AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Journalisme total

Thomas Lewis
Thomas Lewis
••• Agent de catégorie III •••


Feuille de personnage
Dorikis: 680
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 15 Jan 2021 - 16:44

Si je te dis, qu’en ce moment, ce que je préfère dans mon boulot, c’est les permissions, tu trouves ça triste ou pas? Moi je trouve ça sacrément triste quand même. On s’emmerde, voilà. Enfin, moi, je m’emmerde en tout cas. En ce moment, à part suivre des types inintéressant sur une île paumé des blues, je fais rien. Ah, si, j’écris des rapports à rallonge, parce que faut bien rendre un truc de consistant même quand y’a rien à dire. L’autre jour, je me suis renseigné sur la météo précise de chaque jours passés à filer un lieutenant de la marine, pour tout bien consigner dans le rapport final. On s’amuse comme on peut, te moque pas. Là, au moins, je vais pouvoir me reposer. Peut-être même que j’avancerai dans mon bouquin, tiens. Ouais, ça va être cool comme semaine. Rien ne pourra gâcher ça.



A part la sale gueule du type qu’attends devant la porte de ma piaule, visiblement. Je le reconnais. Enfin, je reconnais son genre. Son petit costume, son petit attirail. Son chapeau. Pas comme le mien. Je renifle un bon coup devant lui, avant de lui dire bonjour.

« Bizarre, ça sent comme une odeur de journaliste. Tu sens rien, toi?
- Bonjour, monsieur Lewis. »

Il lève la main pour serrer la mienne. Je l’ignore, et j’enfonce la clef dans la serrure de ma porte. Je veux juste me poser moi, et en plus, je crois savoir qui l’envoie. Et j’aime pas ça, ça me met déjà en rogne.

« C’est votre père qui m’envoie. »

Waow, je tombe des nues, alors ça, si je m’y attendais ! Je zieute le gars vite fait.

« C’est super, que je réponds, tu lui passeras le bonjour. »

J’ouvre, et je referme la porte derrière moi du pied, mais un truc coince. Sa main, en fait.

« Il a besoin de vous. »

Je souffle du nez. Ce culot. Il a même pas le cran de venir me voir en personne, faut qu’il envoie un de ses larbins du journal.

« C’est une question de vie ou de mort, qu’il continue.
- C’est super. Dit lui bonne chance de ma part.
- Il vous demande de venir le voir, à son bureau, au plus tôt.
- Je suis très occupé en ce moment.
- Vous êtes sûr?
- ‘sûr.
- Il insistera.
- Qu’il vienne.
- Il ne quitte plus son bureau.
- Tu vas pas me lâcher, hein?
- Non.
- Eh bien, amuse toi bien dans ton couloir mon pote. »

Je claque la porte, il retire sa main au dernier moment. Me voilà tranquille. Mon chez moi, c’est pas grand-chose, mais c’est déjà ça. J’ai un fauteuil confortable, un lit confortable, une bouteille de whisky pas trop dégueulasse, et une machine à écrire. Je l’ai dégoté en mission, une antiquité, le machin. Mais ça marche. Et l’avantage, c’est qu’elle ressemble pas à celles qu’on utilise pour taper nos rapports. Je me sers un verre, puis je vais pour m’installer. Je jette un œil par le petit trou de ma porte avant, pour me rendre compte que l’autre con est plus là. Parfait.

Je fais craquer mes doigts. Il me faut une idée. Un titre. Allez Thomas, réfléchis. « Une question de vie ou de mort ». Pourquoi pas. Ça pourrait être l’histoire d’un journaliste, qui… Et merde. J’arrive pas à me sortir ça de la tête. Déjà qu’il parasite ma vie, voilà que le père parasite mon imagination maintenant. Fait chier.
https://www.onepiece-requiem.net/t22006-thomas-lewishttps://www.onepiece-requiem.net/t22094-thomas-lewis
Page 1 sur 1