Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

L'ombre de la Guerre

Des glaciers, de toutes tailles, à perte de vue. Leurs pics acérés, ciselés par le vent et le froid, dardent vers les cieux nuageux. Sur un de ces immuables pachydermes glacés, un pingouin, solitaire coureur des glaces fasciné par les énormes navires aux voiles déchirés qui manœuvrent sous ses yeux. ventrus, noirauds, puissants, hérissés d'armes et de symboles macabres, hétéroclite arrangement de vaisseaux de guerre tous unis par un même objectif, tous unis sous un même pavillon...

En tête de ces treize navires d'où fusent chants de guerre et cris hargneux, un titanesque bâtiment, voiles rouges trouées, bois noir comme le charbon, aura de mort et de ténèbres ; Le Coutelas, fleuron de la flotte la plus crainte au monde, gigantesque trois-mâts ayant parcouru Grand Line d'un bout à l'autre, repère du mal incarné. Sur le pont, des hommes au regard fou, l'écume aux lèvres, ajustent cordages et voiles en faisant défiler le Coutelas à travers les icebergs, ils sont les pires rebuts de Grand Line, les pirates les plus horribles auxquels ont donné naissance Dead End et Jaya. Chacun à leur façon, ils incarnent les pires symptômes gangrénant le Nouveau Monde, racailles sans pitiés, ne craignant rien sur les mers, pas même la mort…

…Sauf peut-être un démon.

Ploc… Ploc… Ploc…

Silence. Le Coutelas se paralyse durant un instant qui semble durer des millénaires alors qu'on perçoit, sur le pont supérieur, le son d'une prothèse de bois heurtant le sol du navire. Un frisson parcourt la vaisseau, alors qu'une ombre s'étend sur le gouvernail. Baissant les yeux, l'homme à la barre se retire rapidement, murmurant de respectueux et effrayés "Capitaine" à peine audibles. Un crochet effilé se pose sur le gouvernail, alors que plus de deux cents paires d'yeux de criminels et de meurtriers se rivent vers son propriétaire.

Mannfred D. Teach, Le Malvoulant. Le cancer des mers, la Terreur du Nouveau Monde, le démon de la piraterie, l'homme le plus primé de la flibuste, l'engeance la plus haïe sur mer, l'empereur de la flotte la plus crainte des trois grandes puissances, le messager du Chaos et du Déséquilibre. Les titres s'accumulent lorsqu'on cherche à parler de cette légende vivante innommable, mais certains ne survivraient à même le contempler de leurs yeux. Ce privilège est celui des hommes qui ont été assez fous pour survivre à son courroux de maniaque zélé. Sa main valide se pose à son tour sur le gouvernail, massive poigne aux longs doigts osseux.

Bon, c'est pas qu'on s'ennuie mais j'ai l'impression d'avoir déjà joué cette scène moi...

À l'ombre du tricorne décrépit du Malvoulant, un sourire édenté et carnassier s'étire, faisant retomber la terrifiante tension qui s'était saisie de ses hommes. Ils se hèlent, rient et se gaussent, avec un air sanguinaire à leur tour, en découvrant l'énorme palais de glace qui apparaît au milieu de ce champ d'icebergs. Ce terrain de jeu familier, ou, depuis la mort du seigneur d'ivoire ils sont revenus à sept reprises, à chaque fois qu'on capturait un des anciens commandant de feu l'empereur et que Teach s'offrait une réédition du duel gâché il y a trois ans par la mort de son ennemi, décédé dans son lit comme un vieillard plutôt que l'arme à la main et se vidant de son sang comme un vrai pirate.

Et si certains étaient présents à la bataille de Thriller Bark, ou tombèrent certains des plus anciens compagnons du Malvoulant, et sentent bien que cette huitième bataille pourrait être différente des sept autres, il leur suffit de se rappeler la devise qui de tout temps à guidé les pas du Malvoulant.

Nul n'a jamais survécu qui m'ait défié.

Allons, pas de temps à perdre pour le spectacle ! Entrez en scène les enfants ! Allez donc voir si ça vaut la peine que je me déplace cette fois ci !

Et suivant les ordres de son capitaine, la meute s'élance à l'assaut de l'iceberg.

[...]

Au sein de la meute la compétition est aussi vive que létale. Mais si pousser un compagnon sur le trajet d'un boulet de canon fait partie des règles du combat, se lancer en tête sans attendre les ordres du Capitaine Richards n'est qu'une façon originale de mourir salement. Alors dans les navires de la seconde flotte, on piaffe, on toise les rivaux, mais on attend les ordres. Et heureusement ils tombent vite.

-Henry, Matoaka. Je vais me charger de l'assaut principal par le front et les portes. Nous fixerons l'ennemi pendant que vous passerez par le flanc. Henry, tu ouvriras la voie pour faciliter leur passage, puis vous nous rejoindrez pour les prendre en tenaille.  

-A vos ordres capitaine ! Au moment ou ils lèveront la tête pour nous voir arriver ils seront déjà morts !

Suivant l'ordre de Richards, deux navires s’écartent de la vague d'assaut principal qui fonce droit sur la muraille, et entreprennent de contourner l'iceberg pour s'attaquer à un autre point d'entrée, un embarcadère plus petit situé coté proue. Et déjà, sur le navire d'Henry, on déploie les catapultes pour lancer l'assaut aéroportée qui est la spécialité du capitaine.


-Vole petit piaf. Si tu crois que nous avons besoin de toi pour nous frayer un chemin la bas tu vas être surpris... A la mer mes bébés ! Je veux être la première a verser le sang sur cette glace !

Obéissant, les silhouettes bleutés, massives et simiesques qui se massent sur le pont se jettent sans attendre à la mer, nageant sans encombres malgré la taille de leurs armes démesurés, et immédiatement suivie par leur maitresse qui se juche sur les épaules du plus gros. Et comme un terrible banc de requins, la horde de Blugories file immédiatement droit sur l'iceberg.


TORESHKYYY !! P’TIT ZIZIIII !!

L'ombre de la Guerre Yz81


Dernière édition par Mannfred D. Teach le Mar 21 Juin 2022 - 23:12, édité 2 fois
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t218-
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t218-mannfred-d-teach-le-malvoulant
Rongeant nerveusement l'ongle de mon pouce droit, je crachote sur le coté, avant de remonter mon écharpe sur mon nez et ma bouche, observant attentivement les environs.
Cette flotte est assez modeste, mais j'ai un mauvais pressentiment, vu l'importance de l'alliance dans laquelle je suis. De grands noms de la piraterie se seraient pas déplacés, sans la certitude que le boss de cet équipage ne soit pas là. Et je remarque bien vite un bateau au loin, celui d'Apache, la précédente commandante de flotte que l'on avait affronté sur Winter Island. Non, très clairement, ce ne sont pas des petits joueurs que l'on va affronter.

Perchée sur un des plus hauts toits de l'île-bateau, je réfléchis un moment sur mon approche, tout en déployant mon Haki de l'observation. C'est mitigé comme portée, mais je peux voir quand même les endroits où les alliés sont regroupés et ceux où je pourrai intervenir, pour combler d'éventuelles failles dans la sécurité.
Là encore, j'ai choisi de venir sans mon équipage: je ne veux pas mettre en danger Skela, Mibu et les autres. Je vais sans doute les mener à la mort, à trop les couver comme ça, sur une mer aussi dangereuse, mais je me refuse à l'idée de les perdre sur un champ de bataille.

Je hausse un sourcil, en voyant deux bâtiments navals ralentir le pas vers le Nord.
Ils font des mouvements bizarres, à ralentir comme ça, tout en s'éloignant d'une plus grande flotte vers l'ouest; ça sent le contournement évident.
J'utilise Cloche-air pour partir de mon poste d'observation et m'approcher d'avantage, pour voir ce que fabriquent ces navires. Mais plus je m'approche et plus je comprends: ils positionnent des catapultes sur le pont?!? Mais ce sont des... des gens qu'ils propulsent!
Je vois des silhouettes littéralement s'envoler, déployant des ailes dans leur dos et ils commencent à passer par-dessus les falaises. Des Minks volants? Qu'est-ce qu'ils prévoient de faire au juste, à aborder l'île comme ça?

Je dégaine Chinoha et Riken en mode épée, générant une tornade autour de chaque lame et je décoche une rafale d'estocades pressurisées sur l'ennemi. Une dizaine de pointes d'air comprimé fuse dans le tas d'ennemis et fauche quelques uns, certains tombant et s'écrasant au sol et d'autres s'éparpillant.
J'entends des rafales d'armes automatiques autour de moi, me faisant pester: une escouade d'assaut aérienne qui contourne nos défenses, c'est mauvais et ça disperse nos troupes de la force d'attaque principale qu’est Apache, voire le Malvoulant!

Je vais pour me propulser vers un autre groupe d'ennemis, lorsque mon Haki de l'empathie détecte quelque fondant sur moi.
Machinalement, je relève mon bras enduit de Haki de l'Armement et encaisse un puissant coup de patte griffue, me faisant reculer dans les airs.
Récupérant ma stabilité sur mes balles d'air comprimé, je toise l'ennemi, qui s'avère être... un corbeau humanoïde? Eh ben, c'est sacrément exotique le Nouveau Monde, mais ce n'est pas la question.

- Hoy, tu es trop à l'aise dans les airs pour moi, blondinette! C'est moi le maître des airs ici, alors tu vas me faire le plaisir de redescendre sur terre et fiss...

Je tire avec quatre doigts des Airsoft sur l'oiseau, le pouce tenant encore un de mes Meitous, avant de fondre sur l'adversaire et frapper une de ses ailes, enduisant et confrontant son Haki combattif contre le mien:

- Et toi tu es trop bavard à mon goût! Tu es venu ici en sachant très bien comment ça va se terminer! Alors tu vas me faire le plaisir d'être le premier à tomber, avant ton chef!

Il frappe à plusieurs reprises avec ses ailes enduites de Haki, me faisant opposer mes Meitous, les chocs résonnant dans la glace et la roche environnante.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#
Mine de rien, c'est la première fois que j'affronte un Zoan (si j'assume que ce type a bien un fruit du démon et n'est pas un Mink), mais si c'est ma première hypothèse qui se confirme, alors ça explique bien des choses, notamment la réputation entourant ses fruits.
Clairement, les combattants Zoans sont une gamme au-dessus des "classiques" et les coups de cet oiseau, je le ressens dans tous mon corps à chaque choc de Haki.
On valdingue sur le flanc de l'île, distribuant de bruyantes et féroces frappes, mes lames s'opposant à ses ailes littéralement "d'acier", lui continuant de voler agilement et moi continuant de me propulser avec mes balles d'air comprimés sous les bottes.
Un combat aérien aussi intense, je ne m'étais prêté à cet exercice que lors de simulations mentales et je ne pensais pas me prête à l'exercice aujourd'hui, mais c'est... assez intriguant de faire un duel sous un tout nouvel angle.

Cependant, je me décide à changer le rythme du combat, pour ne pas laisser l'oiseau sombre prendre la confiance et je déploie le champ éolien autour de nous, comme un tube nous emprisonnant et nous accompagnant.
Je génère des balles d'air comprimé dans le dos du corbeau, alors que je "freine" soudainement, le laissant continuer sa route et se faire frapper brutalement par deux projections pressurisées. Il valdingue droit vers la falaise qu'on longeait et j'accompagne l'écrasement contre la roche de deux lames d'air, en agitant mes Meitous. Une explosion de roche se fait et il racle la falaise sur plusieurs mètres, avant d'en ressortir, dans une giclée de sang et de plumes noires.

Il pousse un puissant croassement et fait un double balayage de ses ailes, une pluie de plumes noires brillantes apparaissant, semblant sortir de lui, pour se jeter vers moi.
Je canalise mon Haki de l'armement dans mes avant-bras et mon torse, laissant mes lames contrer le reste et je me mets à "plat-ventre" dans les airs, pour exposer le moins de surface possible à l'attaque, qui heurte ma barrière noirâtre. Certains projectiles ripent sur mes hanches, me faisant grimacer légèrement de gêne, mais je dois rapidement penser à autre chose.
Donnant une impulsion nouvelle aux balles d'air sous mes pieds, je tourne dans les airs, pour balayer avec mes jambes l'air, transférant mon haki vers elles. Le corbeau a fondu vers moi, serres en avant et je repousse sèchement sa charge, soufflant de l'air rapidement de ma bouche, pour repousser l'oiseau sous la force de ma bouffée d'urgence.

Je soupire longuement avec ce bref temps mort de deux secondes, pour étudier l'adversaire, haussant bien vite un sourcil: c'est étrange... Il a projeté et perdu des plumes depuis le début du combat et pourtant, son plumage est impeccable, malgré le sang maculant l'endroit où il a ripé la falaise.
Cependant, je n'ai pas le temps d'analyser d'avantage la chose que l'ennemi s'envole au loin, avant de fondre à nouveau vers moi.
Il passe sur le coté droit, comme pour essayer de me contourner... et c'est là que je vois un sillage noir l'accompagner et... ce sont des plumes!
Un long arc de cercle de plumes brillant sous le Haki de l'Armement flotte dans l'air, avant de fuser par dizaines vers moi, sous plusieurs angles et hauteurs.
Je tournoie sur moi-même, déployant un dôme de vent, pour repousser les projectiles s'abattant sur moi et quelques plumes passent encore, lacérant mon corps aux bras et à la jambe droite.

Je mets fin à ma technique, prête à reprendre de l'altitude... lorsqu'une ombre me recouvre.
Mon Haki de l'observation repère avant mon regard le corbeau, qui fonce sur moi, bec enduit de Haki vers l'avant, pour clairement m'empaler!
Je canalise mon Haki sur mon ventre, encaissant une seconde après le choc, me faisant grogner de douleur.
Nous sommes tous deux projetés au sol et je heurte lourdement la neige et la roche, mais ce n'est pas fini pour autant. La violence du choc me fait racler le sol dans un nuage de débris neigeux et rocheux et les serres de l'oiseau s'enfoncent dans ma chair, me laissant à peine utiliser mon Haki pour empêcher les blessures de s'aggraver.
Je vois dans tout ce capharnaüm la tête de l'oiseau se lever et il abat son bec enduit de Haki vers moi, pour me... "picorer" à mort?
J'oppose à plusieurs reprises mes lames insufflées de Haki au bec qui pourrait être mortel... et c'est là que je heurte un bâtiment, passant à travers et m'écrasant dans une autre baraque, me sonnant complètement au passage.

Je secoue la tête, pour me remettre les idées en place, avant de m'extirper dans les airs, le corbeau me faisant face, après avoir lâché prise juste avant que je m'écrase sur la maison.
J'ai mal de partout, mais j'ai clairement connu pire et je crache brièvement sur le coté, en fusillant l'oiseau du regard:

- Humpf; tu frappes comme un poussin: Anya tapait plus fort et... il me semble que je l'ai laissé en petits morceaux sur le champ de bataille, non?

Toutes plumes hérissées, le regard injecté de sang, l'oiseau fond vers moi, toutes serres dehors et j'abats mon pied enduit de Haki vers lui.
Le choc est brutal entre sa patte et ma jambe et nous faisons du surplace à échanger des coups de pied, alors que mon Haki de l'observation s'affole soudainement et je grimace bien vite: l'armada volant de ce corbeau s'approche de notre duel et ce changement de cap ne m'inspire rien de bon...

Ils viennent clairement aider leur capitaine à m'abattre.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#
Le Divergence est encore à quelques encablures de la fin de Toreshky, le navire iceberg sur lequel va se passer la prochaine grosse bataille. Perso Yuki, il roupie du sommeil du juste ou du simple, c’est vous qui choisissez. Pendant ce temps-là, le Malvoulant et sa flotte eux sont déjà là. Ça débarque de partout, si vous voulez les détails de tout ce qui se passe il faudra lire les différents postes, désolé. Attardons-nous sur la poupe bâbord. Alors qu’une équipe sous les ordres de Teach tente une incursion aérienne. Une autre équipe de choc arrive par la mer. Des équipes de diversion pour le gros des troupes, peut-être, mais pas de la chair à canon en tout cas.

En tout cas, lorsque la troupe composée de cinquante blugories met pieds sur le navire, elle fait des ravages. Le temps mit en plus par les nageurs par rapport à leurs collègues volants, fit que toute l’attention des défenseurs de ce coin-là, était tournée vers le ciel. La surprise et la vitesse leur permis de faire place nette rapidement. Les simples soldats et les pièges n’étaient de taille face aux bêtes et à leur maîtresse.

Lorsque des gens plus fort vinrent en renfort, leur avancée ralentit, mais il n’eut pratiquement aucune perte chez eux, car celle qui contrôlaient ces bêtes fit usage de son fruit du démon. Elle se mit à créer des barrières pour séparer les opposants. Offrant le surnombre à ses minions. Ils n’avançaient plus vraiment, mais ils faisaient le taf.

Éclaire, langue de feu, vibration ou cri inquiétant, Matoaka n’en avait cure, avec ses pouvoirs. Même si des tornades apparaissaient par magie, ça ne changerait pas la donne pour elle. Elle n’était pas pressée. Tenir sa position ou avancer centimètre par centimètre, c’était du pareil au même. Du moment qu’elle tuait des gens, plein de gens, Teach serait content. Satisfaire son empereur était plus que suffisant pour elle, car ça signifiait vivre.


L'ombre de la Guerre Kuroko.no.Basuke.600.1903798 L'ombre de la Guerre Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Sur son navire, Teach observe le spectacle qu'on joue pour lui sur la glace tachée de sang, les trous jaunes qui lui servent de regard brillant d'un intérêt soudain plus vif, comme tout le monde il voit la déferlante d'éclairs qui frappe les navires et la zone ou se bat Ludiwg, les vents anormaux qui se lèvent et se transforment en tornades, la silhouette doré et métallique de Richards, utilisant le pouvoir de son fruit pour se défaire de ses adversaires, le Ludwig géant qui se dresse au dessus de l'iceberg, constitué de milliers de corps agrippés les uns aux autres et qu'une double déflagration de haki royal pulvérise et rejette à la mer... Et bien au delà de la vue, Teach, comme l'autre la bas sur l'iceberg, l'autre dont il sent la présence et la main derrière cet échiquier, Teach ressent tout. Goutant aux sentiments exacerbées des hommes qui se battent et meurent pour lui, leur peurs, leurs douleurs, leur mort, il sent la rage d'Apache insultant Ragnar, il sent l'étreinte glacé de la mort qui gagne le Glouton, la surprise incrédule de Manson qui voit tourner un combat joué d'avance, la rage de Henry pris dans les vents contraire de Kardelya, il boit la haine froide qui brule dans le cœur de la reine de Glace...

-ARH ARH ARH !

Le croassement sinistre et grinçant du rire de l'empereur est aussi fort et distinct que si le monstre se tenait sur l'épaule de chacun des participants au combat. Il fige de peur certains pendant que d'autres se retournent d'un bond, il accompagne les râles des blessés, étouffe le dernier soupir des mourants qui jonchent le sol.

Pour la première fois depuis bien longtemps, Teach s'amuse.

Et comme son rire, sa voix se répand comme le fiel sur le champ de bataille quand il s'adresse à chacun, laissant a tous ceux qui l'entendent l'horrible sensation de la respiration rauque et brulante d'un monstre vous susurrant à l'oreille tout en se préparant à vous la croquer d'un grand coup de dents.

-DANSEZ POUR MOI ! DANSEZ TUEZ MOUREZ ! ARH ARH ARH !

Du trône sur lequel est assis l'empereur jaillissent des lianes de bois qui se dressent vers le ciel en un tissage complexe. Au dessus du trône se déploient de nouvelles tiges, branches, feuilles, fruits, esquissant la silhouette dérangeante d'un arbre difforme, torturé, dont le centre n'est pas un amas de feuilles mais une vaste poche membraneuse parcourues de veines sylvestre et qui, a la manière d'un organe vivant, se met à pulser a mesure qu'elle se construit, enfle, gonfle, jusqu'a former un étrange ballon qui arrache le trône du pont du navire avant de se mettre à flotter en direction de l'iceberg.

Teach arrive.


TORESHKYYY !! P’TIT ZIZIIII !!

L'ombre de la Guerre Yz81
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t218-
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t218-mannfred-d-teach-le-malvoulant
L'île qui m'écrase, c'est la première chose qui me vient à l'esprit, lorsque j'entends un sinistre rire résonner aux environs. Je ne sais pas où situer précisément ce rire, à la fois si proche et si loin.
Cette voix acerbe transperce mes tympans, comme un coup d'épée, me faisant grimacer de gêne et je tremble un moment, avant que des rafales de mitraillette me font revenir à la réalité. Je bondis sur le coté, avec Cloche-air, pour laisser la glace où j'étais se faire cribler par dizaines d'impacts de balles.

Au croassement de rage du corbeau se mêlent les cris des assaillants volants, dans une cacophonie infernale, alors que la voix de je ne sais pas qui semble encore résonner dans mon esprit... Non... seule une personne pour s'amuser autant au milieu de ce chaos...
Le Malvoulant... je ne vois qu'un Empereur pour être aussi détaché au milieu de ce bazar emplissant l'île.
Le fait de l'entendre réagir, ça prouve clairement qu'il a un visuel sur la situation et ça ne me rassure pas du tout: on se perd sur des duels tout autour de l'île et l'arrivée de l'Empereur n'arrangerait pas nos affaires.
Il faut en finir, et vite encore.

Je tournoie sur moi-même, générant et propulsant des tornades autour de moi, avec Chinoha et Riken. Une dizaine de bourrasques circulaires envahit la zone et le champ des tornades emplit le champ de bataille d'une autre cacophonie de cris de panique et de colère des adversaires.
Les laissant disperser et semer le trouble chez les ennemis volants, je me concentre sur une autre silhouette me fondant dessus et j'oppose une balle d'air comprimé vers le corbeau, repoussant son aile renforcée de Haki. Après avoir généré ce projectile d'un coup de pied aérien, je condense le vent dans mes lames et tire une double estocade pressurisée sur l'homme-oiseau. Déstabilisé par la balle d'air précédente, il peut à-peine enduire son torse d'une couche de Haki, encaissant la première pointe d'air, mais prenant de plein fouet l'autre, une giclée de sang et de plumes partant de la grosse plaie dans son torse.
Sous le choc, il est projeté contre le sol, rebondissant à plusieurs reprises sur le sol glacé, avant de s'écraser dans un pâté de maisons.

Cependant, le fait qu'une vingtaine trentaine de silhouettes se rapproche de moi, après que j'ai distingué une bonne dizaine d'ennemis s'écraser à gauche à droite de notre duel, ça me fait vite penser à autre chose.
Je bondis dans la meute d'ennemis aériens, prête à en finir avec la mollesse dont je fais preuve depuis le début.
Je tire une rafale de Airsoft des dix doigts sur un groupe de cinq ennemis, visant au hasard dedans et leurs ailes de fortune se font charcuter en même temps que leur corps et je bondis à la verticale, anticipant une rafale de riposte, se faisant effectivement brièvement entendre sous moi. Je tournoie sur moi-même, générant et projetant une lame d'air circulaire autour de moi, fauchant et repoussant quatre nouveaux ennemis. Je projette dans la foulée mes Meitous couverts de vent, pour balayer un coté du champ de bataille, me laissant voir cinq silhouettes perdre leurs têtes à travers mon Haki perceptif.
Je génère un dôme de vent autour de moi, fondant vers un autre groupe qui ouvre le feu, les balles ricochant sur ma coquille d'air et je heurte trois d'entre eux, les réduisant en charpie sous le choc.

Mais mon ménage se fait interrompre par une croassement de colère plus loin: il est encore vivant celui-là?!?
Tournant la tête, je vois le corbeau couvert en grande partie de sang... mais avec encore un plumage impeccable! Sérieusement, c'est quoi cette technique bizarre de régénération? Enfin, je parle de régénération, mais il semble quand-même pas mal impacté par mon attaque précédente.
Un mélange de plumes enduites de Haki et de rafales de mitraillette environnantes me font combiner le Haki de l'Armement sur mes bras et mes jambes et un autre dôme de vent, pour encaisser la majorité du choc, même si d'autres balles et plumes ripent sur mon torse.
Je réfléchis quelques secondes, analysant les silhouettes restantes à gauche à droite: que faire que faire?

Je me propulse de nouveau dans les airs, générant cette fois une plus grande tornade, pour englober le reste des adversaires, pour fondre ensuite sur une poignée d'ennemis. Là, je commence un étrange manège, arrachant les ailes de deux d'entre-eux et le laissant partir au loin, en empoignant un autre, pour me faufiler dans son dos quelques secondes, avant de briser sa colonne vertébrale d'une balle d'air comprimé.
Je continue ainsi d'ennemi en ennemi, en abattant certains, en balayant d'autres dans la tornade, sans leurs ailes, mais tout en restant d'avantage collée à eux.
Souriant en coin, je distingue la silhouette du corbeau paniquer, tournant la tête d'une personne à l'autre, tout un tourbillon de silhouettes informes devant se trouver autour de lui et possiblement de son Haki perceptif. J'ignore ces compétences dans ce domaine, mais sur le Nouveau Monde, je ne peux pas me permettre de sous-estimer un adversaire. En tout cas, j'imagine bien son stress, à ne plus savoir précisément où je suis.
Je finis cependant par me lasser de ce manège, me rappelant qu'une menace imminente semble approcher de nous et je prépare l'assaut final.

Générant plusieurs bourrasques dans la tornade que je finis par interrompre, je projette la dizaine de corps restants vers le corbeau et je pars dans les airs, générant une sphère d'air comprimé dans mon talon gauche, tournoyant longuement à la verticale sur moi-même.
Je distingue l'ennemi esquiver ou repousser les corps fondant sur lui, mais je tâche surtout de bien voir sa position, avant d’utiliser Cloche-Air avec mes paumes de main, tendues vers le ciel, pour que je tombe vers l'homme-oiseau.

Il croasse d'un étrange mélange de panique et de fureur et je le vois enduire ses ailes de Haki, même son torse, projetant une large nuée de plumes noires brillantes vers moi.
Mais elles se heurtent sur ma sphère d'air comprimé, accompagné d'un dôme de vent plus aplati, recouvrant et dépassant d'un bout à l'autre de ma balle d'air, comme un grand bouclier d'air me recouvrant.
Il écarquille les yeux, avant que je ne le heurte dans un craquement sinistre, son corps semblant imploser de l'intérieur et il s'écrase lourdement au sol, avec moi sur son cadavre, sa voix s'éteignant bien vite.
La glace et les bâtiments environnants explosent et se projettent en tous sens, alors que le corps disloqué du corbeau se retrouve enfoncé dans un cratère glacé.

Je remonte en soupirant longuement, tournant la tête à gauche à droite.
Bon... maintenant il faut que je repère le commandant ennemi et que je note sa position pour... oh...
Je cligne des yeux à plusieurs reprises, en voyant un... dirigeable au loin? C'est comme le convoi de la dernière fois, sauf que là, la structure est bizarre...
Cependant, de ce que j'en sais, aucun allié n'était supposé arriver par là-bas et tout le monde est d'ailleurs occupé par son combat, à entendre la cacophonie environnante...
Dans le doute, je m'excuserai, si je me trompe de cible.

Je me concentre, tout en trouvant une position stable sur mes balles d'air comprimé, tout en ciblant le ballon "boisé".
Je commence à forcer sur mon esprit assez fatigué par le combat à-peine fini et je tire une double rafale d'estocades pressurisées sur le ballon, dispersant une dizaine de pointes d'air comprimé sur le ballon et sur les cordages retenant le ballon à la petite structure plus bas.
C'est un peu loin pour que j'arrive à voir ce que c'est précisément... mais mon Haki perceptif semble me hurler de partir... mais pour aller où? Nous sommes encerclés par une flotte d'Empereur et ma crainte actuelle est que le fameux Empereur semble décidé à passer à l'action. Avec leur réputation de démon du combat, la fuite n'est pas une option, une fois qu'ils nous ont pris pour cible.
Et puis... je connais pertinemment les risques à suivre le Siège de la Guerre dans ses batailles, je devais me douter qu'un jour arriverait la dernière bataille... Restes à savoir si ce sera celle-ci ou une autre plus lointaine...
Résumé pour le MJ:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#
« Capitaine, capitaine ! »
« Hum ? Capitaine ? Il y a un capitaine ici ? »
« Ben oui, c’est toi Yukikurai ! »
« Arf, oui, c’est vrai. Mais je suis à peine un capichef, moi, pas un capitaine. »
« On s’en fou ! Iceberg en vue. Il faut se préparer à la bataille. »

D’un coup, je suis un peu plus réveillé qu’avant. Le pilote qui était de quart pour la fin de la nuit venait de me réveiller, on allait passer aux choses sérieuses.

« Humf, oui Ragnar nous a dit que ça se passait sur un navire iceberg ou bien un iceberg navire. »
« On s’en fou sortez de votre lit ! »
« Et bien il est déjà loin le capitaine. »

***

« Alors ça raconte quoi Viktor ? »
« Boh, vient voir par toi-même. »
« Je vois plein d’iceberg c’est lequel ? »
« Celui qui subit un siège peut-être. »
« Hum, oui je vois des petits points noirs au loin. »
« Mais bordel, zoom… Manette de droite dans le sens horlogique. »
« Ha, oui j’oublie tout le temps. »
« Et qu’est-ce qu’on fait ? »
« Comme tous les soirs Bouly tenté de conquérir le monde, voyons ! »
« On est le matin et on ne veut pas conquérir le monde. »
« Humour, Krishna ! Humour ! Entrée fracassante. Mais avant on déjeune et on s’équipe le temps d’arriver à portée. »

***

Tout le monde est prêt, plus personne ne rigole. On va voir ce que donne ce bon vieux Divergence sur un combat de taille. Nous arrivons sous l’eau du navire le plus éloigné.
« Chargez les harpons géants à l’avant. Attendez ! Encore ! Encore un peu et Feu ! »
Deux harpons fusent propulsé par l’eau des ballasts mise sous pression. A cette distance ils traversent le bateau de part en part. Ils doivent être ressorti par le planché du pont. J’en suis persuadé avec cet angle et à cette distance. Le problème, c’est qu’à chaque tir on remonte.
« Allez, on passe dessous. On plonge ! »
« Ça va être tout jute. »
« Pompez de l’eau à fond alors. »
Notre nez qui pointait vers le haut, repiqua vers le bas. Mais comme Bouly l’avait dit, on était un peu près pour la manœuvre. Le dessus du sous-marin percuta la quille du bateau. Cependant, pas de quoi nous arrêtez.

Le navire suivant était plus proche de l’ile. Et la pilonnait avec tous ses canons bâbord. Utilisant mon haki pour mieux visualiser la scène qu’avec ce foutu périscope. J’ordonnai :
« On lui réduit la poupe en charpie et on l’esquive par bâbord. Et soyez prêt, la prochaine cible sera à portée dés qu’on se sera décalé. »
« Position ? Chargez ? Feu ! »
« Poussée bâbord ! On recharge… »
« Feu ! »


Trois doubles tirs et trois navires ennemis se retrouvaient avec de sacrées avaries. C’était du bon boulot. Il était temps que je quitte le commandement. De tout manière, nous allions remonter, c’était inexorable. J’allais pouvoir canaliser toute l’adrénaline qui était montée. C’était bien de commander, mais ça ne défoulait pas vraiment.

J’arrivai sur le pont alors que l’eau n’avait pas encore finit de le quitter et pourtant Bouly était déjà en train de déployer la baliste. Il ne restait plus qu’un navire dans le chemin pour avoir dégager la zone. J’étais paré, harnaché pour le froid avec mon manteau en peau de loup. J’étais armé de tout mes jouets. Bref, j’étais prêt à en découdre. Je pris mon élan et sautai au moment ou Bouly tira. Le harpon géant alla beaucoup plus vite que moi et il pulvérisa la tourelle, qu’ils étaient en train de réorienter vers nous. Toujours aussi clairvoyant mon feu follet d’artificier.

Je prolongeai mon saut de deux Yukishiki Wing, prenant appuis sur l’air avec mes mains. Je dégainai mon Naginata, fis un salto et balançai une lame d’air. Malheureusement un petit malin la bloqua au centre du navire. Du coup, je ne parvins pas à le couper en deux en un coup. Modifiant ma trajectoire d’un nouveauYukishiki Wing, j’atterri en mettant un coup d’épaule au malandrin qui avait osé me défier. Il vola à la mer. J’abattis toute la masse de Hiro dans un Hasshoquake retentissant qui finit de disloquer le bateau en deux.

Le Divergence passa comme une fleur au milieu des remous du naufrage. Scène bigrement classe que pas grand monde admira à part les miens. Et pour cause en croassement sinistre glaça le sang de tout le monde. Même moi, je ne pu m'empêcher de me figer devant la froide malveillance qui se dégageait de ce rire porter par le Haki Royal. J'avais pourtant déjà ressenti d'autre aura de conquirent, mais celle-ci était putride. Oui putride! Ça faisait une sacrée différence.

« Viktor, Bouly, Krishna … et Bok avec moi ! Les autres vous planquer le sous-marin sous l’iceberg pour éviter de vous faire canarder. »
« La cavalerie est arrivée ! »


L'ombre de la Guerre Kuroko.no.Basuke.600.1903798 L'ombre de la Guerre Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Entrée fracassante sur le front, mais celui-ci était désert. Malheureusement, comme je m’y attendais un peu la ligne de front avait bougé du bord de l’îlot. Ce n’était peut-être pas la volonté de les empêcher de monter à bord. Sûrement pas, puisque même moi, je m’étais rendu compte qu’il était peu probable d’espérer repousser la flotte d’un empereur. Les têtes pensantes comme Ragnar ou Red devait avoir prévu quelque chose… Ou peut-être pas.

A moi, à nous d’inverser la tendance. Pour cela, il fallait trouver une zone de combat, aux vues des moyen pyrotechnique mit en œuvre ça ne devrait pas être trop dur. Et en effet, nous butâmes rapidement sur une zone combat. Nous butâmes au sens propre sur la zone de combat. Je percutai un mur invisible. Ce qui me rassura un peu, ce fut de voir Bouly tomber sur ces fesses suite au choc. Remis de ma surprise et de mon hilarité, j’observai la zone.

« Hahaha ! Tu es tombé comme une cruche Bouly ! »
« Putain, c’est quoi cette merde ? Puis arrêt de rire Yuki ! »
« Ok, ok. Regardez, c’est assez étrange, un individu, une femme peut-être se trouve seul au milieu de créature simiesque maniant des armes énormes. »
« On a déjà vu pas mal de créature étrange depuis qu’on bourlingue. Je ne vois pas ce qui te choc ? »
« Ce qui est étrange, c’est les combats. Les créatures bleues semblent toujours avoir le surnombre. Puis, vous voyez, là-bas ! Les renforts qui sont là, mais ils semblent attendre et tenir patiemment leurs positions. »
« C’est sûrement du au mur invisible qu’on vient d’heurter »
« Pas tout à fait invisible, il y a ta tronche imprimée dessus. Hahaha ! »
« Concentre-toi, on est sur un champ de bataille là ! »
« Il n’a pas tort, si on regard bien, il y a des reflets. »
« OK, je les vois aussi. Mais faut passer outre. »
« Je vais les défoncer, préparez-vous à foncer dans le tas, mais soyez prudent. Il y a peut-être d’autre mur invisible. »

Je repris mon sérieux instantanément. Je bandai, mes muscles et mon poing brisa facilement la barrière lorsqu’il s’abattit dessus. Comme un bruit de verre brisé se fit entendre, et se fut le signal de la ruée. Nous démarrâmes en trombe, mais bien vite j’heurtai un nouveau mur. Cependant, j’étais préparer cette-ci. Mon front parvint à briser la barrière suivante sans me faire perdre de vitesse. Cependant, à la suivant je dus envoyer mon poing pour aider ma tête. A ce moment, je croisai le regard de cette femme bizarre.

L’attention de Matoaka fut attirée par le groupe qui venait percer trois de ces barrières. Comme à chaque fois que son attention était un peu trop attirée d’un côté, elle ne parvenait pas à maintenir leurs extrêmes solidités et les défenseurs en profitaient. Elle perdit, ainsi sa deuxième vague de Bluegorie. Le problème en bloquant les gens à l’extérieur, c’était qu’il y en avait bien un assez observateur et expérimenté que pour comprendre le schéma qu’elle utilisait. En même temps, là, c’était au moins la cinquième fois qu’elle refermait son piège. La faille était qu’il lui fallait du temps pour piéger tout le monde. Elle ne pouvait faire qu’une barrière à la fois. L’attaque coordonnée des forces Winterienne parvint à éclaircir les rangs des créature marine de dix unités.

En même temps les nouveaux venus en avaient eu cinq. Quel groupe choisir ? Elle n’avait pas le temps d’hésiter. Rapide, sans pitié et méthodique voilà ce qu’elle était. D’abord le gros groupe. Dix gorilles pour quinze assaillant ça devrait le faire. Ensuite, il fallait encore couper le groupe en deux ? Non trois. Elle ne put cependant pas le faire, car elle du dresser une barrière pour la protéger d’une lame d’air. Le nouveau venu en blanc ne la laisserait pas tranquille.


L'ombre de la Guerre Kuroko.no.Basuke.600.1903798 L'ombre de la Guerre Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Nous nous rapprochions toujours plus de celle qui se dressait sur mon passage. Son pouvoir semblait vraiment pratique. Cependant, le groupe de Winterien qui avaient profité de ma lame d’air, comme d’une diversion, semblait avoir cerner ses limites, car ils étaient d’une efficacité redoutable. De mon côté, je ne comprenais pas son pouvoir, mais il ne me gênait pas trop. Je devais sans doute être plus puissant qu’elle. Ou peut-être l’utilisait-elle sur une trop grande zone. Vu que mes attaques semblaient aider efficacement mes alliés, je balançai une nouvelle lame d’air. Celle-ci fut horizontale et toucha également une créature qui allait se jeter sur un malheureux.

Après cette attaque, elle n’eut plus d’yeux que pour moi. Elle tenta une première fois de nous bloquer derrière une barrière avec une vingtaine de ses mignons. Deux bêtes foncèrent vers moi avec leur hache démesurée. La première frappa à hauteur de mes genoux tandis que l’autre frappait à hauteur de mon torse. Grâce à mon haki, je ne fus pas vraiment pris au dépourvu. Je lançai d’abord Hiro, mon Naginata, pour embrocher un troisième larron qui arrivait. Je suivis mon lancé en plongeant entre les deux haches. Le tout en vrillant sur moi-même et en dégainant mon Wakizashi pour trancher dans le vif. Uzu Hyo ! Trois de moins. Reprenant mon Naginata, j’entendis Bouly jurer :
« Encore un de ses putain de mur invisible ! »

En observant devant attentivement devant moi, je perçus clairement la barrière. Elle semblait plus épaisse et du coup plus visible. Si je voulais maintenir la pression sur mon opposante, je devais faire confiance à mes alliés pour se charger des larbins. Je ne pus m’empêcher de jeter un regard derrière moi. Je ramassai une des haches et la lançai dans un dos bleu et poilu. Je voulus me servir de la deuxième pour briser le mur de verre, cependant mon attaque avait endommagé l’arme et celle-ci se brisa sur la paroi que je voulais détruire. Du coup, je marchai jusqu’à pouvoir poser mon poing droit, qui tenait mon arme, sur la prison. Je me concentrai et balançai mon plus violent coup de poing. Celui qui est capable de projeter une balle d’air. Yukishiki Breath !

Il suffit à me libérer, je m’élançai à nouveau à sa rencontre. Il ne devait plus me rester que dix mètres à parcourir. Huit. Cinq. Toujours pas nouveau piège. Je repris Hiro à deux mains et tentai de lui séparai le tronc des jambes. Ma lame glissa sur une surface lisse, me faisant passer loin au-dessus de sa tête. Mon élan, me fis lui présenter mon dos. Celui mangea un coup de poing compact, qui me coupa le souffle et me projeta plus loin. Sur un genou, encore perplexe de ce qui venait de se passer, je la regardai. Elle me toisait, fier d’elle, méprisante.

– Alors ? Tu croyais que ça allait être facile contre les hommes de Teach ? Saches que mon rôle auprès de mon maitre est que personne n’oublie jamais quelles sont ces méthodes.  
Mais qu’est ce qu’elle veut que je lui réponde, elle ? J’ai jamais eu de répartie moi. Mon plan gardez son attention pour faciliter la contre-attaque dans cette zone.
« Beuh, non ! Je ne croyais rien de précis moi. J’ai passé depuis longtemps l’époque de l’utopie et de l’optimisme. Je ne souhaite pas connaître les méthodes de l’empereur, juste faire ma part de boulot. »
« Joli coup de poing au passage. C’est mon tour à présent. »

– Touche-moi si tu peux ! Je vais te briser à petit feu.

J’abattis sur elle un barrage de coup. Estoc… Coup de taille… coup de pied… avec le manche de mon naginata. Je dus me rendre à l’évidence qu’elle devait poser l’empathie également, car tout mes coups furent parés, dévié, évité. Non pas évité. Ça fierté semblait être de ne pas bouger pour me repousser. Une bataille d’endurance était en cours.

Pendant ce temps, Viktor, Bouly, Krishna et Bok était au prise avec une dizaine de Blugorie, isolé du monde par une barrière de Matoaka. Ils n’auraient pas fait long feu au corps à corps, si l’entraînement sur Kuragaina ne les y avait habitué. Leur formation était la suivante. Viktor, ayant déployer son bouclier d’acier, parait les attaques et jouait de sa force brute pour repousser ou assommer ses adversaires. Krishna se battant dans l’ombre de Viktor, profitait de l’allonge de sa lance fine pour sectionner les tendons et immobiliser les assaillants Human Heart. Bouly, lui, avec son gros bazooka, se tenait en retrait pour sniper des têtes bleues. Et Bok, me direz-vous. Elle mettait des coups de boule et puis se barrait.

Cela, c’était la théorie, car la barrière empêchait Bouly de reculer suffisamment pour avoir le temps de recharger tranquillement. Du coups, acculé le dos à la barrière, une créature vint. L’entraînement contre les mandrills, lui avait fait développer le Gun Heart. Passant son bazooka dans son dos, il dégaina deux pistolets. Les tenant comme des tonfas, il para le coup d’épée d’une garde en croix. Dés qu’il eut rompu le contact, il retourna ses armes et une balle fusa vers chacun de ses yeux. La créature s’effondra alors à ses pieds, le regard vide.

Tout aussi théorique, le fait que Krishna reste suffisamment proche de Viktor pour profiter de son bouclier. Viktor se retrouva aux prises avec trois primates. Son bouclier d’un mètre de diamètre parait efficacement leurs attaques, mais cela le faisait bouger énormément et une distance se créa entre lui et Krishna. Ce dernier étant le plus frêle des trois, il n’était pas vraiment capable de parer beaucoup d’attaque. D’ailleurs, il venait de dévier une hallebarde avec sa lance quand une épée voulu le fendre en deux par derrière.  Heureusement Bok intervint. D’un puissant coup de boule, il déstabilisa l’assaillant. Krishna monta sur dos et telle un fier chevalier en joute, ils firent des dégâts. Krishna avait carapaçonner le bouquetin géant originaire de l’ile des animaux. La vitesse et l’agilité de Bok combinée à la précision meurtrière de Krishna eurent raison de cinq ennemis, trancher, embrocher, ou même broyer entre un coup de boule aux cornes métallique particulièrement bien placer et la barrière.

Viktor en ayant marre de ne pas arriver à porter de coup sur des ennemis plus agile que lui, replia son bouclier dans un chuintement métallique. Il activa aussitôt son arme secrète. Comme il l’avait espéré les trois singes se ruèrent vers lui le voyant abandonner sa protection. Mal leur en pris. Il attrapa le premier à la gorge avec sa main droite qui était maintenant montée à 60°C. Il se servit du corps pris au piège dans son immense main comme d’un bouclier qui finit trancher par les attaques alliées.

Il apposa ensuite sa main droite sur l’épaule la plus proche, brûlant les poiles et faisant danser la créature d’un pied sur l’autre. Son poing gauche à -20°C vint percuter sa tempe et l’envoya dans les bas de Morphée. Au minimum.  

Le troisième voulut fuir, il tapa alors son coude et son genoux gauche ensemble, assemblant l’allonge de son bouclier. Il le déploya dans un tournoiement d’acier. Avec la portée gagnée, il réussit à frapper le fuyard dans la nuque juste avant qu’il soit trop loin. Iron Heart


L'ombre de la Guerre Kuroko.no.Basuke.600.1903798 L'ombre de la Guerre Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
@yukikurai A l’arrière du débarquement et du combat, une poignée d'hommes s'affaire a soutenir l'assaut de leur tirs tout autant que de continuer à protéger le sous marin. Et sur le pont a leur coté, le responsable des communications réussit enfin a se mettre en contact avec son équivalent auprès de Ragnar.

-Ici le divergence ! Nous venons de débarquer a Tribord et avons engagé le combat avec les hommes de Teach ! La résistance est forte mais nous progressons, quels sont les ordres ?
-Attendez mais... C'est vous le sous marin ?! Celui qui vient de couler trois navires ?
-Affirmatif, y'en a deux qui n'ont pas fini de couler, mais c'est nous ! Belle arrivée non ?
-Magnifique. Vous venez d'envoyer par le fond trois navires alliés appartenant au Capitaine Clotho. Ne bougez pas je vous rappelle...

Si un den den pouvait marquer sa consternation, celui la le ferait...

En tout cas sur le pont c'est le doute...

-Meerrde...
-En même temps bon, on s'allie avec des pirates, on nous dit que le plan c'est d'étre tous sur l'iceberg donc que les bateaux autour seront des ennemis... Alors si en plus on doit différencier un pirate d'un autre pirate, forcément c'est compliqué...
-Bon, on dit quoi au Capichef ?
-On dit qu'on attend et qu'on lui dira plus tard ?
-Je vote pour ça !

[...]

@Kardelya

Alors que tu étends ta perception pour essayer d'avoir une vision d'ensemble du champ de bataille, et que de ta position surélevé tu peux observer assez bien tous les affrontements à l'exception de celui de Ragnar, tu sens plus que tu ne vois les cadavres pourtant bien morts quelques instants plus tôt qui s'agitent, maintenant agités d'une étrange agitation qui grouille sous leurs peaux, comme s'ils étaient soudain parcouru d'une vie grouillante et agitée, parasité par des serpents ou des insectes. Ou d'horribles plantes ! Tu vois des lianes rougeâtres jaillir des plaies, creuser les veines, enserrer les membres, les poussant a se relever, a saisir leurs armes, avant de retourner se battre comme de sordides et macabres pantins, maintenant encore plus qu'avant, uniquement voués à détruire les ennemis de leur maitre.
    C'est vraiment bizarre, cette bataille ne ressemble pas à la précédente.
    Sur Winter Island, c'était une seule flotte et toute une armée et le chaos était général, mais là, ça semble plus localisé et brutal. Je n'ai pas suffisamment entrainé mon Haki, pour couvrir une vaste zone, mais de ce que je ressens aux environs, on dirait plus que l'ennemi a misé sur la qualité que sur la quantité.

    Près de l'endroit où je suis, je distingue Yukikurai qui est passé à l'action, après avoir coulé des navires à proximité. Je n'avais pas vu qu'il y avait d'avantage d'ennemis de ce coté de l'île, après ce corbeau et ses hommes; heureusement que le guerrier-forgeron est là pour couvrir mes arrières.
    Cependant, plus ça va et plus le malaise grandit en moi: cette baudruche végétale qui vient de passer comme si de rien n'était, juste après ce rire semblant venu des abysses, c'est une coïncidence qui ne m'inspire guère confiance.
    Je me rappelle que Red et Izya avaient brièvement parlé du pouvoir étrange de Teach, de sa faculté à contrôler les plantes. Sur l'instant j'ai pensé à un Paramécia productif, comme Jeska ou moi et surtout, ça me fait penser à cette montgolfière venant de survoler le champ de bataille.
    Voyons, je pourrai utiliser le... Hein?

    Je baisse les yeux, repérant d'étranges "voix" en-dessous de moi, là où gisent les corps de mes adversaires précédents. Elles sont vraiment bizarres, semblables à des... cordes et elle se torsadent autour de quelque chose... quoi?!? Pourquoi elles sont remplacées par des auras humanoïdes!?!
    Descendant quelque peu, pour avoir un visuel "physique", je tressaille, en voyant le corbeau sortir de son trou de glace, enchevêtré dans d'étranges lianes, bien vite entouré par ses hommes.
    C'est... vraiment glauque, même pour moi, ils ne ressemblent même plus à des humains, mais à des monstres de romans d'aventures, comme s'ils sortaient des profondeurs marines, à bord d'un navire hanté.

    Avec des mouvements patauds et erratiques, je les vois prendre leurs armes et commencer maladroitement à me viser; ils n'ont clairement plus la vivacité d'avant, mais semblent toujours déterminés à me tuer.
    Je tournoie sur moi-même, utilisant un Dôme de vent pour dégager les projectiles me fusant dessus, avant de me dégager sur le coté, toujours sur Cloche-Air, pour éviter quelques maladroits "volatiles" me fondant dessus, peinant à changer de direction.
    C'est pas bon ça, j'avais du mal à croire cette histoire obscure selon laquelle l'Empereur aurait une graine capable de tromper la Mort, mais devant ce spectacle grotesque, je n'ai plus tellement de doutes.

    Je repense alors à un dispositif ingénieux de la pirate aux poisons, Jeska: le désherbant! Très clairement, je peux l'utiliser pour dégager ce qui semble animer les cadavres autour de moi!
    Voyons... où sont les tonneaux qu'elle a éparpillé sur l'île... Oh, j'en vois un vers le nord, et un autre à l'ouest! Génial, maintenant je peux les récupérer et... en faire quoi? Ce ne serait pas très précis de juste les prendre et les vider au sol, pour espérer toucher l'adversaire. Et les projeter ne serait pas plus utile: je dois être plus précise, pour frapper cette cinquantaine d'adversaires.
    Hum... et si je... On peut toujours tester.

    Je génère deux tornades fines de mes mains et les envoie vers les tonneaux, chacune pulvérisant la barrique de poison, une substance orange commençant à emplir mes bourrasques, dont je gère les vents, pour éviter les éclaboussures de désherbant. Il ne manquerait plus que du poison parte aux alentours, touchant des alliés ou moi: je sais que ça fait surtout des dégâts aux plantes, mais je ne suis pas certaine que ce soit aussi bon pour l'humain, surtout si j'en prends dans l’œil ou la bouche.
    Concentrant les vents vers l'intérieur de la tornade, pour faire un tube d'air condensé de poison, je me fie à mon Haki, pour repérer l'ensemble des ennemis et projeter les tornades sur eux.
    Un tube de poison fauche une première dizaine d'ennemis au sol, les fauchant et les projetant aux environs, sous la force du vent et bien vite, je distingue leur aura s'atténuer, revenant aux lianes qui se désagrègent et se ratatinent.
    Je balaie les airs avec une autre trombe empoisonnée, touchant quatre ennemis et en faisant reculer d'autres, sous la force des vents. Je ratisse encore un peu, pour en repousser six autres et les faire tomber au sol. Mais ils ont beau s'écraser au sol, ils se redressent, après d'étranges mouvements de lianes, semblant resserrer d'avantage leurs étreintes sur les corps désarticulés.

    Des projectiles me frôlent et lacèrent parfois ma chair, alors que j'essaie d'esquiver les tirs. Je dois énormément me concentrer sur mes tornades, pour ne pas perdre le poison et le Haki de l'Armement est un luxe de concentration que je ne peux pas me permettre.
    Je croise mes trombes vers une dizaine d'artilleurs et le corbeau, les inondant de désherbant et des cris stridents et inhumains se font entendre, alors que dans le sillage de mes tornades mortelles gisent des corps inertes, éteints de toute voix.
    Cependant, je sens que je perds le contrôle et je dois relâcher mon attaque, des flaques de désherbant s'éparpillant aux alentours, parfois sur l'ennemi, parfois autour de lui, les faisant reculer maladroitement.



    Dernière édition par Kardelya Koshin le Lun 18 Juil 2022 - 21:11, édité 1 fois
    • https://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
    • https://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#
    -Bien joué miss ! Continue l'épandage vers leur chef pour voir s'il aime quand ça pique ! Nous on s'occupe de garder mort ces types la !


    Surgi des tunnels de l'iceberg, Wilson est accompagné d'une centaine de types, dont plusieurs équipés comme lui de lances flammes bricolés à la hâte pour pulvériser l'agent orange fabriqué par Jeska. Et pendant que les créatures végétales qui étaient il y a quelques minutes de vaillant pirates, et qui ne sont plus maintenant que des monstruosités qui le poison que tu viens de répandre consume dans une odeur atroce, continuent de se relever un peu partout, l'équipe entreprend de les asperger une a une. Un homme aspergeant une bestiole, et passant à la suivante pendant que d'autres viennent démembrer la première à grand coups de haches, façon soirée den den d'horreur.


    • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
    Je hausse un sourcil, en sentant venir une vague de personnes sur ma position. Des renforts ennemis? Non, je vois arriver un homme dégarni que je reconnais pour être dans l'équipage de Red et il a une petite armée avec lui, ce qui me rassure bien vite. Je craignais presque d'être seule sur ce bout de glace, avec Yukikurai.

    J'acquiesce en réponse à l'homme de Red:

    - Merci de coup de main! Ça fait toujours plaisir de voir une alliance tenir ses promesses!
    Quant à toi le volatile... tu peux rester mort? Ça me vexe dans mon amour-propre d'assassin de voir une de mes cibles échapper à la Mort!


    Je racle la glace imbibée de désherbant avec des lames d'air qui se terminent en tornade, pour récupérer le plus de désherbant possible, avant d'engouffrer le corbeau récalcitrant dans une bourrasque de poison orange. Il croasse de manière sinistre et tente de tirer quelques plumes dans ma direction, mais ça ne fait aucun effet et son corps commence à se déchiqueter et dissoudre sous l'assaut combiné des vents et désherbants.

    Je soupire longuement, en observant les environs, mais bien vite, je me rends à l'évidence: ce champ de bataille est complètement nettoyé. L'équipage de Red a bien œuvré et l'ennemi n'apparait plus dans le champ d'action de mon Haki.
    Hum... cependant, cette histoire de "manipulation végétale" me dérange: si c'est comme ça sur chaque affrontement, on n'en a pas fini et j'ignore quels sont les stocks de poison de Jeska.
    Mon regard se porte de nouveau vers l'endroit où le ballon s'était dirigé et clairement, je le sens: Teach est là-bas. Cette voix, ce ricanement, cette pression mentale écrasante... tout vient de cette zone...

    Je craque ma nuque nerveusement, tâtonnant distraitement mes Meitou aux hanches, comme pour me rassurer avec leur présence: au final, la sécurité peut tenir à bien peu de choses dans une guerre: on peut s'en tenir qu'aux alliés et à soi-même et les armes font partie de ce duo. C'est une part de nous, la différence entre la vie et la mort, comme pour mon fruit du démon et mon Haki.
    Savoir qu'un Empereur est si proche de moi, ça me terrifie clairement... mais en même temps, ça me rassure d'être effrayée. Cela montre que je n'ai pas perdu la tête et que je ne suis pas tombé dans la voie du sang. Je comprends les risques de la situation et c'est la différence entre un assassin et un guerrier.

    Cette bataille, j'ignore sa finalité, mais clairement, je ne vais pas simplement attendre que ça se termine, en restant dans mon coin, après avoir fini ce "simple" combat.
    Tant que les alliés se battent, je me battrai, c'est aussi simple que ça dans cette guerre d'alliance, même si ça implique un affrontement avec Teach.
    Je pars vers le champ de bataille suivant à coups de Cloche-Air.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
    • https://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#
    3 bateaux de coulés en quelques secondes, plus de quatre centaines de morts noyés, explosés, détruits, réduit en charpie par les détonations. Et si deux navires sont en train de sombrer, aucun survivant n'a de chance puisqu'il n'y en a aucun. Quand on détruit un bateau par en dessous, par la coque, cette dernière explose, projetant les métaux et le bois au dessus. Les marins sur les bateaux ont été projeté en l'air, déchiquetés par le bois et le métal de la coque. Avec quoi ont-ils attaqué pour faire autant de dégâts ? Visiblement des torpilles, faut croire que ça existe. Parce qu'un boulet de canon sous-marrin, pas sûr que ce soit possible. Le sang se répand rapidement sur l'océan tandis que Davy Jones reçoit un nouveau tribut.

    Quand on dit ça à Tor, son sang ne fait qu'un tour. J'avais prévu l'éventualité d'un coup comme ça de la part des révos. Alors il sait quoi faire. Il regarde la carte qu'on a récupéré suite à la réunion. Il donne les ordres. Chacun est surpris, mais s’exécute. Il est le second de ma flotte, les hommes doivent lui obéir comme à moi. Et mes ordres sont simples, œil pour œil, tuez tous les connards. Les bateaux changent de cap, ils se dirigent vers le révo le plus proche, Yukikurai. Et avec les 70 canons des deux navires restants, ils attaquent le révo, en essayant d'éviter autant que possible ses adversaires. Le but étant de tuer autant de traîtres que possibles. Ils utilisent tous les boulets de canon à disposition, y compris les spéciaux. La révo a voulu jouer, elle n'aurait pas du. J'ai quitté la révolution, je ne l'ai pas trahi. Je n'ai jamais divulgué ses secrets à quiconque alors que j'aurais pu. Ragnar n'a jamais digéré que je quitte son organisme. J'aurais dû rester et être malheureux dedans juste pour garder l'ancien aveugle heureux, faire passer lez bonheur des autres avant le mien. Je lui ai fait retrouvé la vue sur Armada, rien ne m'y obligeait. On a partagé des aventures, rien ne m'y forçait, j'aurais pu dire non. Et voilà ce qu'il fait, il trahit. Bonne mentalité de la révolution de tuer ses alliés pendant un combat à mort contre un empereur des mers. Surtout quelqu'un connu pour être rancunier et imprévisible.

    Et pendant qu'il donne les ordres, Tor demande à joindre le QG de la marine de West Blue. Il est temps de passer à la caisse. L'indomptable s'en va de la zone, toujours sous l'eau. Red se démerdera avec ses traîtres qui lui servent d'alliés. Cette guerre est finit. celle contre la Révolution commence. Plus question d'être gentil, d'essayer de concilier les choses. Mon esprit met désormais la Révolution et les dragons célestes au même niveau, les deux doivent être exterminés jusqu'au dernier. Alors allons balancer nos infos au marins. Quitte à en crever, autant leur porter un coup qui leur fera mal. Sur les quatre cent cinquante cadavres, ou restes de cadavres, j'en connais plus d'une centaine personnellement. J'ai aidé à la construction de ces navires. Alors Tor me comprend. Lui aussi a participé au recrutement de ces hommes et femmes. Lui aussi les connaissait. Cette perte nous touche tous les deux. C'est inqualifiable. Impardonnable. Dès que je réveille, il devra me dire ce qui s'est passé. Et il sait que j'irai traquer les révos, que j'irai aider Teach, Tetsuda ou quiconque pourra m'aider à obtenir ma vengeance. Aucune limite. Aucune conscience. Une seule pensée : vengeance. Une fois le bombardement terminé, les navires s'en vont, retournant vers Armada.

    Map:

    • https://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak
    • https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rp
    Mon combat s’enlisait, enfin il n’y avait pas vraiment d’avancée, ni dans un sens, ni dans l’autre. Cependant, ce n’était de l’énergie utilisée en pur perte. La lente avancée systémique des hommes de Teach avait été stoppée. Il me semblait même que la balance des forces s’inversait. Soudain, je ressentis au loin un élan de pure haine. Je pensai à Teach, mais en faisant plus attention je me rendis compte que ce n’était pas lui. L’aura semblait provenir d’un groupe de personne, puis elle ne faisait pas frissonner comme le rire que j’avais entendu en arrivant.

    Profitant de ma déconcentration, Mataoka en profita pour reprendre la main. Oui l’empathie c’était pratique, mais je percevais de chose extérieur à mon duel et parfois il était difficile d’en faire abstraction. Surtout quand la haine semblait dirigée vers moi. Je me retrouvai à parer deux coups de poing avec le manche de mon arme. Ensuite le danger se précisa et mon adversaire le perçu aussi. Des canons venaient de bombarder la zone. Cela allait briser le momentum qui nous était favorable.

    Alors que je me tournais vers le ciel, la femme poisson émit une série de sifflements auxquelles ses créatures réagirent immédiatement en se regroupant. Le ciel s’obscurcit, la salve était tellement groupée qu’elle formait une masse noire. C’était donc ça l’ombre de la guerre. Je balançai lame d’air sur lame d’air. La première toucha une série de boulet. Certains furent tranché, d’autres explosèrent et d’autre encore simplement dévier heurtaient leur voisin. Dans le tas, il devait en avoir des explosifs et des incendiaires. Ce qui m’arrangea plutôt bien, car en détruisant un projectile explosif, il en détruisait cinq autre de lui.

    En plus de mes lames d’aire, les défenseurs armés de canon ou de bazooka tirèrent dans le tas. Ce qui m’aida à réduire leur nombre. Puis, comme si quelqu’un veillait sur moi, deux tornades apparurent. Elles n’étaient pas assez proche pour nous blesser, mais les courant aériens étaient fous et une dizaine des boulets les plus léger furent dévier directement dans un morceau d’iceberg géant. Merci Kardelya ! Pour ma part, je tranchai les deux derniers qui me fonçait dessus à bout portant.

    Émergeant debout de la fumée, je pus balayer la zone du regard. Mon Haki m’avait déjà informé qu’il y avait assez peu de mort.

    Mes coéquipiers, se trouvaient en bordurent de zone. Le bazooka de Bouly avait la gueule fumante. Et tous se tenait sous le couvert du bouclier de Viktor, qui s’était bien cabosser sous les deux impactes qu’il avait absorbé. Ils allaient bien, j’allais pouvoir retourner à mon combat.

    Marchant vers mon opposante, je vis que c’était principalement des soldats qui avaient perdus la vie. J’eus l’agréable surprise de voir qu’il y en avait eu nettement moins que le bombardement aurait pu laisser croire. Agissant rapidement, la plupart avait collé au train les créatures bleues, se doutant que leur maîtresse les protégerait. Drôlement bien vu de leur part. Enfin pas tout à fait. Les gorilles avaient repris l’ascendant et libéré de ma pression la femme barrière recommença son travail de sape.

    Alors que je courrais à présent vers elle, un impact plus important encore que les autres fit tanguer l’ile. Ce fut à ce moment que je me souvins que c’était un navire. Il n’oscilla pas très fort, la poupe devait s’être soulevé de trois mètres au maximum, mais vu sa masse il devait avoir généré de belles vagues. Des vagues suffisantes pour couper l’envie de rester aux bateaux qui venaient de nous pilonner. En même temps, il fallait être un peu fou pour s’approcher de la fin de Toreshki. Entre les tornades, les langues de feu et les explosions qui projetaient glace et autres débris qui ne demandaient qu’à lacérer vos voiles, la zone était vraiment dangereuse pour les navires. D’autant plus que les ordres du Malvoulant était clairs, personne ne pouvait quitter cette bataille vivant. Enfin, personne sauf ces troupes bien-sûr. Vous pouvez venir jouer avec Teach, mais vous ne partirez que quand il l’aura décidé. Ses navires se repositionnaient pour former un blocus. Le siège qu'ils rejouaient maintenant pour la huitième fois.


    L'ombre de la Guerre Kuroko.no.Basuke.600.1903798 L'ombre de la Guerre Steamp10
    "C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
    La secousse stoppant la bataille pendant une seconde, mes yeux balayèrent la zone. Je m’aperçus alors que les créatures vaincues se relevaient avec des soubresauts bizarres. C’était étrange et perturbant, mais mon objectif était de me débarrasser de la détentrice du fruit du démon. C’était elle la plus grande menace.

    Je me jetai à nouveau sur elle, mais cette fois-ci elle ne daigna pas me jeter un regard. Elle avait changé de tactique, mais le résultat était le même, toutes mes attaques rebondissaient sur sa barrière. Elle semblait avoir créer un dôme épais autour d’elle. Il était tellement épais que je le voyais bien mieux que les autres. Elle par contre avait fermé les yeux, me narguant d’un petit sourire. Elle se concentrait sur son Haki et sur le support de ses troupes qui revenaient en masse et reprenaient l’avantage.

    Soudain des gouttes oranges tombèrent éparses sur la zone. Elles piquaient la peau et irritaient les voies respiratoires, mais elles eurent plusieurs conséquences inattendues. La première, elles permirent de visualiser parfaitement les barrières crées et le dôme auquel je faisais face. La seconde, les singes bleus vivant perdaient des grosses touffes de poils la où le produit les avait touchés. C’était assez drôle, ils étaient nettement moins effrayants comme ça. La troisième et non la moindre, les Bluegories revenus à la vie semblèrent beaucoup plus gêné et même mourir à son contact. Ce fut à ce moment que je reconnu là la signature des poisons de Jeska.

    Maintenant sûr de la forme et l’épaisseur de sa défense, je sautai et abattis le plus fort possible Hiro sur le sol juste devant le dôme. Hasshoquake ! Une fissure partit de mon Naginata et se propagea sous la barrière. Matoaka ne fut pas vraiment blessée, mais elle tomba dans le trou, la faille créée. Cela lui fit perdre sa concentration et fit disparaitre toutes ses barrières. Elle avait un genou qui saignait. Elle se massa les côtes qui avaient percuté la glace. Elle surtout plus frustrée qu’autre chose. Elle avait vu l’attaque venir, mais elle n’avait pas anticipé la conséquence. Elle me tira la langue, me fit deux doigts d’honneurs et fit réapparaitre un nouveau dôme. Je recommençai mon attaque, mais cette fois-ci elle avait créé une sphère à moitié enterrée qui dévia ma fissure.

    Elle avait l’air tellement fier d’elle. En même temps, elle avait de quoi. Je n’arrivais pas à la vaincre et ses troupes mi-vivantes, mi-parasitées avait clairement repris l’avantage. Je bouillonnais de rage, car je n’arrivais pas à empêcher mes alliés de mourir. Bien que j’eusse essayé de me blinder d’une armure d’insouciance pour ne pas retomber dans les limbes de la mélancolie à la vue de la mort, je n’arrivais pas faire totalement abstraction. Heureusement, mes sentiments se transformèrent en énergie et en rage plutôt qu’en dépit comme la dernière fois.

    Soudain, une idée un peu folle me traversa l’esprit. Je marchai elle. Je plantai mon arme dans la glace à un pas d’elle. Ensuite j’écartai mes bras et je posai mes mains sur la surface lisse de sa sphère. Verrouillant ma prise en faisant ventouse avec mes mains, je soulevai la barrière, la glace quelle contenait et mon adversaire. Palms Lock !

    « Mais... mais qu’est-ce que tu fais ? »
    « Je t’envoie là où tu feras moins la maligne ! »

    Je bandai mes muscles à fond. Je tournai sur moi-même, puis je la balançai aussi loin que possible La sphère. Direction la mer, nous n’étions pas si loin de la côte et ce n’était pas vraiment très lourd pour moi ( et mes dorikis ^^).

    « Pauvre fou ! »

    Pour faire bonne mesure, j’attrapai Hiro et balançai une lame d’air pour la repousser le plus loin possible.

    J’espérais que la mer ait raison d’elle, mais tous ces mignons encore vivants, dont le plus gros, se jetèrent à l’eau pour la sauver. Et visiblement, ils nageaient drôlement bien. Ce ne serait sans doute que du répit, mais c’était déjà ça de pris.

    Du côté de mon équipage les choses se passait plutôt bien fasse aux zombies plantes. Étrangement Bok, s’était mis à brouter la blessure d’un ennemi. D’abord stupéfait, ils se rendirent compte qu’elle mangeait la plante qui tentait de refermer la blessure. Elle brouta tant et si bien qu’elle finit par arracher la graine à la base du phénomène et la manger avec le reste.

    Krishna voyant qu’on pouvait tenter d’arracher la graine, se servit de sa connaissance de médecine et du corps humain, enfin des vivants. Avec des entailles précises et chirurgicales il arracha des rhizomes, jusqu’à déloger la graine elle-même.

    Bouly, lui, dérégla son bazooka pour qu’il tire une langue de feu d’environ deux mètres. L’extrémité de son arme surchauffa et finit même par éclater, mais il pouvait toujours cramer ses ennemis. Les plantes brûlées, les singes s’arrêtait de nouveau de bouger.

    Viktor, lui, épuisait les plantes avec ses attaques chaudes et froides. Les températures ne suffisaient pas à brûler ou congeler, mais les chocs thermiques vidaient la graine de son énergie et finissait par se flétrir.

    Les Winterien, eux, ayant suivis le briefing, se servirent des tonneaux préparer par Jeska pour désherber la zone. Allant même jusqu’à faire tomber les zombies dans les flaques oranges qui faisaient bien le taf, il faut le reconnaître.


    L'ombre de la Guerre Kuroko.no.Basuke.600.1903798 L'ombre de la Guerre Steamp10
    "C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
    Probablement fragilisée par les barrières et le bombardement de la flotte pirate, la glace sous vos pieds craque, gémit, se fissure. Dans les tunnels de la forteresse de Toreshky les murs tremblent, des bruits d'effondrements et de rupture résonnent dans les corridors, puis des hurlements, d'alarme, de surprise, de peur, la bas dans les profondeurs de la glace quelque chose se déplace, avance, creuse, et ce quelque chose est loin d’être seul !

    Alors que les regards de tes hommes cherchent l'origine de ce qui arrive, une des rares statues de glace épargné par les combats, et qui constituent la décoration principale du coin, s'anime soudain, se mettant à bouger et a prendre des couleurs pour révéler la sorcière des glaces, arme à la main, et visiblement sévèrement éprouvée par une blessure au flanc.

    -Teach est gravement blessé mais il s'est emparé du cœur de la forteresse et tente de se soigner ! Il faut aller le déloger et le combattre la bas ! Il a lâché son hydre ! Tuez les et avancez au centre, je préviens les autres !

    Et aussi vite qu'elle est apparue, la sorcière disparait, se couvrant de glace et ne laissant a la place qu'elle occupait il y a une seconde, qu'une statue translucide à son effigie, et d'ou coule encore un mince filet de sang.

    Derrière elle, un des murs de la forteresse explose, laissant jaillir deux monstre serpentiformes, qui semblent tenir autant de la liane que du léviathan, aux corps aussi gros qu'un homme, couverts d'une carapace d'écorce et parcourus de lianes et de ronces, mais au dents et aux yeux indubitablement animaux.

    Les survivants de Thriller Bark ont évoqués par le passé ce monstre étrange apparu a la fin du précédent combat et qui a dévasté l'ile navire lors du premier affrontement contre Teach, obligeant les adversaires à vider les lieux et laissant la victoire à l'empereur. L'hydre du Malvoulant est la, et les deux têtes qui te font face ont clairement l'intention de t'engloutir avec tes troupes, et te foncent dessus sans perdre un instant dés qu'elles te repèrent.

    L'ombre de la Guerre Unknown
      L'attaque du premier serpent, qui ouvre une large gueule et crache sur la zone une sorte de brouillard verdâtre, suffocant et urticant, vous fais presque louper l'action de la seconde, qui, au lieu d'attaquer, se contente d'ouvrir une bouche qui va jusqu’à sembler se démantibuler pour laisser place à la silhouette du plus tristement célèbre pirate du monde. Le Malvoulant en personne. Le corps dégoulinant d'une substance translucide qui ressemble à de la sève.

      Le Malvoulant dont le pas inégal résonne sur la banquise comme un glas funeste, le Malvoulant qui semble sortir d'un combat difficile et dont le corps porte les stigmates de blessures et de coups qui seraient mortels chez n'importe quel homme, le Malvoulant dont le sabre est brisé, l'un des yeux crevé et coulant de son orbite, la poitrine enfoncée mais qui pourtant boitille à votre rencontre comme si de rien n'était, son horrible sourire vissé sur le visage.

      -Arh Arh Arh ! Je crois que j'ai encore loupé Elize. Il va encore falloir tuer des inconnus...

      Son sabre brisé fend l'air, expédiant autour de lui une lame d'air circulaire qui fauche tout ceux qui se tiennent à proximité, révolutionnaires et Blugories encore dans le coin. Son regard mort glisse sur la scène de combat, et sur les monstres bleus en fuite, nageant vers leur maitresse, avant de se braquer sur toi, comme s'il n'y avait que vous deux en train de se faire face sur la glace.

      -Tu as vaincu Matoaka ? On ne peut vraiment se fier à personne, je crois que je vais te tuer en premier..  


      TORESHKYYY !! P’TIT ZIZIIII !!

      L'ombre de la Guerre Yz81
      • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t218-
      • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t218-mannfred-d-teach-le-malvoulant
      Enfin un moment de répit, la zone semblait sous contrôle, je pus alors retrouver mes comparses. Alors qu’on discutait pour faire le point sur la situation, quelqu’un nous apporta des masques pour éviter de souffrir du poison désherbant de Jeska. Je fus d’abord surpris qu’ils aient pensé à nous en mettre de côté, puis je me rendis compte qu’il y avait au mieux de la boue et au pire du sang dessus. Mais nous n’allions pas faire la fine bouche, les morts n’en auraient plus besoin et nous ça nous sera utile, je pense.

      Soudain une statue de glace prit vie et nous balança des infos avant de repartir aussi vite. Bordel, je déteste quand les gens font ça ! Je ne retiens jamais rien. Je suis encore à chercher qui c’est qu’elle est déjà partie. Son pouvoir me dit vaguement quelque chose on m’en a déjà parlé.

      « C’était…. ? »
      « Elise, oui ! La sorcière de glace. »
      « Et qu’est-ce qu’elle a dit ? »

      Viktor ne put jamais me répondre, car le sol trembla plus fort que d’habitude. Les combats devaient encore faire rage à certains endroits. Cependant, la vibration continua et s’accentua. Rapidement, mes perceptions me détrompèrent, quelque chose arrivait droit sur nous. Surgirent alors de la glace deux têtes de serpent géant.

      « Mais c’est quoi se bordel, les gars ? »
      « Je crois qu’elle a dit que c’était l’hydre de Teach. »
      « Je m’en branle retraite stratégique les gars ! »

      Tous les petits groupes présents se reforme et tente de se replier sans trop tourner le dos aux deux créatures. Qui sait de quoi elle était capable. D’ailleurs l’une d’elle ouvrit la gueule pour cracher une brume verte. Elle devait sûrement être toxique, mais heureusement pour nous, nous n’avions pas encore retirer nos masques à gaz. Par contre, la brume masqua la suite. Cependant, pas besoin de mantra pour sentir l’arrivée de Teach. Son aura effroyablement morbide, putride était reconnaissable et presque palpable à cette distance.

      Son rire glaçant précède de peu sa première attaque. Je n’ai pas le temps de crier aux autres de courir. Puis à quoi ça aurait servi. Une lame d’air circulaire balaie toute la zone. J’ai juste le temps d’abattre mon Naginata pour tenter de parer. Mon attaque affaiblit celle de l’empereur, mais je me retrouve quand même avec une ligne rouge sanguinolente horizontalement sur le torse. Aurais-je été coupé en deux sans ce réflexe ? Peut-être. Sûrement même, car je vois deux, trois malheureux couper en deux.

      Je voudrais vérifier que mes camarades sont vivants, mais je ne pouvais pas quitter le Malvoulant des yeux. Je ne pouvais pas, je ne voulais pas, c’était du pareil au même. Je voulais vivre, ça c’était la seule chose dont j’étais sûr. C’était fou à quelle point mon instinct de survie pouvait crier fort. Je ne l’avais jamais attendu aussi clairement. D’autant plus que le regard de l’un des quatre pirates le plus fort du monde semblait fixé sur moi. J’étendis mon Haki, autant pour survire que pour avoir des nouvelles des autres. Bien que l’attaque fut puissante, le nombre de mort ne semblait pas trop élevé.

      « Je sais que vous êtes vivant, les gars ! Barrez-vous ! Allez chercher de l’aide ! Je le retiens ! »
      Quelle prétention. Le retenir, moi. Si je l’amusais une minute se serait déjà bien. Tout temps que je leur offre, c’est déjà ça de pris.
      « Oui, on va bien. Viktor a superposé son bouclier et son corps ! Il a absorbé le plus gros de l’attaque. »

      On dit que la meilleure défense c’est l’attaque, mais là, je ne peux pas me précipiter sciemment sur lui. Je suis paralysé par mon instinct de survie. Autrement dit par la peur, la peur de la mort. Comment un homme pouvait-il incarner aussi bien la mort.

      Heureusement, une tête de l’hydre m’attaqua. Ça me fit sortir de ma torpeur. Je bondis pour esquiver. Je me rendis alors compte qu’il n’y avait plus qu’une tête et Teach. Je ne sais pas pourquoi, mais j’en ressentis du soulagement. C’était idiot, ça n’augmentait pas vraiment mes chances de survie. Que pouvais-je faire ? J’étais la cible de Teach et d’une de ses créatures. Teach enchaînait les lames d’air nonchalamment, pendant que la tête essayait de me prendre en défaut. Heureusement pour moi, j’étais vraiment douer pour l’esquive et la parade. Faisant tournoyer mon arme comme une majorette, je créais un bouclier d’air assez efficace pour absorber les lames d’air. Yuki Onna forme défensive !

      Je parvins également à l’une ou l’autre reprise à me servir du corps du serpent pour me cacher des attaques. En effet, bien que leur coopération fût bonne, j’étais largement plus rapide que l’Hydre. Qui en plus n’étais jamais vraiment loin pour tenter de m’attaquer entre deux lames d’airs. Du coup, je pense que je ne m’en sortais pas trop mal. Je souffrais de nombreuses estafilades et autres écorchures à présent. Mais le serpent, lui avait perdait son sang vert par au moins trois entailles assez profondes dues à Teach. Malgré tout je commençais à fatiguer.

      Affalant Viktor sur Bok pour le transporter, il avait reculé autant que possible, pour ce mettre en sécurité. Une sécurité toute relative en plein milieu de pareille guerre.  Pendant, que Krishna donnait les premiers soins au blessé, Bouly bricola un projectile à base glace et de poudre. Il tira au-dessus du combat de son capichef et son ami, sa fusée de détresse maison. L’explosion blanchâtre criait à l’aide.  


      L'ombre de la Guerre Kuroko.no.Basuke.600.1903798 L'ombre de la Guerre Steamp10
      "C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
      • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
      • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
      Le faux Teach à l'arrière du navire s'étant une nouvelle fois fané, je saute aux côtés de Red pour le laisser prendre place sur mon dos avant de décoller immédiatement vers le nouveau lieu d'apparition de l'empereur où déjà je peux sentir les âmes disparaitre des radars de mon haki sous la violence de l'empereur. Mais la résistance est féroce car peu de gens trouve la mort malgré notre absence.

      Un autre faux Teach ? Très certainement. Et soit son adversaire est d'une force comparable à celle de Red, ce dont je doute, soit les faux Teach deviennent de moins en moins dangereux à mesure qu'on les tue.

      Usant toujours de mon soru, j'entame la plongée sur le nouveau lieu du combat du Malvoulant au moment où une explosion illumine le ciel d'une lueur blanche éblouissante, offrant alors une ouverture parfaite pour que je puisse changer de forme en devenant un plus petit dragon ailée et arraché le bras armé de l'empereur de plante d'un coup de croc avant de me poser non loin de celui qui l'affrontait.

      - Occupe toi de l'hydre ! On se charge de lui !

      Avant même que j'ouvre la bouche, Red a sauté de mon dos pour foncer une nouvelle fois sur sa proie que nous poursuivons sans relâche tandis qu'elle même poursuit Elize.
      Mais l'hydre de Teach ne nous laisse pas le temps d'en dire plus avant de nous foncer dessus, frappant de sa tête juste là où nous nous trouvons. En une seconde, nous esquivons chacun de notre côté et voyant que le révolutionnaire ne semble pas être en manque de ressource pour avoir tenu si longtemps contre Teach et l'hydre avant notre arrivé, je tourne mon attention vers le Malvoulant pour aller soutenir Red.

      Sauf que le bras que j'ai arraché n'est pas en reste et les lianes qui le composent se sont agitée l'air de rien avant mon esquive et son maintenant entrain de s'enrouler autour de mon cou. Surprise, je n'ai que le temps de déployer mon haki de l'armement pour tenter de résister à l'étreinte avant de sentir la lame de bras armé que j'ai arraché venir riper sur ma gorge de dragon.
      Désespérément, je crache des flammes pour tenter de cramer ces lianes mais elles ont pris assez d'ampleur pour m'empêcher de plier le cou et de les atteindre, ne me reste alors que mes pattes qui ne sont elles non plus pas assez longue pour atteindre leur cible.

      Malgré mon haki ma gorge se serre et l'air, aussi empoisonné soit-il, commence à me faire défaut. J'ai mal, je tousse, je suffoque et finalement, je change de forme, devenant un hybride d'ange et de dragon parcouru de pointe et armée de griffes acérés.

      Et cette fois, mes bras sont bien assez mobile pour déchiqueté ces lianes avant de cracher le feu tout autour de moi pour m'immoler totalement et brûler toute la sève et les plantes qui resterait sur moi. Insensible au feu, je sors alors du brasier que j'ai provoqué, récupérant au passage la lame du malvoulant pour aller rejoindre le combat de Red à quelques mètres de là et planter la lame recouverte de mon haki dans le ventre de son propriétaire.


      L'ombre de la Guerre 1425067977-izya-sflagopr L'ombre de la Guerre 1465207581-signizya L'ombre de la Guerre 1lmh
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-terminee
        Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
        Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum