AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -30%
Maillot domicile du PSG saison 2020 / 2021
Voir le deal
62.97 €

Mille et un trésors. [PV : Lucia]

Jax Buchanan
Jax Buchanan

♦ Localisation : Grand Line - Royaume de Shishoku

Feuille de personnage
Dorikis: 750
Popularité: 0
Intégrité: 0

Jeu 23 Sep 2021 - 21:09

L’année 1625, des quatre coins des mers bleues, de gigantesques navires partent à la conquête d’une terre gorgée d’or. A bord de ces vaisseaux marins, des hommes, avides de richesses, d’aventures et de gloire, à la recherche de fortune. Qui n’a jamais rêvé de ces sous-sols mystérieux, de ces pyramides dorées remplies de trésors, d’une richesse soudaine qui se conquerrait au détour d’un corridor truffé de pièges mortels ? Qui n’a jamais souhaité voir la lumière d’une torche guidé ses pas, au cœur de l’île de Rhétalia, vers la richesse et l’histoire, des Mystérieuses Citées d’Or…

Tuuu-dududududuuu-tu-du-du ! ENFANT DU SO- OH LE GROS POISSON BISON ! JE LE VEUUUUUUUX ! Sur la proue du Flynt, le navire sur lequel notre protagoniste survolté avait embarqué pour sa prochaine aventure, trépignant d’excitation, Jax s’agitait comme un beau diable depuis bien des heures maintenant. C’est qu’il partait pour une sacrée aventure, il n’arrivait pas à contenir la joie le submergeant depuis leur départ du port de l’île de Bocca. Ce qui les attendait là-bas, rien que de se l’imaginer, son cœur battait à trois milles et ses membres tremblaient comme un vieillard atteint de cette fichue maladie de la tremblote sévère.
Tous les hommes et femmes présents sur le bateau baptisé le Flynt, en hommage à un célèbre explorateur et pirate des airs qui aurait découvert une île céleste renfermant le plus immense des trésors, voguaient tous ensemble vers Rhétalia. Unis et animés par un objectif commun, mettre la main sur les Citées d’Or et le trésor qu’elles renferment. Pour le Buchanan, un seul de ces trésors l’intéressait tout particulièrement, la Licorne d’Or ! Une licorne entièrement faite de ce métal noble, il fallait absolument qu’il mette la main dessus pour la déposer en décoration sur la future commode de la pas encore construite chambre de sa fille à venir, Aniès ! Une telle beauté dans la pièce, il imaginait déjà comment les premiers rayons de soleil passeraient au travers des vitres pour frapper la création, la chambre se trouvant alors illuminée d’un scintillement doré.

Très tape à l'œil, on adore, avait approuvé sa belle et douce guimauve en miel mauve, Lolita. Seul petit point noir dans ce tableau d’une exquise douceur, sa femme n’avait pas pu l’accompagner pour cette aventure. Tragique concours de circonstances, la pauvrine avait trébuché sur la carapace d’une tortue albinos et s’était tordue la cheville à trois reprises. Improbable, certes, mais extrêmement douloureux. Le petit cœur de Jax s’était déchiré en assistant à la scène et le masqué avait pleuré toutes les larmes de son corps de concert avec la blonde, qui de douleur pleurnichait comme un gosse venant de faire tomber sa glace trois boules chocolat, noisette et caramel.
Un repos forcé de plusieurs semaines pour sa moitié aux courbes affolantes, ils avaient donc dû prendre la décision de n’envoyer qu’une partie du supermorteldeouf binôme qu’ils composaient. Pour Aniès et pour Lolinette d’amour, Jax était donc parti pour l’aventure, des rêves pleins la caboche.

L’expédition était orchestrée par un homme dont il n’avait jamais entendu parler, mais qui semblait peser dans le milieu de l’exploration et la chasse aux trésors. Un certain Ouiliam Fips, un ancien officier de la marine devenu gouverneur royal  de la petite île de Bocca.


Mille et un trésors. [PV : Lucia] 8e4g


D’après ce que l’on dit de lui, le bougre serait issue d’une fratrie d’une vingtaine d’enfants, tous de la même mère, et il aurait réussi à élever son statut social en se mariant avec la riche commerçante et surtout nouvellement veuve d’un de ses camarades de guerre mort au combat. Un brave bonhomme capable de saisir les bonnes opportunités, le m’sieur Fips.
Âgé d’une soixantaine d’années, la pilosité blanche comme l’ivoire qu’il avait déjà récolté en masse lors d’une de ses nombreuses expéditions, l’immaculé était le ton dominant sur ses vêtements tous plus hors de prix les uns que les autres. D’or et neige, un mélange de couleur dans lequel il s’enveloppait qui lui donnait des allures d’être divin, une sorte d’ange tombé du ciel pour éclairer les pauvres humains vers la voie de la richesse et de la gloire. Un véritable phare qui ne se contentait pas d’éclairer que dans la nuit noire, mais continuellement. Un véritable exemple pour tous.

La peau marquée par les années s’entassant les unes sur les autres et un corps d’une fraîcheur déconcertante, capable de prouesses physiques rivalisant avec la jeune génération. Sa carrure ne laissait aucun place au doute, l’homme était bien conservé et le croire affaibli par la vieillesse serait une grave erreur. Visage sévère et concentré, un homme qui ne perdait jamais son objectif premier de vue, découvrir de vieux trésors qui lui permettraient de continuer à s’enrichir.
N’attend pas que le berry frappe à ta porte, l’argent ne se trouve pas en traversant le trottoir, telle était sa devise.
Une quinzaine de personnes à bord du navire, en plus de la dizaine de membres de l’équipage pour faire naviguer le bâtiment, le recrutement pour cette expédition de grande envergure avait été à la hauteur de la tâche. Jax exécutait le poirier sur une main, en équilibre précaire sur la proue, se poilant à chaque mouvement brusque menaçant de l’envoyer à la flotte. Vous êtes certains de votre choix concernant l’autre fêlé masqué, Capichef ? Ebouarbo Kawabunga, quartier-maître du Flynt, peinait à masquer ses réticences quant au choix de son capitaine concernant les recrues.

Une paille de fer coincée entre les ratiches, usées et déplacées tant par le machouillement quotidien de cette paille que les années passées en mer à se laver la dentition avec de l’eau et son index, Ebouarbo observait l’énergumène s’agitait, l’air perplexe. J’veux dire, il ressemble à un mioche qui aurait grandi trop vite, déguisé en citrouille humaine pour la fête des morts. On ne pouvait pas dire que le masqué inspirait confiance au marin à la peau plus rougeâtre que blanche, qui aurait préféré qu’un tel zigue ne monte jamais sur ce rafiot. Un p’tit tour sur la planche, direction les requins et on en jacte plus, z’en dites quoi Capichef ? Le richissime chasseur de trésors lui adressa un regard plus sombre que le fond des océans, tuant l’idée dans l'œuf, au grand dam d’un Kawabunga qui haussa les épaules, résigné.

TERRE EN VUUUUUUUUUUUUUUUE !
Ouaaais ! Terre en vue ! Que tout le monde dézergue la bouscanière ! Jojo, archemuse les nolinettes ! Pietrachka, lève le grand drap ! Quilo, tend le biso cap tribord de droite !


Et tout ce beau monde s’activait, pas sous les ordres improbables du jeune révolutionnaire extrémiste non, sous la voix rocailleuse et grondante comme le tonnerre de leur Capitaine, qui beuglait suffisamment fort pour couvrir les conneries déblatérées par Jax.

Le présumé borgne ne quitta jamais la proue du Flynt, pas avant que le navire arrive au port et que Monsieur Fips sonne le débarquement.
Page 1 sur 1