AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -49%
SanDisk Extreme 64 Go Carte microSDXC + adaptateur SD
Voir le deal
12.27 €

[FB - 1627] Deux femmes face à un pays en guerre ! [Feat. Kardelya]

Lise
Lise

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : Indépendante

Feuille de personnage
Dorikis: 750
Popularité: 0
Intégrité: 0

Dim 2 Mai 2021 - 12:31

L'île d'Alba est un grand Royaume qui était en proie à de nombreuses crises lors de l'année 1627. Donc quoi de mieux que d'y aller maintenant me direz-vous ? En vérité je ne savais pas vraiment vers où je me dirigeais à cette époque. Je tâchais de me repérer du mieux que je pu mais malheureusement les flots étaient encore incompréhensibles pour moi. Du moins en dehors de North Blue, je du trouver rapidement une carte pour me repérer et finalement décider d'accoster à ce Royaume. Au même moment une mouette passa au dessus de mon embarcation, je la siffla pour l'appeler et qu'elle me dépose le Journal du jour. Et en feuilletant les grandes lignes je pu me rendre compte que sur East Blue, donc ici-même, et plus particulièrement au Royaume d'Alba, une guerre civile se préparait.

Les autorités semblaient sur le qui-vive, et toutes personnes voulant entrer ou sortir du Royaume se verrait subir un contrôle très sérieux. Il y aurait des infiltrés qui souhaiteraient s'emparer de la couronne, voulais-je vraiment m'immiscer dans un Royaume où un conflit mondial risque d'éclater ? Je ne pouvais malheureusement pas faire demi-tour, ce Royaume n'était plus très loin je pouvais déjà l'apercevoir et en plus de cela, il y aurait un endroit de l'île assez mystérieux que j'aimerais visiter. Cela semble s'appeler le coin brumeux, ou l'île de la brume, à vrai dire ce nom m'échappait mais quelque chose m'attirait ici. En plus de cela, je m'étais promise de ne plus reculer devant un quelconque danger, et à côté de ça, je devais aussi améliorer ma capacité de combat.

Mon Climat-Tact me permet de faire de sérieux dégâts, ce n'est pas en évitant les situations délicates que je pourrais me montrer digne de cette arme, je devais affronter les choses en face. C'est l'une des raisons donc pour lesquelles je me suis dépêchée de rejoindre Alba en gonflant mes voiles à l'aide d'un coup de vent crée à l'aide de mon arme. En quelques heures à peine, le port fut enfin visible. C'était la ville de Glaschù, à l'Ouest de l'île. D'après les informations que j'avais pu récolter dans un livre d'histoire, cette ville comptait énormément d'habitants, elle devait donc être bien sécurisée. J'allais donc devoir me préparer à toutes éventualités.


« Bon ... je m'appelle Lise, je suis une commerçante chargée de démarcher les natifs de l'île pour faire du commerce. Je suis une commerçante indépendante. Je ne dépends donc de personne. Oui ça devrait le faire ... je n'ai pas à paniquer, la Marine ne devrait pas se poser de questions. Par contre, je ferais mieux de laisser mes bouquins ici. Quant à mon Climat-Tact ... je ne peux pas le quitter, je trouverais bien une excuse. »

Quelques heures après, me voilà à bon port, prête à accoster et à accrocher mon bateau au port. Un homme très serviable m'aide en voyant que je met un peu de temps à le faire, mise en scène évidemment pour me montrer incompétente et faible. Ce n'est que du paraître, j'affiche un faux sourire avant de le remercier grandement. Puis je commence à aller en direction de la ville, ma longue cape déployée pour cacher mon arme météorologique et mon couteau. Je porte un léger sac à dos brun renfermant des vivres de mon embarcation avec quelques articles de vieux journaux, des annonces où j'ai pris soin de découper les noms pour les faire passer pour les miennes.

Je marchais naturellement jusqu'à rejoindre l'entrée du centre de la ville, là, la milice locale accompagnée de la Marine est chargé de compartimenter les entrées et sorties du centre. De ce fait, je m'insère discrètement dans une file en me montrant la plus naturelle possible, les bras le long du corps en levant les yeux, l'air pensive. La seule chose qui occupait mon esprit à cet instant était le fait que j'allais être proche ... trop proche de la Marine et que mon envie de tous les foudroyer n'allait pas devoir prendre le dessus. Je m'avançais jusqu'à ce qu'une brèche s'ouvre à moi, malheureusement, moi qui pensait passer seule, une femme passa à mes côtés. Rendant notre passage un poil plus compliqué que prévu, nous nous firent attraper par deux Marines qui nous regardèrent de haut en bas.


« Eh bien mes jolies ? On veut gruger le système ? Venez avec moi, on va discuter un peu. »

Mon plan venait de tomber à l'eau, je n'osais même pas jeter un regard à l'autre femme que les matelots nous poussèrent à l'intérieur d'une salle déjà remplie avec deux autres personnes, un homme qui nous regardait de haut en bas et qui semblait se délecter de rester dans une pièce avec trois femmes. L'autre c'était une femme au regard sévère, rien de bien fou et autant dire que je ne me sentais vraiment pas à l'aise. Je décidais tout de même de m'asseoir à côté de la femme au regard sévère en croisant les jambes.

« Je dois sortir d'ici, c'est quoi cette pièce ? Ils prévoient de nous faire quoi au juste ? »

Terminais-je par dire d'un ton sec et énervé.
https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
Kardelya Koshin
Kardelya Koshin
Excuse de la Guerre
♠ As de la révolution ♠

♦ Localisation : Parisse

Feuille de personnage
Dorikis: 4695
Popularité: -193
Intégrité: -95

Lun 3 Mai 2021 - 14:48

Les royaumes en pleine guerre civile, j'en entends parler sans arrêt à la Révolution, à tel point que je ne cesse de me poser des questions dessus. Est-ce nous qui n'arrivons pas à gérer efficacement ces crises ou est-ce "juste" qu'il y a bien trop de crises de ce genre et que nous croulons sous son nombre?
Concernant Alba, c'est une guerre des clans qui la ravage petit à petit, avec un fond de coup d'état perpétré par un de ces clans, donc c'est un problème purement local. Mais le soucis d'une île assez isolée prise en pleine guerre civile, ce que des intervenants extérieurs peuvent en profiter pour exploiter le conflit et rajouter au chaos ambiant. Pirates, trafiquants, Marine... les candidats ne manquent pas et j'imagine aisément que c'est pour cette raison que l'on m'a envoyé ici, pour me renseigner sur la situation.

Vue la crise que je vais rencontrer sur place, j'ai préféré laisser Mibu à la base révolutionnaire la plus proche, parce que j'aurai trop de mal à gérer un conflit aussi important, avec lui à mes cotés.
Il ronchonnait pas mal, mais il avait finalement cédé, me disant de rester prudente. Quand je pense que c'est moi qui voulait le protéger et c'est lui qui m'incite à ça...

De loin, je peux déjà remarquer les signes de conflit, avec quelques façades défoncées par des explosions et quelques fumées noires par-ci par-là. Je vois aussi quelques navires de la Marine mouiller autour de l'île, comme une sorte de blocus "officieux"; ils n'ont vraiment pas perdu de temps pour intervenir...
Bon, je ne suis pas primé et spécialement reconnu par mes actions, donc ça devrait passer au niveau des barrages, mais je vais quand même tâcher de préparer un semblant de couverture pour ma venue ici.

Je descends de ma petite embarcation et m'avance sur le bout de plaine me séparant de la première ville proche du port. Clairement, c'est là que va se rassembler la majorité de l'action de l'île...
Les bruits de combats se font plus bruyants encore, lorsque je me rapproche de cette bourgade et je me retrouve dans une file d'attente, pour passer un premier contrôle.
J'attends un moment, lorsque je remarque une femme s'écarter du groupe et partir sur le coté.
Qu'est-ce que? Pourquoi elle esquive le contrôle? Elle a quelque chose à cacher?
Préférant éviter qu'une interférence extérieure rajoute de la difficulté à mon travail, je commence à la suivre, pour en avoir le cœur net... mais on se fait bien vite intercepter.

Bien vite, je feins l'incompréhension, en tournant la tête à gauche à droite:

- Ah? Cette rue n'était pas un autre point de contrôle?

Je n'ai guère le temps d'en dire d'avantage que l'on se fait ramener à une cellule, me faisant pester intérieurement. Je n'avais vraiment pas besoin de ce genre "d'arrivée".
J'observe la situation de la ville par une fenêtre de la cellule, tâchant de prendre quelques éléments, pour me constituer une bonne excuse, pour survoler les interrogatoires qui s'annoncent.

Je tourne la tête vers la femme que je suivais, qui semble décidément bien pressée... C'est louche...

- Ils n'ont rien de concret sur nous et ils nous ont juste arrêtés sur le fait que l'on voulait esquiver le contrôle. Ils vont compter sur le fait que l'on cède sous le stress de la garde à vue et de l'interrogatoire, qui sera assez classique, juste un peu plus insistant dans leur ton, pour essayer de nous faire peur.
Pensez donc à vous constituer un bon scénario, pour pouvoir passer le contrôle et ils nous laisseront partir bien vite, pour se consacrer à la grande foule à l'entrée, tout en se tenant prêt à servir de renfort au conflit.
https://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#https://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
Lise
Lise

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : Indépendante

Feuille de personnage
Dorikis: 750
Popularité: 0
Intégrité: 0

Sam 8 Mai 2021 - 22:10

La femme qui s'est faite avoir avec moi ne semble pas non plus ravie mais a l'air d'en savoir un peu plus sur moi. Elle me conseille donc de déjà réfléchir à une excuse solide pour ne pas se faire coffrer même juste dégagée de la ville. Disons que j'ai besoin d'être ici, heureusement que j'ai déjà prévu un plan mensonge pour une occasion comme celle-ci. Deux hommes de la milice locale entrent quelques minutes plus tard pour commencer les interrogatoires dans une salle insonorisée à côté de la nôtre. Étant les dernières attrapées, nous ne sommes rapidement plus que deux ici.

« Je ne sais pas qui a suivi qui en première mais je tenais à ... »

« Vous là. Venez avec moi au lieu de comploter avec votre collègue. »

Je me lève tranquillement pour rejoindre l'homme qui m'a demandé de le rejoindre, avant d'entrer dans la salle il me fait une fouille au corps. Et bien évidemment, il finit par tomber sur mon Climat-Tact ainsi que mon couteau. Je vais devoir être parfaitement honnête là dessus et ne pas tenter de mentir. Bien qu'une personne munie de cette arme, ça ne court pas les rues et ça peut vite se montrer dangereux si c'est mal utilisé.

« Que faites-vous avec ce genre de chose ? »

« Je suis une femme, qui plus est une marchande qui écume les Blues à la recherche de clients pour survivre, ce monde est compliqué. Je ne peux pas traverser tout cela sans être un minimum formée pour me protéger, sinon qui le ferait pour moi ? Je suis seule. »

Mon ton est sec, il n'y a aucune coupure ni hésitation dans ce que je dis. La moitié d'ailleurs est vraie, je ne suis en aucun cas une marchande mais ça, j'espère qu'il ne le saura jamais. J'entre finalement dans la salle en haussant légèrement le menton, je ne compte pas me laisser avoir, pas maintenant, pas ici ! Le petit entretien commence, il me pose d'abord des questions sur moi, mon nom, prénom et ainsi de suite. Là il n'a rien à dire, même lorsque je lui dis que je n'ai pas de nom de famille à lui communiquer, il fait avec et ne proteste pas. Encore heureux, j'aurais été gêné de devoir tout déballer maintenant, la Marine m'aurait arrêté à cent pourcents.

Il pose ensuite enfin des questions sur mon travail et les raisons m'ayant poussées à me décaler des fils d'attentes. Je lui explique donc être une marchande qui pensait pouvoir passer par la ruelle où nous sommes passées avec l'autre demoiselle que je précise ne pas connaître, il m'assure que non mais que au vue de ce que je présente, je n'ai pas l'air d'être une rebelle. Il s'excuse pour la gêne occasionnée et me laisse sortir de la salle en me faisant remarquer de faire attention, cette ville est devenue dangereuse depuis quelques temps. Des contrôles se font régulièrement, il faut rester sur ses gardes, la milice comme les rebelles peuvent nous tomber dessus à n'importe quel moment. En passant dans la "salle d'attente", je hoche la tête respectueusement aux personnes qui y sont avant d'attendre devant le poste de la Marine, que la jeune femme qui s'est faite interpeller en sorte.


« Elle ne devrait pas tarder, je ferais mieux de m'excuser, et puis ... je voudrais savoir pourquoi est-ce qu'elle est passée en même temps que moi. »

J'attends quelques minutes avant de voir la femme sortir, je m'avance discrètement vers elle.

« Rebonjour ... je suis désolée pour tout à l'heure. Puis-je ... savoir la raison pour laquelle vous m'avez suivi ? »

On n'est jamais trop prudente.
https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
Kardelya Koshin
Kardelya Koshin
Excuse de la Guerre
♠ As de la révolution ♠

♦ Localisation : Parisse

Feuille de personnage
Dorikis: 4695
Popularité: -193
Intégrité: -95

Sam 8 Mai 2021 - 23:18

Ce n'est pas la première fois que j'ai affaire à la Marine, pour les interrogatoires, donc j'ai déjà un panel d'excuses et d'alibis, pour échapper à leur pression.
Les gens quittent peu à peu la petite cellule et les soldats continuent à nous mettre la pression, alors qu'ils emmènent la femme. Je ne sais pas trop ce qu'elle va faire, une fois qu'elle sera sortie d'ici, mais franchement, je ne sais pas si ça vaut le coup de continuer à la suivre, si c'est pour me faire attraper comme ça...

C'est bientôt à mon tour et les soldats continuent de me mettre la pression, avec la manie du "bon flic méchant flic", chose courante pour un duo à l'interrogatoire.

Je croise les bras en penchant la tête sur le coté:

- J'ai fui l'île dès les premiers jours des conflits, pour rejoindre de la famille à Logue Town. J'ai attendu que les choses se calment, pour revenir reprendre des affaires chez moi, à l'ouest.
Bon, ça continue à craindre, de ce que j'ai pu voir, mais avec les rumeurs de pillage des ruines en ces temps de guerre, j'ai préféré revenir, pour protéger le peu de possessions que j'ai.


Je continue de baratiner les soldats, en insistant sur le fait que je n'ai plus rien ici, que le peu de famille que j'ai a fini par me chasser de Logue Town, ne pouvant plus nourrir une bouche supplémentaire comme moi.
Finalement, ils me laissent partir, en me disant le refrain habituel, qu'ils m'ont à l’œil, tout ça tout ça...

Je pars en soupirant longuement, m'allumant bien vite une cigarette, tirant une longue taffe dessus, tournant la tête à gauche à droite. Je suis étonnée de voir arriver l'autre femme vers moi, pour engager la conversation.

Je réfléchis un moment, avant de hausser les épaules:

- Eh bien... J'en avais assez d'attendre et j'étais pressée d'observer plus en détails le conflit sur cette île, donc j'ai essayé de prendre un raccourci...
Et vous, pourquoi vous vouliez passer au-travers du contrôle?
https://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#https://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1