-44%
Le deal à ne pas rater :
Casque Gamer sans fil STEELSERIES Arctis 7P+ (PS5/PS4, PC)
86.99 € 155.01 €
Voir le deal

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Zombie War - Les sous marins de Zaun

Rappel du premier message :

Jin n’avait pas beaucoup fermé l’œil de la nuit et à dire vrai, cela faisait quelques jours qu’il ne trouvait plus le sommeil. S’il avait l’habitude de voyager depuis son départ de son île natale, il ne s’était jamais retrouvé à regretter un emploi. Il ne s’était douté de rien lorsque le capitaine de l’expédition l’avait approché alors qu’il faisait escale sur une île de North Blue. L’homme qui se présentait comme un marchand cherchait à se faire escorter jusqu’à Zaun, ce pour quoi il recrutait des membres d’équipage capables de se battre. Jin n’avait jamais entendu parler de cette île et n’y voyait rien de différent à ses autres séjours sur un navire. L’équipage ne lui avait pas fait bonne impression au premier abord, ressemblant plus à des brigands des montagnes qu’à des marins mais rien d’autre à signaler qu’une apparence repoussante. Cependant depuis quelques jours, leur attitude avait changé. Un malaise avait envahi les matelots. Une tension s’était installé sur le navire. La raison ? L’équipage était proche de rejoindre Zaun. Jin avait appris au cours de la traversée que le climat était actuellement hostile sur l’île, plus que d’habitude.

«-Cap’taine, on approche, qu’est-ce qu’on fait ?
-Est-ce qu’il y a des soldats de la marines au port ?
-Aucun navire de la marine en vue Cap’taine !
-Très bien

Le capitaine semblait soulagé. Jin n'avait posé aucune question sur la nature de la marchandise qu'ils transportaient mais il n'en restait pas moins méfiant et était constamment sur ses gardes. Ce court épisode n'avait pas manqué de renforcer ses soupçons. Quelque chose clochait mais il n’y pouvait rien. S’il révélait ses inquiétudes maintenant, il risquait de se mettre tout le monde à dos et ce n’était pas la meilleure des choses à faire, seul contre tous il n’aurait sûrement aucune chance et même s’il sortait victorieux d’un combat, se retrouver seul sur un navire au milieu d’une mer qu’il ne connaissait pas et sans aucune connaissance en navigation, c’était courir à sa perte. Il prenait son mal en patience en ayant hâte de conclure ce voyage.

Le navire s’était rapproché du port. Ce dernier était plein à craquer et tout le monde semblait agité. Personne ne semblait prêter attention à eux, bien trop occupés à leurs affaires, quelles qu’elles soient. Ils finirent par trouver une place où amarrer le bateau et alors qu’ils se préparaient à décharger la cargaison, le capitaine s’approcha doucement de Jin et posa sa main sur son épaule.

«-J’ai besoin que tu m’accompagnes en ville, j’ai des affaires à régler.
-Vous n’emmenez pas l’un d’eux ? Vous semblez vous connaître depuis un moment, vous ne leur faites pas confiance ?
-Ces crétins ? Ils font bien leur travail mais ils sont bêtes comme leurs pieds.»

Les deux hommes descendirent du bateau et prirent la direction de la ville. Celle-ci avait une allure sinistre comme Jin n’en avait jamais vu. De la ferraille à perte de vue et la fumée qui sortait des cheminées recouvrait le ciel, ne laissant presque pas les rayons du soleil atteindre l’île. Pas une once de verdure ni d’animaux. La nature avait été chassé de cet endroit pour laisser place à des rangées interminables d’usines. Les entrailles de la ville étaient tellement pollués que l’air respiré en devenait presque tangible. Il ne valait mieux ne pas traîner trop longtemps dans ces endroits sans masque.

Arrivés devant une taverne, le capitaine fit signe à Jin d’entrer. A l’intérieur, une dizaine d’hommes étaient attablés au quatre coins de la salle. Tous dévisageaient Jin. Les étrangers n’étaient pas le bienvenu sur cette île et sur cette terre sans foi ni loi il était préférable de ne pas trop attirer l’attention.

«-Allez c’est moi qui régale. Du rhum pour moi ! Et toi Jin, ce sera quoi pour toi ?
-Un jus d’orange, merci.
-Du jus d’orange ? Bahahaha. Allons, comme tu voudras. Un jus d’orange pour le p’tit

Le capitaine, dans le dos de Jin, fit un signe de tête au barman. Ce dernier, à l’abri du regard de Jin, versa une poudre blanche dans son verre avant de le lui servir.

«-Attends moi ici garçon, je reviens dans quelques instants

Le capitaine se dirigea vers le fond de la salle et disparut derrière une porte. Jin sirota son jus d’orange en l’attendant. Peu importe les moqueries, il en avait l’habitude désormais, mais il n’aimait pas l’alcool. Tout à coup, sa vue devint trouble et il commença à perdre l’équilibre. Il tomba de son tabouret, ses membres étaient engourdis, il n’avait plus le contrôle de son corps.

«Désolé l’étranger...» furent les derniers mots qu’il entendit avant de perdre connaissance.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24086-fiche-technique-de-jin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24069-presentation-de-jin#253224
Les sous-marins de Zaun
FB

 
Hitoshi restait pantois devant la scène qui se déroulait sous ses yeux. L'homme au teint blafard venait de se relever après avoir été écrasé contre cette lourde porte métallique. La jeune marine aux cheveux bleus s'avança, saisit sa paire de ciseaux géants et sectionna le cou du malheureux. La tête roula lentement au sol tandis que le corps fut saisit de soubresauts en s'écrasant lourdement. Du sang avait gliclé sur la joue de l'ange pendant que l'odeur métallique du sang s'insinua dans ses narines. Hitoshi était complètement paralysé par ce qu'il venait de voir. Il n'avait jamais été confronté à la mort, et contrairement à ce qu'il pensait les marines ne s'embarrassaient pas de prisonniers. Il entendit la jeune femme donner des ordres et vit ses hommes installer des explosifs sur la porte sans vraiment les voir. Il était de retour sur Skypiéa, allongé sur les plages idylliques de sable blanc, là où il ne risquait pas de se faire tuer. Hitoshi dû se concentrer de longues minutes avant de revenir à la réalité. S'il souhaitait survivre à cette mission, il allait devoir donner le meilleur de lui même. L'ange essuya le sang de son visage et se protega de l'explosion qui souffla la porte. Les pirates cadavériques venaient d'être déchiquetés par l'explosion et les quelques survivants ne représentaient pas une menace. Hitoshi repensa au discours héroïque du commandant Seikyuu.
" - Quel connard."
Motiver ses troupes était une chose, les envoyer à l'abattoir comme des bêtes en était une autre. Un long râle attira son attention. L'un des pirates, encore en vie, était coincé sous les décombres de la porte. Hitoshi s'approcha en faisant attention de rester toujours à bonne distance de ces maccabées. Il avait vu trop de gens dans les films se faire mordre bêtement et devenir zombi pour ne pas en tirer quelques leçons. Le spécimen encore en vie tentait désespérément de se libérer du poids qui l'accablait. Ses yeux vitreux fixaient l'ange tandis que ses doigts putréfiés pointaient en sa direction. Une étrange plante surplombait son crâne lacéré dans lequel elle semblait prendre racine.
" - On dirait qu'ils sont immunisés contre les traumatismes ou les chocs internes."
Voilà qui lui faisait une belle jambe : ses impact-dials ne lui seraient donc d'aucune utilité. Hitoshi les rangea dans sa besace tandis qu'il ramassa au sol un tuyau en acier se terminant par une partie affûtée. Alors que la troupe menée par la marine aux ciseaux s'engageait dans le hangar à la recherche de sous-marin, le jeune homme croisa le regard du zombi toujours cloué au sol. C'était un spectacle qui lui fendait le coeur. Cet homme avait été tiré de son repos éternel et semblait avoir complètement perdu l'esprit. Le Skypién positionna la pointe de son arme improvisée sur le cou verdâtre de l'homme qui ne cessait de se débattre. S'il n'avait jamais tué personne, il n'en avait jamais achevé non plus. Il se persuada que c'était la meilleure chose à faire et comme s'il devait sauter du haut d'une falaise, agit sans réfléchir et sans hésiter. Il sentit son arme pénétrer la peau ramollie du cou et se frayer un chemin d'un bout à l'autre.
" - Je suis désolé. "
L'ange assuma son geste et vit le regard du zombi se perdre dans l'éternité. Lorsqu'il se redressa, le jeune homme s'aperçut que la troupe était déjà partie, le laissant seul dans cet impressionnant hangar. Alors qu'il déambulait dans les couloirs étroits, Hitosho déboucha dans une pièce entièrement vitrée. Au milieu de cette salle se trouvait un immense plan d'eau qui devait être utilisé pour tester la bonne étanchéité de certaines constructions. Et vu les carcasses métalliques qui étaient disposées tout autour, ça ne devait pas être souvent le cas. Alors qu'il allait rebrousser chemin, une dizaine de cadavres s'ecrasèrent à ses pieds. Les macchabées c'étaient postés en haut d'un échafaudage qui surplombait la porte d'entrée, attendant qu'une proie ne la franchisse. En voyant le jeune homme arriver, la dizaine de zombis c'était tout simplement laissée tomber dans le vide. Si l'idée démontrait une certaine forme d'intelligence, la mise en pratique laissait clairement à désirer. Désormais encerclé, Hitoshi serra sa barre métallique contre sa poitrine. Même en se propulsant avec ses Jet-Shoes, il ne parviendrait pas à s'extirper de ce mauvais pas. Le cercle quasi parfait ne cessait se rapprocher. Hitoshi écrasa de toute ses forces son arme de fortune contre les bijoux de famille d'un zombi qui lâcha un long râle rauque. Le groupe entier (dont Hitoshi) siffla et grimaça de douleur devant cette attaque sournoise. Profitant de la diversion, le jeune homme se mit en équilibre sur ses mains et enclencha ses jet-shoes à pleine puissance.
" - Cloud-Circle !"
Les jambes dessinerent de larges cercles tandis que ses jet-shoes venaient percuter à pleine vitesse les tempes de ses adversaires. La plupart étant déjà dans un stade de décomposition avancé, la majorité des têtes sautèrent comme des bouchons de champagne. Il ne lui restait qu'une poignée de cadavres dont il pu aisément esquiver les attaques et trancher les têtes d'un coup net. Alors qu'il s'aventurait de nouveau dans les couloirs étroits, le son des fusils lui permis de rejoindre rapidement la troupe de marine. Il se fondit dans la masse à la recherche d'Aliséa et de William.
KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
- C’est quoi ces types ? Des sacs de frappe sur pattes ?  

Il y a un truc que je ne comprends pas. Tous nos ennemis se ressemblent étrangement en plus de porter trois feuilles sur le crâne en étant tous vraiment insensible aux coups qu’on peut leur donner. Pourtant, ce n’est pas la force qui me manque, même sous acide. Alors pourquoi tête de palmier en face de moi ne veut pas gentiment s'écraser la tronche par terre pour que je puisse passer dire bonjour à ses p’tits copains. Ce genre de casse-tête me ruine mon humeur et je ressens le manque se pointer à toute vitesse. C’est vraiment le genre de situation que je ne peux pas blairer. Après, si les rumeurs internes se fondent sur des preuves sincères et que Glutonny est derrière tout ça, alors ça ne m’étonne pas de l’animal.  

Je ne l’ai jamais rencontré comme je ne suis qu’un simple commandant exerçant sur les Blues mais en tant qu’officier, et même en tant que civil, cet homme est réputé comme l’un des plus dangereux du monde. Peut-être est-ce pour ça que le gouvernement a tant souhaité le prendre comme corsaire ? Et bien là, ça leur fait une belle jambe … Quelle idée de demander de l’aide à des pirates aussi. Voilà où on en est aujourd’hui. Une trahison de l’un d’eux qui fout un bordel pas possible.  

Putain …

Tout en pensant à la merde que notre propre gouvernement a foutu en recrutant ce taré, je frappe sans relâche la trentaine de sbires face à fois. Un talon dans la nuque pour l’un, une patate de forain pour l’autre et celui qui manque d’attention se prend un coup de boule en plus du mégot bien chaud pincé par mes lèvres. Et d’un regard affligé, j’observe consterner ces chiens se relever en même temps que je m’éponge le front. Suer à grosses gouttes après tant d’effort inutile, ça me va bien. Sûrement les quelques gouttes dans les yeux que j’ai pris au réveil qui me donnent chaud. Pas fou non plus.  

Mais ma tension s’élève à mesure que je vois l’armée des immortels se relever coup après coup. J’ai l’impression de vivre dans un cauchemar et le sentiment d’impuissance est terrible. On dirait mon cousin très éloigné Jin, un chasseur de prime qui n’arrive pas à satisfaire sa grosse. Quel enfer.

Et plus je pense à la situation actuelle, plus je me dis que j’envoie mon unité à l’abattoir. Des mecs qu’on n'est pas capable de buter ? Je crois bien que la sous-amiral Bii va devoir se contenter de sous-marins volés parce que là, je ne vois aucune solution au problème qui fait de ma vie ici un véritable enfer. Je vais encore me faire taper sur les doigts si je me ramène sans rien pour le QG.  

“Une fois mais pas deux Seikyuu. Je vous préviens. Je compte sur vous.” C’est vrai qu'elle compte sur moi après tout … Peut-être que je pourrais lui offrir un beau bouquet en revenant avec les deux submersibles au port du quartier général. Ça lui fera sûrement plaisir. Mais qu’en pensera Yume !? Pensera-t-elle que je veux la tromper avec notre supérieure ? Qu..  

SBAM

Un pied vient me décoller la mâchoire et me voilà projeter sur plusieurs mètres en arrière avant de heurter le mur incroyablement dur face au hangar. Je me mets à cracher légèrement de la salive ensanglantée et lorsque mes yeux retrouvent une certaine qualité visuelle, j’aperçois très certainement la cheffe de groupe.

- Fallait qu’ils me collent une punk à chien … et merde. Dis-je dégoûté que ce ne soit pas une femme agréable à l’œil.

Quelques pas vers elle en tapotant mes épaules pour en dégager la poussière accumulée, je me présente à elle.

- Commandant Seikyuu du QG de la Marine. Je viens récupérer les sous-marins que vous semblez terriblement vouloir. Désolé de te décevoir ma belle, mais votre petite sauterie s’arrête ici. Tu ne veux pas aller donner à manger à tes clebs pendant qu’on fait notre travail ? Tu seras gentille.  

Elle empoigne alors le premier esclave qui lui passe sous la main et me le jette avec une violence que même moi je ne mets pas pour frapper la basse raclure. En fin de compte, elle pourrait me plaire.  

Le mec alors limité mentalement, n’arrivant pas à placer trois mots à la suite à part des “agheu argh blurk”, atteint ma position rapidement et d’un léger pas sur le côté, j’évite de me le prendre. Une grande malade.  

- Ah ouais donc ton grand kiff à toi c’est de balancer tes chiens sur les autres ? Drôle de façon de te présenter. T’as pas dû boire ta maximator ce matin, je te comprends. T’es sur les nerfs.
- Dégage de là l’marine. On est là pour les sous-marins et personne ne va nous en empêcher.
- Moi j’crois bien qu’si.

D’un soru parfaitement exécuté, je me retrouve derrière elle à une vitesse pouvant faire frémir les plus envieux sur mes techniques de combat. Sans même lui laisser le temps de se retourner pour me contrer, j’embrase ma jambe pour lui briser le dos d’une lame d’air brûlante. Brûlante d’envie de la faire souffrir. Mais rapide elle aussi, la punk vient à se baisser de justesse et ma lame vient alors découper la pointe de ses cheveux avant de fondre sur la trentaine de sbires.  

Les premiers se font décapiter pendant que les derniers voient leur géranium crânien prendre feu et ainsi, les fait tomber au sol sans jamais qu’ils ne se relèvent. Comme un déclic, je comprends comment battre l’ensemble des chiens venant pisser un peu partout dans ces hangars et m’empresse de décrocher mon den-den mushi, appelant toutes les unités au sol.

- À toutes les unités, ici le commandant Seikyuu. Écoutez-moi bien, si vous aviez du mal à abattre l’ennemi, je viens de trouver la solution. Décapitez-les ou cramer le bout d’herbe qu’ils ont au-dessus de la tête. Bonne chasse à tous.

Raccrochant le gastéropode, je souris à celle qui devient aussitôt ma proie, fixant avec délice le sommet de sa tête. Dans quelques minutes, elle brûlera ou la partie haute de son corps roulera sur le sol. Mais ça …

… Seul l’avenir nous le dira.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24387-fiche-technique-de-seiky
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24326-salade-de-phalange-terminee
Le pirate tenait fermement la cheville de Jin. Avec sa jambe encore libre, ce dernier s’évertuait à écraser son sa semelle sur le visage de son agresseur mais il ne semblait pas vouloir lâcher prise. Malgré les coups reçus il maintenait son étreinte sur le chasseur de pirates, le rendant complètement vulnérable. Mais aucun autre ennemi ne semblait s’intéresser à lui, Jin se rassura en imaginant que ses alliés arrivaient à les retenir. Il pouvait se concentrer sur sa situation à lui, il fallait qu’il s’en occupe rapidement, il n’avait que trop longtemps été inutile dans ce combat et ce rôle de figurant ne lui convenait pas.

Un sifflement dans l’air et la jambe de Jin se libéra, la main du vilain toujours agrippée à lui mais désormais séparée du reste de son corps. Le confrère de Jin se tenait debout à coté de lui, son sabre à la main duquel coulait du sang.

« Ce n’est absolument pas le moment de faire une sieste. Tu pourras te prélasser une fois mort. »

Il tendit la main à Jin pour l’aider à se relever.

«Merci.»

Jin essuya le sang qui coulait de son front puis frotta rapidement son manteau pour retirer la poussière qui s’y était collé. Le costume de son allié était taché de sang. Il semblait être précieux pour lui. Il était lui aussi blessé au visage. Jin songea alors que si l’homme dont il ne connaissait toujours pas le nom luttait autant, alors qu’il ne faisait aucun doute qu’il était bien plus fort que n’importe quel soldat de la Marine, Jusey compris, l’ennemi était bien plus coriace que ce qu’il n’avait imaginé.

Un regard noir se posa sur les deux chasseurs de primes. Jin leva les yeux et remarqua quatre hommes les toiser. L’un d’eux portait un masque à gaz qui masquait le bas de son visage. Les quatre avaient encore cette drôle de plante sur la tête. Le petit blond les avaient remarqué aussi. Ils se contentaient d’observer la situation mais ne semblaient pas avoir l’intention d’intervenir pour le moment.

Une pirate se rua sur Jin. D’un coup de pied il la fit voltiger. Un autre bondit sur lui, il esquiva d’un pas chassé puis en utilisant le poids de son corps, il projeta son adversaire au sol. En voyant les deux corps sur le sol, inconscients, une idée lui traversa l’esprit. Il se retourna vers son compère.

«Hey. Les plantes sur leur tête, si on les arrache peut-être qu’ils arrêteront de se relever ?»

S’il avait pensé au début que ces drôles de plantes étaient des chapeaux qui permettaient aux membres de l’équipage de se distinguer, il s’était rendu compte en voyant les pirates tomber au sol que la plante restait accrochée à leur crâne. Peut-être celle-ci avait un lien avec la ténacité surprenante dont ils faisaient part, en se relevant malgré les coups et les blessures qui auraient dû leur être fatales.

D’une main, Jin attrapa le crâne de l’homme au sol par les cheveux et de l’autre il tira sur la plante. Celle-ci offrit une résistance certaine mais finit par céder. Le pirate désormais nu de tout végétal, et qui était toujours inconscient, tomba lourdement sur le sol. Jin répéta l'opération avec la femme dont le corps gisait a côté. Les ayant assomés au préalable, il ne pouvait pas savoir si son plan allait fonctionner.

De l'autre côté, les soldats de la marine semblaient a bout de force. S'ils avaient réussi à dominer l'adversaire dans un premier temps, la tendance s'inversait un peu plus à chaque fois que les pirates se relevaient. Même le sergent Jusey semblait dépassé par les évènements, il continuait tant bien que mal à repousser les assauts et a haranguer ses soldats mais ses coups étaient de plus en plus lents et son souffle de plus en plus court.

Jin tenta de rejoindre le sergent pour lui prêter main forte mais il fut subitement stoppé par un nuage de poussière. Un homme se tenait derrière. L’homme au masque ! Jin ne connaissait pas celui qui était nommé Haven, mais il se doutait qu’il était bien plus redoutable que ceux qu’ils avaient affronté jusqu’à présent. Les choses sérieuses allaient commencer et Jin ne savait pas s’il allait s’en sortir vivant.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24086-fiche-technique-de-jin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24069-presentation-de-jin#253224
FLASHBACK

A l’instar de l’autre chasseur, au loin, je remarquais également la présence d’un groupe de pirates qui semblaient profiter du spectacle. Peut-être que l’un d’entre eux était la tête pensante de ce saccage. Qu’importe si c’était eux ou non, le temps nous était compté. Qui sait encore combien de temps les soldats de la marine pouvaient tenir le rythme face à des êtres frôlant l’invincibilité. 

Le détail que tous avaient repérés chez ces forbans, c’est-à-dire, l’espèce de fleur qui trônait sur leur crâne, venait de donner une idée à l’autre flavescent. Celui-ci proposait de tout simplement le leur arracher afin de voir ce qui allait se produire. Sans vilain jeu de mot, c’était un peu tiré par les cheveux. J’étais quelque peu sceptique et je n’étais pas le seul à être dans cet état, puisque Jusey l’était aussi. 

Dans ce brouhaha, l’appareil de communication du Sergent sonnait, et l’autre bout du fil c’était le Commandant pervers. Est-ce un hasard ou une simple coïncidence mais ce dernier venait de confirmer l’intuition du blondinet. Pourquoi la Marine avait le don d’être à la ramasse à ce point ? Cette information nous aurait été utile avant de se jeter dans la gueule du loup. Avec des forces amoindries, il fallait à présent réaliser cette astuce si on espérait se sortir de cette galère. 

« Vous attendez quoi pour transmettre les ordres ? » parole adressée sèchement à l’égard du sous-officier. 

Agacé par ma remarque, Jussey remotive ses troupes en perdition, tout en leur indiquant quoi faire pour venir à bout de ces morts-vivants. Ces consignes étaient comme un appel d’air, la situation délicate dans laquelle on se trouvait, commençait à tourner peu à peu. 

Égoïstement, j’arrêtais de m’en prendre à nos adversaires dans le but de conserver mon énergie, je comptais sur la solidarité des soldats pour me couvrir. Je n’avais qu’un seul objectif :  prêter main forte au collègue chasseur face à cet homme masqué, nommé Haven mais sur le moment je ne connaissais pas son identité. 

Me faufilant à travers les pirates, leur donnant de temps à autre des coups de coude pour les dégager du chemin, et laisser les marins faire le sale boulot. 

« VERGLAS !!! » 

Rejoignant l’acolyte chasseur, je frappais de nouveau le sol afin de propager le givre sur quelques mètres. Ce n’était pas pour l’attaquer directement mais plutôt étendre la distance entre lui et nous. 

« C’est la deuxième fois que tu te fais la malle, je vais finir par croire que tu veux que les projecteurs soient pointés sur toi. » à l’attention du camarade chasseur. 

Katana dirigé en direction de notre nouvel adversaire, je lui faisais clairement comprendre qu’il était le prochain à se faire botter le cul. Était-ce de l’arrogance ? Beaucoup auraient affirmé que oui et on ne pouvait pas leur donner tort. Seul, je n’y serais certainement pas arrivé à le faire, mais ensemble avec le karatéka, les chances de réussite augmentaient.  Espérons simplement que cet asmatique ne claque pas trop rapidement, parce qu’il avait tout de même l’air bien épuisé le bougre…
     
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23611-zoldic-d-stefano-fiches-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23589-zoldic-d-stefano
Les sous-marins de Zaun
FB

Hitoshi réussi tant bien que mal à se frayer un chemin parmi les marines étrangement silencieux. Certains murmures inquiets lui parvinrent mais rien de très audible. Après de longues minutes il finit par comprendre. L’un des chasseurs de prime aurait trouvé le point faible de ces créatures : le feu. Hitoshi espérait que ce chasseur de prime ne l’avait pas payé de sa vie. L’équipe dont il faisait partie ne semblait pas très bavarde et il lui arrivait de se demander si être avec les deux blonds n’aurait pas été plus amusant. Perdu dans ses pensées, il percuta William qui le gratifia d’un regard sévère. Il avait sa réponse.

Il leur demanda la raison de cet arrêt brutal, ils lui répondirent simplement en tournant la tête. Le jeune homme suivi leur regard et retint son souffle. Devant eux se dressait un imposant sous-marin encore fumant.

Sa joie fut de courte durée lorsqu’il découvrit la centaine de zombis qui leur bloquaient le passage. Voir autant de personnes revenues à la vie remua Hitoshi qui rentra dans profonde rage. Celui ou celle qui avait orchestré tout ceci ne devait avoir aucun respect pour la vie humaine. Hitoshi s’élança, suivi des soldats et de William et Aliséa mais alors qu’ils n’avaient fait que quelques pas, ce qui semblait être un obus tomba du ciel pour atterrir à leurs pieds, soulevant un épais nuage de poussière.

Tous trois se protégèrent le visage est c’est sûrement ce qui leur sauva la vie puisque ce ne fut pas un obus mais un zombi qui venait à leur rencontre. D’un puissant coup de poids dans leur défense, il les envoya valser comme de vulgaires poupées de chiffon (qualificatif plutôt adapté pour la jeune marine Aliséa).

Crachant une glaire ensanglantée, Hitoshi et ses compagnons se relevèrent. Pendant ce temps, les marines avaient sonné la charge et affrontaient bruyamment les zombis. Les choses sérieuses allaient maintenant commencer.
KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Pétant de par et d'autres du port à travers les différents hangars aux pieds des quais, les détonations des armes et les chocs des lames résonnent à travers la bataille qui débute alors. La marine contre la piraterie. Ou du moins, la justice face à une traitrise. Ma haine ne cesse d'embraser mes pupilles fustigeant du regard mon adversaire d'une appétence dévorante. L'horreur et le dégoût que je porte pour les criminels de ce monde sont sans aucun doute les sentiments les plus véloces qui soit à l'instar de la légende, voir du mythe, que représente Akainu Sakazuki. Mais je prends mon temps et en fouillant dans ma poche intérieure, j'attrape une nouvelle cigarette que j'allume avec nonchalance tout en ne perdant pas mon objectif du regard.

- Dis-moi ... Avant qu'on ne commence, j'ai quelques questions à te poser. parce qu'avant tout, il me faut savoir si certains éléments s'avèrent correctes. C'est bien Glutonny qui s'amuse à foutre le bordel un peu partout ?
- Ca t'avancera à quoi de savoir qui a organisé tout ça hein ? Dans tous les cas, oui, c'est bien le maître qui est aux commandes.
- J'essaye juste de comprendre qui peut bien mettre un bordel pareil un peu partout dans le monde entier. Mais connaissant ce taré ça ne m'étonne pas que ce soit lui.
- Maître Glutonny sera bientôt le nouvel empereur de ce monde et vous ne pourrez pas y échapper !
- Bien joué. Grâce au réseau qu'il a construit tout en étant Corsaire en plus ... Vraiment, quel génie. On se demande bien pourquoi on prend des pirates sous nos ordres tiens. Mais peut-être qu'avec cet événement le gouvernement comprendra enfin, même si je sais d'avance que je me voile la face.
- Dans tous les cas ça ne vous avancera à rien de connaître l'identité du cerveau de tout ça, il est bien trop puissant pour ça !
- T'en fais pas, on l'attrapera ton gusse. Mais j'ai une dernière question ... Nuage de fumée expulsée, j'écrase mon mégot sur le sol bétonné du port avant de me lancer. C'est quel type de croquette que tu donnes à tes chiens ?
- Ferme la !

Maintenant qu'elle est énervée, son envie de m'éliminer prendra le dessus et cet agacement la poussera à commettre une première erreur ; me charger sans réfléchir au retour de bâton. Et alors qu'elle me lance son poing au visage, j'avais anticipé ou du moins, envisager, son envie de venir au corps-à-corps en constatant qu'elle ne possède aucune arme pour préparer mon soru. Disparaissant de son champ de vision, j'apparais derrière elle pour lui mettre un premier coup de talon en pleine nuque, l'envoyant contre le mur du hangar pour s'y éclater.

Avant de pouvoir pénétrer là-dedans pour m'emparer des submersibles, j'aperçois mes hommes se battre jusqu'au dernier souffle pour repousser les lignes ennemies et au mieux, les abattre d'une décapitation ou d'une immolation par le crâne. La fierté des hommes tout comme leur souhait de vaincre est grand et en le observant, je sais que quoi qu'il arrive, nous sortirons vainqueurs de cette guerre. Qu'importe ce qu'il se passe, seule la véritable justice triomphera. Même si je dois en mourir.

Face à celle qui se relève sans aucun mal, affichant son insensibilité à la douleur, ma jambe vient à s'embraser alors que je m'allume une nouvelle branche magique au bout des lèvres.

- Tu sais ... Va falloir crever un jour.
- Mais pas aujourd'hui.
- C'est ce qu'on va voir.

Prenant appui au sol, je m'envole à ras de ce dernier pour arriver à son niveau, le talon venant lui chatouiller le menton pour littéralement, la monter en l'air. D'un rapide geppou, je me propulse de part et d'autre de son corps alors qu'elle ne cesse de monter au ciel l'entourant de flamme, avant de frapper. Et d'un coup net, des suites d'un vrille ardente, je viens abattre mon courroux embrasé sur le sommet de son crâne, là où repose sa seconde vie.

- Brûle en enfer sale punk !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24387-fiche-technique-de-seiky
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24326-salade-de-phalange-terminee
Jin avait vu plus ou moins juste concernant le point faible des zombies, le commandant Seikyuu venait de leur annoncer sa découverte. Une lueur d’espoir pour les marines et leurs alliés qui commençaient peu à peu à sombrer. Sur le point de craquer et de perdre toute volonté de se battre face à la calamité qui s’abattait sur lui et ses hommes, Jusey retrouva sa rage de vaincre suite à l’appel de son commandant, renaissant de ses cendres tel un phénix. Le courage et l’abnégation des deux chasseurs de prime lui avaient également été des sources de motivation.

Toujours face à face avec l’homme masqué, Jin se tenait en garde. Les deux hommes étaient immobiles mais étaient aux aguets, ils étaient prêts à réagir au moindre mouvement de l’autre. Le pirate semblait bien trop fort pour Jin, mais alors qu’il s’était résigné à se sacrifier pour ralentir l’ennemi, Benny se fraya un chemin à travers la masse de zombies pour le rejoindre. Les deux blonds, cote à cote, menaçaient le pirate.

«Ce masque... Je connais ce type, faites gaffe ! Il s’appelle Haven. leur cria Jusey. Avec mes hommes nous allons nous occuper des autres, je vous laisse celui-là.»

Si connaître le nom de leur adversaire ne les aidait pas, les soupçons sur la dangerosité de l’adversaire furent confirmés. Jin était confiant à l’idée d’affronter Haven en supériorité numérique et il semblait que ce soit également le cas de Benny qui d’un geste presque arrogant, pointa son sabre en direction du cadavre ambulant. Ce dernier concentra alors son attention sur Benny. Jin ne laissa pas s’échapper cette occasion et bondit sur Haven. Son pied gauche décrocha la mâchoire de son adversaire et sans même lui laisser l’occasion de riposter, Jin effectua une pirouette pour se rapprocher de lui et lui décoller un nouveau coup de pied. Cette fois Haven vit le coup venir et le bloqua, repoussant au passage son ennemi.

De retour aux cotés de son compère. Jin comprit que les deux chasseurs devraient unir leurs forces s’ils voulaient s’en débarrasser. Cela n’enchantait guère Jin qui n’appréciait que peu l’arrogance du sabreur.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24086-fiche-technique-de-jin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24069-presentation-de-jin#253224
Les sous-marins de Zaun
Aussi appelé l'event de l'enfer qui ne termine jamais

Hitoshi se releva péniblement et essuya la poussière sur ses bras ensanglantés. Cela allait maintenant faire de longues minutes que l’affrontement avec ce zombi à la peau sombre avait commencé mais pour l’instant c’était un match à sens unique.

« - Manu a honte d’être né ici. »

Cette phrase, répétée sans cesse tel un mantra, était les seuls mots sortis de sa bouche étroite. Il les regardait avec un tel dédain, un tel manque de considération, que cela agaçait d’autant plus les trois combattants. Aliséa avait bien tenté de lui couper la tête à plusieurs reprises mais ses ciseaux argentés n’avaient blessé que le vide. Quant à William, désormais arrivé au bout de sa patience, son dial enflammé ne parvenait pas à toucher sa cible. Certes le merbleusien démontrait une certaine maîtrise dans la manipulation de cette arme, toutefois il n’égalait pas encore les combattants Skypiéns rompus à cet art. De son côté, Hitoshi se servait de ses impact-dials pour absorber les coups donnés sans pour autant pouvoir les rendre. Se battre uniquement avec un bouclier n’était pas aisé et le jeune homme se promit, s’il s’en sortait vivant, de diversifier son armement et ses techniques.

Les bruits de la bataille résonnaient dans ce hall métallique tandis qu’un sifflement suraigu se fit entendre. Hitoshi se couvrit les oreilles tant bien que mal mais cela n’empêcha pas le son de s’insinuer entre ses doigts pour venir lacérer ses tympans. Une fumée noire s’éleva du sous-marin tandis que le son devint sourd et qu’une chaleur semblait en émaner. Les yeux fleuris de l’ange s’écarquillèrent tandis que son cerveau réalisa ce qui était en train de se passer. Il se tourna rapidement vers ses camarades.

« - Ils démarrent le sous-marin ! »

La machine, telle un géant ankylosé, peinait à émerger. Ses parois métalliques d’un noir lugubre se tordaient sous la contrainte de mains peu expertes et la machinerie démarra bien trop rapidement pour que les rouages n’en souffrent pas. Ce qui devait arriver arriva, l’avant du sous-marin se souleva dans un grincement sinistre avant de brusquement retomber dans un silence éloquent. Hitoshi faillit se décrocher la mâchoire lorsqu’il comprit la scène qui venait de se dérouler sous ses yeux.

« - Ils ont calé…
- Manu a honte d’être né ici… »


Le zombi aux commandes en resta pantois, ahuris par sa propre incompétence. Tel un lapin crétin, ce dernier s’enfuit en hurlant, ne souhaitant pas assumer la responsabilité de cet échec cuisant. Pour les trois combattants ce fut du pain béni : ce rebondissement leur permettait de gagner du temps et semblait avoir remotivé les troupes à donner leur maximum. Les zombis venaient de montrer leurs limites : celles de cerveaux en décomposition.

« - Il faut absolument que l’on se débarrasse de lui. »

Si les trois semblaient être d’accord sur l’objectif, la façon d’y parvenir était un peu plus floue. N’ayant jamais combattu ensemble, le trio n’avait pas de cohésion ou d’esprit d’équipe. En outre, Hitoshi sentait ses impact-dials chauffer et vibrer entre ses doigts. Tous ces coups encaissés allaient finir par atteindre les limites de ses coquillages, et personne ne souhaitait être là lorsqu’ils exploseraient. William se glissa dans l’angle mort du zombi et tenta une attaque surprise qui se solda par un échec. La rapidité de son adversaire le surpassa très largement et d’un puissant high kick l’envoya percuter un mur bétonné de plein fouet. Ce dernier se fractura sous l’impact et une poutre métallique vint chuter sur le jeune chasseur de primes, l’immobilisant complètement. Aliséa, furieuse d’avoir salit ses mains d’un blanc immaculé, s’élança pleine de rage, les ciseaux métalliques ouverts et avides de sang.

Le zombi ne prit même pas la peine de regarder la jeune femme tandis qu’il lui enfonça son poing serré dans l’abdomen. Aliséa vomit une bile transparente tandis qu’avec un second coup il l’envoya rejoindre William sur lequel elle s’effondra, les ciseaux toujours en mains.

« - Manu a honte d’être né ici. »

Si cet homme semblait avoir honte ce n’était certainement pas de son lieu de naissance mais bel et bien de ses adversaires. C’était la première fois qu’Hitoshi était confronté à un tel mépris. L’homme devait probablement être dédaigneux de son vivant, mais la mort semblait avoir exacerbé cette nature.

Désormais, ils n’avaient plus la moindre chance de l’emporter. Hitoshi eut beau se creuser les méninges, il ne voyait aucune échappatoire. Ce zombi était clairement d’un tout autre niveau et avec ses deux camarades hors-jeu il ne faisait pas le poids tout seul. Leur seule chance aurait été de combattre ensemble et de développer une synergie, mais ce ne fut pas le cas. L’ange observa les marines autour de lui. Les soldats continuaient de se battre et semblaient avoir réussi à faire reculer les zombis. Ces derniers étaient désormais attroupés autour du sous-marin fumant. Nul doute que l’effroyable machine serait bientôt de nouveau en état de marche, ce n’était qu’une question de temps.

Il comprit son erreur lorsqu’un violent coup de poing vint percuter sa mâchoire. Il avait été distrait et avait quitté le zombi du regard. Ce dernier n’attendit pas qu’il retrouve ses esprits et enchaîna les coups avec une facilité déconcertante. L’ange sentait ses muscles se tendre et certains de ses os se fissurer à chaque nouvel impact. Ses impact-dials arrivant à saturation, il ne pouvait plus absorber les coups et se retrouvait donc sans défense. Le zombi joua ainsi avec lui de longues minutes avant de l’envoyer valser comme un jouet désarticulé. Hitoshi percuta de plein fouet Aliséa et William, leur arrachant un gémissement rauque.

« - Manu a honte d’être né ici. »

Devant cet amoncellement de corps, le zombi se retourna et fixa le sous-marin. Quelque chose semblait avoir attiré son attention. Il ne relâcha pas complètement sa garde mais les trois combattants ne représentaient plus une menace suffisamment grande pour qu’il s’y intéresse. Alors qu’Hitoshi allait se résigner, le contact du métal froid de la paire géante de ciseaux lui donna une idée.

« - Aliséa ! Donne-moi tes ciseaux ! »

La jeune marine refusa mais elle n’eut pas la force d’empêcher l’ange de lui arracher des mains. Le zombi tourna lentement son visage en décomposition vers le trio et décida qu’il était temps d’en finir, approchant d’un pas lent.

« - William ! Donne mon toi pyro-dial ! »

Le chasseur de prime lui tendit difficilement, le regard désabusé. Hitoshi ramassa de l’huile noire et grasse éparpillée un peu partout autour d’eux et en badigeonna généreusement la paire de ciseaux géante. Avant que ses camarades ne puissent l’interroger sur son intention, il se releva péniblement et alluma le combustible. Les ciseaux géants prirent feu tandis qu’Hitoshi maintint fermement les poignées qu’il avait laissées vierges de toute huile. Devant ce spectacle enflammé, une lueur sauvage s’alluma dans le regard du zombi qui se précipita vers le jeune homme.

Hitoshi tendit les bras, ouvrit lentement les ciseaux enflammés, visa et…

« - Cloud-Wave ! »

Il libéra toute l’énergie emmagasinée dans les coquillages placés dans les paumes de ses mains pour propulser à une vitesse inimaginable ce projectile ardent. Le zombi n’eut même pas le temps de réagir, sa tête tomba lourdement au sol sans lui laisser la moindre chance de s’en sortir. Son cou fut sectionné net tandis que sa peau commença à brûler, dégageant une odeur pestilentielle. La paire de ciseaux quant à elle, alla se planter à quelques mètres seulement du sous-marin.

Clap, clap, clap

Debout sur le sous-marin, à côté de l’écoutille grande ouverte, se tenait une personne de petite taille applaudissant l’ange, un long fusil en mains.

« - Qui êtes-vous ?
- Tu peux m’appeler Bobcat. Félicitation petit ange, on dirait bien que toi et tes camarades êtes venus à bout de la teigne.
- La teigne ? »


L’inconnu, dont Hitoshi ne parvenait pas à discerner le sexe, pointa du doigt le cadavre encore fumant du zombi décapité quelques minutes plus tôt.

« - C’est ton jour de chance, je ne tue que lorsqu’on me paie pour le faire. »

Prenant son fusil à lunette à deux mains, cet invité mystère tira avec précision sur une canalisation qui dégagea une épaisse fumée blanche. Lorsque le nuage se dissipa, le sous-marin et le tireur avaient déjà disparus. Hitoshi se précipita alors vers ses deux camarades pour leur prodiguer les premiers soins en attendant les secours, espérant que dans les autres hangars la situation était meilleure.
KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Les trois hommes continuaient à s’échanger des coups et si les deux chasseurs de primes avaient l’avantage à deux contre un, la tendance tendait à s’inverser au fur et à mesure que le combat traînait en longueur. Bien qu’ils aient pris connaissance du point faible de leur ennemi, celui-ci avait encore assez d’intelligence pour le protéger, ou peut-être s’agissait-il d’un instinct de survie. Et les blessures que lui infligeaient le duo sur le reste du corps n’étaient que temporaires. S’ils n’avaient subis aucune blessure majeure, c’était surtout leur endurance qui était mise à l’épreuve. A chaque offensive, Jin sentait que ses jambes et ses poings étaient plus lourds, et son souffle plus long à revenir. Il leur fallait terminer ce combat rapidement, d’autant plus qu’ils avaient peut-être besoin d’aide dans les autres hangars.

Une seconde d’étourdissement et Haven en profita pour asséner un coup à Jin, le propulsant sur quelques mètres. Benny, qui avait remarqué l’absence de Jin, avait anticipé le mouvement du zombie et s’était glissé derrière lui discrètement. Le sabre tenu à deux mains, levé au dessus de sa tête, il le fit retomber lourdement en direction du crâne de son opposant. Ce dernier esquiva de justesse mais pas assez pour empêcher l’homme en costume de lui sectionner le bras.

Le pirate mort-vivant regardait son membre tombé au sol d’un air béat. Benny en profita pour enchaîner avec un deuxième coup. Cette fois-ci la lame vint se loger dans le gril costal. Il s’en fallut de peu pour que Benny réussisse à décoincer son sabre et ainsi éviter la riposte de Haven qui avec son bras restant teinta de l’atteindre au visage. Au même moment, Jin se releva. Il secoua ses manches pour en retirer la poussière.

«Tu es encore en vie ? lança Benny. On a trop traîné ici, va aider les autres je vais retenir ce merdeux.»

Jin pouvait lire dans les yeux de Benny que ce dernier avait une totale confiance en lui. Malgré la situation catastrophique dans laquelle se trouvait les marines et les chasseurs de primes, ils avaient encore la force et la volonté de se battre.

À l’extérieur du hangar, Jin retrouva Jusey et ses hommes à bout de souffle. Il était difficile de savoir qu’ils étaient sortis vainqueurs de leur combat. Les rares soldats qui n’étaient pas gravement blessés étaient occupés à appliquer les premiers soins aux autres. Aucun d’eux ne pouvait aider sur un autre champ de bataille dans l’état actuel des choses. Jin leur donna un coup de main avant de se diriger vers les autres hangars pour prêter main forte à ceux qui combattaient encore.

Le bruit sourd d’un moteur se fit entendre jusqu’à l’extérieur de l’un des hangars. Jin comprit qu’il s’agissait de l’un des sous-marins mais est-ce que les pirates avaient réussi à s’en emparer ou était-ce la marine qui en avait pris le contrôle ? Jin se précipita pour rejoindre les lieux quand un objet non identifié tomba du ciel. Il se jeta en arrière pour l’esquiver. Une fois le nuage de poussière causé par l’impact dissipé, Jin se rapprocha pour observer la scène. Un homme-poisson, vraisemblablement un requin mais avec quatre bras, se tenait droit comme un piquet, les talons levés vers le ciel et les dents enfoncées dans le sol. La créature déchiqueta le béton en resserrant la mâchoire.

«-Tibbon manger viande, pas manger cailloux... Tibbon mal aux dents !
-Qui êtes-vous ? Interrogea Jin.»

Sans répondre, le requin se disparut d’un mouvement imperceptible. Au dessus. Jin ne réalisa que trop tard et eut à peine le temps de bloquer le coup en croisant les bras. La puissance de l’homme-poisson l’écrasa complètement. Il porta un coup de poing dans l’abdomen du jeune homme, qui manqua de s’évanouir sous la violence de l’impact. L’ennemi était beaucoup trop fort pour lui et Jin avait compris qu’en l’affrontant la seule issue était la mort. Mais il ne pouvait pas fuir. S’il s’enfuyait, les soldats déjà blessés seraient des proies faciles pour l’homme-requin. Il réussit à dégager le poisson d’un coup de pied. Il avait du mal à respirer, plusieurs de ses cotes étaient brisées. Il n’arrivait pas à se relever, ses muscles ne lui répondaient plus. Tandis qu’il perdait peu à peu conscience, il entendit une voix inconnue.

«-Allez Tibbon, on s’en va. Plonge et protège le sous-marin.
-Mais méchant, là bas ! repondit-il en pointant Jin du doigt.
-Pas la peine, il est déjà mort.»
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24086-fiche-technique-de-jin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24069-presentation-de-jin#253224
    Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum