Le Deal du moment : -50%
-50% Nike React Live – Chaussure pour Homme
Voir le deal
57.47 €

[Quête] Alerte sur Cocoyashi.



Il alluma sa cigarette sur la pièce d'artillerie fumante que venait de faire détonner son servant de canonnerie. Prit une bouffée, puis une deuxième, manière de se donner contenance et courage. Il en fallait, du culot, pour servir sous les ordres du plus fumant de tout les Colonel de la marine. De son avis, il fallait surtout ne pas avoir le choix. Ou bien ne plus avoir toute sa tête. La victoire ou la défaite, tout ça lui importait peu. Il espérait. Il espérait que le canon ne l'enverrait pas directement droit dans le mur, ou bien qu'il n'exploserait pas dès le départ, comme un vieux retour de flamme impromptu. C'était tout ses paramètres là qui le tenaillaient au corps. Alors vaincre ou vivre ? Quid est le plus important ? Tout ça n'avait plus aucun poids, face à celui du devoir.  

Il devait monter dans ce canon, et se propulser directement sur l'ennemis, dans ses lignes les plus reculées, comme tout sergent d'élite. Il n'hésita pas une seconde quand on lui désigna le poste qui lui revenait, il monta dans le canons, comme il l'avait fait des dizaines, voir des centaines de fois, à l'entraînement comme sur le terrain.

Il lâcha sa cigarette au moment ou le décompte fut crié sur lui, par un servant d'artillerie un peu trop jouasse, pour lui donner envie d'être son ami. Il n'aimait personne dans le régiment, c'était chose connue. Cela faisait partis du personnage. Un sergent opiniâtre et téméraire, pas déméritant, et surtout redoutable. Il remonta son fusil sur son épaule, tandis que la mèche se consumait lentement, bien trop lentement à son goût. Le mad Dog se retourna pile au moment où le canon fit feu pour cirer : BON, C'est pour aujourd'hui ou c'est pour dem ... FEU !!! aaaaaaiiiin ... qu'il fit en l'air, les jambes par dessus la tête. C'était pas bon comme position, tout juste aurait-il le temps de se remettre droit et de tirer sur son dispositif d'atterrissage. Tant pis pour l'analyse de la situation.

Elle devait être terrible, pour qu'on envoi ainsi l'unité du chien fou sur le terrain.  

***


Une nouvelle cigarette se consumait dans sa bouche. Il lisait le journal de la vieille, conscient que ce soit aussi utile que désinfecté un galeux avec du mercurochrome. Nué se trouvait dans sa cabine personnel, avantage du sergent, et surtout du médecin à bord. L'eau stagnait dans cette partie de l'île, un petite crique dissimulée aux regards indiscrets, et le plancher était suffisamment stable pour qu'il se perche sur deux pieds seulement, de la petit chaise qui occupait son poste de travail.

Un petit cabinet qui n'avait rien à envier à un grand. Un salle d'opération qu'il entretenait avec soin, toujours stérile ou presque au moment des opérations.

On vient le chercher pour la réunion des officiers, et des sous-off. Le briefing, c'est vraiment la mort de toute spontanéité, pensa-t-il. Mais c'était grâce à elles qu'il en apprenait beaucoup sur la situation en place.  Et aussi sur ce qu'on attendait de lui et de son unité. Médecin et sergent, il avait sous responsabilité un détachement d'hommes triés sur le volet, qui avait tous été choisit pour leur tempérament brûlant. Sauf Nué. Connu pour avoir la tête froide dans toute situation, Zep, était aussi reconnu comme un combattant de premier ordre, que l'on avait envie de suivre dans les batailles les plus sanglantes.

Son courage, il l'avait prouvé à Kanokuni. Et dans diverses opérations du colonel CAPSLOCK.


- SI VOUS SAVIEZ A QUEL POINT JE LES DETESTE ... MAUDITS PIRATES ! Qu'on entendait de l'autre côté de la porte, le Colonel était déjà sur le pont, tandis qu'il arrivait en claquette chaussette, l'air détendu et tranquille, comme à son habitude. Il ne fallait néanmoins pour point s'y tromper, il était surtout l'un des plus concernés par cette histoire. Pas qu'elle le touche directement, mais que son professionnalisme n'était plus à prouver.

Ce fut durant la réunion des officiers, qu'il en apprit plus sur la mission, qui les amenaient à  Cocoyashi.    
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22384-zenith-ascendance-ashitaka-nue
Selon mon Colonel, l'ont a droit à un nouveau ennemi, un de la trempe qui convient aux vrais hommes de notre genre. Ses ses propres dires. Il a même déjà identifié l'ennemis, à la bonne heure. On ne doit plus que faire quelques repérages, et envoyé toutes nos forces sur l'adversaire, pour détruire toute velléité de sa part. Le plan est simple, efficace. Chercher, et détruire.  Profitez d'un élan d'effet de surprise, se propulser à la gorge de l'ennemis, et lui faire passer l'envie de recommencer.  J'aime quand sa sonne rondement mené avant même de l'avoir fait. J'aime bien ça, mais ça ne présage rien de bon. CAPSLOCK est un nom auréolé de succès, pour l'instant. Le commodore est bien en passe de monter d'un cran dans la hiérarchie, et il est prêt à tout pour arriver à ses objectifs.

Un vrais bulldog, qui vous attrape et ne vous lâche pas. Il a jetté son dévolu sur moi voilà un an, et je n'ai jamais eu à le regretter. J'ai champ libre pour agir à ma guise, tant que mes objectifs sont accomplis, je resterais fidèle à cette vieille branche.

J'apprends que notre cible, s'appelle "Spicy" Mano, un terrible pirate. Pas le temps de regarder mes notes, qu'on me dit que sa prime s'élève au moins à 10 millions. Eh bah, sacré morceau de choix, pour les gars et moi. Je sais pas si on va pas s'étouffer à essayer de s'y attaquer. Ce qui est sûre c'est qu'il faut un sacré appétit pour vouloir le débusquer. La faim justifie les moyens. Et puis de toute manière, j'ai les crocs aussi longs que ceux du colonel.

Surtout, j'lorgne sur l'équipement expérimental volé par le monsieur Frye, qui lui a valut le nom de "Bullet", et qu'on doit également récupérer pour l'armée. Une arme à six coups, précise et qui ne s'enraye jamais ? L'Armée révolutionnaire en aurait bien besoin également. J'oublie pas mon objectif premier dans l'excitation du moment ; Même s'il y'a du sang dans l'eau, j'suis plus un sacré bigorneau, plutôt qu'un requin des bas fonds. J'sais gardé la tête froide, je suis du petit poisson. Pas la peine de rêver, on a jamais entendu parler de moi ... Et ça m'va bien.

Dans la froideur de l'anonymat, je prime. Ma main de fer dans un gants de titane, prête à s'abattre sur tout les ennemis du Juste. Je suis la main froid et obscure, qui fait tout le travail de fond dans l'armée révolutionnaire. J'suis la toile de freeman, et à la manière d'une araignée, il sait m'activer pour attirer les nuisibles.

Ca toque à ma porte, il est l'heure d'organiser les recherches du vil gredin. Ma voix passe la porte néanmoins, avec un accent détaché, et demande ce qu'il se passe. Comme si je n'étais pas au courant, avec la réunion et toute l'agitation environnante.


- Monsieur, c'est l'heure de l'exploration sous couverture. Que fait une petite voix, presque gêné de venir me demander de faire mon job. C'est sans doute Tim. Tim Out est une recrue prometteuse, qui a la justice chevillée au corps. Son seul problème, c'est qu'il n'est pas bien fort. 'Fin, de toute façon, qui peut se targuer d'être réellement balaise au combat, dans la régulière ? Le grand Fenyang ? Et passe encore. Un ramassis de faiblard et de démago. On s'astique le matricule en ramassant les miettes laissés par l'élite, nous.

Pour autant, c'est ce que j'pense après quelques années dans la machine bien rodée de la Marine Mondiale.  


***

  • https://www.onepiece-requiem.net/t22384-zenith-ascendance-ashitaka-nue