à mes hommes, et c'est tant mieux. Il faut dix secondes au panache canon pour être activé une fois qu'il est prêt. Les coordonnées ont été saisies, et mes hommes sont prêt en trois secondes. Et à la fin du décompte, le laser est lancé. J'vous laisse deviner sa cible. Non, ce n'est pas le bateau ennemi. C'est bien plus gros. Bien plus dangereux. L'océan. Enfin, un truc créé par l'océan. Notre vigie le repère en premier, puis vient le tour de celle de l'ennemi. Ils hurlent, mais personne ne les entend à par leur capitaines. Le ciel s'assombrit d'un seul coup, le soleil se fait masquer tellement rapidement que tout le monde tourne la tête pour voir ce qui se passe. En une seconde, on passe d'une clarté sans pareille à presque une nuit complète. Un truc tombe du ciel. Et c'est plus gros que nos bateaux. Ça doit faire la taille d'une île environ. Un glaçon géant tombe d'un ciel sans nuage. Juste avant qu'il ne touche l'eau, le décompte touche à sa fin. Le laser est lancé, et l'iceberg explose en centaines de morceaux. Nos voiles étant repliées, elles ne se font pas abîmées. On ne peut pas en dire autant pour le bateau d'Akemi dont les voiles se font déchirées et transpercées. Mon bateau étant renforcé, il résiste aux glaçons qui sont projetés contre lui. Pas celui de mon poursuivant. En une seconde, tout bascule. Le monde entier bascule pour l'armure.

L'explosion de l'iceberg détruit ses voiles, abîme son bateau, et en plus, le souffle le projette lui sur son navire, là où mes hommes et moi sommes bien accrochés. Et oui, chaque fois que l'on utilise le panache canon, on recule violemment, il faut donc être cramponné. C'est pour ça que je n'ai pas eu besoin de le préciser à mes troupes. Ils savaient déjà quoi faire, même s'ils ne se doutaient pas que ça allait donner ce résultat. Comme on a reculé, on se retrouve juste devant le trou d'eau fait par les morceaux de glace tombant dans l'eau. On se fait aspirer, prenant de la vitesse rapidement. Akemi étant de l'autre côté, il se fait repousser en avant. Il y a désormais plusieurs dizaines de mètres entre nos vaisseaux. J'ordonne une série de choses pour qu'on dégage de la zone, puis je lance joyeusement un « À la prochaine. » à mon ennemi. A l'aide de mon haki, je nous guide à travers les icebergs qui tombent du ciel. C'est pas précis, mais ça nous permet d'éviter de ce faire écraser et éclater. Nos hélices et notre turbine nous donne assez de vitesse pour changer rapidement de cap. Ceux qu'on ne peut esquiver, je les tranche ou les explose. On ne voit plus rien à cause du blanc autour de nous, de l'eau qui vole, des glaçons qui tombent et de l'obscurité. Une chance que j'ai passé des mois à entraîner mon empathie à son summum. On en voit enfin l'utilité. Si j'avais acquis le haki de l'armement à la place, on serait probablement morts à l'heure qu'il est. Merci mon karma. On s'éloigne de la zone aussi raidement que possible pour esquiver les choses qui tombent du ciel. Akemi, quant à lui, peste au possible.
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1