Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

[Flashback] - Enseignement & Ajustement.

634667aka10v2.png
Arc : À DÉFINIR.
Depuis déjà toute petite, Akane admire les vétérans de son pays. Et parfois, elle savoure un aventurier de passage qui lui fait part de l'odyssée de sa vie. Elle rêve alors de quitter son île, de découvrir d'autres cultures et de profiter des rencontres pour s'enrichir intellectuellement, mais aussi émotionnellement. De plus, elle souhaite pouvoir faire bouger les choses en faveur des plus démunis. Bien qu'elle ait une certaine aversion pour l'humanité en général, elle croit toujours au plus profond d'elle-même que le bien peut subsister dans l'âme des gens. Malheureusement, ce qui fait qu'elle soit autant dégoûtée, c'est qu'elle considère que trop de mauvaises personnes ont la main mise sur les faibles. Des valeureux au cœur noble existent pour braver l'injustice et faire face à l'opposition tyrannique, mais ils se font trop rares et sont trop souvent écrasés par une minorité infâme d'oppresseurs... Elle ne l'explique pas, mais c'est comme si elle ressentait le désarroi de la planète entière, dans une moindre mesure, certes.

D u haut de ses 18 ans, elle se sent impuissante et estime qui lui manque terriblement beaucoup de sagesse. Toujours à écouter les paroles des doyens de son village, Akane ne peut que se projeter et s'imaginer des choses. Tant qu'elle ne l'expérimente pas, elle ne peut que supposer. C'est un sentiment assez désagréable, car elle aimerait autant que possible éviter de répéter les erreurs du passé. Ce qu'elle a particulièrement du mal à assimiler, c'est que parfois, l'erreur vaut cent fois mieux qu'un maître. Seulement, l'échec est une souffrance pour elle. Le regard grave, elle boit silencieusement toutes les paroles de Gharr tout en sirotant sa boisson aux fruits rouges.

Je n'ai pas encore la connaissance nécessaire à m'estimer accompli. Mais qu'ai-je à perdre ? Est-ce qu'offrir la victoire à un pratiquant qui, comme moi, veille à progresser serait honteux ? Dois-je m'inquiéter de ma réputation maintenant qu'elle existe ? Devais-je me cacher et réfréner mes audaces avant d'en avoir ?
Ces paroles s'inscrivent progressivement dans la tête de la narcoleptique, mais de par son esprit révolté, il lui est particulièrement éprouvant de tout assimiler. Même si par moment elle fronce les sourcilles, elle cherche tant bien que mal à comprendre ce que son mentor de fortune peut lui enseigner. Ce ne sera bien plus tard en expérimentant par elle-même qu'elle saura. En attendant, à cause de son jeune âge, elle ne peut qu'écouter attentivement les dires du Marine.

Mais si vous voulez apprendre de vous, trouver votre place dans ce monde et apprendre bien plus face à un adversaire qu'avec un senseï qui a déjà pensé votre parcours à votre place, alors cette idée de ne pas vous risquer à apprendre parce que vous ne savez pas assez n'a aucun sens. La vie n'est pas faite des doutes qu'on a eus et des choix qu'on n'a pas fait. A vous de voir si vous préférez quitter cette île en ayant vu des gens combattre ou en ayant eu l'honneur de pratiquer avec eux.
À la manière de gifler une personne, ces dernières paroles saisissent la bretteuse. Les joues de la samouraï s'empourprent. Son cerveau a fait la réception, mais son cœur reste fermé tant sa blessure est profonde. En effet, si elle est aussi sévère avec elle-même, c'est que sa relation avec son père est bancale. L'amour de son paternel s'est mal exprimé et Akane, dans sa grande sensibilité, l'a mal perçu. Elle est convaincue de devoir porter plus de fardeaux que n'importe qui. Du fait d'avoir des difficultés physiques dès sa jeunesse, elle a été contrainte de faire plus d'effort que la moyenne, l'amenant toujours à chercher l'excellence. Oui, apprendre de soi lui suscite plus que tout de l'intérêt et peut-être que c'est la clé pour se délivrer de ses schémas de pensée. Probablement que c'est l'élément qui fera tilt dans le crâne de la rouquine afin qu'elle puisse s'ouvrir un peu plus. Au final, c'est bien cela dont elle a besoin. Prendre conscience de qui elle est vraiment. Ce ne sera bien des années plus tard qu'elle se découvrira. Et encore, toute une vie ne suffit pas à transformer un être.

Voir la paille qui est dans l'œil des autres et ne pas voir la poutre qui est dans le sien est un sentiment que l'hypersomniaque ne sait que trop bien. Et elle s'en veut. Il lui est plus facile de regarder sévèrement les jeunes de son âge que de gagner en humilité. Cela dit, elle fait preuve d'une très grande volonté et désir plus que tout à s'améliorer même à ce niveau-là. Pour ce qui est de la guider sur le chemin de la droiture, son médecin et mentor philosophique & spirituel assure de ce côté-là. Bien qu'elle estime ne pas apprendre assez vite, elle reste convaincue d'être entre de bonnes mains. Cela dit, la voie de la justice ne nécessite pas de temps à autres d'emprunter des moyens différents que ceux déjà établis? Peut-elle devenir pirate tout en ayant un grand cœur? Est-elle prête à supporter le regard des autres et assumer son choix? À l'intérieur, Akane est déchirée en deux par ces questions. Elle ne connaît que peu de vis-à-vis pour parler de ça. Elle ne parvient pas à trouver le réconfort, car sur l'Île du Crabe, elle est la seule à vouloir s'aventurer sur cette voie et le Conseil des Cinq lui recommande vivement d'y réfléchir plusieurs fois. Prise en étau, elle brûle de vivre sa liberté tout en agissant pour le bien commun.

Les derniers mots raisonnent encore une fois dans la tête de la rousse. Une chose est sûre, c'est que les uns et les autres apportent des regards différents. Quand on se retrouve isolé, on est face à ses pensées et on rumine sans cesse les mêmes idées. L'être humain se complète. Cette fois-ci, Akane relève la tête et dégage une meilleure mine. Une lueur s'espoir vient d'être semé dans son cœur.

« Comment vous remercier, Monsieur? Vos paroles m'ont fait prendre conscience que je ne peux définitivement pas continuer dans l'isolement. Je crois que je peux encore m'inscrire... »

L'idée de participer au tournoi lui fait peur, mais elle veut plus que tout se convaincre que quelle que soit l'issue de l'évènement, il y aura toujours matière à apprendre et d'en ressortir plus grand.



 enchaîne avec une remarque.







En réalité, comme n'importe qui, puisse que nous évoluons tous à notre rythme.



une attention toute solennelle









Des

L'Ordre

Et c



















— « Qu'est-ce qu'il se passe, ici? » Inspecte t-il.
— « Oh. Rien de grave, Monsieur. Satoshi fait encore parler de lui... » Rassure le quinquagénaire de toute à l'heure.
— « Encore lui?! » S'offusque le militaire. « C'est la dernière fois qu'il trouble l'ordre public! »

Le jeune

« Prétends-tu pouvoir manier ce meitō mieux que moi-même et en être digne? Je te le prête le temps de finir ce combat. Si tu gagnes avec, il est à toi. Dans le cas contraire, je le reprends. »

Elle sait

« Je... Je ferais tout mon possible pour honorer votre marché. » Dit le jeune homme en se mettant en garde.

Sans attendre, il attaque en changeant radicalement de style. Avec moins d'agressivité, mais toujours avec autant d'assurance, ses frappes sont plus justes. Et ça, Akane le remarque. Cependant, pour une raison qui lui échappe, le gringalet n'arrive pas à maîtriser totalement ses coups. C'est comme si l'arme qu'il tient en main ne lui obéit pas. En effet, le meitō reste fidèle à son propriétaire grâce à une cérémonie intime entre lui et son utilisateur légitime. De ce fait, personne ne peut le contrôler parfaitement à part la rousse elle-même. Cela dit, Satoshi fait preuve d'une grande opiniâtreté, ce que d'ailleurs la bretteuse apprécie. Elle se contente de parer les assauts de manière à ne pas abîmer son bokutō ou d'esquiver tout simplement. Un peu déçu, le brun se demande quel serait la situation dans l'autre sens.

« Pourquoi je n'arrive pas à vous toucher?! »

Satoshi sait qu'il n'est pas question d'arme idéale pour être puissant. Ce qui fait nettement la différence entre lui et Akane, c'est l'entraînement. La narcoleptique n'attend jamais une occasion pour gagner de l'expérience, car elle s'endure chaque jour pour ne rien perdre. En fin de compte, ce n'est qu'une question d'endurance. L'adolescent remue dans tous les sens, mais ne parvient jamais à toucher la rouquine. Il se fatigue de plus en plus. Sans effort particulière, la native de Mû écarte la lame de son opposant et contre-attaque aussi sec, le désarment tout en le faisant tomber à la renverse. Le meitō vole alors en l'air, mais elle l'attrape à temps et le rengaine dans son fourreau. Aussitôt, elle range Hahen dans son étui.

« Quel est ton nom? »
« Ishi... ISHIKAWA... »
« Je retiendrai ton nom, ISHIKAWA Satoshi. » Dit solennellement la samouraï.

Les citadins la félicitent. Elle fait comprendre qu'elle ne s'intéresse pas aux éloges en se mettant à nouveau en route. Elle disparaît aussitôt dans une allée voisine, loin de la foule. Quelques personnes aident l'enfant de la rue à se relever en lui disant que c'est de bonne guerre.











Satoshi

« Je suis sérieux, Madame!! » S'offusque t-il.

La rousse

« Vous vous battez réellement avec trois sabres?! » Fait-il, intrigué.
« Seulement si nécessaire. » Fait la rouquine, l'air agacé.
« Comment ça?? » Se questionne le freluquet.



« Sérieusement?! Tu me prends pour un gamin?! » Fait-il avec plus d'ardeur.

La narcoleptique laisse alors Satoshi s'approcher. Elle compte sur l'aveuglement causé par la haine pour mettre fin au duel. Il ne faut pas beaucoup d'échanges avant qu'elle ne désarme le teigneux en le faisant tomber à la renverse. Sa lame part se perdre au milieu de la foule qui apprécie visiblement cet instant. Encore sous le choc, le jeune brun ne peut pas le croire. Malgré sa révolte interne, il essaie de retrouver son calme et son souffle. La pointe d'Hahen au niveau de la gorge, la rouquine espère ne pas devoir faire plus. Ravalant sa salive, le môme admet quand même sa défaite. Akane voit dans son regard qu'une leçon est apprise. Elle suppose que son adversaire fera attention les prochaines fois. Les citadins la félicitent pendant qu'elle rengaine son arme. Elle fait comprendre qu'elle ne s'intéresse pas aux éloges en regagnant sa route. Elle disparaît aussitôt dans une allée voisine, loin de la foule. Quelques personnes aident l'enfant de la rue à se relever en lui disant que c'est de bonne guerre.









« Que me veux tu? » Interroge la rousse.

La Samouraï

« Pourquoi, vous avez trois katanas? » Répète l'ado'.

















« Que me veux tu? » Interroge la rousse.




Elle goûte alors l'ambiance que cela procure

qui y règne.

Kanokuni

la jeune femme aux cheveux rouges.






« Ce n'est pas son ami. » Intervient la rousse.
— « ISHIKAWA Satoshi. » Intervient le gamin.


Akane.

1586: Samouraï 1598:Caporal 1601:Sergent 1602: Sergent Chef 1604:Adjudant Chef 1607:Sous Lieutenant 1609:Vice Lieutenant 1610:Lieutenant 1614: Commandant 1617: Lieutenant Colonel 1619: Colonel 1623: Capitaine

Gharr Hadoc ~ 33 ans vers 1620.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t22295-la-samourai-chasseresse#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22267-nakamura-d-akane-samourai-silencieuse-l-ouragan-rouge