-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

L'ombre de la Guerre

Rappel du premier message :

Des glaciers, de toutes tailles, à perte de vue. Leurs pics acérés, ciselés par le vent et le froid, dardent vers les cieux nuageux. Sur un de ces immuables pachydermes glacés, un pingouin, solitaire coureur des glaces fasciné par les énormes navires aux voiles déchirés qui manœuvrent sous ses yeux. ventrus, noirauds, puissants, hérissés d'armes et de symboles macabres, hétéroclite arrangement de vaisseaux de guerre tous unis par un même objectif, tous unis sous un même pavillon...

En tête de ces treize navires d'où fusent chants de guerre et cris hargneux, un titanesque bâtiment, voiles rouges trouées, bois noir comme le charbon, aura de mort et de ténèbres ; Le Coutelas, fleuron de la flotte la plus crainte au monde, gigantesque trois-mâts ayant parcouru Grand Line d'un bout à l'autre, repère du mal incarné. Sur le pont, des hommes au regard fou, l'écume aux lèvres, ajustent cordages et voiles en faisant défiler le Coutelas à travers les icebergs, ils sont les pires rebuts de Grand Line, les pirates les plus horribles auxquels ont donné naissance Dead End et Jaya. Chacun à leur façon, ils incarnent les pires symptômes gangrénant le Nouveau Monde, racailles sans pitiés, ne craignant rien sur les mers, pas même la mort…

…Sauf peut-être un démon.

Ploc… Ploc… Ploc…

Silence. Le Coutelas se paralyse durant un instant qui semble durer des millénaires alors qu'on perçoit, sur le pont supérieur, le son d'une prothèse de bois heurtant le sol du navire. Un frisson parcourt la vaisseau, alors qu'une ombre s'étend sur le gouvernail. Baissant les yeux, l'homme à la barre se retire rapidement, murmurant de respectueux et effrayés "Capitaine" à peine audibles. Un crochet effilé se pose sur le gouvernail, alors que plus de deux cents paires d'yeux de criminels et de meurtriers se rivent vers son propriétaire.

Mannfred D. Teach, Le Malvoulant. Le cancer des mers, la Terreur du Nouveau Monde, le démon de la piraterie, l'homme le plus primé de la flibuste, l'engeance la plus haïe sur mer, l'empereur de la flotte la plus crainte des trois grandes puissances, le messager du Chaos et du Déséquilibre. Les titres s'accumulent lorsqu'on cherche à parler de cette légende vivante innommable, mais certains ne survivraient à même le contempler de leurs yeux. Ce privilège est celui des hommes qui ont été assez fous pour survivre à son courroux de maniaque zélé. Sa main valide se pose à son tour sur le gouvernail, massive poigne aux longs doigts osseux.

Bon, c'est pas qu'on s'ennuie mais j'ai l'impression d'avoir déjà joué cette scène moi...

À l'ombre du tricorne décrépit du Malvoulant, un sourire édenté et carnassier s'étire, faisant retomber la terrifiante tension qui s'était saisie de ses hommes. Ils se hèlent, rient et se gaussent, avec un air sanguinaire à leur tour, en découvrant l'énorme palais de glace qui apparaît au milieu de ce champ d'icebergs. Ce terrain de jeu familier, ou, depuis la mort du seigneur d'ivoire ils sont revenus à sept reprises, à chaque fois qu'on capturait un des anciens commandant de feu l'empereur et que Teach s'offrait une réédition du duel gâché il y a trois ans par la mort de son ennemi, décédé dans son lit comme un vieillard plutôt que l'arme à la main et se vidant de son sang comme un vrai pirate.

Et si certains étaient présents à la bataille de Thriller Bark, ou tombèrent certains des plus anciens compagnons du Malvoulant, et sentent bien que cette huitième bataille pourrait être différente des sept autres, il leur suffit de se rappeler la devise qui de tout temps à guidé les pas du Malvoulant.

Nul n'a jamais survécu qui m'ait défié.

Allons, pas de temps à perdre pour le spectacle ! Entrez en scène les enfants ! Allez donc voir si ça vaut la peine que je me déplace cette fois ci !

Et suivant les ordres de son capitaine, la meute s'élance à l'assaut de l'iceberg.

[...]

Au sein de la meute la compétition est aussi vive que létale. Mais si pousser un compagnon sur le trajet d'un boulet de canon fait partie des règles du combat, se lancer en tête sans attendre les ordres du Capitaine Richards n'est qu'une façon originale de mourir salement. Alors dans les navires de la seconde flotte, on piaffe, on toise les rivaux, mais on attend les ordres. Et heureusement ils tombent vite.

-Henry, Matoaka. Je vais me charger de l'assaut principal par le front et les portes. Nous fixerons l'ennemi pendant que vous passerez par le flanc. Henry, tu ouvriras la voie pour faciliter leur passage, puis vous nous rejoindrez pour les prendre en tenaille.  

-A vos ordres capitaine ! Au moment ou ils lèveront la tête pour nous voir arriver ils seront déjà morts !

Suivant l'ordre de Richards, deux navires s’écartent de la vague d'assaut principal qui fonce droit sur la muraille, et entreprennent de contourner l'iceberg pour s'attaquer à un autre point d'entrée, un embarcadère plus petit situé coté proue. Et déjà, sur le navire d'Henry, on déploie les catapultes pour lancer l'assaut aéroportée qui est la spécialité du capitaine.


-Vole petit piaf. Si tu crois que nous avons besoin de toi pour nous frayer un chemin la bas tu vas être surpris... A la mer mes bébés ! Je veux être la première a verser le sang sur cette glace !

Obéissant, les silhouettes bleutés, massives et simiesques qui se massent sur le pont se jettent sans attendre à la mer, nageant sans encombres malgré la taille de leurs armes démesurés, et immédiatement suivie par leur maitresse qui se juche sur les épaules du plus gros. Et comme un terrible banc de requins, la horde de Blugories file immédiatement droit sur l'iceberg.


TORESHKYYY !! P’TIT ZIZIIII !!

L'ombre de la Guerre - Page 2 Yz81


Dernière édition par Mannfred D. Teach le Mar 21 Juin 2022 - 23:12, édité 2 fois
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t218-
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t218-mannfred-d-teach-le-malvoulant
-Vous n’êtes que des insectes, de toutes petites larves insignifiantes grouillant sur le cadavre de Toreshky et essayant vainement de l'égaler...
-Une métaphore dangereuse pour celui qui n'est plus qu'une charogne mort vivante... Tu pues la fin Teach.
-Il n'y pas de fin pour moi ! Je suis le Malvoulant !

Du moignon de bras de Teach jaillissent des lianes qui entreprennent de tresser à nouveau le bras manquant. Mais il n'est pas question de lui laisser assez de répit pour ça. De ma main valide je frappe l'air devant moi, délivrant une onde de choc qui va frapper le Malvoulant avec la force et la dureté du Puffing Tom lancé à pleine vitesse, ou d'une météorite. L'empereur vacille, résiste, et je frappe encore.
Les ondes de choc se succèdent, chacune d'entre elle se heurtant au haki du malvoulant, mais sapant l'une après l'autre sa résistance pendant que je m'acharne. D'un coup de pied je brise la glace qui nous entoure, faisant jaillir du sol des blocs de glace que la frappe suivant projette sur Teach comme autant de projectiles.

Et soudain l'empereur lâche prise, une onde de choc traverse son Haki, et l'impacte de plein fouet, délivrant dans le corps du monstre tout l'énergie que je mets dans ma frappe, les lianes et les organes implosent, les os se brisent comme du verre, et l'empereur titube, trébuche, tente d'articuler quelque chose que nous n'entendons pas, car déjà Izya et Yukikurai bondissent sur lui, leurs lames se croisant dans son corps avant d'en jaillir dans une gerbe de cet étrange sang noir...

Et une fois de plus, le Malvoulant semble se dissoudre, devenant une sorte de sève noirâtre qui coule sur la glace en fumant...

-Encore un leurre... Tuez le serpent et suivez son corps vers le centre du Glacier. Ne trainez pas !

Et une fois n'est pas coutume, nous partons suivre ses traces.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Une explosion lumineuse retentit au-dessus de nos têtes, nous distrayant un peu tous. Quand je reportai les yeux sur Teach, il lui manquait un bras. Qui se trouvait être dans la gueule d’un dragon rouge. Avant que j’aie le temps de me demander si c’était réellement un allié, elle me dit de m’occuper de l’hydre. Red apparaissant quelques instants plus tard, cela me rassura.

J’eus malgré tout de mal à tourné le dos au Malvoulant, mais j’avais confiance. J’avais appris à faire confiance, même si je n’en avais pas envie. Car c’était le moyen le simple pour mener à bien une mission. Donc je m’occuperais de la tête de l’hydre.

Première mission, l’empêcher d’intervenir de leur combat. Elle commença à envoyer de nombreuses ronces vers ceux qui était à présent la plus grande menace de Teach. Je jouai alors au jardinier tranchant chaque assaut de mes lames d’airs. Cela l’exaspéra et tournant la tête vers moi, elle gonfla son poitrail, pour cracher son venin. Cependant, mes perceptions décuplées grâce au Haki, je vis l’attaque venir. Hiro dans la main droite, je bondis. Je bandai mes muscles et frappai l’air de ma paume gauche, décochant un boulet d’air. Ykishiki Breath ! Le timing fut parfait, à peine le venin et le gaz commençait-il à sortir de sa bouche qu’il fut renvoyé à l’envoyeur. Elle dut ravaler son attaque. Profitant de l’ouverture ainsi créée, je pris appuis sur l’air pour lui foncer dessus. Yukishiki Wing ! Je frappai de toute mes forces pour trancher la tête, mais je ne parvins qu’à lui trancher un croc.

Elle sembla gênée par son propre poison, car elle ralentit la cadence, me laissant le temps de souffler. Peut-être qu’elle avait juste avalé de travers. Cette pause me permit de voir que Red avait pris l’avantage. Sentant son maître en danger, la créature se jeta sur l’homme en rouge pour l’avaler. Je courus, bondis, pris appuis sur l’air pour plonger à toute vitesse sur le serpent. Je transperçai la gueule du serpent, lui arrachant un cri guttural et le clouant dans la glace. Hasshoken !

Je pus ainsi voir le capitaine Red qui prenait l’avantage. Ne pouvant dégager ma hallebarde sans libérer le monstre, je pris mon Kusarigama. Quand les attaques de Red eurent raison du Haki défensif du Malvoulant, je balançai la faucille dans un grand arc de cercle pour venir la planter dans la nuque de notre ennemi.

Après deux gerbes de sang au reflet bizarrement vert foncé, le corps commença à fondre. Alors que je regardais la scène incrédule, Red et la dragonne repartaient déjà vers d’autre combat. Ils m’enjoignirent de tuer la tête, puis de suivre son corps pour les retrouver.

Déconcentrer, l’hydre arriva à me désarçonner et à se libérer. Nous voilà, donc en duel. Sauf que Hiro était toujours coincé dans sa gueule. Le duel, ne dura pas longtemps. Non que je finisse la créature rapidement, mais que Matoaka revint s’ajouter à la liste de mes opposants.


L'ombre de la Guerre - Page 2 Kuroko.no.Basuke.600.1903798 L'ombre de la Guerre - Page 2 Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Elle apparut trempée et folle de rage. Les Blugories, qui l’avaient sauvé, transportaient des cuves, créées par son fruit, remplies d’eau mer. Etrange ! Que comptait-elle en faire ?  Soudain, l’humidité sembla quitter ses vêtements par magie. Elle balança deux volées de flèches d’eau. L’attaque me prenant de cours, je ne pus esquiver totalement, ce qui augmenta le nombre de mes blessures superficielles.

L’hydre cette satanée opportuniste, voulut me croquer pendant que je ne regardais pas. Cependant, l’adrénaline coulant en moi à flot, je voyais le champ de bataille comme jamais. Seules les techniques inconnues de la femme poisson me prenait par surprise. D’un habille coup de poignet, j’enroulai ma chaine autour de la cheville d’un singe bleu qui s’était un peu trop rapproché. Je le tirai ensuite de toute mes forces, le faisant décoller. Je m’en servis pour bloquer la nouvelle nuée de flèche d’eau. Puis, le lançai dans la gueule qui voulait m’engloutir. L’impact entre les deux créatures fit basculer la tête à l’hydre en arrière, m’exposant ainsi son ventre. J’entrepris de courir dessus, tout en plantant la lame du Kusarigama dans sa peau épaisse. Je l’entaillai sur quatre mètres, jusqu’à son menton, un peu comme on le fait pour retirer la peau d’un saucisson.

Cependant, je n’avais pas simplement tranché la créature. J’avais utilisé la technique que j’avais ramenée de Winter Island qui me permettait de refroidir mes coups et mes armes. Dans le froid ambiant de l’iceberg, c’était d’autant plus facile à utiliser. Icy ! Je n’avais pas encore cerné tous les effets possible de cette technique, mais j’espérais que comme une plante soumise au gel, elle nécroserait.

Matoaka de son côté ne perdit pas de temps. Elle s’approcha d’une des réserves d’eau. Elle plongea ses deux mains dedans, attrapa l’eau puis la projeta sur moi. Elle transforma un mètre cube d’eau en une puissante trompe d’eau. Sa projection des courants marins était moins impressionnante qu’en pleine mer, il n’empêche que j’eu l’impression de prendre un boulet de canon dans la cheville quand celle-ci me heurta.

J’esquivai le plus gros de l’attaque, mais je ne parvins pas à soustraire mon pied droit à temps. L’impact toucha également l’hydre qui commença à montrer des signes de faiblesse. Si la femme barrière m’en laissait l’occasion, je devrais pouvoir en venir à bout. Elle ne m’en laissa bien sûr pas l’occasion. Elle me cueillit d’un coup de poing dans les côtes alors que je tentais de me reprendre. Son poing des milles tuiles m’envoya valser à plusieurs mètres de là.

Après plusieurs roulés boulés, je m’arrêtai dans un amas de glace pilée. Le froid me fit bien, il atténua la douleur. Je commençais réellement à fatiguer puis les dégâts s’accumulaient. Ça allait commencer à faire beaucoup, si j’espérais encore être utile par la suite. Il fallait vraiment que je me débarrasse d’un de mes deux adversaires. Je me relevai tranquillement, époussetant la glace dans mes cheveux, savourant le petit répit offert par la distance.

Je ne pus pas choisir mon opposant, car Matoaka fonçait déjà sur moi.  Ces avant-bras dégoulinant d’eau, elle envoya une nouvelle volée de flèche d’eau, mais je commençais à m’habituer à cette attaque inhabituelle. J’esquivai en sautant par-dessus. A la réception je sentis que ma cheville était réellement douloureuse et que j’allais devoir faire attention ne pas trop m’appuyer dessus. Cela ne m’empêcha pas de contrattaquer. Je balançai la masse de mon Kurasigama droit vers sa tête, mais sans surprise, il rebondit avant même de l’atteindre.

« Tu pensais t’être débarrassé de moi, petit malin ! Tu vas goutter à ma vraie puissance, je m’occuperai de la piétaille après. Tu vas apprendre à respecter les hommes de Teach ! »

Elle venait au corps à corps cette fois. Et après avoir pris son coup de poing précédent, je n’étais pas pressé de recommencer. S’ensuivit alors un combat d’empathie. Personne ne voulant prendre un coup direct de son adversaire. Moi, esquivant au plus juste la majorité de ses coups, elle bloquant la majorité des miens. S’installa un espèce de statut quo que l’hydra pouvait briser à tout moment.

Heureusement pour moi, ce ne fut pas cela qui brisa le statu quo. Un groupe de soldat vint me prêter main forte. Une dizaine de tireurs firent feu sur mon ennemi, tandis qu’une dizaine d’autres foncèrent pour la bloquer au corps à corps. N’avaient-ils pas peurs des monstres présents ? Comment avaient-ils passé l’hydre ? Une voie familière me donna la réponse.

« Ils t’offrent le temps d’achever cette créature. Vient vite m’aider mon Yuki ! »
« Mira, mais qu’est-ce que tu fais là ? »
« On en parlera après si tu veux bien. Attrape ! »

Avec la chaine de son Kusarigama enroulée autour de la gueule, elle maintenait l'hydre tranquille. Puis tout en parlant elle se hissa dessus. En atterrissant, elle mit un coup de pieds sur l’extrémité du mon arme qui était toujours plantée là. Elle fonça droit sur moi. Je l’attrapai à une main, pivotai sur mon pied valide et renvoya Hiro qui n’était qu’une lance de bourrin en fin de compte. Mon lancer transperça le monstre. Mira la rattrapa au vol en enroulant la chaîne de son arme, comme l’experte qu’elle était. Lui faisant faire un grand arc de cercle, elle la renvoya de nouveau sur l’hydre avec suffisamment de force pour la transpercer.

Nous fîmes encore trois passes avant que je rate ma réception et qu’elle se plante dans la glace. L’hydre s’effondra, ma coupure avait noirci son ventre, vidant la plante de son énergie, comme je l’avais espéré. Vidée de ses forces, nous venions de la transformer en passoire. Elle se ratatina, s’effondra et finit par ne plus bouger. Une chose de moins. Par contre de son côté Matoaka avait fait place nette. Leur sacrifice n’avait pas été vain puisque nous avions eu le temps de vaincre la tête de l’hydre.


L'ombre de la Guerre - Page 2 Kuroko.no.Basuke.600.1903798 L'ombre de la Guerre - Page 2 Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
HRP : à lire en mode nuit

Nous n’eûmes pas le temps de savourer notre victoire que nous dûmes éviter quatre manifestations aqueuses. La sbire du Malvoulant avait donné vie au contenu d’une cuve d’eau, la transformant en quatre ronces acérée qui fondaient sur nous. Une simple esquive ne suffit pas. L’attaque semblait à tête chercheuse. Nous dûmes donc la trancher pour en être quitte.

Mira me suivit vers mon adversaire, elle voulait m’aider à vaincre et je lui en étais reconnaissant. Comment lui faire comprendre le pouvoir de son fruit rapidement ? Il fallait qu’elle voie les barrière. M’aidant du manche de Hiro, je marchai résolument vers Matoaka. Elle semblait commencer à montrer des signes de fatigue également. Il était temps d’en finir.

« Regarde bien, elle est capable de générer des barrières invisible pour se protéger. De plus, elle doit posséder l’empathie également. »

Avant qu’elle ne retourne prendre de l’eau dans les bacs encore plein, je fonçai sur elle et envoyai un coup de paume de plus prévisible. Le but n’était pas de la prendre par surprise, mais faire apparaitre sa défense. Grâce à Minus One je transmis du froid à la barrière et la condensation rendit celle-ci totalement visible.

« Je vois. Harcelons-là et profitons du moindre faux pas. »

La masse du Kurasigama de Mira se mit à fendre l’air en sifflant. Des impacts rapides et ultra précis, vinrent harceler la femme poisson, qui tenta de se défendre en envoyant plusieurs salves de flèches d’eau. Cependant, Mira lisait aussi bien que moi les attaques qui lui était destinée si pas plus. Son mantra combiné et sa chaîne qui tourbillonnait avec grâce lui offrait une excellente défense.

Je profitai de deux inspirations de répits offert par la Winterienne, pour réfléchir, puis je plongeai dans la bataille. Je commençai par envoyer une lame d’air, puis retournai au contact. Le paterne de défense du notre ennemie devenait de plus en plus répétitif. Elle créait une barrière pour contrer l’attaque, baissait son bouclier pour envoyer une attaque aqueuse. Barrière, attaque, reprendre de l’eau, attaque… barrière, barrière, tenir la barrière… attaquer… Baaaarrrriiiièèèèrrrrreeee !

Ça y était, elle était acculée et avait de nouveau fait apparaitre une sphère épaisse pour la protéger de partout. Elle devait se concentrer pour la maintenir, c’était le moment d’agir !

Je plantai mon Niginata dans la glace, frappai une salve de coups de poing Minus One. Petit à petit, elle perdit du visuel avec le refroidissement et la condensation sur la paroi. Je repris mon arme, bondis dans les airs. Pris de nouveau appuis sur l’air Yukishiki Wing ! Fondant sur elle à pleine vitesse, je frappai son dôme avec l’autre extrémité d’Hiro, celle constitué d’un cône d’acier. Icy Hasshoquake Hasshoken ! La puissance du coup, la vibration et le froid eurent raison de son ultime défense. Mon attaque fit voler en morceau le dôme. Le cône traversa sa garde en croix, mais n'eut plus assez de vitesse pour transpercer son abdomen. La pointe s’enfonça d’à peine deux centimètre. Une pointe de déception me gagnait quand soudain une gerbe de sang atterri sur mon visage.

Interloqué, je regardai mieux la scène. Je découvris Mira dans le dos de la femme poisson, essuyant sa lame et récupérant sa chaîne qui était enroulée autour du cou du récent cadavre. Elle avait réagi instantanément, l’étranglant avec sa chaîne dés que l’ouverture se présenta. Elle se retrouva ensuite avec une vitesse et une discrétion folle dans son dos pour finir le travail.

La suite.


L'ombre de la Guerre - Page 2 Kuroko.no.Basuke.600.1903798 L'ombre de la Guerre - Page 2 Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
    Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum