Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EB12.5 : commander le coffret ...
Voir le deal

Une dette a honoré. [PV Ethan]

Il y a quelque temps de ça, j'avais pris la décision de tester ma force face a un adversaire pas des moindres, un vice-amiral. En effet, j'avais abandonner lors d'un tournoi, je ne pouvais pas me battre a cent pour cent face a autant de monde et c'est donc loin des regards que j'avais décidé de prendre ma revanche face a un adversaire bien plus fort que moi et si j'avais bien réussi a mettre celui-ci en difficulté, et même réussir a le blesser, je n'avais pas réussi a tenir longtemps face a ses assauts.

Si ma stratégie était au niveau, il me manquait quelque chose... Une chose simple, de la puissance de frappe. Un agent tel que moi a bien souvent une seule occasion pour vaincre son adversaire, un coup létal... Malgré le pouvoir que m'avais conféré le ito ito no mi, je n'avais pas pu vaincre Ethan. Je me souviens encore, sa peau avait pris une étrange couleur qui lui avait permis d'encaisser mon attaque.

Se rappelant sa rencontre avec mon frère et sa bavure, Ethan m'avais proposé son aide a enfin de devenir plus fort. Que ce soit pour se rattraper de ne pas avoir arrêté mon frère avant que tout ne commence, ou pour quelque obscure raison, toujours, est-il que j'avais décidé d'accepter son offre.

Je devais devenir plus fort, mettre fin a la folie de mon frère. je devais devenir parfait, et c'était Caramélie qui m'avais fais comprendre que mes doutes était une faiblesse. Je devais être plus résolu que jamais, plus ferme que jamais, et pour ça, j'avais décidé d'abandonner ma magie afin de me consacrer uniquement a cette culture du perfectionnisme. Je m'étais entraîner comme une bête de somme afin de maîtriser au mieux mon fruit du démon, d'affuté mon rokushiki.

Le lightning ratel avait dis qu'il pourrait améliorer ma technique et c'est donc pour cette raison que j'étais aujourd'hui a Marie-joie. Plus déterminé, plus fort que jamais par le passé. Nous avions rendez-vous directement dans un espace d'entraînement loin des regards, une sorte de stade vide, pas de temps a perdre. Et comme la dernière fois, j'étais arrivé avant lui, mais qu'importe, lorsqu'il arriverait, je serais la, je serais prêt.

On a toujours prétendu que j'étais une sorte de génie de l'apprentissage, et c'était aujourd'hui que je verrais si c'était le cas.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
    Ethan s’ennuyait. Il se rappela qu’un jeune agent du cipher pol lui devait une tenue d’été après avoir déchiré la sienne. Étant donnée la personnalité du type, il risquait fort de s’en prendre plein la tête. Il devait de toute façon passer à Marie-Joie pour revoir son frère ainé. Non pas que cela l’amusait, mais il devait lui dire certaines choses. Alaaric se trouvait justement sur place. Deux plaies à gérer en un déplacement. L’avantage était qu’il serait débarrassé, mais l’inconvénient était de subir la double peine. En tant qu’officier de l’amirauté, un devoir d’instruction était recommandé, afin de former les générations futures. Ethan étant jeune, Alaaric pas forcément beaucoup plus jeune, cela ne tenait réellement mais qu’importe.

    « Pourquoi me suis-je fourré dans cette galère, marmonna-t-il dans sa barbe. Daniel ! Cap sur Marie-Joie ! »

    ***


    En arrivant au port de la ville sacrée, Ethan fut saluée par un bon nombre de soldats chargés d’accueillir et protéger le lieu. Mais il fut attiré par le regard sombre d’un homme attendant à la sortie de ce même port, les bras croisés, adossé contre l’arche de l’entrée et de la sortie. Un long manteau noir, de longs cheveux de la même couleur, des boucles d’oreille d’un côté, un regard qui ne trompait pas, c’était bien Jamal. Le vice-amiral retourna les salutations aux hommes sur le quai et s’avança vers l’homme ténébreux. Il lui sourit et s’alluma rapidement un cigare.

    « C’est bien trop aimable de venir m’accueillir, grand-frère.
    - Ferme ta grande gueule, ordure.
    - Tu m’en veux encore de t’avoir amoché ? Arrête donc ça. Dois-je te rappeler que tu as failli me tuer ?
    - Ça m’aurait fait de l’air.
    - On ne peut pas vraiment dire que je t’embête.
    - Non. Mais je vois nom affiché partout, on m’oblige à partir en reconnaissance pour te préparer le terrain ou protéger ton p’tit cul, Ethan par-ci et par-là… J’en ai ras-le-cul.
    - Puis t’as surtout les nerfs que Lydia soit avec moi maintenant. »

    Il eut le regard vide le temps d’un instant avant de retrouver cette rage débordante.

    « Rien à foutre.
    - Tu devrais quand même l’appeler ou lui écrire. Vous avez tous les deux un lien particulier et elle restera malheureuse sans toi. Surtout si tu ne lui montres rien.
    - Qu’elle crève. Comme toi. »

    Cette fois-ci, ce fut le regard de l’amiral qui vira au rouge. Il colla sa tête contre celle de son frère. Les soldats commencèrent à s’inquiéter. Ce n’était pas les marins d’une garnison perdue dans West Blue, mais bien la dixième division d’élite, prête à intervenir au moindre écart. Mais les deux frères les ignorèrent et continuèrent à se dévisager.

    « Encore un mot de travers sur Lydia et je t’explose, tu piges ? Et grand-père ne sera pas là pour te sauver les miches ce coup-ci. Entre Bonny et moi, on peut dire que tu accumules suffisamment les défaites, looser.
    - Allons voir ça tout de suite, passe-partout, rétorqua l’agent du gouvernement avec un sourire carnassier. »

    Ethan jeta un coup d’œil aux soldats qui se rapprochaient. Il décolla sa tête de celle de son frère et afficha une expression plus saine.

    « Je ne tiens pas à me faire une nouvelle fois sermonner par la vieille, reprit Levi. Si nos chemins se croisent en-dehors de ces terres saintes, t’es un homme mort. »

    Il s’en alla aussitôt.

    ***


    Ethan donna rendez-vous sur les plaines de Marie-Joie, en toute tranquillité, bien loin de tous les nuisibles. En réalité, ce lieu ne lui était pas méconnu, il s’entraîna à maîtriser le haki ici-même, aux côtés de Yamamoto et Salem. Ce fut ici aussi qu’il combattit son frère-aîné. Un terrain qu’il connaissait donc sur le bout des doigts. Il apparut derrière Alaaric, toujours ponctuel, à l’aide d’un soru bien plus rapide que ceux effectués lors de leur combat. Ethan se contenta de rester immobile derrière lui.

    « Là, tu étais mort. »

    Il remarqua tristement que le jeune homme n’avait pas, de son côté, honoré sa date. Il ne vit aucune tenue d’été, neuve, plie et repassée aux alentours.

    « Un ancien vice-amiral m’apprit à maîtriser la voie de l’Armement, autrefois. C’est aujourd’hui mon tour de te l’enseigner. »

    Et un jour, viendra son tour de l’enseigner à quelqu’un, pensa Levi.

    « Sur Grand Line ou dans le Nouveau Monde, cette capacité est essentielle, aussi bien pour se protéger que pour blesser tes adversaires. Contre ton frère, par exemple. »

    Il pointa du doigt un rocher se trouvant non loin de leur position.

    « Tu devras l’éclater avec un seul coup. Le Haki est une énergie en chacun d’entre nous, que l’on doit sentir, manœuvrer, contrôler et intensifier avec nos propres émotions. »

    Il laissa volontairement quelques pistes à Alaaric. Il devait résoudre ce problème lui-même pour comprendre l’essence de cette technique.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethan
Le vice-amiral me balançait pas mal d'information d'un coup. Si j'avais bien compris, cette technique, la voie de l'armement était une sorte d'énergie qui nous permettait de toucher les logias. Une sorte d'énergie que l'on contrôle avec nos émotions... Pour le coup, je devais bien avouer que pour le laisser dans le flou, il avait plutôt bien réussi.. Je ne savais pas ce que je devais faire.

Je prenais un léger sourire alors que j'expliquais :


" - Je suppose que tu ne peux pas être un peu plus précis ? "


J'avoue que j'avais surtout un talent pour l'imitation, voir et reproduire ce que j'avais vu. Cela dit, il me semblait compliquer de copier une émotion... Je me mettais face a ce caillou, j'étais plus ou moins certain de pouvoir le détruire a main nue, mais je suppose que ce n'était pas le but. Je finissais par jeter un regard au vice-amiral:


" - A quoi pense tu quand tu utilises cette énergie ? Je suppose que tu a un déclencheur... "

Je pensais a ses mots... Une énergie, une force cachée en chacun d'entre nous. La vraie question était "Comment faire appel a cette force ? " Je suppose qu'il n'y avait pas de manipulation a faire. Comment deviens t-on plus fort ? Bien souvent, il s'agit de détermination, d'entraînement physique aussi bien que mental. Se préparer a être confronté a n'importe quelle situation... Mais j'avais l'impression que cette chose, ce "Haki" était totalement l'inverse. Ce n'est pas quelque chose que l'on contrôle, mais plus quelque chose que l'on utilise, qui nous submerge... Comme une couleur, une émotion.

Une émotion... Une émotion forte... Quelque chose de tellement fort que sa seule existence déclenche quelque chose, une sensation. Je fouillais dans ma mémoire... Je devais trouver la solution, comment utiliser cette chose. A chaque tour de magie, il y a un truc... Je devais comprendre ce truc.

Je fermais les yeux un instant, je sentais le vent sur mon visage... Je devais trouver en moi la réponse a cette énigme.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
    Les questions que se posaient Alaaric, Ethan se les poser également autrefois. Ni le vice-amiral Fenyang, ni le colonel Kogaku ne donnèrent de réponse. Au début, l’officier leur en voulut, puis il comprit bien plus qu’ils n’en étaient tout simplement pas capables. Yamamoto était un homme de terrain. Argumenter, expliquer des choses, la pédagogie, tant de choses qui ne représentaient pas son fort. Quant à Fenyang, il n’avait de la régulière que le titre, car toutes ses autres qualités appartenaient à l’élite. En effet, il était lui aussi incapable d’expliquer clairement le fonctionnement de ce fluide l’armement. Levi ne pouvait leur reprocher. Lui-même ne s’en sentait pas réellement capable.

    « Comme je te l’ai dit, Alaaric, c’est en chacun de nous. Cependant, proportionnellement au nombre de personnes sur cette planète, peu sont en mesure de l’utiliser. Pourquoi ? »

    Aucune réponse ne vint. Alaaric garda les yeux fermés et semblait méditer.

    « Il faut vivre des expériences, frôler la mort à de nombreuses reprises et savoir puiser au plus profond de soi-même. C’est un fluide qui circule en toi, dans ton corps, dans tes veines, ton sang, ta peau. C’est partout en toi. »

    Le vent souffla et le ciel s’obscurcit. Ce n’était pourtant pas la nuit. Dans les montagnes de la terre sainte, le temps était souvent changeant. Ethan songea que c’était assez propice pour cet entraînement. La pluie commença à tomber. Il fronça les sourcils. Son mantra lui permit de saisir la concentration de son apprenti. Ils n’avaient que quelques petites années de différences. Il dut reconnaître qu’il était assez rare de rencontrer des personnes maintenant leur concentration aussi longtemps. Néanmoins, ses efforts seraient vains en continuant ainsi, alors le vice-amiral décida de tenter quelque chose. En toute honnêteté, il était assez coutumier du fait.

    « Edward Minaro, c’est ton jumeau, n’est-ce pas ? Commandant de la cinquième flotte de Teach… Lui, assurément, il maîtrise le haki. Et le Gouvernement compte sur toi pour l’arrêter ? À ce train, je m’en occuperai moi-même, tu sais. Je ne vais certainement pas attendre qu’il étende davantage son influence, pendant que monsieur Alaaric Minaro se tourne les pouces sur Marie-Joie. »

    Ce calme légendaire dont il faisait preuve jusqu’à présent lui échappait. Ethan le sentait.

    « Tu parles d’un génie qui apprend vite, reprit le vice-amiral. J’ai accepté de t’aider parce que je pensais avoir affaire à un prodige, mais je ne perdrai pas davantage de mon précieux temps avec un amateur du cipher pol. »

    Sur ces mots, Ethan rebroussa ses pas et prit la direction du centre-ville. Autant il pouvait parfois être sympathique, autant il était tout à fait capable de vous rabaisser plus bas que terre, d’un ton froid et hautement condescendant. Il avait beau s’éloigner de sa famille, certains de leurs traits, trop nombreux encore, persistaient chez lui plus que chez ses aînés. Résultats : Levi mettait hors d’eux bon nombre de personnes. Mais cela ne le dérangeait pas outre mesure. Il savait qu’il était le méchant flic et qu’il n’en restait plus beaucoup des comme lui.

    Le dernier coyote.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethan
Le temps se voulait changeant, alors que d'un bleu calme, le temps semblait confronté directement aux ténèbres. Sombre, la pluie finissait par tomber, alors qu'assez rapidement a peu prêt, nous pourrions croire être au milieu d'une tempête. Pourtant, c'est bien dans mon esprit que la tempête commençait a prendre forme. Le lightning Ratel avait décider de me faire sortir de mes gongs. Me provoquant, me tournant pratiquement en ridicule.

Ses paroles faisaient l'effet de poignard, alors que peu a peu, je sentais mon calme partir dans les flammes. Mon jugement devenait plus obscur. Au final, je devais bien l'avouer, j'avais énormément de colère envers Ethan. C'était stupide, peut-être même puéril, mais je le détestais pour avoir échoué, il aurait pu tout arrêté avant que tout ne commence. Lui qui était si fort, lui une légende de la marine qui s'était laissé berner, et avait échoué dans sa mission.

Il aurait pu empêcher mon frère de devenir ce monstre, de devenir un capitaine de flotte de l'une des quatre plus grosses raclures que la terre ai jamais porté. De par son manquement, il avait condamné mon frère a mort, pire encore, il m'avait confié cette mission et pire encore, il était mon propre reflet. Celui de mon échec, en tant qu'agent, en tant que frère, en tant que fils qui avait juré de protéger sa famille. J'étais le véritable responsable, si j'avais été moins arrogant, si je n'étais pas parti ce jour-là, tout aurait été différent.

J'étais en colère contre Ethan, mais je maudissais ma faiblesse, mon destin. J'étais une véritable bombe a retardement tenir en laisse par mon seul sang-froid, pourtant, je sentais ce contrôle m'échapper. Le vice-amiral tournait directement les talons, alors que je sentais mon sang-froid exploser, alors qu'il eu comme une sorte d'onde de choc autour de moi.

Je sentais une puissance m'envahir, comme jamais auparavant, alors que dans un élan de colère, j'envoyais un énorme coup de poing droit dans le rocher que je détruisais en des milliers de morceaux. Je n'avais pas compris ce qu'il s'était passé, et ca n'avais duré qu'un instant, mais j'avais perdu le contrôle, j'avais laissé tout ce que j'avais accumulé sortir et exploser au grand jour.

Je prenais la parole a nouveau, alors que j'expliquais a celui qui me tournait les talons :


" - Je sais qui je suis. Qu'importe que je sois bel et bien un prodige, c'est une étiquette qui m'a collé a la peau toute ma vie alors que dans le bon il existe des gens bien plus fort que moi. Cela dis, regarde-moi bien. Empereur, révolutionnaire qu'importe, même si ca parait impossible, plus jamais je n'échouerais. "

Je ne m'en étais pas encore rendu compte, mais je venais de réveiller quelque chose d'enfoui en moi depuis bien longtemps. La volonté ferme de ne plus jamais échouer.



  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
    Toujours dos à Alaaric, Ethan s’arrêta en entendant le bruit de la roche s’éclater et s’écrouler. Il esquissa un sourire. Ce fut ainsi qu’on le poussa à bout, lui aussi, à l’époque. L’Homme est tellement prévisible, pensa-t-il en observant les cieux. N’y avait-il rien à faire pour devenir une personne supérieure à tout cela ? Peu importait pour l’heure. Le jeune agent du cipher pol était parvenu à utiliser le fluide de l’Armement certes, le temps d’une attaque, mais cela pourrait servir comme source de progression. Nous verrons maintenant s’il s’agit un prodige ou d’un usurpateur, songea le Vice-Amiral en se retournant enfin.

    « Du calme, mon vieux, fit Levi d’un geste de la main. Tu viens seulement de détruire un petit rocher et il a fallu te mettre à bout pour cela. L’Empereur que tu vises te rira au nez si tu lui apparais ainsi. Des échecs, tu en essuieras encore et c’est probablement ce qui te rendra plus fort. Ne fais donc pas de promesse que tu ne pourras tenir, Alaaric. »

    Son discours prenant fin, l’officier déboutonna sa chemise, retira la ceinture qui maintenait le fourreau au tour de sa taille, puis il se mit en garde, les poings serrés face à son apprenti du jour. Le message était on ne peut plus clair : ils allaient s’affronter. Sans même prendre la peine de se parler, Alaaric comprit qu’il devait accepter l’affrontement. D’un soru, il apparut subitement très proche de son collègue, lui colla une gifle et disparut de nouveau pour retrouver sa position initiale.

    « Si tu n’es pas capable de me faire mal, tu ne feras de mal à personne. »

    Après tout, je ne suis qu’un petit homme, pensa-t-il. Du vrai dans ce qu’il disait, certes. Cependant, l’agent du cipher pol pouvait observer ce corps robuste, tracé, des muscles saillants et surtout sans la moindre cicatrice. Excepté ce bras mécanique, symbole d’un combat engagé en se sentant prêt trop tôt. En affichant ce seul défaut dans son corps d’Apollon, Levi souhait montrer à Alaaric que l’échec peut être parfois mortel, parfois douloureux à tout jamais. Pas une seule nuit ne passait sans qu’Ethan ne ressente cette douleur fantôme.

    Une seule erreur, une seule cicatrice.

    Rares étaient les Vice-Amiraux capables de présenter si peu de cicatrice. Il pouvait être considéré comme un génie même s’il le refusait. Depuis cet échec, sa détermination fut si grande qu’aucune lame, aucune balle, aucun coup, n’a pu briser sa défense au haki de l’Armement. Alaaric l’ignorait certainement, mais il avait face à lui une des rares personnes pouvant se vanter de maîtriser aussi bien le fluide de l’Armement. Son surnom parlait pour lui-même : le ratel est connu pour avoir une résistance assez exceptionnelle.

    Et une détermination inébranlable.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethan
Alors que je pensais que nous en resterions la, assez rapidement, le vice-amiral me fis comprendre qu'il ne l'entendait pas de cette oreille. Il se déplaçait d'un Soru, alors qu'il m'envoyait une gifle avant de revenir en position de garde. Il enlevait sa chemise, se débarrasser de son arme, laissant très clairement entendre qu'il voulait un combat d'homme a homme sans artifice. Il me disais assez justement que si je n'étais pas capable de lui faire mal, je ne battrais jamais personne. Soit, j'accepte le défi.

Assez, simplement, a mon tour, je retirais mon veston ainsi que ma chemise. Je ne me laissais pas troubler par le bras bionique du ratel, je ne me demandais même pas comment. Par défaut, il avait cette arme sur lui qu'il gardait sans cesse sur lui, alors je supposais qu'il ne m'en voudrait pas de moi aussi me donner a cent pour cent. Je levais la main au ciel, alors que des fils s'en échappaient afin de créer une sorte de cage a oiseau autour de l'arène de combat. Je prenais la parole, alors que je passais un instant ma main sur le côté rasé de mes cheveux :


" Je ne me défilerais pas... "

D'un mouvement de main, deux clones se faisaient a mes côtés, alors que l'instant d'après, mes trois clones ainsi que moi-même créions une dizaine de pantins de fils chacun. Je continuais a prendre la parole:

" - Cela ne fais pas si longtemps, mais je ne suis déjà plus le même que celui que tu a affronté la dernière fois, tu aurais tort de prendre a la légère le pouvoir du ito ito no mi. "

Soudainement, telle une véritable meute de zombie, les pantins chargeais tout simplement dans la direction du vice amiral. Je profitais de leur avancé afin de faire un petit tour a mon adversaire. Je ne me laisserais pas abattre aussi facilement que la dernière fois, j'étais aujourd'hui plus fort, plus déterminé que jamais. De plus, je commençais un peu a comprendre ce truc du haki, même si je n'étais sûr de moi, j'avais déjà une petite idée de l'utilisation que je pourrais en avoir.

Chacun de mes pantins lui réserverait un petit cadeau, et même si il était très rapide, j'avais peine a croire qu'il parviendrait a tout esquiver cette fois. Si je devais affronté Ethan a la force pure, je n'avais aucune chance, je devais me montré plus malin que ça, mon Rokushiki était a des lieux du sien, je n'aurais pas beaucoup de cartouche avant de devoir en finir.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
      Des clones. Ça faisait longtemps, pensa le vice-amiral. L’agent du cipher pol avait, semblait-il, retrouvé du poil de la bête. Ce n’était pas pour déplaire à l’officier qui esquissa un large sourire. Comme il le disait, quelque chose avait changé dans sa technique : trois clones, mais chaque clone contrôlait d’autres clones/pantins. Avantage : beaucoup plus d’adversaires, mais Ethan restait persuadé que leur résistance était moindre. Cependant, pour camoufler une fuite ou ralentir des poursuivants, cette technique pouvait être intéressante. Presque capable d’estimer le niveau d’un adversaire, Levi savait ceux-là assez faibles. Toujours sans lame, uniquement ses deux poings, dont l’un ganté pour protéger son entourage de la technologie Tesla, il bondit à toute vitesse en plein dans le tas.

      Ils l’attaquèrent. Ils n’étaient pas dénués d’agilité et de force, mais tout de même trop faibles pour lutter face au ratel. Ce dernier n’essuya aucun coup et les esquiva tous avec une certaine agilité. À chacune des offensive esquive, la riposte arrivait aussitôt, faisant disparaître les pantins les uns après les autres. Pas expert en arts martiaux, Levi savait néanmoins parfaitement manœuvrer avec son coup et aucun mouvement lui était impossible. Il manquait peut-être encore un peu de force par rapport à d’autres, mais son agilité, sa rapidité et sa résistance pouvaient en faire pâlir plus d’un autour de lui. Plus fort, plus fort, plus fort, se répéta-t-il intérieurement. Face à cette armée de pantins, il ne cessa d’augmenter la fréquence de ses coups et tenta de frapper de plus en plus fort. Étonnamment, cet entraînement pour Alaaric se transformait peu à peu entraînement pour Ethan.

      Entraînement de courte durée, puisque le vice-amiral finit par annihiler toutes ces invocations. Il utilisa le soru pour apparaître quasiment instantanément face à l’un des clones. Le poing chargé en haki, il envoya un puissant direct en plein sternum. Une giclée de bave s’échappa tandis que le corps fut violemment projeté contre un parois rocheuse, à quelques mètres. Après s’être enfoncé dedans, la dépouille se transforma simplement en fils. Il se tourna vers le clone restant et Alaaric. « Dieu merci, c’était un des clones. », fit l’officier en souriant. « Si tu reçois un coup pareil sans te protéger du fluide de l’Armement, tu es un homme mort, Alaaric. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethan
Comme prévu, il fut assez facile pour Ethan de contré une offensive aussi insignifiante, cela dit, j'étais loin d'avoir dit mon dernier. Il était souriant, alors que de mon côté, j'en faisais de même. Il disait qu'un coup de cette puissance pourrait me tuer, et dans le fond, je ne doutais pas de ses propos, mais comme on dit, la meilleure défense, c'est l'attaque alors il était temps de passer a l'assaut. Avec aisance, je maniais mon clone afin qu'il projette des fils droits vers mon adversaire, alors que je préparais de ma seconde main mon offensive. J'envoyais des fils dans le sol, alors qu'il passait directement sous les pieds du Ratel.

Un air de déjà vu pour lui certainement, j'attendais donc a sa réaction, je devais me montrer plus ingénieux que ça. Je lâchais le contrôle de mon pantin, afin de tirer cette fois des fils depuis le haut de cette cage que j'avais créer. Pris dans un sandwich, malgré son habilité, il ne parviendrait pas à esquiver cette attaque, ou plutôt c'est ce que je voulais qu'il crois, je savais que cela n'était pas encore assez. Je me déplaçais d'un soru, droit vers mon adversaire avant de pointé mes mains dans sa direction, une position qu'il connaissait sûrement déjà.

" ROKUOGAN! "

Mes mains étaient emplies de conviction. Je sentais ce pouvoir dans le creux de mes mains, et même si j'étais loin d'en avoir un contrôle total, je savais que si mon attaque passait, il aurait mal, tout vice-amiral qu'il soit. J'avais pris la décision de m'exposer, mais c'était un risque a prendre. Je devais me préparer a une contre-attaque ce sa part. Si mon Tekkai ne me suffisait pas contre ce genre d’adversaire, je devais trouver un moyen de revêtir cette chose sur tout mon corps, comme il l'avait fait la dernière fois.

Je revoyais les images dans ma tête, je n'avais que quelques secondes pour apprendre, c'était impossible, pourtant, c'était ce qui faisait de moi ce que j'étais. L'impossible n'était qu'une notion, une limite pour ceux qui avait peur de ne pas pouvoir toucher les cieux. Je ne suis pas de ce type-là, je deviendrais le plus grand des magiciens, c'était la promesse que je m'étais faite, aucune montagne ne serait trop haute, aucun mur assez solide, je suis le seul maître de mon destin et de mes propres limites.

Je sentais a nouveau ce pouvoir, mon corps se recouvrait d'une étrange couleur qui recouvrait mes tatouages. Je n'abandonnerais jamais.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
      L’agent du cipher avait repris du poils de la bête. Il se lança de nouveau dans une manœuvre qui n’échappa pas au vice-amiral. Quoi que certains éléments étaient passé à travers les mailles du filet. Il avait manqué de vigilance et cela le fit presque enrager. Pas le temps. Alaaric se trouvait déjà tout près de lui. Il s’était concentré sur les fils, à mains nues, délaissant volontairement son adversaire, qui ne s’était pas privé pour profiter de l’occasion. Un soru, une position familière, Ethan sourit une énième fois. L’agent lança son attaque de toutes ses forces. Un impact puissant. Un strident. Le vice-amiral encaissa l’attaque de plein fouet. Cependant, Alaaric put apprécier l’abdomen de Levi entièrement recouvert du fluide de l’Armement. Un filet de bave coulait de la bouche d’Ethan, naturellement secoué par cette redoutable attaque.

      « Vous m’emmerdez avec cette technique, chiens. », pesta l’officier en essuyant sa bouche, essoufflé. « Malheureusement, pour toi, tu t’en doutes, j’ai déjà reçu cette attaque une bonne dizaine de fois et me voici encore debout. » Il serra le poing qui changea subitement de couleur. « Je ne maîtrise pas le Rokuogan et je déteste donner des noms aux techniques. Un poing, un arc Tesla, du haki, ça suffit amplement. »

      Sa cible était si proche. Elle s’était radie. Le Tekkai, pensa l’officier. Ce ne sera malheureusement pas suffisant. Alaaric le savait et son instinct de survie déclencha un nouvel écoulement du fluide de l’Armement. Satisfait, Ethan se dit qu’il n’aura même pas besoin de beaucoup se retenir dans sa frappe. Le poing armé, un appui devant l’autre, Levi effectua une rotation de hanche pour donner de l’élan et de la puissance à son coup. Un œil esthète pouvait largement apprécier l’élégance et la maîtrise de son corps. Autrefois, un officier enseigna une chose au vice-amiral : un mouvement mécaniquement parfait est un mouvement esthétiquement beau. Depuis ce jour, il s’entraîna à parfaire chacun de ses mouvements, jusqu’à sa propre démarche.

      Un impact comparable au précédent. Levi y avait mis une bonne dose de puissance. Ce coup-ci, l’agent s’envola contre la paroi rocheuse, située quelques mètres en arrière. Il s’y enfonça violemment, le corps électrifié. Le but étant de faire comprendre à Alaaric que sa maîtrise imparfaite du haki ne pourrait pas parer toutes les attaques. Il devait s’endurcir davantage. Il n’y avait pas plus formateur que des entraînements pratiques en condition réelle. Le vice-amiral Levi était l’un des plus puissants officiers de la marine, alors l’agent du cipher pol pourrait tout à fait tomber contre des adversaires de sa stature, voire bien plus encore.

      « Je sais que tu es encore capable de m’écouter. Ça n’a l’air de rien, mais ça commence à rentrer. Sans haki, je t’aurais tout simplement éventré et ton Tekkai n’aurait servi à rien. La combinaison des deux t’a sauvé. », fit-il en exagérant volontairement les traits. « Avant de t’endormir, ressens cette sensation, celle qui t’a parcouru. Attise-la. Adopte-la. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethan
Malgré toutes la force que j'avais mis dans mon coup, j'étais étonné de voir que cette attaquer n'avais aucun effet. Est-ce que c'était ça la vérité ? Est-ce que même en y mettant toute ma détermination, j'étais incapable de lutter contre ce genre d'adversaire ? Ce moment qui me semblait duré une véritable éternité ne durée en réalité qu'une seconde, pourtant oh combien de pensé m'avais traversé l'esprit.

Le désespoir, la frustration d'être confronté a ma faiblesse. Je n'étais pas digne, si je n'étais pas capable de vaincre sur mes deux jambes, voilà la pensée qui restait dans ma tête. Si je ne pouvais pas rester debout, cela voudrait dire que j'avais tout simplement échouer. En tant qu'Agent, en tant que magicien, et surtout en tant qu'homme qui se targe de n'avoir qu'une seule parole. Je venais a peine de promettre de ne plus échouer que me voilà déjà en face de la défaite. Pourtant, alors que je m'étais déjà raidi pour mon Tekkai, je savais que cela ne suffirais pas, qu'encore une fois je me ferais battre et cette idée m'étais insupportable. Peut-être était-ce l’orgueil ? Mais je sentais encore ce pouvoir en moi, le pouvoir de rester debout.

Je subissais l'impact qui me projetait, je sentais la foudre me traverser le corps, pourtant alors même que je m'écrasais contre la roche, j'étais blessé, a peine conscient, mais bien débout.

Il me donnait une leçon, alors que ma volonté de vaincre ne n'avait pas encore quitté. Comme dans un dernier effort, je tentais ma main vers l'officier, alors qu'un fil se relier en une fraction de seconde a mon clone qui a tiré un fil droit sur le vice-amiral avant de disparaître. Je ne voyais même pas si mon attaquer portais ses fruits, alors que je tombais assis contre la roche, le regard vide.

Je suis un raté, un échec. Je regardais le ciel un instant, pensant a tout ce temps ou je n'ai désiré qu'une seule chose... Être le meilleur. Je dois bien l'avouer, l'orgueil, voilà quel est mon péché. Mon égo, celui-là même qui m'avait poussé toute ma vie a affronté ce que le commun des mortels trouve impossible, pourtant a cet instant, je m'en fichais. J'avais échoué et pourtant, j'étais encore là, bien vivant bien qu'incapable de tenir debout. J'ai toujours voulu ce que je ne pouvais pas obtenir... Le fait d'être ce genre de type qu'on regarde en se disant qu'ils peuvent accomplir tout ce qu'ils désirent pour le peu de le vouloir vraiment.

Je ne serais jamais du calibre de ce genre de type. Le vice-amiral n'avait même pas bougé, alors que j'avais mis toutes mes forces. Je n'étais pas fait pour cette vie, cette vie de combat, peut-être que je devrais tout simplement abandonner, pourtant alors que mes yeux se fermaient, je ne pouvais reconnaître qu'une seule chose, c'est ce que cette voie orgueilleuse dans ma tête ne voulait pas encore se taire. J'étais décidément un cas désespéré.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro