Le Deal du moment : -37%
PLAYMOBIL – 9266 – City Life – La ...
Voir le deal
76.99 €

idem.

Bane Al'Jazawi
_one_piece__chopper_icons_01_by_xlaura_chanx-d5oaoba.pngPseudonyme : Baba, par les enfants de son village. Gold Finger, par les autres.
Age : 29 ans.
Sexe : Homme.
Race : Humain.
Métier : Botaniste, pharmacien, sourcier.
Groupe :Chasseur de prime.

But : S'enrichir, prospérer, pousser comme la mauvaise herbe, là ou on ne l'attend pas.

Équipement : De l'équipement scientifique de base (éprouvettes, bec bunsen, pinces etc ...) et des armes (dagues, pistolets ...).

Parrain : Rafaelo.

Ce compte est-il un DC ou un "reroll" ? Oui, de Melody.
Si oui, quel @ l'a autorisé ? Jeska.

Codes du règlement :


Description Physique


Noir ébène, sa peau est comme la nuit, constellée de marques qui en font sa profondeur. Des cicatrices, il en a récolté durant sa vie, retraçant son histoire de baroudeur qui aime les conflits, et surtout les régler. Musculature sèche et vive, il pèse environ quatre vingt huit kilos pour un mètre quatre vingt dix de hauteur. Son corps est bien taillé, en osmose avec son environnement de naissance, adepte de la survie quoi qu'il en coûte. Véritable chameau en plein désert, il est rare de voir Bane se désaltérer à cause de la chaleur, ou bien de se couvrir malgré la rigueur d'un hiver mordant. Indifférent aux caprices de la météo, il porte habituellement une cape de voyage bleue nuit, et une tunique dans les tons noirs. Des motifs en or couvrent la cape et lui donne un côté bourgeois bon chic bon genre, bien qu'il soit issu du plus pur prolétariat qu'il puisse exister, employé dans les grandes plantations d'Alabasta. Ses bijoux couvrent ses doigts, sa nuque et ses cheveux bruns d'or, clinquant et cliquetant dans tout les sens, Bane n'est jamais très discret et pourtant ... On a du mal à le cerner, à mettre un nom sur ses yeux bleus-gris, dénotant avec sa peau sombre. Ses yeux sont deux abymes qui vous aspirent, qui vous appelle et dont il peut se servir à la moindre occasion, pour frapper le sexe opposé d'une terrible malédiction ; L'amour. Sourire tapageur, mimiques croquantes, il est un séducteur qui n'a jamais connu l'ennuis d'une seule couche. Il a un charme fou, et sait s'en servir, quand le besoin s'en fait sentir.  

Bane aime les couleurs, chatoyantes, les tissus ... Luxueux ! Il adore porter des choses douces qui vous protègent autant qu'une armure de tissus, et sont pourtant plus léger que la soie. La seule exception ? Ses sandales en cuir lourdes et cloutées. Pour aller loin, autant avoir des bonnes chaussures ! Un sac en bandoulière, dans lequel il range tout son fartas, ne le quitte jamais. C'est son bien le plus précieux et pourtant le seul qui ne paye pas de mine ... Tout ce qui brille n'est pas d'or, mais tout ce qui est important n'est pas forcément brillant, si ? Adepte de ce concept et de ses facéties, Bane est tout un imbroglio de choses, mais jamais on ne se douterait qu'il est un chasseur de primes. Un aventurier, un scientifique, et en plus de ça, capable de se dépatouiller avec dix grand gaillards armés, à lui tout seul. On dirait plus un hédoniste au grand coeur, un prince mécène qui voue sa vie aux routes, et à sauver la veuve et l'orphelin par les médicaments qu'il apporte... Cependant, se méfier de l'eau qui dort, est un premier pas vers la réussite, et la survie.  


Description Psychologique
Exubérant, et plein de vie. Si pour vivre heureux, il faut vivre caché, Bane recherche sans doute les malheurs, et les collectionne... Il est un oiseau de mauvaise augure, qui flirte toujours avec le danger. L'adrénaline est sa première came, même si le chasseur est du style à consommer tout ce qui lui tombe sous la main. Il fume, il boit, c'est un crétin libidineux qui a du succès auprès des femmes. Homme simple aux goûts sûrs, il aime les petits plaisirs de la vie, comme un bouteille de vin siroté en agréable compagnie, ou bien les bonnes chaires fondante en bouche, partagée sous une tente ou dans un restaurant. Tempérament de feu, solaire et avenant, il aime les gens autant qu'il aime les mets de qualités. Du bon côté de la justice, il n'est pas pour autant altruiste et monnaye ses services contre menues monnaies. Vice caché mais bien présent, il est avant tout amateur d'or et de bijoux, d'argent et berrys.
Il associe son tempérament à une sacrée expérience de combattant, mais avant tout homme de science, reste dans une certaine logique mathématique, même durant ses duels les plus épiques. Il se bat avec une science du corps humains apprise de longues années au service d'un médecin nomade d'Alabasta, qui s'était lui même formé à Drum, capitale de la médecine moderne. Son job s'était préparer les mixtures, d'élaborer des remèdes, de savoir doser les plantes et les mélanger à coup de pilon. C'est donc tout naturellement qu'il s'est tourné vers un spécialisation en pharmacie, sachant autant tué de sa dague, qu'avec une décoction. Guerrier complet aux sciences acérées, il est redoutable avec ses ennemis, à contrario de sa bienveillance naturelle pour ses alliés. Il est capable de tout pour de la monnaie, mais garde un sens de l'honneur, ce qui en fait un homme dangereux pour les criminels, car difficilement achetable.

S'il suffisait d'une grosse somme pour le louer, il n'aurait pas obtenu le sésame pour les primes. Il n'aurait pas sa place dans la Baroque Works. L'organisation fraichement créer l'a attiré, lui le chasseur solitaire, hors de sa tour d'ivoire. Il y retrouve des valeurs, et des moyens qui lui facilite la vie, et qui surtout, respecte un process.

Bane est avant tout quelqu'un qui aime sa tranquillité d'esprit, et ne chasse jamais sur les plates bandes de la Marine ou du Gouvernement. Il est impossible à retourner, car son côté pacifiste le pousse à rester dans l'hégémonie des cinq étoiles. Servant à sa propre manière, à instaurer une ère de paix et de prospérité pour lui, comme pour les autres.


Biographie


Alabasta, 1610.

Les rues de la capitale sont balayés par un vent chaud impitoyable, chassant les chalands et bientôt même les commerçants, à l'intérieur de leur antre, cachés du soleil et de ses rayons, et de la chaleur insupportable de l'après midi. Situation propice à la sieste et aux autres activités d'intérieur, les habitants optent souvent pour un repos bien mérité, après avoir trimé toute la matinée sur leur activité professionnelle. Midi, sonne l'heure de la sieste digestive et souvent estivale. Treize heures, sonne l'heure du crime pour la bande de Bane et ses petits camarades du théâtre.

Les petites mains, des orphelins à l'aspect famélique, et aux visages élimés, sont connus de tous comme étant le groupe de voleur le mieux entraîné de la ville. Pour autant, il y'a toujours des petits nouveaux pour faire des bourdes, malgré l'entraînement quotidien et poussé qu'on leur fait subir ; L'épuisement, est sans doute la clé de voûte de ses erreurs qui entraîne souvent la prison et un sort peu enviable pour les petits garçons ; Bane est toujours là pour dire que c'était pire avant, quand on leur coupait les doigts et qu'on les obligeait à les porter en colifichet autours du cou, pour décourager des suiveurs ou bien même une envie subite de recommencer.

Il faut dire que du haut de ses 12 ans, Bane est déjà un sacré morceau d'assurance et d'exubérance, capable de voler plus d'une fois son poids en or, pendant une seule tournée. Il est agile, discret, sobre, et surtout, il a pour lui ce petit talent que peu ont ; Il sait prendre des décisions très rapidement. Alors Bane, du haut de ses douze années, est déjà un petit chef de la main dans l'ombre d'une criminalité pourtant déjà très discrète sur l'île désertique.

Il aura du succès pendant en temps, mais comme nombre de ses congénères, les criminels, n'aura pas cette chance pendant bien longtemps.

Alabasta, 1615.

On retrouve le vent de l'ouest, chauds et particulièrement tourbillonnant, frappants sur la ville comme frappent les éclairs de chaleurs parfois. Amenant toujours la chaleur, et le sable du désert, tandis que la populace déserte les comptoirs et les terrasses, les petites mains s'échinent au travail. Enfin, si le vol de concitoyens peut être considéré comme un travail en soit. A force de jouer avec les limites, de friser la préventive, et de continuer malgré tout à faire ce pour quoi on est doué, la bande s'est fait repérée par les gardes de la villes, et doit donc composer avec des éléments perturbateurs en plus. Ce jours là, Bane va découvrir qu'il y'a toujours des conséquences à tout actes criminels, surtout quand on se frotte à l'une des puissances les plus redoutable de cette voie de Grand Line. Alabasta et ses turbans, ses sergents et ses épées acérées.

Fuyant pour échapper à la prison, il se dirige vers le quartier cossu de la ville, à toutes jambes. Poursuivis par une ribambelle de garde, le gamin des bidonvilles ne sait pas ce qui va se passer, il ne se doute pas que son destin va changer du tout au tout, et à jamais. S'introduisant en brisant une fenêtre dans l'un des hospices de la ville haute, institution où se font soigner les citoyens de droits de la capitale - donc là ou il n'a jamais eu sa place, il se met en quête d'une cachette. Sur la pointe des pieds, il cavale sans attendre à l'autre bout du couloir sombre qui longe des chambres où se font soigner les gens d'Alabasta.

Une seule porte est ouverte, elle donne sur le bureau du médecin de garde, et plus loin semble se dessiner un sésame à ses yeux, un placard à balais qui sera fort seyant à sa condition de fuyard. Passant sans demander son reste, mais sans faire un bruit non plus devant la porte du médecin, un veille hommes aux cheveux poivre et sel semblant assoupis, il se réjouit de réussir à n'éveiller aucun soupçon lorsqu'une voix retentit, à peine touche-t-il la poignée de la porte le menant vers sa cachette secrète.

- Hm hm ... Jeune homme ? Dites moi, ce ne sont pas les soins qui vous ont attiré jusqu'ici n'est-il pas ? Fais la voix clair mais profonde d'un adulte, passant la tête par l'embrasure de la porte. Il porte des lunettes et une blouse blanche, et ses cheveux font comme des zébrures blanches dans ses cheveux noirs.

C'est comme ça que se sont rencontrés Bane et Kalin, deux êtres à qui il manquait quelque chose, mais qui ne s'en rendaient pas compte.

Alabasta, 1618.

Aujourd'hui, Bane a dix neuf ans, et il ne sait plus trop pourquoi il a poussé la porte de l'hospice, si ce n'est poussé, à l'instar de nombreux autres, par le besoin d'urgence. Il a laissé derrière lui les années d'errance et de vol, au profit de ses concitoyens les plus faibles. Ceux qui ont besoin d'être recousu, ou bien même alité, s'arrête dans l'établissement qu'il aide du mieux qu'il peut. Bien que nullement médecin, Bane a sût développer une science de la botanique, au contact d'un professeur émérite. Il sait maintenant comment préparer les meilleurs, comme les pires mélanges de plantes possibles. Sa connaissance ne s'arrête pas seulement aux plantes communes du royaume, c'est dire s'il a cultivé son savoir. Finalement, le gamin des rues s'est bien acclimaté. Il a bien grandit. Il n'est plus le même. Plus posé, plus érudit, il garde une joie et une force de vivre bien ancré dans ses veines, dans son sang, son tempérament.

Parfois il aide ses compatriotes dans diverses tâches, quand il n'est pas dans son laboratoire, installé dans l'ancien local où il avait voulu se terrer quelques années plus tôt. Ainsi, il lui est déjà arrivé d'être bateleur, ou bien tanneur, ou même sourcier. Grâce à sa connaissance des plantes il a déjà eu pas mal de succès avec ce dernier métier, sachant comment repérer les signes qui ne trompent pas.

Même si sa vie n'est plus aussi excitante qu'autre fois, il n'a pas à se plaindre, un toit sur la tête, à manger dans l'assiette, et un professeur, plus père de substitution que mentor.

Alabasta, 1619.

La vie peut être un sacrée garce parfois.



   
Informations IRL

• Prénom :
• Age :
• Aime :
• N'aime pas :
• Personnage préféré de One Piece :
• Caractère : Quelques mots pour vous décrire ? C’est toujours plus agréable de savoir avec qui on écrit...
• Fait du RP depuis :
• Disponibilité approximative :
• Comment avez-vous connu le forum ?


ONE PIECE REQUIEM ©