Mission : La poiscaille se taille [Ft. Jim Horrison]


1628 - West Blue, Poiscaille - Nom de la mission : La poiscaille se taille - Commentaire personnel : Je ne suis pas responsable de l’intitulé de cette mission



Première fois que je dois me rendre dans les bureaux du Cipher Pol 2. Pour un département réputé en perte d’effectif, les locaux restent passablement remplis. Et, d’ailleurs, la décoration ainsi que l’agencement y sont bien meilleurs que chez le Cipher Pol 4. Pas très étonnant, si on y réfléchit : ils demeurent responsables de l’économie du Gouvernement malgré la réduction de leur activité.

D’une démarche tranquille, je me dirige vers un bureau spécifique. La plupart des employés ici sont indéniablement des bureaucrates, mais je ne suis pas intéressé par eux. Suite à quelques discussions, je me suis vu assigné un potentiel collègue, soit une opportunité plutôt rare. Inhérent à notre travail, la solitude représente aussi la meilleure façon d’exercer notre métier. Pour autant, je suis convaincu que certaines missions méritent l’attention d’au moins deux agents.

Mon index et mon majeur percutent à quelques reprises l’une des parois d’un bureau où se situe un Mink. Il ne fut pas difficile à repérer. Une fois tourné vers moi, mon sourcil s'arque légèrement tandis que mon regard baisse légèrement pour s'arrêter brièvement sur un détail.

« Jolie cravate. » lançais-je calmement pour ouvrir la discussion. Non, vraiment, ce n'était pas une blague. Je me permets de faire remarquer ce genre de détails, je croise trop souvent des individus aux goûts vestimentaires ... questionnables.

Basculant légèrement pour me remettre dans une posture droite, je joignais les mains dans mon dos après avoir réajustés la hauteur de mes lunettes.

« Vous devez être l’agent Droséra. Je suis l’agent Laranja, du CP4. » Une brève pause s’invite le temps d’incliner légèrement la tête en guise de salutations. « J’ai demandé à travailler avec votre département sur une mission que mon supérieur désigne comme “périlleuse”. » Cette fois, c’était une blague… malheureusement pas de ma part. Je lui ai tendu un rapport préliminaire expliquant la situation. Il existe des accords commerciaux entre les marchands de la ville de Poiscaille et la Marine qui permettent de nourrir une bonne partie des forces armées gouvernementales. Or, un contrôle de l'intendance révèle une anomalie entre la quantité de poisson et la somme dépensée par le Gouvernement. Cumulée, les pertes sont assez élevées pour causer de l’agitation en interne.

« J’aurais besoin de votre aide dans cette affaire. Nous ne sommes certes pas dans une enquête très excitante, je vous l’accorde, mais les cargaisons ne transitent qu’entre les mains de la Marine. Le problème est soit en terme de gestion de l’intendance, soit il y a une activité suspecte d’un ou plusieurs membres de la marine. »

Silencieux, je le laisse étudier le rapport avec autant de calme que le permet un bureau où les employés en pause café se roulent par terre sur des jeux de mots et autres calembours plus que douteux. Lorsqu’il sera prêt, nous pourrons certainement nous rendre en direction de Poiscaille. A moins qu’il ait de quoi nous donner une piste, nous allons devoir procéder à l’ancienne et enquêter sur place.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24000-fiche-daewon-laranja-lee
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23977-termine-daewon-laranja-lee
Encore une journée banale dans les quartiers du Cipher Pol II. Une journée banale à éplucher la comptabilités de sociétés à la pelle, à la recherche d'une coquille, à la recherche d'une quelconque fraude ou tentative de fraude. D'ailleurs les derniers jours se ressemblent et s'assemblent tellement dans cette monotonie que j'en viens à me demander si je me trouve dans le bon département du Cipher Pol... Mais pas le temps de m'endormir dans ces analyses répétitives et barbantes, qu'un homme vient toquer à ma vitre et brise ainsi mon train train quotidien. Un type propre sur lui, peigné comme il faut, qui me toise derrière une paire de lunette rondes. Il me complimente soudainement sur ma cravate, je me dis aussitôt qu'il s'agit-là d'un homme de goût, même si mon avis pour le coup reste un tantinet biaisé. Il donne alors mon nom de code avant de se présenter : l'agent Laranja du CP4. Jamais entendu parler, mais rien d'étonnant pour un agent du Cipher Pol. Le gaillard me tend alors un ordre de mission et m'explique la raison de sa visite dans nos bureaux.

1628 - West Blue, Poiscaille - Nom de la mission : La poiscaille se taille

En jetant un coup d’œil à l'affaire dont il va être question, je comprends rapidement qu'il ne s'agit pas vraiment d'une mission "périlleuse" comme l'agent Laranja vient de le laisser entendre. Un peu d'humour teinté d'une ironie certaine, voilà qui m'plait bien. Les bureaux du CP2 et du CP4 qui travaillent de manière conjointe sur une affaire, c'est une grande première me concernant, je ne laisserais passer cette occasion pour rien au monde. Levant les yeux vers mon hypothétique futur partenaire de mission, je lui rends le dossier qu'il récupère. J'imagine que j'aurai tout le temps d'en étudier les détails sur le chemin.


Agent Laranja, ce sera un réel plaisir pour moi, d'échapper à la paperasse pour le terrain de vous accompagner.


Pas besoin de peser le pour et le contre bien longtemps, cette mission ne sera certainement pas des plus excitantes, mais si ça peut me permettre de quitter ce bureau et d'éviter de me noyer dans tous ces rapports alors le choix est vite fait. Je jette alors un regard autour de moi, regardant brièvement mes chers collègues du bureau, silencieux, le nez plongés dans des écrits à n'en plus finir, puis j'attrape mon manteau. L'agent Laranja tourne les talons, le dossier sous un bras et marche d'un pas décontracté en direction de la sortie du bureau. Je lui emboite le pas, plutôt intrigué, je n'ai jamais mis les pieds sur Poiscaille non plus et même s'il ne s'agit pas toujours de l'affaire du siècle, j'aime tout particulièrement les missions qui me mènent en terres inconnues. Ajustant mon trenchcoat, attendant notre navire d’escorte à destination de Poiscaille, je me place aux côtés de mon futur équipier, l'observant rapidement avec une curiosité non dissimulée, un type qui à de la prestance, comme on en voit rarement par nos bureaux.


Poiscaille hein.. l'île ou le maître mot est "profit". Une affaire de détournement potentiel, m'est d'avis qu'on est pas au bout de nos surprises.


Si le CP4 est en charge de l'affaire, c'est qu'il y a suspicion dans les rangs de la marine. Probablement que notre petite virée sur Poiscaille permettra de mettre en lumière quelque chose, espérons simplement que cette histoire n'entachera pas trop les officiers présents sur place. Jamais évident de porter à nue des confrères payés pour servir les intérêts du Gouvernement Mondial et de découvrir les différents abus de pouvoir.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t24026-fiche-technique-de-jim-h
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24016-jim-horrison-lincorruptible
Contre toute attente, l’agent Droséra s’avère plutôt enthousiaste pour cette mission - du moins, autant qu’on puisse l’être pour une affaire de disparition de poissons. Il prononce immédiatement une hypothèse : un détournement qui vise le profit. Pour l’heure, ça me plaît. Malgré les bons salaires au sein de la Marine, ce ne serait pas la première fois qu’une personne profite de sa position pour se payer des steaks dans des restaurants chics.

Lors de notre embarquement sur le navire, j’échange quelques mots cordiaux avec le Mink avant de m’isoler pour le reste du voyage. Le trajet allait prendre un peu de temps et j’ai demandé à partir de sorte à arriver à l’aurore. Je ne quitte ma cabine qu’au moment où s’activent les différents matelots pour préparer l’amarrage. Pour une grande partie du voyage, on pouvait entendre l’équipage siffler des airs mélancoliques, puis joyeux. Désormais, à mesure que Poiscaille apparaissait à l’horizon, les éclats de camaraderie ont laissé place au professionnalisme des gens de mer.

« Bonjour. » adressais-je aimablement au Mink qui m’avait rejoint à la proue du navire en attendant d’arriver à la base de la Marine locale. D’un mouvement prompt, je frotte la tête d’une allumette au grattoir de la boîte et la couvre avec ma main jusqu’au niveau de ma bouche. Je propose par politesse à mon coéquipier s’il en veut une. « Êtes-vous déjà venu ici ? » Il répond par la négative. Il connaît néanmoins les informations courantes. « Bien. Vous aurez remarqué que nous ne nous dirigeons pas vraiment vers l’île. La garnison de Marine de Poiscaille possède en réalité un port annexe, situé un peu plus loin. Nous allons donc débuter notre petite visite directement là-bas. Je suis sûr qu’ils seront ravis de voir des représentants du Gouvernement. Ils nous aiment tellement. »

Notre navire se dirige sans problème jusqu’à la base de la Marine. Au même moment, une caravelle en sortait, transportant probablement quelques tonneaux de poissons. Sur une tour, un soldat criait à notre timonier où accoster.

Dès qu’on pose pied à terre, un marine porte sa main vers son front et nous salue respectueusement, puis nous toise silencieusement pendant un bref instant. Il s’arrête quelques instants sur le Mink, fixant avec une certaine indélicatesse tous les traits de son visage.

« Mes salutations. Adjudant de la 388e division de Marine Landro Kossack, au rapport. Le Lieutenant-colonel Décro Foin se trouve en ville pour le moment, je prends donc la relève en son absence. » Il se racle un peu la gorge et poursuit aussitôt. « Je n’ai pas été mis au courant de l’arrivée de représentants du Gouvernement. Que puis-je faire pour vous ? »

Un homme protocolaire. Il nous renseigne également sur son ancienneté à la base : cinq ans, presque six. Je lui renvoie avec flegme, mais non sans respect, son salut militaire et prend en main mon calepin. Je me tourne vers l’agent Droséra. Après avoir vu son état exaspéré dans les bureaux, je suppose aisément qu’il a envie de mener la danse pour le moment. Et puis, je m'étais un peu renseigné sur lui avant le début de cette mission. Du peu qu'il y a de disponible, il me paraît bien travailler.

Adjudant Landro Kossack:


Dernière édition par Daewon Lee le Jeu 5 Mai 2022 - 18:17, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24000-fiche-daewon-laranja-lee
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23977-termine-daewon-laranja-lee
Encore ces fichus regards, comme si j’étais une bête de foire. Mais je ne relève pas, me contentant d’ignorer les soldats qui me dévisagent, en tant que membre de la tribu des Minks, c’est plutôt habituel qu’on me considère comme un être inférieur. Je n’en fais plus cas. Vient alors l’officier en charge, l’adjudant Landro Kossack, type en uniforme, crâne rasé l’air plutôt surpris et pas tout à fait heureux de voir des agents du gouvernement. Ça peut s’expliquer, personne ne s’attend jamais à la visite d’un agent du CP, de là à dire que cet adjudant cache quelque chose, il n’y a qu’un pas. Mais évitons les conclusions hâtives, mon équipier dégaine son calepin en premier, écoutant silencieusement l’étalage des services du gradé de Poiscaille, puis tourne le regard dans ma direction, comme pour m’inviter à ouvrir le bal.


Simple contrôle de routine. Je suis l’agent Droséra et voici l’agent Laranja. Nous aurions quelques questions à vous poser adjudant Kossack.


Petit interrogatoire courtois, qui nous permet d’en apprendre davantage sur la garnison de Poiscaille. Sans entrer dans les détails de l’affaire qui nous amène ici, je demande à l’adjudant de nous donner les infos sur ses camarades. Il passe rapidement en revue les récents rapports de patrouille et me parle des types dont il a la charge. Au dessus de tous ces braves gaillards, le lieutenant colonel Décrocha Foin. Pas besoin de trop gratter pour apprendre à quel point l’officier supérieur de cette garnison est engagé dans la lutte anti-corruption. Un chic type en somme, qui ne devrait pas avoir grand chose à prouver. Mais dans l’état actuel des choses, tout un chacun est un suspect potentiel et lorsque ce Décro Foin sera de retour, il aura droit à sa session question. Mon interlocuteur ne fait pas l’impasse sur les histoires de corruption qui ont gangrené la garnison par le passé, il s’agirait même de la raison pour laquelle le lieutenant-colonel aurait été placé à sa tête. L’adjudant prend congés, s’éloignant nerveusement, ne pouvant s’empêcher de jeter un coup d’œil dans notre direction. Et en quelques secondes me voici seul avec l’agent Laranja.


Je pense que ce lieutenant-colonel Décroche Foin pourrait nous en dire plus sur notre affaire.


Bref regard en direction de Lee, qui scrute le port annexe en silence, sa clope au bec me donne soudainement envie de sombrer vers les vieux démons. Je dégaine une cigarette roulée à l’opium et l’allume. La première bouchée est un pur régal, comme toujours. Si la marine du coin trempe dans le trafic de poisson et le détournement de marchandise, Décro Foin sera sans doute le type à interroger. Et quand on parle du cheval loup, voici justement le fameux sniper qui finit par pointer le bout de son nez. À vous de jouer, agent Laranja.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24026-fiche-technique-de-jim-h
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24016-jim-horrison-lincorruptible
Derrière la fumée aromatisée que rejette l'agent Droséra se dévoile un fier humanoïde à la tête chevaline. Si je n’avais pas été mis au courant, l’aspect figé de son faciès m’aurait fait questionner la nature de ce que fume mon collègue. Il débarque avec beaucoup d’énergie dans la base, où plusieurs marines le saluent dès son arrivée. Nous nous présentons brièvement et de la même façon qu’à l’adjudant. Nous allons dans ses quartiers afin d’avoir un peu de calme.

« Je vois. Je comprends. La justice ne dort jamais, et vous avez raison de contrôler chaque base de la Marine ! Combattre le crime, la corruption ! Rien ne devrait entâcher notre belle organisation ! ». Puis, il se tourne d’un coup sec vers l’agent Droséra, puis revient à moi avec la même excentricité. Son masque se déforme légèrement à chaque mouvement, avant de reprendre aussitôt sa forme originelle. « Enfin, vous savez, j’ai saigné sabot et naseau pour nettoyer Poiscaille des vauriens qui sévissaient. Que cherchez-vous de plus ? ». Il s’écrase contre le dossier de sa chaise et tapote les doigts contre son bureau, produisant un son proche d’un cheval au galop. Je regarde silencieusement ses doigts avant d’arquer le sourcil, las. Il s’arrête.

« Oui, et nous vous félicitons pour votre travail récent sur cette base. Votre persévérance vous honore. C’est pourquoi nous avons augmenté le nombre de contrôles ». Cette fois, c’est moi qui mène l’interrogatoire. Tout concorde avec ce que nous a confié l’adjudant Kossack. Je pose quelques questions générales, puis plus précises. Enfin, j’arrive aux activités marchandes qui se déroulent ici. Il est parfaitement transparent et nous confie les rapports et les comptes de Poiscaille. La quantité de poisson exportée à destination d’autres bases de la Marine est importante. Dans leur registre, aucune anomalie enregistrée.

« Pourriez-vous nous décrire l’intégralité de la procédure, Lieutenant-colonel ? »

Il pousse alors un puissant hennissement tout en levant légèrement les bras. Dans son langage, il s’agit simplement d’une onomatopée traduisant une sorte de… comment dirais-je… d’emmerdement. Oui, c’est le mot.

« Oh bah, c’est mon adjudant qui s’occupe de ça maintenant. Le poisson arrive tout droit de la ville. On l’achète à plusieurs poissonniers et des dizaines de tonneaux par jour nous sont livrés. Nous les entreposons directement au port car ils sont destinés à nourrir la Marine, les soldats qui se battent fièrem... - » J’élève la paume pour lui demander de se calmer. Il a tendance à s’enflammer. « Donc euh… ensuite pour le poisson frais, il part immédiatement. Le poisson salé et séché, quant à lui, peut être entreposé avant d’être expédié. »

Suite à une question de la part du Mink, il ajoute qu’ils contrôlent chaque tonneau dans leur entrepôt afin de voir si leur contenu est conforme aux accords. Je clos l’interrogatoire après avoir salué du regard l’agent Droséra. Je ne considère plus vraiment Décro Foin comme un suspect crédible. Il nous invite même à joindre l’adjudant Kossack qui ne devrait pas tarder à gérer une exportation afin que nous puissions observer par nous-même. Il précise également que les entrepôts sont ouverts pour nous.

Nous nous dirigeons alors vers l’extérieur. En passant la porte qui mène au port, je me tourne vers l’agent Droséra et murmure quelques pensées suite à notre entretien avec le Lieutenant-colonel : « Deux pistes possibles, on dirait. Je pense que nous pouvons en tirer davantage de Kossack et des groupes qui s’occupent des contrôles. D’un autre côté, rien n’exclut que le trafic ne s’accomplit pas directement sur un navire. Le problème avec cette hypothèse, c’est qu’elle est difficilement vérifiable. Je crains qu'elle nous fasse perdre du temps. Mais, qui sait. Qu’en pensez-vous ? Quelle piste privilégier ? »

Dans les deux cas, il nous faudra sûrement trouver un peu plus d’informations ici. Parallèlement, un petit navire d’une trentaine de matelots arrive à quai. Un homme mûr et aux sourcils broussailleux hurlait à ses portefaix de charger la marchandise. Il fait un petit signe à l’adjudant, qu’il semblait bien connaître. Un marine distingué apportait des bourses de berrys à Kossack. Il s’agissait sûrement de l’intendant du navire. Je me tourne vers le Mink. Je suis prêt à suivre son intuition, un homme du CP2 a peut-être plus d’expérience que moi dans ce domaine.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24000-fiche-daewon-laranja-lee
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23977-termine-daewon-laranja-lee
Décro Foin interrogé, je pense qu'on peut dores et déjà le rayer de notre liste de suspect, mon camarade du CP4 semble être du même avis que moi. Il tire d'ailleurs une conclusion censé, suite à ces différents interrogatoires et je tendrais plutôt vers une enquête plus poussée du côté de Kossack et ses hommes, car comme l'agent Laranja l'a si bien souligné, la seconde hypothèse serait bien plus difficilement vérifiable. Pas le temps de souffler qu'un petit navire s'approche des quais en vue de décharger sa cargaison et c'est d'ailleurs notre Adjudant qui s'occupe de la réception. Un marine apporte alors des bourses de berrys à Kossack et je me dis que c'est le bon moment pour faire preuve d'observation. Nous nous approchons lentement mais surement du quai afin d'analyser le petit manège qui se joue sous nos yeux. Le bateau est amarré et les marins s'occupent du chargement. Coup de bol pour nous, il s'agit là d'une cargaison de poisson et même s'il serait stupide que le ou les coupable/s commettent un faux pas en nous sachant de le coin, qui sait ce qui pourrait bien se produire. J’hésite un instant à m'en griller une nouvelle mais renonce en vue de garder les idées claires,  puis je m'avance en silence en direction de Kossack.


Donc, vous gérez la partie achat, import et export du poisson Adjudant Kossack ?

C'est exact oui !

Ce doit être une grande responsabilité hein ? Et tout passe uniquement par vous ? Ou vous déléguez certaines tâches ?

Je m'occupe de la réception. Je fais faire l'inventaire des stocks puis vient la répartition.

Avec tout ce poisson.. Quel boulot de titan, mes respect.

Oh je ne fais que mon travail vous savez...

L'inventaire se fait ici, dans le port annexe.. et qu'en est-il de la répartition ?

C'est le Sergent-chef McCoy qui s'occupe de la répartition en terme de logistique. Tenez.. il est là bas.


L'adjudant Kossack pointe alors un autre soldat du doigt, je peux apercevoir ce Sergent-chef McCoy qui se tient effectivement un peu plus loin. Un homme d'age mure, chevelure cendrée aux allures de vétéran occupé à tailler une bavette avec le marine qu'on a pu voir donner les bourses de berrys à Kossack un peu plus tôt. Bref coup d’œil à l'agent Laranja qui hoche la tête et nous voilà repartis en direction de McCoy afin de lui poser quelques questions à son tour. Présentations faites, le type n'a pas l'air spécialement ravi de nous voir, ou peut être est-ce simplement qu'il a du pain sur la planche et qu'on est en train de lui faire perdre son temps.


Comme nous l'expliquions au Lieutenant-Colonel Décro Foin, il s'agit d'un simple contrôle de routine.

Ouais j'connais.. Qu'est ce que j'peux bien faire pour vous ?

Nous sommes en train de faire un point sur l'organisation de ce port annexe. C'est donc ici que toute la logistique est gérée ? Impressionnant.

Ouaip. C't'une affaire qui roule. Faut dire que le Lieutenant-Colonel veille au grain...

Et vous vous occupez de la "répartition" c'est bien ça ? Avec combien de bases travaillez vous sur West Blue ?

Avec toutes les bases des blues. Poiscaille approvisionne toutes les bases et tous les relais sur les mers bleues.

Un sacré boulot que vous avez-là. Et ce registre, j'imagine qu'il s'agit du détail de ce qui sort chaque jour ? dis-je en montrant un épais registre posé sur un établi.

C'est exact. Vous pouvez y jeter un oeil si vous voulez. Faut que je continue de prévoir l’expédition du soir.. est-ce qu'on a terminé agent.. Droséra ?

Oui, je vous en remercie, je ne vous retiens pas plus Sergent-chef McCoy.


Pas très bavard le type, probablement encore un sous officier de plus qui se trouve sur la fin d'une carrière longue et pénible. Je jette un regard rapide au livre des comptes qui se trouve là et en effet, tout est notifié, les noms des navires de transit et de leurs capitaines respectifs, la destination de chaque bahut, la quantité de marchandise, tout y est étrangement parfaitement consigné. Il y a également quelques annotations rajoutées ici et là, sans doute les différents prix. Je ne suis pas un expert en poisson, mais mon œil d'agent du CP2 est habitué aux registres et comptabilités en tous genre, et j'ai rapidement cette mauvaise impression qu'il existe des écarts assez significatifs entre plusieurs cargaisons de même envergure. Je prends alors le temps de mémoriser les éléments concernant les départs prévus du soir, l'un des navires car les quelques interrogatoires que nous avons menés jusqu’à présent ne nous ont pas plus avancé. Ils nous auront au moins permis de comprendre le fonctionnement de ce port annexe et de rencontrer les principaux intervenants. Désormais seul à seul avec mon homologue du CP4, je me mets à avoir envie de prendre la mer.


Je serais d'avis d'inspecter la marchandise qui part ce soir... Au hasard, je dirais Le Pétrel Azur.. Il doit livrer deux tonnes de merlu frais dans la nuit, directement au port principal, direction la garnison.


Outre le côté pratique, qui ne nous mènera pas je ne sais ou inutilement si jamais cette virée ne nous permet pas d'en apprendre plus, il y a quelque chose qui me chiffonne. Pourquoi le transport de marchandise depuis ce petit port annexe vers la garnison se fait il en bateau et en pleine nuit ? Il y a quelque chose qui ne colle pas et je compte bien tirer ça au clair. Rapidement, nous entreprenons de localiser Le Pétrel Azur qui par chance n'est pas très loin. Amarré au quai, le chargement de poisson salé et séché est en cours. Je propose donc à l'agent Laranja de repasser ici un peu plus tard afin de se glisser à bord du petit navire pour pouvoir observer de plus près les process de livraison de marchandise.


---------



La nuit tombée, il n'est étonnement pas bien difficile d'approcher le fameux navire. A bord d'une petite barque, "empruntée" à un brave citoyen de Poiscaille trop occupé à cuver un peu plus loin, profitant de ma vision nocturne pour éviter d'alerter la garde du port annexe, nous parvenons enfin à nous hisser en silence à bord du Pétrel Azur. Pas de velours, gagnant immédiatement le pont inférieur afin de rejoindre la marchandise, nous voilà assuré que le poisson se trouve toujours à bord. Reste à se planquer et à voir si la seconde hypothèse de l'agent Laranja se vérifie ou si le trafic s'effectue à un autre niveau. Nous serions en tous cas bien malchanceux si cette cargaison ne faisait pas l'objet d'une activité suspecte.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24026-fiche-technique-de-jim-h
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24016-jim-horrison-lincorruptible
Décidément, l’agent Droséra s’avère être un excellent élément durant cette mission. Dans cette nuit à peine illuminée par une lune qui entame son dernier croissant, nous atteignons invisibles comme une ombre Le Pétrel Azur. Il faut dire qu’on a un peu de chance : notre proximité avec le port de la Marine endort totalement la vigilance de l’équipage ; et dans le nid-de-pie, l’homme de vigie se préoccupait surtout des flammes dansantes illuminant Poiscaille que ce qui entourait son navire. Pas de chance.

Lorsque notre barque touche la coque du navire, je pointe l’une des fenêtres du petit pont de batterie et laisse le Mink ouvrir la marche afin qu’il puisse veiller à ce qu’aucun matelot ne nous remarque. La cargaison localisée, nous nous cachons ensuite dans la soute à voile, qui se trouve juste à côté de la cale. C’était l’endroit idéal pour se cacher tout en surveillant ce qu’il se passait autour de nos bon vieux poissons. Avec quelques mouvements de mains, je communique à mon collègue de nous cacher chacun à une extrémité de la soute. Il y a peu de chances que qui que ce soit ne rentre, mais je préfère m’assurer que l’on puisse neutraliser le moindre fouineur.

Nous attendons un bon moment avant que le navire ne finisse par bouger. Bien que ce soit un peu étouffé, nous pouvons entendre quelques chants et des rires venant du pont. … Ah, celui qui chantait s’est ramassé un coup, vu l’arrêt brutal. Je dois avouer qu’il chantait très, très faux.

Après un moment, nous constatons que nous nous arrêtons à Poiscaille… mais pour quelques minutes seulement. Puis une fois que nous sommes repartis, nous entendons des voix de l’autre côté de la paroi.

« Cette fois, ce sont les tonneaux deux, trois, cinq, sept et neuf. » lance une voix autoritaire. Sauf erreur, il y a trois personnes de l’autre côté. Puis, nous entendons des objets s'entrechoquer en émettant des sons métalliques. Je ne suis pas ichtyologiste, mais je suis assez certain qu’un poisson qui tomberait quelque part ferait plutôt un « sploch » plutôt qu’un « chpling ». Enfin, dans notre cas c’était plutôt un « Klong ».

« Tout est là, Lieutenante Van Hag. Encore une bonne nouvelle ! J’espère que cette fois, ça suffira ! » affirme calmement un marine. Un autre confirme avec une certaine joie dans la voix.

« Oui… je l’espère sincèrement. » La lieutenante laisse éclater un léger éclat de rire, tandis que deux voix la suivent dans ce petit moment d’euphorie. « Refermez les tonneaux et scellez la caisse. Direction Vuurtoren ! »

Alors qu’ils indiquent vouloir quitter la cale, je fais signe à l’agent Droséra de ne pas bouger. Je ne le vois pas bien mais lui saura voir mes gestes. Puis, une fois notre environnement totalement calme, je me dirige très lentement vers le Mink pour lui chuchoter quelques mots avant de retourner à ma place.

« Dans notre situation, il vaut mieux attendre de retourner à terre. Nous sommes déjà embarqués dans un voyage imprévu, et un combat dans cette situation me semble périlleux. Sincèrement… un équipage entier corrompu me semble impossible, mais je n’aime pas compter sur la chance. »

Le navire finit par ralentir. Les sensations à bord laissent présumer que nous allons accoster à l’un des quais d’un port. Le voyage ayant été de quelques heures, la nuit est encore relativement sombre. En revanche, il y a pas mal de bruit autour de nous. Le déplacement des tonneaux a commencé. Puis, après quelques minutes, alors qu’on attendait le bon moment pour partir, la porte de la soute s’ouvre finalement. Un homme un peu gringalet s’avance et, évidemment, se tourne dans ma direction. Quelle poisse. Je ne fais qu’un bond pour placer mon gant sur sa bouche, laissant l’agent Droséra assommer le marine qui se débattait comme un démon.

« On abandonne les poissons. Il faut fuir et retrouver cette femme à tout prix. La nouvelle priorité est de découvrir ce que sont ces objets qu’ils ont sorti des tonneaux. »

Eh bien… un trafic à deux niveaux. Mon collègue l'aura sûrement compris aussi. Du poisson disparaît bel et bien, mais pour libérer de la place dans les tonneaux qui peuvent être entreposés dans l'entrepôt du port de la marine de Poiscaille. L’adjudant Kossack, le sergent-chef McCoy ou les deux sont liés à cette affaire aussi, mais ça attendra. On a pas une minute à perdre. On doit localiser la lieutenante et sa caisse. Je laisse au Mink le plaisir d'ouvrir - rapidement - la marche, étant donné que la seule chose que je peux voir aisément dans ce noir, c'est le grand phare qui se dresse à quelques mètres du port local.

Lieutenante Van Hag:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24000-fiche-daewon-laranja-lee
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23977-termine-daewon-laranja-lee
De surprise en surprise bon sang. L’ampleur du trafic est bien plus importante que ce à quoi on s’attendait. Si le poisson disparaît véritablement, il laissera sa place à une marchandise d’un tout autre calibre. Une fois le jeune marine un peu trop zélé neutralisé proprement, on s’élance tous les deux dans la pénombre pour retrouver la trace de la femme précédemment entendue. Ni une ni deux, parmi les tonneaux déchargés, nous voilà en train de faire démonstration de la discrétion légendaire des agents gouvernementaux. Si mon camarade semble quelque peu diminué par l’obscurité, il peut compter sur moi pour pallier à ce handicap. Sur le quai, je cherche du regard une femme au milieu de tous ces gaillards, faut dire que par chance, les dockers sont pour la plupart des hommes ici.


Par ici agent Laranja.


Un peu plus loin, une jeune femme portant une veste de sous officier s’éloigne sous bonne escorte de deux hommes. Même si rien de semble indiquer qu’il s’agit de notre « cible », je tente un coup de poker en me fiant à mon instinct. On se lance rapidement à sa poursuite, évitant le plus possible toute confrontation avec un soldat. Faut dire que c’est un beau bordel sur les quais, tout ce beau monde s’affaire au déchargement et tout ce qui s’ensuit. Bingo, mon ouïe fine confirme mes soupçons, je reconnais sa voix. Arrivés un peu à l’écart, contre toute attente, notre suspect quitte le giron de la base pour se diriger vers les quelques quartiers qui la bordent. On prend soin de la jouer discret, laissant suffisamment de distance entre la sous officier et nous. On voit que l’agent Laranja a l’habitude du terrain, il se déplace dans ces ruelles sombres comme un poisson dans l’eau. J’ai beau être un gus qui travaille en bureau, je ne suis pas en reste non plus, on ne peut pas oublier les enseignements du Cipher Pol. Ils entrent alors dans un petit bar miteux, on marque un temps d’arrêt avant d’entrer à notre tour.


Va falloir la jouer fine. J’entends du monde à l’intérieur, j’ai dans l’idée qu’on aura pas trop de mal à se fondre dans la masse.


L’agent Laranja acquiesce et on entre dans le bar. Une grande pièce animée, je scrute la foule qui occupe le bar et remarque alors notre « cible » qui monte un escalier avec un type. Elle laisse alors ses deux hommes en bas de l’escalier, comme pour monter la garde. Reste à trouver comment passer sans que ces gaillards ne nous remarque. Passer en force n’est pas une option, ressortir et tenter une fenêtre à l’étage n’est pas non plus ce qui me semble le plus judicieux. Se fondant littéralement dans le décor, on commande un petit verre, réfléchissant au meilleur moyen de passer à l’étage.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24026-fiche-technique-de-jim-h
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24016-jim-horrison-lincorruptible