AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-31%
Le deal à ne pas rater :
Resident Evil VIllage sur PS5 [Précommande]
48.51 € 69.99 €
Voir le deal

Chasse aux poulets

Eleanor Bonny
Eleanor Bonny
Donneuse de récompense
♦♦♦ l'Exsangue ♦♦♦

♦ Localisation : Nouveau Monde
♦ Équipage : Pirates de l'Exsangue

Feuille de personnage
Dorikis: 10004
Popularité: -1200
Intégrité: -1200

Ven 29 Jan 2021 - 15:52

Les cerisiers en fleur, les pétales volant au gré du vent. Une île paradisiaque, ou presque... chacun ses goûts. J'étais ici en repérage, je regardais un peu ce qui était proposé. Visites touristiques, SPA, salons de massage et pour les plus braves, séances de chiropraxie. Braves au masculin, car plus de la moitié des services ne s'adressaient qu'aux hommes. J'en étais verte, mais de toute façon je n'étais pas là pour le plaisir.

Quelques fois, des navires de croisière abordaient le port principal de l'île pour y déposer leur chargement, le temps de quelques jours. Certaines personnes refusaient de descendre, malgré la somptuosité de l'île et tous ses avantages. Elles, ou plutôt ils, restaient à bord et se claquemuraient dans leur chambre. Il fallait dire que les « femmes » de Kamabaka n'y allaient pas par quatre chemins. Quand d'autres se rendaient compte de leur erreur, ils avaient le choix : fuir indéfiniment ou accepter leur destin.

J'étais pratiquement invisible pour la population de l'île, c'était idéal ; je pouvais opérer sous la plus efficace des couvertures. Évidemment, je n'avais pas autant de laissez-passer qu'un homme, à condition qu'il passe par certains supplice comme endurer les incontournables mains aux fesses ou les regards inquisiteurs. Ha ! Les rôles étaient inversés ici, finalement cette île me plaisait bien.

J'avais appris qu'on m'avait collé une recrue dans les pattes cependant, elle devait débarquer avec le prochain paquebot. Je n'avais pas plus d'informations à son sujet ; j'espérais juste que ce n'était pas un homme ou qu'il avait les nerfs solides.

Ma pina colada dans la main, je savourais la chaleur intense du soleil qui brillait haut dans le ciel, quand une sirène retentit à l'horizon, au milieu de la mer d'émeraude. J'étais légèrement vêtue, dans un maillot de bain saillant car, je n'avais pas peur des indiscrétions et pouvais tout autant profiter de la bronzette. Par miracle, ma peau artificielle prenait le soleil, pourquoi m'en priver, donc ?

Je revêtis un large poncho, cependant, pour aller au contact de l'agent qui devrait bientôt mettre pied à terre. Le navire mouillait dans le port, comme je m'avançais sur les quais, en première ligne. Je remarquais des paires d'yeux courant sur moi du haut du pont : ils seraient bientôt effarés en voyant ce qui me succédait, à mon avis. Les autochtones avaient bien compris, depuis le temps, qu'elles avaient plus de chances de recevoir des touristes en me laissant aller avant elles. Je faisais une belle vitrine, apparemment. Je les entendais pester de jalousie dans mon dos.

Ils furent un beau paquet à se précipiter dans ma direction, croyant que j'étais l'accueil exotique du coin. Puis une rangée de rugbymen apparut d'on ne sait où : des hommes travestis, grossièrement maquillés, épilés ou non, ne camouflant même pas leur barbe et exhibant des muscles de taureau. C'était ça, les femmes, ici.

Comme d'habitude, j'entendis des cris horrifiés et j'en vis prendre leurs jambes à leur cou, direction le paquebot. Mais pour beaucoup, il était trop tard et la mêlée avait déjà commencé. Bon, je supposais que mon contact parviendrait à s'en tirer, si c'était un homme : cela ferait un bon exercice pour mesurer ses compétences. Je fis passer le bout de ma cigarette à ma commissure droite, la tenant du bout des lèvres tout en affichant une mine renfrognée. Il s'agissait d'avoir l'air d'un Directeur du CP9 quand même.

Il ou elle saurait comment me trouver et puis nous aviserions. Sous cette étrange couverture d'île romantique pour les travestis, il y avait un vent révolutionnaire qui soufflait et que nul n'avait jamais eu le courage d'entraver.

_________________

https://www.onepiece-requiem.net/t10652-a-sweetsong-ou-l-effet-papillon-100-finihttps://www.onepiece-requiem.net/t10696-sweetsong-montrez-moi-ce
Thomas Lewis
Thomas Lewis
••• Agent de catégorie III •••


Feuille de personnage
Dorikis: 680
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 23 Avr 2021 - 15:38

Un test. Voilà l’ordre du jour. C’est pas compliqué à deviner, quand on te donne moins d’infos que d’habitude et qu’on te file même pas le nom de ton contact, c’est qu’on essaie de voir si t’es suffisamment débrouillard. La flemme, mais bon, c’est comme ça.

Le trajet est long, comme d’habitude, il se passe rien, alors j’essaie de me renseigner un peu sur ma destination, et de faire ami-ami avec quelqu’un à bord du navire d’escale. Y’a un type qu’à l’air pas trop méchant, et surtout pas trop con. Il parle pas beaucoup, mais il a des histoires à raconter, ça passera le temps. Il me parle des rumeurs qu’il a entendu, sur notre destination. Et de pourquoi il y va. Un paradis, qu’il paraît. J’y crois pas un mot. Suffit de lire le descriptif de l’île pour se rendre compte que ces rumeurs, c’est un peu du flan.

Je t’épargne les détails du voyage, c’est principalement moi qui pionce, qui pisse et qui tape la discute avec l’autre. Alors je te dépose au moment où on arrive.

Bon. De loin, c’était joli, mais quand on s’approche, ça commence à puer du cul, tout ça. A peine débarqué, me voilà déjà en position de difficulté. Je savais que cette mission de reconnaissance, ça serait une tare. Heureusement que je jouis d’une imagination hors-norme et de réflexes face au danger tout bonnement incroyables. Je descends du pont, non sans devoir bousculer un peu quelques tocards qui font marche arrière, dont mon pote, tiens. J’atteins ma contacte assez rapidement. Facile à trouver, c’est la seule à mon goût à des kilomètres à la ronde. Et au pire si c’est pas elle, ça fera juste une belle rencontre. Elle m’attends un peu plus loin, au milieu du dock.

Et pour passer les obstacles mortels et à barbes qui me barrent la route, j’ai utilisé tout les muscles de mon visage pour former une grimace bien dégueulasse, vise un peu. Futé, non? C’est ça, la puissance intellectuelle au Cipher Pol.

« Bonjour, que je lance simplement. La pièce montée est-elle à votre goût? »

Me regarde pas comme ça, c’est le code qu’on m’a filé, je respecte juste la procédure, moi. Elle me jauge du regard, je suis pas sûr d’apprécier mais bon, je crois que c’est son boulot, alors je lui en veux pas trop. Puis elle acquiesce. Allez hop, premier test réussi. Elle tourne les talons. Je crois que j’ai trouvé plus taiseux que moi, tu te rends compte? Attends, c’est quand même pas à moi de devoir faire causette, si? Je pensais qu’en signant aux Bureaux, ça me laissait le droit d’être silencieux et mystérieux, comme les autres.

« Votre séjour se passe bien? Une destination à recommander, peut-être, pour commencer à… faire affaire? »

J’ai pas été formé à faire la discussion, pendant mes années d’apprentissage, alors me juge pas trop, surtout que je dois composer avec les oreilles indiscrètes qui doivent grouiller autour de nous.
https://www.onepiece-requiem.net/t22006-thomas-lewishttps://www.onepiece-requiem.net/t22094-thomas-lewis
Page 1 sur 1