Le Deal du moment :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en ...
Voir le deal

Le destin se forge de nos propres mains.

Assise dans le fond de mon canapé, je fixe le vide devant moi. Finalement, le restau avec Red s'est passé. Pas bien, pas mal, juste passé, me laissant un goût mitigé en bouche, et pas à cause du poisson.

Alfred a eu ce qu'il voulait pour le moment, je ne contacterai pas Léo, pas encore. Comme je lui ai dit, tout dépendra de comment les choses tournent dans le nouveau monde... Après tout, comme me l'a rappelé Baker, si ça se trouve je vais crever là bas et ce sera surement mieux pour tout le monde. N'est ce pas aussi ce que Red envisage ? Un retour au calme sur Armada par ma mort ou celle de Jeska ?

Alors petit à petit, l'idée fait son chemin dans ma tête. L'idée qu'après cette bataille, je ne sois plus. Et si telle doit être le cas, alors je dois tout bien préparé pour ne pas mourir le cœur lourd.

Mais par où commencer ? Des lettres ? Pour Alfred, Alina, Haphélios, la garde royale des Allods, ma mère... Tahar aussi ? Moui, potentiellement. Et Red aussi.
Surtout Red.

Mais aussi Léo, et Reyson.

Reyson... Son cas est un peu particulier. Au vu de son état, je ne suis pas certaine qu'il puisse nous aider contre Teach, mais surtout, est-ce qu'il le voudrait encore ? Je sais que Red l'a laissé en vie, mais je sais aussi qu'il lui a retiré les pouvoirs de son fruit du démon. Nous pardonnera-t-il un jour pour cela ?
Qu'il le fasse ou pas, il ne nous aura pas laissé d'autres choix.

Et si je dois effectivement laisser un mot pour toutes ses personnes, je dois aussi penser à ce que je veux encore faire avant de mourir. Dans mes rêves d'enfants, je voulais traverser les mers à la seule force de mes bras, être assez forte pour massacrer les monstres marins qui se dresseraient sur ma route. Et si j'ai mangé un fruit du démon m'empêchant partiellement de réaliser ce rêve, ne pouvant plus nager, on peut tout de même dire que j'ai atteint cette objectif, étant capable de virevolter sur les nuages aux travers des vents et tempêtes de grand line.
Je voulais aussi retrouver mes origines, savoir pourquoi mes parents m'avaient abandonnée à un couple sans histoire... Ça aussi, je l'ai réalisé. Je sais aujourd'hui que je n'ai été conçue que pour permettre la libération d'un peuple céleste, et j'ai fini par en faire une affaire personnelle, souhaitant rassembler tous les anges sous une même bannière. Pour autant, est-ce vraiment nécessaire ? Le but que ma mère voulait pour moi, je l'ai atteint, et aujourd'hui Stymphale est en paix et prospère.

Mais il me reste encore une chose. Une chose que je tiens de mon père, Géralt Sélindé. Cet homme qui m'a élevée comme sa fille m'a transmis son savoir, sa maîtrise du feu et du marteau pour modeler le métal, et je lui avais promis : je lui avais promis de forger des armes dignes de ces lames d'exceptions appeler meitou.

- Alfred, dis moi, les travaux des Plumes des Dragons sont terminés ?
- Il me semble que les ouvriers sont entrain de finaliser cela Ma Dame.

Je souffle, je pensais avoir enfin trouvée une activité pour m'occuper, mais je dois encore attendre... Écrire mes lettres alors ? Je me redresse et son lentement de mon canapé, me dirigeant vers le bureau où s'entasse toute sorte de paperasse administrative du à ma royauté.

Et devant une feuille blanche, la plume prête à glisser sur le papier, je me bloque. Par qui commencer ? Par ou commencer ? Devrai-je vraiment écrire des lettres à tous ces gens ?

En regardant par la fenêtre de mon appartement, je distingue les gens qui fourmillent dans les rues d'Armada, ces rues qui, quelques jours plus tôt était devenu le théâtre d'un nouvel affrontement entre Reyson et moi.
Entre Reyson et le monde d'Armada.

Reyson... Toute cette année, nous en avons vécu des choses ensembles, nous nous sommes raccrochés l'un a l'autre en désespoir d'une raison de vivre. Était-ce alors réellement de l'amour ?
Je ne suis même plus sûr... Mais ça semblait si réel pourtant...

Est ce que je devrai lui écrire une lettre ? Je suppose qu'il ne la lierai pas de toute façon.

Alors je me relève une nouvelle fois et ouvre la fenêtre avant de me transformer en dragon et de m'envoler jusqu'au quartier de la mascarade.
Jusqu'à la chambre de Reyson qui doit découvrir la douleur d'être un simple mortel brûlé au troisième degré et qui n'a pas d'hormones pour se soigner...

- Je me doute que tu ne souhaites pas particulièrement me parler, mais j'ai des choses à te dire alors pour une fois, je voudrais que tu m'écoutes, s'il te plait.

Je ne sais pas s'il sera réceptif à ma demande... Au pire, il n'est pas tellement en position de négocier.


Le destin se forge de nos propres mains. 1425067977-izya-sflagopr Le destin se forge de nos propres mains. 1465207581-signizya Le destin se forge de nos propres mains. 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-terminee
Depuis combien de temps suis-je allongé sur ce lit ? Je ne sais pas. Je n’aime pas réfléchir, mes pensées tournent en boucle et me poignardent parfois plus fort que mes brûlures. Je n’ai plus d’hormones, ni pour les douleurs ni pour m’endormir. Je n’en voudrais pas de toute façon. Le sommeil laisse la place aux cauchemars et la souffrance physique est la seule à calmer mes pensées ruminantes, lorsque ça n’est pas le contraire.

A côté, un plateau avec une soupe à moitié terminée. Mia, mon bras droit, vient parfois me nourrir. Je la laisse faire. Je n’ai ni la force ni la volonté de l’en empêcher. Je n’ai plus la volonté de rien. Je ne comprends plus rien… Comment en est on arrivé là ? Les poings du faux Red ressemblent au vrai, mais ça ne peut être lui. Et comment peut il être si fort si ce n’est pas lui ? Non, Red n’est pas tout puissant. Il est mort, on peut donc le surpasser. Mais comment a-t-il fait pour manipuler Izya ? Quand je songe à elle les brûlures se font plus intenses. Pourtant, quelque part, ça me rassure un peu. Cette douleur signifie que je ne l’ai pas encore perdue, qu’il me reste quelque chose d’elle… Non, elle finira par revenir. Après tout elle l’a promis.

Et voilà justement sa voix qui traverse la porte. Il m’a fallu du temps avant de comprendre que ce n’est pas une duperie de mon esprit. Ou bien ?

« Entre… » parviens-je à prononcer d’une voix faible. M’aura-t-elle entendu ? Ou bien n’était elle qu’un mirage dans ma tête ?

Et si c’est bien elle, me reconnaîtra-t-elle seulement ? Après tout, sans mes hormones, je ne peux plus me refaire une beauté. Et puis tous ces bandages… Mais ce n’est pas important. L’apparence ne compte pas, seul l’amour importe. Alors je lui pardonne tout. Ses flammes, ses coups, et surtout ses mots. Je lui pardonne parce qu’elle me revient. Parce que l’amour qui nous lie est plus fort que tout le reste. Parce qu’elle l’a promis.

D'ailleurs, du coup, ça fait combien de temps que je suis dans ce lit ? Ou plutôt : combien de temps a-t-elle mis pour me revenir ? Non. Ce n'est pas important... Et pourtant mes yeux se posent sur le bol de soupe : si j'arrive à me souvenir du nombre de repas, je saurais le nombre de jour. Hier c'était aux carottes, avant ça c'était au choux... Ou est-ce aujourd'hui ? Je n'ai pas la force de redresser suffisamment la tête pour vérifier le contenu. Ah, la porte s'ouvre. Elle est bien là ! Avant qu'elle ne dise quoique ce soit, avant même que je ne la vois, je prononce des mots qui ne me coûtent étrangement aucun effort :

« Ne dis rien mon ange, tu es toute pardonnée… »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
En entendant ses mots, je me crispe un instant. N'a-t-il a ce point rien retenu ? N'a-t-il rien compris ? Pourtant... Pourtant il l'a deviné sur ce bateau au large d'Armada. Il a deviné que mon cœur n'était plus à lui. Alors quoi, parce que je reviens le voir aujourd'hui il a oublié ? Ou il croit que je me suis ravisée ?

Et finalement, je me demande... Est ce que j'ai bien fait de venir ? Je pense encore que oui, c'est pour ça que je ne fais pas encore demi tour malgré que l'idée me vienne en tête au vu du caractère de Reyson, une cause perdue.

- Tu me pardonnes, hein ? Tu me pardonnes avant même de m'avoir entendue... Encore une fois, tu ne me laisses pas m'exprimer, te noyant dans ton idée de la réalité.
Cela dit, tu n'as pas tort sur un point : je viens bien te faire des excuses, mais je doute que ce soit celles que tu attends.


Je regarde son état sans éprouvé une once de remords, après tout, mes cotes brisées à cause de ses phéromones me font encore un mal de chien et mon bras vient à peine de se remettre. Autant dire qu'il ne m'a clairement pas laissé le choix quant à l'état dans lequel il est actuellement.

Mon visage fermé, loin d'être compatissant, je rentre un peu plus dans la chambre et tire la chaise à côté du lit pour l'installer à bonne distance de Reyson, pour qu'il comprenne qu'il n'y a plus aucune envie de proximité de ma part.

- Tu te souviens de Thriller Bark, de la disparition de Red, de la douleur et de la peine qu'elle nous a provoqué à tous les deux ? Tu as bien failli mettre fin a tes jours à Logue Town tandis que je me suis longtemps laissée dépérir sur Stymphale, gouvernant sans envie, terrée dans mon royaume... Jusqu'à ce que mon amie me secoue, et me mette une idée dans le crâne pour me donner une nouvelle impulsion de vie. Cette idée Reyson, c'est que je t'aimais. Que je t'aimais et avec toi, je pourrais peut être me reconstruire une vie de joie et d'envie. Chose que j'avais perdu en même temps que Red.

Assise sur ma chaise, les coudes posés sur mes genoux, je regarde le sol.

- J'avais besoin de ça, d'un espoir, d'un but. J'avais besoin de croire en quelque chose pour pouvoir me reconstruire. Et ça ne pouvait pas être Léo que j'ai trop longtemps accusé pour la mort de Red. Pourtant Reyson, quand j'y repense, avant la bataille de Thriller Bark, de vous deux, c'est lui que j'avais choisi. Et si je n'ai jamais pu exprimé cette préférence, c'est qu'il y avait déjà quelqu'un d'autre, quelqu'un d'autre que je n'imaginais juste pas, que je ne réalisais pas. Quelqu'un en qui j'avais toute confiance et sur qui je pouvais toujours, toujours me reposer. Et ce quelqu'un, ce n'était ni toi, ni Léo.

Mais Red. C'était Red et c'est pour ça que je ne me suis jamais vraiment remise de sa chute. C'est pour ça que je me suis oubliée pendant des mois sur Stymphale, c'est pour ça que je me suis raccrochée à Reyson qui l'avait autant connu que moi, c'est pour ça que j'ai tout donné pour sauvé et relevé Armada de la tourmente, pour protéger son fils Damien et lui trouver un mentor. A chaque moment, Red était dans mon coeur, et encore aujourd'hui, il ne l'a pas quitté.
Même si... Même si s'en est que plus douloureux.

- Si je suis venue aujourd'hui c'est pour te dire cela : je suis désolée mais je ne respecterai pas la promesse que je t'avais fait de rester avec toi. Je ne t'aime pas Reyson, et je ne suis même pas sûr de t'avoir un jour profondément aimé. Tu as été un pansement. Un doux pansement sur mon âme quand j'en ai eu besoin, mais aujourd'hui, tes défauts que je supportais par peur de sombrer si je me te perdais et perdais un des derniers souvenirs de Red, je ne les supporte plus. Je ne suis pas un oiseau en cage, je ne suis pas une de tes groupies qui te regarde les étoiles pleins les yeux, et maintenant que tu n'as plus tes hormones, je ne suis plus ton pantin que tu peux manipuler.
Et au fond, je suis certaine que je ne suis pas mieux qu'un pansement pour toi aussi. J'ai été là pour te sortir d'Impel Down, et depuis tu m'as associé à ta liberté et c'est uniquement pour ça que tu crois m'aimer. Alors abandonne. Abandonne et laisse moi tranquille.


Le destin se forge de nos propres mains. 1425067977-izya-sflagopr Le destin se forge de nos propres mains. 1465207581-signizya Le destin se forge de nos propres mains. 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-terminee
Plus elle parle, plus je fixe son crâne à la recherche d’une marque, une bosse, une cicatrice. N’importe quoi qui puisse expliquer les mots qui sortent de sa bouche. C’est la journée des contraires c’est ça ? Bordel mais quel jour on est ? J’ai eu des doutes, lors de notre dernière confrontation, qu’elle soit tombée amoureuse de Red. Mais… De Red j’aurais pu comprendre. Le vrai Red j’entends. Pas cet usurpateur.

N’empêche, comment peut elle faire un tel exploit ? Sa voix me rassure tandis que ses mots me poignardent. Est-ce seulement possible de ressentir des émotions aux antipodes ? Si j’avais mes hormones j’aurais pu les contrôler. Les doigts de ma main la plus éloignée grattent machinalement ma hanche, comme pour m’injecter une dose. D’anti douleur ? Pour réguler mes émotions ? Des phéromones pour la faire revenir à la raison ? Mais rien n'y fait, je suis là impuissant. Plus ses mots s’enchaînent , plus mon cœur se serre. J’ai envie de lui dire d’arrêter et dans le même temps je veux qu’elle continue de parler. Parce que lorsqu’elle terminera, elle s’en ira. Qu’ils soient douloureux ou non, ça reste des souvenirs d’elle. Ça reste elle… Pour un petit temps encore, elle est là. Même si c’est éphémère, une amère illusion, l’histoire n’est pas vraiment terminée tant qu’elle est là, dans cette pièce. Peut être est-ce pour cela que je la laisse parler sans rien dire ? Et que je garde le silence un certain temps après, comme par crainte de briser cet instant, de provoquer sa fin.  Elle attend une réponse non ? Si je ne l’a donne pas, peut on rester ainsi à jamais ? Pansement ou pas, je m’en fiche. Notre histoire, nos instants, … tout ça est bien réel. Alors, si nous sommes tous deux blessés, pourquoi ne pas garder ces pansements encore un peu ? Juste un jour… Une heure ? Rien qu’une minute ? Tant que ce n’est pas la fin.

« Abandonner ? »

C’est vraiment ça qu’elle demande ? J’aurais ri nerveusement si la douleur ne me retenait pas.

« J’ai abandonné dans cette prison de glace. » Et tu m’as sorti d’Impel Down. Alors que les cauchemars de cet enfer m’ont suivi, tu as été là.

« J’ai renoncé ce jour là à Logue Town. » Et tu m’as empêché de mourir, convaincu de poursuivre, de vivre. Tu m’as promis de m’aimer toujours, d’être là, de ne pas mourir. Pas m’abandonner… Et tu me demandes de le faire ? Sais tu seulement combien tes mots sont cruels ? La parole d’une reine a donc si peu de valeur ? Non… ai-je si peu de valeur ?

« J’ai tant de fois voulu abandonner… Pourquoi m’en avoir empêché si c’est pour… ? Izya… Je me fiche d’être un pansement, ça ne change rien pour moi. Mais si tu veux que j’abandonne… alors abandonne toi aussi. »

Mon regard se pose sur le fourreau à côté de la porte. Shusui, cette lame qui m’a suivi depuis si longtemps.

« Tu veux retirer le pansement ? Ta promesse ? Pourquoi ne me poignardes-tu que de mots ? Tu veux abandonner l’idée de ne pas m’abandonner ? Alors vas-y. Fais ce qui aurait dû être il y a des années déjà. Arrache donc ce pansement, mets une fin à tout ça. Tranche avec une lame plutôt que la langue ! »

Car la langue fait bien trop mal…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Les mains sur le mentons, les coudes sur les genoux, je fixe Reyson qui s'agite sans réellement le pouvoir. Et étrangement, ce sont les mots les plus raisonnable qu'il ait prononcé depuis le retour de Red. Alors quoi, que faire ? En suivant son regard, je vois Shusui et me redresse alors, dévisageant le meitou et me redressant en même temps.

Que faire ?

Je pourrais le tuer oui, je pourrais, mais je n'en ai clairement pas l'intention. Même si je ne l'aime pas, même si je ne supporte plus sa folie, je sais aussi qu'au fond, il peut être tout à fait amical, loyal et agréable. Mais pas maintenant, pas depuis que Red est revenu. Et si Red ne l'a pas tué, ce n'est clairement pas pour que je le fasse moi.

Mais en même temps, réussira-t-il a sortir de sa folie sans moi ? Après Impel, c'est moi qui l'ai sauvé, après Logue Town aussi. A Jotunheim aussi, quand il avait perdu l'esprit. Mais ce rôle, je n'en veux plus, et je ne dois plus l'avoir, ce ne serait que lui donner de l'espoir. Et si je le laisse là, simplement, ignorant ces dernières paroles, je sais qu'il me pourchassera encore et encore. Et bien qu'il n'est plus son fruit du démon, son esprit torturé serait capable d'inventé mille et un stratagème pour me nuire, ça ne n'en doute pas un seul instant.

Après tout, c'est lui qui dans un de nous combat amical à choisi d'user de ses phéromones pour fragiliser mes os à mon insu. Et encore dans notre dernier combat il a usé de cette technique. Je suis presque certaine qu'il serait prêt à me démembrer entièrement pour me garder près de lui. Est-ce qu'on peut considérer cela comme de l'amour ? Personnellement, je ne crois pas.
Quand on aime quelqu'un qui ne veut pas de nous, on doit apprendre à s'effacer, et le laisser vivre sa vie. Et si ça fait trop mal, alors c'est à nous de régler le soucis, pas à l'autre. C'est bien pour ça que je suis ici.
Pour ensuite pouvoir m'effacer, et oublier. Ou être oubliée selon ce que l'avenir décidera de moi contre le Malvoulant.

Alors je me lève, lentement, m'approchant finalement de Shusui pour l'empoigner. Un instant je regarde la lame dans son fourreau, cette lame magnifique, j'espère au fond ne plus jamais avoir à la revoir après aujourd'hui.
Et d'un geste, j'enlève le fourreau que je pose contre le mur. Puis je contourne le lit, m'approchant de Reyson, lame menaçante vers sa tête alors que mon haki Royal déploie autour de moi mon aura de flamme pour appuyé sur ma détermination. Les secondes passent ainsi dans un silence pesant avant que mon bras ne prenne de l'élan et plante la lame.

Plante la lame dans le mur juste à côté de la tête de Reyson, tranchant tourné vers sa tête.

- Je ne gâcherai pas les chances que je t'ai offerte. Mais si tu tiens tant à mourir, à ta guise, je ne serai plus là pour te retenir. Shusui est là, tu n'as qu'à coller ta gorge à sa lame et appuyer. Ça devrait être facile, même dans ton état.

Puis je me redresse, reculant d'un pas alors que mon haki brûle toujours autour de moi.

- Tu vois, je t'abandonne à ton sort, comme tu me l'as demandé. Ton destin ne me regarde plus, ta vie ne m'importe plus, fais en ce que tu veux à présent.

J'aimerai lui dire que je préfèrerai qu'il vive, que je pense que lorsqu'il se réveillera enfin de sa folie, je serai contente de l'aider à nouveau comme une camarade, une amie, mais je sais que ce genre de mots ne l'aiderai pas dans son état. Alors je préfère qu'il me déteste, qu'il me déteste et qu'il m'oublie tant qu'il retrouve la raison... Tant que son esprit se calme et s'apaise.

Pour le reste, il sera toujours temps de rediscuter plus tard. Si toutefois il y a un plus tard.


Le destin se forge de nos propres mains. 1425067977-izya-sflagopr Le destin se forge de nos propres mains. 1465207581-signizya Le destin se forge de nos propres mains. 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-terminee
Ma vie aurait dû se terminer il y a longtemps déjà, alors quelque soit l’issue elle me conviendra. D’ailleurs, toutes les options sont en ma faveur. Si Izya met fin à ma vie, elle met également fin à mes souffrances. Et si elle ne le fait pas… Elle montre qu’elle ne souhaite pas ma mort. Ses mots disent quelque chose mais j’entends ma propre interprétation. Si elle veut la paix il lui suffit de me tuer et si elle ne se soucie plus de moi, qu’est ce qui l’en empêche ? Si ce n’est… que je compte toujours à ses yeux ? Je le savais ! Les sentiments eux ne mentent pas.

Alors, même si Izya s’en va sans un regard en arrière, je comprends tout. Elle n’a pas eu la force de regarder parce qu’elle a peur, peur que je le fasse. Parce qu’elle ne veut pas que je meurs. Elle me veut en vie et dans sa vie ! Et si je me tranchais quand même la gorge ? Peut être la culpabilité la fera-t-elle revenir vers moi ? Ah mais je serais mort, et le faux Red l’embrouillera sûrement l’esprit pour qu’elle ne me rejoigne pas. Dommage, Sha Késpire aurait apprécié.

Un léger sourire, déformé par la douleur, se profile sur mes lèvres. J’ai ma réponse… Elle tient encore à moi ! Et même si ce n’est qu’en tant que pansement, même si ce n’est qu’en souvenir de notre histoire, même si… Qu’importe ! Dans tous les cas je reste quelque chose à ses yeux. Je demeure quelqu’un pour elle !

Bon… Comment faire pour la récupérer maintenant ? Les phéromones ! … Je n’ai plus mes pouvoirs… Comment font les autres hommes ? Dois-je lui offrir des roses et du chocolat ? Une bague ? Des chaussures ? Des lettres romantiques ? Non attends, avant tout il faut que ce faux Red disparaisse pour que je puisse récupérer ma place dans son cœur. Oui c’est ça ! Une grosse dose d’insuline dans ses repas et il mourra d’hypoglycémie …. Mais je n’ai plus mes pouvoirs… Comment font les amants pour assassiner leurs rivaux normalement ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine