Viva la revolucion

2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

L'esclavage



Viva la revolucion 3f0567a9af6b94be93756a02226f94907487d060r1-1195-660v2_uhq

Sur l’archipel des Shabondy l’esclavage est monnaie courante, pour une bonne raison, les Dragons célestes passent souvent la plupart dans leur temps sur l’île. Plus précisément, au marché aux esclaves, c’est là-bas qu’ils font leurs courses. Il n’est pas rare de voir un Dragon céleste se promener dans les rues de Shabondy, sa présence est signe de bénédiction, et la populace ne peut que se soumettre devant eux. Ceux qui osent défier l’autorité des descendants des créateurs du gouvernement mondial sont sévèrement châtiés, même la marine se soumet devant eux.

Aujourd’hui, une nouvelle cargaison d’esclave est livrée dans les geôles du bâtiment du marché aux esclaves.

Viva la revolucion The-price-list-of-the-human-auctioning-house

Les esclaves seront jaugés par les gardes, puis le responsable de la salle attribuera un prix de vente pour chacun. Il y a une bonne centaine de pauvres loques humaines, ces loques sont attachées par des chaînes en fer, ainsi qu’avec un collier en acier explosif. Les tortionnaires contrôlent les prisonniers, après avoir vérifié leur identité, ils sont enfermés dans les cellules. Au niveau des espèces, il n’y a pas grand-chose à dire, il y a beaucoup d’humains et, deux ou trois hommes-poisson, rien d’extraordinaire.

Un homme parmi tant d’autres se fait contrôler, il est comme tout le monde, il est enchaîné. Le type porte une chemise rouge à carreaux, il a un vieux chapeau troué de partout, des bretelles soutiennent son pantalon marron. À chaque pas qu’il fait, le bruit de ses bottes en cuir se fait entendre. Un homme vêtu d’une armure de chevalier regarde une liste de nom, il fait l’appel.

Viva la revolucion Sans-titre-4

— Dallas Clint. Prime : 29.000.000 de Berry ! Dallas Clint. Prime : 29 000 000… Dallas Clint. Prime : 29.000.000 !

Personne ne dit rien, ce qui énerve le geôlier.

— Putain, il commence à me faire chier. Dallas Clint. prime : 29 000 000 !

Le concerné lève ses chaînes, il sort du groupe d’esclave, il se traîne jusqu’au chevalier.

— C’est bien toi, tu as la même tronche que sur l’avis de recherche. Tu ne peux pas répondre quand je t’appelle ?! Bon, on va passer à la petite fouille.

Le geôlier ordonne à l’esclave de lever les mains en l’air, il s'exécute, le chevalier le fouille dans les moindres recoins.

— Il n’a rien. Allez, va rejoindre les autres.

Dallas rentre dans une cellule avec une bonne trentaine de personnes, il s’assoit dans un coin, puis il regarde les autres se faire fouiller. Mais comment un cavalier de la révolution se retrouve dans une telle situation ? C’est simple, Clint est ici de son plein gré. Il a entendu parler du marché aux esclaves, il a décidé de se faire capturer à son arrivée sur Shabondy, et le voilà dans les geôles. Son but est de libérer les esclaves, ainsi que de faire tomber ce marché douteux, Dallas n’y va pas de main morte.


Codage par Libella sur Graphiorum
[
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22242-clint-dallas-terminer
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22238-l-homme-le-plus-rapide-de-west-blue
2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

L'évasion !



Les prisonniers rentrent dans leur cage, ils n’ont plus aucun espoir dans le regard, c’est somme s’ils étaient déjà morts. Clint regarde les prisonniers, il veut trouver la flamme de la volonté dans leur regard, mais il n’y a rien. Il n’y a qu’une personne qui ose défier l’autorité des geôliers, elle refuse de devenir esclave, ce type s’oppose à cette vie de misère. Cet ancien pirate envoie un coup de genou dans le visage du garde qui le fouille, et il donne un coup de pied retourné dans le torse d’un autre geôlier.

Le pirate est encerclé par trois geôliers qui pointent leur lance dans sa direction, la tension est palpable, le pirate primé à vingt-un millions de Berry ne lâche rien. Mais le chevalier ordonne à ses hommes de se calmer, ces derniers reculent.

— Laissez-moi partir, je ne veux pas mourir ici, pas comme ça !

Le chevalier croise les bras.

— Tu n’iras nulle part.

Subitement, un déclic retentit, suivi d’une multitude d’autres cliquetis. Les gardes s’écartent de plus en plus, le pirate reste sur ses garde. Soudainement, le collier qu’il porte explose, le vigoureux forban reste figé sur place. Sa peau est brûlée, et il a perdu pas mal de dents. De la fumée s’échappe de sa bouche, et il tombe pour de bon. Le chevalier prend une lance, et il plante celle-ci dans les côtes de la victime pour vérifier s’il est encore en vie.

— Non, il est mort. Encore un capitaine pirate de gâché, dommage.

La majorité des prisonniers n’osent même pas regarder le cadavre, ils savent ce qu’il leur coûterait de défier l’autorité des marchands d’esclaves. Dallas attend que tous les taulards soient dans leur clapier pour passer à l’action, mais avant cela, le présentateur fait un petit récapitulatif aux esclaves.

Viva la revolucion 250px-Puhat-main

— Bon, vous êtes tous prêts ? Haha, non, je plaisante. On n’est jamais prêt pour une vie de servitude, mais vous allez voir qu’on s’y habitue très vite. Je vais vous expliquez comment ça va se passer, la salle est actuellement remplie d’acheteur, ils viennent ici exprès pour vous voir, ce n’est pas merveilleux. Vous allez tous passer un par un, je vous appellerai par votre numéro qui est inscrit sur votre collier. Ensuite, vos geôliers vous sortiront de votre cage, et vous paraderez devant nos généreux acheteurs. Vous avez des questions ? Non, je déconne, fermez vos gueules.

Le vendeur retourne chauffer la salle, il débute la vente, les esclaves peuvent entendre son discourt depuis leur cage. Certains stress tellement qu’ils se font dessus, et d’autres acceptent leur sort. Les premiers esclaves sont amenés sur la scène, ils sont dociles. Les gardes sont distraits par la vente, ce qui permet au cavalier de la révolution pour faire la causette avec ses voisins de cellules. Il tape sur l’épaule d’un gars balèze, ce dernier ne dit rien, il se contente de regarder par terre. Le cavalier ne se démonte pas, il tape sur les épaules de tout le monde dans sa cellule.

— Oh, vous êtes mort ou quoi ? Ah, non, j’ai entendu quelqu’un péter !

Celui que l’on surnomme le « Desperados » remotive les troupes de sa cellule, c’est-à-dire une bonne trentaine de personnes.

— Bon, les gars, écoutez-moi. Si je vous dis que je peux vous faire sortir d’ici, qu’est-ce que vous en pensez ? Hein, vous en dites quoi ? Putain, je ne suis pas doué pour les discours. Non, sérieusement, si je peux vous sortir le cul d’ici, vous vous enfuirez ?

Quelques personnes regardent vers l’agitateur, leur regard semble désespéré, un homme prend la peine de répondre à Clint.

— Nous ne pouvons pas nous permettre d’espérer, ce que tu nous fais est cruel, laisse nous mourir en paix.

Clint soupire.

— Bande de tapettes, battez-vous pour votre honneur, battez-vous pour vous, pour votre famille ! Ce n’est pas la mort qui vous attend, c’est une chose encore pire, c’est la soumission ! Personnellement, je préfère mourir debout que de vivre à genoux !

Dallas se lève. Subitement, sa peau change de couleur, elle passe de blanche à brune rouge. Les chaînes en fer de Clint se mettent à rouiller, pour finalement tomber en poussière devant les yeux des taulards. Le collier en acier subit le même sort, l’explosion ne se déclenche même pas. Car le dispositif qui permet de générer des explosions est lui aussi rouiller, donc inutilisable. Le « Desperados » arrache son collier d’esclave, il le jette par terre, le bruit de la ferraille tombant au sol attire l’attention des autres captifs.

Les gardes sont trop distraits par le spectacle, et il y a de l’ambiance dans la salle, ça hurle pour avoir de l’esclave. Dallas tend la main à un prisonnier, ce dernier retrouve la flamme de la volonté, et ce n’est pas le seul. Il attrape la main de son libérateur, il se lève, et il est suivit par beaucoup d'autres. Le cavalier est heureux, il demande aux gars de s’approcher de lui. Clint utilise ses pouvoirs pour détruire les colliers et leurs chaînes. Une fois libéré, Dallas demande aux captifs de s’écarter des barreaux, et il en touche avec son index droit.

La rouille détruit une grande partie de la cage, les barreaux cèdent, les prisonniers s’arment de courage, puis ils sortent de leur cellule.

— En avant pour la révolution !

Les anciens esclaves foncent aider leur compagnon, et ils éclatent les gardes qui se sont rendu compte du boxon, ils ne font pas long feu. Clint libère les autres taulards de la même façon que les précédents. Les anciens prisonniers attendent d’être au complet pour tenter une évasion, une fois rassemblée dans les caves du marché, ils sont une centaine au total. Dallas est le meneur du groupe, il ouvre la marche vers la scène qui est le seul moyen de sortir de ce bâtiment. Le présentateur est en train de négocier la vente du troisième esclave mis en vente.

— Allez, c’est un beau petit lot, c’est une esclave qui sera satisfaire toutes vos envies, même les plus per…

Le groupe d’évadé débarque sur scène, Clint conduit le groupe, et il saute vers le présentateur pour lui mettre un coup de latte dans le visage. Le bonhomme s’encastre plus loin, il tombe de la scène, les gardes présents dans la salle d’enchère aux esclaves interviennent. Les acheteurs prennent peur, et ils s’enfuient le plus vite possible. Une rixe éclate entre les évadés et les geôliers, la seule différence entre les anciens prisonniers et les gardiens, c’est la motivation.

Les anciens esclaves mettent leur vie en jeu, contrairement aux gardiens qui refusent de mourir pour un boulot. C’est cette différence de volonté qui permet aux ex-taulards de remporter la bataille, et aussi grâce à l’aide de Clint. Les évadés arrivent dehors, Dallas leur fait un petit discourt avant de les laisser partir.

— Les gars, vous voilà libre, faite ce que vous voulez. En revanche, si vous voulez servir une cause plus grande que vous, ou que vous n’avez rien d’autre à faire dans la vie, vous pouvez rejoindre la révolution. Si vous nous rejoignez, vous pouvez me suivre, sinon, bonne chance !

Quelques évadés prennent la fuite de leur côté, mais la majorité reste avec leur libérateur. Le cowboy est satisfait, il ordonne aux nouveaux révolutionnaires de se séparer pour avoir plus de chance pour sortir d’ici, et de le retrouver au groove numéro 34.

— Un bateau nous attend là-bas, ce sont nos alliés, nous avons tout prévu pour votre extraction !

Les révolutionnaires commencent à se séparer, le plan de Clint marche comme sur des roulettes. Mais il y a un problème, la base navale de l’archipel des Shabondy est contactée par le responsable du marché aux esclaves, ce dernier a le nez brisé à cause du coup de pied du cavalier de la révolution. La commandante de la 78ème division d'élite, Leslie Sakamoto répond.

— Nous vous inquiétez pas, nous arrivons tout de suite.

Leslie contacte une troupe de la marine se trouvant dans les environs, elle leur raconte ce qu’il se passe au marché aux esclaves, l’équipe se dirige dans vers ce fameux bâtiment. Tandis que la commandante commence à bouger de de la base de la marine se trouvant au groove 66, elle se déplace avec une bonne centaine de soldats.


Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Dallas Clint le Ven 13 Mai 2022 - 8:29, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22242-clint-dallas-terminer
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22238-l-homme-le-plus-rapide-de-west-blue
2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

Les forces de la marine !



Pendant que les anciens esclaves se séparent en plusieurs groupes pour faciliter leur extraction, Clint conduit une trentaine d’ex-taulards vers le groove 34. D’autres évadés se dirigent vers ce même groove. Le cavalier passe par des chemins discrets, il ne veut pas se faire remarquer. Mais voilà, se balader avec une trentaine de personnes c’est un pari risqué.

La marine ne tarde pas à leur tomber dessus, une quarantaine de soldats chargent les ex-taulards. Certains prennent peur, mais la combativité de leur leader calme leur crainte. Dallas fonce dans le tas, tout en activant le pouvoir de son fruit. Sa peau se teinte d’une couleur brun rougeâtre. Les soldats ont beau lui tirer dessus, rien n’y fait. Leurs balles disparaissent au contact de la peau du cowboy.

Celui-ci saute dans les airs, et il assène un violent coup de pied dans le visage du premier venu. Les soldats dégainent leur sabre, et ils y vont au corps-à-corps. Ils entourent le cavalier de la révolution, et ils l’attaquent simultanément. Clint croise les bras, puis il sourit. Les lames disparaissent subitement, elles tombent en poussière. Les marins n’en croient pas leurs yeux, et Dallas ne se fait pas prier pour riposter.

Il envoie des centaines de coups de poing et coups de pied dans le corps de ses ennemis, ces derniers sont mis hors-jeu. La centaine de soldats n’est plus en état de combattre. En plus du cavalier, ils ont dû affronter les redoutables nouveaux révolutionnaires qui l’accompagnent. Beaucoup d’entre eux sont d’anciens pirates ou même des civils ayant une bonne réputation dans leur région.

Clint achève le dernier soldat encore debout, ce sergent-chef perd connaissance après avoir reçu un coup de coude dans le menton. Dallas ordonne aux gars de continuer d’avancer. Mais alors qu’ils reprennent leur route, deux hommes se mettent en travers de leur chemin. Ces deux gus sont accompagnés par une bonne soixantaine de soldats, et ils ne sont pas contents de voir leurs camarades comater au sol. Les deux chefs des soldats s’avancent.

Viva la revolucion 8pvw

— Vous n’irez pas plus loin, criminels !

Viva la revolucion Td2g

— Décidément, les criminels sont vraiment débiles. Vous avez vraiment cru pouvoir vous opposer au gouvernement mondial, vous êtes idiot ou quoi ?

Les soldats acclament leurs chefs de section.

— Vive Rahanuma !

— Vive Makade !

Les soldats sont fiers de leurs lieutenants, ce sont de redoutables combattants. Les anciens esclaves grimacent, puis ile veulent passer en force. Dallas leur dit de ne pas bouger, car c’est à lui de s’en occuper. Le cowboy ramasse deux révolvers sur les corps des marins déjà froids, puis ils chargent ces derniers. Makade dégaine son épée qu’il a surnommée le « Serpent », tandis que Rahanuma empoigne son bâton amélioré qu’il a baptisé « Nyoï Bo ».

Les deux hommes attaquent simultanément Clint. L’épée « Serpent » et « Nyoï Bo » s’allonge soudainement, le cavalier est surpris. Il esquive de peu la lame tranchante de « Serpent », mais il se prend un coup de « Nyoï Bo » dans le ventre. Le révolutionnaire s’encastre dans une racine des arbres gigantesques des Shabondy. Les deux marins sont fiers d’eux, et leur exploit galvanise les autres soldats.

— Je vous l’avais dit, ces criminels n’ont aucune chance contre le gouvernement mondial.

— L’humilité est mère de sagesse, n’oubliez jamais cette leçon.

Clint sort de la racine.

— On va se calmer les philosophes, car pour m’abattre, il m’en faudra plus.

Les soldats sont étonnés de voir le révolutionnaire encore debout, les attaques de leurs lieutenants sont réputées comme étant redoutables. Qu’une personne puisse se relever juste après, cela est inconcevable. Makade en a marre de ses hors-la-loi, et il veut s’en charger seul. Rahanuma n’y voit pas d’objection, c’est d’ailleurs une bonne occasion de voir si son rival de toujours a fait des progrès. Makade se place devant son adversaire, et il fait son show.

 Tu vas avoir l’honneur de mourir par la main du grand Makade, le lieutenant le plus puissant des Shabondy. Tu sais quel est mon surnom par ici ? Non, eh bah, je vais te le dire. On m’appelle la « Vipère », car je ne lâche jamais ma proie !

Dallas observe les mouvements de son ennemi, celui-ci envoie un coup d’épée sur le cavalier. Le cowboy esquive sans grande difficulté, c’est un coup basique. Makade remet ça, et il envoie des centaines de coups de sabre. Dallas n’a aucun mal à les esquiver, mais il remarque que l’épée « Serpent » a un énorme point faible. Après cent un coups donnés dans le vide, et de ce fait cent une esquives. La « Vipère » halète, ce qui l’énerve.

— Arrête de bouger dans tous les sens quand je t’attaque, espèce de lâche !

Celui que l’on a surnommé le « Desperados » connaît le point faible de ce type, et il ne va pas s’en priver pour l’utiliser contre lui.

— Ce n’est pas de ma faute si tu es lent, c’est ça la force de la marine ? Une bande de larbins incapable de tuer un seul homme, ce n’est pas étonnant que nous révolutionnaires vous bottons le cul !

La marine apprend qu’il s’agit des révolutionnaires, et non des hors-la-loi communs. Makade s’en fiche de tout ça, il veut tuer cet arrogant qui le fait passer pour un incapable. Il perd son sang-froid, et son ami Rahanuma lui demande de se calmer avant de faire une bêtise. Mais la « Vipère » assure au « Macaque » qu’il sera victorieux grâce à sa botte de secrète, Raha est surpris d’entendre ça.

Viva la revolucion 7k9e

— Il a une botte secrète, depuis quand ?

L’épéiste se tourne vers le sniper.

— À la base, j’ai élaboré cette technique pour vaincre Rahanuma, mais tu ne me laisses pas le choix ! Subis les crocs de la vipère, et meurs !

Makade fait tournoyer son épée dans tous les sens, à tel point que le « Serpent » forme un dôme protecteur autour de lui. Ce dernier envoie sa lame qui s’étend sur trente mètres, ceci est la longueur maximale de cette épée améliorée par la technologie de la section scientifique de la marine. Tout le monde est impressionné par cette technique, et cette longueur. Même s’il est impressionné, le « Desperados » n’a aucun mal à attraper la lame qui s’abat sur lui.

— Qu’est-ce qu… ? Quoi ?!

— Débile, ton épée est peut-être sophistiquée, mais elle est toujours composée de fer.

L’arme tombe en poussière, la « Vipère » est comme brisée mentalement. Son arme n’est plus, ainsi que sa combativité. Le lieutenant tombe à genoux, et il se met à pleurer. Dallas sort un révolver, et il tire sur l’homme bouleversé. Mais son ami lui sauve la vie, le « Macaque » s’interpose entre la balle et le crâne de la « Vipère ». Et grâce à son « Nyoï Bo » amélioré lui aussi, il dévie la balle en faisant tournoyer ce bâton.

 Allons, lieutenant. Ne perdez pas espoir, n’oubliez pas que nous sommes là !

— J’ai tout donné, mais ça n’a servi à rien… Putain, je me sens merdique.

— N’oubliez jamais ça, tous autant que vous êtes, la marine est solidaire, nous sommes une unité !

Le lieutenant-chef protège son ami, et il prend le relai. Il envoie des coups de bâton qui s’étire le plus loin possible, Clint esquive sans difficulté. Rahanuma affirme que son bâton peut s’étirer sur quarante mètres, ce qui en étonne plus d’un. Le cavalier commence à s’ennuyer, et il le fait montrer. Dallas bâille devant tout le monde, c’est un énorme manque de respect pour ceux qui mettent leur vie en jeu dans cette bataille.

— Tu ne m’auras pas, ma concentration est exceptionnelle. Après des années de méditation, j’ai réussi à atteindre un niveau de concentration unique. Je peux rester focaliser sur mon objectif durant des semaines sans que mon esprit vagabonde ailleurs, peux-tu en faire autant ?

— Ah, non. Tu as mal interprété mon bâillement, je ne cherche pas à te déconcentrer, c’est juste que tu me fais chier avec tes coups de bâton.

Rahanuma ferme les yeux, et il se met à réciter des prières pour évacuer la colère de son cœur. La colère disparaît, et le « Macaque » retrouve sa sérénité. Clint constate que cet adversaire possède un grand potentiel, et il veut s’en débarrasser tant qu’il le peut. Autrefois, Dallas a commis une erreur. Lors d’une précédente bataille, il a rencontré et combattu un certain Alaaric. À l’époque, celui-ci n’était rien, mais aujourd’hui, il est devenu dangereux pour Dallas.

 Je ne ferais plus jamais la même erreur, je n’ai pas envie de retourner en prison.

L’homme au bâton continu de lui envoyer des coups de « Nyoï Bo » tout en récitant ses prières. Dallas repousse subitement l’arme avec un revers de sa main gauche, le bâton est violemment repoussé loin de lui. Rahanuma a du mal à stabiliser « Nyoï Bo ». Pendant ce temps, le cavalier effectue des cercles avec ses bras. Puis, il arrête tout. De l’air semble s’être accumulé autour des poings du révolutionnaire.

Lors de son entraînement sur l’île de Kilauea en compagnie de Montblanc Cacao, Dallas a élaboré un art martial basé sur les mouvements de l’air. Grâce à son séjour passé auprès de ce grand monsieur de la révolution, Clint peut désormais manier les courants d’air et s’en servir comme projectile contondant. Cet art martial est répandu dans le monde entier, mais chacun l’utilise de différente marnière. Clint l’a baptisé « Void Fist », et ses coups sont terrible.

— Void Fist : Storm !

Clint assène un coup qui projette de l’air amassé autour de son poing droit, ce dernier se dirige vers Raha. Le lieutenant-chef rétrécit son bâton au maximum, et il s’en sert pour se protéger lui et son compagnon. Mais le coup est si puissant qu’il brise l’arme en deux, et il percute le ventre de son utilisateur. Celui-ci crache du sang, puis la violence du coup repousse violemment les deux lieutenants. Ils s’écrasent sur leurs soldats, ces derniers sont effrayés.

— Lieutenants, non, pas vous !

Raha est mort sur le coup, son thorax est en mille morceaux. Makade est malheureusement encore vivant, le corps de son ami a fait barrage. En revanche, il est mal en point autant physiquement que psychologiquement. Dallas et ses hommes foncent sur les soldats, et ils les battent. Ces derniers ayant vu leurs champions se faire laminer lamentablement, ils n’ont plus la volonté de se battre.

Une centaine de soldats sont déjà tombés, et ça ne fait que commencer. Car la commodore Leslie Sakamoto n’est plus très loin, elle et ses hommes ne feront preuve d’aucune pitié.

Codage par Libella sur Graphiorum


Technique:


Dernière édition par Dallas Clint le Ven 13 Mai 2022 - 20:06, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22242-clint-dallas-terminer
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22238-l-homme-le-plus-rapide-de-west-blue
2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

La femme la plus forte



Après avoir vaincu une centaine de soldats de la marine, les révolutionnaires continuent leur chemin en traversant d’énormes racines qui forment un pont. Ils ne rencontrent aucun problème pour le moment. La commodore arrive devant le marché aux esclaves, et avec ses troupes, elles évacuent les blessés. Leslie Sakamoto essaye de contacter le groupe de Makade et de Rahanuma, mais elle n’a aucune réponse.

La commodore doit choisir entre sauver les blessés ou partir à la recherche des responsables de ce carnage. La marine prend une décision, et elle choisit les deux. C’est un choix audacieux, car elle scinde son groupe en deux. Sur les deux cent quarante soldats présents, elle n’en prend que cent-vingt pour traquer les fuyards, le reste s’occupe d’évacuer et d’accompagner les blessés à l’hôpital.

Pendant ce temps, la cheffe s’occupe de pister les évadés. Avec son groupe, ils arrivent devant un pont formé à partir d’une gigantesque racine. Le commodore trouve le groupe de Makade et de Rahanuma complètement K.O. ce qui l’énerve. Leslie ne peut pas laisser ses soldats mourir impunément, voilà pourquoi elle doit choisir une nouvelle fois. Soit elle laisse une centaine de braves soldats mourir dans l’indifférence, ou soit elle les sauve.

Mais si elle les secourt, la commodore perdra la trace des fuyards. Mais si elle les snobe, ils mourront. Ce n’est pas toujours facile d’avoir des responsabilités envers autrui, surtout si ces dernières nous enchaînent. Mais comme la commodore est une personne futée, elle fait de nouveau un choix audacieux. Elle se sépare d’une centaine de soldats pour qu’ils s’occupent des cent marines ayant subi la colère des révolutionnaires.

La commodore part donc avec vingt soldats, ce qui n’est pas mal. Leslie Sakamoto commence à s’énerver, cette intervention est déjà assez compliquée sans en rajouter. Heureusement que les Dragons célestes ne sont pas en ville aujourd’hui, la venue d’un amiral aurait encore plus compliqué la situation. La Sakamoto repense au corps sans vie de Rahanuma, cet homme était un guerrier redoutable, et le voir dans cet état ne fut pas facile.

Viva la revolucion E8f817ba84b4d54d8f6e0abed9d4c77a

— Je me demande sur qui nous allons tomber. Raha et Maka sont de redoutables soldats, je me suis moi-même chargé de leurs entraînements. Je me demande comment ils ont pu perdre contre des prisonniers, sans compter les cent victimes qu’ils ont laissées derrière eux. Je n’aime pas ça, mais alors pas du tout. Restez sur vos gardes, messieurs. Nous n’avons peut-être pas à faire à de simples prisonniers, méfions-nous !

Après quelques minutes de course, et aussi en empruntant quelques raccourcis, la marine arrive à retrouver la trace des fuyards. Un caporal regarde avec sa longue vu les révolutionnaires qui s’enfuient, la Sakamoto lui demande de lui prêter cette longue vue. La cheffe reconnaît quelques têtes connues dans le milieu de la piraterie, mais aussi leur leader. Elle regarde de plus près pour être sûre de ne pas se tromper.

Viva la revolucion 3c0721ae16594e534c7fd415e021b3a1

— J’aurais dû m’en douter, c’est encore un coup de la révolution. Je reconnais l’homme qui semble guider les évadés, il y a quelques semaines, il s’est échappé de Tequila Wolf. D’après nos informations, il aurait assassiné quelques gardiens durant sa fuite, et le voilà ici sur Shabondy. Les gars, occupez-vous des autres. Je me charge de Dallas Clint, et croyez-moi, il va payer pour nos compagnons !

Leslie Sakamoto et son groupe empreinte un raccourci. Les révolutionnaires ne sont plus très loin du groove 4, encore un seul groove à traverser et ce sera bon. Subitement, une femme descend du ciel. Elle barre le chemin des révolutionnaires, une vingtaine de marines assurent ses arrières. Le « Desperados » regarde la gradée, et il sent que ça va mal tourner.

Viva la revolucion Rqsu

— Les gars, le groove 34 n’est plus très loin. Vous devez traverser le dernier groove, c’est en ligne droite. Une fois au port, vous monterez dans une frégate avec un canard comme tête de proue.

L’un des révolutionnaires demande à Dallas de venir avec eux.

Viva la revolucion Nadb

— Croyez-moi que si je pouvais, je le ferais. Mais ça m’étonnerait que l’autre greluche me laisse faire, je vais m’occuper d’elle. De votre côté, occupez-vous des sous-fifres.

Leslie s’avance vers les révolutionnaires, puis elle annonce la couleur.

Viva la revolucion 824806055d9ae91c6f507b537d213b33

— Criminels, vous êtes en état d’arrestation ! Rendez-vous, ou nous serons obligés de vous neutraliser !

Clint s’approche de Leslie.

Viva la revolucion 4mol

Marines, vous nous barrez le passage ! Écartez-vous, ou vous en subirez les conséquences !

Les deux groupes se galvanisent, et ils foncent l’un vers l’autre.


Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Dallas Clint le Ven 13 Mai 2022 - 20:27, édité 3 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22242-clint-dallas-terminer
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22238-l-homme-le-plus-rapide-de-west-blue
2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

Combat acharné



Les forces de la marine s’opposent à celle de la révolution. La marine doit faire face à des combattants redoutables, et vice-versa. Les rebelles combattent avec les armes précédemment prises à leurs anciens adversaires. Les coups d’épée fusent dans l'air tout comme les tirs de fusil et de pistolet. Certains tombent, et d’autres jonchent leur cadavre.

Un peu plus loin, les deux chefs se regardent. Leslie Sakamoto dégaine le Yubashiri de son fourreau, puis elle le brandit devant elle. Dallas sort rapidement ses deux colts de leur étui, et il les fait tournoyer. Clint commence, et il envoie trois balles sur l’épéiste en armant le chien d’un de ses colts et en le désarmant. La marine recule de quelques pas en zigzaguant, et ce n’est que l’échauffement.

Le « Desperados » se déplace en zigzaguant à son tour. Leslie doit redoubler d’efforts pour éviter les balles grâce à sa lame. Dallas constate que les attaques à distance ne sont d’aucune utilité face à Sakamoto, alors il décide de changer de stratégie. Le révolutionnaire fonce rapidement sur son adversaire, celle-ci fait de même. Clint bloque un coup de sabre avec le canon d’un de ses révolvers.

Leslie continue d’asséner des coups de lames un peu partout sur le corps du cowboy, mais ce dernier fait preuve de réactivité pour parer ces coups tranchant avec ses colts. Le cavalier bloque une fois de plus la lame de l’épéiste, mais cette fois, le révolutionnaire ne laisse pas Sakamoto se dégager. Clint a bloqué la lame du Yubashiri avec le canon d’un de ses colts, et avec l’autre, il bloque le dos de la lame avec le deuxième colt.

Dallas se met à sourire, ce qui agace la commodore. Le « Desperados » profite que son adversaire est immobilisé pour lui mettre un coup de genou dans le ventre. Cette femme ne sourcille pas, Dallas grimace. Son coup n’a pas eu l’effet escompté, Leslie a recouvert son buste avec le Haki de l’armement. Elle reste sérieuse, puis il met une balayette au cowboy. Elle veut faire tomber ce révolutionnaire et qu’il se fasse mal.

Celui-ci utilise son Haki de l’armement pour enduire sa jambe gauche, le coup de pied de Sakamoto n’a pas eu l’effet escompté, même si Dallas a senti le coup contrairement à son adversaire. La commodore enduit sa lame de Haki de l’armement, le canon du colt commence à se fissurer. Dallas grimace, il se rend compte qu’il risque de finir trancher, ce qui lui fait peur. Il doit agir avant qu’il ne soit trop tard.

Il refuse de se laisser faire, et il enduit ses deux colts de Haki de l’armement. Le sabre ne tranche plus le canon du révolver. Leslie regarde Clint, ce dernier lui sourit. La commodore n’arrive pas à croire qu’il puisse lui tenir tête à ce point, elle prend conscience qu’elle seule peut stopper cet homme. Elle repense aux civils, et à ses compagnons blessés. Leslie arrive à prendre l’ascendant dans leur bras de fer, la lame recommence à creuser le canon.

Viva la revolucion L15n

— Il est inutile de résister, rendez-vous sans faire d’histoire !

Viva la revolucion A4gq

Dallas tente de déstabiliser son ennemi.

— Dis-moi, gouvernement. Pourquoi combats-tu la justice ?

Et ça marche.

— Comment ça ? Mon gars, je ne sais pas si tu l’as remarqué, mais c’est toi qui es du mauvais côté.

— Ah, ouais ? C’est moi qui autorise la vente d’esclave, et c’est moi qui les pourchasse ? La marine n’est pas censée représenter la justice et défendre les faibles, ce n’est pas un peu la base de cette organisation ?!

— Je ne fais qu’obéir aux ordres qu’on me donne, j’agis comme un bon soldat.

— Tu n’es qu’un chien de guerre, rien de plus. Tu aboies quand ton maître te l’ordonne, et tu mords lorsqu’il te le demande !

Clint reprend l’ascendant sur Leslie, puis il parvient à repousser la commodore en mobilisant la totalité de ses muscles. Sakamoto est repoussé, même si elle essaye de freiner le pas avec ses pieds. Elle doute d'elle, de la légitimité de son combat. Mais elle n'a pas le droit de flancher, alors elle se ressaisit. Les pieds de la marine s’enfoncent de plus en plus dans le sol à mesure qu’elle se fait repousser, et le canon du colt de Clint est de plus en plus entaillé par la lame de la Sakamoto.

 Coucouche panier, clébard !

Grâce au révolver qui bloque le dos de la lame du Yubashiri, Clint envoie un coup de colt chargé au Haki de l’armement dans le visage de Leslie. Cette dernière n’a rien vu venir, et sa joue est éraflée. La gradée recule de quelques pas. La commodore s’énerve, puis elle balance un violent coup de sabre à l’horizontale. Dallas parvient à s’échapper de justesse, mais il hérite d’une légère entaille au ventre.

Les deux combattants prennent de la distance, puis ils se jaugent l’un l’autre. Clint regarde son canon entaillé, en regardant cela, il prend conscience de la supériorité du Haki de la Sakamoto. Leslie touche sa joue, elle se rend compte qu’elle a sous-estimé le cowboy, c’est une erreur qu’elle ne fera plus. La marine ne rigole plus, elle veut en finir avec lui.

— Je suis un peu rouillé, je dois l’avouer. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, je vais me battre à 100 % de mes capacités !

— Tu n’étais pas à ton maximum ? Haha, ne me fait pas rire.

Leslie Sakamoto envoie une lame d’air avec son Yubashiri, et Clint riposte avec une frappe d’air. Les deux attaques explosent après s’être percutées. Leslie continu, tout comme le « Desperados ». Mais la différence de puissance se fait sentir, Dallas a de plus en plus de mal à repousser les lames de vent. Quelques-unes s’écrasent à côté du cavalier, il n’arrive plus à les détruire, mais seulement à dévier leur trajectoire. Depuis tout ce temps, Leslie ne faisait que jouer.

Les lames d’air repoussent les frappes d’air. Clint enduit les parties de son corps adéquat avec son Haki de l’armement avant même que les projectiles ne tranchent sa peau, tout comme ses colts. Les armes du révolutionnaire ne tiennent pas longtemps, heureusement que son armure de Haki est solide. Mais deux lames d’air assez puissantes brisent cette armure, le torse du révolutionnaire se fait entailler ainsi que son bras droit.

Il baisse sa garde, ce qui permet à Sakamoto de traverser rapidement les trente mètres qui les séparent, puis de lui envoyer un coup de coude dans l’estomac. Le cowboy est projeté sur une grande distance, et le voilà à terre. Clint crache du sang, il est blessé autant dans son orgueil que dans son corps. Il tente de se redresser, mais il a du mal. Il est légèrement adossé, puis il regarde Leslie s’approcher de lui en traînant l’extrémité de son sabre sur le sol.


Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Dallas Clint le Ven 13 Mai 2022 - 8:26, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22242-clint-dallas-terminer
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22238-l-homme-le-plus-rapide-de-west-blue
2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

C'est terminé



Dallas est adossé, et ce dernier souffre le martyre. Son épaule gauche est entaillée, et il a perdu son avant-bras droit. Dallas est en colère, et le voilà qui peste contre Sakamoto. Il l’insulte, la concernée s’approche de plus en plus de lui. À chaque pas qu’elle fait dans la direction du cowboy, celui-ci sent une angoisse montée en lui.

— Je ne peux pas perdre, pas ici, pas maintenant !

Leslie hausse un sourcil, la voilà devant Clint. Elle pointe l’extrémité de sa lame vers le vaincu, puis elle lui laisse le choix.

— Tu es en état d’arrestation. Soit tu te rends gentiment et aucun mal ne te sera fait à toi et tes hommes, ou soit tu résistes et je serais dans l’obligation de te supprimer toi et tes compagnons. Alors, que choisis-tu ?

Dallas tient son moignon avec sa main gauche, tout en grimaçant. Il transpire, et la douleur lui fait fermer les yeux. La Sakamoto lève son katana dans les airs, afin de mettre la pression à Dallas pour qu’il se dépêche de choisir. Le "Desperados" ramasse discrètement une grosse dose de terre dans sa paume. Subitement, des cris de douleurs qui proviennent du champ de bataille attirent l’attention de la commodore.

Clint y voit une ouverture, et il en profite pour envoyer la dose de terre dans les yeux de la Sakamoto. Celle-ci est prise par surprise, puis elle se met à hurler de douleur. La voilà temporairement aveugle. Le « Desperados » utilise ses dernières forces pour prendre la fuite, et le voilà qui détale comme un lapin. Le cowboy n’a jamais été aussi rapide de toute sa vie, il ramasse son avant-bras qui gît au sol.

Le cavalier doit faire vite, car il se vide de son sang. Il passe à travers ce qui reste du champ de bataille, la plupart des soldats de la marine sont blessés. Les révolutionnaires qui ont survécu arrivent au groove 34, et là-bas, ils trouvent la fameuse frégate avec la tête de proue en forme de canard. Dallas fait du mieux qu’il peut pour rejoindre le groove. Il parvient à traverser le groove numéro 35, mais il se fatigue très vite.

Il trébuche, sa vision se trouble. Il croit qu’il va mourir, de toute façon, Leslie qui a retrouvé la vue le traque. Mais par chance, un retardataire révolutionnaire prête main-forte à son supérieur. Il l’aide à se déplacer en le portant sur son dos, en même temps, le nouveau fait deux fois la taille du cowboy. Grâce à la nouvelle recrue, Clint parvient à arriver au groove numéro 34, mais la Sakamoto n’est plus très loin.

Dallas ordonne à la montagne de muscles de rejoindre la frégate, et de passer un message au responsable du navire. Après lui avoir donné son message, Clint exhorte le nouveau à partir. Dallas doit servir d’appât, sinon, la commodore ne lâchera jamais les révolutionnaires. Le soldat révolutionnaire obéit à son cavalier, puis il rejoint très rapidement la caravelle.

Il transmet le message à George Blaise, ce dernier est leur sauveur, c'est lui qui doit les conduire hors de l'île en compagnie de quelques soldats. Cet homme est d’ordinaire le bras droit de Dallas, en plus d’être son médecin de bord. Le « Bistouri » comprend le message, puis il ordonne aux évadés de se munir d’armes à feu présent sur la caravelle. Les soldats révolutionnaires se munissent avec diverses armes à feu, puis ils braquent Dallas.

Ce dernier titube, il prend sur lui pour se diriger vers la caravelle tout en tenant son avant-bras entre ses dents. Le Blaise attend le moment propice pour ordonner la fusillade. Et ça ne s’arrange pas pour le cavalier, car la commodore arrive. Elle lui court après, ce n’est qu’une question de seconde avant qu’elle puisse le tuer avec une lame d’air. Mais pour cela, elle doit encore se rapprocher. Les pauvres civils se cachent, ils craignent pour leur vie.

Viva la revolucion 7248b064a8c6b0e5e6f5b4b21381daf8

— Maintenant !

Une véritable fusillade éclate, les révolutionnaires tirent dans la direction du cavalier. Celui-ci active son pouvoir, et le voilà devenu insensible aux métaux. En revanche, Leslie est forcé de reculer, et de s'assurer de la sécurité des civils en restant près d'eux. C’est une pluie métallique qui s’abat sur elle, et comme elle n’est pas insensible aux métaux, la commodore est obligée de prendre ses précautions. Elle se planque derrière une caisse en bois en pleine rue, tandis que les civils sont à l’abri dans les ruelles.

Dallas a fait exprès de se placer au centre de la rue, ainsi aucun civil n’est mis en danger. Après quelques secondes de fusillade, Clint arrive à monter sur la caravelle, la Sakamoto n’ose pas sortir la tête, ce qui l’énerve fortement. Le problème dans ce genre de situation, ce sont les civils. Sans eux, la commodore pourrait très bien balancer des lames d’air dans tous les sens pour distraire les révolutionnaires et faire cesser le feu.

Mais si elle faisait ça en pleine rue, elle prendrait le risque de blesser un citoyen, ou même pire. Elle le sait très bien, c’est justement ça qui le met en rage. Clint se sert indirectement des civils comme bouclier sans pour autant les mettre en danger. Une fois sur la caravelle, le cavalier ordonne à ses hommes de charger les canons et de les pointer en direction de la rue. Le révolutionnaire indique la longitude et la latitude à adopter, être un Sniper de talent, ça a du bon.

Une fois les canons mis en place par quelques soldats, les autres cessent le feu. Ce qui fait aussitôt sortir le commodore de sa cachette, elle pense qu’ils n’ont plus de munitions. Leslie fonce en direction de la caravelle, puis elle se prépare à jeter une lame d’air pour fendre en deux cette embarcation. Mais les boulets sont tirés, et c’est ce qui stoppe la jeune femme. La commodore recule pour protéger les civils, elle est prête à trancher les projectiles.

Mais ils passent au-dessus de la rue et des bâtiments, le commodore ne comprend pas. Au début, elle pense que les révolutionnaires ont raté leur coup. Mais elle comprend très vite que c’est le contraire. La gradée regarde la trajectoire des projectiles, et elle finit par comprendre qui est vraiment visé. Ce sont les soldats de la marine qui sont restés en arrière, et ils ne peuvent pas s’enfuir, car ils sont blessés.

La Sakamoto doit une fois de plus faire un choix, mais cette fois, elle ne peut pas choisir les deux. Son cœur de marine la force à choisir de sauver la vie de ceux qui sont sous ses ordres, elle abandonne la poursuite des révolutionnaires pour se concentrer sur les boulets. Pendant qu’elle se rapproche des projectiles pour les détruire, et aussi s’éloigner le plus loin possible du port commercial du groove 34 et de sa population, les rebelles lèvent l’ancre.

La caravelle s’éloigne des côtes de l’archipel des Shabondy. Les esclaves sont libres, et en plus, ils ont trouvé un nouveau sens à leur vie qu’est la révolution. Sur le navire, George s’occupe de soigner les blessures du « Desperados », grâce à son fruit du démon, le toubib arrive à recoudre l’avant-bras de Dallas à son corps. Clint est sorti d’affaire, tout comme les autres rebelles. Dallas s'endort, il a besoin de dormir.

De son côté, la Sakamoto parvient à détruire les projectiles juste à temps. Les troupes de la marine dispersées aux quatre coins de l’île pour assurer sa sécurité rejoignent leur commodore pour l’aider. Les blessés sont conduits à l’hôpital, et les morts sont enregistrés. Leurs familles ne vont pas tarder à recevoir les mauvaises nouvelles, le commodore enrage de ne pas avoir pu empêcher ce massacre.

Sur la frégate, George Blaise s’occupe des manœuvres maritimes, même si ce n’est pas un navigateur. Heureusement, sur le navire se trouvent quelques navigateurs. Le médecin demande aux évadés de noter leur nom et prénom ainsi que leur ancienne profession sur une feuille de papier. Tout le monde obéit. À la fin, Blaise compte pas moins de quatre-vingt-quatre nouveaux venus. La plupart sont d’anciens pirates ayant décidé de changer de vie et d’autres des civils avec une bonne renommée dans leur ancien métier.


Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22242-clint-dallas-terminer
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22238-l-homme-le-plus-rapide-de-west-blue