AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-43%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS – Machine à café dosette SENSEO Original HD6554/53 + 64 ...
39.99 € 69.99 €
Voir le deal

De nouvelles ailes pour aller plus haut encore

Kardelya Koshin
Kardelya Koshin
Excuse de la Guerre
♠ As de la révolution ♠

♦ Localisation : Winter Island
♦ Équipage : Les Libérateurs

Feuille de personnage
Dorikis: 5285
Popularité: -230
Intégrité: -130

Mar 16 Nov 2021 - 23:27

Après Winter Island, j'avais vraiment besoin de souffler un peu: mine de rien, j'ai enchaîné de grosses opérations avec Ragnar et nos différents alliés et ça s'en ressent sur mon corps et mon esprit. En même temps, j'ai accumulé tellement de blessures au fil des batailles récentes que je crois que mon corps me hurle de plus en plus de calmer les choses.

C'est en partie pour ça que je suis partie en solitaire, avec mon petit équipage, sur une île annexe, pour décompresser, marcher, réfléchir, me reposer... bref faire autre chose.
Avec un déguisement sommaire (longue veste marron, tricorne rouge foncé sur la tête, avec une longue perruque noire frisée), je laisse quartier libre à mon équipe, chacun s'éparpillant à ses affaires.
Pour ma part, je vais commencer par flâner le long des quais un petit moment, sans chercher à me presser.

Les courbatures accumulées se calmant peu à peu, je profite de me fondre dans la masse pour me détendre pleinement: je sais qu'une prime de 63 millions, ce n'est pas grand chose sur le Nouveau Monde, mais je préfère ne pas prendre de risque non plus à me balader sans rien pour camoufler mon identité. J'ignore si mon rôle de bras droit d'un siège du Conseil du Dragon est connu des autorités, mais je me doute très clairement que ma capture serait un gros coup à jouer pour eux, afin de déstabiliser la Révolution.

Perdue dans mes pensées, je bloque un moment sur une des places de la petite ville, voyant une devanture un peu plus loin... un armurier...
Hum... Je peux peut-être offrir un petit "lifting" à Menteuse, après toutes escarmouches que j'ai faite avec elle: je l'ai sans doute délaissée un peu. Même sans être une experte de l'épée, je sais qu'il y a quand-même un semblant d'entretien à maintenir.

Je rentre dans la boutique, adressant un signe de tête au marchand, seul à son comptoir.

- Bonjour, je viens pour faire entretenir mon épée.

- Bien sûr madame! Amenez-moi donc votre lame, que je vois ce que je puisse faire.


Je retire Menteuse de ma ceinture, sous ma veste, pour le poser sur le comptoir et le commerçant pousse bien vite un petit sifflement admirateur:

- Ouah, quelle arme magnifique! Ça jure énormément avec votre tenue par contre.

Je rigole doucement, tout en détournant la tête vers les râteliers environnants:

- Oui, on me le dit souvent, mais bon, je fais avec!

Je vois du coin de l’œil l'armurier sortir Menteuse de son fourreau, l'analysant sous tous les angles avec dextérité: je sais que la catégorie d'arme de cette épée fait qu'elle résiste plus que la normale, mais bon, ça ne me coûte pas grand chose de vérifier son état de temps à autre.

Je regarde sans trop faire attention les armes exposées, mais rien de bien extraordinaire: elles sont toutes entassées dans des caisses au final et les armes en râteliers sont belles, mais ne suscitent pas spécialement grand intérêt.
En vrai, je me retrouve, comme parfois, à me dire que mon style de combat a du mal à trouver résonance avec Menteuse. Je la garde avec moi, parce que ça reste une bonne lame et que j'ai appris à m'en servir correctement, surtout avec mon fruit du démon, mais après avoir vu pas mal de combattants au fil de ma vie, surtout les épéistes, je me dis qu'il y a tellement de manières de se battre que je pourrais "optimiser" d'avantage ma façon de combattre.
Mais bon, pour ça je devrais tomber sur l'arme "parfaite", dans le sens où je saurais encore mieux l'exploiter que Menteuse et...

En faisant mon troisième tour de magasin, mon regard dérive vers le plafond... et je remarque deux accessoires bien... "exotiques" dans un espace exclusivement rempli d'épées.
Deux grands éventails sont accrochés en haut d'un mur, à coté de quelques affiches présentant des paysages assez aléatoires et colorés. Je hausse un sourcil, en remarquant les jeux de lumières sur les brins de l'éventail, qui... réfléchissent les rayons de soleil crépusculaire?

- Hum... Excusez-moi, mais... ces éventails... ils sont en métal?

Je me retourne vers le marchand, qui avait déjà fini son examen de Menteuse, l'ayant remis dans son fourreau. Il lève la tête vers les deux éventails, avec un léger sourire:

- Ah vous avez bien déduit; ils sont fait de cuivre en fait.

- Oh... C'est étrange comme décoration en tout cas, ça détonne énormément du reste du magasin: c'est votre femme qui a choisi de les exposer ici?


Il bloque un moment sur ma question, avant de pouffer de rire en balayant l'air de sa main:

- Oh non, ce n'est pas de la décoration et c'est moi qui aie choisi de les mettre en magasin: ce sont des épées, comme tout le reste de mes articles.

Là, c'est moi qui bloque, mon regard allant des éventails aux épées dans les râteliers à plusieurs reprises.
Ricanant de plus belle devant ma claire confusion, le vendeur récupère petit escabeau, pour récupérer les deux "épées" en cuivre et les poser sur un comptoir à coté de moi, me faisant signe de m'approcher.
Ne sachant pas clairement s'il se moque de moi ou pas, j'observe plus attentivement les deux objets... et mine de rien, plus je les regarde et plus des choses m'interpellent...
Un coté des éventails est bien plus grand que l'autre et il y a comme une grande poignée au bout de l'éventail, chose que je n'avais encore jamais vu dans ce genre d'objet, en ayant parfois vu chez les nobles, surtout à Goa.

- En vrai... plus je le regarde et plus il me semble différent d'un éventail ordinaire...

- C'est vrai qu'il fait plus "grossier" qu'un éventail de Geisha, semblant plus lourd et irrégulier, mais comme je vous l'ai indiqué, ils ont quelques particularités...


Tout en me parlant, il prend un des éventails en main et commence à le refermer tordant la poignée dans un léger claquement, avant de reposer à coté de l'autre éventail et là je reste songeuse un moment... avant de réaliser:

- Mais... on dirait un cimeterre maintenant!

Je saisis doucement les deux objets, l'épée à lame courbe dans la main gauche et l'éventail dans la droite, les soupesant distraitement un temps, avant de les observer plus attentivement:

- Je n'avais encore jamais vu des armes pouvant changer de forme comme ça... C'est vous qui les avez forgées ou elles viennent d'ailleurs?

Il croise les bras en secouant la tête, observant une des affiches à coté desquelles étaient posées les éventails:

- Ah non... Ce duo d'armes vient d'un de mes anciens voyages, lorsque j'avais encore la passion du voyage, il y a près de douze ans.
Je les avais trouvées dans un champ d'épaves à deux îles de la légendaire île de Wanokuni, dans un coffret. Je me suis renseigné petit à petit sur elles, pour découvrir une mystérieuse légende sur ces armes; Chinoha et Riken.


- Wanokuni... J'en ai vaguement entendu parler... après je ne suis arrivée que récemment sur le Nouveau Monde, où cette île se trouverait...
Et... quelle est cette légende? Et ces épées ont un nom?


Il rigole doucement, en pointant le duo d'armes d'un signe de tête:

- C'est ça: un éventail s'appelle Chinoha et l'autre Riken. Ce seraient les noms donnés à deux jumeaux nés durant une grande guerre ayant fait rage à Wanokuni il y a des décennies de cela.
Leur mère, une geisha de l'île, les aurait appelé ainsi, pour faire référence aux massacres interminables ravageant l'île, notamment le fait que l'atmosphère aurait empesté le sang et la mort. En combinant les prénoms, on obtient "Chi no Hariken", signifiant "Ouragan sanguin" en ancien dialecte de Wanokuni.


J'ai un léger sourire en coin, en pouffant légèrement de rire:

- Très poétique comme nom...
Mais... c'est quoi le rapport entre ces évent... ces épées et une servante de Wanokuni?


- Eh bien c'est justement la guerre dans laquelle ses deux fils aurait vus le jour. Cette servante aurait refusé de voir ses enfants grandir dans cette île pourrie par la guerre et aurait voulu y mettre un terme, pour leur bien.
Elle aurait demandé à son oncle forgeron de lui forger des armes indétectables, pour lui permettre de s'infiltrer chez un seigneur local. Ce dernier faisait de juteuses affaires avec la guerre, en vendant des armes aux deux camps, alimentant le conflit, mais personne ne réussissait à s'approcher de lui, pour l'abattre et arrêter ses magouilles par la même occasion.
La geisha se fera engager auprès de ce seigneur, "armée" de ses deux éventails et elle passera des semaines à essayer de gagner les faveurs du propriétaire de la demeure, lourdement protégé. Elle enchaînera les prestations auprès de la personne qu'elle hait le plus, pour le rôle de favorite parmi les geishas du domaine. Chaque jour passant ne faisait alors qu'amplifier sa rage et son impatience de mettre fin à cette guerre ruinant l'avenir de ses enfants.


- J'imagine bien ce qu'elle devait ressentir... si proche de son bourreau et pourtant si loin...
Hum... et elle a pu avoir sa vengeance?


- J'y viens, j'y viens.
Finalement, elle sera parvenu à avoir le rôle de favorite, au plus-proche de ce seigneur... et vous devez vous douter que la rage accumulée tout ce temps n'a pas tardé à exploser.
Elle aura égorgé le destructeur de son pays à la première occasion et elle se sera déchainé sur son corps avec férocité. La garde rapprochée n'aura rien pu faire face à cette femme déchaînée, qui se sera mise en tête de massacrer le plus de gens possible, dans une danse sanguinaire et mortelle dont elle ne réchappera pas non plus. Elle finira par mourir au milieu d'un océan de cadavres et apparemment, la feuille des éventails, d'un blanc immaculé à leur conception, se serait tellement couverte de sang qu'ils auraient acquis ce rouge carmin pour l'éternité.


J'observe plus attentivement les feuilles, ayant du mal à savoir si cette légende était vraie ou pas, mais en tout cas elle était fascinante... et en vrai... ça donne un intérêt supplémentaire à ces armes pour moi.
Je tourne légèrement la tête vers Menteuse, sur l'autre comptoir, avant de revenir au duo d'éventails...

- Hum... Et ils couteraient combien?

Le commerçant écarquille les yeux, restant muet un temps:

- Que... Hein?!? Eh bien... 12 millions, mais je...
Erm... Désolé, j'ai disjoncté un moment! C'est à dire que... cela fait tellement que je les ai en rayon, que je finissais par me faire à l'idée que ça resterait à jamais de la décoration en arrière-plan...


Je réfléchis un moment, avec les deux armes dans mes mains, me replongeant plusieurs années en arrière, lorsque j'étais encore noble, avant de repenser à tout ce que j'ai fait au sein de la Révolution...
Peut-être que si j'étais resté à Goa avec ma famille...

- Hum... Eh bien peut-être que je pourrai leur donner une occasion de briller autrement que sur un simple présentoir...

Après un peu de marchandage, je fais mes adieux à Menteuse, le laissant dans cette boutique, me sentant cependant sacrément légère au niveau finances... Je ne saurai dire si c'est un achat impulsif, sans avoir vraiment réfléchi... mais j'ai quand-même une petite voix dans ma tête me disant que je saurai rentabiliser cet achat...
Après, à voir si je me battrai au milieu d'un ouragan de liberté... ou de guerre... seul l'avenir le dira...
https://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#https://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
Page 1 sur 1