AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-40%
Le deal à ne pas rater :
Ravensburger- Labyrinthe Junior – Jeu d’enfant
13.99 € 23.22 €
Voir le deal

Au nom des Amiraux

Naïri Shkoffee
Naïri Shkoffee

♦ Localisation : Mers Bleues

Feuille de personnage
Dorikis: 690
Popularité: -5
Intégrité: -5

Lun 3 Mai 2021 - 14:05



Me voilà affectée à Inari car une grosse affaire est en cours et qu'il manque des effectifs pour faire la besogne de base. Je me retrouve donc une nouvelle fois sur Inari, cette île où je suis déjà venue quelques semaines plus tôt lorsque j'étais encore qu'une innocente civile sans grande ambitions. Je m'en souviens encore, telle une gamine je jouais au cerf-volant sur le toit d'un bâtiment, trop égoïste pour prêter attention à ce qu'il se passait autour de moi et trop peu soucieuse d'autrui pour aider la Marine lorsque j'en ai eu l'occasion. Je ne me souviens plus très bien du nom du Lieutenant qui avait réussi à me repérer et avait envoyé des soldats venir me chercher pour vérifier si j'avais ou non de mauvaises intentions. Je me souviens d'une chose, il était blond, oui, c'était un homme blond et charismatique.

Présentement, et malheureusement pour la part enfantine en moi, l'heure n'est pas aux jeux car la situation exige d'être plus sérieux car un drôle de crime a eu lieu. Enfin, un crime, ça on ne le sait pas encore mais j'ai personnellement du mal à admettre qu'un jeune trentenaire et Sergent de la Marine puisse faire une crise cardiaque au beau milieu d'une rue alors que l'heure d'avant et cinq pizzas plus tôt tout allait bien.
Drôle de crime ou mort naturelle, voilà les rumeurs qui courent autour du Sergent Grima, ce décédé laissant derrière lui une femme que personne n'arrive à consoler et qui désire seulement une chose, s'isoler et avoir la paix.

En ce moment j'écoute tout ça, et des choses plus banales, dans une taverne ou moi et mes coéquipiers trinquons, dans l'espoir d'être assignés à l'enquête concernant ce crime. J'espère ne pas me retrouver à faire des choses moins palpitantes comme le ramassage des déchets en ville donc j'attends en buvant mon lait à la menthe. J'attends de voir comment vont évoluer les choses alors que soudain j'entends un homme jurer qu'il s'agit...


- Nom d'un Amiral, c'est une overdose !

...d'une overdose. Qui sait.

https://www.onepiece-requiem.net/t22693-saveas-d-fuerzahttps://www.onepiece-requiem.net/t22712-ft-fuerza
Vassili Joukov
Vassili Joukov
•• Commandant ••

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : La Meute

Feuille de personnage
Dorikis: 1735
Popularité: 65
Intégrité: 62

Lun 3 Mai 2021 - 14:49

Venant à peine de classer l'ultime document qui encombrait l'espace de travail de Vassili, il souffla enfin. La paperasse était enfin terminée. Harassé par cette part d'ombre du travail de gradé, le blondinet s'appuya de ses deux mains pour reculer sa chaise et se redresser. S'étirant succinctement le bas du dos, puis sorti sa montre à gousset. A peine plus de treize heure, il était plus que temps pour lui de prendre le repos qu'il méritait amplement. Inari était la première affectation importante pour sa carrière, celle où il pouvait enfin diriger de nombreux hommes. Il n'avait alors cessé de montrer l'exemple. Sur tous les fronts, il avait mis plus que ce qu'il n'avait d'énergie pour se faire accepter. Lui, l'Officier frêle que tous avaient souhaité briser en deux à son arrivé, le portaient désormais haut dans leur estime. Cela n'avait pas été chose aisée. Finalement, Yoshi Baresta, le Colonel, lui avait accordée une journée entière de permission. Une aubaine qu'il s'abotta pourtant. Venant travailler toute la matinée pour "être plus tranquille" tel qu'il l'avait prétexté, il venait alors de sacrifier la moitié d'une récompense durement acquise. Récupérant son épée, apposée contre le mur derrière sa chaise, il fit un rapide inventaire mental pour être sûr de n'avoir rien oublié. Un léger sourire se dessina et il pris la porte. Cette journée était pour lui l'occasion de relâcher un peu la pression qui pesait sur ses maigres épaules.

Quittant la Base en saluant quelques soldats, il avançait d'un pas assuré. Aucun doute, sa destination était clairement définie. Il traversa les ruelles animées, pleines de touristes, d'Inari sans détourner son regard. Ces pavés il les avait vu cent fois, les foulants de ses chaussures blanches lors des innombrables rondes auxquelles il avait tenu à participer. Esquivant un ou deux hommes au passage, il parvint à se frayer un chemin jusqu'à l'objet de sa quête. Face à lui une petite échoppe qui ne payait pas de mine. Pourtant, à l'intérieur se trouvait un véritable trésor. La tenancière était une femme brune, au beaux yeux verdoyants. Un léger strabisme venait perturber le charme qui émanait d'elle. Bien sûr l'on faisait comme si de rien n'était, question de respect. Ce royaume était celui des jeux de plateau, un véritable paradis pour Vassili. Echec, Go, Dames et tant d'autres merveilles se pratiquaient entre de sérieux adversaires. Cette fois-ci, le Lieutenant souhaitait s'exercer au jeu de Dames. Il trouva rapidement un opposant digne de se nom et tous deux prirent place autour d'un plateau. Ils se jaugeaient, tendaient de savants pièges et avançaient leurs pions dans un seul et unique but : vaincre.

Les minutes défilaient et il ne restait plus beaucoup de pions. La partie était si prenante qu'il n'avait pas eu vent de cette mort aussi soudaine qu'aux curieuses circonstances dans les rangs de la Marine. Face à son paradis de joueurs de stratégie, une taverne où l'ambiance était strictement opposée, accueillait une bande de soldats. Leur effectif était composé d'hommes et de femmes, la trentaine solide. Cependant, quelque chose attirait l'attention des passants, une gamine, buvant un lait légèrement coloré de vert. Que faisait-elle ici ? Pourquoi était-elle habillé comme eux ?
https://www.onepiece-requiem.net/t22686-vassili-joukovhttps://www.onepiece-requiem.net/t22691-faits-d-armes-de-vassili
Belphégor Harrington
Belphégor Harrington
Matelot 1ere Classe


Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Lun 3 Mai 2021 - 23:32

7aecb9f24d1d94355b8294c1dcdba194.jpg
Au nom des Amiraux
Flashback

Une étrange rumeur avait récemment vu le jour, troublant hautement Belphégor. Son origine, malheureuse, n’avait point pu être remise en question : elle venait d’un de ces gradés à épaulettes jaunâtres un peu délavées. Le prince de l’île de Garamond, désormais vulgaire seconde classe de la Marine, n’avait pris le temps d’écouter les histoires de cette île. Il ne savait même plus comment il avait été envoyé ici. Sur un bateau, on lui avait fait nettoyer le pont ; et le commandant s’était volontairement débarrassé de lui lorsqu’il avait cessé de laver le navire. L’excuse était pourtant de qualité : Dame Destinée, déesse parmi les déesses, lui en avait intimé l’ordre. Il avait donc naturellement obéi. Le commandant ne l’avait pas entendu de cette oreille, et c’est avec véhémence qu’il l’avait affecté à d’autres tâches ingrates.

Mais, Belphégor avait rencontré une étrange rumeur, une consigne qu’il n’avait pas comprise. Il semblerait que sur cette île, les artisans n’aient pas à produire gratuitement des petites icones de la Déesse. Bel’ avait pourtant prit le soin de commander en détail la petite statuette en bois. Ici, il n’y avait aucun autel ; et voilà un mal que le seconde classe s’était donné de résoudre. Sans le sou, le non-paiement de l’artisan avait causé un remue-ménage qui avait amené Belphégor à subir les foudres de son supérieur – ainsi que ses leçons de morales –. Non, la Marine était là pour aider les gens et pas les spoiler de leurs biens. Le prince n’avait pas écouté le reste, se contentant d’acquiescer aux ires de la hiérarchie.

La colère s’apaisa uniquement par la rumeur d’une mort volage. Et rapidement, Belphégor fut chargé d’une mission capitale. Récupérer les marines plus très sobres, et les envoyer au QG. Il avait causé assez d’animation pour la journée, probablement. Malheureusement équipé du sabre – presque rouillé – et de son traditionnel boken, symbole de sa formation –, Belphégor se dirigea vers la taverne où les poivrots du régiment l’attendait probablement. Sifflotant sur la route, Belphégor répéta la douce prière chantée de Dame destinée à qui ne voulait pas l’attendre, avant de pousser victorieusement la porte de l’humble demeure des alcooliques et des joyeux drilles de l’île.

Dans sa vie, le prince avait peu connu les tavernes. Les moines du Temple qui l’avait formé se contentait de boire en toute discrétion, et les rares voyageurs qui fréquentaient le Temple avait décrit ces endroits comme des places animées où le danger est partout, surtout au fond d’une pinte en bois rempli par ce doux nectar qui donnait à la vie une raison d’être vécue. Dans la maison des poivrots, avec une entrée tonitruante, Belphégor rencontra sa première déception. Il n’était pas accueilli avec les formes. Non. Sa première visite, énergique, se solda par un juron. Overdose ? C’est quoi ça ? s’interrogea Belphégor, dans ses pensées. Il baissa alors les yeux, trafiquant la petite statuette de bois qu’il avait extorqué involontairement par manque de connaissance des traditions de cette île à un artisan.

« Oh non ! » s’écria le jeune marine. « C’est une représentation de la déesse unique, ça » dit-il en agitant la petite statuette.

Il s’approcha doucement de l’homme, vraisemblablement habitué à la folie. Il jura à nouveau le même juron, comme s’il était pris de frénésie.

« Tiens, l’ami. » Il agita la statuette vers l’homme, mimant le fait de lui donner. Il ne lâcha néanmoins pas l’objet, à l’image d’un bambin refusant de prêter son jouet. « C’est la Déesse Destinée, puisse-t-elle t’apporter un peu de … » Belphégor hésita. « Tout en fait, vu ton allure. »

Insultant, peut-être ; mais ne peut-on pas y voir un excès d’honnêteté ? L’homme n’avait clairement plus toute sa tête. Au contraire, son apparence s’approchait de celle d’un pauvre ermite sans le sou que d’un bourgeois à la parure de qualité.

egotrip



Naïri Shkoffee
Naïri Shkoffee

♦ Localisation : Mers Bleues

Feuille de personnage
Dorikis: 690
Popularité: -5
Intégrité: -5

Mer 5 Mai 2021 - 22:02



Nous sommes entourés de personnes venant pour de multiples raisons, dont quelques-unes pour boire afin d'oublier les soucis liés à leur vies privées. Malgré tout, ici, maintenant, je me sens heureuse. Heureuse car à l'aise, vu que je vois autour de moi plus de cinq personnes qui ont le même militaire uniforme que moi.

Il y a quelques semaines de cela, en civile, j'avais croisé ce Lieutenant dont le nom me revient enfin : Vassili Joukov. Je vois et comprend dans son regard interrogateur, et cela m'attriste, qu'il ne m'a pas aussitôt reconnue et c'est bien normal. Mais je préfère ne pas m'éterniser sur cette fougueuse tristesse que cela m'apporte afin de rester fidèle à moi-même : souriante. Je préfère me dire que cet homme se souviendrai de moi si j'étais en tenue civile, peut-être, tout simplement. Une tenue qui collerait mieux à l'adolescente que je suis, bien que j'aie le mental suffisamment forgé pour grimper sur l'échelle des grades. Il est vrai que parfois je veuille m'amuser, ce qui est normal à mon âge, pourtant nul doute que j'ai suffisamment de maturité pour y arriver.

Les clients, après s'être rafraîchis en quelques gorgées, posent leurs choppes  et ce qui les pousse à boire me fait penser que dans la vie il faut toujours aller de l'avant. Toujours. Aller de l'avant. Mais subitement j'ai une larme à l'oeil... De peine. Par conséquent je ne préfère pas approfondir cette pensée car cela m'attriste, tout comme le récent décès du Sergent Grima dont le mystère est encore total. Afin d'espérer être de la partie pour résoudre cette énigme je préfère penser positif sinon on me verra comme une faiblarde et du haut de mes quinze ans je me retrouverai à faire des tâches ingrates. Je ne veux pas, non, je ne veux pas montrer ma faiblesse car je souhaite de tout cœur que l'on m'offre ma chance. Je veux et je prouverai que ce n'est pas l'âge qui compte mais bel et bien l'expérience acquise par le vécu qui permet de dominer. Je montrerai que même jeune l'on peut avoir les épaules pour gérer des responsabilités.

Soudain, alors que j'ai les yeux sur Vassili, prête à aller l'interrompre pour lui proposer une partie, quelque-chose m'intrigue. Une aura, celle de quelqu'un qui a aussi vécu des moments difficiles et qui fait de lui, sans nul doute, un nouvel ami et allié. Aléatoirement mon instinct me dis que son prénom commence par un "B". Est-ce vrai ? Est-ce faux ?
https://www.onepiece-requiem.net/t22693-saveas-d-fuerzahttps://www.onepiece-requiem.net/t22712-ft-fuerza
Vassili Joukov
Vassili Joukov
•• Commandant ••

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : La Meute

Feuille de personnage
Dorikis: 1735
Popularité: 65
Intégrité: 62

Jeu 6 Mai 2021 - 9:24

Il ne restait plus qu'une poignée de pion de bois sur l'échiquier. Les tours, les fous, des cavaliers, toutes ces pièces avaient été éjecté. La tenaille se refermait lentement sur le roi adversaire. Le Lieutenant n'avait pas eu de mal à dominer la partie, puis à la fin, le stratège d'en face s'était transcendé. Peut-être avait-il tout prévu à l'avance, une stratégie basée sur le sacrifice, Vassili nota que cela était, bien que risqué, assez efficace. Il allait enfoncer le clou, lorsqu'il fut interpellé par le brouhaha émanent de cette rue passante. Les rumeurs fusaient et rapidement, un rassemblement se forma dans la taverne de l'autre côté de la rue. Déconcentré, Vassili se leva en s'excusant platement d'interrompre une partie si palpitante. Bien qu'il était en repos, son sens il n'arrivait pas à se défaire de ses réflexes. Après tout, il avait encore besoin de prouver des choses. Il traversa son antre favori, puis en sorti pour prendre la température. L'air éternellement calme, il entendit quelques bribes de discussion qui le ramenaient toujours à un "soldat mort". Ces quelques mots suffirent à briser toute perspective de flânerie. Un sens du devoir aiguisé tel un katana de Shimotsuki, Vassili pris sa décision aussitôt. Il fendit alors la foule jusqu'à trouver un soldat qui venait d'entrer dans la taverne. Annonciateur de nouvelle, il venait dispenser des ordres, le ton grave.

> Soldats, l'Adjudant Walderner a demandé à ce que vous vous rendiez sur le lieu de décès du Sergent Grima. Une enquête est ouverte et vous êtes missionnés pour l'effectuer, expliqua-t-il.
> Oui, d'accord mais qui chapeaute l'unité ? Demanda un homme assis juste à côté d'une gamine en tenue de soldat.
> C'est moi, intervint Vassili en faisant un pas en avant, je prend en charge cette mission, réitéra-t-il alors que les soldats alentours furent surpris de sa présence ici.
> Lieutenant... mais vous n'êtes pas en permi..
> Soldat, écoutez-moi bien, je vais mener nos hommes, n'ayez crainte, tonna-t-il fermement. Soldat, fit-il en toisant les hommes et femmes qui profitaient d'un moment de répit pour boire et partager leurs souvenirs, je me présente Lieutenant Joukov, nous allons enquêter sur la mort du Sergent Grima, veuillez vous lever s'il-vous-plaît et sortons de cette endroit, ordonna l'Officier à la chevelure dorée.

Tous se levèrent, se bousculant afin de sortir du bar. La jeune fille et le gamin à la statuette furent emporté dans le mouvement de soldat, bien obligé d'obéir à cause de leur uniforme. Après tout, ils avaient signés pour ça. Une fois que tous furent sorti, Vassili dispersa les civils puis s'adressa aux soldats.

> Quelqu'un peut-il s'avancer et me faire un rapport sur cet événement tragique ? Demanda-t-il simplement. Dévisageant chacun, il tentait de déceler le potentiel, l'engagement de chaque membre de cette escouade.

La douzaine de visage qui lui faisait face semblait n'avoir que peu d'expérience. Sûrement des nouveaux, après tout le manque d'effectif permanent obligeait le Colonel à avoir recours à des renforts mobiles. Des unités supplémentaires qui ne restaient que peu de temps. Un apport numéraire souvent terni par un manque effroyable d'adaptation et le manque de bouteille de desdit soldats. Soudain, le regard du blondinet buta sur la jeune fille. Elle portait l'uniforme mais semblait bien jeune. Ses traits disaient bien quelque chose au Lieutenant, mais après tout, il voyait tant de monde qu'il ne pouvait la remettre. Puis, une seconde fois il s'arrêta sur le jeune homme, lui aussi semblait jeune. Mais avant toute chose, il semblait déconnecté.

> Le Sergent Grima, en ronde jusqu'à il y a peu, s'est effondré dans une ruelle. Il sortait d'un restaurant. A première vu, une crise cardiaque a été signalé mais rapidement la rumeur d'un meurtre a été avancée, répondit une femme aux cheveux roses bonbons et attaché en queue de cheval.
> D'accord, merci soldat ! Allons sûr les lieux, mais d'abord... fit Vassili avant de marquer un arrêt, observant le jeune garçon qui manipulait avec trop d'attention sa statuette. Soldat, oui vous jeune homme, pouvez-vous vous présenter s'il-vous-plaît ? Que faites-vous avec cet objet ? Demanda le Lieutenant, agacé au jeune homme après l'avoir clairement désigné.

https://www.onepiece-requiem.net/t22686-vassili-joukovhttps://www.onepiece-requiem.net/t22691-faits-d-armes-de-vassili
Belphégor Harrington
Belphégor Harrington
Matelot 1ere Classe


Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Jeu 6 Mai 2021 - 22:04

7aecb9f24d1d94355b8294c1dcdba194.jpg
Au nom des Amiraux
Flashback

Tel un enfant, Belphégor s'attacha à la petite figurine de bois qu'il agitait frénétiquement au bout de ses doigts. Un homme, beaucoup trop bruyant pour être sobre, avait tenté de s'en emparer. Le jeune prince ne laissa pas la petite idole quitter sa poigne de fer. La petite statuette, taillée dans un bois morose, refusait de quitter ses doigts filandreux. Et rapidement, l’homme renonça à s’en emparer. Peut-être était-ce le regard plein de conviction de Belphégor qui l’avait fatalement convaincu de se retirer. Par un pas entraînant, il recula, manquant de tomber à la renverse. Le prince lui offrit un sourire forcé, mais son âme se vanta immédiatement du succès de l’opération. Belphégor avait montré une certaine générosité, et la Déesse pouvait être heureuse.

Pourtant, une ombre venait d’engloutir le jeune homme. Un coup d’œil rapide le convainquît que finalement le vieil homme n’avait renoncé qu’en raison de ce blondinet aux épaulettes qui c’était pointé. Belphégor ne tarda pas à souffler avant d’être contraint de le suivre, la Déesse ne s’y opposant malheureusement pas.

La consigne exécutée et la statuette sécurisée dans la paume de la main, Belphégor resta au côté de ce nouveau commandant. Rarement la chance avait épousé la cause du Prince, lui offrant des commandants appréciant peu ses intérêts religieux ; et Belphégor n’avait jamais vraiment prêté cure à ses officiers peu scrupuleux. Son instinct resta silencieux pour celui-là. C’est pourtant à ce moment, alors qu’il était immobile à jouer avec la petite statuette, lui faisant faire des allers retours entre ses doigts agiles, qu’une Marine aux cheveux roses vînt résumer le travail de ce sergent Grisha. Le commandant se retourna alors vers le prince, lui ordonnant de se présenter.

« Soldat de première classe, Belphégor Harrington » dit-il sur un ton mécanique, répétant avec minutie ceux qu’on lui avait apprit à dire. C’est à ce moment qu’il voulu en rajouter, préciser qu’il était de sang royal. Mais une voix lui susurra de se taire. Alors, il ne dit rien. Néanmoins, par réflexe, il se mit au garde à vous. Parfois, même Bel’ pouvait être un bon soldat. En retard, mais un bon soldat tout de même. Puis, il saisit sa petite figurine de bois. « Eh bien, c’est Dame Destinée ; notre déesse à tous. Un artiste de l’île l’a fait que pour moi ! » rajouta t-il, comme s’il avait besoin de justifier la présence du petit objet. Il cacha néanmoins le petit artefact dans son dos, mais l’action subite la fit tomber au sol. Belphégor fronça les sourcils, mécontent de son manque de dextérité. Ironiquement pour un artiste comme lui au katana.

Alors, le prince se sentit obligé de détourner l’attention.

« C’est un malin votre sergent ! » dit-il en rigolant, conservant une posture de garde à vous, mais avec les bras plus ou moins détendus. « Une ronde dans un restaurant. Brillant. » glissa-t-il, son air innocent s’imprimant sur son visage. Belphégor n’avait probablement pas réalisé sa sagesse du moment.« Ceci dit, Dame Destiné l'a probablement puni pour avoir cracher sur son devoir.. Je vais réciter une prière ! » Il s'apprêta alors à joindre ses deux mains pour prononcer quelques mots poétiques à l'honneur de la Déesse quand son ventre profita de l’instant pour se rappeler à la foule.

« Mmh. Celà-dit, je suis volontaire pour inspecter le restaurant, Monsieur le commandant-enquêteur. » Belphégor marqua un bref arrêt. « J’inspecterais avec minutie chaque plat qu’il a mangé ! Promis. » dit-il fièrement.

Le prince posa sa main sur son estomac demandeur, laissant au sol sa petite statuette. « Madame le soldat peut venir avec moi ? »  Il jeta un regard – pas discret – à la marine qui avait parlé du restaurant. Il lui fit un clin d’œil qui manqua ouvertement de discrétion. Belphégor sentit pourtant son dos lui picoter. C’était donc ça le stress d’une rencontre enjôleuse. Les cheveux roses de la dame ne le laissait certes pas indifférent, mais l’idée d’un bon repas – gratuit – l’attirait tout autant. Le pain sec du pont du navire avait entamé sa patience pour goûter un vrai repas agréable. Décidément, les mets sensationnels de Garamond lui manquait. Il n’aurait jamais dû quitter sa terre.. Mais il faut dire que la jeune fille était plus à son goût que les moines dégarnis du Temple sacré où il avait grandit.

egotrip
Naïri Shkoffee
Naïri Shkoffee

♦ Localisation : Mers Bleues

Feuille de personnage
Dorikis: 690
Popularité: -5
Intégrité: -5

Lun 10 Mai 2021 - 13:19

Belphégor mentionne les plats du restaurant qu'il goûterai volontiers, là où le sergent Grima a mangé, et soudain deux souvenirs me reviennent.

Le premier c'est que je suis bel et bien arrivée sur l'île aux côtés de la Marine, mais ils n'avaient pas d'uniforme conforme à ma jeune taille. Faut croire qu'ils ne voient pas tout les jours des adolescents qui s'engagent et comme par hasard, alors que j'étais perdue lors d'une ronde, je suis tombé sur une femme. Une femme si peu charismatique que j'en ai totalement oublié l'apparence et le nom, comme si elle possédait une capacité naturelle à se faire oublier. Qui plus est, il s'agit peut-être bien d'une capacité à faire oublier la mémoire comme de l'hypnose car mon vécu sur cette île est plongé dans un épais brouillard et seules quelques bribes me reviennent. Cette femme, peut-être par instinct maternel, à bien vu que je venais tout juste de m'enrôler aux côtés de la justice et elle avait une solution à mon problème vestimentaire. Mais je me rappelle d'une condition à réaliser pour que cette charmante couturière me fasse un uniforme à ma taille.

Un détail semble me revenir, mais il s'échappe lorsque je souhaite mettre la main dessus.

Détail:
 

La deuxième chose dont je me rappelle à l'instant, c'est cette condition. Étant alors habillée en civile, j'ai du aller voir un homme qui avait l'habitude de fréquenter un restaurant. Je devais, simplement, aller lui livrer sa pâtisserie préférée que sa femme militaire lui avait préparé. Je m'en souviens car cela m'a paru étrange de se faire apporter un dessert dans un lieu où on les prépare, mais faut croire que pour le Sergent Grima cela faisait parti de ses habitudes.

Me remémorant ces péripéties, soudainement, je me sens mal à l'aise. J'ai des bouffées de chaleur et je ne souhaite surtout pas aller à nouveau dans ce restaurant car on pourrait, même habillée en militaire, me reconnaître. Suis-je liée à ce meurtre ? Peut-être. Pour l'instant je préfère doucement m'éclipser du groupe.

- Je m'excuse mais une nouvelle recrue comme moi sera bien inutile dans une telle enquête. Du coup si cela ne vous dérange pas je vais gentiment retourner dans le bar car je suis curieuse d'apprendre deux ou trois cocktails.

A cette idée je me sens apaisée mais quelque-chose m'inquiète, lors de ma prise de parole j'ai senti ma voix me trahir sur un mot mais je suis incapable de savoir sur lequel. J'espère que tout va bien se passer.
https://www.onepiece-requiem.net/t22693-saveas-d-fuerzahttps://www.onepiece-requiem.net/t22712-ft-fuerza
Vassili Joukov
Vassili Joukov
•• Commandant ••

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : La Meute

Feuille de personnage
Dorikis: 1735
Popularité: 65
Intégrité: 62

Lun 10 Mai 2021 - 14:27

Le Lieutenant commençait à s'habituer aux allégations religieuses, tolérant n'était pas sa qualité première, mais il n'avait que faire de la foi. Pour lui, cela relevait de chacun et il ne jugeait pas. Après tout, sur cette île il en avait vu des cultes étranges. Des idoles risibles et des prêches incompréhensible. Cependant, bien qu'il respectait les convictions de chacun, il était intransigeant sur un point en particulier : la séparation entre le privé et l'uniforme. Alors, quand le jeune Belphegor proféra ses mots autant maladroit qu'irrespectueux, il senti la pression monter. Serrant légèrement la mâchoire, il fixait ce gamin à la statuette dorée droit dans les yeux. Cependant, il n'eut pas le temps de rétorquer que le soldat Harrington rempila pour des propos hérissèrent le poil de Vassili. Un mal, puis une moquerie, le blondinet bouillonnait intérieurement. Devant le visage tout à fait passible de ce gamin qui paraissait n'avoir aucune considération pour un supérieur, le blondinet s'emporta définitivement.

> Soldat Harrington j'en ai assez entendu comme ça ! Tonna Vassili pour faire cesser ces paroles. Prenez-moi cette statuette et rangez-là sur le champs, reprit-il fermement. Vous n'irez nul par comme ça, c'est à moi d'en décider. Alors venez à mes côtés, immédiatement. Lorsque le jeune Belphegor s'exécuta enfin, un air d'incompréhension au vu de la réaction de son supérieur, Vassili souffla discrètement. Vous m'accompagnerez, un peu de discipline ne vous fera pas de mal, d'ailleurs, je vous accompagnerais, à l'issu de l'enquête pour discuter avec la famille. Vous apprendrez à respecter la mémoire des nôtres ! Finit-il avec véhémence.

Le silence qui s'imposa à l'audience du Lieutenant lui permis de se relâcher un peu. Il était si rare qu'il s'énerve et pourtant. De temps en temps, taper du poing sur la table permettait de rappeler la hiérarchie à tous. Qui plus est, les nouvelles recrues avaient souvent quelques mauvais plis, autant prendre le problème à la racine. Enfin, cet espoir ne fut que de courte durée. Cette fois-ci, ce fut la benjamine de l'escouade qui pris la parole. Des dires qui, cette fois-ci, donnèrent envie au Lieutenant Joukov de jeter l'éponge. Après tout, il était en permission, pourquoi se retrouvait-il à s'adresser à des pleutres dans ce genre. Une honte pour la Marine, peut-être fallait-il rehausser les test d'admissions. Si cela ne tenait qu'à lui, il y aurait moins d'acceptés mais de plus grande qualité. Malheureusement, il était encore bien trop loin des fonctions de pouvoirs dans les rangs de la Marine. Aujourd'hui la politique était à la masse, le gouvernement souhaitait annihiler le mouvement révolutionnaire, cependant, un groupe de fauves aurait sûrement plus de valeurs qu'une colonie de fourmis.

> Bon écoutez, avant que je n'en vienne à demander un redressement disciplinaire, donnez-moi votre nom soldat ! Je ne sais depuis combien de temps vous faites partie de nos effectifs, mais sachez que la Marine n'est pas un lieu de villégiature. Vous vous êtes engagé, et ce mot n'est pas anodin ! Vous êtes soldat, la personne qui est à votre droite compte sur vous en cas d'affrontement et chaque citoyen de cette ville a besoin de votre protection ! Il ne s'agit pas d'un jeu ! Je parle de dévotion, votre uniforme a été porté par d'illustres noms, alors faites-y honneur ! Sermonna Vassili avec cœur. Ca vaut pour vous aussi, matelot Harrington ! Piqua le Lieutenant.

L'Officier subalterne laissa quelques secondes de répit à ses hommes, fusillant du regard cette escouade qu'il détestait déjà.

> Soldats, vous vous diviserez en groupe de trois. Tournez dans un périmètre de trois-cent mètres autour du lieu de l'assassinat. Laissez traîner vos oreilles et soyez attentifs au moindre détail. Compris ?
> Oui Lieutenant ! répondirent les soldats à l'unisson.
> Shkoffee, Harrington et vous... ?
> Caporale Alami, répondit la femme aux cheveux roses, ne dévoilant alors que son nom de jeune fille au Lieutenant.
> Merci, nous quatre nous occuperons du gros de cette enquête. Nous nous rendons directement à l'auberge ! Ordonna Vassili en tournant automatiquement les talons.

Les quatre soldats prirent la route en silence, marchant jusqu'à rejoindre le fameux restaurant. Une fois arrivée, le gradé dispensa quelques ordres.

> Caporale Alami, prenez les soldats Shokffee et Harrington avec vous, allez questionner le tenancier s'il-vous-plaît ! Je vais prendre à parti quelques passants. Chacun avez désormais sa mission, il ne restait donc plus qu'à passer à l'action. Se maudissant d'être sortie de son antre du jeu de plateau par sens du devoir, Vassili commença son labeur. Questionnant ceux qui, potentiellement, avaient pu voir quelque chose. A l'affut du moindre indice, il espérait régler cette affaire rapidement, histoire de reprendre une partie d'échec pour se détendre.
https://www.onepiece-requiem.net/t22686-vassili-joukovhttps://www.onepiece-requiem.net/t22691-faits-d-armes-de-vassili
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1