AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur le Vélo électrique Xiaomi Mi Smart Pliable 250 W
499.99 € 999.99 €
Voir le deal

Convoi 08: Pascal O'Billot

Aller à la page : Précédent  1, 2
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Dim 28 Mar 2021 - 16:43

Rappel du premier message :

Sur une mer calme, un grand radeau porteur de blocs d'éclisses en bois d'adam directement nouées à lui vogue, sans voiles ni rames. Dans chacun de ces blocs, un prisonnier voyage, emprisonné. De temps à autre, les gardiens remontent pour leur apporter à manger. Des poissons, mais aussi des crevettes de première fraicheur et des gourdes d'eau douce hermétiques. Ce radeau, c'est la partie visible du véritable navire qu'est le Pascal O'Billot.

Les prisonniers homme-poissons composent la majorité écrasante du convoi, tout comme des Marines qui les gardent. Le navire est une coque inversée et ses zones immergées ressemblent à un énorme panier tressé en forme de bateau retourné. De fait, à l'intérieur, le bas est en haut inversement. Il n'y a pas d'ancre pour rétablir le sens, mais un monstre marin puissant en guise de tracteur. Et bien entendu, on ne marche pas dans ce navire, on nage, d'une pièce en bois tressé à une autre.

Dans le quartier des prisonniers, le gang des Soshark justifie à lui seul un transport entier. Des déchus du royaume de Luvneel, prêts à tout pour concurrencer la pègre de North Blue. Le conflit qui les avaient menés ici avait été une pure bataille d'homme-poissons. Sous l'eau, les prisonniers se battent encore depuis leurs grandes cellules communes. Une guerre de gang interne entre le chef Tibbon et son prédécesseur, Jéricho. Tous deux accusent l'autre d'être responsable de leur situation. Les Marines tolèrent toute rixe, tant que personne ne dégrade le matériel du Gouvernement Mondial.

Tony Dinozzi est bien loin de se douter des rixes violentes qui s'opèrent sous la surface. Pour lui, qui fait partie des quelques dômes tressés à la quille du navire, les journées ressemblent à la vie d'un crabe dans un panier, battu par quelques vagues, réchauffé par le soleil qui filtre entre les barreaux. Dino ne devait sa situation qu'à une guigne sévère. Luvneel l'avait compté dans les pièces rapportées du gros coup de filet. De mafieux poissard, d'informateur sous-estimé, il allait connaître une mort sans gloire, dans l'ombre d'un gang bien plus réputé que lui.
Lise
Lise

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : Les Intrépides Libres

Feuille de personnage
Dorikis: 2360
Popularité: -74
Intégrité: -77

Lun 31 Mai 2021 - 21:11

J'aurais pu passer inaperçue et m'infiltrer mais il a fallut que le destin choisisse de m'envoyer le karma en plein visage. C'est donc pour ça que je suis aux côtés de plusieurs pirates face à un Roi Démon qui ne semble pas vraiment dans son assiette. La femme Marine avec lui semble cependant gérer la situation, je me permets donc une légère réflexion, un truc du genre une femme peut gérer ça. Les hommes à côté de moi se présentent, il y a Azerios et Kaito, ah et Sarah aussi. Le second me propose de me joindre à eux, nous viserions apparemment le même objectif. Je dois bien avouer que je ne dirais pas non à de l'aide à l'instant précis, car honnêtement avec tout ce qui se passe ici, je ne pense clairement pas pouvoir m'en sortir seule.

Des hommes-poissons se mettent alors à batailler des matelots du ponts et une mini-guerre éclate. Que suis-je censée faire au milieu de ça. Je me fais bousculer par des Marines mit au tapis par des hommes-poissons, j'atterris finalement non loin d'un autre homme aquatique qui m'accueille en posant sa main sur mes yeux, au moment où je pensais apercevoir Kaito et Azerios se taper dessus. Mais ils sont pas censés être du même camp ? Décidément je n'y comprends rien ... mais j'ôte poliment la main de l'amphibien qui était posée sur mes yeux en me tournant respectueusement vers lui.


« Pardonnez moi, une pareille bataille ne devrait pas vous importuner. Demoiselle ? »

« Hmm, merci. Lise. Je ne sais pas ce qui est passé par la tête des deux pirates mais je préfère ne pas m'en mêler. Par contre là-bas, je devrais pouvoir me montrer utile. Attend ... quoi ? »

Je m'arrête dans mon élan en voyant le changement de comportement de la femme Marine. Et depuis quand le collier que portait le Roi Démon est arrivé sur elle ? Un coup d'épée menace de me tailler sévèrement les cheveux alors que j'étais concentrée à comprendre le schéma de l'affrontement entre les grosses pointures de cette zone. Je m'élance en avant en dégainant mon bâton climatique pour finalement sonner le matelot qui m'a attaqué d'une simple bulle foudroyante en plein coeur. Je passe un revers de main dans mes cheveux en me redressant, le regard pointé vers le ciel. Des nuages sont en train de se former. Je devrais en profiter. Alors que je commençais à charger le nuage en bulle chaudes et froides, le matelot sonné auparavant revint à lui et mécontent de s'être fait mit au tapis si salement, repasse à l'attaque.

« En plus d'être idiot vous êtes têtu ? »

J'évite tant bien que mal ses coups d'épées maladroits, il n'a pas l'air remit du coup de foudre, je recule en continuant de faire tournoyer mes bâtons pour charger encore plus le nuage présent dans le ciel. Quelques secondes s'écoulent finalement, le nuage atteint sa forme parfaite. J'en profite pour m'élancer en avant, repoussant le matelot grâce à mon climat-tact. Je cours le plus vite possible en frôlant le Roi Démon. Bâton de chaleur replié sur celui du froid, je le lance en direction de ce qui semble être notre adversaire. Un courant violent se forme alors et le fait s'envoler de plusieurs mètres. Le temps semble être de mon côté. Je termine mon assaut en jetant une bulle électrique dans le gigantesque nuage au dessus de lui.

« Thunderbolt Tempo ! »

La foudre s'abat violemment, le faisant griller sur place puis le laissant retomber tel un poisson grillé dans les profondeurs du navire. Je rattrape mes deux bâtons boomerang en levant simplement le bras. La bimbo force de l'ordre se précipite alors dans l'eau pour secourir monsieur croustibat. Je hausse les épaules en me tournant vers le Roi Démon qui semble avoir morflé en m'excusant de ne pas pouvoir être plus utile sous l'eau. Ce qui s'apparente alors à une accalmie semble s'installer sur le pont, le plus gros de la bataille se déroulerait juste sous nos pieds et nous devrions y prendre part. J'aimerais cependant y émettre des réserves. Je m'avance un peu en avant.

« Sauf votre respect je suis là pour un seul homme qui pourrait m'apporter des informations utiles. Je ne sais pas qui est la bimbo qui s'est jetée à la poursuite de votre adversaire, mais elle ne devrait pas survivre longtemps là-dessous s'il n'y a pas de moyen de respirer et qu'en plus une véritable guerre sous-marine est en train d'être livrée. Il semblerait que Kaito et Azerios souhaitent la même chose que moi. Vous voudriez descendre pour sauver cette femme ? Sans même connaître la superficie ou l'emplacement des pièces en bas ? »

L'idée de descendre semble inévitable en tout cas, que se soit pour sauver cette dénommée Helena ou pour atteindre notre objectif. Dans tous les cas nous ne serions pas plus avancés que la bimbo de la Marine sans moyen de respirer. J'essaie de me creuser la tête pour tenter de me trouver une utilité là dedans. Mes bulles servent à dicter à la foudre, à la chaleur et au froid ... si je parviens à créer une Cool Ball à l'air libre peut-être qu'elle pourrait nous servir de masque à oxygène sous l'eau. Je m'approche finalement d'Azerios en sortant l'un de mes bâtons climatiques que je fais tournoyer. Libérant une bulle froide, je la maintient au bout du bâton et je la tend au pirate.

« Si vous souhaitez descendre nous allons devoir y rester un moment, l'apnée n'a jamais été mon fort. Voudriez-vous bien prendre cette bulle et la placer à la manière d'un masque à oxygène je vous prie ? Normalement vous devriez pouvoir respirer à l'intérieur, elle est plus grande qu'une bulle classique, j'y ai insufflé plus d'air. C'est une première. Si ça explose ou si vous la brisez ... vous ne pourrez plus respirer. Et vous mourrez, noyé. »

Je me tourne finalement vers le Roi Démon. En vue de sa taille je pense qu'il va pouvoir se caler deux Cool Ball dans les narines ... et encore, en une inspiration elles n'auront plus d'air. Déjà, en fonction de son état, sera-t-il capable de nous accompagner dans les profondeurs ?
https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
Kaito Yamamoto
Kaito Yamamoto
Donneur de Récompense

♦ Localisation : Sur North Blue
♦ Équipage : Les Intrépides Libres

Feuille de personnage
Dorikis: 2205
Popularité: -139
Intégrité: -60

Mer 2 Juin 2021 - 1:33

La situation était passée du calme plat au chaos le plus total en un instant. Tout autour de Kaito, Sarah et leurs compagnons de fortune, les soldats se mettaient en branle, certains faisant face à Tibbon et quelques membres de sa bande, d'autres encore avaient le courage – stupide – de se tenter à attaquer le Roi Démon, mais surtout, une partie d'entre eux se lançaient à l'assaut des pirates, cherchant à éliminer cette menace qu'ils représentaient.

D'aucun dirait que c'était bête de leur part, bien au contraire, c'était même là l'essence de leur travail, de leur raison d'être ici, mais malheureusement pour oui, si quelques-uns se montraient assez véloces et demandant un peu de réflexion et d'adresse pour les surprendre, la plupart ne firent guère plus qu'aider le kanokunien à s'épuiser un peu plus que s'il n'avait eu à faire face qu'aux plus forts d'entre eux.

Bon, il fallait tout de même reconnaître que la présence de son amie et seconde ainsi qu'Azerios et cette fameuse Lise aidait pas mal à faciliter l'affrontement. Peut-être un peu moins avec les rares hommes-poissons du côté de Tibbon, mais au final, rien qui n'inquiéta réellement le sabreur. Son allié temporaire, néanmoins, avait disparu depuis quelques instants, finissant néanmoins par revenir avec quelques alliés sous le coude.

La situation était sous contrôle, et elle le fut un peu plus encore avec la venue de la marine qui hurla pour stopper l'envie de se battre de … ses hommes ? Difficile de connaître réellement son rang, en vérité, Kaito n'était pas connaisseur de la marine. Il n'eut cependant guère le temps d'y réfléchir, Tibbon ciblant alors exclusivement la jeune femme avant que plusieurs marines, agissant étrangement à la manière de Minos, ne l'attaquent subitement, la sonnant à moitié. Choix stupide, se soldant rapidement par un immense pied de révolutionnaire magistrale. Et le sauvetage un peu cavalier de la part de ce dernier.

La suite transforma l'ambiance générale en une ambiance ubuesque, ridiculisant littéralement Tibbon. Prenant au dépourvu tout le monde, cela laissant l'occasion à Kaito – et visiblement Azerios – d'agir de concert avec quelques autres hommes-poisson de leur côté pour raser le reste de marines encore debout de quelques coups aux flancs, achevant de mettre le camp au tapis. Ne restait désormais plus que le groupe de Tibbon et le leur, sur ce pont – si on pouvait parler de pont.

Le requin-poulpe l'avait mauvaise. Réellement. La situation lui échappait et il le fit comprendre en crachant toute sa rage, l'exprimant par un étrange et singulier changement de couleur sur ses tatouages, devenant noir charbon en quelques instants. Une très belle couleur que celle-ci, noir comme le cœur de Kaito qui lentement se fermait, lui donnant soudainement des envies de tuer la personne la plus proche de sa lame. Azerios.

Son instinct parla alors pour lui, le faisant s'élancer en direction de l'homme dont il s'était fait allié il y a pourtant peu. Une alliance si fébrile, au final, mais il fallait l'avouer : le cou du pirate de South Blue lui avait paru alors si attirant. Une cible facile, en somme. Ce qu'il ne s'attendait pas à vivre, néanmoins, c'est que celui qu'il venait de trahir aurait eu la même pensée, leurs deux lames venant s'entrechoquer avec force et fracas en les forçant à se repousser mutuellement en se toisant du regard. Le kanokunien afficha alors un air grave et mauvais.

Je n'aurai jamais pensé être trahi si salement. s'énerva-t-il.
Je te retourne la remarque, salaud. répliqua avec véhémence Azerios.

Une situation des plus particulières se jouait sous les yeux de Reyshu – visiblement nouvel allié du désormais adversaire du sabreur –, Lise dont il avait caché les yeux à temps pour éviter le coup et Sarah qui avait eu la chance d'être occupée à cet instant par un dernier marine récalcitrant et qui ne savait comment réagir face aux actions de son capitaine. Elle voulut tout de même s'avancer vers lui pour s'assurer de son état, mais c'est à ce moment-là que les deux hommes repartirent à l'assaut, n'hésitant pas à donner le meilleur de lui-même pour éliminer cette menace qui les opposait.

Un coup de lame à droite, une latérale feintée pour tenter un coup d'estoc improvisé à gauche, les deux rivalisaient d'ingéniosité pour surprendre l'un l'autre. Résultat ? Quelques coupures plus ou moins grandes sur les flancs, les jambes, une ou deux sur le visage. Rien de réellement inquiétant, mais suffisamment important pour fatiguer quelque peu les deux pirates qui petit à petit perdait cette étonnante et improbable envie d'envoyer valser l'autre par-dessus bord.

Qu'est-ce qui s'est passé ? s'interrogea Kaito d'un un air quelque peu choqué.
Tibbon s'est énervé et vous avez commencé à vous battre, Azerios et toi, sans raison. Un peu comme le Roi Démon tout à l'heure. lui expliqua rapidement Sarah, encore un peu surprise par ce qu'elle venait de voir.

Le capitaine reprit enfin toute sa lucidité, réalisant enfin ce qu'il venait de vivre, puis soupira longuement, observant rapidement à la fois ses blessures, son katana et surtout son allié de fortune, qu'il n'avait pas ménagé plus que lui n'avait pas lésiné sur les coups dont la blessure était encore présente.

Désolé Azerios, j'ignore ce qui m'est arrivé. On a visiblement subi le même sort que Minos. Cependant, j'ignore pourquoi nous en sommes débarrassés si rapidem- commença Kaito.

Son regard croisa alors le révolutionnaire, et surtout la situation autour de lui. Déjà, le semi-géant avait quelques coups visibles au corps, preuve d'un combat certain avec celui qui évoluait désormais au sol : Tibbon. Quant à la marine sous sa protection, elle se relevait visiblement péniblement près d'une des cages accrochées directement au navire, plus secouée que blessée. Derrière elle, un Tony en panique s'était recroquevillé en priant tous les dieux qu'il pouvait en espérant que sa cage le protège suffisamment de ces monstres bodybuildés qui se chamaillaient.

Rapidement, après un court instant où Minos lui passa le collier que lui avait précédemment « offert » Tibbon, voilà que la situation tourna au pur pugilat, les deux combattants frappant aussi forts que possible en espérant faire tomber l'autre le premier. Sauf que comme on pouvait s'y attendre, le Roi Démon se trouva très vite à prendre l'avantage, ses coups sonnant bien plus lourds contre les os de l'homme-poisson.

Kaito, lui, observait ce règlement de compte avec une certain calme. La pression retombait tranquillement, le chaos était passé et ce qui se passait sous ses yeux signait la fin des problèmes, en tout cas à la surface. Il prit un temps pour souffler d'ailleurs, esquivant à temps un hommes-poisson venant des cales et qui espérait visiblement se farcir un pirate. Mauvaise idée, et le kanokunien le lui fit rapidement comprendre, n'hésitant pas à utiliser un rapide et précis Coup croix venant laisser une belle marque sur son torse en l'envoyant au tapis au passage.

Il se sentait un peu triste pour cet homme-poisson et ses compagnons gisant inconscients autour de lui et de ses camarades. Lui qui était venu les sauver – même s'il ignorait qu'il s'agissait du tristement célèbre gang Soshark de Luvneel – en plus de Tony, il allait devoir les laisser à leur sort, au même titre que Tibbon. Dommage pour eux.

Il n'eut cependant que peu de temps à leur consacrer, rapidement pris par surprise par l'attaque soudaine d'Helena envers Minos. Un rapide coup de rapière venant frapper là où ça fait mal. Cela ne pouvait être pire, car voilà que le puissant Minos, déstabilisé par l'assaut, le sang coulant abondamment et surtout celle qui venait de le lui infliger, se trouvait une menace bien moindre désormais, faisant rire Tibbon qui allait pouvoir reprendre le dessus. Du moins, il en aurait eu la possibilité si Lise, qui était restée en retraite jusqu'alors n'était pas intervenue, grillant le poisson, l'envoyant rejoindre ses compères primitifs avec à sa suite la marine dans le même état émotionnel que le Roi Démon juste avant.

Cette fois, le calme retomba enfin, la source du chaos disparue, mais Kaito sentait que cela grondait encore pas mal en-dessous. D'ailleurs, cela fut confirmé par Reyshu qui était visiblement parti faire un petit tour dans les profondeurs pour prendre la température. De ce que le kanokunien en retint, c'était qu'une fois sous l'eau, la question ne serait pas de savoir qui il faudrait attaquer, mais qui il ne faudrait justement pas attaquer.

Voilà que Lise, plutôt dépitée de ne pouvoir apporter plus de soutien, proposa tout de même de tenter une expérience avec son climat-tact qui leur permettrait de respirer quelques temps sous l'eau. Une idée qui fut aussitôt appréciée par le sabreur qui hocha la tête, imité par Sarah. La suite fut rapide et une fois tous les partis d'accord, le capitaine pirate se tourna vers sa navigatrice, l'air sérieux.

Tu aurais des notions de soins ? lui demanda-t-elle.
La base de la base. Mais je ne pourrais pas arrêter totalement sa plaie, je pourrais au mieux éviter que l'hémorragie ne continue de couler à flots. Ensuite, il lui faudra rapidement de quoi soigner ça plus efficacement. répondit du tac au tac la jeune femme, l'air tout aussi sérieux.
Dans ce cas, je peux te faire confiance pour t'occuper de lui ? En attendant, hmmm …

Kaito chercha un instant du regard quelque chose qui pourrait répondre à son interrogation, et il finit par s'arrêter sur l'immense bateau de Minos où les attendaient toujours ses hommes. Même de là, difficile de ne pas apercevoir quelques formes mouvantes au niveau de la proue. Il s'avança vers l'embarcation gigantesque et poussa alors ses mots au niveau de sa bouche.

Ohé, du bateau ! Votre capitaine aurait bien besoin de soins illico presto ! Faites vite où c'est les deux pieds devants qu'il repartira d'ici ! hurla-t-il en essayant de porter au maximum sa voix.

Le pirate n'obtint pas de réponse, mais certaines formes disparurent, preuve de mouvements là-haut. Il ne pouvait malheureusement faire plus que cela et pria pour Minos que ses hommes ne soient pas sourds – ou que sa voix ait suffisamment porté. En revenant sur la scène, il aperçut Sarah déjà au chevet du semi-géant, tenant dans ses mains un long fil enroulé qui allait sûrement permettre de refermer la plaie sommairement.

Est-ce qu'il y aurait moyen que l'un de vous tente de trouver de quoi soigner sur ce bateau ? Au moins de quoi aseptiser, je ne sais pas … demanda avec insistance la navigatrice s'improvisant docteure.

Kaito se tourna aussitôt vers Lise.

Pour enfin répondre à ta question, je vais pour ma part plonger, il doit y avoir quelques bonnes âmes à sauver dans ce foutoir. Je ne parlerai pour les autres, mais en tout cas, si tu ne te sens pas l'envie de venir dans les profondeurs de ce bateau, j'aimerai te demander d'aider ma seconde à s'occuper du Roi Démon. Merci d'avance. lui dit-il sur un ton très calme et amical.

Le sabreur n'avait malheureusement pas le temps de tergiverser. Il attendit donc un court instant que la jeune femme lui fasse ces petites bulles d'air forts pratiques avant de s'élancer dans les profondeurs du convoi, en proie au chaos encore plus total que ça l'avait été à la surface.

Dans l'eau, le sang coulait et restait accroché à l'eau, donnant petit à petit cette morbide couleur rouge carmin qui rendait la scène qui se jouait ici bas encore plus terrible. Nombre de corps flottaient, inertes – sans pouvoir certifier de leur survie ou non –, les combattants restants s'étripaient presque à coups de dents puissantes et de griffes lacérant comme si leur peau était du beurre. Un vrai carnage se jouait entre les hommes-poissons – pour la plupart prisonniers, pour certains des marines – et cela se cristallisait autour d'un énorme homme requin-marteau, en proie à un homme carpe koï à l'aspect terrible. Ce devait être le chef du convoi, très probablement aux prises avec Jericho, que Kaito reconnaissait sans mal.

*L'adversaire de Jericho agit étrangement. Il serait aussi sous l'impulsion de cet étrange pouvoir dont nous sommes victimes depuis tout à l'heure ? Hmmm …*

Le sabreur ne réfléchit pas un instant de plus, sentant sa bulle rétrécir à grande vitesse à mesure qu'il respirait. Mieux valait agir vite. Il fixa rapidement les cages et repérant quelques têtes effrayées et surtout de jeunes visages – bien qu'assez difficile à deviner de prime abord, le contact prolongé avec les hommes-poisson rendait l'approximation de leur âge plus facile - qui n'osaient pas quitter leur unique protection contre la violence qui faisait rage.

Kaito se tourna alors un instant vers ses éventuelles alliés en présence – peut-être Azerios, peut-être Reyshu, peut-être quelqu'un d'autre – et leur montra les dites cages avant de se désigner lui-même pour partir sans prévenir dans leur direction, cherchant à venir en aide à ces personnes en danger. Mais bon, tout serait parfait dans le meilleur des mondes si seulement certains des envoûtés n'étaient pas actuellement en train d'eux-mêmes atteindre leurs congénères, arrachant violemment les barres spécialement conçus pour accueillir des hommes-poissons et leur morsure monstrueuse, et se détournèrent de leur activité pour se tourner vers la nouvelle menace en approche, à savoir le pirate.

Celui-ci allait leur lancer une petite provocation pour les pousser à l'attaquer, histoire de pleinement détourner leur attention de ceux qu'il voulait sauver, mais il se rappela que son air était précieux. Il se contenta ainsi d'un mouvement les invitant à l'attaquer, brandissant alors son katana en guise de menace. Avant de réaliser à quel point l'eau pouvait être traître pour un sabreur.

Cela risquait fortement d'être plus compliqué que prévu …
https://www.onepiece-requiem.net/t22479-kaito-yamamoto#240789https://www.onepiece-requiem.net/t22486-ft-kaito-yamamoto#240803
Azeglio
Azeglio
Modérateur

♦ Localisation : Mangrove / Nouveau Monde
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 4913
Popularité: -223
Intégrité: -114

Mer 2 Juin 2021 - 11:23

Reprenant doucement ses esprits, le jeune rookie vit alors l’officier de marine sauter à la flotte. Il n’avait pas compris la moitiés des mots que venait de prononcer Kaito, l’impression d’être comme drogué. Il venait de se produire quelque chose et cette pirate nommée Lise avait l’air impliqué. Il n’arrivait pas à s’expliquer ce moment d’absence, comme si tout avait échappé à son contrôle, ce qu’il savait c’est qu’il venait de croiser le fer avec Kaito qui pourtant était de son côté. Difficile de dire qu’elles forces étaient à l’œuvre mais comme précédemment signalé, Tibbon avait une capacité peu banale.

Se tournant vers le pirate aux cheveux cendrés mais le vit plonger à son tour, la tête englobée dans une sorte de bulle, encore un tour de Lise, qui une fois de plus, faisait montre de compétences très utiles dans une telle situation. Il fuit suivit par Reyshu, vint alors le moment de se soucier du cas de Minos. Ce dernier gisait là au sol, meurtris par on ne sait qui, Sarah à son chevet qui tentait de le tirer d’affaire.

De bien sombres pensées amenait le rookie à se questionner sur ce qu’il devait faire. Une partie de lui avait envie de rendre les coups au colosse, car dans cette posture, il ne serait pas bien compliqué de s’occuper de son cas. Prendre la tête du Roi Démon pourrait permettre, à quiconque qui saurait saisir cette opportunité, de gagner une renommée certaine. Mais sa réflexion fut perturbée par l’attaque d’un soldat de la marine qui fondit sur lui, fendant l’air d’un coup de sabre d’abordage.

Azerios esquiva alors l’attaque maladroite, et saisissant son assaillant par le poignet, projeta ce dernier sur un second soldat qui se précipitait. Tous deux tombèrent avec fracas sur le bois solide et il s’avança vers Minos, tranchant violemment le dos d’un soldat qui pointait son pistolet à silex en direction de Sarah. Ramassant son pistolet, il continua dans la même direction, esquivant d’un bond de côté le coup hésitant d’un quatrième soldat qui avait tenté de le frapper avec la crosse de son fusil. L’esquive fut suivie d’une entaille large dans la cuisse de l’homme qui s’écroula dans un cri de douleur. Continuant sur sa lancée, presque inexorablement, il se prit cependant un coup de sabre soudain, qui entailla son bras gauche et de rage contre attaqua d’une double estocade mortelle, scellant le sort de cet énième soldat. Bien que douloureuse, par chance la blessure n’était pas profonde mais contribuerait sans doute à le diminuer si besoin de forcer. Provisoirement hors de danger, il rengaina sa lame et arriva alors aux chevets de Minos.

Sortant de son sac son couteau à bois, il s’accroupît aux côtés de Sarah, qui sursauta en remarquant sa présence, sans doute préoccupée par ce qu’elle était en train de faire.



Sarah c’est ça ? Je prends le relais.

Heu t’es médecin ? demanda t elle d’un air méfiant en posant les yeux sur son couteau à bois qu’il venait de poser sur le sol.

Pas vraiment non...


Le jeune pirate prit alors le pistolet précédemment volé et le désarma soigneusement. Il récupéra la poudre dans la cavité prévu pour l’accueillir et la versa le long de la plaie. Regardant autour de lui, il ramassa son couteau à bois sous les yeux d’une Sarah immobile et se releva en direction du bord du navire. Taillant non sans mal dans le rebord du bateau, l’une des rares parties qui n’était pas faite d’un bois trop solide, il récupéra une tige de bois et l’enflamma a l’aide d’une des lanternes de signalement présentes sur le pont. Une fois son petit bricolage effectué il revint aux chevets de Minos.


Ça risque de piquer un peu... Mais pour un grand gaillard comme toi, ça ne devrait pas poser problème hein ?

Heu attends tu va pas...


L’acolyte de Kaito n’eut pas le temps de finir sa phrase, sourire sadique aux lèvres, d’une main le rookie approcha la tige de bois enflammée de la plaie précédemment recouverte de poudre noire, ce qui eut pour effet d’y mettre le feu dans un flash étincelant et de l’autre main il plaqua tant bien que mal le plat de son couteau à bois sur ladite plaie.

Minos poussa un gémissement, cautériser à un tel endroit, ne devait pas être agréable du tout et si il n’avait pas eu une telle constitution physique sûrement serait il mort, ou dans le meilleur des cas se serait il évanoui. Essuyant son couteau, il le remit dans son sac et lança la tige de bois par dessus bord, une chance que le calme soit plus ou moins revenu sur le pont mais une chance surtout que cette intervention chirurgicale de fortune semble avoir porté ses fruits. Un pari risqué, mais le pirate n’ayant rien à perdre avait tenté le coup, la plaie n’était pas très belle mais au moins l’hémorragie était plus ou moins stoppée.



J’imagine que la sensation n’est pas des plus agréables mais c’est de bonne guerre... Il devrait être tiré d’affaire, du moins pour le moment...

Ouais...

Le genre de truc qu’on apprend à improviser quand on est dans la Marine... Bon sur le cou c’est pas conseillé c’est vrai. Mais un grand gaillard comme lui, je suis sur qu’il s’en remettra vite !

Il se releva d’un bond et se tourna vers Lise qui les avait rejoint aux chevets du roi démon.

Je ne sais pas trop comment te demander ça, mais serait il possible que tu me files tes bulles à moi aussi ?


La jeune femme eut un petit rire et généra deux cool balls, il l’a remercia d’un hochement de tête et s’élançant dans la direction du bloc où avait précédemment plongé le cendré, plongea à son tour dans l’eau glaciale.

Un mélange d’écume sanguinolent remontait progressivement à la surface, la visibilité était réduite, car peu de lumière filtrait. Autour de lui, des corps, tantôt inanimés, tantôt se livrant à des combats acharnés. Un joyeux bordel en somme, bien content de pouvoir respirer provisoirement, il aperçu alors Kaito et Reyshu et nagea dans leur direction avant de remarquer un peu plus loin qu’un duel entre deux brutes faisait rage, Reyshu pointa l’un d’entre eux et un mot filtra à travers le brouhaha aquatique : Jericho. Mais le rookie fut forcé de constater qu’il allait devoir mériter son entrevue avec l’ancien chef des Soshark. Kaito, sabre en main, était en train provoquer un groupe qui se trouvait face à eux.

Merveilleuse idée que de provoquer un groupe d’hommes poissons enragés dans l’eau. Il sortit alors son couteau à bois, en se disant que plus sa lame serait longue, plus elle serait difficile à manier dans l’eau. L’un des assaillants se rua alors vers lui mais n’eut pas l’occasion de tâter de son couteau, Reyshu s’interposa et le repoussa d’un coup de poing fendant les flots. Et lorsqu’un second renégat tenta de s’en prendre à son protecteur, Azerios lui rendit la pareille en enfonçant avec toute la force possible son couteau dans l’arrière de la tête de l’homme requin. Ce qui, avouons le, n’eut pas l’effet escompté. Ce dernier fou de rage fit volte-face et donna un puissant coup de poing dans le bas ventre du pirate, le promettant en arrière dans la pénombre et surtout dans la douleur.

Les réserves d’air étaient limitées et les choses sérieuses pouvaient commencer.
https://www.onepiece-requiem.net/t22639-itsuake-a-la-recherche-daventurehttps://www.onepiece-requiem.net/t22660-itsuake-rookie-de-south-
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Ven 11 Juin 2021 - 16:02

Je vois que ça n'avance pas sur ce convois.
Est-il finis ou dois-je faire la conclusion moi-même ?

Si aucune réponse de votre part dans les prochains jours le sujet sera cloturé.
Helena De Ruyter
Helena De Ruyter
• Caporal d'élite •

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2105
Popularité: 95
Intégrité: 57

Sam 12 Juin 2021 - 9:56

Quelle bande de crétins, à y réfléchir! Ces types étaient aveugles au point de ne pas voir que Tibbon était la seule personne intéressante dans le secteur? Minos pouvait bien essayer avec son déjeuner 5 étoiles et les deux autres avec leur diplomatie, mais Helena l’avait toujours pensé depuis 5 minutes : c’était l’homme poisson aux 4 bras, le meilleur de la team! C’était vraiment dommage pour Minos, cela dit; sortir un tel numéro de charme pour ensuite la triturer quand elle voulait protéger ce pauvre Tibbon de sa rage de géant (au passage, il avait bien mérité sa scarification XXL, ce pervers)… Il n’y avait donc aucun type bien sur les Blues?!? Excepté celui qui sombrait sous les flots? En parlant de sous les flots, c’était également un sacré barouf. Le souk a l’intérieur du Pascal O’Billot s’était propagé à l’extérieur, les cages s’étant ouvertes, Une mêlée à… Deux? Trois? Quinze? Impossible à dire, mais il y avait une belle bataille pas rangée sous les vagues entre partisans de Tibbon, opposants de Tibbon, gens qui s’en foutaient de Tibbon et gens qui ne comprenaient pas trop ce qui se passait…

En parlant de lui, le nouveau meilleur ami pour la vie de De Ruyter continuait à descendre dans les profondeurs. Nageant aussi vite qu’elle pouvait, Helena finit enfin par le rattraper; mais heureusement, son nouvel ami n’était pas en danger. Et comble de la sympathie, il lui offrit même le voyage retour en l’attrapant par le poignet avant de la jeter et l’enfermer dans une des cages à prisonniers sous l'eau, repartant comme si de rien n’était! Ah vraiment, c’est cool d’avoir des amis!

Comment ça « enfermer dans une des cages à prisonniers sous l'eau»?!

Non, c’était pas possible, un copain comme Tibbon ça vous laisse pas vous noyer comme un chiot! C’était sûrement une erreur ou un faux mouvement de sa part, il allait revenir! En tout cas, Helena le pensait haut et fort alors que l’air dans ses poumons s’épuisait et qu'elle tentait désespérément de forcer la porte d'osier tressé.

Alors que sa vision commençait à tourner au rouge, l’une des parois de la cage explosa dans un flot d’écume et des mains puissantes lui saisirent les pieds. Dix secondes plus tard, Helena était au sec dans une des alcôves au sec destinée au personnel humain, vomissant un bon demi-litre d’eau de mer. Devant elle, deux hommes-poissons, respectivement thon et poisson-clown, l’observaient d’un œil suspicieux.



- Vous êtes… Avec Tibbon?
- Tibbon!?! Fais ta dernière prière, on va te-
- Calmos. Peut-être qu’elle est influencée aussi.
- ...Oh! Ce collier, c’est une des dents de Tibbon?
- Ou… Oui…



Le dénommé Laurdy, sitôt qu’Helena eut répondu à la question, arracha le collier « offert » par Minos tandis que Harel attrapa une chaîne et un boulet traînant au sol, les utilisant comme une masse pour pulvériser la dent! Et curieusement… Ça changeait beaucoup de choses. D’un seul coup, Helena réalisait que à moins d’avoir eu un bug de cerveau digne du livre des records, les récents événements depuis que Minos lui avait mis la dent de Tibbon autour du cou pouvaient être qualifiés de grosse boulette. Pas autant que « Nan mais j’ai bien regardé mon cycle chéri, t’inquiète, on a pas besoin de protection » lors d'une après-midi arrosée de plusieurs whisky-colas il y a quelques années, mais pas loin.


- Pour… Quoi?
- Parce que ce collier est un piège et que vous êtes tombée dedans la tête la première.
- Un… Piège?
- Colors Trap. L’art d’utiliser des sceaux de couleurs diverses pour influencer les émotions de ceux en contact avec lesdits sceaux. Tibbon est un maître dans ce domaine, même si je suis pas sûr de comment il fait pour en caser partout autour de lui dans ses dents, ses écailles ou autre. Si ça se trouve, une bonne partie de tout l’équipage est à sa botte sans le savoir… Excepté nous et eux. Et vous, maintenant.



Reprenant peu à peu ses forces, Helena vit que l’alcôve où ses sauveurs l’avaient emmenée était bien remplie; divers hommes-poissons dans un état de santé variable, mais semblant tous souffrir de contusions diverses. Visiblement, le Colors Trap se soignait, partiellement ou complètement, à coups de poing dans la gueule.


- Moi c’est Harel, et lui c’est mon pote Laurdy. On est loyaux à Jéricho, mais on veut pas se jeter dans la mêlée comme des glands gratuitement. Tant que Tibbon sera pas neutralisé une bonne fois pour toute, on court le risque qu’il rebatte les cartes. C’est Jéricho qui nous a dit pour le Colors Trap.
- Du coup on trouve tout le monde qui serait sous l’influence de Tibbon et on les libère. Bon des fois faut leur péter la gueule un peu, mais comme vous voyez, ça marche.
- Par contre M’dame… J’avoue que vous tombez à point nommé. On est que des prisonniers, du coup les gardiens du navire risquent de s’en prendre à nous Colors Trap ou pas. J’aime pas dire ça comme ça, mais on vous à sauvé les miches surtout pour que vous puissiez montrer patte blanche pour nous auprès de vos copains. Si on réunit les loyaux à Jéricho et les soldats, on devrait pouvoir s’occuper de Tibbon et ses gugusses.
- ...Vous avez un plan pour vous occuper de Tibbon?
- Lui tomber dessus tous ensemble et le cogner jusqu’à plus soif? Ça devrait arrêter le Colors Trap, mais si non, au moins on aura la satisfaction d’avoir défoncé ce guignol.
- D’autres personnes sont sur le navire. Des pirates, humains et géants. Je ne sais pas s’ils voudront bien m’écouter, mais j’ai pu parler avec quelques uns d’entre eux. Je ne peux pas vous promettre qu’ils se joindront à-
- Moi je dis qu’on doit prendre le risque! Une opportunité comme ça, on en aura pas 10!
- ...Vous avez raison. Allons-y.
- Vous avez entendu la dame, debout tout le monde, on va chercher le patron et en finir avec ces conneries!



Flanqué d’Helena, le gang d’Hommes-Poissons plongea a la suite dans un des trous du radeau, formant un groupe solide. Écartant du poing ou du pied les éventuels bagarreurs et formant un barrage de protection autour de leur laissez-passer A38 en bikini, ils naviguaient dans la mêlée et l’eau rougeâtre jusqu’à repérer leurs cibles : le pirate aux cheveux blancs et celui aux cheveux pas blancs (il avait pas changé de tête d’ailleurs, lui?) s’en prenaient au cercle rapproché de Jéricho. Helena avait beau nager vite, ses sauveurs restaient des hommes-poissons. Laurdy et Harel filèrent comme des torpilles s’interposer au milieu de la mêlée, agitant les bras et hurlant à tue-tête pour tenter de stopper la bagarre.


- LES PARTISANS DE JÉRICHO, LAISSEZ CES HUMAINS TRANQUILLES! ILS SONT AVEC NOUS!!!


Certains des Hommes-Poissons aux prises avec les pirates s’arrêtèrent en entendant leur confrère les invectiver, mais Jéricho lui-même n’avait pas réagi. Restait à espérer que les pirates n’étaient pas sous un Colors Trap![/color]
https://www.onepiece-requiem.net/t22155-helena-de-ruyterhttps://www.onepiece-requiem.net/t22167-helena-de-ruyter
Lise
Lise

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : Les Intrépides Libres

Feuille de personnage
Dorikis: 2360
Popularité: -74
Intégrité: -77

Mar 15 Juin 2021 - 23:29

Des groupes commencent à se former, j'observe tout cela en restant en retraite. On dirait bien que Kaito et Azerios vont plonger tous les deux, espérons qu'ils reviennent en vie. C'est tout de même de la folie de se lancer là dedans à l'aveuglette, sans connaître les espèces de types qu'ils pourraient croiser sous l'eau. Avec comme seul moyen de respirer, mais simples cool ball ? C'est vraiment risqué, c'est une mission suicide. Azerios, avant de se jeter à son tour dans l'eau, fait des prouesses médicales auprès de Minos. Des petites techniques que je note dans un coin de ma tête. Je ne pensais pas qu'une telle technique pouvait aider. Enfin il faut être sacrément débrouillard pour user de ça dans un contexte pareil, comment font-ils pour rester concentrés sans paniquer ? Ils doivent posséder une certaine puissance pour se lancer à l'aveugle.

« Bien. Je reste avec Sarah aux côtés de Minos. Faites attention à vous en bas. »

Entre pirates il faut se soutenir, et puis ces deux gars là ne m'ont pas l'air mauvais. Nous ne sommes donc plus que deux femmes pour protéger un demi-géant, et pas n'importe lequel, le Roi Démon. Dit comme ça, ça sonne badass mais vraiment ça ne l'est pas, à tout moment on se prend un assaut bien violent et on finit dans le même état que Minos. Je réajuste convenablement mes climat-tact avant de retirer ma longue cape, première fois que je le fais soit dit en passant. J'en profite pour attacher mes cheveux en queue de cheval haute.

« Et donc, Sarah c'est bien cela ? Vous connaissez Azerios c'est ça ? »

« Non du tout, je l'ai rencontré ici-même, moi je connais Kaito, je suis arrivée jusqu'ici avec lui. Toi c'est Lise ? Ton arrivée sur le bateau était prévu ? »

« Ahah ! Non absolument pas, pas avant que je lise dans un journal qu'un homme qui détenait de précieuses informations sur beaucoup de choses sur ce monde, est retenu ici. Mon arrivée était chao...tique ? Vous avez entendu ? »

Malheureusement oui, Sarah venait d'entendre la même chose que moi. Cela faisait à peine cinq minutes que les garçons avaient plongés et les ennuis allaient déjà nous tomber dessus ? Un groupe d'hommes poissons venaient de remonter d'un côté, et de l'autre ? Un groupe de matelots. Tout portait à croire qu'ils allaient s'attaquer entre eux, mais en voyant le Roi Démon, les hommes poissons ne trouvèrent rien de mieux que de prendre Minos en cible pour tenter de l'emporter ? Je lance un regard rapide à Sarah qui semble déjà savoir ce qu'elle a à faire. Les hommes de la Marine vont même nous venir en aide, sûrement sans s'en rendre compte. Ils vont commencer à tirer de loin avec leurs armes à feu sur les hommes-poissons.

Tandis que je dégaine mon bâton climatique tout en me plaçant en retrait. Je commence alors à créer un nuage au dessus du groupe d'hommes poissons tandis que Sarah les accueille gentiment avec quelques coups de rapières bien placés. La Marine continue de tirer et d'abattre quelques hommes poissons, mais ils arrivent malheureusement bien vite à court de munitions. Leur nouvelle option ? S'attaquer à leurs opposants au corps à corps, quelle magnifique idée pour moi. Grâce à cela je vais pouvoir faire d'une pierre deux coups. Je m'extasie d'avance de mon chef d'oeuvre tout en continuant de faire grandir ce nuage. Malheureusement je ne vais pas pouvoir rester tranquille, malgré Sarah qui se bat pour maintenir une distance entre nos opposants et Minos et moi, certains passent entre les maillages. Je me redresse en pliant mon climat-tact du froid contre celui du chaud.


« Ne me gênez pas ! Cyclone Tempo ! »

Je lance directement mon arme vers les deux hommes poissons qui commençaient à courir vers nous. Le souffle de mon attaque les font tournoyer et les repousse jusqu'à l'océan. Et deux de moins. Je me redresse pour rattraper mon climat-tact qui revient tel un boomerang avant de le ranger, pour finalement sortir mon dernier bâton. Là, ça va barder. Sarah s'éloigne de nos opposants, s'attendant à ce que je vais faire, pour l'avoir déjà vu une fois, elle n'a sûrement pas envie de finir griller. Je siffle alors pour attirer l'attention puis pour finalement pointer le ciel avant de charger le nuage en Thunder Balls que j'envoie par dizaines ! Je serre légèrement les dents, je commence à avoir un peu mal au poignet et au bras à force de lancer tant d'attaques. Mais au moins, la foudre se met à gronder et frappe violemment le pont du bateau, foudroyant toutes les personnes dans sa zone de retombée. Sarah quant à elle, s'est occupée des quelques ressortissants de mon attaque.

« Bien joué. Bon ... je commence à fatiguer moi. On devrait trouver un moyen d'ouvrir la cage de notre cible, vous ne pensez pas ? Comme ça dès que les garçons seront remontés nous pourront partir rapidement. »

« Oui, bonne idée. Ces cages sont en osier, on pourrait tenter de les trancher ou y mettre le feu avec un nouvelle éclair depuis ton arme climatique. »

« On pourrait faire ça. Je vous suis, plus on sera rapides, plus vite on pourra partir. Par contre je ne garantis pas la survie du prisonnier si vous comptez sur mes éclairs. »
https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
Kaito Yamamoto
Kaito Yamamoto
Donneur de Récompense

♦ Localisation : Sur North Blue
♦ Équipage : Les Intrépides Libres

Feuille de personnage
Dorikis: 2205
Popularité: -139
Intégrité: -60

Jeu 17 Juin 2021 - 23:25

Kaito faisait la moue.

Nulle doute qu'il avait été pris par l'adrénaline, ne réalisant que trop tard que sa lame ne serait clairement pas aussi efficace dans les profondeurs aquatiques. Il dut se résoudre à la ranger – très difficilement à cause de l'eau qui s'y était engouffré – dans son fourreau et accueillit ses adversaires avec, usant de ses deux mains pour faire barrière. Certes, ce n'était pas le plus efficace pour se battre, mais au moins, il avait de quoi se défendre.

Il sentit ainsi passer tout près ces deux belles mâchoires claquantes près de ses oreilles, stoppant la course des soldats de Jericho d'une attaque de fourreau dans leurs branchies – les étouffant un instant, suffisamment pour les obliger à reculer pour respirer de nouveau normalement – avant de tenter de prendre les devants et de pousser dans ses forces pour infliger une belle entaille à l'un d'eux et ainsi les surprendre et prendre l'ascendant.

Mauvaise idée, l'eau se révélant bien trop traître pour les gestes du kanokunien qui ne put qu'accepter cette morsure à l'épaule dans un semi-cri de douleur étouffé rapidement pour conserver un maximum l'air qu'il lui restait. Qui plus est, il y vit rapidement une opportunité de rebondir sur son précédent échec, représenté par son sabre encore sorti, et il vint ainsi agripper la tête de son adversaire, l'empêche de quitter sa prise. Laissé ainsi sans défense, Kaito put ainsi laisser sa lame s'enfoncer tranquillement dans le torse de sa victime, lui infligeant une attaque certes pas mortelle, mais choisie pour atteindre au moins un organe et lui arracher des cris de douleurs sourds mais évidents.

*C'est pas contre toi, mais j'ai des vies à sauver …* pensa-t-il.

Il se savait paradoxal dans sa pensée, mais il se sentait assez claire à ce propos : la vie des personnes sans défense avant celle des guerriers vigoureux. S'ils voulaient s'en sortir, il étaient libres de le faire par eux-mêmes. Concernant ceux en position de faiblesse par contre, il était important de leur tendre la main, au moins pour leur donner le courage de choisir leur destin : fuir ou rester auprès de Jericho – ou Tibbon, au choix, Kaito ne faisait pas de jaloux à ce propos.

Le sabreur fut bien content de constater que son acte avait eu l'effet escompté : en se montrant inflexible dans son assaut à l'encontre de son camarade, l'autre homme-poisson hésita quelques instants à se tenter à une attaque lui aussi, laissant l'occasion à un de ses camarades de gang de l'avoir par derrière d'un coup de nageoire bien senti. Mouvement de pouce à l'égard du pirate, même si son épée dont les dernières traces disparaissaient dans cette eau toujours plus rouge sang et l'autre homme-poisson en train de plonger, épuisé par la douleur, dans les profondeurs du bateau firent rapidement reconsidérer sa position.

Kaito n'en eut cure, et se contenta de hocher relativement la tête avant de nager vers ceux qu'il venait chercher. Azerios et ses amis de fortune semblaient plutôt bien se charger de la situation et le kanokunien constata que petit à petit, la situation retrouvait son calme, bien que les deux gros bras de la bande étaient toujours affairés à se battre. Il s'occupa donc des blessés et personnes effrayés, les invitant à le suivre quitte à se montrer persuasif. Bientôt, tout un petit banc d'hommes-poissons – jeunes pour la plupart – remontèrent à la surface, esquivant les téméraires se tentant dans le même temps à une incursion à la surface.

Le capitaine des Intrépides Libres s'inquiéta de la situation à la surface. Il faisait confiance à Sarah sans nulle doute, d'autant que le Roi Démon était encore vivant malgré son état et cette Lise semblait avoir de la ressource, mais l'inquiétude restait présente, et l'air commençant par ailleurs à se faire inexistant, il se résolut à suivre ce petit groupe ainsi poussé à se sauver pour retrouver la surface. Il ne manqua pas, néanmoins, d'attirer l'attention d'Azerios, lui indiquant brièvement qu'il retournait à l'air libre.

Kaito, enfin ! s'exclama une voix féminine.

Alors qu'il émergeait, profitant des dernières respirations offertes par sa petite bulle sommaire, le sabreur se fit accueillir par sa seconde qui lui tendit sa main pour l'aider à se hisser sur la quille qui baignait presque dans un silence de mort – sans mauvais jeu de mots vis-à-vis des cadavres jonchant le « sol », évidemment.

La navigatrice n'était pas dans son meilleur état et Kaito le remarqua bien vite. Il remarqua surtout les hommes-poissons et rares soldats inconscients tout autour de Minos que son équipage semblait venir tranquillement mais sûrement récupérer sans même se soucier de ce qu'il pouvait se passer outre-mesure. Le sachant sauf en voyant que sa blessure ne saignait plus aussi abondamment, et constatant surtout le nombre de fuyards qui sautaient déjà à la mer, fuyant la folie de ce bateau et la mort certaine qui les attendaient s'ils y restaient, Kaito se dit que son objectif ici était accompli. Enfin presque.

Et Tony ? questionna rapidement le sabreur.
Eh bien, sa cage est plus résistante que je l'imaginais, Lise m'a aidé à la rendre plus fragile mais ma lame est un peu trop émoussée par le sang malheureusement …
Je vois.

Le pirate sortit instantanément sa propre lame, non sans chasser l'eau à l'intérieur qui rendit l'extraction difficile, et usant de ses dernières forces viables avant que l'épuisement ne le limite qu'à quelques coups fragiles, il trancha les lamelles de bois déjà bien entamées par les nombreux coups d'estoc de Sarah, ouvrant une voie de sortie à l'homme totalement paniqué qu'elles retenaient.

Je n'insisterai pas mais si vous voulez qu'on vous sau-... commença Kaito.
Ah que j'te suis tout de suite, mon pote ! J'veux clairement pas rester dans c't'endroit de fous, et quitte à fuir, autant prendre le seul qui veut pas mon cul ! lâcha à toute vitesse l'informateur.

En deux-trois mouvements, voilà qu'il abandonnait sa prison, se dirigeant sans attendre vers l'autre côté du bateau où mouillait encore l'Aventurier, sautant dans l'eau sans trop réfléchir pour monter à bord du premier bateau venu – par chance, celui des Intrépides Libres. En parlant de ces derniers, voilà qu'après avoir furtivement regardé le Luvneelois offrir ses meilleures foulées, le capitaine se tourna vers Lise, encore présente, lui offrant un sourire amical.

J'ai cru comprendre que Tony t'intéressait. J'ignore pourquoi, mais ce que je peux te proposer, c'est de nous suivre le temps de s'extirper d'ici et on trouvera un arrangement par la suite, ça te va ? Merci pour l'aide, au fait, que ça soit pour Tibbon ou pour Sarah.

Kaito se voulut bienveillant, franc et cherchant à ne pas brider la jeune femme – bien que les informations de Tony étaient trop importantes pour le laisser sans discuter – mais malheureusement, l'atmosphère était encore à la bataille et mieux valait profiter de l'accalmie offerte pour s'en aller maintenant que les Intrépides Libres n'avaient plus de raison d'être par ici. Il laissa ainsi Lise répondre à son aise avant d'indiquer à Sarah qu'ils allaient désormais sur le départ. Et sur le passage des derniers hommes et femmes-poissons quittant le navire, le kanokunien se stoppa un instant et chercha à se faire entendre du plus grand nombre.

Je m'adresse à tout ceux qui peuvent l'entendre et plus encore ! Ce monde est fait pour vivre libre, alors faites tout ce qui est en votre pouvoir pour exercer ce droit que la Nature elle-même nous as offert ! Protégez vos amis, vos proches, accomplissez vos rêves, amusez-vous, profitez simplement, c'est tout ce qu'il vous fait pour donner un sens réel à vos vies ! Pour ma part, c'est en tant que capitaine des Intrépides Libres que je l'exerce ! En tant que pirate ! Retenez ce nom, car il deviendra un jour synonyme de liberté, messieurs dames : Kaito Yamamoto ! s'exprima-t-il avec fierté.

Un peu trop grandiloquent, quand il y pensait. Mais il s'était pris de cette envie de propager cette envie de vivre comme on l'entend. Sans doute que cela aurait peu d'effet, mais il suffirait d'un seul, d'une seule pour que son acte n'ait pas été vain. En tout cas, il avait fait sa part du travail, c'était à l'initiative de chacun de se laisser aller à cette philosophie de vie.

D'une très légère révérence, il salua les rares personnes encore conscientes dont il repéra les mouvements avant d'enfin rejoindre son bateau avec Sarah et – de ce fait – Tony. Quelques fuyards s'étaient également joint à la troupe, rendant difficile le déplacement sur le petit point, mais la navigatrice s'employa tout de même à mettre l'Aventurier en branle, détachant la corde qui retenait la coque de noix et indiquant aux invités quelques petites actions pour manœuvrer efficacement le bateau.

Azerios semblait lui aussi sur le départ, rejoignant sa propre coque de noix avec un homme-poisson – que Kaito reconnut comme étant le fameux Reyshu qui les avaient aidé plus tôt – et avant que le pirate ne s'en aille de son côté, il l'interpella avec un grand sourire.

Au fait, merci pour ton aide, Azerios, ce fut court comme alliance mais plutôt productive, je dois dire ! Je serai ravi de la réitérer à l'avenir ! le remercia-t-il sincèrement.

Le kanokunien réfléchit alors un court instant avant de se tourner vers Sarah qui comprit aussitôt où voulait en venir son capitaine et se contenta de hocher la tête d'approbation. Azerios ne semblait pas un mauvais bougre et une nouvelle alliance serait évidemment la bienvenue ! Enfin …

Je dirais même que les Intrépides Libres seraient ravis de t'accueillir parmi eux pour partir à l'aventure, sur Grand Line notamment. On passera certainement du côté de Loguetown d'ici un bon mois, retrouves-nous là-bas si jamais ! Ou avant, si le destin en décide autrement !

Kaito fut lui-même surpris de parler de destin, pourtant l'un des pires ennemis de la liberté. Avoir une vie qu'on ne contrôle pas, non mais quel enfer ! Mais bon, malheureusement, la vie lui avait prouvé par plusieurs fois déjà que le destin pouvait exister. En tout cas, son intention était claire, il avait hâte de le retrouver.

Et sache que plus on sera de fous, plus on rira, alors viens tout seul comme à cent-cinquante, on profitera quand même de ce voyage tous ensemble ! En attendant, bonne continuation ! acheva le sabreur tandis qu'Azerios finissait de s'éloigner de lui, mettant ainsi fin à la discussion.

Bientôt, ils ne furent plus que trois, Sarah, Tony et Kaito, ainsi que ses quelques invités. Et les quelques âmes nageant autour de l'Aventurier, suivant visiblement celui qui les avaient aidé à s'échapper du convoi qui disparaissait tranquillement à l'horizon. Et puis il y avait aussi visiblement Lise, présente sur sa propre coque de noix, qui suivait le mouvement, sûrement déterminée à avoir ses informations auprès de Tony. Le kanokunien demanda à Sarah de faire ralentir la cadence du bateau, laissant l'occasion à la jeune femme de rejoindre leur niveau.

Tu nous auras finalement suivi, super ! On comptait s'arrêter sur une île sur notre chemin pour permettre à ces hommes et femmes de se reposer et de retrouver totalement leur liberté. Ensuite, nous nous rendrons à Boréa, l'île où nous séjournons actuellement. Cela devrait nous laisser bien du temps pour discuter de ce petit gars qu'est Tony Dinozzi. lui dit-il sur un ton amical.
Eh, je suis là, tu sais ! Puis j'sais pas si je pourrais vraiment vous être utiles, j'ai bien compris que mes infos étaient un peu obsolètes … s'exclama l'intéressé.

Kaito sourit d'un air satisfait et amusé.

Qu'importe. Je ne pouvais de toute façon pas laisser un Luvneelois mourir sans rien faire, de toute façon. Pour les infos, on verra ça en temps voulu. Dans l'immédiat, on quitte le champ de bataille, c'est tout ce qui importe. répliqua-t-il.
Vrai, ça !

Un rapide hochement de tête approbateur, puis le sabreur se retourna vers Lise.

Au fait, j'ignore si tu nous as entendu avec Azerios, mais si tu en as l'envie, une place t'est offerte parmi les Intrépides Libres. Pas de contrainte, pas de contrat, juste de joyeuses aventures en bonne compagnie, c'est ce que je propose ici. Voili voilou ! expliqua-t-il, parlant avec bonheur et sympathie.

Oui, l'idée n'était pas de contraindre qui que ce soit à les rejoindre. La proposition était lancée avec une promesse, certes, mais sans attente d'une allégeance ou quoi que ce soit du genre. Après tout, les Intrépides Libres sont à l'origine une simple bande de potes partie à l'aventure pour accomplir les rêves de chacun et laisser libre cours à leur liberté personnelle.  Dans les faits, même eux pouvaient partir quand ils le souhaitaient. En somme, l'équipage n'était que de la confiance et de la bonne entente, un rassemblement de bons amis en vue de profiter au mieux de leurs vies sur les mers de ce monde.

Pour le reste, chacun faisait comme il l'entendait, au nom de la liberté avant tout. Et Kaito était tout particulièrement heureux d'être celui qui les aideraient à cela. De ce fait, c'est donc finalement des plus satisfaits qu'il avait quitté ce convoi : il avait rencontré le célèbre Roi-démon Minos, il avait accompli sa mission pour Wallace, il avait sauvé quelques hommes et femmes-poissons d'une mort certaine, et il avait maintenant au moins deux nouveaux membres potentiels pour l'équipage.

Une chose noircissait malheureusement le tableau dans cette affaire.
Au final, il n'avait toujours rien compris ce qui lui était arrivé – à l'instar de Minos, la marine bien formée et Azerios – et ne le saurait sans doute jamais …




Fin du convoi me concernant ~


Dernière édition par Kaito Yamamoto le Ven 18 Juin 2021 - 17:07, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t22479-kaito-yamamoto#240789https://www.onepiece-requiem.net/t22486-ft-kaito-yamamoto#240803
Azeglio
Azeglio
Modérateur

♦ Localisation : Mangrove / Nouveau Monde
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 4913
Popularité: -223
Intégrité: -114

Ven 18 Juin 2021 - 12:34

Ttrop lent, beaucoup trop lent. Se battre sous l’eau n’était définitivement pas une bonne idée. Alors qu’il tentait vainement de se dégager de l’étreinte d’un homme poisson manifestement affilié à Tibbon, le jeune rookie laissait peu à peu échapper les maigres réserves d’oxygène que Lise lui avait prêté. Reyshu se trouvait non loin, aux prises avec un autre homme poisson. Quand à Jericho, il luttait toujours sauvagement contre le représentant de l’ordre amphibien. La situation risquait de tourner court, si dans ce chaos Azerios venait à manquer d’air, il saisit alors fermement son couteau à bois et asséna sept coups de couteaux dans le corps de son adversaire afin de se libérer de son emprise. Ses mouvements étaient grandement ralentis par ce mélange d’eau salée et de sang et il devenait difficile de distinguer quoique ce soit dans tout ce merdier.

Reyshu débarrassé de son agresseur, tous deux remarquèrent que Kaito remontait à la surface. Sûrement à court d’oxygène, sûrement avait il aussi compris qu’il ne pourrait rien faire ici, car ici c’étaient les hommes poissons qui menaient la danse et l’homme n’avait définitivement pas sa place.



*Merde… Je commence à avoir du mal… J’peux pas mourir ici…*


Après une brève hésitation, le charpentier ne put se résoudre à rester sous l’eau plus longtemps. Il se tourna vers Reyshu en faisant non de la tête, ce dernier acquiesça la mine déconfite et jetant un dernier coup d’œil à Jericho il se hâta de remonter à la surface. Il croisa au passage la jeune marine qui avait plus tôt tranché Minos, mais elle ne semblait pas spécialement disposée à tenter quoique ce soit pour l’arrêter et en profita pour lui sourire d’un air narquois.

L’écume au bord des lèvres, manquant de s’étouffer après bu la tasse, il se hissa tant bien que mal hors de l’eau. La situation sur le pont s’était stabilisée, les hommes du roi démon s’étaient enfin décidés à lui porter secours. Une opportunité de gagner en réputation gâchée, le colosse était désormais hors d’atteinte. Ce n’était de toute façon pas son combat, Reyshu ne mît pas plus de quelques secondes à le rejoindre.

Il aperçut alors Kaito, en compagnie de Sarah et de Lise, ce dernier se lança dans une tirade à en faire pleurer de fierté son paternel. Kaito Yamamoto, capitaine des Intrépides Libres, qui allait bientôt devenir une figure montante de la piraterie, symbole de la liberté. Le rookie eut un petit sourire en entendant ces mots et se dirigea vers sa coque de noix pour prendre la poudre d’escampette tant qu’il le pouvait.



Faut qu’on se tire Reyshu. Je cherche quelqu’un susceptible de m’aider dans la navigation, que dirais-tu si je te proposais de m’accompagner ?

Boarf… Je t’en dois une… Pourquoi pas.

Kaito l’interpella alors, le sourire aux lèvres pour le remercier du coup de main, Azerios se contenta d’hocher la tête avec un sourire amical. Le pirate aux cheveux cendrés lui proposa même de le rejoindre, et pourquoi pas ! Ces deux-là n’avaient pas l’air de mauvais bougres et leur conception de la vie était plutôt censée. De plus, il faudrait bien qu’il se décide à trouver un équipage si il voulait remonter Grand Line et découvrir le monde. Il s’éloigna en direction de son embarcation aux côtés de l’homme poisson avant de donner une réponse.


J’ai l’intention de gagner la route de tous les périls moi aussi…LogueTown dans un bon mois hein… J’essaierai de ne pas rater le rendez-vous Kaito.


Le jeune homme sourrit, saluant respectivement Sarah et son Capitaine, puis continua d’avancer pour arriver à son navire. Enfin si on peut appeler ça un navire.


Mais qu’est ce que c’est que ce… Truc. Tu navigues là dessus ?

Ouais, j’imagine que tu t’attendais à mieux ahah… On passera pas Reverse Mountain avec ça.

Non certainement pas…


Malgré le ton moqueur, le navigateur semblait songeur. Sûrement était il tracassé de laisser Jericho derrière et à juste titre. La révolte finirait sans doute par être matée, et si tel est le cas, il serait de nouveau emprisonné.

Ça t’embête de laisser ton boss derrière hein ?

C’est plus mon boss… Mais bon il m’a beaucoup apporté, le laisser comme ça ne serait pas correct…


Il était clairement peiné à l’idée de l’abandonner. Il fallait donc trouver une solution pour l’aider, mais comment ? Impossible de faire quoique ce soit en étant sous l’eau, la solution devait se trouver ailleurs.

Figé devant son navire, il chercha du regard une alternative sur le pont bien décidé à aider son nouveau matelot.

Les blessés jonchaient le sol, quelques canons, quelques caisses de munition, la plupart des soldats encore debout étaient en bas en train de s’affairer à mater la révolte, ce qui leur laissait le champs presque libre.



Que représente Jericho pour toi Reyshu ?

J’ai longtemps roulé avec lui… Il est comme un frère pour moi.

On ne peut rien pour lui dans l’immédiat… Mais j’ai peut être une idée.


Azerios se dirigea alors vers un des canons, un soldat encore debout tenta de l’attaquer avec son sabre mais son homme de main le protégea et stoppa le malheureux d’un puissant coup de poing.

Arrivé au canon, il se mit à réfléchir, il y avait des boulets, une caisse de munition, un baril de poudre, une caisse de fusils. Il regarda avec insistance le baril de poudre pendant un bref instant, puis ramassant un fusil, il se tourna en direction de l’imposant monstre marin tacheté, toujours affairé â tracter le convoi. Reyshu le regarda puis regarda à son tour le monstre marin avant d’arborer un sourire sadique.



Je sais pas trop c’que t’as en tête, mais je sens que la situation ne va pas tarder à dégénérer.

On ne peut pas faire grand chose contre les forces présentes sur ce convoi… Mais on ne peut pas partir comme des voleurs non plus.

Le Meuh-Meuh ? Ces bestioles viennent de Grand Line, ce sont de vraies saloperies. Mieux vaut ne pas l’éner… Oh merde.

Il a l’air bien tranquille… Faudrait peut être lui donner un petit coup de fouet. Tu penses pouvoir lancer ce truc ?

Affirmatif.


Ils ne pouvaient clairement pas aider Jericho directement, mais peut être pourraient ils lui créer une ouverture. Reyshu saisit alors le baril de poudre précédemment désigné, et au signal du pirate, il le lança avec force sur le monstre marin. Fusil à l’épaule, le pirate tira.

Manqué ! Le baril retomba sur le pont et roula sur le côté disparaissant de leur champ de vision. Poussant un juron, le rookie jeta le fusil au sol, et chercha du regard un autre baril. Par chance il y en avait un autre. Quelques soldats commençaient à remonter à la surface, Reyshu s’exécuta alors de lui même, saisissant le baril pendant que son compère ramassait un autre fusil, puis tous deux reexécutèrent la manœuvre.  Cette fois-ci le rookie fit mouche, et a l’impact le baril explosa, touchant le Meuh-Meuh de plein fouet.

Un râle sonore se fit entendre depuis les profondeurs accompagné d’une vibration intense et la bête sortir la tête de l’eau, visiblement piquée à vif.



Quelle bestiole susceptible. C’était peut être pas la meilleure idée du jour.


Toujours solidement arrachée, la créature jaillit de l’eau avec force pour venir s’écraser sur le convoi avec fracas. Des morceaux de bois volèrent en tous sens, les vibrations éjectèrent nombre de soldats et hommes poissons a l’eau. Le plan avait fonctionné, mieux que prévu d’ailleurs.

Le Meuh-Meuh était prit dans une frénésie, frappant tantôt les blocs de prisonniers avec ses nageoire, tantôt le bâtiment principale avec ses cornes. Le rookie eut beaucoup de mal à rester en place, manquant de tomber à l’eau à plusieurs reprises. Il s’accrocha partout où il pouvait s’accrocher et finit par atteindre son embarcation avec beaucoup de difficulté. Reyshu lui emboîta le pas mais ne monta pas sur le bateau.



Qu’est ce que tu fous ? Faut bouger !

J’ai encore quelques trucs à régler… Quand ce sera fait, je serai à Boréa. Cherche L’Escalle Hop, on se retrouve là bas.


Jetant un dernier regard amer en direction du convoi en cours de dissolution, Reyshu plongea et disparu dans les profondeurs abyssales. Aucune trace de Tibbon et aucune idée du sort de Jericho. Ce climat chaotique pourrait peut être lui être profitable, ou pas. Sans demander son reste, Azerios détacha son amarre, et commença à déployer les voiles. Mais il n’eut pas le temps de se mettre à la barre, que le monstre marin frappa de nouveau le convoi avec force dans une rage intense.

La coque de noix du pirate fut soufflée sur les flots déchaînés par le coup. Éreinté mais soulagé, ce dernier s’éloigna vers d’autres horizons.
https://www.onepiece-requiem.net/t22639-itsuake-a-la-recherche-daventurehttps://www.onepiece-requiem.net/t22660-itsuake-rookie-de-south-
Helena De Ruyter
Helena De Ruyter
• Caporal d'élite •

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2105
Popularité: 95
Intégrité: 57

Dim 20 Juin 2021 - 9:55

Spoiler:
 

Sous l’eau, les choses avaient vite changé de bord. Le message de Laurdy et Harel, suivi du repli des humains, avait vite galvanisé tout le monde; les hommes-poissons pas sous influence du Colors Trap et ralliés à Jéricho s’empressaient de grossir les rangs du groupe, bagarrant fermement avec ceux encore contrôlés par le fauteur de troubles en chef. Le manque d’air finit par se faire ressentir aussi pour Helena; peu désireux de laisser se noyer leur ticket pour éviter l’exécution pour mutinerie, les hommes-poissons avisèrent un trou d’accès au navire sous la coque et l’y envoyèrent pour reprendre de l’air. Du moins, c’était l’idée, car dix secondes après s’être posée pour récupérer, une explosion au loin suivie d’un choc massif contre le navire fit tout culbuter, y compris la tête d’Helena contre la coque.

Quelques minutes plus tard, le temps de ne plus voir 36 chandelles, De Ruyter sortit de son alcôve et, après une courte nage, rejoint les restes du pont ou elle peut constater que tout le monde était en train de se barrer. Aucune trace des pirates excepté pour deux petits bateaux déjà bien éloignés et le navire de Minos qui, bien que beaucoup plus gros, fendait les flots à une vitesse telle qu’on pourrait penser que le père de Carlo De Ruyter était à bord. Et le monstre marin qui servait de « chien » de traîneau au bateau manquait à l’appel aussi, mais les dégâts énormes subis par le radeau géant laissaient supposer qu’il ne reviendrait pas chercher son solde tout compte.

Tandis qu’Helena voyait quelques soldats regagner les parties du navire encore plus ou moins intactes à la nage, le raclement d’un objet métallique au sol la fit se retourner. Derrière elle se trouvait Tibbon, la gueule fracassée, couvert de blessures, utilisant un fusil comme canne improvisée, mas encore vivant!



- Toi… Depuis que t’as tapé la causette avec Minos, mon plan est parti en couilles… Mes hommes sont en train de me laisser tomber. Jéricho est parti je sais pas où. J’aurais du demander à mes gars de te buter en premier, mais il est pas trop tard pour réparer mon er-


Tel un piège à souris, une trappe au sol s’ouvrit violemment, écrasant Tibbon au sol; s’il n’était pas mort, se prendre un tel coup dans la figure devait l’avoir calmé pour de bon. Sans faire attention à ce qui s’était passé, un homme-poisson pieuvre portant le manteau des officiers de la Marine sortit par la trappe mentionnée plus tôt, se frottant les yeux comme s’il venait de se réveiller.


- J’avais pourtant demandé à faire huiler ce… Satané… Ressort… Oh.


Le silence gêné de voir son bateau réduit en copeaux et leur bestiole tracteur bien décidée à repartir sur Calm Belt au plus vite sans eux (y avait peut-être un match ce soir?), l’officier courut un peu partout sur ce qu’il restait du radeau avant d’aviser sa subalterne rembourrée, le tout non sans avoir marché à plusieurs reprises sur la trappe qui plaquait Tibbon au sol, lui arrachant moult sons rigolos à chaque fois.


- De Ruyter? Tu peux m’expliquer c’est quoi ce foutoir?!
- Capitaine Skouidouarde! Mais où étiez-vous? Tout le monde vous pensait mort ou prisonnier!
- Non, j’étais alité à cause de mes migraines. J’ai pris un somnifère pour m’aider à m’endormir, mais j’ai dû forcer la dose par accident, je suis réveillé depuis deux ou trois minutes au max. Et ça ne répond pas à ma question, De Ruyter; tu peux m’expliquer pourquoi notre bateau est en ruine, qu’il ne nous reste même pas un quart de notre équipage et que tous nos prisonniers ont disparu?
- Pardonnez-moi, mais il nous en reste un. Sous la trappe que vous avez ouverte.
- Oh. Bon. Explique moi en attendant.
- Je vais essayer.


Quelques explications plus tard.


- ...Bon. Je ne sais pas comment on va expliquer ça a l’état-major, mais il est clair que perdre Jéricho et presque tous les Soshark, c’est pas une nouvelle qui va leur faire plaisir. Pfouh...
- Qu’est-ce que vous pensez qu’il va arriver? La presse qui a une dent contre nous et les partisans de la piraterie vont s’en donner à cœur joie en entendant cette nouvelle.
- Bah, laisse-les dire, quoi que nous aurions fait ils nous auraient filé le mauvais rôle. Et puis, c’est les gradés qui seront en première ligne pour se faire étriller par l’opinion publique, pas les gens du rang. J’en sais honnêtement rien de ce qui nous attend exactement, mais quoi que ce soit, j’en prends la responsabilité. Si quelqu’un de la Marine mérite le beau rôle et les honneurs aujourd’hui, c’est bien toi, De Ruyter. Réussir à jouer la diplomatie avec les pirates ET presque serrer le Roi Démon? J’en connais peu qui auraient seulement essayé. Surtout de serrer Minos.


Résigné au fait qu’il allait devoir affronter la tempête proverbiale quoi qu’il arriverait, Skouidouarde, non sans avoir sauté une dernière paire de fois sur la trappe pour s’assurer que l’envie de se rebeller de Tibbon était bien passée, s’assit au sol de ce qu’il restait du Pascal O’Billot, tirant un briquet et un étui à cigarettes de son manteau, Helena accepta quand il lui tendit après s’en être allumé une; il fallait bien ça pour se détendre après un tel souk et, avec le navire en ruine, pas la peine de chercher ses feuilles et ses allumettes pour De Ruyter.


- Sacrée histoire à raconter à mon fils.
https://www.onepiece-requiem.net/t22155-helena-de-ruyterhttps://www.onepiece-requiem.net/t22167-helena-de-ruyter
Lise
Lise

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : Les Intrépides Libres

Feuille de personnage
Dorikis: 2360
Popularité: -74
Intégrité: -77

Dim 20 Juin 2021 - 17:45

Sur le pont, mon bâton roule à quelques centimètres de moi. Je suis exténuée et nous n'avons toujours pas réussi à ouvrir cette fichue cage ! Et pourtant ce n'est pas faute de donner de sa personne pour réussir. Mais ni mes éclairs ni la lame de Sarah ne peuvent faire quelque chose, on a perdu trop d'énergie à combattre contre les envahisseurs sur le pont pour protéger Minos. Je resserre ma queue de cheval avant de m'accroupir pour rattraper mon Climat-Tact en me tournant vers Sarah.

« Je pourrais rien faire de mieux ... »

Au même moment, un homme sort de l'eau non loin de nous. C'est Kaito ! Sarah l'aide à se remettre de ce qu'il s'est passé dans les profondeurs du bateau avant de lui expliquer la situation dans laquelle nous sommes. Ni une ni deux, le sabreur ouvre la cage déjà bien fragilisée pour libérer notre objectif commun qui accepte sans rechigner de rejoindre des pirates. Bien, une bonne chose de faites. Kaito et Sarah commencent alors à partir vers leur bateau que le jeune pirate s'adresse à moi pour me proposer de les suivre. Je suis venue pour les informations que possèdent ce Tony et je dois bien dire que je pourrais vivre de grandes choses en m'alliant à des pirates comme eux, je réponds donc d'un simple hochement de tête pour ne pas perdre de temps. Au même moment, Azerios sort de l'eau un peu plus loin. On dirait que mes cools balls les ont bien aidés ces deux-là. Alors que j'allais rejoindre ma coque de noix, Kaito nous fait un discours digne d'un grand pirate.

« Eh bien ... j'ai pas rencontré n'importe qui aujourd'hui. »

Dis-je à vive voix avec un sourire non dissimulé. Ce Kaito deviendra un grand pirate, et si je peux l'accompagner pour profiter de cette renommée je ne dirais sûrement pas non. J'écoute la fin de son discours avant de courir en direction de mon bateau que je détache du navire de la Marine qui, je pense, est voué à sombrer, enfin vu l'état il n'ira pas bien loin. Espérons que Minos et ses troupes pourront s'éloigner. Quant à moi je dépose ma cape ramassée en vitesse sur le bateau dans ma cabine avant de déplier les voiles et d'engouffrer un Cyclone Tempo à l'intérieur pour me propulser sur les mers. Et entre autre, pour rattraper Kaito et Sarah plus rapidement. Mon bras est en train de me quitter à l'instant où je lance cette attaque mais au moins j'ai réussi à les rejoindre.

« Si peu de force dans les bras ... Lise bon sang, comment tu veux accompagner des pirates de cette trempe si tu te bouges pas un peu. »

Je détache alors mes cheveux tandis que le vent emporte mon embarcation jusqu'à celle de mes alliés. Le capitaine s'adresse alors à moi. Je lui affiche un léger sourire sincère avant de me m'adosser à la cabine de mon embarcation.

« Je ne m'attendais pas à tomber sur des pirates comme vous aujourd'hui. J'aimerais beaucoup vous accompagner. J'accepte donc l'offre, on discutera de nos objectifs quand tout se sera calmé ... capitaine. »

Dis-je en toussotant légèrement. Avant de baisser les yeux vers l'océan pour apercevoir des vagues avant d'entendre un grognement profond. C'était la bête qui conduisait le bateau de la Marine ? Elle vient d'être attaquée ? Je plisse légèrement les yeux en direction du convoi pour finalement apercevoir une embarcation se faire pousser par les mouvements du monstre marin. Est-ce Azerios ? Qui d'autres ? Nous n'étions que les seuls à pouvoir nous échapper. Je me tourne alors vers Kaito qui est sur l'embarcation à côté de la mienne en souriant.

« Vous l'avez recruté aussi ? Décidément vous êtes en train de vous former un sacré équipage. »


Spoiler:
 
https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
Contenu sponsorisé



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2