Le Deal du moment : -38%
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
Voir le deal
27.99 €

La Salsa du Cochon !

D'envergure pachydermique, le phacomochère est une créature qu'on juge rapidement du type porcine à fourrure, avec des défenses de phacochères mais deux paires et une mâchoire qui ne rougit pas face à un broyeur industriel. En plus de ça, et Max l'a bien senti à plusieurs reprises, l'animal a des espèces de plaques osseuses qui lui forment une armure éparse en gruyère sur tout le corps. L'animal est blessé, pour que vous le sachiez et saigne abondamment mais pas grâce à votre forbans adoré, hélas. On apprendra un jour, ou pas, que cet animal se balade normalement en meute dans les coins reculés de l'Amerzone... mais celui-là, pour des raisons qu'on ignore, est isolé du reste des siens et blessé à se balader dans la mangrove. Se "ballader", n'est-pas, puisque l'animal charge au pas lourd en zig-zag, va et vient en déforestant la mangrove sur son passage, laisse des grandes routes d'arbres écrasés sur son passage. Et les arbres bondissent en tous sens lorsque passe le phacomochère ! Max est un vrai gars, un mec qui ne cède pas et donc, à la première charge du monstre, il charge en retour !
Là, il se relève avec un bras qui pend inerte et sans vie... en appui sur des jambes fléchies, l'une plus que l'autre ; un éternel sourire carnassier au visage ! 

Nous sommes dans la boue et au loin, on entend des moustiques géants, ça pue, ça sent... le pétrole presque tant les marécages de glaise sont sales ici ? Les crocodiles sont un problème aussi... et rôdent dans une eau dense comme sirop et du même gris-marron d'un jour de pluie. Pourtant, à travers les quelques espaces que la cime en boule des arbres permettent, on voit un soleil blanc qui irradie violemment ! Le décor en devient presque mystique, surnaturel... ça pourrait être un cauchemar excitant mais l'odeur rappelle à la réalitée. Son nez pointu de toute façon tordu en angle droit et en sang, le forban ne sent plus rien ! Bien content d'une pause malgré qu'il ait mal comme un chien, à bout de souffle et irrégulier, Max admire ce noble animal. Regardez-le qui prend appui sur ses deux pattes avant pour envoyer, d'un gracieux déhanché, son gros cul au travers d'une cabane en bois de cagette sur pilori ! Les locaux ont vite sorti les armes à feu pour mitrailler la bête mais les balles ricochent sur sa cuirasse velue ! Dès fois ça touche, bien sûr mais... quoique mourant, l'animal agit au mépris de quelques balles dans le bourlet... ou de quelques crocodiles qui se font trainer en refusant de lâcher l'étreinte de leurs crocs !
Ce cochon est un titan... Max approche à pas lent, de la boue marécageuse jusqu'à mi-cuisse et un essaim de bestiole tout autour de lui. Il crache un dent dans la boue et plante ses yeux dans le flanc de l'animal, ce dernier soudain occupé à croquer une petite colline de tonneaux d'alcool empilés les uns sur les autres pour être stockés là. 

Pas trop con, quelqu'un tire dans l'alcool et génère une envolée de flammes ! L'alcool aidant, en un rien de temps, la scène prend feu comme on lève le rideau ! Rien qui puisse inquiéter une mangrove aussi rude et humide mais, niveau éclairage, il y avait soudain quelque chose d'infernal à la scène. Le phacomochère a pris panique au feu, hurle aussi fort qu'un orage et reprend ses charges folles ! Pire que tout, il se roule en boule et se couvre de boue pour se prémunir des flammes ; malin mon cochon ! Ça y est, s'en est trop, Max n'en peut plus... il veut chevaucher ce monstre mythologique et charger ces ennemis à dos de cette cavalerie lourde de cinq cent kilos facile. Max "La Menace" Diabolosse à dos de phacomochère ! Le rêve d'une vie qu'il vient de découvrir ! 
Ça va être rodéo avec un seul bras. 
 
Le pirate s'élance et bondit là où passe le gros cochon. Ça ne manque pas : le pirate s'accroche de toutes ses forces à une plaque osseuse... et le bestiau, lui, s'agite comme un taureau lors du rodéo mais ne charge plus sur les locaux. Max peine à tenir d'un seul bras ! Et ses tentatives pour s'accrocher avec les pieds sont infructueuses ! Les tirs continus et, trouvant un morceau de chair exposé entre les plaques osseuses, Max vient y planter ses dents ! Il repose vite son bras puis le lance vers une autre prise et réitère la méthode... jusqu'à avoir gravi la bête et à se tenir dessus... façon rodéo ! Lorsqu'il aura pris ses marques sur le phacomochère, et bien... à quoi ça peut bien pouvoir servir de chevaucher un cochon vénère ? Un carnage épique !
Pour l'instant, Max subit l'extase d'un gosse dans les montagnes russes, à la différence prêt qu'il n'a pas de ceinture et doit se tenir d'une seule main et de ses crocs ! 
    Après moult péripéties, Kuro est là. Sur l'Amerzone. Et pour une personne qui aime la propreté comme la mini-pirate, cet endroit avait tout de l'Enfer. Déjà tout était dégoûtant au point que même la crasse y est recouverte de saletés! Rien ici n'est conforme à la Kurotorité! Et c'est pour l'avoir fait un peu trop remarqué au goût des habitants de Feetown que la pistolera s'est retrouvée bannie ici, avec les glaiseux, qu'elle évite d'approcher. Parce qu'ils sont bien gentils, mais ils ne sont pas propres. Et avoir des potos crados, c'est pas le Crédo à Kuro. Bref, difficile pour le petit brin de femme de vivre ici. En fait, son but, gagner assez de pognon pour se tirer de ce bourbier géant!

    Heureusement, les moustiques géants de l'île n'importunaient pas la musicienne. Mais tout le reste de l'environnement semblait n'être qu'un vaste complot pour pourrir la vie de la pirate. Et notamment quand un phacomochère décida de rentrer dans le petit chez elle que Kuro avait réussi à s'aménager au prix de mois d'efforts, son sang ne fit qu'un tour. Elle sortit se flingues et tira sur l'animal et le traitant de tous les noms d'oiseaux qu'elle connaissait.

    "Canard! Pélican! Urubu!"

    Malheureusement, les tirs frénétiques de la snipeur ne faisaient pas grand mal au porc géant. Hormis l'énerver d'avantage! Elle fut même chargée à plusieurs reprises, mais, l'expérience de combat de la quart de portion lui permit d'esquiver sans mal la bête. Et c'est alors qu'elle remarqua qu'il y avait quelqu'un sur le bestiau! C'était donc un rodéo! Et dans ces cas là, il n'y a qu'une chose à faire!

    Jouer de la musique country!

    Kuro se précipite donc vers les débris de son habitat et récupère son violon! D'un bond digne de ses dorikis, elle se percha sur une branche et commença à jouer une ritournelle bien rythmée! Tout en encourageant le cavalier! Celui du phacomochère, pas le pirate primé.

    "Hiyaaaaaah!"
    • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
    • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon
    " Hiyaaaaaah ! "

    Un peu de musique pour allez avec le rodéo ! Et bien sûr, pour crier ainsi, il a dû lâcher prise... littéralement, au moment de sortir ses crocs d'un coin exposé de chair à même la nuque du porcin... mais aussi dans un sens un peu plus philosophique ! Lâchez prise, se laisser possédé par le démon de la country ! C'est la Salsa du Cochon ! Dans l'ambiance, directement, Max ne s'accrochait que d'une main à une touffe de poile sur le crâne de l'animal... et a fièrement planté ses deux pieds comme une paire de drapeaux sur les plaques osseuses de l'animal. Jusqu'à réussir à s'y encastrer en se servant des irrégularités de son armure naturelle comme étriers. Ca fait chaud au coeur ! Sérieusement ! Combien de fois par jour notre pirate fait des trucs cools du genre... parer des épées avec les dents ?! Se battre au mépris de montagnes de douleurs ?! Hurler à l'orage sans autre raison comme on hurle au voisin bruyant des gens depuis la nuit des temps ?! Le plus souvent, pour tous les trucs cool qu'il fait, Max n'a le droit qu'à des cris, des insultes, des pleurs, des reproches ! Dans toute sa violence, néanmoins enfant, Max ne fait que partager ce qu'il aime le plus au monde ! A sa manière... lui qui aime casser des gueules autant que de se faire casser la sienne ! Le mieux, c'est encore quand on se casse mutuellement la tronche avec le sourire ! Et trop souvent, il est comme un enfant tout fier qui est très frustré que son chef d'œuvre choque toutes les grandes personnes autour de lui alors que ça devrait les émerveiller. 
    Alors de se dire que les tirs ont cessé pour le laisser faire son rodéo après des maisons cassées ? Qu'on en est à jouer de la musique pour l'encourager ?! 

    Ému comme si peu de fois dans sa vie, trop pris physiquement par l'animal pour se permettre de pleurer pour autant, il se fait une quête impérieuse que de finalement dompter ce gros cochon au nom de la populace locale ! Qu'on chante sa légende pour dix générations ! Et une fois le chochon pris, quelle joie ce sera de le chevaucher d'île en île et... de le manger un jour, probablement... ? Là tout de suite, Max tâche d'épouser de ses brusques déhanchées les secousses de l'animal qui lève sa croupe puis sa gueule pour faire balancier. Et, mine de rien, l'air de rien, le cochon géant se débat au rythme endiablé de la country désaccordée de la p'tiote qui joue du banjo là-bas ! Au final bien blessé et bien plus fatigué et encore bien plus triste encore... l'animal perd de sa vigueur à vue d'oeil. Forcément, les tirs ont cessé, il y a même de la country pour l'apaiser... malgré tout, la bataille a encore duré quelques longues minutes de plus mais à ce point-là, on ne faisait guère plus que de danser pour la forme ! 
    Max a senti que l'animal lâchait prise, peu heureux de la situation malgré tout. Certes, ce n'est pas un "sentimental" mais... il aurait un don pour sentir les créatures avec qui il se bat quand il se bat au moins un peu sérieusement avec eux. On en sait tellement sur quelqu'un à sa manière de frapper, sur un animal à sa manière de griffer ou de mordre. 

    Un peu vénère quand même, confus du goût amer de sa victoire qui lui a laissé le corps en charpie, il reste tétanisé par l'effort et figé dans une position de cavalier -de gros cochon géant-, tout en tension. Et il respire aussi bien que ma dernière phrase avant celle-ci. Lui-même doit tourner des pupilles sans pouvoir tourner la tête pour observer les locaux, assailli de crampes de la tête aux pieds. Littéralement, jusqu'aux muscles de son front ont des crampes visibles après le rodéo ; et toujours un bras dans le sac qui pend dans le vide, inerte. 

    " C'EST MON COCHON MAINTENANT ! " Hurle Max avec une joie furieuse, bondissant hors de sa posture pareille à un diable sortit de sa boite, simplement debout sur l'animal meurtri qui pique une sieste en ronflant. Et il a le corps penché en avant parce que... c'est son cochon à lui et rien qu'à lui, il faut que tous le sachent ! " Je vais pas le manger tout de suite, faut d'abord que je le chevauche un peu à travers les îles. " Max croise les bras en même temps que son ventre gargouille, lui qui parlait à tous ne se parle plus qu'à lui-même, l'air de réfléchir très fort. " Mais si je mange pas de cochon, je mange quoi, du coup ? "

    Aucun rapport mais où est la p'tite joueuse de country ? Max la cherche activement du regard en faisant un pare-soleil avec sa main.  

    " Toi là ! La p'tite joueuse de country mignonne à croquer ! " Et son air carnassier ne ment pas, ça n'a rien de pervers, il le pense au sens littéral alors que son ventre continue de gargouiller " Moi c'est Max La Menace Diabogosse et j'ai un gros un cochon. " Max en est fier et pas qu'un peu, sachez-le ! " C'est un bien beau cochon ! Il est très gros, très fort et très bon ! Et mon cochon, il aime beaucoup ta musique. Et toi, tu le trouves comment mon cochon ? Tu voudras monter dessus quand il sera réveillé... ? D'accords mais je prévois de faire payer le tour de cochon en nourriture. " 


    Max parle suffisement fort pour que les glaiseux l'entendent ! Et que certains, peut-être, attirés par la promesse d'un tour de cochon... viendront nourrir sa seigneurie sauvage ! Avant que ce dernier ne se mette à croquer ?!
      Ha! En voilà un qui sait comment on parle à Kuro de Kuro! Pensa la mini-pirate quand Max la désigna comme La p'tite joueuse de country mignonne à croquer!". C'était évident d'un autre coté. Les Glaiseux étaient, et seront toujours, couverts de ce mélange peu ragoutant de boue et d'argile. Bref, pas des gens que la pistolera qualifierait de mignons. En fait, personne de sain d'esprit ne le ferait. Comme personne de sensé n'irait chevaucher un sanglier géant. Mais c'est une autre histoire. Non, en fait si, c'est bien de cette histoire dont il s'agit. Mazette! Si même le narrateur se fait contaminer par l'esprit dérangé de ces deux loustics…

      Kuro est donc sur son perchoir, à observer la scène en contrebas. Méthodiquement, elle range son violon dans son étui et d'un saut majestueux, elle se prépara à rejoindre l'homme qui l'avait appelé. Sauf que tous voyaient que la petite n'y arriverait pas. La musicienne allait tomber dans le marais c'était certain! Et pourtant, d'une série de petits rebonds graciles, elle finit par se trouver aux coté de Diabolosse sans encombres. Comment ce miracle avait-il pu avoir lieu? C'était tout simple en fait, du haut de son piédestal arboricole, Kuro avait vu quelques racine affleurer la surface de l'eau. Chose qu'on ne peut deviner au niveau du sol.

      C'est donc en soignant son entrée que la primée rejoignit le légendaire dompteur de cochons.

      "Coucou Max La Menace Diabogosse et j'ai un gros un cochon. Kuro est Kuro, mais toi, ton nom est drôlement long! Tes parents le savent au moins? Oui? Non? Kuro s'en fiche! C'est trop long! Il devrait y avoir une loi contre ça! Mais y'en a pas! Même dans la Kurotorité le cas n'est prévu! Tu te rends compte? Oui? Non? Kuro t'appelle Max, maintenant. Max c'est bien. C'est court. C'est conforme à la Kurotorité. Parfait!"

      Puis soudain, Kuro se fige. Penche la tête à droite, cligne deux fois des yeux. Puis à gauche et fait la même. Pour revenir à droite et… cligner deux fois des yeux avant de poursuivre comme si rien ne s'était passé.

      "Comment Kuro a trouvé le gros cochon? Bah… il n'était pô très bien caché, alors c'était facile! Mais Kuro ne veut pô monter sur un goret crado. Il faut le laver avant. Pourquoi? Parce qu'il doit être conforme à la Kurotorité. Tout devrait être conforme à la Kurotorité! C'est comme ça et puis voilà! D'ailleurs, toi aussi Max t'es tout sale! Il faut faire tes abductions! Quoi? On dit ablutions? C'est exactement ce que Kuro à dit!"

      Mais d'un autre coté, elle venait enfin de rencontrer quelqu'un qui appréciait son physique et sa musique, alors elle se dit qu'elle devait peut être mettre de l'eau dans son vin, même si c'était contraire à la Kurotorité. Alors, elle eut un plan génial pour amadouer le Max sauvage. L'appâter avec de la nourriture.

      "Yo Max, tu as faim? Tiens, c'est pour toi."

      Elle venait de sortir d'un poche intérieure un petit sachet contenant sa dernière barre aux céréales et aux fruits secs.
      • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
      • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon
      " Mairchi. " Lâche Max alors qu'il vient d'arracher sa dernière barre aux céréales et aux fruits secs aux mains d'une gamine, sans complèxe. Sans même prendre la peine de défaire l'emballage, le pirate la jette dans sa gueule avec un air peu convaincu. 
      Il apprécie l'attention mais... heu... Max aurait dévoré le gros cochon qu'il vient d'abattre pour le gouter, en fait !


      Alors la barre de céréale le laisse carrément sur sa faim, au point que son ventre gargouille encore à la même intensité. Et grogne même un peu plus, son estomac réagit presque comme un être à part ! Pour tenter vainement d'apaiser son estomac, Max se caresse le ventre avec un air peu satisfait. 
      Malgré tout, un sourcil arqué et le sourire peu appuyé, donc peu carnassier... fatigué, surtout. 


      " Bon ! Court-Haut ! " Le forban croise les bras, sérieux et forcé à la sobriété par l'épuisement, ses blessures aussi mais... enjoué quand même ! Max est beaucoup de chose... c'est surtout quelqu'un qui tient sa parole. " J'ai promis un tour de cochon contre de la nourriture et je tiendrais parole ! "


      Bah ouais ! S'il refuse le tour de cochon géant à la petite, les autres glaiseux iront pas lui donner de la bouffe alors... ouais, même si ça saoule de devoir laver le cochon, faut le faire. D'ailleurs, plus il y réfléchit, plus Max trouve l'idée sympa alors il se lance. 
      Parce que... plus il y réfléchit, plus Max s'embrouille et se masque d'un visage frustré de confusion.



      " Me rapelle plus comment je suis arrivé là ou même c'est quoi comme île mais... je crois comprendre que l'île s'appelle la... " Peu éduqué mais du genre à causer, Max sait bien que très souvent, la façon dont on prononce le mot a autant de sens, sinon plus, que le mot en lui-même. L'intonation et tout et tout. Ravie d'avoir été accueilli de la sorte par les habitants de la Kuroritée, Max en prononce les mots avec aplomb et passion, se tend même dans un ersatz de garde à vous ! 
      C'est que Max, particulièrement violent et aggressif et dominateur et compétiteur et sadique et tout... est surtout quelqu'un d'intense qui aime les gens intenses !



      " ...La Kuroritée ! " Faut avouer que rien qu'à le dire comme le dit la p'tite, ca donne déjà du peps ! Y a des mots magiques comme... les mots magiques du côté obscur de la grammaire, ce sont les insultes et grossièretés. Du côté lumineux, ce sont les mots comme... Yeah ! Hiiiiiiiyah ! Booyah ! WHOU LAITE ZE DOG OUT ? OUH ! OUH ! OUH ! " ...et comme je vois rien qu'à ta façon de bouger que t'éclates tout le monde autour, ça veut dire que toi, Court-Haut, t'es la p'tite chef de la Kuroritée. Bon, la Kuroritée me donne à manger et me joue de la musique alors... okay, on va laver le cochon s'tu veux. "


      Bref, la petite est très  énergique et ça fait plaisir ! Sa pêche est communicative ! Au point pour Max d'en oublier qu'il a faim et de se dire, qu'au fond, qu'a-t-il de mieux à faire que de laver son cochon ? Comme pour marquer sa détermination, Max tape du pied dans son cochon ! Toujours bras croisés, il s'agace de manière immédiate et visible lorsque son cochon, au lieu de lui obéir, grogne et continue de se prélasser avec paresse dans la boue. 
      Furieux, Max tape du pied à répétition jusqu'à ce que, d'un gémissement grogné qui évoque le râleur au réveil, le phacomochère se lève enfin sous le regard satisfait et fier de son maitre paternaliste.


      " Bon ! Moi, je veux bien faire un effort pour la Kuroritée... et la jouer cool et tout... mais moi, j'ai pas trop envie de me laver parce que la Kuroritée l'exige, tu vois. C'est non c'est niet c'est mort, je refuse ! Pas question de me laver... namého ! C'est quoi ces sornettes ? " 
        "Meuh, non, idiotbête! Ce ne sont pas des sornettes, c'est la Kurotorité!" répondit Kuro doctement comme si elle s'adressait à quelqu'un de particulièrement stupide. "Et la Kurotorité n'est pas un pays, même si ce serait super méga giga cool. Nan, la Kurotorité, c'est plus… heu…tu vois… heu… quelque chose comme… voilà, et c'est trop bien!"

        En espérant que les arguments les plus inexistants de Kuro aient pu convaincre Maxence du bien fondé de la Kurotorité. Mais le petit brin de femme ne s'arrêta pas là.

        "Mais si tu ne veux pô te laver, c'est pô grave! Faut jute pas toucher Kuro!"

        Est-ce que la pistolera faisait des concessions? Oui. Elle appréciait l'homme en face d'elle, donc, elle respectait donc son choix. Mais le plus dur était encore à faire. Dans un pays où le litre d'eau claire vaut plus cher que celui de rhum, comment rendre Grocochon conforme aux nomes de la musicienne?

        "Bon, Grocochon, tu peux te laver seul?" demanda-t-elle au sétacé qui répondit d'un grognement. "Ben non, évidemment, t'es un cochon!" continua Kuro comme si elle avait compris ce que le porc venait de dire."Ho là là, en plus t'es tout abimé!" fit-elle en voyant les blessures. "Kuro ne veut pô chevaucher un cochon d'occasion! Il faut remettre Grocochon à neuf!" En entendant ça le pécari gémit pour marquer sa protestation. "T'inquiêtes pô, on va faire ça bien. on va faire appel à un vestimentaire. Non, c'est pô ça. Un ver de terre?"

        "Un vétérinaire!" beuglèrent les glaiseux.

        "Oui, c'est exactement ce que Kuro a dit! Un médecin pour les animals! Voilà!" Puis elle se tourna enfin vers le propriétaire du verrat. "Allez, Max, tu viens? Et toi, Mais oui, Grocohon, tu viens aussi." ajouta-t-elle sur le ton de l'évidence.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
        • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon
        Une brave bête que Max, après son rodéo, fait démarrer d'un simple coup de talon un peu énergique. Le pas lourd, pataud et fatigué, le cochon avance péniblement mais sans défaillir ni ramollir. A son rythme de croisière, l'animal parait nager car de la glaise le recouvre jusqu'au niveau de l'épaule ; on ne voit absoluement pas ses pattes. Malgré sa crinière iroquoise de sioux et ses plaques osseuses, l'animal qui a encore pied emprunte de sa nonchalance décomplexé à l'hippopotame. Cet animal ne fait que suivre la direction imposée par son nouveau maitre : par instinct, il comprend que la direction dans laquelle est donné le coup est la direction à suivre. Ainsi, il suit la direction donnée.
        Le pirate, lui, ne fait que suivre humblement la direction offert par les glaiseux. En revanche, il n'a absoluement rien écouter des détails du genre "tourne à gauche après le troisième tas de merde" qu'ils ont offerts avec.


        Dans sa tête, lui qui sait bien être un "idiotbête"... même si heureux de l'être parce qu'être intéligent, ça a juste l'air tellement chiant... il s'est dit que la p'tite chef Court-Haut de la Kuroritée allait écouter l'itinéraire et le faire partager ! Au final, Max s'en fout un peu puisque quelques glaiseux ont monnayés des bonbons, des croquettes pour chiens et chats ainsi que de la nourriture non-identifiée contre un tour de cochon jusqu'au vétérinaire.
        Kuro affiche une drôle de tête face à la nourriture non-identifié ! Alors poliment, Max compte bien l'ingérer. 


        Problème ! Il n'a qu'un bras valide et celui-ci sert à tenir la crinière du gros cochon comme on tient le guidon d'un avion.


        " J'ai la main un peu prise là, un volontaire pour me filer la bouffe assaisonné aux mouches ? " Max le dit, lui-même un peu écœuré puisque des mouches, mortes ou vives, empeste le plat. Quoique dégouté, il a un sourire de gamin en se disant que ca va être sacrée expérience de manger ça ! En plus, d'après les glaiseux, c'est un ragout de reste à la gnôle et ça a une odeur... révoltante. La simple existence de quelque chose d'aussi dégueulasse est un scandale sanitaire.
        Néanmoins, tout sourire, Max se réjouit d'avance car... il en a bouffé des choses pas nets mais... jamais chelou à ce point-là ! 


        On verra qui se dévoue mais en attendant, les yeux vers la direction, Max a des questions pour Kuro ! 


        " Ku.. ro... torité... " Max le dit avec lenteur et application, articule comme un enfant mal doté pour la parole chez l'orthophoniste. Lorsque la petite lui confirme que c'est bien ça, le forban s'empli de joie et de fierté comme un enfant après des devoirs exécutés dans les règles de l'art. Bon, il ne sait pas trop ce qu'est la Kurotorité et ne saurait certainement pas l'écrire mais... voilà, et c'est trop bien. " Alors hein ? C'est qui l'idiotbête ?! En tout cas... Max la Menace Diabolosse est une tronche ! Par contre, c'est important alors je te pose la question... " 


        Au final, Maxence ne va pas se compliquer la vie et prend les gens comme il les sent... littéralement. Alors que Kuro n'est pas si loin de lui, à l'avant du cochon géant, le blondinet s'allonge le coup en biais pour la renifler ; sans la toucher comme elle l'a demandé. Elle sent bon malgré la crasse autour, elle sent... rigolo... ? Bref, Max la sent bien !
        Par contre, la question est très sérieuse parce que... Max est très curieux.

        " Max La Menace Diabollosse veut savoir ce que la Kurororitié pense de la violence, de la baston et de la passion ! Je dois, heu... " Max se sent ridicule et ça se voit qu'il est hésitant parce que... il invente son truc à lui pour faire face à la Kurororité mais... il comprend bien que la "Kurororité" est un vrai truc. Lui il... vient juste d'inventer ça comme un gros idiotbête mais c'est trop tard là ! " ...je dois vérifier que la Kurororité conforme bien avec la Maxxitude ! La Maxxitude, c'est vivre la vie à fond sans jamais se retourner et sans jamais penser aux conséquences de rien avec beaucoup de bouffes, d'alcools, de jolies filles, de bastons et de truc bien marrants dans ce genre là. "


        A peine finit que, rouge pivoine et pas seulement à cause du sang séché, Max la fuit du regard... honteux, incapable de tenir son bluff. 


        " Bon, j'avoue, je viens d'inventer la Maxxitude, désolé ça se fait pas... " 

        Après une courte gêne, il reprend avec un aplomb subite qui pourrait paraitre violent et aggressif aux quidams mais qui ne parvient pas à secouer Kuro. Après tout, elle jouait du violon pendant qu'un monstre saccageait tout autour d'elle... alors même qu'elle doit être en stress total d'être attentive à son hygiène dans l'île la plus sale de South Blue ?
        Bof, se dit Max, elle a pas l'air du genre à stresser la p'tite ! 

        " ...mais c'est quand même comme ça que je vie. Hey ! Si j'appelle mon cochon ' Kurogrochon '... c'est conforme à la Kuroritée ou quoi ? Parce que si tu me dis que la Kurororité c'est trop bien, moi j'te crois alors j'veux en être mais j'veux savoir si j'y ai ma place ! "
          Kuro a nourri Max, c'était assez dégoutant. La tambouille préparée par les glaiseux ressemblait à un gros glaviot avec des mouches dedans, pour le goût apparemment. Et la mini-pirate, pour conserver le sien s'abstint d'y toucher. Elle se contenta de manger quelques amandes qu'elle avait dans un sachet en papier kraft et une barre de pâte de fruits. Malheureusement pour elle, même présenter ce gobi boulga à son compagnon s'avéra être une épreuve terriblement épouvante. Elle en avait des hauts le cœur rien qu'à voir le plat blobloter dans l'écuelle. Enfin, ce n'était pas là le plus important, la musicienne devait traverser la mangrove avec Grocochon et Max. Sauf que le sétacé n'était pas encore propre, ou pas assez selon les standard de la Kurotorité. Impensable de faire donc monter une Kuro dessus. Il fallut donc improviser une sorte de selle de tissu assez grande pour s'assurer qu'aucune partie de la pistolera ne soit en contact avec le porcidé.

          La traversée est agréable. Grocohon à le pied sur et une démanche pas trop chaloupée grâce à laquelle Kuro n'est pas bringuebalée de droite à gauche. Montant la bête à la squaw, la snipeur admirait le paysage qui défilait lentement sous ses yeux. Et comme à son habitude, elle pensa à haute voix.

          "Quel dommage, avec un peu de ménage, cet endroit pourrait être ravissant!"

          Puis soudain, Max déversa un torrent d'informations sur la pauvre Kuro. C'était trop, bien trop pour ses maigres capacités intellectuelles. Mais elle hochait la tête à intervalles réguliers, car si la musicienne avait appris une chose dans la vie, c'est que les gens qui causent, ils aiment bien être écoutés, mais encore plus être approuvés. Et une fois que l'homme aux dents pointues eut fini, elle pencha la tête sur sa droite, cligna deux fois des yeux, puis l'inclina sur la gauche et cligna des yeux deux fois à nouveau, pour enfin revenir à droite et cligner encore deux fois des yeux.

          "Pourquoi tu t'excuses? T'as rien fait de mal, non? La Maxxitude, ça sonne super bien! Kuro approuve. En plus c'est carrément compatible avec la Kurotorité! Et en plus tu viens de l'inventer comme ça, devant Kuro! Kuro a trop de la chance! Assister à la naissance de la Maxxitude, ce n'est pas donné à tout le monde!"

          Aussi étrange que cela pouvait paraître, Kuro, qui était très à cheval sur ses principes, n'avait aucun mal à accepter ceux des autres. Et bien qu'elle considérait la Kurotorité comme meilleure, ça ne signifiait pas pour autant qu'elle ira imposer ses vues aux autres. Elle était libre, et elle respectait la liberté des autres. Tant que sa liberté personnelle n'était pas menacée, Kuro pouvait être un amour de nana! Une nana un peu allumée certes, mais une femme qui n'hésitera pas un instant à se plier en quatre pour ceux qu'elle apprécie. Et Max, elle l'aimait bien.

          "Tu sais Max, Kuro t'aime bien. Tu es Max, et tu suis les principes de la Maxxitude. Et c'est bien comme ça. C'est comme ça que Kuro t'aime bien. Kuro est Kuro, et Kuro, elle à la Kurotorité à Kuro. Et si tu aimes bien Kuro comme ça, c'est bien aussi. Faut pô se faire de nœuds à la tête, après on a des migraines."

          La pirate de poche fait un grand sourire à son compagnon. Il lui sourit en retour, ce qui équivaut à un "tope-là" bien viril. Et finalement, après de longues heures de trajet, ils arrivent enfin en vue de la ville du fameux vétérinaire!

          Une nouvelle aventure commence!
          • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
          • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon