Le Deal du moment :
Le Tome 41 de Berserk sort dans une semaine : faut-il ...
Voir le deal

[Quête]Nouvelle île, nouveau destin

Le soleil vient de se lever, la brise légère souffle dans les voiles du bateau de transport se dirigeant vers Zaun. A ma grande surprise, peu de gens sont intéressés pour venir faire un tour dans les environs. Le tavernier de Luvneelgarn m'a pourtant assurer que c'était là bas que j'arriverai à trouver du travail. A moins que ce ne soit qu'une excuse pour me faire partir du Royaume de Luvneel ? Je ne sais pas, en tout cas, hier,  je suis monté à bord de ce bateau en direction de l'île des coriaces. J'aime beaucoup ce nom là ! Je suis sûr que là bas au moins je pourrais m'entrainer correctement et m'améliorer encore plus. Il suffit pour moi de regarder les contours de l'île qui se dessinent petit à petit, pour me dire que ma véritable aventure commence ici. Ce que j'ai fais jusqu'à maintenant, ce n'était que du travail sans importance. Maintenant, j'ai trouvé le moyen de concilier mon envie de me battre, de gagner de l'argent, et de m'améliorer. En effet, sur Luvneel j'ai entendu une conversation à la taverne de personnes qui avaient vu un géant bien plus grand que moi se battre à l'arène clandestine de Zaun. Après l'avoir interrogé, il m'avait dit que c'était un endroit très sélécte sur le choix des candidats. Pour participer, il faut que ce soit un bookmaker qui vous séléctionne pour vous battre. C'était donc mon objectif premier sur cette île : trouver un bookmaker et le convaincre de me laisser me battre.

Je n'ai pas réussi à dormir de la nuit tellement j'étais excité à l'idée de combattre des personnes extrêmement forte. Ou peut être est ce seulement que je n'ai pas l'habitude de dormir sur un bateau ? En tout cas, une fois que j'aurai trouvé le bookmaker et me serai fait inscrire pour pouvoir me battre, j'irai me reposer dans un coin à l'abri des regards. Cela me fera un bien fou ! Ou peut être que j'irai à la taverne vider un ou deux tonneaux de bière pour fêter ça ! Enfin si mes économies me le permettent. Payer le trajet m'avait coûté presque l'ensemble des économies qui me restaient.  Et en plus, du fait de ma taille, le transporteur m'a fait payer des frais supplémentaires. J'aurai du m'en douter que des humains viendraient encore me chercher des noises. Si je n'avais pas tant besoin de quelqu'un sachant naviguer, je les aurais tous massacrés.  Alors que je regarde l'île qui se dessine petit à petit, je constate qu'il s'agit d'une île assez étrange, aux contours bordés de falaises extrêmement escarpé. Je vois le port du sud de là où je suis et je vois qu'il y a pas mal d'animation par là bas.  Mais ce qui attire le plus mon attention, c'est le nuage de pollution au dessus du port qui semble recouvrir l'île entière. Comment des gens peuvent ils vivre ici à l'année ?  Je comprend mieux pourquoi peu de gens sont attirés par cette ville, elle est tout sauf un décor de carte postale. Mais ce côté perdu me plaît. Il ne doit pas y avoir de base de la Marine ici, ou alors cela doit servir de punition pour les mauvais marins.  En tout cas, ce sera parfait pour m'entrainer tranquillement à l'abri des regards. Il y a une grande forêt noire au milieu de l'île, je trouverai sans doute un petit coin tranquille. Je suis tiré de mes pensées par un des passagers qui se met à côté de moi et regarde la ville.

Quel beau paysage n'est ce pas ? T'es pas du coin on dirait !
Qu'est ce qui te fait dire ça ?
Je suis d'ici, et t'as pas la tronche d'un gars qui est habitué à voir notre île. En plus vue ta taille, je crois que je me serais rappelé de toi.
Qu'est ce que ça peut te faire ?
Rien, je te préviens juste qu'ici on aime pas trop les étrangers dans ton genre. La ramène pas trop sinon tu risques de faire de mauvaises rencontres ...
Comme qui ? Si c'est des menaces, tu peux te les mettre là où je pense !
Ha ! J'aime bien t'es pas de ceux qui s'écrasent toi ! Je parlais pas de moi en particulier, mais sache qu'ici, les gens règlent leurs problèmes entre eux. Et que si tu ne tiens pas tranquille, il se peut que les gens du coin fassent appel aux SombreRivage pour te donner une leçon.
C'est qui ça les SombreImage ?
T'es vraiment pas du coin toi ! Les SombreRivage sont une famille d'assassins, les gens viennent payer ces monstres pour faire tuer n'importe qui sur l'île. Si j'étais toi, je me méfierais. En plus, le gouverneur du coin les a à la bonne.
Merci de l'avertissement, mais je suis pas ici pour m'occuper des SombreBreuvages.

Le passager ricane et me laisse en me souhaitant un bon séjour malgré tout.  Quelle ville étrange. La population sera donc inhospitalière tant que je ne ferai pas partie du paysage ? Etonnante façon de penser. Mais bon, pour une fois, la seule chose qu'on me reproche c'est d'être un étranger, pas d'être un géant. C'est un bon début ! Au fur et a mesure que l'embarcation avance, je sens l'odeur de pollution se faire de plus en plus forte. Cela risque de prendre un moment d'adaptation pour m'habituer à tout cela. Ce qui nous tue pas nous rend plus fort n'est ce pas ?  Le bateau amarre finalement au niveau du port et je peux enfin descendre sur la terre ferme. Ce coin là est assez animé, je me dis que ça pourrait être un bon endroit pour commencer mes recherches. Je décide de tenter ma chance près d'une taverne. Comme à mon habitude, je jauge les gens présents. Il n'y a pas l'air d'avoir grand monde de très forts. Cependant, il y a une table en extérieur où deux personnes sont en train de discuter. Le premier homme est un homme à la tignasse verte et des lunettes portant un costume. On pourrait croire qu'il s'agit d'un homme d'affaire. A l'inverse, l'homme qui se tient en face de lui par contre, a l'air un peu plus puissant. C'est un homme blond habillé d'une tenue  aristocratique mais qui porte des protéges bras en fer et des cuissardes renforcés de la même matière. Il avait également une rapière à sa taille. Celui-là, c'était loin d'être un rigolo comme l'autre. Je prends donc le risque de m'approcher tout en guettant du coin de l'oeil le bretteur. Celui-ci me voyant approcher se lève et me fait face sans la moindre trace de peur dans son regard.

N'approche pas. Si tu fais encore un pas je te tue

C'est pas à toi que je veux parler, c'est à ton ami.
Et cette personne me paye pour éviter les embrouilles avec les idiots dans ton genre
Relax Eric, il est nouveau dans le coin.  Et puis je pense que s'il avait voulu m'attaquer, il n'aurait pas perdu son temps à te parler. Approche mon ami, dis moi qu'est ce que je peux faire pour toi.
Disons que j'ai appris qu'il  y avait de l'argent à se faire dans les environs si on se battait bien et ...
N'en dis pas plus,  je sais exactement ce que tu veux. Et la réponse est "non". Je n'ai le droit de placer qu'un seul combattant, et il est devant toi.
Et si je te disais que ton champion j'en fais qu'une bouchée ?
Attend de qui il parle là ?
Oh, tu n'as pas froid aux yeux j'aime ça. Sache qu'Eric en est déjà à trois victoires dans l'arène et n'a pour l'instant subit aucune défaite. Il n'est pas de taille à affronter le champion, ça s'est sûr. Mais il est tout à fait apte à me faire gagner encore pas mal d'argent.
Choisis moi comme champion, et je t'aménerai la tête du champion de l'arène sur un plateau.
J'aime cet enthousiasme. Je te propose un marché, rejoins moi ici dans trois heures. Je te ferai affronter Eric dans un combat à mort. S'il gagne, ça lui aura fait un entrainement face à un géant, s'il perd et bien tu auras ta place de champion. Qu'en dis tu ? Si tu ne te pointes pas, c'est que tu n'es pas à la hauteur. Je le prendrai bien ne t'en fais pas. Ce n'est pas tous les jours que l'on joue sa vie. Et si tu veux devenir mon champion à moi, Mido Rima, tu vas devoir me prouver que tu es prêt à miser gros.
Je ne perdrai pas contre lui. Je relève le défi !

Je tourne les talons et me dirige vers la forêt aux alentours. Il faut que je me prépare pour être en forme. Je me décide à enchainer pas mal de série de pompes, de squats et de m'entrainer en shadow (c'est à dire simulation de combat sans entraineur pour les non-pratiquants). Je passe bien une heure à enchainer ses séries. Je ne veux pas me mettre dans le rouge non plus, je veux être en forme pour botter le cul de l'homme à la rapière.  Surtout que ce sera ma seule occasion de pouvoir rentrer dans la cage. S'il est plus fort que moi, je meurs et ce sera la fin de ma destinée. C'est quand je songe à ça que je me ragaillardie, hors de question que mon voyage se finisse au tout début de mon aventure. J'ai encore mon père à retrouver, une vengeance à prendre sur Lira et une envie de puissance que personne ne saura me retirer. D'ailleurs, si je n'ai pas cette dernière, je ne pourrais probablement pas accomplir les deux autres. C'est ce qui me motive à continuer de m'entrainer, je ne m'arrête finalement qu'une demi-heure avant le début du combat. Je me sers de ces trentes minutes pour m'étirer, me reposer un peu et pour rejoindre le lieu de rendez vous. Je suis fin prêt Eric, avant que le soleil ne se couche, tu auras rejoins l'autre monde. Mais ne soit pas triste, tu n'es que parmi les premiers d'une longue liste !

J'arrive sur le lieu de rendez vous, ils m'attendent déjà. Super, j'ai horreur d'attendre. Eric semble satisfait que je sois venu, alors que Mido semble être étonné. Ils me sous-estiment. Ils voient bien pourtant que je suis un demi géant.  Sans plus attendre, le bookmaker se lève et se dirige vers la forêt d'où je venais escorté par le bretteur. Je le suis sans trop me poser de question. Nous passons bien trois quart d'heure à marcher avant d'arriver dans une clairière assez abîmée. On dirait qu'il y a eu des combats ici. La forêt autour était si noire qu'on avait l'impression d'être dans une dimension parallèle, comme si cette clairière avait été crée spécialement pour l'occasion. C'était peut être le cas après tout. Il y avait pas mal d'espace pour se battre, et malgré ma taille, j'avais largement de quoi faire ici. Cela aurait été différent si j'avais dû combattre en intérieur.  C'était parfait ! On aurait dit qu'à la lisière de la forêt, des arbres avaient été volontairement couchés, soit pour servir de siège, soit pour cacher un peu plus cette clairière.  Je n'ai pas réellement le temps de bien m'habituer à ces lieux ni même de m'échauffer.  Mido est déjà en train de demander au bretteur de se mettre en place.

Le combat va donc commencer, à ma gauche, Eric Markos, le champion,  trois victoires, zéro défaite ! Et face à lui son challenger, qui se nomme ...
Je suis le Béhémoth
Hum, pourquoi pas ? Le béhémoth ! Comptabilisant ... zéro match, donc zéro victoire. Que le match commence !


Eric s'approche en marchant, la main posée sur son arme. Il me fixe tandis que je plie légérement les genoux, prêt à bondir sur ma proie. Puis d'un coup, il avance à grande vitesse puis semble disparaitre pour réapparaitre derrière moi. Il rengaine aussitôt. Je ne comprends pas dans un premier temps puis je ressens une douleur au niveau du tibia, il m'a porté un coup avec son épée et je ne l'ai même pas vu. Il m'a entaillé sur deux cm ! Je n'aurai pas été un demi-géant ou j'aurai pris ce coup à la gorge, j'aurai sans doute été tué sur le coup.  Je ne compris pas de suite comment il a réussi son subterfuge. Il a réussi à dégainer et à faire une dive sur une dizaine de mètres sans que je ne vois son coup partir.  Il est visiblement très fier de sa dive, vu qu'il tourne la tête et souri comme s'il m'a porté le coup fatal. Je ne l'entends pas de cette oreille. Je me retourne dans sa direction tout sourire également. Je vais me faire un malin plaisir à briser chaque os de ton corps, idiot !

Et Eric nous fait encore la démonstration de son coup préféré, la Diving Sword !

Mido Rima semblait encore pris dans son rôle de speaker. Ainsi c'était bel et bien une technique. Je vois, je fonce sur lui et tente de lui asséner un coup vertical pour l'enfoncer dans le sol. Je le vois, surpris de ma vitesse, mettre la main sur son fourreau et disparaitre à nouveau pour réapparaitre à bonne distance de mon attaque. J'analyse chacun de ces mouvements jusqu'à maintenant, sa technique se base sur une accélération momentanée. Il doit bien y avoir une raison pour laquelle il ne l'applique pas constamment. J'attrape alors une pierre présente sur l'arène qui faisait la taille de ma main et lui jette de toutes mes forces sur son visage suivi de près par une autre. Je vois qu'il se focalise sur la première et l'esquive sans trop de soucis. Quant à la deuxième, il pose sa main sur la garde de sa rapière et il réutilise sa technique rapide pour se mettre en position favorable. Exactement ce que j'espérais, j'ai enfin trouvé la faille à sa technique. Je fais mine d'approcher lentement pour l'inciter à passer de l'avant. Je lui laisse une faille au niveau de mon autre tibia du côté extérieur.  Il la voit et s'avance rapidement. Puis d'un coup, je vois qu'il porte la main à son épée. C'est le moment ! Je tend rapidement mon bras pour mettre ma main au niveau de l'extérieur de mon tibia puis quand il dive pour faire son coup, je l'attrape au vol. Il a réussi cependant à m'entailler légérement durant sa manoeuvre. Je serre de toutes mes forces ma main autour du corps d'Eric et je le vois se débattre

COMMENT ? Tu as réussi à m'attraper ? Mais je suis bien plus rapide que toi !
Dans un combat, la rapidité ne fait pas tout. J'ai crée une ouverture, tu t'es jeté dans la gueule du loup. Je sais que vous les humains attaquez les jambes des géants pour les faire tomber. Il était facile de comprendre où allait être ta prochaine attaque.
Savoir où c'est une chose ! Mais comment tu as su comment m'arrêter ?
Quand tu utilises ta technique, tu agrippes ta rapières. Tu vas tellement vite que tu as déjà dû faire tomber ton épée pendant ce laps de temps où ta vitesse est démultipliée. Chaque fois que tu mets ta main sur le fourreau, je peux en déduire que tu vas utiliser ta technique. Bref assez parler, j'ai autre chose à faire. Tu abandonnes ?
Oui ! Je suis bloqué de toute façon.
Parfait, y a juste un léger problème.

A ce moment précis, mon autre main vient agripper sa tête et le décapite. C'est un combat à mort, faut pas me la faire à moi. A la seconde où je t'aurai reposé au sol, tu serais encore légitime de m'affronter. On a jamais dit que l'abandon était un motif de victoire. Alors que je jette le corps sans vie d'Eric et que je broye sa tête avec mon autre main, je vois que Mido n'est pas plus attristé que ça par la perte de son champion. Il a au contraire un sourire radieux. Je me dis qu'il doit peut être penser que je vais lui rapporter plus d'argent que cet idiot de bretteur.  Il se lève doucement, avance vers moi et applaudi. Nul doute qu'il est satisfait de mon combat.

Impressionant, je t'aime bien le géant ! Tu es officiellement mon nouveau champion ! Vas te reposer, tu t'es bien battu. Maintenant soit près demain à la levée du jour. Je t'entrainerai pour les prochaines échéances à venir. Si tu meurs dès le premier combat, tu ne serais pas rentable. Alors soit en forme !
J'ai pas le droit à une prime de nouvel arrivant ? Je viens quand même de me battre ...
Haha, l'argent que tu gagneras ce sera ceux de tes futures victoires, s'il y en a. En  gros, plus tu seras fort, plus tu devras affronter des grosses pointures, et plus tu gagneras d'or. Et comme je suis maintenant ton agent ainsi qu'un bookmaker, tu auras droit à une part des bénéfices que je ferais sur toi.Mais bon, je te file quand même cette bourse qui servira pour tes faux frais jusqu'au combat, ainsi qu'à te payer un coup dans une taverne.
Ca me va, quand est ce que j'aurai mon prochain combat ?
D'ici trois jours, donc c'est pour ça, on va pas traîner, on commence dès demain ton entrainement intensif !


Il s'enfonce dans la forêt en me faisant un signe de la main pour me dire au revoir. Quel étrange personnage ! Je n'ai même pas eu droit à un reproche sur le fait d'avoir tuer mon adversaire ? Il n'a peut être pas grand chose à faire de son ancien garde du corps. Je fouille mes poches et tombe sur quelques berries, suffisamment pour picoler un bon coup à la taverne pour fêter ma promotion au rang de Champion de Mido Rima. Mais au moment où je m'apprête à quitter la clairière, j'ai un énorme doute qui s'installe. Par où suis-je arrivé déjà ? Tout se ressemble ici ! Je reste un moment à regarder tous les chemins. Après cinq minutes à rester ébété, je prend le même chemin que Mido et me dit que de toute façon, j'arriverai bien à une ville ou un port où il y a de la bière !