AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


La chasse au petit gibier [Pv : Ewen chantenuit]

Hunter
Hunter


Feuille de personnage
Dorikis: 710
Popularité: 23
Intégrité: 0

Lun 30 Aoû 2021 - 4:36

Je me rends dans le royaume de Bliss, mon objectif est simple, débusquer un criminel connu sous le nom de Bobby Dreadlock, ce type aurait des informations sur Crocodingo, toute informations est bonne à prendre. Je débarque au port du royaume de Bliss, il y a une bonne ambiance, des pêcheurs qui discutent entre eux pendant qu'ils pêchent. Il y a aussi des ouvriers qui transportent plusieurs matériaux nécessaires pour la construction de navires. Je descends de mon bateau de pêche, et je rejoins la place marchande du port. Mon armure pèse lourd, et mon casque semble faire peur aux habitants de l'île. Je ne sais pas où chercher, mais je sais qui chercher. Un de mes informateurs m'a conseillé une personne, cette personne serait elle aussi à la recherche de ce criminel, et comme je ne connais pas le coin, je dois avoir recours à son aide.

- Rendez-vous sur la place marchande du port, à onze heures quarante-sept... Il n'est que dix-heures vingt, je vais devoir prendre mon mal en patience.

Je me rends dans un bar, je m'assois en terrasse, et un serveur vient m'accoster.

- Bonjour, que puis-je faire pour vous ?

Je retire mon casque, et je le pose sur la table, je n'ai pas l'habitude d'être tête nue.

- Je voudrais juste un verre d'eau, sans glaçon.

Le serveur moustachu en costume de pingouin note ma commande, a-t-il besoin de noter la commande d'un verre d'eau dans son carnet ?

- Bien, monsieur. Vous faut-il autre chose ?

Je secoue la tête de gauche à droite, le gars a compris que je ne voulais rien d'autre. Le serveur part, autour de moi se trouve plusieurs clients qui discutent entre eux, de tout et de rien. La foule est bruyante, il y a une odeur de vapeur dans l'air, c'est dérangeant... Vivement que je bois mon verre, et que mon guide arrive.

- Il ne devrait pas tarder.

Le serveur arrive avec mon verre, et le pose sur la table, puis le pingouin part s'occuper d'un autre client. Il fait chaud aujourd'hui, je me demande où peu bien se trouver cet enfoiré de bandit.
Ewen Chantenuit
Ewen Chantenuit


Feuille de personnage
Dorikis: 1263
Popularité: 0
Intégrité: 0

Jeu 2 Sep 2021 - 22:30

Ewen entra dans l’auberge aux alentours de onze heures, persuadé d’arriver bien avant son client. Comment elle s’était retrouvé à avoir ce client restait d’ailleurs un mystère. Si elle avait bien suivis, c’était l’ami de l’oncle de l’un des gamins qu’elle payait pour garder les yeux ouverts qui avait parlé d’elle. Et si elle devait en croire l’heure du rendez-vous il…
L’homme était là, reconnaissable au casque qu’on lui avait décrit en long et en large.  Assis à une table, en train de finir un verre, il semblait l’attendre, possiblement depuis longtemps. Elle tourna brutalement la tête, se rendant compte qu’elle le regardait fixement. Elle hésita un instant, puis recommença à le dévisager discrètement, comme le ferait une personne normale, vu son accoutrement. Lui ne savait pas quoi chercher et ne devrait pas la reconnaitre jusqu’à ce qu’elle se présente. En attendant, elle alla se poser sur une table, plus loin.

D’un signe, elle héla le pauvre serveur débordé  pour récupérer un verre. Elle aussi allait attendre, mais à ses termes. La taverne était sombre à cette heure, le soleil trop haut ne rentrait pas directement par les fenêtres et la salle profonde perdait rapidement en lumière. Les gens autour sont calmes, mais discutent fort. Tant mieux, seuls leurs voisins auraient une chance de les entendre quand ils commenceraient à parler. Elle laissa ses yeux s’adapter tranquillement à l’obscurité ambiante tandis qu’elle sirotait son verre.
Ses yeux habitué et sa boisson fini, l’aspirante informatrice scanna la salle du regard.  Elle n’était pas à l’aise : elle n’avait pas choisis le lieu, l’heure, ni le sujet de la rencontre. Mais l’homme semblait être venu seul, et personne n’avait vraiment de raison de vouloir lui tendre un piège. La voleuse reposa son verre après l’avoir fini, puis se leva. Elle traversa la salle en quelques pas qu’elle voulut décidé, mais qui se retrouvèrent à louvoyer entre les chaises.

« ça te dérange si je m’installe ? »
Sans attendre de réponse, la jeune femme tira une chaise et s’assit face au chasseur de prime
« Je suis ton contact, enchanté. Avant d’aller plus loin je dois mettre un point au clair : je n’ai aucun intérêt à chasser ton homme, si ce n’est d’être payé pour ça. Mon tarif sera de la moitié de la prime. J’ai déjà commencé à me renseigner sur le brigand et j’ai quelques pistes sur où il peut être, et je peux commencer à travailler dès que j’ai ton accords »

Elle avait déclamé sa tirade avec un calme et une assurance qu’elle savait extrêmement convaincants, mais qui n’était que façade. Elle observait anxieusement sa réaction. De près, l’homme dégageait une impression de… violence. Quelque chose en lui donnait l’impression que s’il décidait qu’il ne l’aimait pas, il lui briserait le coup plutôt que d’avoir à arrêter la conversation.
Hunter
Hunter


Feuille de personnage
Dorikis: 710
Popularité: 23
Intégrité: 0

Lun 6 Sep 2021 - 23:33

Je regarde la jeune femme qui m'adresse la parole, elle prend place à ma table... Elle me dit qu'elle est le contact que j'attends. D'entrée de jeu, elle pose les conditions en échange de son aide. Elle veut la moitié... pas de problème.

- Tu auras la moitié si tes informations sont de qualités, je ne veux pas de vagues suppositions, je veux du concret... Sans cela, tu n'auras rien.

La femme me révèle qu'elle détient des informations, je croise les bras en regardant d'un air sérieux ma partenaire en affaires.

- Nous avons déjà perdu assez de temps, allons-y, maintenant. Tu me diras tes informations en route, le temps, c'est de l'argent, et je n'ai pas envie d'en perdre.

Je me lève de ma chaise, je prends mon casque qui est sur la table, et sans attendre ma partenaire, je me dirige vers la sortie du bistro. Je croise le serveur qui est épuisé, il me regarde avec un air fatigué tout en me souriant... Ce type se crève à la tâche, mais finalement, il mourra avant de faire fortune. Ce genre d'individu, je m'en méfie, en apparence, ils ne sont pas méchants, mais c'est ce genre de personne qui est susceptible de se tourner vers la piraterie pour se remplir les poches... Rares sont ceux qui choisissent la voie de chasseur de primes, piller des civils est plus facile que de chasser un vrai tueur, un type qui n'hésite pas à te trouer la peau avec un poignard, sans états d'âme.

- Je n'aime pas ce genre de personne, si ça ne tenait qu'à moi, je les neutraliserai avant qu'ils ne pètent un plomb.

J'ouvre la porte du bar, et je sors dehors, j'attends ma partenaire. Une fois à l'extérieur, je marche avec elle dans la rue, et j'attends ses informations, j'espère qu'elles sont de premier choix.

- Dis-moi, tu sais à qui ont à faire ? Ce genre de gars n'est pas à prendre à la légère, c'est une cause perdue... S'il peut te tirer dessus pour te détrousser, il le fera.
Ewen Chantenuit
Ewen Chantenuit


Feuille de personnage
Dorikis: 1263
Popularité: 0
Intégrité: 0

Dim 12 Sep 2021 - 23:10

Ewen regarda le chasseur de prime, ahurie. Il avait commencé par ne pas douter un seul instant qu’elle était son contact, se mettant en danger si elle ne l’était pas, enchainé en réussissant, en une phrase, à jouer avec les limites de l’insulte avec elle et confondre piste avec information définitive. Pour finir, il avait définitivement insulté le serveur devant lui et fini en beauté en lui demandant si elle savait qui était la cible, chose absolument incompatible avec son idée qu’elle savait déjà tout.

« Stop. »
Ewen s’était arrêté net, les yeux fermé, cherchant comment rattraper la situation.
« Arrête de vouloir aller trop vite, s’il te plaît. Juste… suis-moi. »
L’informatrice, dépassé par la situation resta quelques instants, planté au milieu de la rue à réfléchir à ce qu’elle allait faire ensuite, tandis que son client la regardait d’un air qu’elle imaginait peu aimable derrière son casque. Rien n’allait de la façon qu’elle avait imaginée. Elle respira profondément pour se calmer puis se décida et partie en direction du port, emmenant avec elle son singulier partenaire.
Ils s‘arrêtèrent au bord de l’eau, proche d’un chantier d’assemble. Les mots qu’ils échangeaient et n’étaient pas couverts par le vacarme se feraient emporter par le vent.
« Ici on pourra discuter tranquillement. Oui, je t’ai amené ici juste pour parler, mais j’ai encore des choses importantes à te dire et te ramener directement dans la taverne aurait trop attiré l’attention. Je suppose que c’est la première fois que tu travail avec un informateur donc je vais t’expliquer quelques trucs. Premièrement, tu n’as pas l’air de te soucier d’attirer l’attention sur toi et j’admets que, vu ta cible, tu n’as sans doute pas trop de raisons de t’en faire. Il a vraiment l’air d’un solitaire. En revanche pour moi il est important que j’arrive à rester discrète si je veux pouvoir continuer mon travail. Ça implique d’éviter de parler ouvertement de chercher des criminels devant tout le monde.
Ensuite, le point vraiment important, c’est que des pistes ne veulent pas dire que je sais définitivement où il se cache, juste que j’ai des endroits dont je sais qu’ils peuvent faire de bons point de départs. Donc il faut encore que je vérifie. »

Après avoir lâchée d’un coup son monologue, la voleuse se sentie soulagé. Elle avait réussie à formuler son problème. Rester à espérer que l’homme prenne la peine de l’écouter et soit capable d’accepter de ne pas avoir tout, tout de suite.
« Pour répondre à ta question, je sais qui il est, je sais qu’il est dangereux et c’est pour ça que j’ai d’autant plus intérêt à y aller de manière discrète. Je n’ai aucune intention de le combattre et je ne dois donc pas me faire remarquer. Ce qui me laisse deux choix par rapport à toi : ou bien tu vas te poser quelque part et tu attends que je revienne avec l’information définitive, sachant que ça peut prendre entre vingt minutes et deux jours, si je dois remonter sa piste. La deuxième c’est que tu m’accompagne en restant en retrait. Mais ça demande que tu sois discret, ce qui commence par dégager ce casque qui se repère à des kilomètres à la ronde »

En attendant la réponse, elle commença à réfléchir à la suite des évènements. La piste la plus probante était celle du quartier des lanternes. Peu de présence policière, plusieurs meurtre récent et des informations sur un homme qui semblait beaucoup de rapprocher de la description. La taverne du centurion était connue pour être un coupe-gorge, mais l’expression n’était généralement pas à prendre au sens littéral.
Hunter
Hunter


Feuille de personnage
Dorikis: 710
Popularité: 23
Intégrité: 0

Sam 18 Sep 2021 - 2:26

La fille aux cheveux rouge me dit que je dois être plus discret, elle ne se laisse pas faire... Intéressant comme femme. Elle me dit aussi qu'elle ne connaît pas l'endroit précis où se trouve mon criminel, mais elle connaît des endroits où des informations pourraient être découvertes.

- Je comprends, tu t'inquiètes pour ton travail d'indic, je respecte ça.

Elle me dit que si je veux la suivre, il faut que je retire mon casque, chose que j'ai un peu de mal à faire, mais il faut que je le fasse. Je retire mon casque tout doucement, je prends mon casque sous mon bras droit, le soleil m'éblouit, je ferme à moitié les yeux.

- Cela te convient ?

Je sens l'air caresser ma peau, ça me fait du bien, je souris.

- Je sais être discret quand il le faut, même si d'habitude ceux que je traque savent que je suis à leur recherche. Je vais donc te suivre, mais que les choses soient claires, une fois que je l'aurais trouvé, on fait à ma manière. Ok ?

Des passants me regardent avec stupeur, ils n'ont pas l'habitude de voir un mec avec une énorme cicatrice sur le visage... Il me gave !

- T'as un problème, mec ? Tu veux qu'on règle ça ?!

Le passant ne fait que passer, il a l'air d'avoir peur.

- Alors, qu'est-ce qu'on fait ? Dis-je sur un ton autoritaire.

Je croise les bras en soupirant, je sens les regards qui pèsent sur moi, ça commence à m'énerver. Mais je dois rester calme et discret, sinon, la filature ne tiendra pas.

- Tu as déjà des idées d'endroits ?
Ewen Chantenuit
Ewen Chantenuit


Feuille de personnage
Dorikis: 1263
Popularité: 0
Intégrité: 0

Aujourd'hui à 0:23

La voleuse dévisagea le chasseur de prime. Ses réponses étaient surprenamment raisonnables. Depuis le premier coup d’œil, elle était persuadée qu’elle devrait batailler pour faire accepter chaque point, même le plus évidemment à son avantage. Pour une fois, elle était contente de s’être trompé.
La révélation de la cicatrice eue pour tout effet sur Ewen de lui faire lever un sourcil. Si elle avait la plupart du temps réussis à en rester à distance, la violence faisait partie de son univers et elle avait vu plus d’un visage défiguré par les coups de couteau ou les poings sauvages d’un ivrogne ou d’un voleur de petit chemin.

« Ce qu’on fait maintenant, c’est aller à la pêche aux renseignements dans un endroit où il est probablement passé. Ça va prendre un moment, par contre. Et oui, je sais par où commencer. Everglade 3, le quartier des lanternes. C’est le genre de quartier où la marine ne vient pas te chercher si tu es un criminel, en tout cas pas sans bonne raison, mais où elle est sûre de te trouver. A partir de maintenant, tu es le pote d’une connaissance, qui s’appelle Loïc et je te fais visiter la ville en attendant qu’il ait fini sa journée de boulot, si jamais quelqu’un demande. »
L’improbable duo se leva et entrepris d’entrer dans les rues de la ville. Ewen enchainé les virages et les ruelles et à toute allure. Après quelques temps, elle posa garda la main sur une de ses poches. Une poche facilement accessible, pas exactement petite et qui semblait remplis par un objet long et peu épais.
Aucun incident ne vient entacher le trajet. D’abord grâce à la chance, ensuite par ce que l’informatrice savait ce qu’elle faisait, et enfin par ce que toute personne qui aurait souhaité aller leur chercher des noises malgré les deux premiers points aurait pu admirer Hunter, sa cicatrice, son armement, sa musculature avant de prendre la décision d’aller jusqu’au bout de son entreprise.
La taverne ne payait pas de mine depuis l’extérieur. De l’intérieur non plus, d’ailleurs, c’était un boui-boui éclairé à la bougie et mal aéré. L’endroit était largement vide à cette heure et les quelques clients présent s’intéressaient bien plus au fond de leur verre qu’aux nouveaux arrivants.

La voleuse se dirigea avec détermination vers une petite table près de l’une des rares fenêtres de l’endroit et se tira une chaise avant de se laisser tomber dessus dans un craquement léger, puis balança ses pieds sur la table avant de se basculer en arrière.
Il ne fallut pas longtemps avant que la serveuse, une petite femme au visage rond était entouré d’une crinière brune, ne débarque et ne saute, quasi-littéralement, sur l’informatrice :
« Sahra ! Oh mon Dieu, ça fait tellement longtemps ! Je ne t’avais pas reconnu, depuis quand tu viens accompagnée ?! »

La conversation s’engagea entre les deux femmes comme entre deux copines qui partageaient les derniers potins, sans que rien dans la conversation ne semble même vaguement se rapprocher de la raison de la venue de Hunter. Du moins, jusqu’à la réponse à une question d’Ewen.
« Et sinon, tu as vu d’autre tentative de style aussi ratés que la dernière fois ?
-Pleiiiiiin ! D’abord il y avait ce mec qui a débarqué avec un manteau… » Elle se lança alors dans un long monologue qui sembla revenir non pas sur les cas marquants, mais sur chaque client qui avait visité l’endroit durant la dernière semaine, y compris ceux présents dans la salle. « Oh et puis il y a aussi eu ce gars il y a trois jours, il avait cette coupe de cheveux bizarre, là, on où on a l’impression qu’il ne les a pas lavé depuis trois ans. Il a demandé un verre de bière et deux de rhums et les gens autour de lui n’avaient pas l’air particulièrement à l’aise, alors qu’il ne parlait pas si fort que ça. Mais j’ai entendu quand même, il parlait d’un gros coup et de ne pas se rater. Et le lendemain ils ont beaucoup bu. D’ailleurs, je n’ai pas précisé, mais les autres c’était Dédé et Juju. Je crois qu’il y avait aussi le gros que j’appelle T, à cause de ses épaules. Oh, et puis ils avaient parlé de renter au Coriandre après… »

La discussion dura encore plusieurs minutes avant que la voleuse ne parvienne à s’extraire du flot d’anecdotes sans intérêts sans vexer son interlocutrice. Une fois sortie sortit, elle poussa un très discret et très profond soupir.
« Au moins on sait où aller, maintenant »
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1