-23%
Le deal à ne pas rater :
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD à 929€ (Via ODR)
929 € 1199 €
Voir le deal

Un savoir d'antan - [FB] - [Quête]

Que le soleil brille fort en cette période ! Le vent dans les cheveux, leur yeux violacées et le sourire aux lèvres. Voilà comment les sœurs arrivaient sur l'île de La Nouvelle Ohara ! Emi toujours en tête de gondole se suspend sur le cordage bien raide maintenant l'une des voiles du bateau touristique, Ema non loin de son ainée les bras croisés surveillait le large et Emé n'avait d'yeux que pour le magnifique arbre au centre d'Ohara.

Emé: Il est resplendissant.. ! Vous avez la couleur de ses feuilles aussi ? Elles sont d'un vert !

Ema: Nous sommes satisfaites que cela te plaise, sista.

Emé: Je ne pouvais rêver mieux, merci à toutes les deux !

Ah oui ! En tant que narratrice que je suis, n'ai-je donc pas mentionné le fait que les poulettes avait organisé une surprise de taille à la cadette du trio ? Non ? Vraiment ? Et ben maintenant vous les savez !

Emi: Pour une fois qu'on est d'accord sur quelque chose avec Ema. *sifflote*

La cocotte minute la fusillait du regard. Emi et Emé en riaient de bon cœur avant de se faire interrompre par le capitaine.

Oye ! Mesdames et messieurs nous arrivons bientôt à notre prochaine destination ! N'oubliez pas vos bagages et ne laissez rien sans surveillance. L'équipe d'AuGréDuVent ne prend pas la responsabilité des vols ou des pertes. Tout bagage trouver après l'arrêt du bateau sera dans l'obligation d'être détruit si son propriétaire n'en fait pas la réclamation dans les vingt quatre à venir...

Emi n'écoutait pas vraiment les consignes comme à son habitude. Il fallait dire que l'homme ne cessait de se répéter jusqu'à l'arriver sur l'île. La moitié des passants se bouchaient les oreilles tandis que les hommes de l'équipage empêchaient quelques touristes de faire fermer son clapet au capitaine. D'ailleurs, Ema faisaient parti de ce groupe survolté d'entendre les répétitions du vieil homme... Il ne restait plus qu'Emé qui, cachée derrière son livre, assistait totalement gênée à la situation.


Heureusement pour le petit groupe, il ne restait qu'une vingtaine de minutes avant de pouvoir enfin poser un pied sur la terre ferme ! Voilà enfin le paradis qui s'offrait à la cadette. Ses yeux pétillaient de plus bel et son visage s'illuminait d'avantage, elle serrait son gros livres de loi fortement contre sa poitrine. De part sa nature timide, elle ne disait rien, mais ses pommettes rouge et son sourire suffisaient à faire comprendre à ses frangines le sentiment qu'elle éprouvait envers elles.

Ema: Allez, on te laisse ouvrir la marche. Peut-être que nous aussi nous trouverons notre part de bonheur dans cette immense bibliothèque ?

Emi: Probablement.

La seule chose qui intéressait la poule téméraire était les poules. Son âme d'éleveuse la suivait partout où elle allait toujours accompagner de ses bébés à elle ! Voyant son air pensif la cuistot du groupe mettait ses mains sur les hanches et fronçait ses sourcils.

Ema: N'y pense même pas ! Il n'y a aucune poule ici !

Emi: Mais Ema... Imagine ! Ce serait trop bien s'il y avait une poulette ici, non ? J'aimerais trop qu'elle porte une longue toge avec des lunettes !

Ema: Ca n'existe que dans les comptes ! Non d'un oeuf au plat !

Alors, l'ainée du trio se mit à bouder dans son coin à cause du caractère rabat-joie de sa sœur. Un long silence s'installa pour le moment. Les filles avançaient jusqu'au pied de sa Magnificence en contemplant les alentours et les voyageurs qui naviguaient en leur compagnie plus tôt.

Qu'allaient-elles bien pouvoir trouver ici ? Vous saurez la suite au prochain poste.
    Le voilà, le magnifique arbre de la connaissane où de nombreux oeuvrages n'attendaient que d'être lu. Les filles le scrutaient de bas en haut, mais Emi enchait tellement la tête en arrière qu'elle tombait les fesses au sol déséquilibrée.

    Emi: Itaï !

    Ema observant la scène ne put s'empêcher de s'ésclaffer de rire à en mourir.

    Ema: Comme à ton habitude tu es d'une maladresse ! Ah ah ah ah ! Y'a des fois je me demande si on appartient bien à la même famille ? Ah ah ah ah !

    Emi: Merci ma chère soeur, je me porte à mérveille, tu sais ?

    Un peu en retrait et honteuse de l'attitude de ses deux soeurs, Emé quant à elle se cahcait légèrement derrière son bouquin les yeux d'inconnus posés sur le trio.

    Emé: Les filles... Soyons un peu plus discrètes, nous sommes dans une bibliothèque...

    L'ainée se relevait en se frottant la tête d'un air désolée envers sa cadette, alors qu'Ema se vexa tout bêtement.

    Ema: Oui, oui. C'est bon, je ne faisais que rire. Y'a rien de mal.

    Elle croisait les bras en tournant la tête et dépassait ses deux soeurs. Mais non loin d'elles et elles ne le savaient pas, un bien drôle de personnage les observaient toutes les trois. Vêtu d'une toge blanche, livre en main, le regard à la fois calme et sévère, il regarda dans quelle direction les filles partaient dans cet immense flot de connaissance. Leur petite mise en scène ne lui avait pas plu, mais pour le moment l'homme ne daignait dire un mot et se replongea dans son livre.

    Maintenant qu'elles étaient un peu plus loin, les poulettes lisaient les gros titres des bouquins aux alentours. Emi n'espérait que trouver tout bêtement une poule en ce lieu si paisible, Ema trouvait son bonheur dans de nouvelles recettes et Emé...

    Emé: Les filles. J'ai déjà lu la majorité des livres qui se trouvent ici.

    Grande déception pour elle. Elle qui pensait trouver de nouveaux ouvrages beaucoup plus pertinent et passionnant, elle tombait sur les même bouquins dont elle connaissait bien la moitié de ceux qui l'intéressaient.

    Emi: Oh ne t'inquiète pas ! On peut changer de coin de bibliothèque si tu veux ?

    Emé: Mais et vous ?

    Ema: On peut très bien prendre les livres qui nous intéressent et les lire en te suivant tu sais ? Tant qu'on les range ensuite, je supposes que ce n'est pas très dérangeant.

    Emé ne fut que peu convaincu, mais n'insista pas plus. Elle continuait son bout de chemin dans la grande bibliothèque en compagnie des autres pouettes avant d'arriver dans un rayon d'anciens livres.

    Emé: Je penses que je peux trouver quelques ouvrages ici.

    Ema: Parfait ! Je vais m'installer sur la table à côté si ca ne t'ennui pas.

    La plus timide des cocottes acquisait à la plus téméraire pour lui dire que c'était ok. Emi... Emi n'avait pas suivit le groupe beaucoup trop dissipée dans ses pensées.

    Emi: Mais où est-ce qu'elles sont !?

    Dépitée, elle joignait ses mains prêtes à hurler dans cet endroit si calme, si paisible... Mais le regard furieux des autres lecteurs lui firent fermer dans l'immédiat son clapet. Alors, elle chuchotait de passant en assant afinde retrouver son chemin au sein de l'arbre de la connaissance.
      Emi: Emé !!! Ema !!!

      Chuchotait fortement la cheffe du groupe.

      Emi: Les filles vous êtes !!!

      D'un point de vue extérieur Emi se trouvait à l'opposer de ses sœurs, au lieu de s'en approcher elle les distançait involontairement. Les touristes venus du quatre coin des blues ne supportaient pas son comportement depuis leur arriver. Alors, ils se permettaient de lui indiquer en pointant du doigt la sortie, mais la pauvre cocotte parvenait à se perdre encore...

      Au bout de trois heures de recherche, elle décidait de se poser un peu. Et dire qu'elle a frôlé les autres poulettes à plusieurs reprises ! Dommage que ces dernières étaient bien trop plonger dans leur bouquin et n'entendaient pas le cri désespérer de la plus téméraire. Las, Emi se laissait crouler sur le sol en s'adossant contre l'une des parois.  


      Au même instant, du côté de notre duo, Emé et Ema continuaient de prendre divers livres en les disposant sur leur table. La plus farouche des poupoulettes dévorait les recettes culinaires dont elle ne connaissait l'existence. La timide, quant à elle, effectuait des recherches sur une écriture bien particulière... À force de consulter de nombreux ouvrages imagés, elle était tombé sur plusieurs œuvres avec un langage qu'elle ne connaissait pas.

      Emé: Je trouves ça tellement jolie. Dis Ema, est-ce que tu connais cette langue ?

      Elle lui montrait la fameuse page qui l'intriguait au plus haut point. Mais la cocotte n'en savait rien non plus.

      Ema: Tu sais bien que les écrits ne m'intéresses pas. Cela m'étonne même que toi, notre petite sœur adorée, tu ne sais pas lire tout ce charabia.

      Oh...

      Emé était un peu déçue de ne pouvoir assouvir sa soif de connaissance, mais elle ne baissera pas les bras et se levait pour aller chercher d'autres livres qui pourraient l'aider dans sa petite quête. Alors, elle partait à la grande découverte d'un nouveau monde en voguant d'étagère en étagère délaissant derrière elle sa soeur bouquinant encore. Qu'il était aisé de perdre pied dans un endroit aussi gigantesque et qui possédait quelques étages supplémentaires. L'arbre le permettait bien étant très large et grand ! Parcourant et affrontant les tonnes de pages dont elle se sentait submergée et noyée, la petite poulette arrivait dans un coin de bibliothèque peu fréquenté.

      En fait, il n'y avait personne ici, car la majorité des gens se ruaient sur les nouveautés et les nouveaux auteurs. Emé s'en désintéressait totalement, préférant les vieux ouvrages. Ce petit "trésor" était bien lugubre et sombre, totalement poussiéreux. En même temps, qui avait la motivation de parcourir tout les étages de l'arbre bibliothèque en sachant que les ascenseurs n'existent pas ici ? Il fallait être totalement fou ou bien passionner. Ouais, non. Le terme de fou correspond mieux.

      Emé: Atchoum ! C'est vraiment étrange ici...

      Et pourtant, elle ne savait l'expliquer, mais c'était comme si ce lieu l'appelait, comme si elle était happée dans un typhon l'entrainant toujours plus en profondeur dans une mer déchainée.

      Les trois cocottes furent séparées bêtement. Ce lieu qui semble si paisible et reposant, n'est que le début d'un cauchemar pour les trois dames. Ema et Emi se trouvaient à un étage d'intervalle, quant à Emé elle avait gravi jusqu'au sommet pour atteindre l'impensable. Parviendront-elles à se retrouver ? Ou trouveront elles un moyen de communiquer ?
        Emi: *ronfle*

        Puis, la bulle qui sortait de sa narine finissait par éclater.

        Hum... *baille*

        Le temps de se réveiller lui demanda facilement une bonne minute. Emi s'étirait de tout son long, les fesses au sol. Lorsqu'elle tournait la tête elle vit...

        Emi: UNE POULE !

        Il était plutôt étrange, car la poule ressemblait exactement à celle qu'elle imaginait ! Coïncidence ? Elle ne pensait pas !

        Oooooh ! Trop cool !

        Alors, la cocotte téméraire s'approchait d'elle à quatre patte à la limite d'agresser le volatile.

        Je t'en pris ! Fais partie de mon élevage et traversons ensemble les flots et les mers à la recherche de l'île paradisiaque des poules !

        Ohj mais dis donc, toi. On ne t'a pas appris à ne pas hurler dans les oreilles des gens ? Cot, cot.

        Emi n'en revenait pas. Est-ce que cette poule venait vraiment de parler ?

        Quoi ? Pourquoi tu fais cette tête ? Cot cot. Tu n'as jamais entendu les poules te parler ? C'est que tu dois être une mauvaise éleveuse !

        Emi: Oh non ! Je le jure ! Elles n'ont jamais manqué de rien et en plus sans les comprendre j'arrive à savoir ce qu'elles veulent !

        Alors, l'ainée de la portée se releva avant de d'épousseter ses vêtements.

        Bon, t'avais l'air plutôt perdu tout à l'heure, je peux te filer un petit coup d'aile ? Cot cot.

        Emi: Oh oui ! S'il vous plait madame la poule ! Je suis tellement dépassé par la grandeur de la bibliothèque que je ne sais plus par où chercher pour retrouver mes sœurs.

        La poule habillée d'un chapeau d'étudiant d'université et d'une longue toge violette se frottait le menton. Elle réfléchissait, mais à quoi ? Intriguée la triplette penchait la tête sur le côté comme pour l'interroger en silence.

        Je sais où se trouve l'une de tes soeurs ! Viens, suis moi ! Cot cot.

        Vraiment ? Mais comment a-t-elle pu faire ? Alors Emi lui demanda, mais la poule sage ne pipait plus un mot. Sans avoir une once de réflexion, Emi la suivait juste derrière à pas lent.


        Excusez moi mademoiselle, ca fait au moins deux heures que vous avez ce livre entre les mains et j'aimerais le lire aussi.

        Une dame d'un certain âge venait d'aborder Ema. Celle-ci levait à peine les yeux de ses recettes et continuait à les étudier. Mais la dame âgée ne voulait pas en rester là.

        Jeune fille ! Un peu de respect envers vos ainés ! Je vous prie de me donne CE livre là ! Quel toupet de feindre l'ignorance !

        Ema: Hey grand-mère. Des livres de cuisines y'en a tout un rayon à gogo, alors si tu veux celui-là tu patientes comme tout le monde et tu vas t'en chercher un autre en attendant, ok ?

        Bien décider à ne pas se laisser emmerder, la cocotte minute envoyait bien gentiment balader ce grossier personnage. Mais encore une fois, la vieille dame ne se décourageait pas.

        Bon. Tu n'as pas l'air de comprendre dans ma langue de mamie alors je vais te le dire autrement, ok ma petite ? *Elle se racle la gorge* Wesh pétasse ! File moi le bouquin que je lises, parce que le temps d'attendre derrière ton cul je serais déjà morte.

        Ema fut choquée instantanément. Elle qui pensait que les doyens avaient un peu plus de charisme et qu'ils étaient plus respectueux...

        Ema: Non mais je rêve ! Tu te prends pour qui, conquistador ? J'ai CE livre en ma possession, je le lis depuis tout à l'heure en épluchant toutes les recettes et d'enregistrer les dérivés, alors ce n'est pas toi mère-grand octogénaire qui va me dire quoi faire !

        Une battle de regard était en train de se faire entre les deux femmes. Ema tâtait de sa cuillère sur son épaule plus qu'agacée tandis que la grand-mère resserrait d'avantage son sac à main entre ses mains en grognant à moitié à l'aide de son dentier.


        Dans une ambiance beaucoup plus détendue, beaucoup plus sereine et paisible, Emé était là, assise sur une chaise abimée, disposant facilement cinq livres ouverts sur la table. Les même écrits que dans les ouvrages qu'elle avait déjà lu, mais cette fois-ci...

        Emé: Incroyable...

        Elle était totalement émerveillée par ses trouvailles. En revanche, la petite timide ne comprenait pas un mot. En début de page se trouvait une sorte d'alphabet traduit dans une autre langue qu'elle ne connaissait pas non plus. Sa quête de découvrir ce que cela pouvait être s'annonçait bien plus rude qu'elle ne le pensait. Alors, elle cherchait d'autres livres pour comprendre la langue qui lui paraissait plus simple que tout les glyphes qui s'offraient à sa vue...
          La pièce obscure où se trouvait Emé actuellement dégageait quelque chose d'inexplicable pour la jeune fille. Un sentiment d'ensorcellement, happée par ces pages interminables d'écritures, les yeux ne lâchant plus une seule d'entre elles. Plus elle lisait et plus elle avait ce sentiment de se perdre, car étant de nature studieuse et faisant preuve d'intelligence, la petite poulette apprenait rapidement stockant le tout dans un coin de sa mémoire. Mais là... La tâche s'avérait bien plus difficile, voir insurmontable. Bien évidemment les bouquins de la connaissance ne donnaient guère toutes les informations nécessaires pour pouvoir avancer correctement.

          Mise à part une petite frustration de ne réellement assouvir sa soif d'apprentissage dans les normes, Emé ne baissait pas les bras et cherchait encore bien d'autres ouvrages pour pouvoir comparer avec ceux déjà disposés sur l'immense table abîmée. Un long soupire dans un silence complet... Sans ses sœurs autour ce n'était pas la même ambiance. Cela lui paraissait même trop calme par rapport à ses habitudes l'empêchant de se concentrer et d'être au summum de sa forme. D'ailleurs, combien de temps se trouvait-elle isolée du reste de son groupe ? Elle n'avait pas de montre sur elle et la pièce sombre n'offrait pas assez de décorations pour y délaisser une petite horloge ou ne serait-ce qu'un simple cadran pour se repérer dans l'espace temps.

          EME: Je me demande ce qu'elles peuvent bien faire...

          Elle s'écartait de son chemin d'apprentissage avant de fermer les éditions une à une. Au moment où elle voulait prendre une pause de sa lecture et rebrousser chemin, un homme fit son apparition juste devant elle. Surprise, elle mettait sa main devant la bouche dont aucun son ne sortait reculant d'un pas. Elle venait de plonger son regard dans celui de l 'homme qui lui paraissait froid au premier coup d'œil, mais bien plus adoucit en restant figer ainsi.

          EME: Mes sincères... excuses monsieur. Je... Je ne m'attendais pas à voir quelqu'un ici.

          D'un signe de la main il demanda le silence à la poule mouillée. Par respect la jeune adulte se taisait et écoutait attentivement les paroles de cet individu.

          La Connaissance est telle une flamme ardente. À l'état sauvage, elle peut nous brûler. Domptée, elle illumine.

          D'un air déconcerté, Emé ne comprenait pas dans l'immédiat ce que l'homme tentait de lui dire ou même de lui enseigner.

          EME: Je m'excuse... mais je ne suis pas certaine de comprendre, monsieur ?

          Tu penses ne pas être certaine de la compréhension de la chose, mais au fond tu as déjà trouvé tes réponses, petite.

          Quel étrange personnage. La Cocotte le dévisageait sans vraiment prêter attention à son action. Une chose dont l'étranger lui fit la remarque. Gênée, elle rougissait honteuse de sa maladresse et de son indiscrétion. Mais elle se posait la question, que pouvait-il bien faire ici alors que ce lieu paraît inoccupé depuis des siècles ?


          Bon, écoutes moi bien ma cocotte ! Cot cot.

          La poule marquait un temps de pause dans ses explications depuis le début de leur marche.

          Si tu suis mes conseils à la lettre tu retrouveras tes sœurs illico presto ! Cot cot.

          EMI: Je veux bien, hein. Mais depuis le début je te suis et pourtant j'ai le sentiment de m'éloigner de mes frangines.

          Oh ! Quelle est maligne la petite ! Cot cot.

          EMI: Attend... Ne me dis pas que c'est le cas quand même !?

          La poule toujours habillée de sa toge et son chapeau affichait un air malin avant d'éclater de rire.

          Mais non mon poussin ! Je te taquine ! Cot cot cot cot. Que tu peux être si naïve pour ton jeune âge ! Cot cot cot cot.

          EMI: Ah ! Tu me faisais une blague, c'est ça ?

          Puis, Emi se mit elle aussi à rire de bon cœur en décrochant une bonne frappe amicale dans le dos du volatile. Cette dernière n'appréciait que très peu ce geste qu'elle jaugeait de grossier, mais elle se contentait de garder le silence.

          Bon... Revenons en à nos œufs. Cot cot. Tu as bien dis que tes semblables partaient dans cette direction, non ? Cot cot.

          EMI: Oui ! Enfin... Je crois ?

          La poule fut choquée sur le coup ! Ses yeux faisaient un bond à la limite de sortir de leur orbite !

          Aïe, aïe, aïe... Tu n'as vraiment aucune idée de part où elles sont allées ? Cot cot.

          La poulette téméraire secouait la tête pour répondre négativement. Mais une petite idée lui traversait l'esprit !

          Tu sais, si tu ne sais même pas par où elles sont parties je vais avoir du mal à...

          EMI: Eurêka ! J'ai trouvé !

          Coupa Emi la pauvre poule bibliothécaire dans son élan de désolation. Furieuse, elle lui asséna deux coups de becs sur la tête, tandis que l'éleveuse de poules se protéger à l'aide de ses bras.

          On interrompt pas les gens ainsi ! C'est mal poli !!! Cot cot !

          EMI: Je ne voulais pas ! Arrête de me faire mal !

          Reprenant sa place initiale la poule se frottait le barbillon avec son aile.

          Que voulais-tu me dire ? Je suis toute ouïe. Cot cot.

          EMI: Je sais ce qui passionne mes sœurs, alors en te donnant leur préférence peut-être qu'avec ta connaissance d'ici tu pourras les retrouver en un éclair, non ?

          Les yeux d'Emi pétillaient à sa trouvaille et elle s'abaissait accroupie en face de sa nouvelle copine. Insistant d'un vulgaire "Alors ?".

          Très bien. Ca me parait être un meilleur début que de ne pas connaître la direction. Va vraiment falloir que tu acquis un sens de l'orientation ma cocotte. Cot cot.

          Pointant de son aile la prochaine, elle ajoutait même qu'elle lui raconterait plus en détail ce qu'Emé et Ema aimaient dans la vie. La probabilité de les retrouver était faible, mais Emi était entre de bonnes plumes et ne s'inquiétait pas plus que ça pour le moment.


          EMA: Lâche mon bouquin vieille bique !

          Je te répète que c'est à mon tour petite peste ! La priorité aux personnes âgées !

          Chacune tirait le livre d'un côté à la limite de le déchirer en deux. La tension montait de cran en cran entre ses deux nouvelles rivales mordues de cuisine et il était difficile de savoir qui allait remporter la victoire et l'édition culinaire en guise de trophée ?
            EMA: Non, mais grand-mère ! T'as pété un plomb ma parole ! T'es un cliché sorti tout droit d'une DB pour autant être collante ?!

            J'ai vu ce livre et je le veux ! Dis ce tu veux jeune blanc bec, mais il sera miens !

            Ema tirait un bon coup sur le bouquin, déséquilibrant la mémé avant de faire un bond en arrière pour reprendre ses distances avec la vieille gâteuse ! Alors qu'elle pensait être un minima tirer d'affaire, la vieille femme affichait un sourire plus que malicieux, car en réalité elle ne tombait pas mais se préparait à s'élancer pour dérober le livre qu'avait la cocotte minute entre les mains !

            EMA: Co... Comment !?

            Elle se retournait furieuse de voir que cette vieille bique était bien plus agile qu'elle ne le pensait !

            EMA: Hey ! Reviens ici tout de suite avec lui !

            La dame âgée se mit à pouffer de rire avant de rétorquer.

            Si tu le veux vraiment vient le chercher ma petite, ah ah ah ah !

            Puis elle s'élançait dans les allées de la bibliothèque. Ema ne perdait pas une minute et courait à sa poursuite illico.

            EMA: Reviens ici !

            La Cocotte se demandait bien comment cela se fasse que la vieille peau soit encore aussi agile et habile pour son âge ? Elle arrivait à peine à la suivre et ne pas la perdre du regard lorsque cette dernière s'amusait en riant et changeant de direction gauche et droite pour changer de rayon où de nombreux livres furent entreposés.

            Les autres lecteurs s'impatientaient de ce grand fiasco ! Mais la pauvre Ema n'y pouvait rien - entre autre - car la terrible mamie continuait à la faire courir à travers l'immense bibliothèque ! D'ailleurs, la valeureuse cocotte n'en pouvait plus et à bout de souffle fit une courte pause. Pourquoi courte ? Parce que son agresseur revenait la narguer avec le livre qu'elle lisait plutôt entre les mains ! Enervée, elle continuait alors de la pourchasser en hurlant dans ce lieu qui devait être calme...


            Non loin de là se trouvait Emi avec sa nouvelle copine.

            EMI: Oh ! Ca y est ! Je crois qu'on est tout proche de mes soeurs !

            Ah bon ? Et qu'est-ce qui te fait dire ça ma poulette ? Cot cot.

            C'est bien vrai ça ! Comment pouvait-elle le savoir ?

            EMI: Hum... L'instinct ? Le fait d'être des triplettes ? D'avoir un lien de sang ou quelque chose du genre, non ?

            La petite poule vêtu de sa toge et de son chapeau ne put s'empêcher d'hurler de rire ! Elle n'en pouvait plus et se roulait à terre.

            Cot cot ! Elle est bien bonne celle-là ! Cot cot !

            EMI: J'ai dit quelque chose de drôle ?

            Je dirais même absurde ma petite ! Cot cot !

            Emi ne comprenait pas vraiment la moquerie de sa pote. Elle s'en frottait même la tête en se mettant un peu en retrait, légèrement vexée.

            EMI: Ben je pensais que ça existait vraiment moi le lien fraternel...

            Disait-elle en boudant à moitié et en abaissant la tête un peu honteuse.

            Dans les contes de fées peut-être ! Mais pas dans notre réalité ma caille ! Cot cot. Allez viens, suis moi au lieu de te fier à ton instinct faussé !

            Ce qui était le plus étrange était surtout le fait qu'Emi et Ema se trouvaient au même étage. Mais comment cela se fasse-t-il que la cocotte téméraire n'entendait pas les cris de rage de sa cadette ? Ignorante, Emi continuait à suivre la petite poule qui lui ouvrait le passage.


            Nous revoilà au plus haut, dans l'endroit mystérieux et limite abandonné par tout les visiteurs des blues. Emé était là, plongée sur des tonnes et des tonnes de bouquins sous le regard avisé de l'étrange bibliothécaire. La seule musique qui parvinrent à leurs oreilles furent le vent qui soufflait dans les branches feuillus et majestueuses de l'arbre monde. Jusqu'au moment où la timide s'apprêtait à ranger et prendre un nouvel ouvrage entre ses mains.

            Bon choix.

            Ajoutait soudainement l'homme qui l'accompagnait, livre en main, dans sa quête personnelle d'apprentissage.

            EME: Euh.. Pardon, mais vous avez déjà lu tout ses ouvrages ?

            Il ne pipait pas un mot et se contentait de garder ses yeux rivés sur son bouquin, vêtu de sa toge dont l'éclat représentait la pureté et la connaissance de l'homme mystère. N'ayant d'autres réponses et échanges pour le moment, la cocotte continuait son épopée le nez plongé dans la connaissance.
              Quelle était cette étrange sensation... ? Combien de temps était-elle restée assise sur cette chaise perchée au sommet de l'arbre ? Emé ne le savait pas et commençait à fatiguer après avoir dévorer une bonne partie de ce coin oublié. Elle se frottait les yeux, baillait en mettant sa main devant la bouche et finissait par s'étirer de toute sa hauteur.

              EME: Excusez-moi monsieur, auriez-vous l'heure s'il vous plait ?

              L'homme ne disait rien et continuait sa lecture. Un peu déboussolée la juge de la troupe commençait à chercher l'heure dans la pièce avant de tomber sur un livre mal placé. De part sa nature ordonnée, organisée et très carré, elle s'apprêtait à remettre ce pauvre copain dans sa place respective. C'était à ce moment précis que le drôle d'individu qui l'accompagnait lui donnait ce qu'elle voulait.

              Cela fait déjà plus d'une journée que tu es là.

              EME: Que... Pardon ? Mais, notre bateau est déjà reparti alors ?

              La panique commençait à envahir la poule mouillée. Elle ne s'attendait pas à ce genre de réponse à vrai dire. Elle qui pensait avoir passer deux ou trois heures ici, elle ne réalisait pas que c'était tout une journée entière qu'elle venait de perdre ! Ce qui expliquait grandement sa fatigue et son estomac qui gargouillait depuis un moment cela dit. Elle reculait de deux pas avant de regarder dans la direction du lecteur mystérieux. Qui pouvait-il être et comment pouvait-il savoir le temps ? Il ne possédait pas de montre et la poulette n'avait rien vu d'autre comme objets indiquant l'heure exacte.

              Le temps n'a de l'importance que si on lui accorde. L'apprentissage est un long passage vers la vie laissant derrière lui un esprit jeune et satisfait pour l'éternité.

              EME: C'est... dit joliment. Je trouves.

              Mais trêve de bavardage, il est temps pour la cadette du groupe de partir à la recherche de ses sœurs. D'un pas décider elle se hâtait, après avoir ranger le dernier livre et oubliant celui qui n'était pas à sa place, vers l'antre de ce lieu perdu et oublié.

              Es-tu certaine de vouloir fuir ?

              Elle se figeait sur place. Que voulait-il dire par fuir ? Emé ne fuyait pas, elle voulait simplement chercher les autres cocottes pour qu'elle ne s'inquiète pas pour elle. D'un ton interrogateur elle demandait à l'homme vêtu de sa toge:

              EME: Je ne suis pas certaine de comprendre. Je ne fuis pas, je veux juste retrouver mes sœurs, monsieur.

              Si tu sors maintenant tu t'éloignes du plus intéressant. Prétexter la recherche de tes semblables n'est pas une excuse valable pour avouer ta défaite.

              Il levait enfin les yeux et fermait son livre. Le voilà qu'il se redressait de sa grande taille avant de continuer à parler de manière énigmatique et provocante. Pourtant, dans sa voix, il n'usait aucun ton qui indiquait qu'il se voulait malveillant ou méchant... Encore une fois, Emé se trouvait déroutée par ses phrases emplis de sagesses et d'énigmes.

              Si tu restes je peux te prêter ma connaissance et mon savoir. Si tu pars, ne reviens jamais.

              EME: Je... je...

              Balbutiait la femme de loi avant de sentir ses pommettes rougir. L'occasion d'en apprendre d'avantage était belle et ne se représenterait pas une deuxième fois, mais Emé s'inquiétait réellement pour ses deux sœurs. Un gros dilemme s'imposait pour elle.


              Et ben ! Je dois admettre que tu tiens la cadence ma fille ! Ah ah ah ah !

              La vieille dame continuait de courir d'une drôle de façon avec ses guetta.

              EMA: Je... t'aurais... vieille... brebis !

              Prononçait la cocotte minute complètement essoufflée ! Que diantre, mais c'était qui cette super mamie ! Elle tenait une forme olympique pour son âge ! À force de lui courir après, Ema ne se rendait pas compte qu'elle gravissait les étages à un à un et se rapprochait du sommet du grand arbre !

              Quand soudain, la dame âgée s'arrêtait nette en observant les étages du bas.

              Elle est pas magnifique cette vue ?

              C'était l'occasion où jamais pour la cuistot de lui asséner un grand coup de cuillère en bois derrière la tête ! Elle puisait dans ses dernières forces en s'élançant de plus belle et bien plus rapidement, prête à dégainer son arme culinaire ! Mais à l'instant où elle allait avoir la mère-grand, cette dernière se décalait instantanément laissant Ema glisser à travers les barreaux !  

              EMA: Me... MERDE !

              La pauvre sentait le poids de son corps se faire happer par la force de la gravité ! Voyant le nombre d'étages qu'elle risquait de chuter, la peur la prenait aux tripes et elle se mettait à hurler ! Pensant qu'elle tombait encore et toujours son hurlement ne cessait pas pendant bien dix secondes. La vieille bique, quant à elle avait l'amabilité de la rattraper de justesse en riant de bon cœur. À l'instant même où Ema ouvrait les yeux, elle voyait à quelques étages plus bas son ainée, allongée et roupillant profondément.

              EMA: Emi.. ?!

              Oh, je me disais bien que vous vous connaissiez. Alors, sympa ma petite visite guidée ?

              EMA: Attends... Que... Quoi ?

              Tu es bien longue à la détente, laisse moi t'expliquer jeune poulette égarée.

              La dame d'un certain expliquait à la cocotte vénère le pourquoi du comment. De la mise en scène jusqu'à maintenant.

              EMA: Alors tout ça n'était qu'une mise en scène pour vous divertir et me conduire indirectement à ma sœur ?

              C'est ça ! Tu sais bien qu'à mon âge, quand la vieillesse te guette, qu'il est difficile de trouver de la nouveauté et encore plus quand on s'occupe d'une bibliothèque aussi importante que la Nouvelle Ohara.

              La bibliothécaire prenait une petite pause avant de continuer.

              Dès lors où j'ai vu votre trio entrer dans l'arbre monde, j'ai tout de suite su que nous allons bien nous amuser, hi hi hi.

              EMA: Mais cela n'explique toujours pas pourquoi tu me laisses suspendu dans le vide...

              Oh pardon, mes pensées se mélangent, je ne penses plus à tout, tu sais ma petite ?

              Alors, la vieille remontait à l'aide d'un autre lecteur la cocotte.

              EMA: Bon, maintenant que j'ai eu vos explications un peu farfelu comment je peux rejoindre ma soeur ? Elle est complétement endormie là-bas.

              La commis de cuisine pointait du doigt en montrant Emi en train de dormir contre une étagère. Il était grand temps que les sœurs se retrouvent, mais où était donc la dernière ?