AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-22%
Le deal à ne pas rater :
Borne de jeu d’arcade Street Fighter 2 – Arcade 1UP + réhausseur
272 € 350 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -22%
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
Voir le deal
140 €

La violence se savoure mieux entre potes

Klara Eilhart
Klara Eilhart
La Désillusion

♦ Localisation : Les tréfonds des Pythons Rocheux

Feuille de personnage
Dorikis: 3503
Popularité: 63
Intégrité: 58

Sam 9 Jan 2021 - 20:06

Il y a pas mal de choses, dans le monde, qui mettent Klara mal à l’aise. Par exemple, dans l’un de ses cauchemars récurrents, elle se retrouve seule sur scène, devant des milliers de spectateurs, à devoir improviser un spectacle de danse. A chaque fois, elle se réveille en sursaut. Et dans la liste de ses pires craintes, se réveiller au beau milieu d’un des endroits les plus crades ayant jamais existé, avec pointés sur elle une demi-douzaine de paires d’yeux globuleux, c’est dans le top trois. Elle ouvre difficilement l’œil, son mal de tête tape contre les parois de son crâne, comme si il voulait s’échapper et s’attaquer à tout ce qui l’entoure. Le bourdonnement qui siffle dans ses oreilles s’estompe petit à petit, en même temps que ses yeux s’habituent à la faible lumière de l’endroit.

« Ca y’est !
– Oooh !
– Elle est encore vivante, regardez, ses yeux s’ouvrent !
– Ben, évidemment qu’elle est encore vivante, elle respire depuis tout à l’heure.
– Tu sais, j’ai déjà vu des gens tellement amochés, qu’ils respiraient encore mais qu’à l’intérieur, ils étaient complètement décédés.
– Oui ! Il paraît qu’un coup de poing, si on y met plein plein d’amour, ça peut envoyer l’âme de quelqu’un valser dans l’hyper-espace !
– Ouais, même qu’après, le corps, c’est plus qu’un gros tas de viande qui respire tout seul.
– Un genre de pilote automatique?
– Oui !
– Et c’est quoi, l’hyper-espace?
– C’est comme l’espace, dans le ciel, mais en encore plus cool.
– Woaw ! »

Finalement, elle préfère le sifflement et les acouphènes. Elle frissonne en croisant le regard de ces types qui la matent depuis tout à l’heure entrain de dormir. Même en essayant très fort, c’est difficile de faire plus flippant. Le petit cagibi, transformé à la hâte en chambre d’hôte, parvient à peine à contenir toute la petite troupe. On y retrouve de tout : des hommes-poissons, un long-bras, et juste des humains louches. Rien qu’en les regardant, on pourrait chopper le tétanos, ou une maladie encore inconnue.

« Qu’est-ce qu’on fait, maintenant?
– Ben, je sais pas moi.
– M’sieur Doppio a dit de le prévenir dès qu’elle se réveille.
– T’es sûr? Il a dit de le prévenir quand le gros chien aura fini sa sieste.
– C’est elle !
– Il est bizarre alors, comme chien.
– En plus, elle bouge pas. Elle nous regarde juste. Elle est cassée vous pensez?
– Peut-être ! Attendez, j’ai une idée. »

Comment est-ce qu’elle s’est retrouvée là, déjà? « Doppio ». Ce nom lui dit quelque chose. Une poiscaille. C’est ça. Elle a combattu avec. Pourquoi, déjà? Elle ferme les yeux pour se concentrer, et pour faire abstraction de ces zigotos. L’arène. Elle a combattu dans l’arène. Et ce type là, cette homme poisson, il a du bien l’aimer, parce qu’il l’a emmené ici, après les combats. Une vive douleur dans le bras la sort de ses pensées. L’un des clochards qui l’observent, un homme-poisson petit et grassouillé, vient de lui planter un bâton dans la peau, en la fixant d’un regard expert. Ignorant la douleur qui lui parcours l’entièreté du corps, Klara s’empare du bout de bois et le lance en plein dans sa poire. Il tombe à la renverse, se relève avec difficulté, et se masse l’arcade, ouverte, avant de lécher le sang sur ses doigts.

« Merci m’dame. »

La chasseuse en profite pour se relever. Derrière le groupe, il y a une banderole tâchée de sang, avec écrit « Bi1venue s e, bon rettablissemengue ».

« Ça va? »

C’est une petite humaine qui lui parle. Toute mince, elle porte juste une salopette rapiécée, et sa peau est couverte de bleus et d’hématomes, que Klara parcourt rapidement du regard.

« Tu aimes mes tatouages? »

Ça suffit. Elle étouffe. Il faut qu’elle sorte d’ici, et surtout qu’elle s’éloigne de ces débiles. Elle se lève, prend appuie contre le mur couvert de rouille pour éviter de tomber, et, une fois sa vision stabilisée, passe la porte grinçante.

« Bienvenue à la Fun Base, m’dame. »

Un entrepôt. Le quartier général de ces fous, c’est un entrepôt désaffectée, sale et à l’abandon. Elle s’en souvient, maintenant. Le type qu’elle recherche, il a rejoint cette sorte de secte, et si quelqu’un peut lui dire où il se trouve, c’est bien le gourou.

« Il est où, ce Doppio? »

Ses cordes vocales sont aussi rouillées que les murs qui l’entourent. Les transformations incessantes, la viande humaine, et la poussière ont visiblement laissés une trace de leur passage.

« Ben, on sait pas, nous. 
– Vous savez pas ou se trouve votre chef?
– Nan ! Il est super mystérieux, c’est pour ça qu’on l’adore. Souvent, il s’en va pendant plusieurs jours, et on sait jamais où il va. Alors on prie jusqu’à son retour. Et après, il fait une super entrée fracassante.
– Vous… Priez?
– Oui ! On se cogne la tête contre des gros blocs de béton jusqu’à ce qu’ils soient tout rouge et que des bouts de cervelles collent dessus. Tu veux venir prier avec nous? 
– Ça ira, je préfère attendre dans mon coin.
– Tu vas pas t’ennuyer?
– Tu peux te transformer en gros chien?
– Je peux te croquer?
– Tu veux faire un concours de coup de boule? Le premier qui meurt a perdu ! »

L’attente risque d’être longue.
https://www.onepiece-requiem.net/t17189-klara-eilharthttps://www.onepiece-requiem.net/t17441-klara-eilhart
Doppio
Doppio
Le Bourbier

♦ Localisation : Dead End
♦ Équipage : Fun Club

Feuille de personnage
Dorikis: 7437
Popularité: 443
Intégrité: -270

Mer 13 Jan 2021 - 23:36

- Aaaah ! M'sieur Doppio ! On vous cherchait partout !
Ne crie pas voyons, j'ai des acouphènes depuis que je suis rentré à la maison.
- Désolé ! Je voulais vous dire que-
Ou plutôt c'est un genre de sifflement. J'ai un moineau dans la tête ! Il me picore la matière grise tout en chantant des conneries...
- La chienne-fille s'est réveillée !
Oh ! Je suis soulagé, j'avais l'impression qu'elle était claquée, ça m'aurait fendu le coeur, on a eu de la chance !

Trop bien, ma copine à poils durs est sur pattes, prête à dévorer les tibias de l'univers. Elle m'a foutu une drôle de frousse à s'évanouir comme ça devant tout le monde on a pas idée de faire ça à de nouveaux amis, j'avais aucune idée de ses antécédents médicaux elle aurait pu nous faire une crise de leucémie ou un sale coup de ce genre. Je lui ai alors fais du bouche à bouche assorti d'un massage cardiaque, Craig Kamina était toubib alors je dois l'être aussi un petit peu. Eh bien non je le suis pas du tout mais c'était tordant d'entendre ses côtes croustiller !

J'ai aussi bu un peu de son hémoglobine pour voir... Tu sais le sang ça raconte des histoires sur les gens... L'âme qui trempe dans le sang l'imprègne forcément de ses arômes... Et ouaaaah le sang de Klara m'a raconté une horrible histoire... Mais attends j'en parlerai plus tard, sois patient...

-Vous faisiez quoi m'sieur Doppio ?
Je réalisais un dessin avec la cervelle collée sur ce mur. C'est un bonhomme qui sourit.
-Oh, vous lui avez fait trois jambes !
Ah non celle du milieu c'est son zizi.
-On croyait tous que vous étiez repartis sillonner les coulisses du néant !

Oh ben dis donc il est con lui... Mignon avec sa petite frimousse bariolée de cicatrices en W qui lui font une sorte de moustache sous le pif... Mais tout con... con comme un âne mais un âne c'est super gentil et intelligent... alors que lui... ben il est juste con...

J'y suis toujours, on sort jamais du néant une fois qu'on a mis un pied dedans, c'est comme un deuxième corps que t'enfiles par-dessus ton corps en viande, façon survet. Le néant c'est un survet. Je l'arbore toujours et en même temps je suis là devant toi, à crever d'envie de caresser tes cicatrices en W et à t'en faire d'autres pour former le mot "WOW !".
- Wow ! Voilà une idée pertinente !

Je plonge une palme dans ma mâchoire et m'arrache un croc qui me servira de pinceau. Le O va pas être évident, les cicatrices circulaires à mains levées c'est un sacré défi !

***

Tu vas bien Klara ? T'as l'air patraque ! Toute pâlote, et puis tu fais de gros yeux en me regardant, tu sais pas quoi dire ça doit être la fatigue et les commotions qui t'ont amputé d'un peu de QI, t'inquiètes pas c'est surcoté ce truc-là. T'as l'air patraque c'est pas seulement parce que tu as poussé ton petit corps mou dans ses limites, c'est aussi parce que tu as une carence de vitamine C, c'est courant sur ces mers. Tu devrais boire plus de jus de fruits.

Je te tends un jus d'orange.

C'est cool que tu sois déjà debout à vadrouiller dans notre chez-nous. Tu as soif de découvertes ! Sitôt levée déjà partie à l'aventure, à la recherche d'un os à ronger. Je t'adore, tu me rappelles moi dans ma jeunesse.
... Je suis pas sûre d'être plus jeune que toi.
Le temps s'écoule différemment pour moi. Un mois est égal à un an... Un an est égal à un siècle... Un siècle est égal à une seconde... Bon allez bois le jus d'orange.

Elle regarde mon pote WOW !. Elle apprécie son nouveau tatouage saignant, je crois. C'est son sourire au coin qui me fait penser ça ! Ou alors c'est du dégoût j'en sais rien, on la lit pas facilement, oh la la quelle mystérieuse jeune femme, à la fois mystérieuse jeune femme et bon chien loyal, ça c'est une combinaison gagnante je te le dis, elle a sa place dans ma collection de gens géniaux.

Tu as écris sur sa gueule ?
Oui !
-M'sieur Doppio transforme nos corps en oeuvres d'art ! On arrive en tant qu'amas de viande moches et cons, on ressort en chefs d'oeuvre post-modernes exotiques et emplis de sens...
Tu aimes la déco de l'entrepôt d'ailleurs, Klara-chan ?
J'avais pas remarqué qu'il y en avait une.
Écoute, promène toi et observe. Je veux ton avis. Il importe beaucoup pour moi ! Réfléchis bien puis donne une note sur 5 à la déco.

Il faut la mettre à l'aise elle est toute crispée c'est n'importe quoi. Mes doppiorangers s'acharnent à te communiquer leur chaleur humaine depuis ton réveil, et regarde toi, t'es crispée on dirait que tu vas faire exploser tes sphincters. Elle est cernée d'amour mais l'invite pas à visiter sa cervelle de caniche. Fais pas ta mijorée dis donc en plus de ta carence en vitamine C, je diagnostique une carence en délire, en gros délire, tu vas devoir prendre des compléments alimentaires, de la saine souffrance directement injectée sous tes poils, et tu vas devoir boire ton jus d'orange aussi !  

Oublie pas de boire ton jus d'orange !

Les doppiomen nous suivent à travers la FUN HOUSE, ils bourdonnent comme un essaim, t'entends tout un tas de commentaires parfois un peu racistes sur les canidés... mais quoiqu'ils peuvent te dire faut pas que tu le prennes mal... Ici on blesse les corps et on répare les esprits, jamais l'inverse...

-Oh ! Eh ! Ça c'est mon sang là, sur le mur là !
-Ah oui je t'avais planté un tesson au sommet du crâne, comme un espèce de chapeau rigolo !
-Et puis c'est aussi dans ce coin-là qu'on avait joué aux chaises musicales tous ensemble avec m'sieur Doppio !
-C'était Fred qui avait gagné ! Il avait aplati m'sieur Doppio ici, là, regarde Klara ! Un os lui était sorti du cul, on a trouvé ça tordant alors on l'a laissé là. Regarde Klara !
-Regarde l'os, Klara !
-Tu vas mordiller l'os du cul de m'sieur Doppio, Klara ?

Je crois que c'est le surplus de private jokes ! Ça empêche Klara de comprendre la portée universelle de ce qu'on bricole ici. Non non on doit construire quelque chose tous ensemble, un monument dans lequel Klara résonnera et dans lequel je résonnerai et dans lequel chaque âme ici présente résonnera pour une éternité voire plus.

-Ici on avait fait une balle aux prisonniers avec des oursins !
-Jamy avait caché des explosifs dans certains oursins mais on savait pas lesquels. C'est là que j'ai perdu ma main t'as vu ? Ensuite on l'a remplacé par un crochet !
Vous avez beaucoup de belles histoires à raconter...

Tu as l'air impatiente, oui. Oui t'es pas ici pour de simples déconnades entre potes.

Tu cherches l'élévation...
En fait, je cherche quelqu'un.
J'ai goûté ton sang tout à l'heure...
Euh, ah ?
Le sang parle à mes papilles... Il est l'ambassadeur des âmes.

Ton sang m'a dit : "j'ai rien pour moi, si ce n'est une forme de clébard cocasse qui régale mes amis tout autant que mes ennemis.
Doppio j'ai besoin de toi, fais moi sortir de ce corps mou, je suis un sang qui rêve d'aventure, un sang qui rêve de s'étaler sur les murs, les murs de ta maison et aussi sur les parois de l'univers.

J'en ai assez de tourner dans ce corps étroit !

Fais moi sortir j'étouffe Doppio, à l'aide au secours, ouille à l'aide aïe ouille"


Bon sur la fin j'interprète.

Mes Clubistes comprennent où je veux en venir ! Ils s'écartent, des sourires radieux éclairent l'intérieur de notre temple ! Cette joie lumineuse met en valeur chaque relief, chaque tâche, chaque trou, chaque cicatrice sur leurs magnifiques visages. Je m'avance d'un pas, Klara recule d'un pas ! C'est mignon on dirait qu'elle a peur, pourtant je souris à m'en claquer les joues, c'est trop mignon, une tempête de mignon, un séisme de mignon, une supernova de mignon, un sursaut gamma de mignon.

Tu devrais boire ce jus d'orange !
Je veux pas... me battre contre toi. Je suis pas assez en forme pour... profiter ?
C'est pas une bagarre. J'ai besoin que d'un seul coup. En un seul coup bien placé, je peux redémarrer ton âme... Tu traverseras une douleur inédite... Un voyage à vitesse supraluminique par-delà l'univers...

Rien de comparable à ce que tu as pu expérimenter jusque là... Une souffrance à la fois terrifiante et hilarante, à la fois brève et éternelle.

Elle gommera aussitôt ton mal de tête et tout tes problèmes !

C'est par ce genre de douleur que j'ai moi-même goûté à l'absolu, il y a longtemps ! Je veux partager cette saveur unique avec toi. Alleeeeez, tu te laisses tenter ?

https://www.onepiece-requiem.net/t10413-fiche-de-craig
Klara Eilhart
Klara Eilhart
La Désillusion

♦ Localisation : Les tréfonds des Pythons Rocheux

Feuille de personnage
Dorikis: 3503
Popularité: 63
Intégrité: 58

Ven 15 Jan 2021 - 13:44

« Euh, ben… »

C’est quoi, déjà, cette histoire de sang qui parle? Et puis, ce qu’il raconte, c’est quand même ridicule…

« Ça peut pas attendre?
- Le Fun n’attends pas !
- On parle d’une patate à combien de dorikis, déjà?
- Beaucoup trop pour toi !
- D’accord. J’ai déjà les côtes en bouillie, et j’ai l’impression que t’y es pour quelque chose, c’est pas suffisant?
- Une simple blessure superficielle, ça ne compte pas !
- Après ça, tu m’aides à retrouver le type que je cherches?
- Klarosse Klarosse Klarosse… Je t’offre le Fun, et la quintessence de l’existence, tout ça dans une petite boite emballée avec du papier cadeau en Amour, et toi, tu ne penses qu’à ce « type ». C’est bien triste… Je suis triste maintenant, tu es contente?
- Pas vraiment.
- Elle a rendu triste m’sieur Doppio !
- M’sieur Doppio, j’peux avoir la permission de lui arracher les yeux?
- Oui moi aussi m’sieur ! Mais juste pour rigoler !
- Bande de tarés… Bon. Une patate. Évite les côtes. Dans la gueule, ça me va. Après, tu m’aides, d’accord? »

Après tout, se dit-elle, ça peut pas être si pire. Quand on souffre, c’est signe qu’on vit, non? Elle va juste vivre très très fort. Dit comme ça, l’idée semble presque même attrayante. Et puis il faut bien l’admettre, quand elle n’est ni sur la piste d’un détraqué, ni entrain de se battre à mort contre ce même détraqué, et ben, la vie, c’est plutôt ennuyant pour elle. Et Doppio, l’adjectif « détraqué », il y a moyen que ça lui corresponde à peu près. Il n’est juste pas primé. Et c’est juste pas à mort. En tout cas, pas pour l’instant.

« Bon, ça vient? »

Mieux vaut vite en finir, et après, les inf-. ***. Il est difficile pour un simple narrateur de trouver l’onomatopée correspondante à ce qu’il vient de se passer. Un coup sec, brutal, rapide, puissant, couvert d’une touche d’amour étrange mais bien présente. Nous allons donc opter pour PFCHTOUISHM. Crac. En plein dans la gueule.

Tout les Clubistes s’exclament en cœur. C’est beau. Ça réchauffe même le cœur, pour qui peut entendre. Klara ne fait pas partie de ces chanceux, puisque le coup lui a momentanément ôté la possibilité d’entendre quoi que ce soit. De voir aussi, d’ailleurs. Il lui faut un petit moment pour que sa vision se stabilise à nouveau. C’est donc ça, un coup de poing à sept milles dorikis? Heureusement qu’il a été recouvert du haki de l’amour, sinon, ça aurait bien pu la décapiter. Son nez pisse le sang, et le goût métallique de cette hémoglobine lui picote les papilles gustatives. Elle a l’habitude, en louve, c’est pas grave.

« Bravo Klara-san, mon petit cœur visqueux est a présent rempli de joie ! Une joie immense, presque infinie ! Et toi?
- Ça va, répond-elle en se tenant le nez la tête relevée. Je t’en mettrai bien une aussi, mais je crois bien que je peux pas te toucher, tu vas devenir tout vaseux, et ça me dégoûte un peu.
- Mon marécage n’est qu’un lac de joie et de fun, tu verras on y est bien, mais attention des fois on a pas pieds ! Houla oui, on s’y noie parfois ouille…
- Oui ! S’exclame l’un de ses sous-fifres, une fois, j’suis resté dedans pendant super longtemps !
- Tu y es mort, répond solennellement le Gourou, et puis je t’ai redonné naissance, tu es rené de tes cendres, comme un phénix, mais couvert de sang et de vomis !
- Et un peu de pus aussi.
- Je peux frapper un de tes sbires à la place? Demande simplement Klara en ignorant cette croustillante anecdote.
- Ce ne sont pas des sbires ! Mais oui, tu peux.
- Celui qui voulait m’arracher les yeux?
- C’est moi m’dame ! Vous voulez arracher les miens?
- Un coup dans les parties, ça ira.
- Ouille ouille ouille ! Commence Doppio. Une place de choix, la douleur doit être folle ! Ohlala, il vomit même par terre maintenant… Admire ton œuvre Klara-san, tu peux en être fière ! »

Tout le Club s’extasie. Ça chante même, « Moi ! Moi ! Moi ! ». Un après-midi tout à fait classique pour les habitants de ce magnifique entrepôt couvert de crasse. C’est un peu comme une récréation, mais qui dure toute la vie, au lieu de durer une dizaine de minute. Et puis avec des règles de pieds-ballon un peu différente aussi. Le ballon, c’est souvent la tête d’un clubiste. Klara a même failli oublier son objectif ! Oops. Il va bientôt falloir souffler dans le sifflet et annoncer la fin prématurée de la fête. Si Ravel, le type qu’elle cherche, a bien fait partie du Fun Club a un moment, il ne doit pas être très loin.
https://www.onepiece-requiem.net/t17189-klara-eilharthttps://www.onepiece-requiem.net/t17441-klara-eilhart
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1